• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Tsars d’hier et d’aujourd’hui….

Les Tsars d’hier et d’aujourd’hui….

Et c'est un certain Lénine qui va tirer les marrons du feu

Les Tsars d’hier et d’aujourd’hui….

Il n'est peut être pas courant de faire une Note de lecture d'un magazine.

Cependant, je me suis régalé avec ce numéro d'août-septembre 2012 de GEOHISTOIRE.

Plonger dans l'Histoire d'un autre Pays est intéressant.

Ce numéro s'ouvre par un débat entre André Markowicz, traducteur et Vladimir Fédorovski.

Je ne connais pas le premier.

En revanche, Vladimir Fédorovski est plutôt célèbre. Ancien Diplomate à Paris, il finit par s'éloigner de Gorbatchev dont il a été Conseiller. Après les évènements de 1991, il refuse de rentrer en Russie. Depuis il vit en France (il a d'ailleurs acquis la nationalité française en 1995), est devenu écrivain à succès ( 31 ouvrages). Il est souvent consulté par la presse française pour ses connaissances concernant la politique et l'histoire russe.

Évidemment, tout commence avec Ivan le Terrible (qui inspirera beaucoup un certain Staline...). Le premier Tsar de "toutes les Russies" a été couronné le 16 janvier 1547 dans l'enceinte du... Kremlin.

Vingt sept Tsars et Tsarines vont lui succéder jusqu'à la Révolution de 1917, dont le dernier, Michel II, ne règnera qu'un seul jour !

Les Tsarines furent nombreuses : entre autres Catherine, Anna, Élisabeth, Catherine II. Elles furent surnommée les "Dames de fer".

Les célèbres ROMANOV régnèrent de 1613 à 1917.

C'est Michel 1er qui ouvre la dynastie, le 7 février. Mais mauvais présage pour celle-ci, il laisse tomber son sceptre au cours de la cérémonie de son sacre....

 

L'un des plus connus est le Tsar Pierre 1er le Grand. Il va se faire remarquer, si l'on peut dire, en effectuant un tour d'Europe sous une ...fausse identité ! Un voyage de dix-huit mois notamment aux Pays-Bas et en Angleterre.

Incognito, il apprend le métier d'artilleur et se fait même apprenti charpentier sur un chantier naval.

Bien entendu, le règne des Tsars est indissociable du servage qui ne sera aboli qu'en 1861 par Alexandre II. Mais la condition des serfs n'en sera guère modifiée. L'abolition est surtout symbolique.

Quatre pages relatent la triste condition de ces pauvres bougres. "Moins que des chiens" nous dit-on ! Leur seul luxe : réussir à trouver quelques planches pour ne pas dormir à même le sol de terre battue de leurs huttes de bric et de broc......

Ce récit est tellement saisissant que vous sentez presque le grand froid sibérien s'emparer de vos os.

Cinq pages savoureuses sont consacrées à l'occupation de Paris, à partir du 31 mars 1814, par les troupes russes.

On y apprend par exemple que l'État-Major du Tsar comptabilisait 571 francs-maçons dans cette troupe d'occupation dont 62 Généraux et 150 Colonels.... Ils vont assidûment fréquenter les franc-maçons français.

Le Tsar Alexandre 1er se promenait dans Paris sans escorte !

JPEG - 25 ko
Troupes russes bivouaquant sur les Champs Elysées.

Ce magnifique numéro se termine par un article extrêmement intéressant : "La révolution était-elle la seule issue ?". On pense bien sûr à celle de 1917.

Mais il y en eu d'autres auparavant. Dès 1866 apparaissait (terme russe !) l'intelligentsia, rassemblement de réformistes qui se radicalisent très vite. Certains versent même dans le terrorisme."Nous ne prendrons pas peur si nous nous apercevons que, pour renverser l'ordre actuel, il nous faut verser trois fois plus de sang que ne l'ont fait les jacobins français".

Mais avant eux, les "décembristes" de 1825 (14 décembre) s'étaient soulevés contre le Tsar Nicolas 1er.

Les cinq principaux meneurs furent pendus. 116 autres expédiés en Sibérie. 27 000 officiers et soldats "déportés" dans le Caucase pour se battre contre les... Tchéchènes !!!. En outre, 118 insurgés subirent le supplice du fouet jusqu'à ce que mort s'en suive.

Bien des théoriciens de la révolution de 1917 se sont inspirés des idées de ces "décembristes".

La participation de la Russie à la première guerre mondiale, qui se solde par une terrible défaite, dès le 30 août 1914, va être le premier élément déclencheur de la suite des évènements.

Et c'est un certain Lénine qui va tirer les marrons du feu. Pourtant, lors de la révolution de 1905-1907, il est à l'étranger ! Il y est toujours en février 1917. C'est pas les journaux qu'il apprend les évènements.....

Et c'est avec l'aide de .... l'Allemagne (! !!) qu'il rentre en Russie......

Bien d'autres détails - parfois méconnus - figurent dans ce dossier de 103 pages.

Sans compter - marque de fabrique de GEO - une abondante et absolument extraordinaire iconographie.

Et dans la Russie d'aujourd'hui, ne surnomme-t-on pas Poutine "le Tsar", même si la superficie de "toutes les Russies" a beaucoup diminué et si, XXI ème siècle oblige, la répression - bien réelle - est moins sanglante mais avec la fraude électorale en plus....

Mais à la lecture de ce numéro, on comprend bien que l'ex-colonel du KGB ( à l'instar de Staline) n'a rien oublié de l'Histoire de son Pays.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 3 janvier 2013 12:49

    Gégé sera peut être le prochain quand il aura eu son passeport par Vladimir ! smiley


    • Shawford Runescape Transit 3 janvier 2013 12:51

      Ché pas, t’as demandé la permission à Follachat avant de dire ça ?


    • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 3 janvier 2013 16:08

      @ LE CHAT

       smiley smiley smiley

      jf.


    • ricoxy ricoxy 4 janvier 2013 05:07

      Le titre de tsar fut porté par les souverains bulgares à partir de 919 avec le tsar Siméon ; en Russie, à partir de 1547, sous le règne d’Ivan le Terrible [ Иван Грозный ]).  Le mot tsar est sûrement emprunté à un mot byzantin transcrit цесарь (tsesar’) en vieux russe, et qui signifiait : roi, empereur, fait d’après le latin César.


      Quant à l’expression « de toutes les Russies », il s’agit d’une erreur de traduction, le mot vsiérossiïskii tsar en ruse signifiant « de toute la Russie ».

      • soi même 4 janvier 2013 11:31

        Votre histoire est bien succinct, il y a pas une continué idéologique entre Pierre le Grand et avec le dernier Tsar Nicolas II.

        Entre ses deux extrême se sont affronté le courant Occidentalise introduit par Pierre Le grand en Russie avec l’autre courant qui voulait resté attaché à l’Âme profonde de la Sainte Russie, 

        Il est intéresant que vous évoquez ce courant Franc Maçon Russe qui est instrumentalisé par le sulfureux  comte Joseph de Maistre (1753-1821).

        Les Soirées de Saint-Pétersbourg (1821), ou Entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence, par le comte Joseph de Maistre (1753-1821). 


        Il y aussi un fait qui est soigneusement caché, le rôle néfaste de PAPUS à la cour de Russie qui conseilla au Tsar Nicolas II de réprimé dans le sang la manifestation pacifique du 9 janvier 1905.

        « Le dimanche 9 janvier, 200 000 travailleurs de St Petersbourg manifestent pacifiquement vers le palais du Tsar Nicolas II. Ils viennent lui remettre une liste de revendications : liberté de la presse, liberté de réunion, liberté d’expression... Les troupes du Tsar ouvrent le feu, tuant plus de 1 000 personnes. Ce dimanche sanglant déclencha la révolution de 1905. »



        « La Grande Bataille des Magiciens

        « Quand le 19ème siècle sera arrivé à sa fin, l’un des Frères d’Hermès viendra d’Asie pour unir à nouveau l’humanité. » (Nostradamus)

        Papus, avec Oswald Wirth et De Guaita, rêvait de réunir tous les occultistes dans une Fraternité Rosicrucienne rénovée, un Ordre occulte international dans lequel ils espéraient que l’Empire Russe jouerait un rôle dirigeant en tant que pont entre l’Orient et l’Occident.

        Papus était le pseudonyme du Dr Gérard Encausse (1865-1916), un disciple de Joseph Saint-Yves d’Alveydre (1842-1910), un initié de l’Eglise Gnostique Française et souvent l’instigateur de nombreux groupes occultes de son époque. L’un des occultistes les plus célèbres du tournant du siècle, il fut le fondateur de l’Ecole Hermétique à Paris, qui attira de nombreux étudiants russes, et dirigea la principale revue occultiste française, L’Initiation. Papus fut aussi le dirigeant de deux sociétés secrètes, l’Ordre Martiniste et l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix.

        Quand le tsar et la tsarine russes visitèrent la France en 1896, ce fut Papus qui leur envoya un salut de la part des « Spiritualistes français », espérant que le tsar « immortaliserait son Empire par son union totale avec la Divine Providence ». Ce salut était une réminiscence des espoirs des mystiques au temps de la Sainte Alliance du tsar Alexandre 1er.

        Papus fit sa première visite en Russie en 1901 et fut introduit auprès du Tsar. Il installa rapidement une loge de son Ordre Martiniste à Saint-Pétersbourg avec le Tsar comme Président des « Supérieurs inconnus  » qui le contrôlaient. L’historien James Webb dit que Papus « faisait simplement revivre une dévotion envers une philosophie qui avait fleuri en Russie au tournant des 18ème et 19ème siècles avant d’être étouffée. »

        En tant que principal élève de Saint-Yves d’Alveydre, Papus connaissait le rôle clé qui devait être joué par la Russie dans l’unification de l’Eurasie et sa destinée occulte en tant qu’Empire de la Fin, manifestation extérieure de l’énigmatique pouvoir de la « Shambhala du Nord ».

        Par Papus, la famille impériale fit la connaissance de son ami et mentor spirituel Maître Philippe (Nizier Anthelme Philippe). Sincère mystique chrétien, il reçut un rang et des honneurs de la part du Tsar russe, et maintint le contact avec la Cour impériale jusqu’à sa mort en 1905.

        Papus retourna à Saint-Pétersbourg en 1905, où la rumeur disait qu’en présence du couple impérial, il évoquait l’esprit du père du Tsar, Alexandre III, qui donnait des conseils pratiques pour résoudre la crise politique.

        Maître Philippe et Papus jouèrent tous deux un important rôle politique à la Cour impériale. Ils ne conseillèrent pas seulement le Tsar pour les affaires de l’Etat mais maintinrent le contact avec des initiés russes influents de l’Ordre Martiniste, incluant deux oncles et de nombreux parents du Tsar. L’occultiste allemand Rudolf Steiner, qui avait ses propres disciples parmi l’Etat-major allemand, suivit la mission des deux Français, troublé par « l’influence étendue en Russie » de Papus. Avocat déterminé de l’alliance entre la France et la Russie, Papus avertit le Tsar d’une conspiration internationale visant à la domination mondiale.

        Il pensait que le vaste Empire Russe était la seule puissance capable de contrecarrer la conspiration des « Frères de l’Ombre ». Il pressa aussi le Tsar à se préparer à la prochaine guerre contre l’Allemagne, alors machinée par des forces sinistres à Berlin. Selon un récit, il promit à la famille impériale que,

        « la monarchie des Romanov serait protégée aussi longtemps que lui, Papus, serait en vie. Quand la nouvelle de sa mort atteignit Alexandra [la tsarine] en 1916, elle envoya une note à son mari (commandant à l’époque les armées russes sur le front, pendant la Première Guerre Mondiale), contenant les mots : ‘Papus est mort, nous sommes condamnés !’ » (8)

        Papus développa son Ordre Martiniste pour contrer les loges maçonniques qui, pensait-il, étaient au service de l’impérialisme britannique et des syndiqués de la finance internationale. D’après ses papiers, on sait qu’il fournit aux autorités russes de la documentation sur les activités maçonniques en Russie et en Europe. Papus condamna la Franc-Maçonnerie comme athée, par opposition au christianisme ésotérique de l’Ordre Martiniste. Il dénonça « notre époque de scepticisme, d’adoration des formes matérielles, si désespérément en quête d’une franche réaction chrétienne, indépendante de tous les clergés ». Peu après son retour après sa première visite en Russie en 1901, une série d’articles, dont Papus était largement l’inspirateur, parut dans la presse française. Ils mettaient en garde contre une « conspiration cachée » dont l’existence était totalement inconnue du public, et contre les machinations d’un sinistre syndicat financier essayant de rompre l’alliance franco-russe. Le public était aveugle aux véritables forces de l’Histoire :

        «  Il ne voit pas que dans tous les conflits qui surviennent à l’intérieur des nations ou entre elles, il y a à coté des acteurs visibles des inspirateurs cachés qui par leurs calculs intéressés rendent ces conflits inévitables …

        Tout ce qui arrive dans l’évolution agitée des nations est ainsi préparé en secret avec le but d’assurer la suprématie de quelques hommes ; et ce sont ces quelques hommes, parfois célèbres, parfois inconnus, qui doivent être recherchés derrière tous les événements publics. »






        • julius 1ER 4 janvier 2013 12:43

          Et c’est avec l’aide de .... l’Allemagne (! !!) qu’il rentre en Russie..


          Cela n’est pas un scoop, que le Kaiser ait aidé Lénine à rentrer en Russie, même s’il s’était appelé « Duchnok »il l’aurait fait car l’objectif du kaiser, était d’en finir avec le front est, pour rapatrier toutes ses troupes à l’ouest et ainsi peser sur le front ouest, malheureusement pour lui l’entrée des troupes américaines dans le conflit ne lui a pas permis de bénéficier d’une supériorité numérique très longtemps,même si le traité de Brest-Litovsk aurait pu lui donner un certain avantage, il a eu un effet pervers c’est qu’ à allumer des foyers révolutionnaires un peu partout en Europe, il a déstabilisé les empires
          et surtout allumé la mèche de la révolution en Allemagne avec le mouvement spartakiste
          mais là c’est une autre histoire, à la question « est-ce que la Révolution était elle inévitable en Russie, pour moi la réponse est dans la question, il y a eu 3 révolutions en Russie en moins de 12 ans, celle de 1905, puis Février 1917 et enfin celle d’octobre 1917
          je pense que la question est superflue, j’ajouterai même que la première guerre mondiale a été l’accélérateur des révolutions, mais pas seulement des révolutions mais aussi le démantèlement des empires, puisque l’empire Allemand, disparaît, l’empire Austro-Hongrois aussi l’empire Russe sombre aussi, l’empire Ottoman explose aussi et l’Europe sera chamboulée, comme quoi cette guerre a eu d’énormes conséquences pour l’histoire du monde en général.............mais le ferment des révolutions réside dans ces quelques phrases de votre texte. ;

          Bien entendu, le règne des Tsars est indissociable du servage qui ne sera aboli qu’en 1861 par Alexandre II. Mais la condition des serfs n’en sera guère modifiée. L’abolition est surtout symbolique.

          Quatre pages relatent la triste condition de ces pauvres bougres.  »Moins que des chiens" nous dit-on ! Leur seul luxe : réussir à trouver quelques planches pour ne pas dormir à même le sol de terre battue de leurs huttes de bric et de broc......


          • soi même 4 janvier 2013 13:09

            On a toujours des doutes quand les communismes s’approprient le malheurs des peuples, car au final, ils contribuent massivement à édifiées la terreurs.
            Les Tsars sont des enfants de cœur à coté des Saint Communistes !

            Le plus beau exemple est le génocide Kherms !

            http://vorasith.online.fr/cambodge/livres/genocid.htm

            Il en a qui prétende que Marx est pour rien ?

            Dictature du proletariat etcommunisme,Evolutionisme déterministe....

             

            La dictature du prolétariat, selon Marx, est la phase transitoire qui permet d’accéder ensuite au communisme, lorsque toutes les classes de l’ancien mode de production auront disparu, ou se seront soumises au prolétariat (ont fondu dans le prolétariat).

            http://marx21siecle.com/dictatureproletariat.php

            Va te rhabiller Pol Pot !


          • julius 1ER 4 janvier 2013 16:37

            en plus tu satures de textes le forum avec ton papus dont personne n’a rien à foutre car tu écris l’histoire de quelques individus, en plus tu oublies Raspoutine qui a eu bien plus de mauvaise influence sur le Tzar que ton papus ! qui plus est ce sont les peuples qui écrivent l’histoire pas un ou deux individus aussi brillants soient-ils, en plus tu en es encore aux grosses caricatures bien sûr les tzars ou dictateurs sont des anges qui ne voulaient que le bien de leurs peuples c’ est pourquoi il y a eu 3 révolutions en moins de 12 ans en Russie, c’est bien la preuve que tout allait bien , en plus le ministre le plus brillant du tzar Stolypine assassiné par les aristocrates proches du tzar pour que rien NE CHANGE et çà c’est la devise des aristos, c’est pourquoi il y a des révolutions et ce n’est pas un attardé réactionnaire comme toi de la pire espèce qui va me donner des leçons d’histoire. à bon entendeur !!!!!!!


            • soi même 4 janvier 2013 18:52

              Le mot est lancer attardé réactionnaire, comme si tu comprenais réelement de quoi il retourne, pauvre bonhomme ;. ta subis un lavage de cerveau !
              Ta vision unilatéral dualiste, te fais perdre les réalités et, tu te rends même pas compte comment les bolcheviques se sont fait doublés par une autre réalité qui maintenant en apparence ont gains de causse.
              Il est grand temps que le comunisme idéologie parte au oubliette de l’histoire, car les faits historiques ont bien prouvés que ce n’est pas la réponse aux capitalismes débridés.

              Ce t’as pas encore compris ceux qui ont mis les marron aux feux , ce sont eux qui les dégustes, d’ailleurs c’est toujours comme cela finissent les révolutions, ce sont les moutons de Parmnurge qui ont payer le prix fort pour une Révolution qui à juste changer ses Ors et sa Couronne et remplacer les Tsars Russe, par les 7 Tsars Rouge qui non rien à envié à Ivan le Terrible !

              Les seuls véritables dirigeants effectifs de l’Union soviétique qui sont les dirigeants du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS).

              • Vladimir Ilitch Lénine (8 novembre 1917 - 21 janvier 1924) : dirigeant de fait des bolcheviks tout en étant chef du gouvernement.
              • Joseph Staline (3 avril 1922 - 16 octobre 1952 2) : Secrétaire général du Comité central du Parti communiste (ou bolchévique) de toute l’Union puis Secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique.
              • Nikita Khrouchtchev (7 septembre 1953 - 14 octobre 1964) : Premier Secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique.
              • Leonid Brejnev (14 octobre 1964 - 10 novembre 1982) : d’abord Premier Secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique puis Secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique.
              • Youri Andropov (12 novembre 1982 - 9 février 1984) : Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique.
              • Konstantin Tchernenko (13 février 1984 - 10 mars 1985) : Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique.
              • Mikhaïl Gorbatchev (11 mars 1985 - 24 août 1991) : Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique.
              • Vladimir Ivachko (24 août 1991 - 29 août 1991) : il assure l’intérim après la démission de Mikhaïl Gorbatchev du secrétariat général jusqu’à la suspension du PCUS par le Soviet suprême.

              De 1917 à 1991, il y a plus de sang qui à coulé que l’ensemble de toute l’histoire russe.

              Et sans être particulièrement nostalgique de Tsarisme et de sa noblesse, je suis sur si y avait pas eu cette guerre dramatique de 14-18, ce pays auraient inévitablement vécus de grande transformation moins destructeur que cette abominable révolution.

              Car ce que tu oublie de signalé dans tes envolés lyriques, la masse paysannes n’étaient pas révolutionnaire et c’est eux qui ont payés le plus lourd tribut de cette révolution inutile !

              Pourquoi, pour revoir une autre forme de Tsarisme tous aussi despotique, qui au fond ne change rien rien à tes jérémiades qui cautionne la violence. 

              T’es aussi nuisible que les doctrinaire du néolibéralisme avec t’as révolution qui n’est rien d’autre une noce de sang !

              A propos de Rapoustime qui a lutté contre l’influence de Papus en RUSSIE.

              Pour certains, Grégory Efimovitch Raspoutine

              était un Saint homme, pour d’autres un Fou furieux.

              il ne méritait

              « ni cet excès d’honneur, ni cette indignité. » (Racine)

              En 1914 il est victime d’un attentat commis par une ancienne prostituée.

              Il est sérieusement blessé au ventre et mettra de longues semaines à s’en remettre.

              Cependant, il écrit au tsar pour le supplier de ne pas entamer une Guerre désastreuse

              que l’on estime imminente,après l’assassinat de l’archiduc d’Autriche à Sarajevo.

              Une de ses lettres au Tsar, à ce moment :

              "Cher ami, je dis encore une fois, une tempête terrifiante est sur la Russie ; malheur et chagrin immense, nuit sans éclaircie sur une mer de larmes sans bornes. Et bientôt de sang ! Que dirai-je ? Je ne trouve pas les mots. Horreur indescriptible. Je sais que tous veulent de toi la guerre, même les fidèles, ils ne savent pas que c’est pour la ruine. Dur est le châtiment de Dieu : lorsqu’il ôte l’intelligence, c’est le début de la fin. Tu es le Tsar et le père du peuple, ne permets pas aux déments de l’emporter et de perdre le peuple et eux-mêmes. Voilà, on vaincra l’Allemagne, mais la Russie ? Quand on y pense, il n’y a pas de martyre plus désolée dans tous les siècles. Elle est toute noyée de sang. Chagrin sans fin. Grigori."

              Le 1er Août l’Allemagne déclare la guerre à la Russie. Le patriotisme russe s’exalte,

              surtout en raison des premiers succès, et Raspoutine voit sa faveur nettement diminuer.

              Mais la situation militaire se détériore rapidement : hiver rigoureux, manque d’armement, d’approvisionnement ; commandement indécis,...

              Le tsar, croyant faire son devoir, décide de prendre la situation en mains et s’installe

              sur le front laissant la régence à la tsarine... et donc à son conseiller privé Raspoutine.

              Les pires calomnies vont alors se répandre en même temps que la guerre tourne au désastre

              et que le tsar, absent de la capitale, ne peut surveiller la situation politique de près.

              "...Je sens que je dois mourir avant le nouvel an. Je veux cependant faire présent au peuple russe, au Papa, à la Mère de la Russie et aux jeunes gens, que, si je suis tué par de communs assassins, particulièrement par mes frères paysans russes, toi, Tsar de Russie, n’aie pas peur, reste sur ton trône et gouverne et n’aie pas peur pour tes Enfants car ils régneront encore pendant cent ans et plus. Mais si je suis tué par des nobles, leurs mains resteront tachées de mon sang et, pendant vingt-cinq ans, ils ne pourront pas enlever ce sang de leur peau. Ils devront quitter la Russie. Les frères tueront les frères, ils s’entre-tueront. Et pendant vingt-cinq ans il n’y aura pas de nobles dans le Pays. Tsar de la Terre de Russie, si tu entends le son du glas qui te dit que Grigory a été tué, tu dois savoir ceci. Si ce sont tes parents qui ont provoqué ma mort, alors personne de ta famille, c’est-à-dire aucun de tes enfants ou de tes parents resteront en vie pendant plus de deux ans. Ils seront tués par le peuple russe... Priez, priez, soyez forts, pensez à vôtre famille bénie."

              Et ce qui a prédit c’est réalisé, et en cela Rapoutime me mérite pas l’opprobre de l’histoire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès