• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les USA avec De Gaulle, ce n’était pas l’Amérique

Les USA avec De Gaulle, ce n’était pas l’Amérique

De Gaulle était l’homme des faits, rien que des faits. Ses qualités premières étaient sa grande mémoire et une vision à long terme, d’un esprit clairvoyant et foncièrement indépendant. 

Le 4 janvier 1963, De Gaulle disait :

« L’Europe occidentale est devenue, sans même s’en apercevoir, un protectorat des américains. Maintenant il s’agit de nous débarrasser de cette domination. Mais la difficulté, dans ce cas, c’est que les colonisés ne cherchent pas vraiment à s’émanciper. Les vues du Pentagone sur la stratégie planétaire, les vues du business américain sur l’économie mondiale, nous sont imposées. Bien des européens y sont favorables. » (Extraits : C’était De Gaulle d’Alain Peyrefitte)

Ce constat d’hier, n’a rien perdu de sa justesse, aujourd’hui.

Le 22 janvier 1963 était signé un traité de coopération et de réconciliation entre la France et la République fédérale d’Allemagne, sans la bénédiction des USA placés devant le fait accompli. C’est le début d’une Europe politique, n’ayant rien à voir avec une Europe des marchés.

Toujours en début d’année, mais en 1964, De Gaulle crée l’événement diplomatique, en étant le premier homme politique de stature internationale, à faire reconnaitre la Chine populaire par la France, sans en demander la permission aux USA.

Et voilà ce qu’il dit : « il y a quelque chose d’anormal dans le fait que nous n’avons pas de relations avec le pays le plus peuplé du monde, sous prétexte que son régime ne plait pas aux américains » propos tenus et rapportés par Alain Peyrefitte.

Le 20 juin 1966 De Gaulle fait une visite officielle en URSS, sans l’accord de personne, faisant sans doute, bonne mesure avec le début de rapprochement avec la Chine communiste. Cette visite sera assortie de nombreux accords de coopération, toujours dans l’esprit d’indépendance qui était le sien.

Ces accords significatifs révélaient pour le moins, une volonté d’ouvrir toutes les portes fermées par décision d’autrui.

Comment devenir une puissante nation lorsque son pays n’a pas une forte population, ni une grande étendue, et dépourvue de matières premières comme le pétrole et le gaz ?

La dissuasion nucléaire devient alors son ultime désir, faisant l’impasse sur toutes les autres priorités, aboutissant aux accords de Genève de 1962, au grand dam des pieds noirs, et des harkis.

En effet, il fallait un territoire adéquat, et une assurance sur une longue période. Le premier essai nucléaire à l’air libre fut en 1960, et à partir 1961 jusqu’à 1966, les essais seront souterrains, le tout en Algérie du sud.

Les essais nucléaires continueront dans le pacifique, même après la démission de De Gaulle

L’attitude du vassal sous protection des Etats-Unis prenait fin.

La France a eu sur son sol, des bases américaines de l’OTAN. En 1958, à l’arrivée de De Gaulle, l’effectif militaire américain était de 50 417 soldats, les derniers partiront en 1967.

De Gaulle ajoutera une dernière provocation orale avec « vive le Québec libre » le 24 juillet 1967.

Il est indéniable que son obsession de se libérer de l’emprise des USA, passe par l’Europe (discours du 22 novembre 1959 à Strasbourg)

« Oui, c’est l’Europe, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural, c’est l’Europe, c’est toute l’Europe, qui décidera du destin du monde »

Conférence de presse du 15 mai 1962

« Il ne peut pas y avoir d’autre Europe que celle des Etats » 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Mellipheme Mellipheme 23 août 14:53

    Utile rappel...


    • Schrek Lampion 23 août 15:37

      Dommage qu’il ait eu comme premier ministre et successeur Pompidou, fondé de pouvoir de Rothschild, et initiateur de la « loi du 3 janvier 1973 sur la Banque de France  », également appelé « Loi Pompidou – Giscard – Rothschild ».


      Cet héritage-là, lui, est bel et bien (ou mal) resté !


      • Schrek Lampion 23 août 17:24

        @Lampion

        Erreur de lien ; dsl.

        Coorection.


      • Jeekes Jeekes 23 août 17:39

        ’’Ce constat d’hier, n’a rien perdu de sa justesse, aujourd’hui.’’

         

        Sauf qu’aujourd’hui c’est clairement pire.

        Il n’est plus question de se débarrasser de la ’’domination des ricains’’, mais plutôt de leur offrir notre fion, à quatre pattes le froc baissé.

        Et cerise sur le pudding, on fourni même la vaseline !

         

        Avec le sourire, plize...

         


        • alanhorus alanhorus 25 août 16:36

          @Jeekes
          Fote d’aurtografe :
          Avec le sourire Pfize !


        • Effondré remonté Effondré remonté 23 août 20:45

          De Gaulle était immense, la Jeanne d’Arc improbable du XXe siècle, qui sauva le pays par au moins deux fois (1940-46 et 1958-62), le laissant en ordre de marche, puissant, croissant, respecté, aimé dans le monde. Ce capital immense, il a fallu un demi-siècle pour le dilapider et la loi d’entropie des Présidents de la Ve s’est révélée implacable, chacun étant pire que le précédent, parfois considérablement pire (Mitterrand II, Sarkozy, Macron)... j’ai une haine particulière pour Sarközy de Nagy-Bocşa l’Américain qui a vraiment considérablement aggravé les choses : entourage maffieux, financements occultes, asservissement à l’Otan, aplatissement devant l’Allemagne, l’UE, les émirats, les USA, viol du référendum de 2005, collaboration aux guerres états-uniennes (Afghanistan, Lybie en position de leader en plus), non-nationalisation des banques fin 2008 qu’il suffisait pourtant de ramasser au ruisseau pour 1 euro symbolique en préservant les comptes des déposants mais en décapitant sans indemnités leurs zélites zinfâmes intoxiquées par le néolibéralisme financier anglo-saxon joueur et prédateur, rajout pour les avoir sauvées ces zélites et non ces banques de 600 milliards d’euros à la dette déjà considérable de la France, populisme anti-intellectuel (raillerie sur « la Princesse de Clèves » ; élocution et expression vulgaires ; mariage mondialisé « in your face » avec une gourgandine internationale) masquant mal un entre-soi ploutocrate, débat ignoble sur l’identité pour siphonner les voix du FN, disparition de la police de proximité et restructurations et désinvestissements partout, etc., j’en oublie beaucoup, vous compléterez...

          De toute façon, les 3 derniers Résidents de la Ripouxblique, le Sarkome, Nullande et Zupiter Micron sont les 3 cavaliers de l’Apocalypse française.

          On attend donc sans impatience, le ou la quatrième, qui sera évidemment bien pire, Attila ultime... à moins...

          ...à moins que la méta-Histoire surhumaine ne facilite l’émergence très rapide d’un courant voire d’un personnage sauvant une nouvelle fois in extremis le destin national... ce serait le moment idéal : profitant de l’écroulement militaro-diplomatico-financiaro-industrialo—culturel états-unien, de la retombée du soufflé allemand post-Merkel, la France pourrait  en peu de mois  ressouder une Nation, volontairement émiettée, sur un projet crucial, vital d’indépendance et de renaissance : réformes totales de la police, de la Justice, de l’Education, de la santé, de la culture, de la recherche, de l’agriculture, mise à l’ombre d’une génération de maffieux délinquants sauvages conjointement à des reconduites massives au-delà de frontières fermées, politique d’assimilation, d’éducation voire de rééducation (économique à droite et anti-droit-de-l’hommiste à gauche), rétablissement d’un service obligatoire militaire/civil pour les deux sexes, emprunt national pour le Nouveau-Franc dévalué par rapport à l’euro (qui  lex monetae  permettrait de payer nos dettes à 50-60% de leur valeur en euros), sortie immédiate de l’euro donc, mais aussi de l’Otan-la CEDH-l’UE-les traités-pièges comme celui de Marrakech, rafale de référendums pour modifier la Constitution (désynchronisation des mandats, 5 ans pour l’Assemblée Nationale, mais septennat unique pour le Président, disparition ou professionnalisation du Conseil Constitutionnel, réforme du Conseil d’Etat et du haut-ponctionnariat, fin de la citadelle Bercy, RIC bien encadré et droit de rappel des élus, réforme de la presse, de la télévision, de leur financement, des écoles de journalisme, chaînes publiques d’information, de culture et d’éducation, Cour des comptes et Conseil Economique et Social réformés avec plus de pouvoirs, protectionnisme raisonné et raisonnable pour redresser les flux de consommation-production et surtout réindustrialisation, taxation des Gafam, au monopole à contester hardiment sur le modèle russe voire chinois (pour la préservation de la société pas sur le crédit social bien sûr !!), retrouvailles avec la Russie, notre amie culturelle et historique, qui est un partenaire idéalement complémentaire (agriculture, aérospatiale, énergie, infrastructures, atome, défense, recherche, culture, etc.) qui nous permettrait enfin de faire jeu égal avec une Allemagne plus qu’égoïste, anti-européenne et mercantiliste, qui n’a eu de cesse de nous dévitaliser à l’insu de notre plein gré depuis les réformes Schröder, développement considérable et honnête (réappréciation des termes de l’échange) de nos liens et échanges culturels et économiques avec la francophonie, mise en valeur de la formidable richesse ultra-marine et maritime, alliances de fond avec le monde méditerranéen et par-delà latin (Amérique latine) mais aussi slave donc, alliances ciblées avec des partenaires incontournables et souvent complémentaires (Inde, Iran et Proche-Orient sur la pointe des oeufs, Japon, Corée, Chine sous conditions strictes de réciprocité), alliances de développement pour le tiers-monde, essentiellement l’Afrique pour en faire des partenaires-clients en développement capables de retenir leur jeunesse, dénonciation des pratiques culturelles et financières délétères et hégémonistes des Anglo-Saxons, thalassocraties désormais vouées au déclin rapide voire catastrophique face au recentrement du monde sur le HeartLand s’intégrant (Chine-Haute-Asie-Russie-Iran) en dynamique d’échanges survoltés avec le Rimland (Europe continentale, PM-Orient, sous-continent indien, ASEAN, Japon).

          (même s’il manque encore beaucoup d’éléments, j’arrête là ce catalogue des moyens de notre Renaissance, que d’aucuns jugeront fastidieux, naïf, hétéroclite, dangereux, irréaliste, insensé, que sais-je ? ...pour moi, tout se tient, c’est un programme exactement gaullien, duquel on ne saurait rien retrancher sans que la reconstruction de la Nation ne soit compromise, lézardée et ne prête le flanc au sabotage intérieur ou extérieur ...allez, daubez, glosez, ignorez... peu me chaut...hugh, j’ai dit !)


          • Iris Iris 23 août 21:00

            @Effondré remonté
            Un beau programme pour ce qui me concerne, merci.


          • titi 23 août 23:32

            @Effondré remonté

            « u’il suffisait pourtant de ramasser au ruisseau pour 1 euro symbolique en préservant les comptes des déposants mais en décapitant sans »
            Visiblement vous êtes pas fortiche en comptabilité...


          • Effondré remonté Effondré remonté 24 août 09:49

            @titi
            ...ni vous en politique économique qui, elle, existe au contraire des « sciences » économiques qui ne sont le plus souvent que des idéologies mises en équation (particulièrement le néo-libéralisme financier qui raisonne faussement sur « l’intérêt des acteurs économiques » sans en rien savoir en pratique)... l’euro symbolique, cela aurait été pour « dédommager » les actionnaires et dirigeants co-responsables de la débâcle avec leurs maîtres anglo-saxons  toujours mieux pour eux que les tenir solidairement responsables des pertes abusives pour leurs pratiques catastrophiques (et donc confiscations et prison)  les 600 milliards (ou moins), eux, auraient été injectés dans ces structures nationalisées dont les profits seraient alors revenus à l’Etat-prêteur, c’est-à-dire aux contribuables que Sarko a finalement ponctionnés pour sauver les copains et les coquins de sa caste, en proclamant, cerise sur le gâteux, avoir « sauvé les banques françaises »...


          • titi 24 août 11:33

            @Effondré remonté

            Une entreprise ne peut être reprise 1 euro que si le passif dépasse l’actif et à condition que l’on reprenne aussi le passif.
            Pour faire simple cela signifie qu’on reprend les dettes avec.
            Une reprise 1 euro ça n’existe pas : il faut encore rembourser les créanciers.

            C’est ce que n’arrivent pas à comprendre les gogos qui pensent reprendre leurs sociétés défaillantes par le biais d’une scop, et qui pensent repartir avec les machines, les brevets, de leurs anciens employeurs pour rien.

            Les aides de Sarko étaient des prêts qui ont tous été remboursés par les banques françaises (ca n’a pas été le cas en Espagne par exemple).
            Les aides de Sarko c’était de l’argent que la France n’avait pas : la France a elle-même emprunté pour prêter. Techniquement ce n’était pas l’argent du contribuable.

            La question c’est : qu’est devenu l’argent remboursé par les banques, puisque visiblement il n’a pas servi à rembourser la dette générée par ces prêts ?
            Comme ces remboursements ont été gérés ?


          • titi 24 août 11:37

            @titi
            J’ajoute que la seule banque qui a vraiment fait défaut c’est Dexia... banque nationalisée chargée de financer les collectivités locales.


          • Effondré remonté Effondré remonté 26 août 11:33

            @titi
            Ce que vous, vous n’arrivez pas à vous fourrer dans le crâne, c’est qu’il n’y a pas à rembourser des créanciers qui ont participé au casino financier mondial ! La politique économique primera toujours sur l’économie en cas de dol des peuples !! ...appelez ça de l’expropriation, si vous voulez, mais c’est ce qu’il fallait faire pour assainir les finances au niveau français et donner l’exemple au niveau européen et mondial... c’est ce qu’a fait l’Islande  certes sur une moindre échelle  en n’endossant pas les dettes énormes (à l’égard de banques anglaises et hollandaises notamment) de ses deux banques en déconfiture... la Grande-Bretagne l’a menacé de je ne sais quoi mais elle a pris ses pertes, le gouvernement islandais a démissionné, une partie de celui-ci et les dirigeants desdites banques sont allés en prison. C’est absolument ce qu’il fallait faire partout ailleurs...
            La prochaine crise financière inéluctable sera monstrueuse, jamais vue dans l’Histoire, cette fois les banques centrales sont mouillées jusqu’au cou faisant partie des prédateurs des peuples au point de détruire la monnaie désormais avec leurs QE et autres rachats d’actions ou d’obligations insensés !
            On n’a que faire de votre petite légalité et normalité économique de 1ère année de SciencesEco ou d’école de commerce. Le vrai capitalisme n’est pas cette connivence de communistes ultra-riches, mais de prendre ses pertes pour erreurs monumentales de gestion...


          • Effondré remonté Effondré remonté 26 août 11:36

            @titi
            Parlons-en de Dexia ! ...le gouvernment néolibéral franchouille a obligé la Banque Postale, qui reste en grande partie la banque des petits déposants qui la croient sûre et encore vaguement « nationale », à reprendre les dettes de cette horreur spéculative, qui a plombé les comptes d’innombrables collectivités légales (cf. les prêts gagés sur les fluctuations du franc suisse, etc.). Aucun de ses dirigeant  à ma connaissance  n’est allé en prison pour cette odieuse et massive piraterie financière des finances et des économies populaires...


          • Effondré remonté Effondré remonté 26 août 11:37

            @Effondré remonté
            ...collectivités « locales », oeuf corse... my bad !
            ...dirigeantS...


          • titi 23 août 23:24

            @L’auteur

            De Gaulle n’a existé que par la volonté de Churchill.

            Les USA, et l’Algérie française lui ont préféré Giraud pour lutter contre l’Allemagne.

            C’est un utile rappel qui peut aussi éclairer sur les motivations du « grand homme », sur ses rapports avec les USA, et sur sa politique vis à vis des pieds noirs.


            • Effondré remonté Effondré remonté 24 août 09:59

              @titi
              De Gaulle a existé par lui-même et pour la France, c’est un miracle politique méta-historique. Churchill a voulu en jouer longtemps et s’y est cassé le cigare ; à la fin, il a voulu ignorer le bonhomme (ex. ne l’avertissant que la veille, du débarquement en Normandie, affront incroyable !) mais c’était trop tard, de Gaulle avait déjà unifié toute la résistance, représentait 20 divisions (200 000 hommes) puis 60 en 45, unifiait sous sa houlette (celle du GPRF) tous les territoires libérés et même non-libérés (ex. Paris insurgé), coulant complètement les scandaleux plans d’occupation dure voire hostile des Etats-Uniens (plan AMGOT) que Churchill n’avait pas désavoués !
              Pour l’Algérie, il a tranché le noeud gordien, c’était ça ou la guerre civile et la guerre locale, atroce, continuée... les colons, les petits colons surtout, ont beaucoup souffert, c’est vrai, mais ces têtes de linotte étaient malgré tout globalement suprémacistes (quand on est misérable, c’est toujours bon d’avoir au moins un indigène servile encore plus misérable que vous). Les Pieds-Noirs avaient eu au moins 30 ans  depuis les réformes avortées du Front Populaire  pour modifier la société algérienne, leurs rapports avec les Arabes, leur faire une place nécessairement grandissante. Ils auraient pu rester dans l’Algérie nouvelle  façon Afrique du Sud  mais très vite, ce fut le règne de la terreur de part et d’autre, et l’escalade de cette terreur. Jusqu’au bout, une grande part de ces colons a approuvé et appuyé l’ignoble OAS...


            • Effondré remonté Effondré remonté 24 août 10:14

              @titi
              Sinon je ne comprends pas le sens de cette phrase « C’est un utile rappel qui peut aussi éclairer sur les motivations du »grand homme«  »...ou alors :
               vous supposeriez que l’animosité de de Gaulle vient du fait d’avoir été délaissé par les Anglo-Saxons au profit d’un autre...
               ce qui serait un non-sens historique : de Gaulle a toujours su que les Anglo-Saxons jouaient leur propre partition jusqu’à compromettre gravement les intérêts français (déjà dans les années 20 et 30 en exonérant l’Allemagne  qui a très peu « payé » en vérité  de ses obligations de réparation issues du Traité de Versailles, en confortant ses finances et ses industries, enfin ses agressions et exactions exploratoires : guerre d’Espagne, Munich, etc.). Dès le premier jour sur le sol anglais, il a parlé d’égal à égal avec eux, en représentant souverain de la France !
               ce qui prouverait que vous avez de graves lacunes historiques et aussi de la révérence envers Nos Bons Maîtres dont l’imbécillité historique au XXe siècle mais jointe, certes, à des capacités d’exactions remarquables, n’est plus à démontrer...
               ...sinon, Giraud était une parfaite nullité qui s’est d’ailleurs effacé de lui-même (spécialité US d’ailleurs, que de mettre en place les plus grotesques et inconsistants hommes de paille : par exemple, récemment, le Guaido, « président légitime » du Vénézuéla, tiens, où est-il d’ailleurs maintenant ? ; ou le Ashraf Ghani, qui a fui l’Afghanistan sans rien tenter mais avec 169 millions de dollars dans des sacs... beaucoup de sacs !)


            • titi 24 août 11:57

              @Effondré remonté
              « mais c’était trop tard, de Gaulle avait déjà unifié toute la résistance, représentait 20 divisions (200 000 hommes) »

              L’essentiel des effectifs c’est l’armée d’Afrique qui les fournit. 

              Par exemple : effectifs lors de la campagne de Tunisie :
              Armée d’Afrique : 63000 hommes.
              FFL : 9000 hommes

              En 1945, l’Armée d’Afrique représente 75% de l’armée française.

              Les chefs de cette armée d’Afrique sont très souvent membre de l’ORA (Organisation de résistance de l’Armée) donc reconnaissent comme chef Giraud et pas De Gaulle.

              Les 63000 hommes d’un coté, 9000 de l’autre... les US ont été pragmatiques.


            • Effondré remonté Effondré remonté 25 août 21:17

              @titi ...vous désinformez de manière ridicule :
              Armée de Libération Française (ex-FFL, ex-France Combattante) :
              En France : en août 1944, le total des effectifs engagés s’élevait à 267 654 hommes dont 130 000 Maghrébins (sans oublier les tirailleurs sénégalais) .
              Fin 1944, l’Armée française de libération compte près de 600 000 hommes, dont les deux tiers sont venus d’Afrique du Nord. On y compte quelque 176 000 « Européens » et 233 000 « musulmans ».
              FFI : 100 000 en 1944, 300 000 fin 44 (dont beaucoup de résistants « de la 11e heure » à dire vrai). Phrase fameuse d’Eisenhower, certes plus politique (tout à fait à l’encontre de FDR sur ce point) que militaire : « la Résistance a représenté au moins 15 divisions », mais c’est tout de même vrai qu’elle a été décisive dans la libération de la Corse, du Sud-Ouest et de la Bretagne...
              Quel jeu jouez-vous avec votre haine de de Gaulle, de la réalité de la Résistance et donc de la France ?


            • Effondré remonté Effondré remonté 25 août 21:31

              @Effondré remonté
              ...et encore je n’ai pas intégré l’aviation et la Marine de la France Combattante...


            • Aymé Serf 24 août 02:05

              ex-adhérent de quoi ou de quel parti ?


              • alanhorus alanhorus 25 août 16:41

                @Aymé Serf
                Les paris sont lancés.
                Je croyais que le dicton :
                Plus un mensonge est gros mieux il passe était de Goebbels, faux c’est de Lénine.
                Goebbels lui a écrit :
                Un mensonge répété 10000 fois devient une vérité.
                Dans tous les cas ils appliquent la même pommade à mouton pour leurs vaccins PPFFIIIIZZZZER

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité