• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les violences conjugales, un fléau à combattre !

Les violences conjugales, un fléau à combattre !

 

APPEL D'URGENCE écoute et orientation {PNG} "La plate-forme de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes a enregistré une hausse de 60 % des appels de victimes pendant le deuxième confinement par rapport à la normale, a annoncé, samedi 9 janvier, Marlène Schiappa. "

Les associations de solidarité qui assurent des permanences reçoivent de plus en plus de femmes inquiètes, désemparées, désespérées que ne savent pas que faire pour se protéger et vivre dans la sérénité.

 

Ces associations, le plus souvent apportent quelques conseils et orientent ces femmes vers des structures dites spécialisées.

Mais parfois il faut un délai d'attente alors que c'est immédiatement qu'il faudrait intervenir pour éviter l'abandon ou même le pire.

Ce n'est là que la partie émergée de l'iceberg, ce n'est rien ou presque par rapport au nombre d'appels au secours qui sont rapportés sur facebook ou ailleurs.

Que faire ?

Comment permettre à toute femme qui subit des violences d'obtenir un soutien et une protection immédiate ?

Nous proposons d'écrire une oeuvre collective sur cette question en abordant tous les aspects, sociologiques et politiques, psychologiques, médicaux, juridiques et sociaux.

Il ne s'agit pas de sortir un document docte et volumineux mais un livre faisant un état des lieux, posant la problématique et proposant des pistes de transformation pour une meilleure information, une prévention et une orientation.

Ce livre pourrait intéresser tous ceux et toutes celles qui sont quotidiennement confrontés à cette violence qui touche de nombreuses femmes de toutes origines.

Nous comptons aussi accompagner nos analyses et propositions de témoignages et de contributions venant d'écrivains, plusieurs nous ont proposé des nouvelles.

Les dessinateurs sont les bienvenus.

Nous faisons appel à ceux et celles qui sont d'accord pour écrire un texte.

 

Nous éviterons les "redites" mais ouvrons aussi la perspective d'un débat ouvert sur quelques questions.

Il s'agit naturellement de combattre ce fléau social et humain, ce qui est le fil à plomb de ce projet rédactionnel.

Vous pouvez nous contacter sur facebook en nous adressant un message personnel contenant votre numéro de portable afin que nous puissions vous contacter.

 

Ce livre paraîtrait en septembre 2021

 

Nathalie Rocailleux et Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • JMTLG 8 mars 17:23

    Je me suis arrêté de lire dès la première phrase suivant la citation.

    « reçoivent de plus en plus de femmes inquiètes, »

    Et sur ce sujet grave, et intéressant, encore une fois les victimes hommes n’existent pas. Même si elles étaient en quantité négligeable, ce qui est LOIN d’etre le cas, ces victimes méritent d’être prises en compte.

    On nous rabâche au point d’être parfois grotesques l’égalité hommes-femmes, les droits des minorités, des couleurs de peau, de l’orientation sexuelle. Causes que oui, je défends profondément.

    On assiste à une proéminence (que personnellement je trouve affligeante) des écritures inclusives.

    Les hommes doivent être vigilants en permanence car ils sont considérés par défaut, désormais, comme des obsédés, violeurs potentiels, beaufs, machos, mysogines, et j’en passe.

    Et par contre, des hommes qui se font tabasser, violenter, abuser (sexuellement ou non), ne sont même pas mentionnés dans la quasi totalité des écrits au sujet des violences domestiques.

    Et oui, ça me fout vraiment en rogne, mais en tant qu’homme, je sais que j’urine dans un violon.


    • jymb 9 mars 13:43

      @JMTLG
      Exact, la discrimination est phénoménale, la violence conjugale est assénée à sens unique, tous ceux qui sont insultés, rabaissés, humiliés, voire frappés par leurs compagnes n’ont pour eux que le silence et la honte...et s’ils réagissent ils sont sûrs d’être traités en coupables 


    • picpic 9 mars 20:02

      @JMTLG

      sachez que les couples les plus violents sont dans l’ordre 1 : le couple lesbien 2 : l’hétéro et 3 : homosexuelle...et oui, le couple le plus violent est le lesbien du coup, ça fait péter les stats des femmes violentées par leurs CONJOINTS ! Oui, le mot « conjoint » est utilisé à dessein par les médias, il dissimule le sexe de l’auteur de la violence... tout le monde souffre ! l’homme et la femme sont aussi violent l’un que l’autre, c’est une association...chacun utilisant les armes dont il dispose...il faut lire le livre de peggy sastre « la domination masculine n’existe pas » ou ’l’homme subjugué" d’esther vilar, qui s’est fait menacée de mort par les féministes pour avoir écrit ces vérités.


    • sylvain sylvain 8 mars 22:37

      des violences sexuelles et sexistes a enregistré une hausse de 60 % des appels de victimes pendant le deuxième confinement par rapport à la normale

      Tu m’étonnes . Beaucoup de couples ne se supportent que de loin . Enfermer des gens ensemble n’a jamais produit de fabuleux résultats, les violences sexuelles dans les prisons parlent d’elle mêmes .

      Sur les violences conjuguales, on traite un peut trop les symptomes et pas assez les causes sous jacentes à mon avis, mais c’est mieux que rien .


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 9 mars 01:09

        Après 81 ans d’une vie bien remplie, j’affirme n’avoir jamais rencontré d’homme battu par leur compagne. Cela existe certainement, mais je ne pense que ce soit très courant. Par contre, des femmes victimes de violences conjugales, j’en ai malheureusement connu beaucoup. J’en ai même aidées, achetant des billets de train dans un autre département pour permettre une fuite et éviter un drame. Ce livre me paraît une bonne idée, mais il me semble que son édition devrait être de la responsabilité du ministère concerné pour une distribution gratuite.


        • JMTLG 9 mars 07:25

          @Danièle Dugelay

          Environ un tiers des victimes de violences conjugales sont des hommes.
          Il faut également ajouter que la proportion d’hommes le déclarant est amplement plus faible que chez les femmes, par peur du déni, la honte, etc.

          Votre réaction est assez typique, et probablement n’est pas mal intentionnée, mais dévastatrice.

          « Je n’ai jamais vu, ça doit exister mais c’est rare. Et puis il y plus de. Femmes victimes ».

          Imaginez un peu à quel point ce genre de propos est mauvais pour ces hommes ?
          Ils sont de base même pas mentionnés. Puis, minimisés, pour ne pas dire rabaissés. Ils ne peuvent pas en parler par honte. Imagine un peu...


        • ZenZoe ZenZoe 9 mars 08:59

          @JMTLG
          Votre réaction est assez typique,

          Ben la vôtre aussi ! A chaque fois qu’un article sur les violences faites aux femmes sort, je dis bien à chaque fois, on a droit au couplet ’’et nous alors les hommes ?’’.
          Et à chaque fois, j’ai envie de vous dire à vous les hommes : écrivez-donc des articles, des livres, témoignez, créez une ligne téléphonique, une association, faites-vous connaître, faites vivre la cause... Vous voyez ce que je veux dire ?
          Là, aujourd’hui, c’est un article sur les violences faites aux femmes. C’est le sujet de Chalot. Demain donc, on attend le vôtre sur les violences faites aux hommes, d’accord ?


        • jymb 9 mars 13:49

          @Danièle Dugelay
           Pour ma part les trois cas que j’ai croisé ont été des violences faites à des conjoints hommes
          - une tentative de meurtre par médicaments d’une épouse fermière qui souhaitait se débarrasser d’un mari jugé trop effacé
          -un mari giflé par son épouse sous mes yeux durant un entretien « Tais toi, c’est moi qui parle » J’ai encore honte de ne pas avoir su réagir
          -Un conjoint puni à coups de fer à repasser ( quand je raconte l’histoire, en général la réaction des auditeurs est un fou-rire généralisé qui en dit long sur le drame et le tabou absolu des hommes battus ) 


        • JC_Lavau JC_Lavau 9 mars 20:17

          @Danièle Dugelay. Si tu peux encore me rencontrer, c’est que toutes les tentatives d’assassinat par le couple des tueuses conjurées, ont finalement échoué. Les féminazies qui nous gouvernent au gouvernement propagandent partout que les femmes sont des victimes de violences, et que les hommes sont auteurs de violences. Et les tribunaux applaudissent, portent en triomphe les gangs de tueuses conjurées. Ô pouvoir de la propagande !

          La propagande féminazie au gouvernement. Gloria Steinem, le féminisme, Rockefeller et la CIA

          ...


        • sylvain sylvain 10 mars 19:19

          @ZenZoe
          écrivez-donc des articles, des livres, témoignez

          Mais quand les hommes écrivent des livres sur les violences conjuguales, ils écrivent aussi des livres sur les violences faites aux femmes, c’est comme ça . C’est presque une forme de génétique sociale

          Une bonne video sur les différences de traitement sociaux  : quand une femme se fait agresser par un homme dans la rue, les gens interviennent, quand c’est un homme qui se fait agresser précisément de la même manière, les gens sourient, ils semblent même trouver ça mignon, c’est la manière dont une femme est censée « traiter son homme »

           


        • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 19:45

          @ZenZoe. Chaque fois qu’un homme réchappe de son vivant des violences conjugales et familiales féminines, et qu’il ose parler ou écrire, il est immédiatement traité de pleurnichard, de macho-facho-dégénéré, de punaise masculiniste, de misogyne, etc... Ces gentes dames s’indignent de ce que les assassinats aient encore tous échoués à ce jour, et se vantent que elles, elles n’auraient pas loupé la victime.
          Feu ma môman s’est vantée d’avoir protégé la criminalité organisée féminine parce qu’elle est féminine.
          http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Fam_Lavau/proteger_criminalite_feminine.html
           
           Vaniteux, mythomane et manipulateur, le délire de la Reine-Mère.

          ...


        • CHALOT CHALOT 9 mars 07:45

          Le livre qui sera écrit porte sur les violences conjugales donc pourra aussi aborder la question des hommes victimes.

          Voici ce qu’écrit la Charente maritime ; « Dans les homicides conjugaux, un cas sur cinq concerne un homme. Un phénomène à la fois méconnu, du fait du tabou entourant la violence faite aux hommes, et complexe, la moitié des victimes ayant eux-mêmes été violents envers leur conjointe. » Oui complexe....Une femme battue par son mari n’a pas pu porter plainte parce qu’elle s’était défendue....Il aurait fallu qu’elle se laisse faire pour que la police ne dise pas que c’était de la violence réciproque !???



          • sylvain sylvain 10 mars 19:22

            @CHALOT
            je vous remets le lien que j’ai mis un peu plus haut . Cette video met en lumière un fait intéressant : qu’une femme agresse « son » homme dans la rue est considéré comme tout a fait normal, et même amusant .


          • ZenZoe ZenZoe 9 mars 09:19

            Ce projet de livre est-il vraiment nécessaire ?

            Les violences faites aux femmes sont de fait assez bien documentées de nos jours, des organismes dédiés s’en occupent. Les solutions sont connues.

            Ne serait-il pas plus pertinent d’oeuvrer pour commencer à mettre en place les solutions préconisées ? L’une d’entre elles est la création de centres d’hébergement. Chalot, avec sa pugnacité et sa grande expérience de terrain, a toute sa place sur ce créneau.

            Si ce projet de livre intéresse l’auteur, pourquoi pas, mais à un moment donné, il faut reconnaître qu’une femme battue a plus besoin d’un endroit sûr où se réfugier, pas d’un fascicule illustré pour passer le temps, vous voyez ce que je veux dire ?


            • CHALOT CHALOT 9 mars 10:27

              Le livre insistera sur les solutions à proposer et les expérimentations....L’idée c’est d’ouvrir et de permettre des contributions.


              • ZenZoe ZenZoe 9 mars 11:08

                @CHALOT
                Oui, mais comme je viens de le dire, à un moment donné, il faut passer au stade supérieur : l’action concrète. Ce moment est venu.


              • Ecureuil66 9 mars 17:02

                J’ ai une solution : il faut interdire le mariage, le couple éternel est une prison, une vue de l’esprit...on vit trop longtemps maintenant .... Comme dans certaines civilisations ou ethnies chacun doit vivre chez soi , fin des violences ! 


                • Hector Hector 10 mars 10:58

                  Je suis bien d’accord avec ZenZoé, c’est de fournir aux Femmes un hébergement de secours rapidement et non de faire un Nieme bouquin que personne ne lira.
                  Le sujet étant largement documenté par les médias.
                  Voila un sujet qu’il est bien pour cette grande gueule de Morano !


                  • Pauline pas Bismutée 10 mars 11:19

                    Dans quelques pays il y a des « maisons sures » pour femmes en danger, qui accueillent leurs enfants aussi. Ce sont des lieux « secrets », on y accède en téléphonant a un numéro d’urgence publique, et le personnel vient vous chercher (j’en faisais partie durant un stage).

                    A ma connaissance, il n’existe pas de structures similaires pour les hommes, ce qui est évidemment injuste (et c’est encore ’tabou’, tout comme les viols sur les hommes).

                    Et pour tout ça, il faut du fric...j’ai idée que ça va pas être les priorités smiley


                    • CHALOT CHALOT 10 mars 19:27

                      Hector

                      Je ne demande pas d’autorisation d’écrire un bouquin. J’informe si des personnes souhaitent écrire....C’est une conception que je choisis pour l’édition


                      • Hector Hector 11 mars 10:47

                        @CHALOT
                        Bonjour Chalot,
                        Ce n’est pas une attaque personnelle, bien au contraire ce serait plutôt un coup d’aiguillon de plus pour que le Gtv se remue un peu les fesses au lieu de laisser trop de Femmes se débrouiller seule, sans recours rapides et ainsi se rendre complice de ses violences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité