• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre à l’an 2010 pour mon pays Haïti

Lettre à l’an 2010 pour mon pays Haïti

Pourquoi tant de malheurs ? Pourquoi tant de pleurs ? Pourquoi les désastres ne cessent de se succéder dans mon pays Haïti chéri cette année ? Le 1er janvier tout un peuple se souhaitait une bonne année, dans toute les villes, comme on dit chez nous on « courait l’heureuse année ». Les enfants étaient contents. En dépit du manque de moyens économiques pour plusieurs, la soupe du jour de l’an bouillait. Le giraumon était au rendez- vous. Si seulement on savait ce que tu nous réservais...

12 jours plus tard, près de 5% de nous allions périr dans ce qui restera l’une des pires catastrophes naturelles de l’Histoire...

Ô 2010 !

Plus de 300 000 des miens allaient rendre à la terre la poussière de leur être et partir à tout jamais...Et depuis les malheurs se succèdent et s’enchainent emmenant jour après jour leur lot de pleurs et de désolation. On se cesse d’enterrer nos cadavres.

Ô 2010 !

Plus d’un million de gens se retrouvent sans abris, obligés de vivre comme ils peuvent. D’ailleurs il n’est plus question de vie, mais de survie. Pourquoi nous ? Qu’avons-nous fait pour mériter cela ?

Comme si tout cela ne suffisait pas, les ouragans sont venus et on fait leur lot de victime...La Mort, cette faucheuse a établi son quartier général dans notre beau pays jadis la perle des Antilles, aujourd’hui terre de malédiction.

Ô 2010 !

Depuis le début de notre histoire, nous avons connu que les malheurs. Tout commençait avec le massacre abjecte des Indiens qui vivaient terriblement en communion avec Dame Nature. Et puis la traite des esclaves venus d’Afrique qui allaient être victimes des pires cruautés de la part de leurs semblables pour des raisons qui m’échappent toujours aujourd’hui. Une indépendance que nous avons payée cher au prix du sang. Et puis les coup d’État, les dictatures, les mesquineries des hommes faussement patriotes avides de pouvoir, les erreurs de nos vrais-faux amis de l’international, la pauvreté économique qui s’aggrave et puis maintenant le 12 janvier.

N’est-ce pas assez ?

Ô 2010 !

Et maintenant le choléra, ce loup sinistre qui continue de tuer et de semer la désolation...Le nombre de victime ne cesse de croitre de jour en jour. Les morts se succèdent...

Nous sommes loin des bourses, des causes futiles, des égoïsme, des gloutonneries...Il s’agit simplement de vivre.

Le soleil se lèvera t-il demain ?

Est-ce que tout reviendra un jour comme avant ?

Chaque jour est le dernier...

Nous n’en pouvons plus. Il est temps que cela cesse. Que faire ? Que dire de plus ? Qu’espérer encore ?

Ô 2010 !

 

Max Jean-Louis

Ambassadeur de la Francophonie des Amériques

Candidat comme administrateur du Centre de la Francophonie, Québec

http://francophonie.6mablog.com

 

Je ne dirai rien de plus. A quoi bon ?

Ô 2010 !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • obismey [ Against All Authorities ] obismey [ Against All Authorities ] 16 novembre 2010 11:09

    Très bon article ! Article Inutile certes, mais très bon article tout de même ! En effet , je ne vois ici que pleurs et gémissements, apitoiements, plaintes et complaintes !

    MAIS BON SANG DE BON DIEU, QUAND ES CE QUE VOUS ALLEZ VOUS REVEILLER ET SORTIR DE CETTE PAUVRETE ?

    QUAND EST CE QUE VOUS ALLEZ ENFIN VOUS LEVER ET CONSTRUIRE VOTRE PAYS ?

    Ce n’est pas la premiere fois que cela vous arrive, je parle de catastrophe naturelles ! Mais à chaque fois les dégats sont énormes ! Regardez un peu les japonnais ! Ils ne sont pas mieux lotis que vous ! Mais aujourd’hui regardez ou ils en sont ! Tous vos problemes viennent de la pauvreté ! TOUS ! TOUS  !

    ALORS REVEILLEZ VOUS ! ET CESSEZ DE GEINDRE ! FAITES TOUT POUR QUE DANS L’AVENIR LE MEME TREMBLEMENT DE TERRE CAUSE MOINS DE DEGATS !

    Cordialement ! 


    • sylvie 17 novembre 2010 19:20

      Le japon n’est vraiment pas le bon exemple, empétré dans un dénatalité sans issue, le japon a cramé en 20 ans d’exhubérance ce que les autre mijotent en 300 ans...


    • oncle archibald 16 novembre 2010 12:40

      Bien sûr on ne peut rien contre les éléments déchainés, pas plus à Haiti qu’ailleurs, mais si seulement il y avait chez vous du pétrole ou de l’uranium .... Alors l’aide internationale n’aurait pas été à minimum minimorum, alors oui on aurait reconstruit vraiment et bien, de peur que vous ne nous fassiez plus profiter de vos ressources ... 

      Mais comme le dit le vieux dicton « il ne pleut que la ou c’est déjà mouillé ! »

      • ARMINIUS ARMINIUS 16 novembre 2010 14:35

        Alors qu’il suffirait d’un peu de bonne volonté et de quelques dollars pour venir à bout du choléra, où sont les ONG puisqu’il n’y a pas un gouvernement pour s’y coller ? Je suis sur que beaucoup de personnes seraient prêtes à aider financièrement à la lutte contre ce fléau : à part une offre de sac pour Haïti à 2 euros ( et encore, faut les trouver !) rien, nib, que dalle... est ce qu’Haïti est la damnée de la terre ? en quoi cette détresse est-elle différente de celles des autres ?Peut-être que l’accumulation des souffrances endurées par ce peuple depuis des générations a usé notre capacité à l’émotion ou peut être que le vaudou nous a transformés en zombies...


        • Diogene 16 novembre 2010 16:17

          Pourquoi tant de malheurs ?


          Oui, bonne question !

          Si vous voulez vraiment vous en sortir, je vous conseille de couper tous les ponts avec vos grands frères : USA et France, refusez l’argent des aides, en particulier celui qui finance les campagnes electorales.

          Ce sera dur, vous pouvez eventuellement demander de l’aide a la dictature du voisin Castro. Il a eu le meme probleme que vous, cela a été dur, cela l’est toujours, mais en comparaison avec vous, c’est moins mal.

          N’espérez pas plus, et travaillez par vous memes.

          a+

          • Dolores 16 novembre 2010 16:24


            Ce qui me pose question, c’est de savoir où sont passés les millions qui ont été promis pour la reconstruction de Port au Prince.
            Dix mois après le tremblement de terre, et après une émotion bien fugitive, rein ne semble avoir été fait : les gens sont aussi malnutris que dans les premiers jours, l’eau potable reste un problème, et les gens demeurent sans abri.
            Que font donc les ONG qui devaient relever Haïti de ses décombres, les gouvernements qui se disaient prêts à aider ?
            Où sont passés les fonds qui ont été versés à travers le monde pour venir en aide au peuple haïtien ? Dans quelles poches ont-ils atterris sans que les haïtiens en voient la couleur ?


            • JJ il muratore JJ il muratore 17 novembre 2010 08:30

              @maxdbh. vous terminez votre émouvante complainte par une question : « est-ce que tout reviendra un jour comme avant ? »
              Et vous dites que « avant » les haïtiens ont toujours été dans la merde !
              Le vrai problème des haïtiens est là : depuis 200 leurs leaders leur ont fait croire que tout allait redevenir comme avant. Comme des enfants régressifs les haïtiens l’espèrent.
              Leurs voisins, qui partagent la même île qu’eux s’ent sortent. Pas les haïtiens. Les Dominicains se projettent dans le futur et avancent.
              Les Haïtiens se projettent dans le passé et reculent !


              • Yoann Moreau Yoann Moreau 22 novembre 2010 22:50

                Effectivement les catastrophes se sont succédées, mais les fragilités sont aussi structurelles, et durent depuis près d’un siècle : instabilités politiques (dictatures, ingérence américaines et françaises), écologique (déforestation massive), éducative (analphabétisme galopant), économique (qu’est devenue la « perle des Antilles »). C’est non seulement à 2010 qu’il faut faire face, mais à toute cette dynamique d’effondrement qui était déjà en cours. (voir à ce sujet « Haïti s’effondre »)

                Le peuple haïtien a l’une des plus fortes traditions de mobilisation pour l’autonomie et la liberté, pour l’indépendance de son fonctionnement, la conviction en ses valeurs et l’énergie pour les défendre. Je suis de tout cœur avec vous, et vous souhaite la volonté et la persévérance pour vous reconstruire, pour contrôler l’aide qui vous ai donnée et en user dans le sens qui vous convient, en accord avec vos valeurs et vos espérances.
                En ce sens, je rejoins un certains nombre de réactions publiées précédemment : reprenez confiance en vos valeurs et en votre culture ou, pour le moins, restez au minimum le cul entre deux chaises. Forza !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires