• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer, par les derniers hussards (...)

Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer, par les derniers hussards d’une éducation populaire

Lettre ouverte des derniers hussards d'une éducation populaire

 

Monsieur le Ministre,

 

« L'école de la confiance » ? Voilà la formule que vous avez choisie pour museler encore et toujours davantage les enseignants. Confiance en qui ? En vous-même certainement, car vous saviez pouvoir compter sur une conscience professionnelle ancrée dans les âmes de ces personnels dévoués à leurs élèves et à une cause à laquelle ils étaient attachés, pour encaisser, endurer sans broncher des conditions de travail toujours moins acceptables (autant pour eux que pour leurs élèves), des salaires toujours moins valorisants, des consignes toujours plus frustrantes. A l'instar des soignants, dans des hôpitaux à la dérive, qui, pour continuer à prendre en charge une population blessée et malade, doivent redoubler d'imagination, d'inventivité et pousser à l'extrême une fatigue inhumaine.

Que faire de toute façon ? La grève ? On nous accuse de prendre en otages des enfants qui n'y sont pour rien, des parents qui ne peuvent s'organiser, de nous tromper de cible. C'est vrai. Nos dirigeants de toute façon ont les moyens de mettre leurs enfants dans des instituts privés pour la plupart (tout comme ils se font soigner dans des cliniques privées). Alors désorganiser la scolarité des enfants qui ne sont pas les leurs, cela ne les émeut pas beaucoup. Témoigner ? Mais on nous renvoie au devoir de réserve des fonctionnaires ! Remettre en cause son ministre ? Quelle infamie, quelle trahison, on touche au crime de lèse-majesté...

Quand on voit les violences policières que le Gouvernement légitime actuellement (s'il ne les commandite pas) et les sanctions disciplinaires que l'on agite pour nous effrayer, on le voit, il ne nous est offert que le désespoir silencieux. On subit, on se tait, on regarde, les larmes aux yeux, l'école se déliter. #pasdevague surtout !

Ou bien, on obéit, on fait ce que l'on nous demande, et avec le sourire s'il vous plaît. On accepte de « faire évoluer le métier » (ah ! les beaux éléments de langage !), c'est à dire faire plus avec moins, accepter « les nouvelles missions ». Celui qui autrefois enseignait (avec tout ce que ce métier comporte déjà en soi de difficultés, de gestion de l'hétérogénéité des élèves, de pédagogie nécessaire) doit désormais assurer la formation et le conseil en orientation, mener les projets sur l'alimentation saine, l'écologie, la lutte contre le harcèlement ou les discriminations, prendre en charge l'accueil d'élèves porteurs de handicaps lourds (sans que ne soit proposée la moindre formation), le secrétariat et les photocopies, le ménage des salles et des couloirs.

Les postes de Conseillers d'Orientation Psychologues ont été supprimés, remplacés par les PsyEN puis répartis sur 3 à 4 établissements, les agents d'entretien malades ou partant en retraite ne sont pas remplacés, les secrétaires sont débordés,... Quelle importance ? Les profs sont corvéables à merci et seront ravis, pour le bien de leurs élèves, de palier le manque d'effectifs. Les CPE (Conseillers Principaux d'Education) de même ! Ils remplacent les absents, colmatent les manques et dysfonctionnements : tant pis si leurs horaires réglementaires sont dépassés « tant que ça tourne » !

D'ailleurs, c'est ainsi que tous ces personnels justifieront cette augmentation de salaire qu'ils réclament tant. La revalorisation promise ne se fera qu'en échange de cette silencieuse soumission.

Tout est mensonge, tout n'est qu'effet d'annonce. On dédouble les CP ? Il n'y a quasiment jamais les locaux pour cela. On instaure les « devoirs faits » (une heure obligatoire par jour et par élève encadrée par un adulte du collège pour faire les devoirs avant de rentrer chez soi) ? Il n'y a pas d'argent pour payer les adultes volontaires. On invente une épreuve orale du brevet ? Tous les enseignants, quelle que soit leur discipline et sans la moindre formation, se doivent, dans leurs jurys, d'interroger sur Picasso, Shoshtakovich, les règles du curling ou le niveau d'études nécessaire pour devenir chef de partie, deux matinées par an, que cela corresponde à leur emploi du temps ou pas. On prône l'inclusion d'élèves à profil particulier ou porteurs de handicaps reconnus (ce serait faire preuve de bien peu de bienveillance de leur refuser l'accès de nos classes) ? Mais les AVS (Aides à la Vie Scolaire) censés les accompagner ne sont pas recrutés ou partagent leurs 21 heures hebdomadaires entre 3 élèves différents ! Pas grave, pensez-vous ! Les profs feront des photocopies, prévoiront des supports adaptés, tiendront compte de ceci, ne jugeront pas cela, et ce, bien entendu, tout en mettant en place une différenciation personnalisée pour chacune des autres individualités de la classe.

De toute façon, même si ces AVS étaient nommés, il n'y a même pas assez de chaises dans les salles de classes pour les accueillir !Car avec des effectifs d'élèves toujours en hausse, 28 en 6è par exemple quand tout va bien, et 12 places pour faire des expériences scientifiques en salle de Science et Vie de la Terre ou en Chimie, on les met où les AVS ?

Et encore ! La question se pose quand ces disciplines peuvent offrir à leurs élèves le luxe de pouvoir manipuler en demi-groupes. Ce qui est rendu impossible par la baisse systématique depuis 15 ans de la Dotation Horaire Globale des établissements (enveloppe d'heures généreusement attribuée chaque année à chaque établissement pour la rentrée suivante) : les matières en viennent à se faire la guerre entre elles (ou les chefs d'établissement à arbitrer) pour savoir qui aura le droit à des dédoublements hebdomadaires. Utiliser le microscope, progresser en informatique, pratiquer une langue à l'oral ou tout simplement oser prendre la parole pour poser des questions et s'exercer, à 28, c'est impossible.

Les moyens humains et matériels font cruellement défaut mais les réformes se succèdent, annulant les précédentes (sans même nous laisser le temps d'en évaluer l'efficacité) : les programmes, les cycles, les socles, les troncs, le contrôle continu, les épreuves anticipées. Tous doit être revu, réorganisé sans cesse, et sans bon sens.

Voilà à quoi ressemble le métier de « ces privilégiés en vacances toute l'année ». Alors quand on nous assène le coup de grâce de la retraite à points, à nous, enseignants, dont le salaire est déjà indexé sur un point gelé depuis 10 ans, on ne peut plus endurer. On manifeste, on perd des jours de salaire, on parodie le Lac des cygnes, on vous écrit, rompant ce devoir de réserve, pour alerter la population sur la mort d'un service public de l'éducation, dont les piliers que nous étions s'effondrent, on montre du doigt l'extinction des vocations, la baisse des candidatures aux concours de l'enseignement, les démissions, les suicides !

Mais le mensonge continuera sans doute : vous prétendrez que le mouvement de contestation s'essouffle et que la prochaine rentrée s'est encore mieux passée que la précédente.

Ce n'est pas la contestation des enseignants qui s'essouffle, Monsieur le Ministre, c'est le cœur de l'Education nationale qui cesse de battre peu à peu.

 

Enseignant(e)s, parents d'élèves et citoyen(ne)s en colère

(pétition à signer sur Change.org http://chng.it/sFhgGPn9


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Robert GIL Robert GIL 23 janvier 11:23
    Pour que la France retrouve sa souveraineté

    Pour mettre fin à la vente à la découpe de la France, de nos services publics et des entreprises utiles à l’ensemble de la population et qui ont été financées par nos impôts, et pour empêcher la remise en question de leur gestion par chaque nouveau gouvernement tenté de les détruire aux profits d’intérêts privés.

    C’est pour cela qu’à l’inverse des nationalisations qui ne protègent en aucun cas des privatisations décidées par des gouvernements élus et soumis à des intérêts particuliers nous proposons la socialisation des biens communs.

    Socialisation nous entendons par là que tout ce qui est commun soit contrôlé et...lire la suite sur : https://2ccr.wordpress.com/.../socialisons-les-biens-commun

    • Julot_Fr 23 janvier 14:15

      @Robert GIL

      En opposant socialistes et nationaliste (que vous assimiler a la droite nationaliste ?) vous faite erreur. Les nationalistes sont les gens qui voient l’interet du peuple avant l’interet de la finance au pouvoir en France depuis le depart de DeGaule.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 23 janvier 11:31
      « et 12 places pour faire des expériences scientifiques en salle de Science et Vie de la Terre »   Euh ! A ce propos, avez-vous réussi à faire évoluer un animal dans une autre espèce ? Parce qu’on se pose la question de savoir si la théorie de l’évolution possède une quelconque expérimentation qui la confirmerait sans ambigüité.

       

      La bible parle du Béhémoth et du léviathan et du dragon volant.

      On peut parler du ptérodactyle de Culmont en Haute-Marne :

      On peut montrer une dizaine de photos de ptérodactyles abattus par des chasseurs sur une vidéo.

      On peut montrer deux photos différentes du monstre marin dans le lake Windermer.

      On peut montrer les statuettes d’Acambaro représentant des dinosaures trouvées prises dans des racines d’arbre pour certaines et datées d’avant J.C.

      http://www.creationnisme.com/2009/05/dino_acambaro/

      On peut montrer les pierres d’ICA représentant des dinosaures.

      On peut parler de La Saga nordique Volsunga et le poème du chasseur Béowulf contre le monstre Grendel dans la littérature anglo-saxonne (600 ap JC) qui décrivent les monstres comme des dinosaures et expliquent la façon de les tuer par-dessous, caché dans une fosse.

      On peut parler du Mokélé-Mbembé qui est un dinosaure vu en Afrique et relaté même par la revue

      Sciences et Avenir Hors série n° 123, juillet-août 2000

      Sciences et Avenir n° 139, septembre 1958 « Existe-t-il des dinosaures vivants dans les grands marais africains ? »

      http://le-cep.org/archive/CEP_20.pdf les dinosaures dans les chroniques anglo-saxonnes. (1)

      http://le-cep.org/archive/CEP_21.pdf les dinosaures dans les chroniques anglo-saxonnes. (2)

      Le Stégosaure sur la porte du temple d’Angkor (IXè au XVè siècle) :

       D’autres représentations de dinosaures : Grotte de Bernifal, Australie, Zimbabwe, Ghana, Sumatra, Arizona, Babylone, Hierakonpolis en Haute-Egypte


      • ETTORE ETTORE 23 janvier 12:58

        @Daniel PIGNARD

        Merci !


      • lloreen 23 janvier 14:29

        @Daniel PIGNARD
        On peut même encore leur parler de ceci.Mais sans garantie pour l’évolution de carrière...
        https://lumieresurgaia.com/transcription-du-grand-documentaire-de-divulgation-le-secret-cosmique-produit-par-corey-goode-et-david-wilcock-partie-3-sur-6/



        • Allexandre 23 janvier 15:31

          @ l’auteur

          Merci pour votre coup de gueule que tant ont eu avant vous. Le problème, c’est que le Gouvernement s’en fout royalement. Sa politique lui est dictée par ceux qui dirigent vraiment le pays, et tout l’Occident. Mais la France a une place à part. Elle est le laboratoire cobaye où tout doit être testé avant de l’appliquer aux autres. Certains Etats n’ont toujours pas digéré de Gaulle et la France souveraine et nationale. Une France qui osait encore s’affirmer et tenir tête aux géants de ce monde. Ce temps-là est révolu, particulièrement depuis 2007, ou chaque président de la République a été choisi par les grandes organisations financières et industrielles. Nos trois derniers pantins sont pieds et mains liés, alors, pensez leurs ministres !!.

          Oui l’école va très mal, les profs le savent ; mais vous en trouverez toujours qui, bien que n’étant pas de la partie, vous feront des analyses « intelligentes » dans lesquelles ils s’en prennent aux profs « gauchistes », fainéants, passant leur temps à se plaindre et j’en passe.

          Ceux-là sont souvent très cons et parlent toujours de ce qu’ils ne pratiquent pas.

          Les concernés, eux, savent de quoi vous parlez.


          • waymel bernard waymel bernard 23 janvier 18:26

            J’aurais signé la pétition si elle avait été rédigée par des enseignants, parents d’élèves et citoyens en colère. Je déteste l’écriture inclusive.


            • ribouldingue ribouldingue 23 janvier 22:38

              Qu’espérez vous obtenir avec cette pétition ? Que dalle ! Savez vous que sans risquer de prendre des sanctions, il existe un moyen plus radical, juste avec un peu de solidarité entre les profs et qui s’appelle la grève ? Qui, je vous le rappelle avec modestie, est légitime et légale. Non seulement, par ce moyen juste et nécessaire, vous exprimez votre mécontentement, mais surtout, vous attirez l’attention des parents qui se retrouvent devant le fait accompli avec leurs mômes qui ne vont pas en cours. Un seul prof manquant peut mettre une classe de 30 élèves dans la rue et foutre une pagaille dans un établissement scolaire et tout ça en remettant la faute sur le ministre en charge de gérer le désarroi et l’appel au secours de la communauté éducative. Ce droit de grève vous évitera le pire, car même dans cette lettre ouverte dont vous dévoilez votre identité et l’endroit dont vous exercez en tant qu’enseignante vous dénoncez et remettez en question la belle institution et son gourou qui déteste être remis en cause et qui peut vous valoir une sanction disciplinaire. Rappelez vous toujours que l’union fait la force.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès