• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte à Madame Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds (...)

Lettre ouverte à Madame Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds Monétaire International

Il est te mps que les experts du FMI cessent d’infantiliser nos pays en développement, à travers leurs déclarations tonitruantes sur « leur bonne croissance » et leurs « bonnes performances économiques » légitimant ainsi souvent la gouvernance économique de régimes qui appauvrissent et affament nos peuples.

La dernière déclaration de la mission du Fond monétaire en Mauritanie, qui n’est en fait qu’une « perle » du chapelet interminable de déclarations que les missions du FMI font chaque année, est non seulement fausse, mais d’un cynisme qui laisse tout observateur de la dégradante situation économique et sociale du pays, pantois.

Chère madame,

Lorsque dans mon pays, les mendiants peuplent les rues, lorsque l’infrastructure tant industrielle, économique et sociale est inexistante, lorsque les quatre-cinquièmes de la population vivent dans la misère et le dénuement complets, lorsque le chômage est le lot de toute une jeunesse, lorsqu’une capitale croule sous l’indigence de ses responsables et le poids de ses quartiers malfamés, lorsque le pays profond vit sous le seuil de pauvreté sans les moindres infrastructures de base, lorsque l’enseignement est un faire-valoir de la misère de l’élève, de l’étudiant et de l’enseignant, lorsque la corruption gangrène le pays au vu et au su de tout le monde, lorsque les détournements de biens public sont le commun de la gestion publique, lorsque le taux de mortalité (enfant et adultes) est l’un des plus élevés du monde ….comment les experts du FMI peuvent-ils alors déclarer que la Mauritanie a réalisé une « bonne croissance » et des « bonnes performances économiques ». Une croissance qui selon eux se situe, pour 2012 à plus de 5,5%, portée par la reprise vigoureuse de la production agricole et le dynamisme attendu du secteur des bâtiments et travaux publics » tandis que « l’inflation continuera à être contenue aux environs de 6% » ! D’autre part « La mission a félicité les autorités pour avoir réalisé avec succès les critères de réalisation et les repères structurels du programme à fin 2011 ». (Déclaration de la mission du FMI. Quatrième revue du programme de la Mauritanie appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC°, Nouakchott. 2012).

Chère madame,

La « croissance » que vos experts déclarent n’est pas la croissance réelle de nos pays. Nos populations crient misère et vos experts affirment les performances économiques ! Il est temps qu’ils tiennent un vrai langage, pas celui tenu dans les salons feutrés de nos ministères et imbu d’une vision macro-économique totalement tendue vers un ajustement structurel que ni se justifie plus que par lui-même tant il est déconnecté des réalités économiques.

Chère Madame,

La croissance économique ne résulte pas des critères retenus par vos experts, celle que vos experts clament à nos gouvernements est en fait une croissance du revenu national. Et l’on ne peut déclarer une véritable croissance que lorsque le revenu national est géré avec efficience et efficacité, aboutissant à un investissement économique et social profitant à la nation et visant le développement. Conduisant à une distribution équitable des richesses et générant la production et la productivité de tissus industriels et commerciaux qu’il aura participé à développer.

Chère Madame,

La vraie croissance est celle qui résulte de la plus-value générée par l’économie nationale tout entière, à travers son industrie, son commerce, sa recherche-développement, son innovation technique et technologique, de l’exportation de son savoir et de son savoir-faire. On ne peut parler de croissance quand il s’agit de comptabiliser le revenu de ressources naturelles (minières et halieutiques) et de le clamer haut et fort pour conforter nos gouvernants et la conscience des experts (soumettre à l’examen du Conseil d’administration la conclusion de la quatrième revue de l’accord triennal au titre de la FEC prévu pour juin 2012), alors qu’il ne s’agit que de revenus de ressources non renouvelables.

Chère madame,

En fait les chiffres avancés par les experts du FMI sont trompeurs et portent sur la croissance au sens de "l’expansion du revenu national", c’est-à-dire ce "fourre-tout" dans lequel on fait figurer le revenu de la Nation quelle que soit sa provenance !

La « croissance » de vos experts est ainsi celle du "revenu national" pas celle de la somme des valeurs ajoutées des unités économiques du pays et qui s'exprimeraient par des variations du Produit Intérieur Brut (PIB) réel (corrigé de l'inflation) ou nominal (exprimant la valeur marchande des biens et des services produits par un pays.).

Chère madame,

La croissance dont il s'agit est bien celle du Revenu National et non pas de l'économie nationale !

En effet, la croissance économique, telle qu’elle est calculée, ne mesure que la variation quantitative d’un agrégat économique, elle n’est donc pas synonyme de développement. Le développement est généralement associé à la croissance, mais il peut y avoir croissance sans développement. C'est le cas de la Mauritanie où les taux de croissance affichés ne sont que ceux du revenu national (rente nationale).

Ainsi si la vraie croissance économique traduit la variation quantitative, durable, auto-entretenue et non réversible de la production de biens et services, la fausse croissance en Mauritanie traduit la variation quantitative non durable, auto-entretenue et réversible d'un revenu national (d'une rente pétrolière et autre) au profit d'une minorité qui a depuis longtemps (et depuis toujours) planifié son détournement au détriment du développement. La vraie croissance repose sur la fonction de production et non pas d'accumulation de revenu national (issu de la rente).

Cette fonction de production repose sur l'utilisation des facteurs de production, travail et capital. La croissance dépend donc des quantités de facteurs de production disponibles et de la manière dont ils sont utilisés.

Chère madame,

- Vingt-trois ans d’ajustements structurels et nous sommes toujours pauvres.

Membre du FMI depuis le 10 septembre 1963, la coopération financière avec notre pays est ancienne et est même antérieure au programme d’ajustement structurel de 1985.

En 1979, la Mauritanie avait déjà bénéficié de l’assistance du FMI à l’ occasion de son programme de redressement économique. Le plan de redressement économique et financier (PREF), le Plan de consolidation et de relance (PCR) asseyaient déjà la philosophie des Plans d’investissements publics (PIP) et la grande saga des cadres de lutte contre la pauvreté (CSLP), des Cadres des dépenses budgétaires à moyen termes (CDMT) et autres Budget consolidés d’investissement (BCI).

L’ajustement structurel démarra effectivement en 1985, avec son défilé de missions du FMI et ses financements. Le FMI, devînt une manne pour les autorités mauritaniennes qui, au-delà d’un semblant d’ajustement structurel (dont on mesure aujourd’hui, après plus de 27 ans d’application, les résultats !), affina la stratégie d’autorités publiques corrompues et budgétivores à se spécialiser dans l’utilisation des mécanismes de l’endettement pour « pomper » les moyens du FMI.

Ainsi pour mieux bénéficier des avantages d’un tel système la Mauritanie déclara son éligibilité à tous les mécanismes de la pauvreté internationale. Ses dirigeants la déclarèrent parmi les PMA (les pays les moins avancés), puis pour encore mieux bénéficier d’un régime plus favorable, ils déclarèrent la Mauritanie PPTE (Pays Pauvres Très Endettés).

Une mendicité internationale qui, contrairement à la mendicité locale, avait son financier international : le FMI

Mais qu’a tiré la Mauritanie de cette assistance du FMI ? Toujours aussi pauvre !

Avec le FMI, la Mauritanie a expérimenté, en tant que PVD, PMA et PPTE, tous les circuits de l’assistance financière. Et ses gouvernants s’y complaisent.

Cher Madame,

Du « point de décision », à celui de l’achèvement en passant par celui de la transition, les autorités mauritaniennes ont engrangé des millions de dollars au titre de leur engagement avec le FMI

Le déficit budgétaire s’est-il résorbé ? Nos entreprises sont-elles devenues plus compétitives ? Notre tissu industriel est-il devenu une référence ? Nos infrastructures portuaire et routière sont-elles un exemple du genre ? …. Et pourtant à chaque mission du FMI, on annonce une croissance économique (rarement en deçà de 4%), un progrès dans le rétablissement des équilibres macroéconomiques, alors que notre balance des paiements est plus que jamais déficitaires et que l’endettement s’accroît. Le chômage est plus qu’inquiétant et le pouvoir d’achat des citoyens rivalise avec le niveau de la mer.

Chère Madame,

Vingt-sept ans d’ajustement structurel et nous sommes encore pauvres parmi les pauvres et pourtant les missions du FMI n’hésitent pas à nous affirmer « que les indicateurs de performances sont satisfaisants ». La seule chose que nous ne savons pas encore c’est pour qui profite la performance et la croissance ?

Depuis vingt-sept ans que la Mauritanie tire des Droits de tirage spéciaux, ces unités de compte du FMI, elle n’arrive plus à lâcher cette mamelle. Et le FMI n’arrivant pas à la sevrer est pris au piège d’un pays dont les problèmes résident moins dans le besoin d’assistance que dans l’intégrité morale des hommes qui le dirigent.

Chère Madame,

Ni le développement d’un pays, ni sa croissance ne peuvent être liés à des déclarations d’experts soumis aux canons de l’ajustement structurel. Mais le plus grave, c’est que les déclarations des experts du FMI, à travers leur appréciation de la croissance de nos pays ont une portée qui n’est pas simplement financière (en vue souvent de justifier ou non le financement du pays considéré), elles ont un impact important sur l’appréciation de la gouvernance économique et sociale de nos régimes politiques. Souvent ces déclarations, en contradiction avec la réalité socio-économique de nos peuples, induisent en erreur les masses, confortent la mauvaise gouvernance et les régimes dans leur gestion désastreuse de nos pays.

Chère Madame,

Il serait bien plus préférable que le FMI réduise la portée de ses déclarations au cercle gouvernemental intéressé par ses missions et adopte une politique de confidentialité évitant de les porter dans le public, car il participe à maintenir des peuples entiers dans la misère, la désinformation sur l’état réel de leur pays et conforte les régimes dans leur mauvaise action.

Le FMI doit structurellement s’ajuster pour adopter soit une définition de la croissance réelle, soit maintenir la sienne en faisant comprendre qu’elle n’est point expressive d’un quelconque développement économique. Mais il est à craindre que dans le premier cas comme dans le second, il ne témoigne de l’introuvable croissance, de la pauvreté structurelle des nations qu’il « ajuste » et donc de l’inefficacité de son action.

 Dans tous les cas, il devient urgent que le FMI ne soit plus une institution qui justifie, à travers ses déclarations, les dérives socio-économiques de nos gouvernants

Recevez, madame la Directrice générale, l’expression de ma considération distinguée.

Pr ELY Mustapha    


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Le taulier Le taulier 17 mai 2012 13:17

    Vous voulez que le FMI cesse « d’infantiliser » le pays en développement" ?

    C’est simple arrêter de tendre la sébile à chaque fois que vous voyez un Occidental.


    • mortelune mortelune 17 mai 2012 18:25

      Genre de post inutile quand on sait que ce sont les banques qui nous piquent l’argent. 

      Monsieur taulier si vous arrêtiez de piller les ressources naturelles de ceux que vous désignez alors à c’est vous qui tendriez la sébile.

    • Le taulier Le taulier 17 mai 2012 20:03

      C’est pas les banques qui pillent l’Afrique mais les dirigeants africains.


    • mortelune mortelune 18 mai 2012 02:21

      Les dirigeants africains corrompus prennent une ’commission’ pour mettre en faillite leur pays et ainsi justifier auprès de leur population la présence des pilleurs de ressources et l’intervention du FMI. 

      Bref ! renseignez vous, sur le net il y a tout ce qu’il faut pour comprendre comment ça marche.
      Je voulais juste vous dire que les peuples d’afrique ne sont pour rien du fait qu’ils sont dans la merde.

    • Le taulier Le taulier 18 mai 2012 06:07

      Les « commissions » dont vous parlez sont des crimes commis contre leur population.

      Moi je refuse la vision raciste que vous partagez avec Guaino de l’Africain gentil et con et de l’Homme blanc (parce que le FMI c’est le Blanc pour beaucoup) intelligent mais rapace.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 18 mai 2012 10:22

      Arrêtez, Le taulier, avec ces stupides sentiments racistes que vous attribuez à Guaino, et qui ne sont jamais appuyés sur une quelconque référence précise.


      Si la « Gauche mélenchonienne à slogans » n’abandonne pas ces malhonnêtes raccourcis on repart en France, comme en Grèce, pour une nouvelle aggravation.

      Et les peuples africains, dont le peuple mauritanien, en seront ENCORE PLUS victimes.

    • foufouille foufouille 17 mai 2012 13:32

      tu prends une fourche et les vires ............


      • lessonless 17 mai 2012 15:23

        « Qui sème la misère récolte la colère » je ne me souviens pas du nom de l’auteur ...


        • vlane vlane 17 mai 2012 17:02

          bien parlé ! smiley

          à lire aussi

          Hollande va-t-il avaler les salades d’Aziz ?  smiley

          http://www.chezvlane.blogspot.com/2012/05/hollande-va-t-il-avaler-les-salades.html

           


          • pi erre pi erre 17 mai 2012 18:00

            Le fmi qui ruine les pays d’Afriques depuis des années ferait bien mieux de la fermer ! Aucune légitimité !!! Ni âme ni coeur ni intelligence !!!


            • Germain de Colandon 17 mai 2012 18:56

              (1) Salaire de Christine Lagarde patronne « nulle de chez nul » du FMI : 50 000 dollars par mois non soumis à l’impôt. Et cette gourdasse voudrait que les autres se serrent la ceinture ?! 


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 mai 2012 22:56

                Christine Lagarde n’est pas « nulle ». Elle fait, scandaleusement trop payée comme le pseudo-socialiste DSK avant elle, son travail de consolidation de l’économisme mondialisé. Elle n’est ni pire ni meilleure que son prédécesseur. D’une certaine manière elle serait même un peu plus respectable car elle ne prétend pas, elle, combattre le système qui maintient les peuples miséreux dans la misère.


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 mai 2012 19:56


                Quel étonnant article ! Quel sympathique article, certes, mais quel symbolique article aussi ! L’auteur découvre que l’économisme, aujourd’hui mondialisé, ne conduit pas au bonheur des peuples ! Et surtout pas au bonheur de ceux qui en sont actuellement le plus éloignés !

                Mais au lieu de chercher l’indispensable système alternatif, celui qui constate le système actuel scandaleux, révoltant, écoeurant, s’en prend à ce qu’il considère comme un mauvais usage du mot croissance, ce mot avec lequel les politiciens, presque tous complices, et les journalistes presque tous serviles masquent l’évidente réalité : la croissance n’est plus depuis longtemps une condition du bonheur des peuples.

                Il doit être très jeune, l’auteur, et il devrait s’abonner au journal La Décroissance.

                Naguère, ce qu’il  »découvre" là c’était tout simplement ce qui faisait la différence entre une Droite et une Gauche. Aujourd’hui en France, là où l’auteur mauritanien publie son article, le nouveau Président de la République, qui se dit "de gauche", avec l’approbation de ses électeurs, conditionne l’amélioration du sort des plus défavorisés à la relance de la croissance. En sachant très bien qu’elle n’aura pas lieu. Il trompe, donc, délibérément.

                Et la Gauche »pure et dure« qui le critique à Paris - comme sa semblable »pure et dure" critique="critique" ses="ses" semblables="semblables" illusionnistes="illusionnistes" grecs="grecs" -="-" ne="ne" pas="pas" vraiment="vraiment" la="la" tout="tout" cette="cette">autre pseudo-Gauche, cette  »Gauche à slogans" pas="pas" plus="plus" que="que" la="la" pseudo-gauche="pseudo-gauche" gouvernementale="gouvernementale" servir="servir" les="les" en="en" par="par" dans="dans" fatale="fatale" mais="mais" aussi="aussi">nécessaire décroissance mondiale de la production et de la consommation matérielles.


                • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 17 mai 2012 21:28

                  Les néo-conservateurs gardent leur capacité de nuisance. 


                  Détruire l’humanité pour garder ses propres privilèges.

                  Surtout refuser aux peuples leur autonomie.

                  Et inculquer un modèle unique de sous-développement : endetter un pays pour des infrastructure industrielles destinés à l’exportation. Occuper les terres par les holding internationaux, exproprier les paysans, exporter des matières premières qui rapportent non au pays, mais aux holding internationaux. 

                  Puis lorsque les autorisations de pillage sont faites, demander le remboursement avec des taux d’usurier.

                  C’est avoir un avantage multiple : pillage des pays, imposition de politiques de libéralisation, dépendance des gouvernements, importation de matières premières sous-évalués et exportation de produits finis sur-évalués, et cerise sur le gâteau, remboursement de plusieurs fois la dette de départ..

                  Au-delà des apparences pseudo-humanitaires, c’est le sud qui enrichit le nord, et non l’inverse.

                  Mais attention : ce modèle de développement expérimenté en Afrique va aussi servir en Europe.
                  Premier essai : la Grèce.

                  Le FMI est un des moyens du pillage systématique des peuples.



                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 mai 2012 22:49

                    @ J-P Foscarvel


                    Les apparences sont humanitaires, c’est l’aide qui est « pseudo ». Mais oui, « c’est bien le sud qui enrichit le nord et non l’inverse ».

                    Aussi, « refuser aux peuples leur autonomie » n’a pas beaucoup de sens. La leur donner, dans l’état d’inégalité actuelle - énorme - sans solidarité des pays développés socialistes (à venir, il n’en existe pas), et sans le choix interne d’une répartition radicalement différente des produits locaux naturels et des fruits du travail n’empêchera pas de « tendre la sébile » comme dit plus haut Le taulier avec mépris.

                    Le taulier se corrige un peu en précisant que ce sont les dirigeants africains qui pillent leur peuple. C’est vrai aussi, mais ce n’est possible que parce que les banques des pays dominants et les dirigeants politiques de ces pays le veulent.

                    • mojique mojique 18 mai 2012 08:13

                      La croissance est comme un cancer. Plus il croît et plus la fin approche.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 18 mai 2012 10:41

                        @ mojique

                        Très belle et très juste formule.

                        • Jacques Raffin Jacques Raffin 18 mai 2012 11:47

                          Merci beaucoup pour cet article.
                          Un peu de vérité dans un océan de mensonges…


                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 19 mai 2012 09:09

                            Oui mais l’auteur, ne participant pas au débat qu’il a lancé, contribue à faire oublier son texte... et les graves problèmes de son peuple. C’est très dommage.


                          • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 19 mai 2012 19:44

                            Chères toutes et chers tous,


                            Merci pour l’ensemble de vos réactions. Hélas, venant juste de poser pied dans un pays d’afrique centrale après 3 jours de voyages (entre transits et contrôle aux frontières), je n’ai pu animer avec vous ce débat. Je remercie M. Regnier pour ses commentaires sur l’ensemble de mes articles, je leur accorde un grand intérét. Sa remarque est bien à-propos et je la comprends.

                            Venant donc de tout lire à l’instant, je comprends effectivement, qu’ il y a énormément de points de commentaire sur lesquels j’aurai aimé réagir à chaud. Heureusement, le débat a été trés contradictoire et enrichissant, mais je tacherai la prochaine fois avant de proposer un article à publication de ne pas entreprendre de voyages du type : Tunis-le Caire-Addis-abeba-Nairobi- bujumbura et de prendre une semaine sabbatique. LOL. 

                            Je ne manquerai pas dans mes prochains articles de revenir sur des sujets qui nous interpellent et qui s’enrichissent de votre discussion.

                            Merci infiniment pour tout ce temps précieux que vous prenez pour me lire. Le vôtre.

                             Cordialement.

                          • lloreen 20 mai 2012 08:17

                            Le FMI et tous les autres institutions artificielles de ces escrocs mafieux qui servent le cartel financier, leur éclateront bientôt à la figure.Ce jour béni permettra la guérison de l’humanité débarrassée de ce cancer.

                            Goldman Sachs est en faillite !

                            http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=M3WEDsqUo7o

                            Les « dirigeants » atterriront devant les tribunaux comme c’est déjà le cas en Islande.

                            http://www.wikistrike.com/article-islande-le-proces-qui-en-fait-trembler-plus-d-un-104163567.html


                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 mai 2012 10:01

                              @ ELY Mustapha

                              Merci à vous. Continuez d’écrire chaque fois qu’il vous paraîtra important de le faire. C’est à nous lecteurs de comprendre qu’un auteur n’est pas forcément là pour nous répondre ensuite immédiatement quand nous commentons son texte.

                              Continuons de lutter ensemble, gens du sud et gens du nord, contre la tricherie FMI. Contre toutes les tricheries par lesquelles les nantis se donnent bonne conscience en faisant semblant d’aider les pauves que, en réalité, ils maintiennent dans la misère.

                              Bien cordialement.


                              @ lloreen

                              Ne rêvez pas trop. Votre »jour béni« ressemble trop au »grand soir" dans lequel les révolutionnaires superficiels mettent tous leurs espoirs, sans réfléchir sérieusement aux indispensables et durables investissements militants des lendemains, dans l’étude sérieuse de la réalité changeante.

                              Il y a un siècle et demi, Karl Marx avait bien vu l’enrichissement d’une minorité par le vol des plus-values produites par l’ensemble des travailleurs. Il avait bien vu la nécessaire mobilisation de ces travailleurs pour récupérer le produit du vol et le répartir différemment. Mais il n’avait pas suffisamment compris le poids de la nature humaine (qui fera de nombreux « communistes » d’authentiques fascistes : Staline, Mao, Pol Pot…).

                              Surtout, il n’avait pas pu deviner les énormes moyens de conditionnement que l’avenir apporterait aux tricheurs dominants pour illusionner les peuples : radios, télévisions, réseau internet, journalistes arrivistes et serviles… Ces moyens leur donnent toujours des possibilités insoupçonnées de rétablissement de leur domination, ou de tranfert de celle-ci, pas plus justifiée, à d’autres.

                              Que ces remarques ne vous découragent pas.

                              Il faut lire les livres, d’une importance capitale sur le sujet, que Guy Debord a consacrés à "la société du spectacle". Et plus encore les livres plus récents de François Brune sur « l’impérialisme publicitaire ».

                              Bien cordialement.


                              • Mais comment donc avez-vous ignoré, et continuer d’ignorer, la vampirisation de la planète par un groupe d’hommes apatarides devenus les maitres du monde depuis des décennies ?
                                Pauvres aveugles que vous êtes, que nous sommes et que nos enfants ne devraient pas être ! Ce groupe d’hommes, rapaces innassouvis, après avoir utilisé les guerres,les monnaies et d’autres artifices, se sorti une nouvel argument avec la MONDIALISATION pour mieux se gaver. En utilsant leurs armes favorites : banques, paradis fiscaux, FMI et organismes internationaux en tous genres, y compris les religions, les ONG, les présidents et les monarques.... et les imbéciles.
                                Ils ont pillé l’Afrique et continuent de le faire, après avoir sucé pendant un temps le sang de l’Asie ou de l’Amérique Latine. Et vous verrez ils se rejetteront ensuite et à nouveau sur l’EUROPE, continuant ainsi leur jeu infernal : affamer, ruiner, asservir puis démolir pour avoir à reconstruire par profit, uniquement par profit et jamais au grand jamais par HUMANITE, car l’HOMME est leur pitance.
                                Dormez en paix ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article

FMI


Palmarès



Partenaires