• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte à mon ami Jean, sarkoziste en espérance

Lettre ouverte à mon ami Jean, sarkoziste en espérance

Mon cher Jean,

Depuis aujourd’hui, nous connaissons la traduction concrète des promesses fiscales de Nicolas Sarkozy, ton président de tous les Français, enfin presque. Si tu le veux bien, regardons ensemble en quoi elles te concernent.

Je sais que ta femme (transmets-lui mes amitiés) et toi avez en projet d’acheter ce petit pavillon - devenir enfin propriétaires et pouvoir ainsi, plus tard, laisser un petit quelque chose à vos deux charmants enfants (j’espère que le petit dernier s’est bien remis de sa bronchiolite), plutôt que de continuer jusqu’à la fin de vos jours à dilapider vos maigres revenus dans ce foutu loyer, lequel ne cesse en plus d’augmenter. Si mes souvenirs sont bons, l’opération, frais de notaires compris, l’achat de la maison plus les petits travaux qu’il faudra bien y faire pour la rendre un peu plus habitable, vous reviendraient à 200 000 euros (une sacré somme, tout de même).

La dernière fois que nous avons étudié ensemble cette affaire, nous étions parvenus à la conclusion que ta capacité de remboursement était au maximum de 800 euros par mois. Au taux actuel de 4%, assurance comprise, cela te permettait d’emprunter 130 000 euros sur vingt ans. Malheureusement, le petit capital que vous êtes parvenus à constituer au fil des ans, et à force d’efforts, ta femme et toi, n’est que de 50 000 euros. Ce n’est déjà pas si mal, il faut en convenir, mais cela ne permettait pas d’atteindre la somme nécessaire : il te manquait quelque 20 000 euros et il a fallu une nouvelle fois renoncer, reporter cet achat qui, je le sais, vous tient vraiment à coeur. C’est en réalité 150 000 euros qu’il vous faudrait emprunter, ce qui vous coûterait 920 euros par mois, ce que vous ne pouviez raisonnablement pas vous permettre, mais...

Mais Nicolas Sarkozy a été élu, et c’est même pour cela en partie que tu avais décidé de lui apporter ton suffrage. Je suis heureux pour toi de pouvoir t’annoncer que tu avais raison.

En effet, grâce au nouveau président, et à son fidèle aide de camp, tu vas pouvoir recevoir en crédit d’impôts 20% des intérêts de ton futur emprunt. Attention, les cinq premières années seulement - quand j’ai annoncé ce matin à Bernard qu’il ne bénéficierait pas de cette mesure parce qu’il a acheté sa maison il y a cinq ans, il a piqué une sacré colère, tu peux me croire. Ainsi, en empruntant tes 150 000 euros sur 20 ans, tu paierais en moyenne annuelle 5200 euros d’intérêts. Tu ne dépasserais donc pas le plafond de la mesure, lequel pour toi (couple avec deux enfants) est de 8500 euros. Ton crédit d’impôt serait donc égal à 20% des intérêts payés, soit 1000 euros, donc 85 euros par mois... Ce qui augmente d’autant ta capacité de remboursement.

De fait, ta capacité de remboursement est maintenant de 885 euros, plus si loin des 920 euros nécessaires. En vous serrant un peu la ceinture, ta femme, toi et les enfants, tu devrais pouvoir emprunter - sans oublier que la mesure ne dure que cinq années et qu’il te faudra dans cinq ans avoir trouvé les 100 euros qui manquent. Jean, te voilà donc en mesure de devenir enfin propriétaire.... Mais faisons un peu de politique maintenant, ne regardons plus seulement ton cas finalement très particulier.

Car il te faut tout de même, mon ami, être bien conscient que l’immense majorité des Français n’a pas la chance de se trouver dans cette situation très précise, c’est-à-dire être à simplement quelque 100 euros mensuels de pouvoir acheter. D’un côté, il y a l’immense majorité des locataires qui sont à beaucoup plus de 100 euros de leur rêve d’accéder à la propriété de leur logement, généralement parce qu’ils n’ont pas la possibilité de mettre 50 000 euros de côté - ni même d’ailleurs 10 000 - parce que leur loyer actuel leur prend tout justement, chaque mois et depuis toujours. Sans ces 50 000 euros, impossible d’emprunter. Et d’ailleurs, ils n’ont pas non plus 800 euros, ni même 600 euros à débourser chaque mois. Ils le savent bien, eux qui ont tant de mal à payer à leur propriétaire le loyer de 500 euros qu’il leur réclame et qui ne cesse d’augmenter, année après année. Deux fois déjà, ils ont dû déménager pour trouver moins cher, et donc plus petit et plus loin.

Et de l’autre côté, il y a l’immense majorité de ceux qui pour acheter leur appartement ou leur maison n’ont pas besoin de ces 100 euros. Beaucoup parmi ceux-là sont d’ailleurs déjà propriétaires et depuis longtemps - et même si ça n’a pas été facile pour tous, ils y sont tout de même parvenus. Quelques-uns sont même déjà multi-propriétaires et bénéficieront également de la mesure. A tous ceux-là, ces 100 euros permettront dans le meilleur des cas d’acheter plus grand ou mieux situé. Ce qui est tant mieux pour eux, bien entendu, mais...

Mais la priorité est-elle de favoriser l’accès à une propriété plus grande ou mieux située, ou bien plutôt de favoriser l’accession à la propriété de ceux qui en l’état actuel des choses ne peuvent pas ? C’est-à-dire toi, Jean, mais aussi ceux qui ont moins encore - plutôt que toi et surtout ceux qui ont bien plus que toi, et qui d’ailleurs bénéficieront d’avantage que toi de la mesure sarkoziste. Sais-tu par exemple que les intérêts que tu paies à la banque sont une forme de loyer ? C’est le loyer de l’argent dont tu as besoin pour te loger. T’es-tu demandé pourquoi Sarkozy propose d’accorder un crédit d’impôt à ceux qui paient un loyer à l’argent qui leur permet de se loger et pas à ceux qui paient un loyer directement pour se loger ? Pourquoi à ceux qui paient un loyer à la banque et à qui il restera au final un bien, et pas à ceux qui paient un loyer à leur propriétaire et à qui au final il ne restera rien ? Pourtant, l’un comme l’autre paie ce loyer pour la même nécessité, celle de se loger, la seule différence étant que dans un cas, on devient propriétaire et que dans l’autre on est dépossédé grandement de la possibilité de pouvoir le devenir. Ne serait-ce pas, à bien y réfléchir, une manière de favoriser ceux qui ont plus d’argent ?

Ah, j’oubliais de t’entretenir d’un point important : les banques ne te feront crédit que si ton revenu, ton salaire et celui de ta femme couvrent trois fois le montant du remboursement de ton emprunt, c’est-à-dire dans ton cas, s’il est supérieur à 2700 euros... et pourvu bien entendu qu’il s’agisse de CDI - les banquiers n’aiment généralement pas trop l’incertitude. J’espère que ce point-là ne te fermera pas les portes des banques, elles sont impitoyables.

Passons. Je sais par ailleurs que la question des droits de succession t’a également beaucoup intéressée durant la campagne des présidentielles. Nous savons maintenant très précisément ce qu’il en sera. Pour cette maison que vous laisserez donc à vos deux enfants, donc un bien de 200 000 euros, soit 100 000 euros chacun, j’ai fait le calcul : avant Sarkozy, chacun d’entre eux aurait eu à payer 1000 euros d’impôt et aurait conservé pour lui 99 000 euros. Aujourd’hui, promesse tenue, ils ne paieront rien et garderont tout.... ce qui est en effet un poil mieux, mais...

Mais voilà ce dont il faut avoir bien conscience : chacune de ces deux mesures coûtera chaque année 5 milliard d’euros à l’Etat. Or 10 milliards d’euros chaque année - et n’oublie pas que la quasi-totalité profitera à des gens qui en ont moins besoin que toi ou même que tes enfants - ça permet de faire beaucoup, beaucoup de choses plus utiles, utiles pour toi et ta femme, pour tes deux enfants et aussi pour ceux qui sont encore plus que vous dans la difficulté.

Par exemple, ça permet de construire chaque année 100 000 logements sociaux. Or une chose est certaine, 100 000 logements supplémentaires construits chaque année, ça ralentirait très nettement la flambée des loyers et le coût de l’immobilier. Le locataire que tu es aurait alors sans aucun doute beaucoup plus de facilité à se constituer un capital plus important... et la maison que tu convoites ne coûterait certainement pas si cher. Mais...

Mais voilà, ça ne ferait certainement pas plaisir aux grands propriétaires, aux rentiers, aux spéculateurs immobiliers, ni aux banques... tous les vrais bénéficiaires des mesures que prend et que prendra encore ce petit président que tu as élu. Tu sais, ce sont tes enfants qui devront payer la dette qu’il a décidé de laisser filer encore davantage, et ça leur coûtera bien davantage que ces 1000 euros de droits de succession qu’ils auront économisé. Et tu sais pourquoi il laisse filer la dette ainsi ? Parce que cela permettra plus tard de justifier qu’on saigne à blanc des services publics que la France sera devenue incapable de financer. Mais cela semblera une évidence pour tout le monde, puisqu’en ayant supprimé un fonctionnaire sur deux, ainsi qu’il l’a annoncé, les services publics seront devenus totalement inefficaces. Pourtant, au final, il faudra payer beaucoup pour se faire soigner - pense à la franchise qu’il a promise : ce n’est qu’un début -, il faudra payer beaucoup pour pouvoir étudier, il faudra payer beaucoup pour aller en justice, etc.

D’ailleurs la stratégie est connue : en leur temps déjà Reagan et Thatcher ont adopté la même, laisser filer les dépenses et assécher les services publics, afin de pouvoir justifier ensuite de les supprimer, c’est-à-dire d’en supprimer la gratuité, c’est-à-dire d’en interdire l’accès à ceux qui ne pourront pas payer : toi. Ces politiques ont produit des effets dramatiques, renvoyant cette classe moyenne dont tu fais partie à la pauvreté, sinon à la misère. Sarkozy et l’UMP n’ont seulement que dix ans de retard sur le drame.

Dedalus - Permalien de l’article


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (104 votes)




Réagissez à l'article

171 réactions à cet article    


  • imago imago 8 juin 2007 10:58

    Bravo pour votre post bien tourné...

    Nous nous rejoignons (cf l’article sur la mystification par le marché)

    Mais les millions de Jean vont-ils se réveiller et constater le cauchemar ? La référence à l’Histoire est en général plutôt sinistre. Vite retournons planter des poireaux !


    • patrick patrick 8 juin 2007 11:15

      Que de ringardise dans votre article !

      n’avez vous pas compris que nous sommes dans une autre periode, dans une nouvelle donne où toutes vos veilles lunes epuisées vont disparaitre très vite.

      L’économie post soviet est morte. Le volontarisme, l’action remplace la vision organisé et kolkosiène.

      Le monde s’ouvre à la liberté individuelle, à l’action de chacun responsabilisé et volontaire.

      Et oui .. et ce n’est que le début !

      bonjour chez vous


      • Dégueuloir Dégueuloir 8 juin 2007 14:41

        il est pas ringard ce blaireau de patrick il est carrément débile,pauvre âme en peine,dans quelque temps il regrettera son choix maudit,mais il se gardera bien d’en faire part....il n’y a que les imbéciles qui ne change pas d’avis....et je crois qu’il en fait partie , de cette race décomplexée des abrutis de base,mais ne nous attardons pas sur ces demeurés... smileyceci-dit ,excellent article bien fouillé !!!!


      • machinchose machinchose 9 juin 2007 13:10

        encore une fois patrick nous impressionne par la precision de sa pensée et cette argumentation implacable qui le caractérise...

        (hum)

        en fait c’est simple si l’article n’est pas sarkolâtre soyez sur que patrick y écrira dans les 5 minutes

        « article de propagande marxiste »...

        bon...

        en même temps ça fait bien rire de temps en temps, un peu de Patrick.


      • Marsupilami Marsupilami 8 juin 2007 11:17

        Très bon article très concret. Si ceux qui ne sont pas friqués et qui ont voté Sarkozy ne comprennent pas leur erreur, c’est vraiment à désespérer de l’intelligence humaine.

        A propos d’erreur, j’en ai relevé une dans ce texte :

        « Mais cela semblera une évidence pour tout le monde, puisqu’en ayant supprimé un fonctionnaire sur deux, ainsi qu’il l’a annoncé, les services publics seront devenus totalement inefficaces ».

        Il s’agit de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, et non de supprimer un fonctionnaire sur deux dans l’absolu.


        • patrick patrick 8 juin 2007 11:22

          salut marsu !

          t’as raison, je voulais le faire remarquer car ce n’est pas la même chose !

          olé


        • Dedalus Dedalus 8 juin 2007 11:56

          oui, une petite erreur dans l’énoncé de la mesure : non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

          petite erreur qui n’altère en rien la logique du propos.

          merci de me l’avoir soulignée.


        • Niamastrachno Niamastrachno 8 juin 2007 12:14

          ’bsolument, car de toute manière au final cela fait toujours un fonctionnaire de moins sur deux...

          C’est de cette manière que les grands groupes virent un max de postes pour éviter les plans sociaux qui leur coûtent bien trop cher.


        • JP 8 juin 2007 13:34

          Et oui, diminuer le nombre de fonctionnaires... Et Sarkozy d’annoncer sans émoi, qu’avant il y avait seulement 10 personnes pour s’occuper de Bernadette et Jacques Chirac et comme la famille Sarkozy a 4 enfants (pourtant grands) il double l’effectif ! Une employé a mi-temps à la poste pour ma commune au service de quelques milliers d’âmes, c’est largement suffisant, mais pour s’occuper de 6 personnes (de valeur) il est clair que 20 individus, ça n’est pas exagéré ! Cocus, portez vous bien.


        • machinchose machinchose 9 juin 2007 13:13

          AAAhhh Patrick « voulait faire remarquer » quelques chose mais... rrooooh c’est marsu qui l’a fait ! pourtant patrick est en première ligne ! Mais là pffffiiooouuu il ne savait pas comment tourner sa phrase. L’idée était complexe...

          Allons Patrick, vous n’avez même pas lu l’article, de peur d’être contaminé par le gauchisme, cessez de nous faire croire que vous auriez pu faire une réponse pertinente et construite ... ça ne vous ai jamais arrivé.


        • LE CHAT LE CHAT 8 juin 2007 11:30

          très bon article , si ceux qui vivent à Neuilly sur seine n’ont rien à redouter du Sarkozisme , les classes moyennes vont être entrainés dans la spirale infernale de l’appauvrissement . Tout pour le cac 40 , la nouvelle religion se met en place .....


          • Dégueuloir Dégueuloir 8 juin 2007 14:43

            toi petit chaton,un cageot te suffira pour ta maison...lol.. smiley


          • Mjolnir Mjolnir 8 juin 2007 15:59

            Qu’est ce que Ségolène vient faire ici ? Vous vivez aussi dans un monde alternatif qui vous permet davoir des certitude de ce qu’aurait fait la gauche ?

            Ce qui est probable, c’est que les gosses de Jean seront dans des classes surchargées (moins de profs), qu’ils vont devoir payer plus pour être soignés, tout en étant moins bien soignés (moins de soignants), ils vivront dans une société moins sure (moins de force de l’ordre), et ils vont payer aussi probablement plus de taxes tous les jours. Cool !


          • Eve 8 juin 2007 18:47

            Calmos (IP:xxx.x21.114.31) le 8 juin 2007 à 11H30

            Ou le fantasme de la supputation de ce qui aurait pu être pour occulter ce qui est. Vous êtes toujours ainsi ? lol.


          • machinchose machinchose 9 juin 2007 13:15

            expliquez nous donc Calmos en quoi cet article est faux ?

            c’est interessant.


          • jakback jakback 8 juin 2007 11:32

            Toute mesure est discriminatoire par essence, la plus inefficace est de faire payer les riches pour enrichir les pauvres, qui amène a l’encontre du but recherché, fuite des richesses, donc appauvrissement de la masse.

            Cela dit 20% pendant 5 ans du montant de intérêts, c’est ridiculement faible pour le Français moyen, qui économisera entre 4000 a 8000€ selon sa situation familiale soit entre 1,6 a 3,2% du bien d’une valeur de 250,000€ hors frais. Sans intérêts, taux O% sur les 5 premières années aux primo-accédants aurait été plus porteur

            En revanche la suppression des droits de succession, sont les biens venus, sachant que les valeurs a distribuées on déjà largement payées l’impôt.


            • Le Chacal Le Chacal 8 juin 2007 11:37

              « Toute mesure est discriminatoire par essence, la plus inefficace est de faire payer les riches pour enrichir les pauvres, qui amène a l’encontre du but recherché, fuite des richesses, donc appauvrissement de la masse. »

              Donc si on suit ce raisonnement, la seule évolution possible est que les riches vont devenir plus riches et les pauvre plus pauvre. Que si on essaie de faire autrement, les riches resteront riche en se barrant et du coup les pauvres seront toujours plus pauvres. Belle perspective d’avenir, pleine de promesse. Autant revenir au féodalisme alors, parce que donner l’espoir aux gens que voter peut permettre de changer les choses est d’une cruauté absolue...


            • jakback jakback 8 juin 2007 11:47

              Depuis la nuit des temps les riches sont de plus en plus riches, même sous des régimes communistes, seul leurs noms changent, on les appellent Kamarades.


            • Dedalus Dedalus 8 juin 2007 11:49

              sur les droits de succession : le principe de l’impôt est justement que chaque fois que de l’argent change de main, celui qui le reçoit paie l’impôt. l’argent que vous recevez de votre salaire a été de multiple fois soumis à l’impôt avant de vous parvenir. lorsque vous vendez votre appartement, vous payez de l’impôt sur la somme que vous recevez de votre acheteur alors que celui-ci a déjà payé l’impôt sur cette somme. etc...

              La seule différence quand il s’agit d’une successio, c’est que le revenu est acquis par l’héritier sans avoir vendu quelquechose pour l’obtenir, ni un bien, ni un service, ni sa force de travail. Et l’imposition était déjà très faible : dans l’exemple de Jean, ses deux enfants garde 99000 euros et paie 1000 euros en impôt : imposition = 1% !!! - payer 1000 euros quant on touche d’un coup 100 000 me semble assez supportable...

              Ainsi, la quasi suppression des droits de succession n’apportera rien au 70% de ceux qui de toute façon en était déjà exonéré, apportera un poil de cul d’euros pour une succession style celle de Jean, et les classes supérieures en seront les principaux bénéficiaires.


            • Tab Tab 8 juin 2007 11:59

              Le problème, c’est que tu parles d’un bien immobilier, et qu’il n’est pas possible de dire : « impôt sur l’héritage, si je te file deux dizaines de briques, ça va... ou tu préfère les tuiles ? ».

              De même sur l’isf, je trouve qu’on devrait l’enlever sur la résidence principale. Ex : ma grande-tante à la retraite, qui va bientôt devoir vendre la baraque qu’elle habite depuis son enfance (70 ans), parce que les prix qui augmentent l’amènent à payer l’isf. Elle n’en a pas les moyens.

              Je trouve que les biens immobiliers devrait vraiment bénéficier d’une législation particulière...


            • jakback jakback 8 juin 2007 12:13

              Justement comme vous le soulignez très bien cet argent a payé l’impôt plusieurs fois déjà, ce n’est donc pas une question de fiscalité mais de morale ,nous avons contribué toute notre vie au développement du pays, il est morale que le résiduel et quelque soit sa hauteur soit exonéré de tout impôts confiscatoires pour nos descendants, sachant qu’une fois remis dans le circuit financier cet héritage paiera de nouveau l’impôt et peut être même ISF.

              Il regrettable que des gens aiment a penser, que l’accumulation de richesse doit servir majoritairement a l’état plutôt qu’a celui qui la gagne.


            • Ben 8 juin 2007 12:37

              « Il regrettable que des gens aiment a penser, que l’accumulation de richesse doit servir majoritairement a l’état plutôt qu’a celui qui la gagne. »

              Ce n’est pas le probleme avec les impots sur la succession puisque ce n’est justement pas celui qui a gagne l’argent qui va l’utiliser. Le merite n’est pourtant pas hereditaire il me semble (cf Paris Hilton dont on parle aujourd’hui dans un autre article...). D’autant plus que dans la plus grande majorite des cas, ceux qui beneficient des grands heritages ont deja largement profite de la richesse de leurs « parents » tout au long de leur jeunesse (education, acces a la culture etc...), et a l’age ou ils touchent cet heritage, ils sont souvent a l’abris financierement depuis longtemps. Un impot (meme faible) sur l’heritage ne semble donc pas illogique (il faudrait mettre evidemment des exceptions dans le cas de personnes perdant tres tot leur famille/parents).

              Sa suppression va totalement a l’encontre de la valeur « merite » pourtant pronee par le nouveau president...


            • jakback jakback 8 juin 2007 12:54

              @Ben, le cas Hilton est hors sujet, nous parlons de la France, je suis désolé, mais j’ai du mal a m’imaginer une famille se donnant du mal construire un patrimoine, pour que ce dernier profite aux autres que ses ayant droit et, ce quelque soit le chiffre total. De toute façon il existe déjà moultes façons pour les grosse fortunes de réduire l’héritage a peau de chagrin, le législateur a bien compris que confisquer les avoirs était contre productif. Il est bien plus rentable de voir cet argent revenir dans le circuit, ou l’état se servira largement au passage


            • Dedalus Dedalus 8 juin 2007 12:55

              tout à fait d’accord avec Ben. je vous invite à consulter cet article sur mon site : « La France qui travaille ou la France qui hérite ? » :

              http://sarkononmerci.fr/files/la%20France%20qui%20herite.html

              je reviens juste moi aussi sur cette phrase de jackback : « Il regrettable que des gens aiment a penser, que l’accumulation de richesse doit servir MAJORITAIREMENT a l’état plutôt qu’a celui qui la gagne. »

              1000 euros d’impôt sur 100 000 euros hérités ne me semble pas faire une majorité... on en est même plutôt très loin.


            • patrick patrick 8 juin 2007 13:04

              je suis désolé mais je considère que la taxation des successions est amorale.

              Quand on a payé ses impots et taxes toute sa vie, il est anormal de ne pas pouvoir transmettre son patrimoine à ses enfants sans payer encore une fois.

              Il y a des limites !


            • jakback jakback 8 juin 2007 13:18

              lorsque la somme en cause a payée l’impôt plusieurs fois et que l’on en rajoute une couche, cela revient a dire que la somme de départ a rapportée plus a l’état qu’a son propriétaire.

              Calculez la somme totale de vos impôts ( revenus,locaux, foncier, csg, rds, tva etc...) puis fait le ratio en comparaison du totale que vous avez gagné. Perso je l’ai fait une fois, je me suis juré, plus jamais ça.

              D’ailleurs je conseil a tous d’effectuer ce petit jeu anodin aux conséquences terrifiants.


            • jakback jakback 8 juin 2007 13:22

              @ Patrick

              merci, d’avoir hériter des mêmes conceptions que les miennes en matières de succession smiley


            • jakback jakback 8 juin 2007 13:39

              Selon vous, l’on devient riche sans travailler et, les riches ne travaillent pas.


            • Ben 8 juin 2007 13:47

              @jakback

              Mon propos etait de montrer que supprimer tout impot sur l’heritage va a l’encontre de la notion de merite, je n’ai parle de Hilton que pour montrer que le merite n’est pas hereditaire (l’heredite n’est pas une question de pays, ce n’est donc pas hors sujet, peu importe qu’elle ne soit pas francaise).

              Le fait est que les enfants qui naissent dans une famille tres riche, seront riches meme s’ils ne font rien (j’entends rien d’utile a la societe) de leur vie. Car plus on est riche plus il est facile de s’enrichir. Or qu’ont fait les enfants des gens riches pour beneficier de cet avantage ? Qu’ont ils fait pour gagner plus, que le fils du petit commercant ? ont ils travaille plus ? C’est une injustice decoulant du liberalisme, tel qu’il est pratique actuellement, et qu’un impot sur l’heritage tend a corriger plus ou moins fortement selon le niveau de cet impot. Ca ne veut pas dire que non plus que je suis pour que l’etat recupere la majorite de l’heritage, mais une petite partie de cet heritage par solidarite avec la societe (car si les gens s’enrichissent, ils le doivent a eux-memes, mais aussi en partie a la societe dans laquelle ils vivent, on ne s’enrichit pas sans les autres) et pour ralentir la concentration des patrimoines qui peut mener a long terme a des situations de fracture sociale dangereuse (dangereuse surtout pour les riches d’ailleurs). Ce n’est pourtant que du bon sens il me semble.


            • Gasty Gasty 8 juin 2007 13:52

              @patrick

              Vous semblez vouloir nous cacher quelque chose ! si je donne un coup de pied dans votre chaise, qu’allons-nous découvrir ??


            • tonami 8 juin 2007 14:19

              je l’ai fais aussi ce calcul, oui ça fait drole. puis après j’ai eu un gamin, un paquet d’examen (gratuit) pendant la grossesse, un accouchement différent (césarienne donc onéreux), puis problème d’oreille, alors 2 opérations diabolos et végétations, plus le tout venant, et là déjà je me dis bah heureusement que j’habite en france, combien ça m’aurait couté dans un pays moins « imposé » et pourtant nous avons la chance ma femme et moi d’avoir des revenus corrects, d’être propriétaire de notre appartement, d’avoir 2 voitures en très bons états. donc plutot des français moyen. et puis il y a les gens qui viennent de subir ces orages dans le nord, ils vont payer combien pour les pompiers par exemple. Bien que ça fait de l’argent tout ces impôts et taxent que l’on paye, il faut mettre en concordance ce que ça « rapporte » a la collectivité il me semble. J’ai toujours l’impression chez nous que les gens croient que les impots qui partent pour l’Etat partent dans les poches d’un type, d’un escroc... bien sur qu’on peut améliorer le système, mais c’est surement pas de la façon dont on s’y prend en ce moment que ça va marcher


            • Mjolnir Mjolnir 8 juin 2007 14:31

              @jakback

              « ce n’est donc pas une question de fiscalité mais de morale ,nous avons contribué toute notre vie au développement du pays, il est morale que le résiduel et quelque soit sa hauteur soit exonéré de tout impôts confiscatoires pour nos descendants »

              Pardon ? Vous parlez de morale, vous qui parliez un instant avant d’« efficacité » ? je vous cite : « la plus inefficace est de faire payer les riches pour enrichir les pauvres »

              Alors, soit on ne considère que l’efficacité économique et on laisse tomber toute notion de morale (reste à voir quelle fin doit avoir l’efficacité economique), soit on parle de morale mais il me semble peu défendable dans ce cas de dire que le riches ne doivent pas payer pour les pauvres à moins que votre morale soit tout simplement « tout pour ma gueule » ?


            • Emile Red Emile Red 8 juin 2007 14:40

              Tout à fait Tonami...

              L’état ce n’est pas un fantôme qui s’accapare notre pognon pour le mettre dans un bas de laine virtuel.

              L’état c’est nous, et c’est nous qui profitons des manes financées par l’impôt, et plus la mane est importante plus la vie est confortable, quand l’impôt se réduit l’environnement se dégrade.

              Je conseille souvent ceux qui ne comprennent pas cela de jouer à Sim-City et de réduire les impôts au maximum et ensuite de regarder l’état des routes et le moral de la population, aussi étrange que ça paraisse ce jeu montre bien la participation du citoyen au financement des infrastructures et l’utilité des services publiques.

              Les baisses d’impôt ne sont là que pour détruire le service publique au profit d’intérêts particuliers et non pour l’enrichissement des classes moyennes ou basses, de toute façon dans tous les cas on a jamais vu l’impôt ruiner un nanti.

              La sensation à court terme de moins payer se traduira forcément par la privatisation et l’augmentation obligatoire des prix des services à long terme.


            • jakback jakback 8 juin 2007 14:43

              la question est, vue l’état des finances public, si pour les même sommes extravagantes le privé ne nous donnerais pas satisfactions, d’ailleurs les assurances fonctionnes très bien dans d’autres domaines que la santé.

              D’ailleurs, il est curieux que notre système si performant ne soit appliquer nul part ailleurs, détenons nous le graal, que personne n’ose copier


            • Le Chacal Le Chacal 8 juin 2007 14:53

              Je ne sais pas si nous détenons le saint-graal, mais ce n’est pas en lui coupant les vivre en baissant les impôts de tous côté que nous allons le garder longtemps.

              Mais vous avez raison, faisons plus appel au privé et coupons les aides de l’état. Bon sang, c’est génial, en plus ça nous permettra de relancer le nombre de naissances en France juste par une augmentation de la mortalité infantile dans les ménages les plus proches.


            • jakback jakback 8 juin 2007 14:57

              Vous jouez sur les mots , je n’ai jamais dit que les riches ne devaient pas participer plus que les autres au budget de l’état.

              Je dis, vouloir prendre l’argent des riches est une utopie, le riche se laisse rarement tondre volontairement.

              Dire que l’efficacité économique est contraire a la morale, c’est votre traduction de l’inégalité, ce qui est différent.


            • meta-babar 8 juin 2007 15:17

              revenir au féodalisme ? Mais on ne fait pas autre chose.


            • Mjolnir Mjolnir 8 juin 2007 15:45

              @Jakback

              « Dire que l’efficacité économique est contraire a la morale, c’est votre traduction de l’inégalité, ce qui est différent. »

              Si cela s’adressait à moi, je précise que cela n’est pas ma traduction de l’inégalité. Inégalité de quoi d’ailleurs ?

              Votre discours sur les « riches » et l’impot est trop simpliste et réducteur (quand vous parlez par ex de « fuite des riches »). Si on doit, sous prétexte de concurrence fiscale, baisser sans cesse l’impot, on arriverait tôt ou tard à 0% d’impot pour les plus fortunés, qui peuvent se permettre d’avoir des résidences en suisse ou Monaco. La solution consisterait à commencer par créér une imposition unique en Europe. Il serait judicieux aussi d’éduquer les gens sur l’utilité de l’impôt comme Emile-Red a suggéré.

              Sinon, faut pas venir pleurer quand on doit attendre 6h dans les urgences parce qu’il n’y a pas assez de soigants, ni sur les classes surchargées.


            • jakback jakback 8 juin 2007 16:24

              Ce n’est pas simpliste mais réel, encore une fois je suis pour l’impôt, a condition qu’il n’encourage pas la fuites des capitaux.

              Quand a l’harmonisation fiscale européenne elle est souhaitable, mais pas pour demain ou alors pas dans le sens que vous souhaiteriez, pas question de tirer vers le haut les ex pays du bloc soviétique ne peuvent y survivent ( eux aussi veulent goûter aux joie du capital).


            • jakback jakback 8 juin 2007 16:29

              @ Léon les nouvelles fortunes sont issues du travail, Apple, Microsoft, Google étant les plus représentatives + des milliers d’inconnus a travers le monde, qui doivent leurs fortunes uniquement a leur travail

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès