• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte au Citoyen Macron

Lettre ouverte au Citoyen Macron

Lettre ouverte au Citoyen Macron 

Citoyen Macron !

Tu me pardonneras, je l’espère, cette interpellation peu cavalière sur une agora virtuelle. Mais résidant en Amérique Latine, je ne pourrai malheureusement pas participer au Grand Débat proposé par toi à la Nation, et t’exprimer de vive voix mes préoccupations.

Citoyen Macron !

Tu me pardonneras, je l’espère, de m’adresser à toi en ces termes peu protocolaires, et non pas d’un solennel « Monsieur le Président de la République ». C’est en effet en tant que concitoyen que je t’écris, et non en ta qualité provisoire de « Chef de l’Etat ». Le mandat que tu occupes actuellement, tu le sais aussi bien que moi, ne t’octroie de toute façon aucun privilège, aucune supériorité, aucun pouvoir sur le reste des citoyens. Être notre Président ne fait pas de toi notre Maître, mais notre serviteur ; être notre Chef d’Etat ne t’offre pas la Nation en propriété, mais fait de toi l’administrateur salarié et dévoué de notre copropriété citoyenne ; ta fonction, Citoyen Macron, n’est pas un règne, mais une charge que le peuple français t’a confiée sous conditions. Je ne te ferai certes pas l’injure de te rappeler que ces conditions, dans le régime démocratique par lequel nous t’avons conféré cet office, consistent à respecter la volonté du peuple, à travailler du mieux possible à l’intérêt général, à nous rendre compte de tes résultats et, le cas échéant, à te démettre de tes responsabilités si tu estimes ne plus être en mesure de les assumer dignement.

De ce rappel d’évidences sur la conditionnalité de ton mandat, j’ai pourtant besoin, Citoyen Macron, que tu me rassures. Tu as parfois par tes propos, sans doute à ton corps défendant, donné l’impression que toi et tes collaborateurs vous considériez comme différents du reste de la population ; que toi et ton équipe de technocrates, de hauts fonctionnaires et de barbouzards vous estimiez au-dessus de ceux que ton prédécesseur et ancien supérieur hiérarchique appelait jadis les « sans-dents ». Tu as donné l’impression, par tes décisions politiques et celles de ta majorité parlementaire, que tu ne travaillais pas au service du peuple français qui t’a élu, mais d’une petite élite supranationale de riches propriétaires. Je t’accorde bien entendu le bénéfice du doute, Citoyen Macron, et préfère penser que l’augmentation des inégalités qui caractérise le début de ton mandat – l’enrichissement sans précédent de nos concitoyens les plus riches, au fur et à mesure que les autres perdaient encore du pouvoir d’achat et venaient grossir les rangs de la pauvreté - n’est que le résultat de regrettables circonstances extérieures, la conséquence inévitable des vents mauvais de la mondialisation. Oui, Citoyen Macron, je préfère encore croire que la colère des Gilets Jaunes n’est qu’un malentendu, un procès d’intention à ton égard, une injustice au regard des efforts que tu fais pour protéger, à défaut d’améliorer, le bien-être et la prospérité de l’ensemble de nos concitoyens dans ce monde tourmenté et incertain. Pourquoi alors tardes-tu tant à nous rassurer et nous convaincre des bienfaits de ta politique – ou bien, si tu n’es pas en mesure de faire face à la situation, à nous remettre ton mandat pour que nous le confions à une équipe plus compétente que la tienne ?

Citoyen Macron ! Il faut dire, pourtant, que tu as des circonstances atténuantes. Les institutions dans lesquelles tu évolues ne t’incitent certes pas à la vertu citoyenne, elles qui consacrent l’absence totale de responsabilité des gouvernants envers les gouvernés, et délivrent aux représentants du peuple un chèque en blanc qui leur permet, pendant toute la durée de leur mandat, d’agir à leur guise sans pouvoir être contrôlés ou recadrés par leurs électeurs. Comment alors, malgré toute ta bonne volonté, pourrais-tu ne pas céder aux sirènes de la toute-puissance et de l’impunité ? Tu es hélas le Président d’un Etat vulnérable, facilement détournable et parasitable par des intérêts oligarchiques qui ne se refusent pas, quand la Constitution les y autorise, à utiliser à leur bénéfice l’appareil d’Etat et ses fonctions régaliennes de prélèvement fiscal et de répression policière. Je comprends que tu ne puisses t’y opposer ouvertement, tant est intimidante cette petite caste de capitalistes mafieux qui te contrôle et te manipule comme un pantin. Mais la moindre des choses, maintenant que tu peux le vérifier de l’intérieur, serait de dénoncer cet état de fait ; et si tu n’es pas en mesure d’y remédier, de t’affranchir et de venir rejoindre les rangs de ceux qui réclament un véritable changement de régime. Rester en poste dans ces conditions ne peut que conforter ceux qui te soupçonnent de ne pas être le représentant sincère et exemplaire que ta charge impose pourtant, mais le vulgaire fondé de pouvoir des Puissants de ce monde.

Fondé de pouvoir aussi servile que méprisable au demeurant, puisque tes bons et loyaux services ne te vaudraient en retour que quelques miettes dérisoires – les quelques millions d’euros de bonus que t’octroieraient peut-être tes futurs employeurs, eux dont la fortune se compte en centaines de millions, quand ce n’est en milliards… Par rapport aux Propriétaires de ce monde, Citoyen Macron, tu devrais te souvenir que ton niveau de vie est plus proche du nôtre que du leur : tes diplômes et tes états de service ne feraient jamais oublier à tes Maîtres que tu ne fais pas partie de leur Club, mais que tu n’y es toléré qu’en domestique, aux seules fins de t’occuper des tâches ingrates d’intendance de la business unit « France ». Ta soumission ne pourrait alors s’expliquer que par une mentalité de courtisan et de collaborateur, préférant sacrifier ton honorabilité à l’aune des quelques gratifications matérielles dont on te ferait l’aumône en échange de ta trahison. Tes sourires satisfaits et tes mines condescendantes à notre égard ne pourraient jamais effacer l’humiliante étiquette de snob qui te collerait à la peau – cette mention de sine nobilitate, « sans noblesse », que les Aristocrates anglais réservent aux roturiers auxquels il prend la folie ridicule de vouloir dîner à leur table... 

Citoyen Macron ! Ces doutes et ces suspicions sont graves. C’est ton honneur, c’est ta dignité qui est en jeu dans l’affaire. Supporteras-tu ces accusations que la rue t’adresse, ces quolibets infâmants de « vendu » et de « traitre à la Nation » ? Je n’ose le croire, toi le fils de médecin, toi l’ancien d’Henri IV et de l’ENA, toi l’éminent membre du Corps de l’Inspection Générale des Finances, toi qui incarnes si bien au travers de ta personne ce que le système républicain peut produire de plus respectable et de plus brillant au service du bien commun. J’espère donc que tu seras sensible à cette attente du peuple français, et qu’attaché à ce sens de l’honneur et de la vertu qui partout et toujours, des Athéniens aux Japonais, fonde la vie en communauté, tu sauras enfin prendre la parole et nous rassurer sur tes intentions et tes allégeances. Car sinon il me faudrait craindre pour toi que le peuple français ne se rappelle de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, reprise dans la Constitution de 1958, qui fait en son Article 2 de la résistance à l’oppression l’un des droits imprescriptibles de l’humanité – quand il ne se souviendrait de l’Article 35 de la Déclaration de 1793, opportunément annulée par tes prédécesseurs libéraux de Thermidor, qui consacre l’insurrection comme le plus sacré des droits et le plus indispensables des devoirs lorsqu’un gouvernement viole les droits du peuple. Mais toi-même sûrement, en Philosophe que tu es, n’ignores-tu pas l’avertissement d’Aristote dans sa Politique : « Quand les hommes qui gouvernent sont insolents et avides, on se soulève contre eux et contre la constitution qui leur donne de si injustes privilèges ».

D’ici là, Citoyen Macron, crois en mes fraternelles salutations,


Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 1er mars 10:45

    C’est excellent

    Merci pour ce rappel à faire suivre à l’Élysée

    Cela aura peut être un impact sur Jupiter


    • NICOPOL NICOPOL 1er mars 15:33

      @devphil30

      Merci !

      Bien à vous,


    • NICOPOL NICOPOL 1er mars 16:02

      @NICOPOL

      Par contre, l’impact sur Jupiter risque d’être aussi spectaculaire que celui d’un éternuement terrien sur la planète gazeuse du même nom...

      (au passage, se faire appeler du nom d’une grosse boule de gaz boursouflée à sa ceinture smiley et puis, n’être qu’une planète, on se demande quel est son soleil)


    • ASTERIX 4 mars 09:43

      @NICOPOL

      quand on entend TACHE député d’occasion parler du voile on se dit COMMENT ALCAPONE A sélectionné ses candidats a part SCHIAPA il n’a que de jolis minois avec un petit pois dans le crane ce TACHE est ok pour VOILER LES PETITES FILLES QUEL ABRUTI NERVEUX MAL A L’ AISE ET AGRESSIF  !!!!!!


    • devphil30 devphil30 1er mars 10:47

      Si il était pris de remords ce qui m’entonnerais mais sinon on peux lui conseiller de prendre la sortie

      https://www.change.org/p/emmanuel-macron-seul-le-peuple-est-l%C3%A9gitime-macron-demission


      • NICOPOL NICOPOL 1er mars 16:04

        @devphil30

        Bien d’accord avec cette pétition.


      • Dom66 Dom66 1er mars 21:48

        @NICOPOL

        L’avez vous signé au moins ?


      • jorflim 1er mars 23:28

        Merci mais du coup moi j’ai signé la 80K pour accuser castagnette de crime de guerre devant la CPI.


      • JL JL 1er mars 13:08

        ’’Tu as parfois par tes propos, sans doute à ton corps défendant, donné l’impression que toi et tes collaborateurs vous considériez comme différents du reste de la population ;’’

         

         Pour BHL par exemple, nous ne sommes pas des citoyens mais des sujets


        • NICOPOL NICOPOL 1er mars 15:36

          @JL

          Pour Attali, nous ne sommes que les employés de l’ « hôtel France » smiley


        • Arogavox 1er mars 13:13

          une charge que 20 743 128 Français sur 66 990 826 ont confiée sous conditions !

          Celles et ceux des Françaises et Français qui n’ont rien confié du tout restent tout aussi dignes et respectables que celles et ceux qui se sont publiquement engagés moralement.

           Aucun de tous ces Françaises et Français ne peut se permettre la prétention de décréter ce que pourrait bien être l’Intérêt général ; 
          par contre tous, qu’ils aient ou non cautionné élections ou Constitution ont le droit et le devoir de s’efforcer à une évaluation personnelle autant que collective de la Volonté générale.

           (Nota Bene :  Dieu seul, s’il existe, pourrait savoir quel ’Intérêt général’ serait confirmé par le futur ; par contre chacun ne peut ignorer sa propre volonté ; et un ’Contrat social’ ne saurait exister sans efforts de chacun pour tenir compte de la volonté déterminée de tous les autres ! )


          • NICOPOL NICOPOL 1er mars 15:45

            @Arogavox

            La question de la « volonté générale » est philosophiquement et pratiquement compliquée. Il n’y a qu’à voir les difficultés rencontrées par Rousseau, qui en donne une définition quasi-mathématique (de type « intégrale ») très astucieuse, mais peine à proposer un processus en permettant l’expression ou la mesure.

            L’idée que des « experts » ou des « philosophes » seraient en mesure de déterminer scientifiquement ou rationnellement cette volonté générale, et en déduire des mesures y répondant optimalement, me semble dangereuse. Je préfère la conception traditionnelle de la politique, qui est celle de la libre confrontation des propositions. La « volonté générale » est le résultat de cette confrontation ; elle « émerge » de la politique, plutôt que d’en être le point de départ.

            Du bas vers le haut et de la périphérie au centre, comme disait l’anarchiste Proudhon.


          • Arogavox 1er mars 17:31

            @NICOPOL
            Dans « science et bon sens » J.Robert Oppenheimer a écrit :

              « ... Si, comme je le crois, on s’abuse aujourd’hui, c’est en espérant trop de connaissances de l’individu et trop de synthèse de la société. »

             L’approche de la « Volonté générale » n’a pas forcément vocation à donner lieu à une recherche de mesure exacte.
             Et l’on peut transposer en matière politique cette ’observation’ des physiciens selon laquelle toute mesure déforme l’objet mesuré ...
              Par contre identifier et distinguer des concepts différents, comme Intérêt général vs Volonté générale, permet une approche plus fine dans l’effort d’être vrai (sans mentir, ni se mentir) sans prétendre toutefois à une « La Vérité ».
             Pas besoin de mesurer davantage la volonté que l’intérêt, pour tirer un bénéfice d’ordre logique à remarquer que chacun sait ce qui relève ou pas de sa volonté propre, et peut reconnaître l’expression des volontés d’autrui, tandis qu’il serait plus qu’hasardeux de croire cerner un intérêt dans l’absolu, décorrélé de ces volontés individuelles et collective.


          • NICOPOL NICOPOL 1er mars 18:03

            @Arogavox

            Même si je ne suis pas sûr de comprendre parfaitement vos propos, je comprends que, comme moi, vous doutez de la possibilité de pouvoir mesurer objectivement et scientifiquement la « volonté générale ».

            Je reste quant à moi sur l’idée que la volonté générale ne se « mesure » pas (ni ne s’utilise comme radar politique), mais émerge comme résultat d’un processus démocratique de débat contradictoire entre citoyens. Ce processus étant justement celui de la prise de décision politique (de sorte que la mesure de la volonté générale n’est pas la donnée d’entrée nécessaire du processus de décision politique, mais un indicateur de sortie contingent).


          • Arogavox 1er mars 21:19

            @NICOPOL
             Ce ’débat’ sur nos différentes perceptions du concept de « Volonté générale » est capital et primordial dans l’actualité du mouvement qui amène aujourd’hui une majorité de Français à se questionner au sujet de notre Constitution française et de son objectif démocratique.

              Ma perception de ce concept essentiel est en effet nuancée, tout en restant pragmatique.
             Bien sûr qu’il n’est pas question de pouvoir prétendre « mesurer objectivement et scientifiquement la Volonté générale » ... puisqu’Elle n’est qu’une abstraction dont aucun humain (ni scientifique, ni théologien, ni économiste, etc ..) ne connaît le nombre de dimensions (ne serait-ce que parce que même le nombre de dimensions de l’Univers réel est sujet à controverses en astrophysique ...) . D’ailleurs, la seule dimension de temps au cours duquel évolue cette abstraction prouve que seules des projections de cette Volonté Générale pourraient être approchées par chaque individu.
              Reste que cette considération logique, lorsqu’on la rapproche des coutumes actuelles qui ont habitué les foules à élire des « représentants », devrait suffire à susciter bien des remises en question concernant les dogmes sur lesquels reposent nos supposés consensus de légitimation du pouvoir officialisé.
             N’est-ce pas une improbable projection, fort mal et fallacieusement mesurée, de cette Volonté générale , qui est actuellement utilisée comme ’radar en politique’ pour justifier/légitimer notre royauté élective ? 
             Cette prétendue projection sous-entendue n’émerge pas, aujourd’hui, d’un débat contradictoire !
              Ce qui est évalué par un seul nombre peut-il est fait de plus d’une seule dimension ?
             Pire : alors qu’il serait humainement concevable de ramener à un seul curseur pour chaque cas, la moyenne des notations attribuées par chaque citoyen à chaque option politique envisagée ... il reste définitivement absurde et grotesque de vouloir faire gober que le « choix » d’un incarneur peut être projeté sur la ligne d’une unique dimension !

             L’approche pragmatique, c’est de remarquer que même si le nombre de dimensions de la Volonté Générale nous dépasse (et, de mon point de vue, il n’est même pas nécessaire de savoir si c’est une émergence ou pas), ce concept aide les humains que nous sommes à faire émerger l’humanité d’un idéal démocratique ;
            un idéal, même s’il ne peut qu’être approché sans jamais être « atteint », reste intéressant à approcher ; donc même si cette approche, imparfaite, a elle-même un impact sur ce que nous sommes, la globalité du processus reste plus intéressante que l’abandon de cet idéal. 
            Or, mentir dans l’approche, entraverait cette approche ; et nous savons que pour éviter de mentir, ce qu’on projette avec l’imprécision et l’incertitude qui font partie du lot humain doit pouvoir humainement être ramenable à une seule dimension si on veut en évaluer la caution par une seule moyenne. 
             i.e. : ce qui peut et doit être soumis aux votes (cf vœux, volonté), ce sont des propositions/demandes/doléances/choix politiques circonstanciés et atomisés et non pas d’incohérentes prétentions individuelles à ’incarner’ la multitude !


          • Arogavox 1er mars 23:00

            Nota Bene :

             Une intersection peut-elle se figurer être, plus encore que la réunion de ce dans quoi elle est inclue, mais encore pour ce qui plane au dessus : genre, jupiter ! ?

            dans « science et bon sens’ Oppenheimer a remarqué :

             »Nous-mêmes ne sommes pas seulement les constituants de nos sociétés, mais leur intersection,
            et nous créons entre elles une harmonie qui n’existe qu’autant que les individus peuvent l’engendrer et la révéler.
            Nos pensées, nos actions, nos jugements du beau, du juste et de l’injuste, doivent tant à nos semblables que si nous éliminions tout cela le reste ne serait ni reconnaissable ni humain."


          • rogal 1er mars 13:25

            S’adresser à Macron : plus que du temps perdu, une stratégie fautive. Finissez-en avec votre fascination pour le Spectacle.


            • NICOPOL NICOPOL 1er mars 15:53

              @rogal

              Genre, je pense vraiment que Macron lit Agoravox, va tomber sur mon article et y répondre personnellement smiley

              Vous savez aussi bien que moi que la « lettre ouverte » est un procédé rhétorique qui consiste plus à s’adresser au public qu’au destinataire théorique de la lettre.

              Je n’ai aucun doute que Macron ne va pas changer d’un iota la politique qu’on lui a assigné. Cet article ne vise pas à le convaincre de quoi que ce soit, mais à appeler à l’insurrection. Avec un peu d’ironie tant qu’à faire. C’est ma petite contribution au ras-le-bol actuel.

              Qualifier cet article de « stratégie fautive » est parfaitement ridicule, ce n’est pas une « stratégie », elle ne peut donc être « fautive ». Vous vous trompez de registre. 

              Et vous, que faites-vous d’utile ?


            • rogal 2 mars 09:38

              @NICOPOL
              Ce n’est pas l’article que j’aurais ’’qualifié de stratégie’’.
              Le procédé rhétorique (évidemment) de la lettre ouverte témoigne d’un emprisonnement dans le Spectacle. Oublions Macron ; analysons la ploutocratie.
              Ce que je fais d’’’utile" ? Je mets en garde contre les erreurs stratégiques.


            • NICOPOL NICOPOL 2 mars 15:08

              @rogal

              Ouais, ben vu que je ne comprends rien à vos « mises en garde », j’ai un peu de mal à bien comprendre votre propre « stratégie »... smiley


            • Dom66 Dom66 1er mars 15:15

              lettre ouverte au C**o**n Marcon

              Soit ; pipi dans un violon..c’est d’une LBD qu’il a besoin.


              • NICOPOL NICOPOL 1er mars 15:58

                @Dom66

                Vous aurez constaté que la finalité de cette tribune est d’appeler à l’insurrection. Je ne vise pas par là un tir de barrage de LBD, mais une dépose en bonne et due forme, l’opprobre publique et un tribunal populaire pour juger de sa trahison à la Nation.

                Commenter des articles de façon aussi peu constructive, c’est aussi un peu du « pipi dans un violon », pour reprendre vos termes. Pendant que les internautes s’envoient des noms d’oiseaux sur les forums en jouant au plus « radical-à-qui-on-ne-la-fait-pas », nos Maîtres s’organisent méthodiquement.


              • Dom66 Dom66 1er mars 23:44

                @NICOPOL

                J’aime beaucoup les leçons de morale, venant de nul part ;

                " mais une dépose en bonne et due forme, l’opprobre publique et un tribunal populaire pour juger de sa trahison à la Nation"...........là j’aimerais, mais faut pas rêver.

                « nos Maîtres s’organisent méthodiquement. » oui ça c’est exact, (sauf que je n’ai pas de maître) mais à part a lettre ouverte, que préconisez vous ??. avez vous une idée sur le comment du comment vaincre ce trou duc de président ???


              • NICOPOL NICOPOL 2 mars 00:40

                @Dom66

                A quelle « leçon de morale » faites-vous référence ? Ce n’est pas très clair...

                Vous vous imaginez bien que ma seule action politique depuis l’élection de Macron n’a pas été cette « lettre ouverte ». Par ailleurs l’objectif n’est pas de « vaincre » ce président, mais de mettre en garde nos concitoyens contre l’idéologie qu’il incarne, et tenter de les sensibiliser à d’autres façons de voir.

                A ce titre, voilà bien des années que je m’efforce de convaincre mon entourage (famille, amis...), et plus largement tous les gens avec lesquels je discute, du bien-fondé de quelques idées-clefs, à savoir (i) s’émanciper de la société de consommation et des réseaux sociaux, (ii) sortir du clivage droite-gauche et redécouvrir la « 3Ième voie » de la sensibilité anarcho-socialiste (celle de Proudhon, Orwell, Passolini, Camus, aujourd’hui Michéa, dans une certaine mesure Soral...), (iii) comprendre la logique interne mortifère du capitalisme, (iv) bien manger et faire du sport, (v) lire, se cultiver et s’intéresser à l’histoire. En tentant autant que possible de donner l’exemple, moi-même, ma femme et mes enfants.

                Je pense avoir, modestement et à mon niveau, contribué à faire avancer une prise de conscience qui, à un niveau national, se traduit aujourd’hui par le mouvement des gilets jaunes, et, plus largement, par le phénomène dit « populiste ». 

                Nous sommes passés d’une situation dans laquelle la majorité des gens s’accommodait du système actuel, à une situation dans laquelle la majorité le rejette. Il me semble utile de le rappeler et de s’en féliciter. Ce n’est qu’une étape, certes, et le plus dur reste sûrement à faire : changer de système, et en construire un autre. La difficulté que je vois en France, pour l’instant, c’est l’absence d’offre politique répondant véritablement à cette aspiration. En ce qui me concerne, je pense que seule une alliance des populismes, artificiellement séparés entre « gauche » et « droite », peut déboucher sur quelque chose de positif, un peu à l’italienne (par une alliance de parti) ou à la russo-gauliste (par l’émergence d’un « homme providentiel » incarnant cette alliance dans sa personne). J’ai eu un moment l’espoir d’un rapprochement Mélenchon / Phillippot / Dupont-Aignan (même si je n’ai pas beaucoup de sympathie pour ces 3 personnes, c’est autre chose que le ticket De Villiers Chevènement qui a failli voir le jour jadis...), mais je pense qu’ils sont trop politiciens pour s’allier dans l’intérêt commun. Et je ne vois vraiment pas de rapprochement possible aujourd’hui entre FN et France Insoumise. Quant à l’ « homme providentiel », vu que le prétendant au trône brille par son absence médiatique, je ne vois pas très bien qui pourrait jouer ce rôle... Mais wait and see. Au moins le contexte est-il désormais propice à des évènements enthousiasmants...


              • baldis30 1er mars 16:25

                bonsoir

                «  »J’espère donc que tu seras sensible à cette attente du peuple français, et qu’attaché à ce sens de l’honneur et de la vertu qui partout et toujours, des Athéniens aux Japonais, fonde la vie en communauté, tu sauras enfin prendre la parole et nous rassurer sur tes intentions et tes allégeances. "

                 Rêvez-vous ?


                • NICOPOL NICOPOL 1er mars 16:33

                  @baldis30

                  Rho, mais c’est pénible à la fin, tous ces gens qui pensent que l’article est écrit au premier degré, en espérant être lu et entendu par Macron...

                  je vous renvoie à mes réponses aux commentaires précédents.


                • zygzornifle zygzornifle 1er mars 17:25

                  Avec toutes les bafouilles qu’il reçoit il a l’anus bien propre notre Manu militari ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès