• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte au président François Hollande

Lettre ouverte au président François Hollande

Comment diable la France s’est-elle embarquée aux côtés des islamistes dans des crimes de masse en Libye et en Syrie ? Sous le prétexte fallacieux de protéger les populations civiles, Paris renoue avec le colonialisme. Pour Me André Chamy, vice-président de Réseau Voltaire France, François Hollande ne peut trahir les idéaux français et les valeurs de la gauche, il doit changer de cap.

JPEG - 24.1 ko
Le 6 juillet 2012, le criminel de guerre Abou Saleh (Katiba al-Farouk, Emirat islamique de Baba Amr) était l’invité spécial du président François Hollande (le jeune homme de face, assis sur le côté de la tribune, à la droite de la photo).

L’Union Européenne a été couronnée, le 10 décembre dernier, du prix Nobel de la paix. Comment ne pas être surpris par cette reconnaissance alors qu’un certain nombre de pays européens ont participé plus qu’activement à deux guerres en moins d’un an ?

Il y a eu d’abord la guerre en Libye avec toutes les conséquences que l’on connaît, c’est-à-dire le chaos, l’occupation des villes par des bandes armées incontrôlables, le racket des habitants, l’insécurité au quotidien, et la proclamation de la charia comme fondement du droit dans ce pays !

Le prétexte avancé pour justifier cette guerre était la nécessité de défendre les civils contre la fureur d’un dictateur, en se basant sur des informations volontairement truquées de la situation sur place. L’opération dont l’objectif était la protection des civils est devenue, par le jeu d’une tromperie internationale, une guerre d’invasion menant à l’assassinat de M. Kadhafi et à un changement de régime en Libye.

Non seulement aucun mandat n’a été accordé pour cette expédition militaire, mais celle-ci a constitué un authentique désastre pour la Libye, avec la destruction de l’essentiel de ses infrastructures, et la mort de près de 120 000 personnes, notamment du fait de bombardements aveugles menés par la France et la Grande Bretagne.

Ces mêmes pays membres de l’entité récipiendaire du prix Nobel de la paix ont repris le chemin de la guerre en Syrie. Cette seconde guerre est menée par le biais de bandes armées, entraînées aussi bien par des militaires de nos pays que par ceux de pays limitrophes à la Syrie. Ces bandes armées pénètrent en Syrie depuis la Turquie et depuis le Liban.

Alors qu’au départ il s’agit simplement de protéger des populations civiles, on demande rapidement le départ du régime en place, et on reconnaît comme seul interlocuteur légitime un « Conseil national de transition », non représentatif, et non élu.

Il est pour le moins cynique, pour prendre le cas syrien, de remarquer que le Conseil de transition a été reconnu dans les palaces du Qatar, une monarchie absolue qui fonctionne selon le système politique sans doute le plus inégalitaire du monde.

On peut aussi se demander qui a désigné notre pays (puisque la France a été la première à reconnaître ce conseil de transition comme seul interlocuteur légitime), pour se prononcer au nom du peuple syrien.

Parallèlement, nous encourageons la destruction du pays, par le financement et l’armement de milices salafistes, telles que Jabhat Al Nossra, reconnue comme organisation terroriste par les États-Unis, alors que nous sommes censés les combattre en France et en Afrique (les derniers événements au Mali le confirment !).

Nous nous liguons pour ce faire à des pays tel que le Qatar ou l’Arabie Saoudite qui sont tout sauf des démocraties, et qui financent les mêmes mouvements terroristes notamment en Afrique.

Ces mêmes pays ont transféré des groupes terroristes en Syrie, où ils sévissent en tuant des civils particulièrement à travers des attentats à la bombe, et en semant la terreur dans les villes ou quartiers où ils passent.

Ces mêmes groupes sont responsables de l’assassinat du journaliste Gilles Jacquier, des massacres qu’on a essayés d’imputer au régime comme celui de Houla, et des charniers qu’on découvre tous les jours. Et comme si cela ne suffisait pas, ils vont jusqu’à entraîner et armer des enfants qu’ils associent à leurs massacres, et appliquent la Charia dans les quartiers où ils s’installent.

On parle de plus de 60 000 morts. De combien d’entre eux sommes-nous directement ou indirectement responsables ?

Nous voulons en particulier attirer l’attention sur les chrétiens de Syrie. Les exactions des milices islamistes, qui les considèrent comme des cibles privilégiées, ont poussé des centaines de milliers d’entre eux sur le chemin de l’exode.

La destruction de ce pays se fait de manière méthodique avec l’aide des mal nommés « Amis de la Syrie ». La France ou l’Angleterre n’ont jamais été les amis, ni de la Syrie ni du peuple syrien. Depuis quand date cette amitié ? Et ne parlons même pas du Qatar et de l’Arabie Saoudite.

Comment peut-on imaginer un instant que ces mêmes pays puissent décider à la place du peuple syrien celui ou ceux qui doivent le gouverner ?

Qui nous a donné le droit de commettre cette ingérence au lieu d’inciter au dialogue ?

Après avoir donné leur accord à Genève pour un règlement politique de cette crise, les Occidentaux ont renié leur parole, et ont poursuivi leur soutien armé aux islamistes, en prétextant que l’aide était apportée à l’opposition, alors que l’essentiel de l’opposition en Syrie refuse la guerre et demande un règlement politique.

Monsieur le président, combien de morts devons-nous avoir sur la conscience pour qu’enfin cessent ces horreurs et les mensonges qui leur servent de caution, et pourquoi refusez-vous obstinément de travailler avec la Russie sur un règlement politique dont les lignes ont été définies il y a quelques mois à Genève ?

L’expérience désastreuse en Libye n’a-t-elle pas été suffisante ? Faut-il atteindre le chiffre de 120 000 morts comme en Libye ?

Monsieur le président, la France est un pays laïc et à ce titre, se doit de soutenir les forces laïques. La France a tiré un trait sur son histoire coloniale et doit à ce titre œuvrer pour l’autodétermination des peuples. La France est un pays pacifique et doit donc travailler avec les forces pacifiques sur un règlement politique.

Il devient d’une urgence absolue que vous changiez de politique en Syrie. En poursuivant cette guerre néocoloniale qui ne dit pas son nom, vous souillez l’image et la réputation de la France, et vous prolongez le martyre du peuple syrien, dont vous serez tôt ou tard tenu pour responsable, comme votre prédécesseur sera tenu responsable (en plus d’autres affaires) de la destruction de la Libye et de la mort de 120 000 Libyens.

Ayez le courage et changez de cap avant que toute la région ne s’embrase…

 André Chamy, vice-président de Réseau Voltaire France

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Aleth Aleth 21 janvier 2013 11:15

    Hollande n’est qu’un pion de l’oligarchie, tout comme son prédécesseur. Des usurpateurs, des imposteurs, des arrivistes. PS-UMP les deux faces d’une même pièce, l’illusion du choix. Au final les deux formations politiques sont d’accord sur 90% des sujets. Il y a « divergence » uniquement sur certaines questions sociales/sociétales, pour montrer au peuple qu’il y a tout de même un semblant de « débat ».

    Hollande avait pourtant assuré en novembre 2012 : « en aucun cas la France n’interviendra au Mali ». Et voilà le résultat quelques semaines plus tard. C’est comme pour son « ennemie la finance ». Aucune crédibilité. Aucune marche de manoeuvre. Hollande est un toutou bien obéissant. Du vent, des effets de manche... ça c’est le « hollandisme révolutionnaire » prôné par Todd. En revanche, au lieu de pointer du doigt les priorités, les vraies, et prendre les problèmes à bras le corps, la focalisation se porte - les médias aux ordres aidant - sur « le mariage pour tous » et autres futilités qui n’arrangent en rien la situation de la France déjà exsangue.

    Et là c’est reparti pour un tour... après l’Afghanistan puis la Libye (interventions sous des prétextes fallacieux et mensongers) les autorités françaises prétendent aller sauver la veuve et l’orphelin au Mali. C’est beau l’altruisme n’est-ce pas ? Et ce avec l’argent du contribuable (déjà que le budget militaire ne se porte pas très bien... pour information le Ministère de la Défense a envoyé un document aux banques pour les avertir que les salaires des militaires auraient quelque retard ces temps-ci).

    Et paraît-il il n’y aurait absolument aucune arrière pensée, aucun intérêt, aucun profit quant à cette ingérence, cette intervention militaire (comme d’habitude). Tout juste du pur angélisme et la volonté de défendre les droits de l’Homme à tout prix, non mais ! Hollande mériterait amplement le Prix Nobel de la paix, à l’instar d’Obama ou de l’Europe (ou Kissinger) au vu des critères pour l’obtenir.


    • Aleth Aleth 21 janvier 2013 11:44

      En aparté voici une intervention magistrale du député Laurent Louis au Parlement belge concernant la guerre au Mali, dévoilant les véritables raisons de cette opération militaire néo-colonialiste, dénonçant la manipulation internationale, le mensonge de la lutte anti-terrorisme, le soutien des Occidentaux aux djihadistes en Libye, Tunisie et Syrie.


    • Aleth Aleth 21 janvier 2013 11:52

      ps : et voici une intervention de Michel Collon (vidéo 1 / vidéo 2) concernant les médiamensonges relatifs à l’intervention militaire au Mali.

      « En guerre contre le terrorisme, vraiment ? Pourquoi les médias ne parlent-ils pas des ressources naturelles convoitées, des multinationales françaises qui se construisent des fortunes dans cette région, de la misère dont elles sont responsables ? Pourquoi nous cache-t-on les véritables cibles : Mali, Niger, Algérie et l’Afrique en général ? Et le Qatar, allié de Paris, qui arme les islamistes maliens, qu’est-ce que cela cache ? Ou bien part-on en guerre pour des intérêts économiques et stratégiques soigneusement cachés ? »


    • Folacha Folacha 21 janvier 2013 11:21

      Bonjour,


      A qui profite le crime ?

      A qui profitent ces guerres coûteuses au nom de la démocratie qui aboutissent à la mise en place des régimes que l’on sait ? 

      Pourquoi la Chine l’Iran et la Russie sont ils devenus la seule chance de ces pays de ne pas sombrer dans l’Islamisme ?

      A qui profite l’affaiblissement de l’Europe en crise qui en rajoute une couche en partant en guerre ?



      • Robert GIL ROBERT GIL 21 janvier 2013 11:42

        après avoir armé et utilisé ces islamistes pour détruire la Libye, la France surtout espérait qu’avec ce « geste d’amitié », ces gars libéreraient ses ressortissants. Il n’en est rien...on nous aurait mentit !!!

        voir : MALI, LES RAISONS DE L’INTERVENTION.


        • zappa zappa 21 janvier 2013 15:28

          Merci pour l’article,

          De plus en plus de personnes se posent la question : comment ce fait il que d’un coté ces pour le bien et de l’autre ces pour le mal avec les mêmes. Mr Ardisson dans ont n’est pas couché a demandé à un juge d’instruction antitéroriste une explication pour comprendre cet état de fait criant à nos oreilles. Les premiers mots du juge ont été vers Mr Ruquier et lui demander si son émission été financée par le Qatar pour essayer une réponse ...


          • zappa zappa 21 janvier 2013 15:32

            Désolé,

            ces = c’est (cela est)


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 21 janvier 2013 17:28

              @l’auteur,

              Certes il aurait mieux fallu laisser les islamistes s’emparer définitivement, au coeur de l’Afrique, d’un état comme le Mali. Vous n’étes pas sérieux, Mitterrand disait « les pacifistes sont à l’ouest et les euromissiles à l’est... »
              Sommes toute cela résume assez bien le débat.

              http://jmpelletier52.over-blog.com/ 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès