• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte aux journalistes

Lettre ouverte aux journalistes

Alors que vous subissez une attaque extraordinairement violente contre votre profession, alors que cette attaque semble concertée depuis le plus haut du pouvoir, vous me paraissez bien incapable de vous défendre. Ne serait-ce pas un retour de boomerang ?

Le pittbull de l’UMP en chômage d’Assemblée Nationale n’en est pas à une monstruosité intellectuelle près, ni à un dérapage d’avec la vérité.
 
Extrait : La meilleure réponse [élection de Douillet] à ce monde médiaco-politique qui cherche par tous moyens à détruire le président de la République […] On va s’arrêter sur les deux soi-disant affaire […] l’affaire Mitterrand a commencé comment ? Elle a commencé avec des journalistes qui ont essayé de faire croire en prenant la roue de Marine Le Pen, formidable, que Frédéric Mitterrand était pédophile […] je ne vais pas en citer c’est tout le monde […] il y a quelques jours les médias expliquaient […] il est formidable [Jean Sarkozy] il est très compétent, il a un talent hors pair.
 
 
Mais je me pose une question : pourquoi êtes-vous si incapables de vous défendre devant une telle attaque qui ruine un des fondements de la démocratie : la liberté de la presse et ce au moment où Reporters sans frontières publie sa liste dans laquelle la France chute de la 35è à la 43è place (Le NouvelObs) (La liberté de la presse se dégrade en France selon le classement RSF) ?
 
Il se trouve que, moi, j’ai quelques réponses.
 
Vous les journalistes, sans doute par paresse ou par volonté de suivre n’avez eu de cesse de laisser prospérer des mensonges et de suivre un courant qui va de la montagne à la mer. Voici quelques exemples sans aucun classement ni d’importance ni chronologique.
 
Commençons par cette affaire Mitterrand. Le bon Lefebvre déclare que l’affaire Mitterrand est une affaire créée par les médias en prenant la roue de Marine Le Pen. Si vous aviez fait votre travail vous auriez su que c’est ailleurs que le livre de Frédéric Mitterrand est sorti, ailleurs et bien avant. Cela a été le cas par un article d’un rédacteur d’Agoravox, Omnibuzz, du 29 septembre 2009 qui a parlé de ce livre y compris des extraits incriminés. Cet article faisait suite à l’innommable prise de position de Frédéric Mitterrand pour défendre Polanski. Quant à Marine Le Pen, elle n’intervient que le 5 octobre. Ne voyez-vous pas, journalistes ce que cela signifie ? Cela veut dire que vous avez aidé à faire prospérer deux informations fausses : que Marine Le Pen était à l’origine de la polémique, alors qu’elle ne faisait qu’enfourcher un cheval libre depuis une semaine, et qu’il y avait une confusion entre homosexualité et pédophilie, mot jamais prononcé. De plus, amis journalistes, vous avez au contraire participé pour la majeure partie à une chasse à l’homme, la chasse au Hamon pour être plus précis. Non seulement vous y avez participé mais vous avez laissé prospérer cette autre idée qu’il y avait une chasse à l’homme contre Mitterrand. Combien d’éditorialistes, de journalistes, de philosophes ont-ils pris sur vos ondes, dans vos papiers à la télévision la défense émue d’un Mitterrand ému ? Et aujourd’hui le comble vous êtes accusés - alors qu’à tout le contraire - d’avoir aidé à cette pseudo-calomnie et à l’attaque qui serait insidieuse contre le Président de la république. Vous êtes incapables de vous défendre dans une espèce d’attaque en règle tortueuse et mensongère. Vous n’avez aucun argument alors que Lefebvre dénonce ce qui est tout simplement une contre-vérité. Vous avez en majorité défendu Mitterrand et vous êtes accusés de l’avoir descendu en flèche et vous restez paralysés dans ce double calvaire d’avoir défendu par bien-pensance le tourisme sexuel à la Mitterrand (ce qui est pour le moins la réalité des faits) et d’être mis au pilori pour son contraire. Votre défense est évidemment impossible. Vous n’avez pas fait votre travail en ne relatant pas la vérité de l’origine de l’affaire Mitterrand (des deux affaires en réalité) et ainsi en accréditant l’idée que Marine Le Pen en était à l’initiative et polluant par là le fait par la contamination stupide que l’origine d’une vérité détruirait cette vérité. Par ailleurs vous avez été incapables de rappeler à ces donneurs de leçons, car vous n’avez aucune mémoire, cet argument imparable qui aurait dû clouer le bec aux vociférateurs de l’UMP, qui est la parole de leur chef, devant des millions de Français à TF1 le 5 février 2007 : « Mais si Le Pen dit " le soleil est jaune ", je ne vais pas être obligé d’arriver en prétendant qu’il est bleu. » Vous avez été incapable donc de dire qu’une vérité, qu’elle vienne de l’un ou de l’autre reste une vérité et d’en rappeler les mêmes paroles à ceux qui faisaient cet amalgame origine avec la véracité. Et voilà une des raisons qui fait que vous êtes incapables de vous défendre.
 
Un autre exemple est cette seconde affaire du prince Jean. Là aussi votre incapacité est effarante à vous défendre. On comprend mieux quand on sait qu’aucun journaliste n’a en fait pris position contre cette affaire de l’EPAD, ou très peu et à mezza voce. Qu’en a-t-il été ? Il a fallu attendre que la presse étrangère hurle de rire et de mépris pour que vous, journalistes, vous en parliez. On a vu le timide papier de Fottorino cinq jours après le déchaînement sur Internet et à l’étranger. Vous avez, là aussi suivi. Votre métier eut été d’en être à l’initiative et d’en faire une analyse saine. Vous avez au contraire relayé à satiété les arguments du château de la légitimité de l’élection du dauphin au milieu des requins. Vous avez offert - ce qui extraordinaire - à un gamin de 23 ans vos colonnes et votre antenne. Qui d’autre a eu le droit à 23 ans à autant de lignes, d’émissions télévisées ou de radio ? Vous avez fait dans la complaisance. Le terrible est que vous n’avez fait que relayer ce que pensaient les autres avec une faible participation de votre voix personnelle. Mais pis, vous avez aussi relayé avec plus d’écho encore les attaques dont vous faisiez l’objet. Quand on voit le pauvre Aphatie se défendre avec maladresse contre Lefebvre on ne peut qu’être atterré d’autant qu’il laisse passer ces mensonges de la presse à la roue de Le Pen et que tout le monde trouve JeanJean formidable. Tiens je vais vous en donner moi des arguments :
 
- mais c’est la presse étrangère qui parle de népotisme. La presse étrangère est-elle le monde médiatico-politique français ? peut-on balayer du revers de la main ce que pensent tous ces journalistes qu’ils soient de Chine ou du Brésil, d’Angleterre ou d’Allemagne ?
 
- avez-vous, vous, journalistes, fait le simple compte des titres et lignes accordés positivement et négativement dans ces affaires pendant les 15 jours qui viennent de s’écouler. Des exemples parmi d’autres : les déplacements de Sarkozy, ses annonces incessantes, la couverture qu’il a eue ici et là : pour l’éducation, à Metz, pour les collectivités locales. Combien cela a-t-il fait de titres, de lignes et de colonnes ? quel est le pourcentage dans un sens ou dans l’autre ? Et si à cela on ajoute les attaques frontales du pouvoir et de l’UMP contre ceux qui se sont inquiétés que Mitterrand aiment à déverser sa vie dissolue et touristiques dans le public, et à défendre un homme qui viole et sodomise une fille de 13 ans après l’avoir droguée, ces attaques relayées par vous et abondamment en plus sans même vous défendre, sans même argumenter, on se rend compte que la vérité des faits : une chasse contre Hamon, une presse étrangère hilare et scandalisée, des articles positifs sur Sarkozy, une place outrageuse pour les ministres et les caciques de l’UMP, donc en somme si ce n’est une écrasante majorité, une majorité finalement plutôt favorable au pouvoir car on peut considérer sans l’ombre d’un doute que les propos répétés à l’envi des Darcos, Douillet, Raffarin, Bertrand, Fillon, Sarkozy, Lefebvre sont pour le pouvoir quand ils attaquent de front et avec violence l’opposition et la presse, on se rend donc compte que la vérité des faits énoncés ici se transforme étrangement en une chasse à l’homme contre Sarkozy fils, contre Mitterrand et des affaires uniquement franco-françaises et médiatico-politiques quand elles sont internationales par le fait et universelles par le fond.
 
Comment pouvez-vous vous laisser défoncer comme cela, c’est-à-dire que vous voulez détruire son Altesse, quand même le Nouvel Observateur a fait cette vilenie, dont parle si bien Lefebvre, d’une complaisance inimaginable du Sarkozy qui a changé (7 fois qu’il dit avoir changé en deux ans et demi) offrant en une semaine et deux titres successifs la une au Monarque, que les unes dithyrambiques n’ont eu de cesse de fleurir ?
 
La dernière affaire où votre rôle aura été néfaste est Clearstream. Vous avez voulu - car cela est vendeur - la réduire à une affaire de haine recuite entre Sarkozy et Villepin. Pour cela - et les débats du procès le prouvent - vous avez occulté des informations, vous avez évité soigneusement de déterminer les contradictions des témoignages. Des exemples : vous n’avez retenu que les témoignages des gardes du corps de Gergorin (2) et n’avez jamais parlé des témoignages des 26 personnels du ministère. Vous n’avez pas relevé les contradictions entre les affirmations de Lahoud et celles de Rondot. Vous n’avez jamais creusé la piste des liens Lahoud Sarkozy. Vous n’avez jamais posé la question de l’absence de Michèle Alliot Marie dans le prétoire. Vous avez considéré comme vérité d’Evangiles les paroles et écrits (en fait des récrits car les bristols ont disparu) de Rondot sans vous inquiéter de savoir pourquoi lui qui était le traitant de Lahoud n’était pas plus inquiété que cela par la justice et simple témoin, et pourquoi il ne mentirait pas puisqu’il est lui aussi impliqué. Vous n’avez pas cherché à savoir pourquoi Jean-Marie d’Huy est aussi le juge qui s’occupe de l’affaire d’escroquerie de Lahoud. Il a fallu attendre le procès pour découvrir les liens de Marin, de Bot et autres membres de la justice avec Michel Alliot Marie et donc avec la possible connaissance de ces fichiers. En fait vous êtes des suiveurs et des chercheurs de scoops orientés. La vérité ne vous intéresse pas, ce qui vous intéresse c’est la doxa ambiante dans votre milieu, votre à la fois confortable et périlleux mélange des genres par votre fréquentation malsaine du milieu de la politique jusque dans les mêmes lits.
 
Ainsi vous êtes bien incapables de répondre à ces obus qu’on vous lance alors que pourtant il y a matière. Vous avez cet étrange rapport avec Sarkozy qui fait que vous n’avez eu de cesse de nous fabriquer un monarque compétent, actif, génial quand lui n’a eu de cesse de vous détruire et de vous insulter. Un exemple. Sarkozy à l’ONU déclare sans qu’aucun de vous ne fasse un commentaire qu’il travaille jours et nuits. Et cela ne vous choque pas, et cela ne vous fait pas faire de commentaires de diffuser cette arrogante vantardise qui va faire passer dans l’opinion que c’est un foutu travailleur que Sarkozy alors que vous savez que ce n’est qu’une vaste blague puisqu’en même temps il a pu assister à un cocktail, il a pu faire son jogging, il a pu parler à la tribune mais surtout attendre son tour de passage immobile sur son siège à envoyer des textos, et qu’il a donné une interview télévisée dans laquelle il a déclaré coupables les prévenus du procès Clearstream. Donc vous avez diffusé des paroles sans les contredire pour que la vérité soit dite. 
 
Un rappel, le 16 mars 2009 à l’Elysée, Sarkozy dit : « Les journalistes ce sont des nullards, il faut leur cracher à la gueule, il faut leur marcher dessus, les écraser. Ce sont des bandits. Et encore les bandits, eux, ont une morale ? »
 
Aujourd’hui, alors que des bruits filtrent comme quoi ce serait un ordre de Sarkozy de tirer dans le tas, le tas étant vous, votre réaction est faible, inadaptée. Vous n’avez pas de capacité à vous défendre. Et pourquoi ne boycotteriez vous pas pendant un mois l’UMP et le pouvoir ? On vous traîne dans la boue et vous dites aïe. Et pourtant, et pourtant vous savez bien faire quand par exemple il s’agit de faire flamber Bayrou pendant la campagne européenne. Là avec l’incident Cohn Bendit vous y êtes allés et à cœur joie.
 
Ce n’est pas les bafouillages d’Aphatie qui vont peser bien lourd. Est-il compréhensible de rester ainsi les bras ballants après ces attaques frontales violentes ? Où serait une action commune d’envergure et concertée ? Allez-vous enfin retrouver le chemin de l’honneur, vous défendre sérieusement, vous libérer et par là permettre à notre démocratie de respirer ?
 
Excusez-moi, mais j’en doute. Malheureusement.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • morice morice 21 octobre 2009 10:14

    Article parfait !! La presse est à la remorque... du Web : faute à l’argent (les rédactions sont sabotées, les vieux partent et ne sont pas remplacés), faute aux formations (où l’on insiste davantage sur la chasse au scoop qu’à l’éthique), la faute au ... public, qui après deux années de décérébration médiatique, en redemande. Tous devenus masos : le résultat d’un pouvoir dirigé par un président que j’ai décrit ici comme assez voisin d’un cas pathologique. La folie Sarkozy fabrique un pouvoir devenu fou, avec des fous du roi comme Lefebvre, toujours en train de courir derrière comme le roquet qu’il est. Bouffon véritable. Ce matin, on a renvoyé de pauvres bougres en Afghanistan, comme du bétail, après les avoir largués à Toulouse sans que le pays ne s’émeuve. De Gaulle avait dit que les français étaient des vaux : ils viennent d’hériter de leur manadier en chef. C’est le Bad Lucke.


    Deux ans qu’il a parqué tout le monde entre les barbelés de son autorité sans limites.


    • Yohan Yohan 21 octobre 2009 12:33

      Désolé de ne pas vous suivre sur le terrain de l’autosatisfécit des scribouillards du web, dont bcp ignorent tout de la déontologie du métier et qui se contentent de triturer des pages piquées sur le web sans flitrer, recouper et vérifier les sources. 
      Ce n’est pas parce que la profession est malade que ceux qui écrivent sur le net sont forcément sains.


    • VivreenRussie VivreenRussie 21 octobre 2009 13:22

      Deontologie du metier :

      Voici quelques exemples :
      1- LeMonde avait publie la meme photo au debut de la crise :
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/vous-avez-l-air-malin-au-figaro-t1709.htm

      2- Ici mis a part les articles « piques » sur le web, je suis l’auteur des photos
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/moscou-manifestation-du-31-mai-limonov-interpelle-mensonges-de-la-presse-t1608.htm

      3- Lorsque le 24/10/2008 Marie Jego ecrit : « le mot crise est banni » , que doit on penser en regardant les liens et les photos ??
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/mensonges-lemonde-liberation-lefigaro-tf1-lci-t658.htm

      4- Puisque la reaction de Yohan est destinee a Morice, « recouper et verifier les sources » :
      Voici un sujet aborde par Morice en septembre 2008 et en aout 2009 par le Courrier International qui « deontologie » oblige semble oublier le plus important : 
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/trophee-des-oublis-les-humvees-americains-confisques-par-les-soldats-russes-t1889.htm

      ps : Yohan, le scaphandre doit vous etre bien utile vu la profondeur du marigot « deontologique » dans lequelle vous semblez evoluer.

      etc etc


    • bo bo 22 octobre 2009 11:41


      Hallucinant votre témoignage

      J’étais à Rio en janvier 2005 quand j’ai vu un film de plusieurs minutes présentant sur une soit-disant agression l’après midi filmée d’un touriste français par une quinzaine de personnes sur la plage de copacabana passé sur la chaîne française internationale par une équipe de journaliste qui étaient là par hasard..... et à aucun moment on ne voyait intervenir la police. La conclusion était que les touristes devaient s’abstenir d’aller à Copacabana et au Brésil tout court...
      En fait, tout sonnait faux : la soit disant agression avait été filmée sur une plage vide de monde : c’est à dire tôt le matin.....c’est à ce moment là qu’il y a très peu de monde sur la plage, par contre il y a plein de sportifs qui font leur sport le long de la promenade et bien sur, comme toujours, un nombre important de policiers (cette présence policière a réduit la délinquance qu’à l’activité de pic-pocket comme aux Champs Elyséés à Paris ...).
      Avec mes amis de la communauté française vivant à Rio, nous avions pensé que tout avait été monté de toutes pièces comme dans le film de Jean Yanne sur le soit disant correspondant de guerre qui faisait son reportage avec magneto et en sirrotant son whisky au bort de la piscine de l’hôtel...

      cordialement


    • Fergus Fergus 21 octobre 2009 10:33

      Bravo, Imhotep, pour ce coup de gueule et cette mise au point virulente mais amplement justifiée.

      A de rares exceptions, les journalistes des grands médias ne font en effet plus leur métier et se contentent de relayer les dépêches de l’AFP ou les communiqués du pouvoir sans plus chercher à gratter derrière les apparences.

      Heureusement qu’il reste le vilipendé internet pour sortir les cadavres du placard et mettre les éditorialistes complaisants face à leurs carences ou à leur servilité. D’où les virages à 180° de gens comme Barbier sur l’affaire Mitterrand, par crainte de décrédibiliser définitivement son magazine.

      Il appartient maintenant à tous les grands médias de se mobiliser pour affronter les attaques dont ils sont l’objet. Et le mieux ne consiste pas, en l’occurrence, à répondre à des types comme Lefebvre, mais à mouiller sa chemise pour apporter la transparence qui manque sur des affaires comme Clearstream, et pour enfoncer le clou sur les affaires Mitterrand ou Jean Sarkozy parce qu’elles sont emblématique des dérives d’un pouvoir qui n’hésite pas à mettre à mal les fondements de notre démocratie. 


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 octobre 2009 10:36

        C’est aussi de notre faute sur agoravox,

        lorsque de puissants articles bien lourds ne font que peu de soutien alors que les affaires rituelles trouvent audience pendant vingts longs articles et mille commentaires, cela déclare que nous ne sommes plus qu’une bande de pipoles assoiffés de news sans intérêt qui détournons nos regards de la veuve et l’orphelin pour le tourner vers le jeune insignifiant de 23 ans...Bon, d’un certain point de vue, nous participons par ce ramdam à faire peut-être échouer cette nomination, mais pendant ce temps, d’autres affaires bien plus graves ne trouvent pas audience .

        http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/la-laicite-medicale-pour-une-63485

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-reforme-des-tribunaux-de-63414

        Ces deux articles démontent savamment les processus de nos atteinte les plus graves.

        http://www.deni-justice.net/justice/index.php?post/2009/09/19/157-la-reforme-des-tribunaux-de-commerce-enterree#comments

        Plutôt que de nous plaindre du manque des journalistes, soyons de meilleurs relais d’opinions, plutôt que des fanatiques de pipoleries ultra médiatisées par nos soin aveugles.


        • yoananda 21 octobre 2009 11:03

          Bravo !
          La presse s’est couchée. Maintenant elle se fait gronder. Pôôôôvre toutou a sa mémère ...
          Quelle se rebiffe un peu ...
          Elle n’est pas la seule a devoir combattre, dans l’informatique, on doit combattre M$, dans la médecine les lobbys, etc...
          Si l’un baisse les bras, c’est tout le monde qui le paye.
          Courage, relevé vous, vous n’êtes pas seuls. Mais vous le serez si vous baissez votre froc !


          • LE CHAT LE CHAT 21 octobre 2009 11:07

            Sarkozy dit : « Les journalistes ce sont des nullards"

            sur le coup , Talonette 1er a pas tort ! quand on voit des pujadas lui servir de carpette , il aurait vraiment tort de pas s’essuyer les pieds dessus ! ces journalistes sont des lopettes , pas un qui n’ose contredire sa majesté !


            • bo bo 22 octobre 2009 11:07

              Sarko a bien raison sur ce point et il a le champ libre devant lui, car tous les journalistes rêvent d’une place dans l’avion présidentiel pour suivre un des nombreux déplacement et d’avoir la « sensation des happy fews ».
              L’article quand à lui n’est que le très triste constat d’une profession qui a perdu son âme, sa dignité et sa déonthologie.


            • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 21 octobre 2009 11:24

              Normalement, le travail des journalistes serait de se documenter d’abord, d’informer ensuite. Mais ils sont bien trop occupés à exercer le ministère de la police de la parole, ou à promouvoir le politiquement correct.

              http://laconnaissanceouverteetsesdetracteurs.blogspot.com


              • Nometon Nometon 21 octobre 2009 11:32

                Du tout au tout, Imhotep, je suis d’accord avec vous.

                La complaisance, l’avidité, la paresse et la suffisance ont les faveurs du pouvoir actuel. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire. Ce qui est peut-être nouveau, c’est qu’au sein des éditorialistes et des intellectuels, aucune figure importante ne se dresse qui échappe aux flatteries et aux manipulations.

                Comme si le pouvoir sarkozien (mais ne divinisons pas le petit homme, du travail avait été accompli avant) était parvenu à soumettre non pas la majorité, mais presque la totalité, des journalistes (de poids) au jeu des courtisans.

                Retour à la Cour de Versailles, ne passez pas par la case départ mais touchez 20 000 euros, on vous donnera peut-être également une « charge », une rente, un titre... Pour les bouseux des bouseux, une rolex.


                • HASSELMANN 21 octobre 2009 12:05

                  Implacable et bien écrit, mais nous sommes aussi responsables, il faut arrêter de mettre des MOTS sur les MAUX, mais des actes. A vos réfélxions :

                  "Seigneur je ne saurai regarder d’un bon oeil,
                  ces vieux singes de cour, qui ne savnet rien faire,
                  sinon en leur marcher, les princes contrefaire,
                  et se vêtir comme eux d’un pompeux appareil !

                  Si leur maître se moque, ils feront pareil,
                  S’il ment, ce ne sont eux qui diront le contraire,
                  plutôt auront-ils vu, afin de lui complaire,
                  la lune en plein midi, a minuit le soliel,

                  Si quelqu’un devant eux reçoit un bon visage,
                  Ils le vont caresser, bien qu’ils crévent de rage !
                  S(il le reçoit mauavias, ils le montrenet au doigt.

                  Mais ce qui plus contre eux quelquefois me dépite,
                  c’est quand devant le Roi, d’un visage hypocrite,
                  ils se prennent à rire, et ne savent pourquoi !!

                  Voilà c’est du J DU BELLAY repris par LIBR’ACTEURS, et prélude au Chant des cumulards a venir, car tout est dit. A vos médidations et faîtes passer !!! 


                  • LE CHAT LE CHAT 21 octobre 2009 12:45

                    nouvelle polémique !

                    Le chien de Nicolas Sarkozy nommé à la tête de la S.P.A

                    Une nouvelle tempête médiatique s’abat sur le clan Sarkozy suite à l’annonce de la probable

                    nomination à la tête de la Société Protectrice des Animaux de Galouzeau, le chien du président.

                    Après la polémique Jean Sarkozy, l’opposition n’a pas manqué de railler cette nouvelle preuve de

                    « népotisme ». Ce qui fait dire à Arnaud Montebourg : « Il n’y a plus aucune limite, on peut tout se

                    permettre, il n’y a plus de principes ni de règles. Ca n’a aucun sens, c’est la destruction de l’esprit

                    de la République ».

                    Galouzeau, un chien à l’image de son maître


                    Il faut dire que le profil de Galouzeau détonne dans le petit monde de la politique. Teckel à poil ras

                    de 4 ans, il est adopté par Nicolas Sarkozy après son triomphe du congrès de Versailles lors duquel

                    il prend la tête de l’UMP. Malicieusement prénommé Galouzeau par son maître ("Couché

                    Galouzeau !" déclenche l’hilarité des proches du président), il développe très jeune un instinct

                    politique fort en mordant des militants chiraquiens. Alors qu’il venait de commencer une formation

                    de chien policier (il a redoublé sa première année), son arrivée surprise à la tête de la S.P.A

                    constitue un tournant dans sa carrière.

                    L’UMP s’est bien sûr précipité pour défendre l’animal domestique des Sarkozy et répondre au procès

                    en incompétence et en favoritisme qui lui est fait. Frédéric Lefebvre est ainsi monté au créneau :

                    « Le procès d’intention qui est fait aujourd’hui à Nicolas...à Galouzeau Sarkozy est détestable. Ce

                    débat sur sa soi disant inexpérience est tronqué, biaisé par une gauche haineuse. Je vous rappelle

                    qu’il faut multiplier par 7 l’âge des chiens pour avoir une équivalence. Ce qui lui fait 28 ans et non

                    4. Je suis fier que mon pays fasse confiance aux jeunes. » Patrick Balkany, député-maire UMP de

                    Levallois-Perret et ami du Président, est pour sa part enthousiaste : « Moi qui ai connu Nicolas

                    Sarkozy à 22 ans, il avait déjà beaucoup de talent. Et je peux vous dire que Galouzeau Sarkozy, à

                    28 ans, a peut-être encore plus de talent que n’en avait son maître à son âge. Il est affectueux,

                    ramène la balle, surveille parfaitement la maison, tend la patte. N’est il pas prêt à devenir député

                    de la majorité ? » Xavier Bertrand quant à lui a qualifié de « ridicule » les accusations de népotisme :

                    "Galouzeau Sarkozy ne doit sa promotion qu’à ses seuls talents. Quoi de plus légitime que d’être un

                    chien pour prendre la tête de la S.P.A ? Depuis la mort de Mabrouk, personne n’a plus de

                    compétences que Galouzeau. Le gouvernement aurait aussi pu choisir un enfant de l’assistance.

                    Jean-Luc Lahaye, vous auriez préféré ?". Effectivement. Dominique Paillé a lui estimé que la

                    politique était un « domaine dans lequel on reconnaît les talents indépendamment des règles

                    habituelles que sont les diplômes. Et puis pour l’avoir un peu fréquenté, Galouzeau a un flair

                    terrible !  ». Brice Hortefeux a tenu à donner de hauteur au débat et sortir de ces querelles

                    politiciennes : "L’important c’est que la race de Galouzeau soit pure. Et croyez-moi, ce n’est pas un

                    batard. Ce n’est pas comme les rotweillers de banlieue qui font régner la terreur. Les rotweillers,

                    quand y’en a un ça va, c’est quand y’en a plusieurs que ça pose des problèmes".

                    Malgré cette levée de boucliers de la majorité, la polémique a enflammé la presse du monde entier.

                    Et une question taraude l’ensemble des commentateurs. Après Jean Sarkozy à L’EPAD, Galouzeau à

                    la S.P.A, où s’arrêtera le clan Sarkozy ? Doit on s’attendre à voir Carla Bruni-Sarkozy atterrir à la

                    direction de l’Association des Sourds et Malentendants ?


                    • fredleborgne fredleborgne 21 octobre 2009 23:27

                      Tellement apprécié que je l’ai repris « tel quel » sur ce site http://www.fredleborgne.pleindepages.fr/articles.php?pg=art62

                      Sera effacé si son auteur ne désire pas sa publication.

                      Cordialement

                      FLB


                    • LE CHAT LE CHAT 22 octobre 2009 09:17

                      @fredleborgne

                      c’est un fichier pdf que j’ai reçu sur une de mes boites mail , c’est pas de moi mais ça aurait pu , mais j’en ai fait profiter tout le monde ! smiley pas tous les jours qu’on en reçoit des aussi bidonants !


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 octobre 2009 01:43

                      @ Le Chat : Hilarant ! Je pense qu’en article, sous "parodie’ ça aurait eu encore plus de succès.



                       PJCA

                    • joelim joelim 21 octobre 2009 12:51

                      Allez, un repost : « En fait, ce qu’ils reprochent à la presse c’est de ne pas réussir à 100% à évacuer le purin produit par le Grand Timonier. 

                      Il reste des traces, çà pue un peu, pourtant ils font tous des efforts, mais comme c’est impossible de faire mieux les gardes du Roy ont sorti leurs baguettes de sureau pour corriger les laquais. Qu’est-ce qu’on rigole ! »

                      Ces affaires ne sont pas des pipoleries mais des atteintes aux principes de la République. Quoi de plus important que la qualité de l’information et des problèmes de biais ?

                      Si d’autres affaires sont chaudes - et je ne le nie pas - les lecteurs qui s’en plaignent n’ont qu’à rédiger des articles du niveau de celui d’Imohtep.

                      • Papybom Papybom 21 octobre 2009 13:09

                        Bonjour Imhotep.

                        Le réveil des Marmottes  ?

                        Nouvel Obs’ : les journalistes agacés après l’interview de Sarkozy

                        Les journalistes du Nouvel Obs’ s’interrogent notamment sur les raisons qui ont poussé à précipiter ce projet et à en écarter les journalistes politiques, évoquant même une «  dérive sarkophile  » de l’hebdomadaire.

                        Publié par Julien Lalande Mercredi 1er Juillet 2009 17h58 Ici.

                        Cordialement.


                        • Salade75 21 octobre 2009 13:28

                          Le propre des esclaves volontaires est d’être méprisés aussi bien par ceux qu’ils servent, que par les ennemis de ceux là.
                          Tel en est-il des journalistes actuels !
                          Mais attention, seuls leurs maîtres ont le droit de les critiquer sans encourrir des représailles à la hauteur de leur pouvoir de nuisance.


                          • Jean Lerroux 21 octobre 2009 13:32

                            Article osé de la part de quelqu’un qui a écrit parès l’élimination de Jospin au 1er tour de l’élection présidentielle de 2002 :

                            « cette défaite magistrale intervient malgré des journalistes à 67 % pour Jospin (déni de démocratie, information tendancieuse), ce qui prouve que le lobbying journalistique n’a pas pu faire assez fort (désinformation permanente, parole donnée uniquement aux syndicats, inexplication des grèves, occultations des vraies raisons, occultations des avantages et des grèves honteuses etc »

                            Ca c’est une une « attaque frontale violente », « une attaque qui ruine un des fondements de la démocratie : la liberté de la presse ».
                             
                            Pour le reste, comme vous l’écrivez si bien :
                            « Aujourd’hui, alors que des bruits filtrent comme quoi ce serait un ordre de Sarkozy de tirer dans le tas, le tas étant vous, votre réaction est faible, inadaptée. »

                            « Des bruits qui filtrent », « ce serait un ordre de Sazrkozy »,...
                            Comme de toute évidence vous ne savez pas grand chose, pourquoi un tel caca nerveux ?
                            Surtout avec un tel passé...


                            • Imhotep Imhotep 21 octobre 2009 13:47

                              Hmm de qui parlez-vous ? En 2002 je n’écrivais aucun article. Vous faites une confusion (mentale) ? Sinon je n’ai pas compris grand chose à votre fin de commentaire. Vous prenez une phrase et faites l’amalgame avec l’article dans son entier. Et excusez-moi mais je n’ai jamais fait de caca nerveux. Cela est réservé à Lefebvre trois fois par jour comme le lui a prescrit le docteur Darkoko.


                            • Jean Lerroux 21 octobre 2009 15:19

                              Autant pour moi.
                              Un commentaire récent et Google m’auront égaré.
                              Désolé.


                            • Fabio 22 octobre 2009 06:59

                              En recherchant dans Google les propos que Jean Lerroux attribuait à Imhotep, on attérit sur un site qui pronait la candidature de Giscard à la présidentielle de 2002 !! Non ce n’est pas une blague...

                              Un giscardolâtre complètement illuminé (limite du cinglé) y fait une description de son idole (un monument de veulerie, d’aveuglement et de propagande) que même le plus zélé des sarkozyaques n’a jamais osé.

                              A part Giscard, Philippe (l’auteur de ces articles), passe sont temps à tirer sur tout et tout le monde.
                              En plus des journalistes, les fonctionnaires, la SNCF, les 35 heures, les RTT, Chirac, Jospin, Aubry, Le Pen et Laguiller (il propose même, entre autres, l’interdiction du FN et des partis d’extrême-gauche), etc, etc,... l’auteur tire dans le tas.
                              Une prose ultra-réac’ d’un homme psycho-rigide (et psychotique tout court) qui après avoir tapé sur Bayrou... retourne sa veste et déclare qu’il le soutient !...
                              Ce qui tend à prouver que si il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, certains imbéciles (d’un gabarit hors normes) en changent aussi...

                              Jean Lerroux pensait que ce Philippe était Imhotep.
                              Imhotep affirme qu’il n’est pas l’auteur de l’article cité.

                              Qu’en penser ?

                              L’honnêteté d’Imhotep n’est pas son point fort. Alors un mensonge de plus...

                              La façon d’écrire, dans le fond et la forme, de l’adorateur bavant de Giscard ressemble étrangement à celle d’Imhotep. Beaucoup de confusion, d’agressivité et de frustrations, tout ce qui caractérisent les articles d’Imhotep sur ce forum.

                              Alors l’ultra-réac du centre Imhotep est-il l’ultra-réac du centre Philippe ?
                              A suivre...





                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 octobre 2009 01:54

                              @ Imhotep :


                               Tout à fait d’accord. Les médias traditionnels sont foutus, car leur structure de financement par la pub est incompatible avec une analyse honnête et leurs investissements lourds les rendent trop vulnérables au pouvoir pour qu’on puisse les penser impartiaux. 

                              L’avenir est aux blogues et aux médias citoyens. La nouvelle forme de financement proposée par Google rend maintenant possible le journalisme indépendant. Encore un peu de temps et ce sera fin les journaux écrits.



                               Pierre JC Allard



                            • cathy30 cathy30 21 octobre 2009 13:33

                              Bonjour Imohtep,
                              Je me souviens également de l’insulte suprême du gouvernement pour les journalistes, de celui de serpillère. Si le net est une grosse saloperie pour seguela, c’est qu’il donne un tout autre son de cloche que la voix de son maitre, et même si ça dérape souvent, et bien continuez Imohtep à nous faire des articles de cette qualité.

                              Comme l’argent, les honneurs, le pouvoir ne sont qu’un début à notre système, gageons que les choses ne vont pas s’arranger avec le temps.


                              • curieux curieux 21 octobre 2009 14:07

                                Ouf, je viens de lire à l’instant l’article de Gruni « La révolte des médias », un bon article de niaiserie.
                                Eh bien , cet article est approuvé actuellement à 90%., presqu’ autant que le votre,Imohtep. C’est à n’y rien comprendre. Si, je comprends malgré tout. Les veaux de Français ont bien voté NON en majorité au référendum sur L’Europe pour ensuite élire sans complexe un inculte, va-t-en guerre, ultra-libéral, j’en passe et des meilleurs .. Les Français ont ce qu’ils méritent, comme les JOURNALEUX. Même qu’ils ne sont pas au bout de leurs déconvenues. Mais ils ont voté. Et la crise(pour eux) est loin d’être finie. La seule chose qui se termine est la démocratie et, ca aussi, ils l’auront bien voulu


                                • BA 21 octobre 2009 14:12

                                  Voici une affaire qui a été révélée par des sites internet. Dans les années 1993-1995, la guerre fait rage à l’intérieur de la droite française. Quels sont les deux clans qui s’affrontent ?

                                  1- Le clan du Premier ministre Edouard Balladur, son directeur de cabinet : Nicolas Bazire, le ministre du Budget Nicolas Sarkozy, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy : Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, le ministre de la Défense François Léotard, le directeur de cabinet de François Léotard : Renaud Donnedieu de Vabres, le conseiller de François Léotard : Hervé Morin.

                                  2- Le clan du patron du RPR Jacques Chirac  : le ministre des Affaires Etrangères, Alain Juppé. Le directeur de cabinet d’Alain Juppé  : Dominique de Villepin.

                                  Edouard Balladur et Jacques Chirac sont tous les deux candidats à l’élection présidentielle de mai 1995.

                                  Quel a été le budget de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 ?

                                  Réponse :

                                  Le compte de campagne de M. Edouard Balladur est arrêté comme suit (en francs) :

                                  - Dépenses : Mandataire : 83 846 491 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;
                                  Total : 89 776 119 francs.

                                  - Recettes : Mandataire : 85 676 060 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;
                                  Total : 91 605 688 francs.

                                  http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/1995/compte-balladur-1995/decision-compte-balladur-1995-du-11-octobre-1995.10707.html



                                  Edouard Balladur ne pouvait pas compter sur l’aide financière de son propre parti politique, le RPR. En effet, pendant la campagne présidentielle de 1995, le RPR finançait le candidat Jacques Chirac.

                                  Questions : en 1995, où le clan Balladur-Sarkozy a-t-il trouvé ces 90 millions de francs ? Comment le clan Balladur-Sarkozy a-t-il pu financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur ?

                                  Hypothèse : le clan Balladur-Sarkozy a signé un contrat de vente de trois sous-marins au Pakistan. Montant total du contrat : 825 millions d’euros. Le clan Balladur-Sarkozy a ordonné que 10 % du contrat soient versés à des Pakistanais sous forme de commissions occultes.

                                  Comment ces 10 % de commissions occultes devaient-ils être versés ?

                                  1- Les militaires pakistanais.

                                  La Société Française d’Exportation de Matériel Militaire et Aéronautique (SOFEMA) devait verser 6 % du montant total à des militaires pakistanais. La SOFEMA a respecté le contrat. La SOFEMA a versé les commissions aux militaires pakistanais jusqu’en mai 2008.

                                  «  C’est ce qu’a affirmé aux enquêteurs Alex Fabregas, ancien dirigeant de la DCN devenu administrateur de la SOFEMA  : « Les règlements ont continué selon l’avancement du contrat, jusqu’en mai 2008 […]. Il y avait un échéancier de paiement. »

                                  http://www.liberation.fr/societe/0101597665-l-argent-au-c-ur-de-l-attentat-de-karachi


                                  2- Les décideurs politiques pakistanais.

                                  La Direction des Constructions Navales (DCN) devait verser 4 % du montant total à des décideurs politiques pakistanais (notamment la famille Bhutto). La DCN versait ces 4 % à un intermédiaire libanais, Ziad Takieddine, qui les donnait aux décideurs politiques pakistanais.



                                  La France versait donc des commissions occultes aux Pakistanais. En échange, les Pakistanais reversaient des rétrocommissions aux Français.

                                  C’est grâce à ces rétrocommissions que le clan Balladur-Sarkozy a pu financer la campagne présidentielle de 1995.

                                  Résultat de cette guerre à l’intérieur de la droite française : Edouard Balladur est battu par Jacques Chirac à l’élection présidentielle de mai 1995.

                                  Aussitôt élu, Chirac décide de supprimer les financements du clan Balladur-Sarkozy pour ne pas devoir affronter une deuxième fois un candidat balladurien en 2002 lors de l’élection présidentielle suivante. Chirac décide d’asphyxier financièrement le clan Balladur-Sarkozy.

                                  A propos des commissions, lisez cet article du site Le Monde.fr :

                                  « Ces commissions étaient de deux types, selon l’ancien directeur administratif et financier de DCN International, Gérard-Philippe Ménayas, qui a été entendu par les magistrats le 14 mai 2009.

                                  - D’une part des commissions d’un montant de 6,25 % de la valeur du contrat étaient destinées aux militaires pakistanais et transitaient par la Sofema, un office d’exportation d’armement dont l’Etat est actionnaire. Entendu par les juges Yves Jannier et Marc Trévidic le 2 octobre, Alex Fabarez, ancien directeur général délégué de DCN, a affirmé que ces commissions transitant par la Sofema s’étaient poursuivies jusqu’en 2008, selon Libération du samedi 17 octobre.

                                  - D’autre part, le reliquat de 4 % de commissions était destiné aux décideurs politiques et versé par la DCN à un intermédiaire libanais, Ziad Takieddine. Ces commissions ont-elles été stoppées en 1996 après l’arrivée de Jacques Chirac à la présidence « afin que des rétrocommissions » destinées à financer la campagne d’Edouard Balladur, candidat malheureux à la présidentielle, « ne soient pas versées » ? C’est l’hypothèse avancée par l’avocat des parties civiles, démentie par M. Balladur.

                                  http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/10/17/attentats-de-karachi-des-commissions-auraient-ete-versees-jusqu-en-2008_1255377_823448.html



                                  Après son élection, Chirac a bien donné l’ordre à son ministre de la Défense, Charles Millon, d’arrêter de verser des commissions aux Pakistanais. Lisez cet article du site Paris-Match.com :

                                  « Paris Match : Est-il exact que la France ait bloqué le versement de commissions destinées à des intermédiaires pour la vente des trois sous-marins de la DCN au Pakistan ?

                                  Charles Millon : Ce qui est certain, c’est que peu après ma nomination au ministère de la Défense, en 1995, Jacques Chirac m’a demandé de passer en revue les différents contrats de ventes d’armes en cours et de stopper le versement des commissions pouvant donner lieu à des rétrocommissions. C’est ce qui a été effectué : chacun d’entre eux a fait l’objet d’une expertise particulière. »

                                  http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Charles-Millon-Chirac-m-a-demande-de-bloquer-des-commissions-illicites-106677/



                                  A partir de 1996, la France trahit sa parole. La France stoppe le versement des commissions aux décideurs politiques pakistanais (notamment la famille Bhutto). Les Pakistanais sont fous de rage. Les Pakistanais arrêtent de reverser des rétrocommissions au clan Balladur-Sarkozy.

                                  Conséquence concrète très positive pour Jacques Chirac : le clan Balladur-Sarkozy ne pourra pas financer une candidature contre Jacques Chirac à l’élection présidentielle de 2002.

                                  De 1996 à 2002, les décideurs politiques pakistanais négocient pour que la France reprenne les versements des commissions. Chirac refuse catégoriquement. Les Pakistanais ont un seul espoir : si Chirac est battu en mai 2002, son successeur reprendra peut-être le versement des commissions.

                                  Le 5 mai 2002, malheureusement pour les Pakistanais, Chirac est ré-élu. Les Pakistanais envoient alors un message sanglant à Chirac, message qui pourrait être résumé ainsi  : «  Chirac, paye-nous ce qui était prévu dans le contrat.  » Le 8 mai 2002, les Pakistanais font exploser un bus à Karachi : 14 morts, dont 11 employés français de la Direction des Constructions Navales.

                                  11 victimes innocentes.

                                  11 victimes de la guerre entre le clan Balladur-Sarkozy et le clan Chirac-Villepin.


                                  • thomthom 21 octobre 2009 14:23

                                    ah bon ? il y a une presse autre que Agoravox et contreinfo dans ce pays ? ca existe, sans rire ?


                                    • Papybom Papybom 21 octobre 2009 14:52

                                      Pour vous, Imhotep.

                                      Repris en boucle par les «  journalistes  »

                                      Darcos : « Il y a pire que le stress au travail, il y a le stress au chômage »

                                      Allez bosser, et silence dans les rangs. On vous accorde l’honneur de travailler, soyez heureux.

                                      C’est vrais, quoi  !

                                      Cordialement.


                                      • Imhotep Imhotep 21 octobre 2009 19:38

                                        merci pour l’info


                                      • LOKERINO LOKERINO 21 octobre 2009 15:17

                                        le vrai malaise de certaine presses, certain journalistes, c’est l’approximation, le manque de rigueur , la malhonnêteté intellectuelle, l’esprit partisan la propagation des rumeurs, la transformation de rumeur en vérité première
                                        ..et c’est exactement ce que vous faites ici

                                        Un preuve parmi d’autre :
                                         « Aujourd’hui, alors que des bruits filtrent comme quoi ce serait un ordre de Sarkozy de tirer dans le tas, le tas étant vous »

                                        et vous vous prenez au sérieux, et vous croyez ce que vous dites ( auto persuasion..)

                                        tartuferie !!


                                        • millesime 21 octobre 2009 16:01

                                          « certaine presses » ...au singulier ou au pluriel ? si pluriel cela donne certaine « s »
                                          « certain journalistes »...au singulier ou au pluriel ? si pluriel cela donne certain« s »
                                          vous en faites un « beau » vous .. !.
                                          Imhotep : inutile de répondre, ce journaleux de LOKERINO (alias : argentine) n’en vaut pas la peine.. !

                                          http://millesime.over-blog.com


                                        • LOKERINO LOKERINO 21 octobre 2009 21:12

                                          Toujours plus commode d’intervenir sur la forme que sur le fond....
                                          Et oui j’ai fais deux grosses fautes  ! Emporté par mon élan et rédigeant ce message depuis mon cellulaire, je n’ai pas pris le temps de me relire !!.

                                          Mais si vous commencez a vouloir en la matiere corriger toutes les interventions sur ce forum , vous aurez de quoi faire !
                                          Par exemple, j’ai lu récemment je ne sais plus de qui :

                                          « aucun illusion à se faire, les paradis fiscaux  »existent«  (sauf pour nos leaders politiques)
                                          aucune d’entre eux »

                                          incroyable non ?

                                          Ceci dit , même si cela ne doit pas vraiment vous intéresser mais juste pour rétablir les choses

                                          Je ne suis pas « journaleux » mais boucher charcutier
                                          Je ne suis pas Argentin
                                           Le français n’est pas ma langue maternelle

                                          Peut être , mais là vous me le confirmerez, cela ne me donne pas le niveau pour oser m’exprimer ici ?


                                        • frédéric lyon 21 octobre 2009 16:05

                                          « Des bruits qui filtrent comme quoi........... »


                                          Ce serait bien aussi d’apprendre à parler le français. Tout simplement.

                                          Le Web est une aubaine pour tous les médiocres, tous les petits, tous les sans-grande, tous les toqués, qui leur permet de publier une prose qui ne trouverait pas sa place dans des publications sérieuses.

                                          La presse classique et les journalistes professionnels peuvent désormais dormir sur leurs deux oreilles car la « presse citoyenne » ne leur fera pas d’ombre. 

                                          • Imhotep Imhotep 21 octobre 2009 16:10

                                            Et Internet permet à des commentateurs d’un niveau supérieur de s’exprimer ans le plus pur français avec des idées de haute tenue soutenues par une vaste culture sans failles.


                                          • curieux curieux 25 octobre 2009 16:17

                                            tous les petits, tous les sans-grande, tous les toqués,

                                            Tiens, voilà Lyon qui s’insulte !


                                          • paski paski 21 octobre 2009 16:36

                                            Merci à l’auteur pour cet article.

                                            A l’attention de M. Lyon : personnellement je viens sur Agoravox non pas pour y lire de la grande littérature mais plutôt pour avoir accès à des avis, des informations, des synthèses, de qualité diverse et surtout d’opinions différente de la mienne. Il est vrai que M. Imhotep n’a pas encore embauché de correcteur, mais franchement est-se bien là le souci - j’ai compris son texte, n’est-ce pas là le plus important ?

                                            J’ai beaucoup de mal à cerner l’intérêt de vos interventions polluantes - peut-être pourriez vous m’éclairez sur se point ?

                                            PS : je vous ai mis qqs fautes d’orthographe pour vous plaire...


                                            • monbula 21 octobre 2009 18:54

                                              Je zozotte, je bégaie et je veux parler.

                                              je fautttte en orto

                                              Frédéric Lyon corrrriggggggggerrrrrrrrrraaaaaaaaaa les fautttttttttttttes.


                                              • Céphale Céphale 21 octobre 2009 19:25

                                                Mercredi matin, 36H après le réquisitoire du procureur Marin, Le Figaro annonce que celui-ci est assuré d’une belle promotion. Ne lisant pas le Figaro, je ne sais pas ce que c’est. L’information a été donnée ce soir à 18H30 par François Goulart sur France-Info.


                                                • Papybom Papybom 21 octobre 2009 21:15

                                                  Imhotep,

                                                  Dans l’Express, un article m’à donné à réfléchir.

                                                  La nouvelle stratégie de Roman Polanski

                                                  Par Eric Pelletier, publié le 21/10/2009 17:35 –

                                                  En parcourant Wiki, je trouve cette définition.

                                                  «  C’est l’art de diriger et de coordonner des actions pour atteindre un objectif. Il s’applique alors à tout type d’actions  : politiques, économiques, personnelles...  »

                                                  Dans ce titre, que devons nous retenir  :

                                                  Si Roman Polanski acceptait finalement d’être extradé vers les Etats-Unis pour y être jugé. C’est un moyen pour parvenir à ce faire blanchir  ?

                                                  Ou, une nouvelle possibilité de reprendre la fuite. Car les conseils du réalisateur espéraient une remise en liberté provisoire de leur client. Dans leur recours déposé en Suisse, ils mettaient en avant l’« absence de dangerosité » pour la société d’un père de famille aujourd’hui âgé de 76 ans.

                                                  Dans l’article de ce brillant journaliste, ce mot n’est pas anodin. Pouvons nous faire confiance, aux personnes maniant si bien, la langue Française  ?

                                                  Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires