• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte : « Voir flotter ensemble le drapeau bleu blanc rouge au (...)

Lettre ouverte : « Voir flotter ensemble le drapeau bleu blanc rouge au côté du drapeau rouge des ouvriers » et en finir avec celui de l’UE

Lettre ouverte du Pôle Renaissance communiste en France (PRCF) à l’adresse du PCF

JPEG

Chers militants et camarades communistes du PCF, cher camarade Fabien Roussel,

Le 3 septembre 2019, vous avez prononcé, camarade Roussel, un discours en conclusion du colloque Jean Jaurès à Toulouse à l’occasion du 160e anniversaire de la naissance de celui qui fut le leader de la SFIO et qui revendiquait sa proximité intellectuelle avec les principes du marxisme-léninisme. Dans ce discours, vous avez énoncé un certain nombre de phrases que nous, camarades militants du PRCF (et parfois encore au PCF), fortement attachés à l’héritage du grand PCF de Thorez et Duclos – avec ce souci constant de faire perdurer et vivre cet héritage quotidiennement et par-delà l’histoire –, approuvons, et en particulier le lien que vous établissez entre « le drapeau bleu blanc rouge de la France » et « le drapeau rouge du mouvement ouvrier ».

le PRCF dans le défilé du 1er mai à Santiago des Cuba – 2019 : Drapeau rouge, drapeau tricolore et gilet jaune

Cette association des deux drapeaux, à laquelle nous associons également le couple de la Marseillaise et de l’Internationale (rappelons que la Marseillaise fut le premier hymne officiel de la Russie bolchevique !), nous, militants du PRCF, la pratiquons depuis la création du Pôle en 2004, dans la ligne droite de la position adoptée par Jacques Duclos, avec l’accord de Maurice Thorez et de l’Internationale communiste, lors du meeting fondateur du Front populaire antifasciste… le 14 juillet 1935 ! On se doute bien que le choix de cette date ne releva pas de la pure coïncidence et signifiait un acte politique et idéologique fort, celui qui allait guider le Front populaire et la Résistance antifasciste ; celui encore qui, déjà avant 1935, fut pris par la Commune de Paris pour défendre la République socialiste et patriotique contre les Versaillais et la Prusse réactionnaire.

 Plus généralement, au cours de votre intervention tout comme dans d’autres déclarations ou entretiens réalisés auprès des « grands médias », vous dénoncez la destruction de la « souveraineté » opérée par Macron et le gouvernement Philippe, que ce soit dans le cas de General Electric au sujet de l’arrêt de la diversification des turbines – « nous considérons que c’est une production stratégique, c’est dans l’intérêt de la nation, de notre pays, de conserver ces savoir-faire, ces compétences », « pour des raisons de souveraineté économique » – ou dans votre discours du 3 septembre 2019 quand vous déclarez : « ceux qui défendent ce système ultra financiarisé ne veulent pas de nations souveraines ! Ils veulent encore moins de frontières entre lesquelles peut encore s’exercer cette souveraineté, s’organiser le débat démocratique. Ils ne veulent pas non plus de services publics qui pourraient échapper aux règles de la compétitivité et de la profitabilité à tout prix. » ; de même affirmez-vous que « la nation de Jaurès, et de tous les progressistes, est d’abord conçue comme une communauté de citoyens que ne se distinguent ni par leur origine, ni par leurs convictions intimes. C’est en cela que la nation française, grandie par la Révolution de 1789, a pu d’emblée porter un message universel en direction des autres peuples d’Europe. Qu’elle a accompagné leur marche vers la liberté et l’indépendance. »

Ces positions rejoignent fortement celles que le PRCF ne cesse de porter depuis sa création en 2004, et que déjà le PCF portait avant son euro-mutation l’ayant progressivement poussé à abandonner, entre autres, le drapeau tricolore – et récemment jusqu’aux emblèmes tellement significatifs que sont la faucille et le marteau ! – au profit… du drapeau de l’« Union » européenne, cette nouvelle Sainte-Alliance réactionnaire pilotée depuis Bruxelles, Berlin et Washington pour écraser toutes les conquêtes sociales et démocratiques arrachées par le mouvement ouvrier, le syndicalisme de classe et de masse et le PCF… mais aussi araser les nations souveraines dont vous prenez la défense. Car il est impossible de défendre la souveraineté nationale et populaire, celle des Jacobins et des sans-culottes de 1789 et 1793, des Communards, des militants antifascistes et patriotiques du Front populaire, des résistants anti-vichystes et antifascistes, SANS établir un lien avec la « construction » européenne, véritable entreprise de destruction des souverainetés dans tous les domaines, notamment celui des services publics soumis à la loi de la « concurrence libre et non faussée » prônée sur un ton mystique par l’UE. Qu’on en juge plutôt : politiques en faveur de « l’ouverture à la concurrence » de la SNCF (et ce depuis les premiers paquets ferroviaires des années 1990), de la privatisation des barrages hydroélectriques, du démantèlement du code du travail – dont se félicita explicitement l’ancien président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ! – et de l’Éducation de moins en moins « nationale » – avec notamment l’adoption de la loi Blanquer officialisant la création d’un « baccalauréat européen » (et pour les prolétaires, un « bac national » au rabais !) et la volonté proclamée par le même Blanquer « d’ancrer l’idée européenne chez les jeunes, en faisant bien comprendre que c’est leur avenir » (un véritable bourrage de crâne européiste !) –, de la mise en place des « euro-métropoles », des « euro-départements » (comme la Moselle) et des « collectivités européennes » (comme l’Alsace) détruisant le cadre révolutionnaire des communes, des départements et de l’Etat-nation jacobin, et jusqu’à la disparition de la langue française face au déferlement du « globish » managérial (au mépris de la loi Toubon de 1994) ! On ne saurait mieux trouver un ennemi déclaré du principe de souveraineté nationale et populaire…

S’il est donc tout à fait opportun de rappeler que Jean Jaurès proclamait qu’« un peu d’internationalisme éloigne de la patrie  » et que « beaucoup d’internationalisme y ramène », encore faut-il rappeler que L’INTER-nationalisme n’est pas le SUPRA-nationalisme, et que ce dernier constitue l’essence même de l’UE ! Jaurès, qui considérait que « la souveraineté nationale est le socle de l’émancipation sociale », avait parfaitement compris le piège du mot « Europe » auquel le PCF a malheureusement succombé :

« Nous savons que dans l’état présent du monde et de l’Europe, les nations distinctes et autonomes sont la condition de la liberté humaine et du progrès humain. Tant que le prolétariat international ne sera pas assez organisé pour amener l’Europe à l’état d’unité, l’Europe ne pourra être unifiée que par une sorte de césarisme monstrueux, par un saint empire capitaliste qui écraserait à la fois les fiertés nationales et les revendications prolétariennes. Nous ne voulons pas d’une domesticité internationale. Nous voulons l’Internationale de la liberté, de la justice et du droit ouvrier. »

Jean Jaurès 1898

 Ce discours de 1898, Lénine le résuma parfaitement dans son commentaire au sujet « Du mot d’ordre des Etats-Unis d’Europe » le 23 août 1915, en déclarant fermement : « les États-Unis d’Europe sont, en régime capitaliste, ou bien impossibles, ou bien réactionnaires ». Or il s’agit exactement de la situation de l’UE, cette prison des peuples créée de toutes pièces par les forces du grand capital, par les réactionnaires de tous bords désireux de se débarrasser des nations libres et souveraines et de toutes les conquêtes sociales et démocratiques – et dire que le premier président de la Commission européenne fut Walter Hallstein, un ancien nazi ! –, et bien entendu par l’impérialisme états-unien trop heureux de constituer un nouveau « bloc euro-atlantique » en mesure de combattre l’URSS et de détruire toute trace de communisme en Europe. Rien d’étonnant, dès lors, de voir le très européiste MEDEF proclamer un « Besoin d’Aire » – du nom de son Manifeste de décembre 2011 appelant à une totale ouverture des frontières – et défendre la « totale liberté de circulation » des services, des marchandises, des capitaux (avant tout !) et des hommes, afin de toujours plus exploiter les travailleurs, ce que dénonçait déjà… Jaurès dans un discours du 17 février 1894 : « Ce que nous ne voulons pas, c’est que le capitalisme international aille chercher la main-d’œuvre sur les marchés où elle est le plus avilie, humiliée, dépréciée, pour la jeter sans contrôle et sans réglementation sur le marché français, et pour amener partout dans le monde les salaires au niveau des pays où ils sont le plus bas. » Jaurès le craignait, l’UE le fait !

 Dès lors, si vous souhaitez défendre efficacement la souveraineté nationale et populaire, camarade Roussel, il est urgent et vital d’abandonner les euro-illusions encore véhiculées au sein du PCF, à commencer par Ian Brossat qui proclamait sur France Culture que « les communistes ne veulent pas sortir de l’UE », avant d’affirmer dans son clip de campagne pour les élections européennes : « n’écoutez pas non plus ceux qui vous disent qu’il faut quitter l’Union européenne », confondant volontiers le « Frexit de gauche » avec l’extrême droite fascisante et nationaliste du mensonger « Rassemblement national » … qui ne souhaite pourtant pas sortir de l’UE ! Comme vous, nous estimons qu’« il est insupportable de lire, d’entendre ici et là comment la nation est aujourd’hui réduite au nationalisme, au repli sur soi, à la division d’un peuple, et donc à l’opposé de ce qui la fonde. Oui c’est vraiment insupportable car les fondations d’une nation ne sont pas ethniques ou religieuses. Elle relève d’une construction politique, d’une histoire commune d’un peuple uni dans sa diversité. » Seulement voilà : cette position est tenue au sein même du PCF, notamment par Sophia Hocini qui déclarait lors de la campagne des européennes que « les eurosceptiques, tout d’abord, ce sont des gens qui sont profondément racistes, ce sont des gens qui sont dénués, véritablement dénués de valeurs ». Quelle insulte profonde pour notre président Léon Landini, fils d’immigrants italiens qui a combattu Vichy et le nazisme au sein des FTP-MOI et qui a été décoré de la médaille de la Résistance par l’URSS !

 Ces euro-illusions, elles apparaissent encore dans votre discours lorsque vous indiquez que « [v]otre opposition à des traités imaginés pour servir uniquement la finance et les multinationales, va de pair avec [v]otre proposition d’une nouvelle union de peuples souverains et de nations librement associées » : qui peut sincèrement croire qu’il est possible de « changer l’UE », alors que ses traités fondateurs gravaient dans le marbre les principes mêmes de la domination capitaliste euro-atlantique et de la mort de la démocratie, ce que résuma Pierre Mendès France dans son discours d’opposition à l’adoption de la CEE – CEE qu’avait refusée et combattue le PCF ! – le 18 janvier 1957 : « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale. » Près de 60 ans plus tard, Jean-Claude Juncker ne dit pas mieux lorsqu’il indiquait qu’« il n’y a pas de choix démocratique contre les traités européens », au moment où Syriza avait remporté les élections législatives en Grèce en 2015 – avec une énième promesse (comme d’autres avant) d’une « autre Europe » et de « changer l’Europe ». Rester dans l’UE en faisant croire qu’il y a eu une « perversion de l’Union européenne, en tout cas telle qu’elle aura été construite ces dernières décennies » et qu’il suffit dès lors de « changer d’Europe », de lutter pour une « harmonisation fiscale et sociale », une « Europe sociale » ou une « autre Europe », c’est condamner les forces populaires et révolutionnaires, patriotiques et internationalistes, à de nouvelles défaites face à l’offensive euro-atlantiste et ultralibérale du camp capitaliste, aujourd’hui symbolisé par le « Young Leader » Macron et sa cour d’affidés. C’est occulter les véritables « origines du carcan européen » magistralement analysées par l’historienne Annie Lacroix-Riz, à savoir celles d’un plan de domination des impérialismes états-uniens et allemand (avec la complicité des fascistes et réactionnaires de tout poil, du grand patronat de chaque pays d’Europe et du Vatican) pour en finir avec le « péril rouge », d’abord circonscrit aux partis socialistes et syndicats de classe d’avant 1914 puis ramené à l’URSS et aux partis communistes, PCF en tête.

 Chers camarades du PCF, cher camarade Roussel, à l’heure où la France, avec son histoire, ses conquêtes démocratiques et sociales, sa souveraineté nationale et populaire, sa République une et indivisible héritée de la Révolution française, sa langue comme ciment d’unité et de combat contre l’ordre du « globish » managérial, son indépendance diplomatique et militaire et son message universel de paix, de liberté, d’égalité et de fraternité, fond comme neige au soleil au sein de l’ordre euro-atlantique piloté par Bruxelles, Berlin et Washington – au point de multiplier les menaces contre la paix mondiale à travers des menaces toujours plus explicites et dangereuses envers la Chine populaire, la Russie, l’Iran, Cuba socialiste, le Venezuela bolivarien ou le Nicaragua sandiniste –, il est plus que jamais urgent, si l’on veut stopper la dislocation de la nation française, de sortir de l’euro, de l’UE et de l’OTAN, condition fondamentale pour en finir avec le capitalisme exterministe ! Si vous souhaitez que l’alliance des deux drapeaux que vous appelez de vos vœux – mais aussi de la Marseillaise et de l’Internationale que chantaient à pleins poumons et fièrement Thorez, Duclos, Frachon et toutes les militants et tous les militants du PCF et que nous, militants du PRCF, assumons pleinement et totalement – débouche sur un affrontement de classe et une possible victoire contre les forces capitalistes, impérialistes et atlantistes, ayez « le courage de chercher la vérité et de la dire », à savoir que la seule voie de salut pour le mouvement populaire en France est le Frexit progressiste, par la « porte de gauche » et contre tous les ennemis de classe que sont Macron et ses sbires, le RN et les « Républicains », le MEDEF et les faux « patriotes », mais également l’UE aux bottes du grand capital euro-atlantique. Si vous voulez réellement que fleurissent les « Jours heureux » en faveur d’uneRépublique sociale, démocratique, laïque, souveraine, une et indivisible, osez affronter frontalement Macron, le MEDEF, Merkel, Juncker, Le Pen, les faux « Républicains » et « Patriotes », la « mondialisation heureuse » (OMC, FMI et ALE), et bien entendu la mortifère UE appuyée par la « social-démocratie » (en réalité le social-libéralisme). Et ainsi soyez fidèles à l’appel du 10 juillet 1940 lancé par Maurice Thorez et Jacques Duclos : « Le Peuple de France ne se laissera pas faire. A la ville, dans les campagnes, dans les usines, dans les casernes doit se former le front des hommes libres contre la dictature des forbans », car « jamais un grand peuple comme le nôtre ne sera un peuple d’esclaves » !

Fadi Kassem, secrétaire national adjoint du PRCF

https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/voir-flotter-ensemble-le-drapeau-bleu-blanc-rouge-de-la-france-au-cote-du-drapeau-rouge-du-mouvement-ouvrier-et-en-finir-avec-celui-de-lunion-europeenne/


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Eric Havas Eric Havas 17 septembre 10:09

    @Fifi Brind_acier
    S’il font un 2005 bis, et se torchent le cul avec le résultat du référendum britannique, c’est tout bénef.
    La conscience de classe a un autre nom : la haine (sauf pour le gocho d’Obono, elle s’appelle alors le léchage de cul islamiste où la comédie guignolesque).
     
    Les vrais opposants britanniques c’est ça (parlement UE) :
     

    https://www.youtube.com/watch?v=Rf3bymzCnnE (ça été censuré)
     
    https://www.youtube.com/watch?v=vGrOkfZrTwg
     

     


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 20:10

    Il y a quelques années, j’ai assisté à une réunion sur la sortie de l’ UE, dans laquelle intervenait toute une brochette du Comité central du PCF. Pour faire court, je dirai : un spectacle consternant, mêmes arguments que la Commission européenne.

    Junker, au moins, a l’excuse de ne pas être toujours à jeun. Mais si l’on en croit vos citations et cet article de l’ Huma sur le Brexit, les choses ne se sont pas arrangées depuis...

    Ils soutiennent Corbyn, comme ils ont soutenu Tsipras, et ne disent rien sur le manque de démocratie des Députés britanniques, ni sur le passé des luttes sociales britanniques. Même si Johnson a des projets très libéraux, l’Union européenne, c’est aussi du néolibéralisme dont les conséquences sont désastreuses.

    Le mouvement ouvrier britannique est le plus ancien du monde, il a 200 ans, avec des luttes très dures, comme la grève des mineurs. Il doit bien en rester quelque chose, si Johnson s’avise de faire la même politique que Bruxelles ou pire ! 

    La différence, c’est que désormais, depuis le 18 août, les lois seront faites en GB, les électeurs pourront virer les élus qui ne leur conviennent pas, y compris les Députés du Parti Travailliste, qui depuis 3 ans, luttent contre leur propre électorat qui a voté le Brexit, en demandant sans cesse de nouveaux délais.

    Alors que les Mamamouchis européens ne sont élus pas personne, ils sont protégés par une immunité judiciaire, quelles que soient les décisions qu’ils prennent, il est impossible de les virer.

    Le PCF propage les mêmes mensonges que tous les européistes.

    « Les 8 plus gros mensonges sur le Brexit »



    • Paul Leleu 17 septembre 00:06

      vous êtes courageux le PRCF... je sais pas si je suis d’accord sur tout avec vous... mais je crois que c’est pas le problème...

      de mon point de vue, il me semble qu’il reste un sujet tabou en France : la culture... je parle pas de la sous-daube gauchiste américanisée qui a ramolli le peuple... tant que les partis révolutionnaires ne parleront pas de la spiritualité profonde et de la culture du « nous », c’est à dire des valeurs morales et esthétiques qui fondent l’existence, alors c’est peine perdue...

      mais le problème, c’est que même les courants identitaires fachos ont laissé tombé... ils ne savent même pas ce que c’est être français... comment pourraient-ils savoir ce que c’est qu’être libre ?

      le marxisme ne suffit pas... la lutte des classes n’a pas changé, c’est vrai... mais le peuple qui vit la lutte des classes, lui, a changé... les ouvriers et les paysans du 19ème siècle étaient les héritiers vivants d’un fond culturel enraciné et incarné, d’une spirtitualité catholique profonde...

      les (lumpen) prolétaires du 21ème siècle ont été lessivés par 50 ans de rock n’ roll... vous n’en tirerez rien...


      • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 17 septembre 00:54

        Ce drapeau rouge et tout ce qu’il représente me débecte, notamment ce vide spirituel comblé par des revendications matérialistes et pécuniaires. Nous ne vous laisserons pas faire et combattrons ces idées gauchisantes et vides d’Histoire et de Culture françaises venues d’outre-Rhin. 

        Bon sang, qu’ont les français à s’aplatir devant l’étranger ? Entre les nostalgiques du 3è Reich fan de Poutine et les adorateurs écervelés jusqu’au boutistes du communisme, il est grand temps que la France retrouve son rang et son honneur que seul le gaullisme de notre époque contemporaine a réussi à redresser puis à en user efficacement pour le bénéfice de la nation.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 06:43

          @dr.jambon-beurre
          Oui, enfin..., s’il n’y avait pas eu les communistes, vous n’auriez jamais eu de CNR ni de modèle social français, et encore moins de victoire sur les nazis. Ayez au moins la reconnaissance du ventre.

          Apparemment, les « étrangers yankees » ne vous dérangent pas. Ils ont exigé, en contrepartie du Plan Marshall, qu’un maximum de films américains viennent vanter le mode de vie américain, et cela ne s’est jamais arrêté depuis.
          Ce sont les accords Blum Byrnes.

          (...) En contrepartie des accords signés avec les pays européens, les Etats Unis demandent une large libéralisation des échanges, la réduction des tarifs douaniers et la suppression de la préférence nationale en matière de commerce. Le but est de faciliter l’entrée sur le marché européen des produits de grande consommation venant des Etats-Unis, ainsi que de la bibliothèque de plus de 2 000 films tournés pendant la guerre et prêts à déferler sur l’Europe.


        • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 18 septembre 02:50

          @Fifi Brind_acier
          s’il n’y avait pas eu les communistes, vous n’auriez jamais eu de CNR ni de modèle social français

          Nous n’en savons absolument rien de ce qu’il ce serait passé si les cocos n’avaient pas été sous les ordres de de Gaulle, cette assertion n’engage que vous, je ne me risquerais pas à interpréter l’histoire avec des « si ». Peut-être que l’on aurait eu droit a un meilleur CNR sous une autre forme, nous l’ignorons complètement. Les cocos se seraient ils battus aux côtés des gaullistes si l’URSS n’avait pas été en conflit contre les nazis ? Nous l’ignorons aussi. Et puis, une fois arrivés au pouvoir, de Gaulle les en a écartés vite fait car leur fidélité à un état étranger était plus que probable, je ne me souviens plus exactement de sa citation mais en gros de Gaulle doutait de leur allégeance à leur partie maternelle. Ils ont fait profil bas pendant la guerre pour mieux tenter de nous berner par la suite, il n’y a rien à en tirer de ces gens là hormis des grèves, des pleurnicheries vénales et la soumission à l’empire slave mâtiné d’idéologie judéo-germanique mais tout cela n’engage que moi.

          Apparemment, les « étrangers yankees » ne vous dérangent pas...

          D’accord j’arrête là, je n’ai rien à prouver à personne, surtout niveau détestation de la sous culture marchande US et de ce peuple stupide et trouillard qui ne réussi que parce que des quantités phénoménales de dollars pillées à l’étranger sont versées à leurs projets, les européens ont un bien meilleur rendement sur l’argent investi par rapport au résultat mais je m’égare. Je suis un anti américain assumé voire même anti anglo-saxon dans son ensemble, il suffit de lire l’Histoire de notre pays pour se convaincre que la perfide albion (et ses colonies) sont historiquement nos pires ennemis, seulement on ne peut pas tout écrire dans un commentaire volontairement concis de quelques lignes.



        • Cadoudal Cadoudal 18 septembre 03:04

          @dr.jambon-beurre
          Ainsi, un tract distribué en février 1940, déclare aux ouvriers : « [P]ar tous les moyens appropriés, en mettant en œuvre toutes vos ressources d’intelligence, empêchez, retardez, rendez inutilisables toutes les fabrications de guerre. »

          Sans vouloir comparer l’incomparable, De Gaule et le PCF, c’est comme Asselineau et les colons muzzs, sauf qu’en 45 De Gaule avait avec lui les premiers résistants qu’étaient pas des enfants de cœurs et qui était tous viscéralement français, il à su remettre les traitres communistes à leur place...

          Asselineau, ça fait 15 ans qu’il suce les babouches du colon sans succès et à part deux ou trois cassos , y a pas un indigène lucide pour croire à son projet de France Africaine....


        • Cadoudal Cadoudal 18 septembre 03:15

          @Cadoudal
          La mère balance les poubelles par la fenêtre le soir.
          Le père est payé par la mairie pour les ramasser le lendemain matin.

          Les communistes Français croient réinventer l’économie circulaire...lol...

          http://www.leparisien.fr/essonne-91/essonne-la-decharge-au-pied-des-tours-de-grigny-2-va-disparaitre-17-09-2019-8154159.php

          Moi je trouve que c’est quand même une marque de manque de respect du au camarade Sékou Touré qui avait déposé le brevet en 1963 à Bucarest lors du XIème symposium de l’internationale Shitoliste...

          Si j’étais énervé, j’enverrais bien une plainte à Rockaya Diallo pour appropriation culturelle...

          Mais je suis zen, tout va bien...lol....


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 07:41

          @Cadoudal
          Asselineau est très utile, puisque Marine ma Divine s’est servi de documents de l’ UPR à la télé !

          Et la voici qui propose à Macron un referendum sur l’ immigration à choix multiples, sorti directement du programme de l’ UPR, sur lequel vous crachez depuis des années.

          Sans parler de Philippot, le petit plagiaire de l’ UPR !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 07:58

          @dr.jambon-beurre
          si les cocos n’avaient pas été sous les ordres de de Gaulle,


          C’est votre version des faits historiques. Le PCF est sorti de la guerre en héros et il faisait 30% des voix aux élections de l’après guerre. Que de gaule ait été anti communiste, ce n’est pas un scoop.


        • Chaosphere 17 septembre 10:16

          « plan de domination des impérialismes états-uniens et allemand (avec la complicité des fascistes et réactionnaires de tout poil, du grand patronat de chaque pays d’Europe et du Vatican) »

          On peut savoir ce que vient faire le vatican dans ce plan de domination ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 10:53

            @Chaosphere
            Vous ne vous êtes jamais rendu compte que le Vatican était le plus souvent du côté du manche ??


          • Claudec Claudec 17 septembre 17:04

            Les inégalités sociales n’ont pas d’autre histoire que celle de la relation économie-démographie. Et si nous ignorons cela, nous ne pourrons jamais :

            - ni les maîtriser

            - ni éradiquer la pauvreté profonde

            - ni nous réconcilier avec notre environnement.

            Avant l’enfance ou toute autre considération il y a la naissance, dont les hasards insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels. Et c’est là qu’est le problème, que ne saurait résoudre la lutte des classes. Richesse et pauvreté sont relatives en tout et un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu’à des riches, quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l’existence de chacun par la suite.

            Par ailleurs, si l’enrichissement (en tout) n’a d’autres limites que celles de l’ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont il est tiré, LA PAUVRETÉ A LA SIENNE, QUI EST LE NIVEAU ZÉRO DE LA RICHESSE.

            C’est cette incontournable condition qu’il faut vaincre, non par combat sommaire qui ne fait que l’aggraver dans une stérilité qui s’est affirmée depuis des millénaires, mais en “isolant” la pauvreté profonde du niveau zéro de la richesse, sachant que les inégalités sociales ne peuvent et n’ont fait qu’augmenter depuis la nuit des temps, en suivant l’évolution constante du binôme démographie-économie, avec toutes conséquences sur notre environnement.


            • Luniterre 17 septembre 22:51

              Un point d’histoire foireux dès le départ....
              "colloque Jean Jaurès à Toulouse à l’occasion du 160e anniversaire de la naissance de celui qui fut le leader de la SFIO et qui revendiquait sa proximité intellectuelle avec les principes du marxisme-léninisme."
              Rappelons tout de même que ce pauvre Jaurès est mort assassiné le 31 Juillet 1914, en tentant de défendre une cause tout à fait internationaliste, celle de la paix.
              Jaurès était, pour le reste, tout à fait un réformiste assumé, avec une forte tendance au social-chauvinisme, mais avec cette limite, celle de la paix. Sur le plan du pacifisme et de l’internationalisme, même relatif, il était donc minoritaire au sein de son propre parti, essentiellement conséquent dans le social-chauvinisme, et qui s’est donc rallié aussitôt aux partisans de la guerre.

              Le concept de marxisme-léninisme n’a été utilisé comme tel, considéré comme un ensemble idéologique par certains bolcheviques, que dans les années qui ont suivi la mort de Lénine, soit dix ans après celle de Jaurès... !
              L’utilisation du terme n’est véritablement officialisée que dans les années 30, et par Staline seulement en 1937.(in Matérialisme dialectique et matérialisme historique)

              Parler de « Jaurès marxiste-léniniste », même et surtout par « proximité revendiquée », cela prête donc à sourire, aussi bien dans la forme que sur le fond... !
              Mais cela situe le niveau politique du reste de l’article...
              Du PRCF, c’est le genre de chose à quoi s’attendre, de toutes façons.

              Luniterre


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès