• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > LGV Est : l’événement vécu « de l’intérieur » par un voyageur (...)

LGV Est : l’événement vécu « de l’intérieur » par un voyageur lambda

Depuis le temps que le thème du TGV Est occupe (en partie) la scène médiatique, il n’y en a eu jusqu’ici que pour les techniciens (construction, record du monde de vitesse sur rail...), puis les experts économistes (coûts, retombées attendues...) et, enfin, les politiques. Il était temps de donner la parole à ceux pour qui cette nouvelle ligne fera vraiment partie de leur vie.

La ligne Paris-Strasbourg, je la pratique depuis belle lurette. Normal, puisque mon épouse est de nationalité allemande (résidant juste de l’autre côté du Rhin, pas trop loin heureusement !) et que j’ai conservé mon job à Paris, par la grâce d’internet. Reste à assurer les indispensables allers et retours. Je connaissais donc par coeur les moindres coins et détours de l’ancienne ligne, même si de temps à autre j’avais le nez dans un bouquin ou sur mon clavier. Honnêtement, ce premier voyage n’était pas prévu avant le 18 et c’est un peu par l’effet du hasard et d’un coup de chance que je me suis retrouvé ce 10 juin à la mi-journée gare de l’Est à Paris, ma valise à roulettes dans une main et mon ticket à 15 euros (imprimé par mes soins) dans l’autre ! Direction Strasbourg avant de filer vers l’Allemagne.

Comme ce n’est pas la première liaison de la journée, les fanfares et les flonflons sont déjà partis mais il n’en règne pas moins une atmosphère inhabituelle dans ce lieu qui m’est plus que familier (et encore partiellement en travaux à ce jour, plus pour longtemps j’espère). Déjà, voir côte à côte (voies 3 et 4) un train ICE blanc crème/rouge et notre TGV bleu-blanc dans une gare française, c’est de l’inédit (il fallait pour cela aller en Suisse, pays carrefour des trains à grande vitesse européens). Et les conducteurs et personnels navigants de la Deutsche Bahn qui déambulent dans le hall principal ont l’air franchement contents d’être à Paris !

Puisque j’ai un peu de temps avant le départ, je déambule moi aussi en traînant ma valise. Pour découvrir que les trains Corail ont apparemment déserté les voies. Certes, on savait depuis plusieurs mois que la liaison Paris-Strasbourg par voie classique serait abandonnée dès le premier jour mais il y a toutes les autres, non concernées par la grande vitesse. En lieu et place, ce sont des rames automotrices du genre de celles que l’on voit couramment en province. Même lorsque sur le tableau (enfin, sur les nouveaux et très lisibles écrans plasma, ça aussi c’est tout bon !) il y a marqué "train corail intercités".

Mais l’heure tourne et mon numéro de voie est enfin affiché. Sur ce point, rien n’a changé et je ne peux que confirmer tout le bien que je pense des nouvelles rames TGV Est qui ont été déployées sur les voies classiques depuis plusieurs mois. Par chance, j’ai une place côté fenêtre. En temps normal, je réserve systématiquement côté couloir vu que je ne tiens pas en place et que j’ai horreur d’être bloqué par quelqu’un qui dort, mais aujourd’hui c’est spécial, et je ne veux rien perdre du paysage !

Le départ est prévu à 14 h 24 et c’est avec seulement 3 minutes de retard que notre TGV (n° 2365) prend son élan. Evidemment, pour la ligne à grande vitesse, il faut encore patienter quelques minutes. Mais une fois la gare derrière nous, on sent que ça ne va pas traîner ! Est-ce une simple illusion ? En tout cas, les gares de la grande banlieue Est défilent plus vite que jamais. A ma gauche (je suis assis de ce côté, dans le sens de la marche), sur des voies de garage, les vieilles limaces de la SNCF font grise mine. Les fameuses motrices de type BB (électriques) et CC (diesel), avec leur profil taillé à la serpe... vont-elles poursuivre leur carrière ailleurs ou se voir radiées du service ?

Mais foin de nostalgie, le regard scotché à la vitre, je scrute le panneau Vaires-sur-Marne, point de départ de la LGV. Le TGV s’incline légèrement et continue d’accélérer, laissant largement sur sa droite la voie classique par laquelle je suis revenu à Paris il y a seulement quelques jours. Enfin, nous y sommes ! Alors évidemment, ce n’est pas (loin de là même...) ma première expérience en TGV, dont j’ai déjà l’expérience sur les lignes Sud-Est, Atlantique et Nord (y compris le tunnel sous la Manche). Mais cette ligne a quelque chose de spécial, sans doute parce qu’elle contribue à rapprocher des régions perçues comme lointaines du fait d’un relatif éloignement géographique. Sans doute faudra-t-il encore un peu de temps avant d’assimiler cette "contraction de l’espace". Ce qui est sûr, c’est que d’un point de vue purement technique, cette LGV toute neuve est une vraie réussite. Le train semble glisser sur les rails et avoir arraché au ciel les sensations ouatées que l’on peut expérimenter dans un avion. Il n’y a pas d’annonce par haut-parleur (sauf celle de la voiture-bar !) mais il est évident que nous sommes à 320 km/h, soit la vitesse d’une F1. Le vacarme en moins... Tandis que sur l’autoroute A4 dont le tracé est quasiment parallèle, les voitures semblent presque à l’arrêt ! Quelques commentaires admiratifs dans la rame. Tandis que la dame à côté de moi, qui va jusqu’à Colmar, ne décolle pas les yeux de sa grille de mots fléchés. Bizarre quand même...

Autre évidence : nous sommes l’attraction du jour ! Sur les chemins qui bordent la voie, sur les ponts qui la surplombent, nombreux sont ceux venus "voir passer le TGV" ! Et qui font un petit bonjour de la main... A peine trois quarts d’heures de voyage et la cathédrale de Reims se profile à l’horizon. Première nouvelle gare : celle de Champagne-Ardenne. Ne me demandez pas de la décrire, je n’ai eu qu’une dizaine de secondes pour l’apercevoir ! Sur ce parcours, aucun arrêt n’est prévu avant Strasbourg. Je n’en verrai pas plus pour les deux autres nouvelles gares TGV, celles de la Meuse (à 1 heure de Paris) et de la Lorraine (à 1 h 15...), construites au milieu de nulle part. A défaut de construire les villes à la campagne, on peut au moins installer des gares en plein champ. Des distractions supplémentaires pour les vaches ? Même pas. Le passage de notre train ne leur fait pas lever la tête ! Mais ça ne devrait pas me surprendre, je l’avais remarqué dès les années 1980 et ses TGV orange (ça voit les couleurs, une vache ?)...

A peine la gare de Lorraine disparue derrière nous, il faut déjà décélérer et retrouver les voies classiques. En attendant que la LGV Est soit prolongée au-delà de Baudrecourt et fasse tomber le temps de trajet Paris-Strasbourg en dessous des 2 heures. Mais le trajet intermédiaire entre la LGV et la ligne classique Sarrebourg-Strasbourg, c’est aussi de l’inédit. Un petit bout de Lorraine inconnu (en tout cas pour moi...), avec des noms de lieux dont j’ignorais jusqu’à l’existence ! J’enregistre au passage ceux de Bénestroff et Berthelming. Enchanté ! C’est moins spectaculaire que l’expérience de la grande vitesse mais le paysage ne manque pas de charme. Et même si je m’y attendais, cela fait tout bizarre, après Réding, de se retrouver en territoire connu avec la traversée de l’extrémité nord des Vosges et de la vallée de la Zorn. Sur les quatre heures de trajet "d’avant", c’était mon passage préféré et j’ai encore quelques années pour en profiter.

Le voyage touche à sa fin : nous franchissons Saverne avant l’égrènement des petites gares qui précèdent Strasbourg : Mommenheim, Vendenheim, Mundolsheim... Avant d’apercevoir la brasserie de Schiltigheim et, enfin, la cathédrale. Le TGV entre en gare pile à l’heure du billet, à 16 h 43. Contrat rempli ! J’ai quatre minutes pour descendre car le train continue jusqu’à Mulhouse, alors qu’avant, la plupart des liaisons avaient ici leur terminus. Les prochaines fois, il faudra prendre garde à ne pas s’endormir !

PS - Malgré la longueur de ce texte (c’est du vécu !), je ne saurais faire abstraction de quelques détails pratiques. J’ai accompli ce voyage en 2de classe et, franchement, à moins de bénéficier d’une place soldée en 1e (ce qui est possible et parfois moins cher), ça ne vaut pas le coup de payer plus cher.

Tout simplement parce que la 2de est déjà très confortable, notamment au niveau espace pour les jambes, et qu’on n’en a pas beaucoup plus en 1e (je l’ai déjà essayée lors d’un voyage sur la ligne classique, de Strasbourg à Paris). En outre, bizarrement, il n’y a plus les espaces bagages en milieu de voiture, si pratiques. Enfin, les sièges sont affligés d’un désagréable mouvement de balancier longitudinal. On se croirait dans un rocking chair ! Impossible de se concentrer si on veut travailler sur l’ordinateur... Et si c’est juste pour bénéficier de la prise électrique, normalement, la plupart des micros atteignent les 2 heures d’autonomie, voire plus. Sur ce point, la LGV rend la 1e classe quasi inutile.

Reste l’avantage, dans le sens du retour, d’espérer arriver en début de quai à Paris. En théorie, les voitures de 1e classe sont en tête de train. Dans la pratique, il n’est pas rare de voir la rame inversée... Je l’ai déjà vu deux fois ces dernières semaines et ce genre de facétie semble fréquent à la SNCF (cela m’est déjà arrivé sur la ligne Atlantique au départ de Toulouse). Mieux vaut donc prendre un billet de 2de et comme ça, on peut espérer avoir la bonne surprise de se retrouver tout devant ! En plus, il y a davantage de filles mignonnes en 2de, c’est un fait vérifiable et vérifié !


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • claude claude 12 juin 2007 14:09

    bonjour,

    merci pour votre joli compte-rendu...

    quel bonheur ce tgv-est ! colmar n’est plus qu’à 2H50 de paris ! plus besoin de courir à entzheim ou à bâle-mulhouse pour prendre l’avion et réduire ainsi le temps de trajet de moitié !

    en plus, les différentes lignes tgv étant inter-connectées, on peut maintenant voyager dans presque l’ensemble da lafrance, sans quitter son siège !

    elle est pas belle la vie ??? smiley


    • Roger Robert 12 juin 2007 14:30

      Encore une fois, en tant qu’utilisateur de ce TGV, je me permets d’ajouter que les tarifs exorbitants pratiqués confinent au racket organisé des voyageurs obligés de prendre le train.


      • fg 12 juin 2007 18:58

        Autre exemple vecu : train de 16h15 dimanche pour un Reims PAris pour un 12 25 ans. En corail : 16€ à cette heure là, en TGV un peu plus de 34 € soit plus du double. Plus de Corail donc TGV ou galère en train régional, changement à Epernay et 2h30 pour aller à Paris à la place de 1h35 avant.

        Après 100m arrêt, Le train arrive à 17h30 juste avant d’avoir les 30 minutes de retard qui amènent un remboursement. Gain par rapport à l’ancien Corail : 10 minutes pour plus du double de prix.

        Autre réflexion : comment expliquer que Reims Paris qui fait 1/3 du trajet Paris Strasbourg soit facturé 2/3 du prix du billet Paris Strasbourg ? Alors que la région a lourdement cotisé au budget du TGV, on paye deux fois.

        TGV : Tarif de Grivélerie et de Vol ?


        • Ashura Ashura 13 juin 2007 12:02

          Les billets de TGV incluent la réservation, ainsi qu’un supplément spécifique, qui font que le prix du billet est d’une part plus cher, de l’autre non proportionnel au nombre de kilomètres. Certes les régions ont payé une bonne partie de la ligne, mais la SNCF a acheté seule le matériel roulant, qui coûte cher et qu’il faut bien amortir. Sans compter le coup d’exploitation et de maintenance, qui doit être impeccable vu l’impératif de sécurité quand on va à 320 km/h. Je ne dis pas que ça excuse un écart de prix aussi important, mais ça l’explique. La SNCF est une entreprise, pas une oeuvre de bienfaisance, il lui faut bien équilibrer les comptes.


        • Nicolas Vinci 13 juin 2007 12:50

          Le récit est bien rédigé. Pour autant, plusieurs points me froissent soit que je ne partage pas le point de vue de l’auteur, soit que ce dernier se trompe.

          D’abord, la présence de trains allemands de la DB à la Gare de l’Est n’a absolument rien de nouveau. L’an dernier, j’ai pris un corail Paris-Metz dans un train allemand tous les samedis !

          Ensuite, concernant le confort de la 2nde classe, force est de constater que les sièges sont raides ! Si vous faites plus d’un mètre soixante-dix, mon cas, votre dos en pâtira, d’autant plus qu’il y a beaucoup moins de place pour les jambes. Pour pallier le problème du rocking-chair, il suffit de caler la molette qui permet d’avancer et reculer le siège, tout simplement !

          Si vous avez la possibilité de prendre la 1ère classe, j’ai eu cette chance une seule fois, la 1ère coûtant moins que la 2è (je ne sais toujours pas pourquoi !), n’hésitez pas ! C’est beaucoup plus confortable : plus d’espace, sièges moelleux, prise de courant à chaque siège, cale-tête pour faire un somme...mais moins de jolies filles, c’est vrai ! Mais pour ces mesdemoiselles qui aiment les jeunes business-men, l’endroit est le bon !

          Quant au porte-bagage central, s’il a disparu, alors j’ai accompli un tour d’illusionniste puisque c’est là que j’ai posé ma valise ce lundi !!

          Mais quoi qu’il en soit, quel réel plaisir de fouler le bitume parisien une heure et demie après avoir quitté la terre mosellane !

          Quel dommage que les tarifs restent si élevés...

          Nicolas Vinci http://www.nicolasvinci.eu/


          • danino danino 13 juin 2007 17:14

            Souhaitant répondre de manière groupée pour plus de clarté, voici un commentaire collectif sur les premières réactions. Merci tout d’abord à tout ceux qui ont pris la peine de lire et surtout de s’exprimer sur ce texte sans prétention aucune de ma part !

            Concernant Nicolas Vinci : c’est noté, lors de mon prochain voyage (le 18, c’est très bientôt...), j’irai jeter un coup d’oeil plus attentif en 1ère sur les espaces à bagages ! Mais peut-être est-ce vous qui êtes dans le vrai ! Concernant les ICE, je plaide coupable et je n’avais pas remarqué qu’ils étaient déjà déployés sur Paris-Metz avant la LGV. Je me souviens cependant d’en avoir aperçu un « au vol » lors d’un croisement de trains, alors que j’étais à bord d’un Corail. Il est logique que ce matériel ait fait l’objet d’essais prolongés sur le réseau français (et vice-versa en Allemagne pour notre TGV, dont j’ai surpris un jour une rame stationnée à Kehl). Pour ce qui est de l’espace à bord, je mesure moins de 1,70m, ceci expliquant sans doute pourquoi la seconde classe me convient très bien ! (mais si une place de première est soldée prochainement, je la prendrai sans hésiter...).

            Les tarifs maintenant ! Eh oui, la SNCF n’est pas une oeuvre de bienfaisance. De là à parler de racket... En réponse à Fg, le tarif de 34 euros pour un Paris-Reims m’étonne un peu car en faisant une simulation sur le dimanche 17 juin à la même heure (16 h 15), j’ai obtenu 27 euros avec la carte 12-25 ans (puisqu’il est ici question de cette tranche d’âge). Mais d’après mon « guide TGV », pour peu qu’on choisisse une autre heure et qu’on s’y prenne un peu à l’avance, il est théoriquement possible de descendre jusqu’à 14 euros (toujours pour une liaison directe par TGV). J’admets volontiers que pour les plus jeunes, les hausses de tarif peuvent être plus pénalisantes mais ce sont aussi des pros du clavier pour dénicher les tarifs les moins chers sur internet !

            Enfin, sans répondre à personne en particulier, je m’adresse préventivement à ceux qui déploreront peut-être la suppression d’anciennes liaisons directes par Corail, remplacées par des TER avec correspondance. Sans appartenir à la SNCF ni être liée avec elle, je constate que c’est l’ensemble des liaisons du quart Nord-Est qui a été remanié en profondeur. Donc, il y aura forcément des mécontents... Y compris au niveau de certains manques (par exemple, je ne vois pas de liaisons directes en TGV entre Strasbourg et Luxembourg, alors que ces deux villes abritent des institutions européennes. Ce ne serait pas illogique de les relier de cette façon. Ou alors il faudra attendre le dernier tronçon au-delà de Baudrecourt). En tout cas, ce TGV Est me paraît être un instrument indispensable, à la fois d’aménagement du territoire et de développement européen. Si le tracé en France est désormais « figé » pour au moins 50 ans, voire plus, le schéma des dessertes, quant à lui, peut encore évoluer. Nous n’en sommes qu’au début de l’exploitation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès