• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Liquider le racisme afin d’affamer l’antiracisme (...)

Liquider le racisme afin d’affamer l’antiracisme politique

En France, seule la droite peut prétendre à promouvoir un antiracisme anthropologique capable de lutter contre le fléau de l'antiracisme politique.

LE FLEAU RACISTE

L’humanité doit faire face à de nombreuses plaies. Certaines sont endogènes, c’est le cas de la mort. D’autres, comme le réchauffement climatique, sont exogènes (1). Jean-Jacques Rousseau montrait une tendance à repousser les premières dans le domaine des secondes (2). Le racisme, quant à lui, est une plaie endogène de notre espèce bien que certains, imitant le philosophe d’Ermenonville, voudraient le déplacer du structurel vers le conjoncturel pour nous faire croire qu’il n’est l’apanage génique que de quelques-uns.

A partir de critères biologiques insignifiants, le racisme prétend hiérarchiser les races afin de justifier une domination, la plupart du temps criminelle, de races dites supérieures envers des races dites inférieures. Il n’est pas toujours besoin de biologie pour cela : voyez la manière grotesque avec laquelle Français et Allemands se traitèrent mutuellement de sous-hommes en 14/18.

Le racisme dispose de plusieurs cordes à son arc, celle de la grossièreté, par exemple. Ainsi, Sonia Rolland, miss France 2000, métisse franco-rwandaise, fait part de certaines attentions scatologiques de nature raciste (3).

Le racisme sait aussi se montrer plus subtil. C’est le cas, entre mille autres exemples, du racisme rampant dans Autant en emporte le vent. Ce genre de littérature montre habilement les fleurs d’un prétendu raffinement civilisationnel en oubliant le tas de fumier barbare où plongent leurs racines.

Le racisme peut être tout bonnement comptable ou simplement paternaliste. Nul besoin de dessin ici.

Quoi qu’il en soit, le racisme prétend disculper honorablement des systèmes tels que l’esclavage, le colonialisme et autres apartheids.

Finalement, le racisme institutionnalisé se permet tout et va jusqu’à créer, sans vergogne aucune comme le firent les nazis, des abattoirs humains afin d’éliminer massivement ceux qu’il juge indignes de vivre.

TRUMP NE FAIT PAS CAS DE FINKIELKRAUT

C’est pourquoi aucune concession ne doit être faite au racisme et à des machins monstrueux comme le KKK, les suprémacistes et les nazis rassis ou néos. La première erreur de Donald Trump a été de ne pas le crier sans ambages dans son premier discours après les évènements de Charlottesville. Tenter de ménager la chèvre et le chou pour gagner quelques % des voix est indigne d’un grand homme d’état.

L’autre erreur du Président des USA est moins concrète mais tout aussi lourde. Si vous comprenez la métaphore d’Alain Finkielkraut lorsqu’il déclare : « L’antiracisme sera le communisme du XXIème siècle », vous saisissez la gravité de la faute de Trump. En passant, mais c’est un autre problème, il n’est pas certain que notre Président actuel soit, dans ce domaine, mieux avisé que son confrère Donald.

Il est donc extrêmement urgent d’assécher la fange où barbote l’antiracisme politique dont parle notre académicien. Inutile de chercher à lutter à bras-le-corps contre « l’ange » antiraciste : vous passeriez pour un affreux démon, pour un nouveau chien sartrien. Cet antiracisme angélique fait feu de tout bois, de brindilles lorsque nécessaire. Ainsi, lorsque Nadine Morano lance, sans doute malhabilement, une banalité telle que « La France est un pays de race blanche », tous les séraphins de la bien-pensance se lèvent pour l’ostraciser et, surtout, pour vous donner, à vous braves gens, honte de penser comme elle. Petit à petit, l’effet de levier appliqué à des faits sans aucune importance ferme un peu plus la porte de la liberté d’expression. Les races ne sont pas grand-chose mais elles existent. Elles apportent encore un peu de diversité dans un monde étroit voué à l’entropie biologique et, malheureusement, idéologique ou, si vous préférez, dans un monde où il faudra penser comme le Grand Despote (Big Brother) et ses sbires pour être autorisé à vivoter à l’extérieur du goulag.

SUPPRIMER LE MOT « RACE » DANS LE CADRE DU POLITIQUEMENT CORRECT ? 

Jeter le bébé avec l’eau du bain en cherchant à supprimer légalement le mot « race » est bien évidemment ridicule car inopérant. N’en rions pas : il faut se méfier des lois tordues. En effet, pour étouffer le ridicule de leurs édits, des dictateurs n’hésitent pas à incarcérer, à torturer ou à liquider ceux qui se hasardent à s’en moquer. Bien évidemment, en bannissant le mot « race » on donne du petit grain à moudre aux meuniers de garde de l’antiracisme politique. Les gens épris de pouvoir ont compris que le politiquement correct reste un outil incomparable pour normaliser la pensée, toujours suspecte, des citoyens. L’antiracisme politique, comme l’écologie politique, fait largement usage de bons sentiments comme produits d’appel. Qui se risquerait à dire qu’on instrumentalise les bons sentiments pour imposer le politiquement correct (PC), ce poison de la liberté d’expression ? Est-il besoin de rappeler que l’objectif majeur du PC est d’empêcher l’expression des vérités de l’Histoire passée et contemporaine pour les remplacer subrepticement par une Histoire « officielle et autorisée » ? On prépare ainsi le terrain aux futurs totalitarismes comme Finkielkraut le craint avec raison. Par mimétisme, l’antiracisme politique engendre ses propres racismes. Ils lui serviront à désigner les boucs émissaires pendant des décennies suivant sa prise du pouvoir pour masquer son incompétence et expliquer ses purges.

ANTIRACISME ANTHROPOLOGIQUE

Pastichant Clémenceau, on peut donc dire que « L’antiracisme ! C’est une chose trop grave pour le confier à des politiques. » Il faut œuvrer non pas en utilisant le racisme comme un combustible nécessaire pour entretenir un feu politique mais en le détruisant à sa source c’est-à-dire au niveau des bêtises et concupiscences humaines éternelles et universelles.

Gageure ? Trop tard ? Utopie ?

Nous l’avons vu, le racisme tente de justifier le rejet de l’autre dans un but de domination criminel. L’antiracisme anthropologique doit déclasser l’antiracisme politique. Pourquoi ? Parce que ce dernier stigmatise certains continents, civilisations, peuples ou races pour des faits historiques certes condamnables mais circonstanciels et non exclusifs hélas. Frantz Fanon (4), analysant les mécanismes colonialistes, constate que les peuples les plus puissants imposent leur volonté aux autres. Or la puissance n’est jamais une donnée constante de l’Histoire d’un pays ou d’une civilisation. Rome ou l’URSS, pour ne mentionner qu’elles, en savent quelque chose... L’antiracisme anthropologique doit d’abord répertorier scrupuleusement les méfaits du racisme de tous temps et en tous lieux non pas pour excuser ou relativiser ses crimes mais pour embrasser l’aventure humaine dans sa totalité afin d’en tirer une leçon globale. Tout historien, sociologue ou psychanalyste sait que la barbarie est tapie, toujours, partout et chez tous, attendant patiemment son heure (5). L’antiracisme politique crible l’Histoire car, à l’instar de dames patronnesses procédant à une distinction entre bons et mauvais pauvres, il a ses bons et ses mauvais racistes. Il cache les premiers pour mieux concentrer le tir de ses anathèmes sur les seconds c’est-à-dire sur ceux dont la condamnation satisfera ses convoitises politiques et servira ses désirs de conquête. Malheur à ceux qui se risquent à vouloir lever quelques coins du voile : négationnistes et révisionnistes vont surgir comme des diables pour les bâillonner. Il n’est pas bon de jeter Zanzibar et Gorée dans la même poubelle (6). On se souvient de la règle de Gabor (7) « Tout ce qui est techniquement réalisable sera réalisé, quoi qu’il en coûte moralement ». Non pas dans le domaine technique mais dans celui de l’horreur, on ose croire que l’humanité, après avoir produit l’indicible, aura la sagesse de ne pas repasser les plats.

CAS DES USA

Face au racisme, le cas des USA reste particulier. Cinquante ans après l’assassinat de Martin Luther King, l’apaisement salvateur tarde toujours à venir. Des jeunes romanciers noirs comme Colson Whitehead ou Ta-Nehisi Coates traduisent le vif ressentiment des Afro-Américains. Or le ressentiment est le germe de la rage qui conduit à des actes insensés. Je vous en fiche mon billet que le Général Lee, au moment de son déboulonnage, a pensé « Et dire que j’avais une chance de rester cool là encore longtemps si ces suprémacistes de carnaval n’avaient ouvert leurs grandes gueules ».

CAS DE L’EUROPE

Le colonialisme européen diffère de l’esclavagisme américain. L’Europe a de la sensiblerie en veux-tu en voilà mais pas de tripes. Si naguère, on a pu parler du « ventre mou de l’Europe », on pourrait maintenant dire « Le corps post-moderne, technocratique et nihiliste de l’Europe » dans lequel ne circulent plus que des humeurs carriéristes, matérialistes et jouisseuses ». Daesh ne s’y trompe pas qui sait que la place est à prendre. On a sans doute oublié cette video qui, plus d’un an avant l’attentat de Barcelone, annonçait « Al Andalus, tu n’es ni espagnole ni portugaise, tu es musulmane » (8). Bref, la Reconquista progresse pendant que nous débattons un Code du Travail kafkaïen... Il est vrai que cela permet, sans prendre trop cher, de gagner du temps afin de n’avoir pas à nommer les choses. Avec le même culot qu’Hitler, Daesh ne juge pas nécessaire de cacher ses intentions et ses moyens. Il n’a même pas eu besoin de chiader les armes de sa propagande puisque notre bien-pensance a concocté spontanément l’injonction comminatoire de « repentance » et le grand joker inattaquable de l’ « islamophobie » entouré des petits fanions « amalgame, dérapage, stigmatisé » le tout brandi à l’envi comme autant de glaives exterminateurs. Autrement dit, l’intimidation bordant le lit de la tyrannie. Notons qu’en matière de contrition, le maire de New York, Bill de Blasio, dame le pion aux repentants Européens puisqu’il prévoit de débarrasser sa ville des représentations de Christophe Colomb en tant que symboles historiques honteux. A travers cette attitude, on peut discerner l’exténuation occidentale voire la sénescence de l’espèce humaine. En outre, qu’un type pareil parvienne à la tête d’une mégapole comme N.Y. éclaire les horreurs du passé comme celles à venir, les unes et les autres résultant de l’impossibilité de l’Humanité de se comprendre et de s’accepter sans parti pris afin de progresser sur la voie de la paix universelle. 

Parmi ses autres alliés dans la place, Daesh sait qu’il peut compter sur de multiples vulnérabilités telles que la baisse de la démographie européenne et le vieillissement concomitant (9) mal budgété de la population, l’immigration désordonnée (10. Lisez au moins ce renvoi SVP), la chute en déshérence de la Politique, les divinités de plastoc consuméristes, la désaffection de la jeunesse pour les élections, l’ingratitude envers la Démocratie, la Laïcité et la République, les angoisses écologiques, le chômage, la décroissance à venir, les manips sociétales et biologiques imprudentes, la méfiance face au Progrès, la téléréalité débilitante, la pipolisation gonflante, la sexualisation à outrance, l’infantilisation des masses, le matérialisme philosophique, l’adulescence des jeunes et vieux adultes, l’état providence couvé par la démagogie, la dette, les foyers monoparentaux précaires ... on pourrait continuer encore longtemps. Sans compter les sujets plus classiques touchant aux vêtements, à la viande hallal et aux aliments (11).

QUI PEUT FAIRE LE JOB EN FRANCE ?

Qui donc, en France, peut prétendre à lancer une campagne soutenue d’antiracisme anthropologique ? Pour des raisons évidentes, ce n’est dans les possibilités ni de la gauche ni de son extrême : les deux ont démontré bien souvent qu’elles procèdent à une sélection des tyrans de la planète. L’honnêteté intellectuelle oblige toutefois à rappeler que quelques hommes de gauche, Harlem Désir par exemple, maîtrisent plutôt bien la question. L’extrême droite ? Ce serait une plaisanterie : si tous les frontistes ne sont évidemment pas racistes, on peut présumer qu’un bon nombre de racistes se sentent attirés par le FN. Il ne reste plus que la droite. En cette fin d’année 2017, la droite peut-elle intéresser véritablement beaucoup de citoyens si elle ne propose pas un pôle humaniste solide à côté de son sempiternel pôle budgétaire ? Bien que nécessaire, la saine gestion de l’intendance ne suffit plus. Denis Tillinac écrit : « La droite serait peu de chose si elle n’alignait sur les étals électoraux qu’un catalogue de recettes pour obtenir un peu plus de croissance, un peu moins de chômage et d’insécurité » (12). Suite à de telles réflexions, le cliquetis des osselets fillionnistes, juppéistes, sarkozystes et vauquiézistes s’entrechoquant au fond du gobelet des Républicains semblent bien dérisoires. L’offensive antiraciste anthropologique doit démonter le racisme, le ridiculiser, le ringardiser, faire honte à ceux qui s’en réclament. A qui confier la tâche ? Hélas, peu de Gandhi ou de Mandela sortent de l’ENA et autres ENS. Et puis, quand on se hait soi-même, il est plus facile de porter des coups de canif sociétaux à sa propre anthropologie - judéo-chrétienne ici - que de se hisser au niveau d’une anthropologie générale au risque de déplaire à ceux qui sont la cause de la haine que vous vous portez. . 

 

(1) Même si elles sont la conséquence de comportements essentiellement humains

(2) L'homme naît bon, c'est la société qui le corrompt

(3) http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1044317-insultes-crachats-et-excrements-j-etais-miss-france-2000-et-j-ai-aussi-subi-le-racisme.html

(4) Psychiatre et philosophe français d’origine antillaise. Très actif dans la lutte anticoloniale. Mort jeune, il aurait 92 ans aujourd’hui

(5) Cest l’une des raisons majeures pour lesquelles il conviendrait d’éliminer tout armement nucléaire (Revoir sur Agoravox du 7 janvier 2017 : Sarkozy et Hollande ne furent pas de grands hommes)

(6) Rappelons les attaques minables contre Olivier Pétré-Grenouilleau

(7) Prix Nobel de physique 1971

(8) « Al Ándalus, no eres española ni portuguesa, tú eres musulmana »

(9) Je n’utilise pas « en même temps » déjà largement employé par les temps qui courent...

(10) Ne nous voilons pas la face : en 2017, toutes choses égales par ailleurs, l’immigration musulmane d’origine africaine suscite infiniment plus de suspicion que l’immigration catho d’origine vietnamienne ou que l’immigration sikh du Pendjab. Tout musulman de bonne volonté, Dieu merci c’est encore la majorité, admet cela. Tout homme politique qui ne voit pas ce problème est un incompétent ; tout homme politique qui le sait sans le dire est un pleutre hypocrite ; tout homme politique qui le sait et le dit se doit, plus que quiconque, de promouvoir l’antiracisme anthropologique.

(11) Ne pas prévoir de repas de substitution pour les élèves musulmans est une erreur grossière et grave comme serait celle de supprimer le porc des menus.

(12) L’âme française, Albin Michel, 2016...


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 septembre 11:56

    Encore une inversion des propositions : masquer le symptôme en croyant que le mal disparaitra.


    Le racisme est une des conséquences de l’appropriation de 90% des richesses du globe par 10% de la population.

    Encore pire, le racisme est devenu une arme dans les mains de ces 10% qui possèdent les médias et contrôlent services de renseignements et armées : diviser pour régner, monter les peuples victimes les uns contre les autres, le Chiites contre les Sunnites, les Turcs contre les Kurdes, etc...

    Ce n’est pas en rayant des mots du dictionnaire que ç changera les réalités.

    Si Israël continue de livrer des armes à la Birmanie alors que l’ONU a décidé un embargo,vous pourrez toujours pleurer sur les malheurs des Rohingyas : la haine continuera à alimenter les consciences et les 10% continueront à faire leurs affaires, le commerce des armes étant la clé du système avec celui des hydrocarbures et l’instauration du dollar comme étalon international. Les considérations philosophiques sur le « racisme » ne sont que des larmes de crocodiles.

    • Cateaufoncel 7 septembre 12:28

      @Jeussey de Sourcesûre

      « Le racisme est une des conséquences de l’appropriation de 90% des richesses du globe par 10% de la population. »

      Voilà autre chose smiley

      Les gens s’en vont des cités et des quartiers où il y a beaucoup d’allogènes, parce que 90 % des richesses du globe sont accaparées par 10 % de la population.

      Et c’est pour la même raison que des gens, même de gauche désormais, trichent avec leur domiciliation, pour mettre leurs enfants dans des écoles où il n’y a pas trop d’Arabes et de Subsahariens,

      P.S. - Quand on défend les idées que vous avez, on ne sombre dans la stratégie (raciste) du bouc émissaire.


    • NAMASTE 7 septembre 17:33

      @Jeussey de Sourcesûre


      Bonjour,

      quand une nation (Le nationalisme, c’est la guerre ! ) se sent forte, elle cherche à conquérir une nation plus faible. Ensuite, le racisme sert souvent à justifier (excuser) les horreurs de la conquête.
      Puis viennent les antiracistes politiques à côté des antiracistes sincères. Les premiers, sous des prétextes hypocrites, cherchent à faire leur trou c’est à dire à conquérir à leur tour etc... 
      Je ne cherche nullement à masquer des symptômes mais à chercher des causes. 

    • Cateaufoncel 7 septembre 21:21

      @NAMASTE

      « quand une nation (Le nationalisme, c’est la guerre ! ) se sent forte, elle cherche à conquérir une nation plus faible. »

      Qu’est-ce que vous voulez qu’un pays européen, aussi fort soit-il, fasse, de nos jours, d’un autre pays européen ? Cette phrase de Mitterrand est une stupidité sans nom

      Etre nationaliste aujourd’hui, c’est refuser de devenir une succursale démographique du tiers monde.

      Quand les cosmopolites disent que nous rêvons d’une France qui n’a jamais existé, ils se trompent.

      Nous ne savons pas ce que sera la France de demain, mai nous savons ce que nous ne voulons pas qu’elle soit : un vaste quartier de la Noé (Chanteloup-les-Vignes) d’où les Blancs ont foutu le camp, donnant corps à la réalité du Grand Remplacement. Voir Le Monde du 29 juillet 2017.


    • Jonas 7 septembre 21:30

      @Jeussey de Sourcesûre « Le racisme est une des conséquences de l’appropriation de 90% des richesses du globe par 10% de la population. »


      Le racisme existe depuis que l’homme existe. Le plus fort exploite le plus faible, celui qui est différent. Ce n’est pas lié « aux richesses du globe ».

      Ibn Khaldun ne disait-il pas déjà au XIV siècle :
      « les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres, en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche du stade animal »


    • NAMASTE 7 septembre 21:47

      @Cateaufoncel

      Bonsoir,

      il n’est pas impossible que la France évolue vers un ensemble de confetti disjoints chacun ayant ses croyances, coutumes, vêtements etc..
      Progressivement, les gros confetti phagocyteront leurs voisins les plus faibles.

      Ce peut être une tactique....


    • Cateaufoncel 7 septembre 22:41

      @NAMASTE

      Il y a en France deux civilisations que tout oppose, l’une est d’inspiration chrétienne, l’autre de matrice islamique. La seconde méprise profondément la première, qui marie les hommes entre eux, et laisse les femmes et les filles déshonorer leurs familles avec des comportements dépravés.

      C’est le seul clivage qui rende le « vivre-ensemble » impossible. Certains font néanmoins semblant d’y croire. On ne comprend pas le but qu’ils poursuivent.


    • NAMASTE 7 septembre 23:02

      @ Cateaufoncel


      La composante majeure de la civilisation d’inspiration chrétienne est composée d’ athées et/ou d’agnostiques.
      Ceux qui, comme vous le dites, font semblant d’y croire posent un grand mystère. Il est évident que l’Islam est strictement incompatible avec la République française actuelle sauf, évidemment, si chacun gère son truc dans son coin et se contente des services régaliens de l’Etat lorsque c’est nécessaire.
      Cela étant, il n’est pas exclus que se forment des enclaves chrétiennes...

    • Cateaufoncel 8 septembre 12:37

      @NAMASTE

      « La composante majeure de la civilisation d’inspiration chrétienne est composée d’ athées et/ou d’agnostiques. »

      Ca n’empêche pas que le concept « droits de l’homme » vient des Ecritures et non du Droit romain, en vigueur jusque-là.


    • NAMASTE 8 septembre 15:42

      @Cateaufoncel

      Vous avez raison de rappeler ce fait important

    • Cateaufoncel 8 septembre 20:02

      @NAMASTE

      C’est la raison pour laquelle je parle de civilisation d’inspiration chrétienne, ce qui indépendant du niveau de croyance ou d’incroyance. De Gaulle parlait encore de civilisation chrétienne, on n’en est plus là.


    • Goldored 9 septembre 10:12

      @NAMASTE
      « Le nationalisme, c’est la guerre ! »
      Vous n’êtes pas obligé de reprendre à votre compte et avec autant d’aplombs toutes les conneries mitterrandiennes !
      C’est l’impérialisme qui est la guerre.


    • NAMASTE 9 septembre 12:02

      @Goldored

      Bonjour,

      comme vous vous en doutez, ne suis pas très mitterrandien mais ça m’ a traversé esprit par hasard

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 7 septembre 12:11

      la psychanalyste Janine chasseguet smirgel avait raison et écrivait en 1978, comme un avertissemnt. Attention : A nier la réalité (la différence sexuelle), celle-ci (dans l’inconscient qui n’est lui pas dupe) cherche un autre chemin bien plus archaïque : la différence raciale qui conduit inéluctablement au nazisme et à la haine de l’autre. Janine chasseguet Smirgel une psychanalyste nous mettait déjà en garde dans son livre : Oedipe et psychanalyse d’aujourd’hui à propos de l’indifférenciation sexuelle et ses risques. Je savais déjà au moment du mariage homsexuel que notre dite « »civilisation amorçait sa descente vers la psychose et la haine. Extrait : Ainsi « Cabaret", de harold Prince qui se passe en 1931 commence dans un music hall de travestis où le « meneur de jeu », au sens propre et au sens figuré, maquillé comme une poupée, à la voix haut perchée, représente le diable (ou, si l’on veut, Hitler in uns), celui qui connât les hommes, les manipule et les conduit jusqu’à l’accomplissement inéluctable de leur destin. Tout le film est scandé par les séquances qui se déroulent dans les cabarets de travestis, microcosme où apparaissent, comme grossies à la loupe et styliée comme dans un cauchemar, les étapes successives de la montée du nazisme. Nous voilà prévenu. Pour la petite ou la grande Histoire. Macron est né la veille de la sortie du film en Belgique. Moi, je me souviens,…https://www.youtube.com/watch?v=duNQYWMna_4. L’indifférenciation sexuelle est le socle Surmoi. Hommes et femmes sont différents, ce qui introduit de la limite et des limites, nous rappelent que nous ne pouvons fusionner dans une masse faible qui a de plus en plus besoin d’un guide (en l’absence de guide personnel, ceci est bien, cela est mal,..). alors, on écoute les directives sur les vaccins. On vous dit que vous allez tomber malade en mangeant ceci ou cela. et il suivent, suivent,...Un jour un psychopathe sortira du lot et vous dira qu’il faut tuer un tel ou un tel parce qu’il est votre ennemi. en quarante, c’étaient les juifs. 


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 7 septembre 12:15

        Corrigé :la psychanalyste Janine Chasseguet Smirgel avait raison et écrivait en 1978, comme un avertissement. Attention : A nier la réalité (la différence sexuelle), celle-ci (dans l’inconscient qui n’est lui pas dupe) cherche un autre chemin bien plus archaïque : la différence raciale qui conduit inéluctablement au nazisme et à la haine de l’autre. Janine chasseguet Smirgel une psychanalyste nous mettait déjà en garde dans son livre : Oedipe et psychanalyse d’aujourd’hui à propos de l’indifférenciation sexuelle et ses risques. Je savais déjà au moment du mariage homosexuel (qui a débuté en 2020 en hollande) que notre dite « civilisation » amorçait sa descente vers la psychose et la haine. Extrait : Ainsi « Cabaret", de harold Prince qui se passe en 1931 commence dans un music hall de travestis où le « meneur de jeu », au sens propre et au sens figuré, maquillé comme une poupée, à la voix haut perchée, représente le diable (ou, si l’on veut, Hitler in uns), celui qui connaït les hommes, les manipule et les conduit jusqu’à l’accomplissement inéluctable de leur destin. Tout le film est scandé par les séquences qui se déroulent dans les cabarets de travestis, microcosme où apparaissent, comme grossies à la loupe et stylisée comme dans un cauchemar, les étapes successives de la montée du nazisme. Nous voilà prévenu. Pour la petite ou la grande Histoire. Macron est né la veille de la sortie du film en Belgique. Moi, je me souviens,…https://www.youtube.com/watch?v=duNQYWMna_4. L’indifférenciation sexuelle est le socle Surmoi. Hommes et femmes sont différents, ce qui introduit de la limite et des limites, nous rappelent que nous ne pouvons fusionner dans une masse faible qui a de plus en plus besoin d’un guide (en l’absence de guide personnel, ceci est bien, cela est mal,..). alors, on écoute les directives sur les vaccins. On vous dit que vous allez tomber malade en mangeant ceci ou cela. et ils suivent, suivent,...Un jour un psychopathe sortira du lot et vous dira qu’il faut tuer un tel ou un tel parce qu’il est votre ennemi. en quarante, c’étaient les juifs.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 7 septembre 12:20

          Quand nous rencontrons une personne, notre premier réflexe inconscient est la question du sexe de la personne, avant la couleur de peau.


          • NAMASTE 7 septembre 17:35

            @Mélusine7

            Bonjour,

            vous deux pots sont très intéressants !

          • NAMASTE 7 septembre 17:40

            @ MELUSINE


            Pardon : « vos deux posts »

            Cela étant, vos deux posts remettent du carburant au pot de l’article


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 7 septembre 19:36

            @NAMASTE
            Belle reprise rendez-vous à la « TAVERNE ».


          • Cateaufoncel 7 septembre 12:23

            « Nous l’avons vu, le racisme tente de justifier le rejet de l’autre dans un but de domination criminel. »

            C’est absurde, dans la France de 2017. Dans la société française d’aujourd’hui, le racisme, c’est ça :


            - Gaston, il y a le fils Le Goff, qui a volé une mobylette...

            - Ca, j’aurais pas cru...

            - Non, non, je te charrie. C’est le fils des Arabes du dessus...,

            - Ah bon, alors ça, ça ne m’étonne pas !

            En plus, le racisme est un sentiment (de rejet) - Albert Memmi écrit dans la définition du racisme qu’il été chargé de rédiger pour l’Encyclopia Universalis, que c’est le racisme qui est naturel, et non pas l’antiracisme.

            Gustave Le Bon, pour sa part, nous a enseigné que « Les sentiments se combattent avec des sentiments ou des représentations mentales de sentiments, jamais avec des raisons. »

            Et ce n’est assurément pas avec des raisons que l’on réglera les difficultés de cohabotation que Georges Pompidou évoquait, il y a près de cinquante ans, dans une déclaration qui n’a pratiquement pas pris une ride :

            « Le problème, c’est que les Nord-Africains, et particulièrement, les Algériens sont concentrés dans quelques agglomérations, Marseille et sa banlieue, la banlieue lyonnaise, la banlieue et Paris. Il y a là des concentrations énormes. Dans telle localité de la banlieue lyonnaise, les étrangers de toute espèce sont en majorité. Il va de soi qu’à partir de ce moment là, lorsque deux communautés se trouvent vivre mélangées, avec des habitudes, des convictions, des modes de vie absolument différents, il se crée des conflits. Il est déjà très difficile de vivre en paix avec ses voisins. A plus forte raison lorsque ces voisins ont des habitudes absolument différentes des vôtres ».

            Et ce n’est pas non plus avec des raisons qu’on ramènera les Blancs dans les cités et les quartiers qu’ils ont désertés (white flight) pour retourner vivre parmi des gens qui leur ressemblent.

             


            • sarcastelle sarcastelle 7 septembre 12:45
              le racisme est une des conséquences de l’appropriation de 90% des richesses du globe par 10% de la population
              .
              les considérations philosophiques sur le « racisme » ne sont que des larmes de crocodiles
              .
              Tiens, un Martien.
              Il paraît que sur Mars le cerveau est exclusivement analytique et ne fait entrer aucune considération psychique dans ses raisonnements. 
              Aussi les Martiens nourrissent-ils sur les humains des superstitions d’autant plus indéracinables qu’ils les prennent pour de la science positive. 






              • sarcastelle sarcastelle 7 septembre 12:46

                @sarcastelle

                .
                Mes citations en gras, c’était du Jeussey de Sourcessûre. 

              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 septembre 14:59

                @sarcastelle

                Il faut dire que les humains nous ont beaucoup déçus lors de notre dernière visite : ils ont une fâcheuse tendance à tirer dans le tas et réfléchir après... ils avaient pris nos combinaisons spatiales pour des djellabas. Nos spécialistes des humains nous ont expliqué après que le Sinaï n’était pas vraiment un désert comme le croyaient nos géographes qui avaient étudié l’endroit le plus discret pour notre arrivée sur votre planète.

              • nono le simplet nono le simplet 7 septembre 17:22

                @sarcastelle

                 smiley on ne dit que quelqu’un est gras, on doit dire « en surpoids »

              • sleeping-zombie 7 septembre 12:48

                Hello,

                Vision très « européano-centrée » de la nature même du racisme.

                le racisme prétend hiérarchiser les races afin de justifier une domination, la plupart du temps
                criminelle, de races dites supérieures envers des races dites inférieures.

                Ca, c’est le racisme colonialiste, européen (ou américain).

                Le reste de la planète pratique une forme de racisme moins agressif, mais tout aussi discriminant : il y a « nous », il y a « eux », et la frontière est la couleur de peau (ou la forme de la mâchoire, des yeux ou n’importe quel critère physique).


                • smilodon smilodon 7 septembre 12:51

                  @ l’auteur : Il faudra quand même un jour m’expliquer, au moins sur le plan sémantique, comment le RACISME peut exister alors que le mot RACE va disparaitre des dictionnaires !!!....
                  ..... Il n’y a pas de « RACES » chez les êtres humains actuels !!..... Comment peut-il y avoir du RACISME entre ces mêmes êtres ?????.......
                  ..... Il va bien falloir un jour résoudre ce « problème », non ???.....
                  ..... Comment pourrait-il y avoir des boulangers s’il n’y a plus de boulangeries, de bouchers sans boucheries, de garagistes sans garages ??.....Etc...Etc....
                  ..... Pas de RACES, pas de RACISME !.... Ou alors, il faut inventer un autre mot....
                  ..... Par exemple, un berger-allemand qui attaque un autre berger-allemand, on dira de lui que c’est un chien « agressif », vu qu’ils sont de la même « RACE » !.....S’il attaque un caniche ou un fox-terrier, un setter ou n’importe quel autre sauf un berger-allemand, là oui, c’est un chien « RACISTE » .. !......Non ????........Ou alors, j’ai rien compris........
                  ..... Adishatz.


                  • NAMASTE 7 septembre 13:26

                    @smilodon

                    Bonjour,

                    demandez des explications à F. Hollande, Président frais émoulu de « La France s’engage » car je crois que c’est lui qui a voulu supprimer le mot « race »

                  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 septembre 14:47

                    @smilodon

                    « Comment pourrait-il y avoir des boulangers s’il n’y a plus de boulangeries, de bouchers sans boucheries, de garagistes sans garages ?? »

                    Il y a bien des bondieuseries sans bondieu et des bouddhistes sans Bouddha ...
                    question de croyances...

                  • Crab2 7 septembre 16:08

                    On ne s’est pas débarrassé de l’inquisition chrétienne pour que s’installe l’inquisition musulmane

                    Suites  :

                    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/etes-vous-islamophobe.html

                    .


                    Leïla Slimani

                    Brillante écrivain franco-marocaine - Prix Goncourt fin 2016 – a publier le 06 Septembre 2017 : Sexe et Mensonges et Paroles d’honneur – Suites  :

                    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 8 septembre 10:40

                      Décès de Pierre Bergé, le jour de la Natvité de la Vierge dans le signe de la vierge. "Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? La vierge fut fécondée par les paroles de l’Ange Gabriel et resta vierge toute sa vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès