• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Loi sur le secret des affaires - l’essentiel est là et pas (...)

Loi sur le secret des affaires - l’essentiel est là et pas ailleurs

Dans la nuit du 18 au 19 avril, le Sénat a adopté la proposition de loi pour protéger le « secret des affaires » malgré l'opposition de la gauche. Contre l'avis du gouvernement, il a élargi la définition du secret des affaires aux informations qui ont « une valeur économique ».

Une commission paritaire aux deux assemblées devrait donc accoucher - rapidement ! - d'une synthèse mettant la majorité d'accord sur la transposition de cette directive européenne adoptée en juin 2016 et ayant donné lieu à de très vifs débats ainsi qu’à des alertes de fort nombreux journalistes, ONG et lanceurs d'alerte.

Marche forcée, absence d'étude d'impact, les griefs sont nombreux, le texte c'est le moins que l'on puisse dire avantage grandement le monde des affaires sur la liberté d'expression. Tandis que la France des salariés et des étudiants manifeste, nos députes et sénateurs s'occupent d'enfoncer une loi fondamentale dont la devise est pourtant gravée dans le marbre de nos frontons. Et ceci dans un silence assourdissant.

Dans les faits de quoi s agit-il. Supposons, lecteur, que tu veuilles écrire un texte dénonçant, au hasard, les vaccins de Big Pharma, les méthodes du Crédit Mutuel ou l'industrie pétrolière. Dans les faits ces multinationales et banques se retourneront contre toi même et ton éditeur, lequel on s'en doute … ne prendra pas le risque de le publier, ton texte, de peur de se voir intenter un procès voire pire. Et si jamais tu le publies à compte d'auteur, toi comme ton hébergeur vous verrez également menacer puis punis.

Cela s'appelle de la censure et de l'autocensure, cela aura pour effets que seuls les publireportages seront sans risques. Apres la loi sur les fake news, bientôt dans les faits, cette seconde attaque frontale contre la liberté d'expression concoctée par nos démocrates bruxellois et traduite par leurs vassaux des assemblées pose le cadre d'une conception toute particulière de ce vers quoi nous nous dirigeons. Une dictature à peine déguisée des multinationales et des banques avec les politiciens comme vassaux et la justice comme bras armé. Car entre le pot de terre et le pot de fer …

Chaque citoyen devrait s'insurger et cette info faire la une, mais les sujets mis en avant sont si nombreux qu’ils sont faits on dirait pour cacher l'essentiel. Car ceci est ô combien plus important que des manifestations, lesquelles sont non seulement éphémères mais vouées à l'échec car se dressant contre un pouvoir sourd et déterminé. Le but de ces enfumages récents – affaire Skripal, bombardements de cibles bidon à Damas, interviews à répétition du monarque – visait à ça, masquer l'essentiel à savoir cette loi inique. Qui viole à la fois l'esprit et la lettre de notre Constitution. Et s'attaque bille en tête à la liberté citoyenne ET journalistique – je prends ce second terme dans sa dimension noble.

Cette loi va passer comme une lettre à la poste, qui dans un pays aussi fracturé irait manifester contre ces attaques groupées contre le droit d'expression et de diffusion – pas grand monde ! Tant que le poste de télé crache ses fausses vraies nouvelles et qu’il y a de quoi manger dans le frigo le français dans sa grande majorité ne moufte pas ou pas vraiment, il râle certes, manifeste mais ca ne va guère plus loin. Les zadistes qui nous montrent fort courageusement le chemin d'un nouveau contrat social sont par beaucoup raillés comme étant de doux fumistes, c'est dire …

Dans un futur proche l'auteur de ces lignes – et vous serez fort nombreux à être visés ! – sera menacé par des avocats et sommé sous peine d'amende, de suppression de compte ou je ne sais quoi – de supprimer purement et simplement ces lignes. Sans sommation ! Les sympathiques ou antipathiques modérations seront faites directement à la source. Par les laquais des multinationales, par ceux de ces banques qui nous volent à longueur d'années et à cause desquelles nous nous saignons aux quatre sangs pour survivre.

Ne vous trompez pas de combat. L'essentiel est là et pas ailleurs.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Si Fillon avait osé lors de son premier discours qui le mit en position présidentiable (mais il a préféré : plombier) : Est-il normal qu’un médécin gagne moins qu’un TRADER ? Peut-être aurait-il gagné. Ses ancêtres étaient des boulangers et des forgerons. L’inconscient quand même,...


    • Sparker Sparker 20 avril 10:53

      Bonjour, j’ai bien peur que le combat ne soit plus vraiment de mise de nos jours. La présidence Macron à bien compris qu’il fallait donner le tournis aux opposants afin de les réduire à l’inaction. Ca fonctionne et il sera gagnant, je suis très pessimiste sur l’issue des combats. Ils ont les pleins pouvoirs et se donne la légitimité de la violence à tous les étages.
      Nous sommes partis pour des années de chienlit néolibérale autoritaire pour une société qui n’en portera plus le nom et qui tournera sur elle même par la course des spermatozoïdes individualisés pour arriver en tête.
      Il y a l’effet kisscool qui est dans le démission, l’abstention le deni de participation et donc la marginalisation, un peu comme à NDDL qui eux aussi finiront par se faire avoir, le gouvernement ayant bien compris qu’il ne faut pas laisser se développer ces « alternatives » dixit Collomb à l’assemblée, c’est pour ça qu’ils ont déployé tant de violence. Le totalitarisme financier est un rouleau compresseur qui n’accepte que les gens qui le suive, les autres ils les écrase. Il ne sont rien pour lui, non pas par mépris ce qui serait encore un sentiment humain mais juste par le deni d’existence de cette population qui souhaite vivre dans une société s’humanisant et non pas dans une gigantesque startup à courir aprés son sussucre.
      Il n’y a je pense, malheureusement, que l’auto destruction par perte de contrôle par sa propre ignominie, le problème est : dans combien de temps...
      Je continue de militer à ma façon mais je vois bien que dans mon entourage social les oeillères sont de mise c’est trop envahissant et les gens ont envie de profiter un peu tant qu’il leur reste un petit quelque chose à saisir ou faire le malin en tirant son épingles du jeu comme ils peuvent, beaucoup pratique le déni pour ne pas être atteint par la sinistrose et l’angoisse.
      La solidarité à quitté les esprits individuels et l’esprit de la république.
      Après la chute quand nous (ou nos descendants) seront aux prises avec le réel dévasté on sera alors au pied du mur et il faudra un retour d’humanité pour reconstruire une société digne de ce nom.
      J’espère me tromper, bien sur, mais j’en doute....


      • François Vesin François Vesin 20 avril 15:52

        @Sparker
         « La présidence Macron à bien compris qu’il fallait donner 

        le tournis aux opposants afin de les réduire à l’inaction »

        Des opposants...quels opposants ?!!!
        Avez-vous vu le spectacle pitoyable et honteux à l’Assemblée
        lors duquel aucun député d’aucun parti n’a évoqué l’Art. 68 de 
        la Constitution pour réclamer la destitution de Macron !
        Avec des opposants comme ça, la démocrature française
        à de belles heures devant elle...


      • Beaucoup d’énergie pour rien. Comme la méduse. Vous coupez une tentacule et elle repousse de l’autre côté. La stratégie est claire : éliminer les pauvres, les incultes (trolls sur les sites). Mieux vaut accepter le destin,... Comme je l’écrivais chez Rosemar. si le « peuple » ne veut pas faire l’effort de s’instruire, de se documenter, il est aussi responsable. J’ai donné assez de références pour voir clair. Les gens préfèrent faire l’autruche. de toute façon, le destin est "EN MARCHE. Pas de mai 68 à attendre,..Les Editions Pilule Rouges seront-elles contraintes de fermer. Trop tard, mes amis, j’ai tout lu,... Attention, ne pas prendre tout au pied de la lettre.https://pilulerouge.com/



          • lloreen 21 avril 09:37

            Proclamation de la Cour Suprême créée par le conseil national de transition français.
            https://www.conseilnational.fr/proclamation-dune-cour-supreme-francaise/

            Décision de la Cour Suprême :
            Extrait :(...)
            "

            CONCERNANT LA LOI n° 2017-1510 du 30 octobre 2017


            « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme »


            CONSIDERANT
            • Que l’article 3 de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen  » (déclaration qui fonde la nation française) dispose que : « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément »  ; 
            • Que la « Nation » est « La personne juridique constituée par l’ensemble des individus composant l’État » (Dictionnaire historique de la langue française) ;  « la personne juridique formée par l’ensemble des individus régis par une même constitution, distincte de ceux-ci et titulaire de la souveraineté » (Larousse) ;  « un groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini (…) et personnifiée par une autorité souveraine » (Petit Robert) ;
            • Que l’article 16 de la « déclaration des droits de l’homme et du citoyen » dispose que : « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » ;
            • Que si la « garantie des Droits » n’est plus assurée et que la société « n’a point de constitution », la nation française ne peut conserver son identité et sa Souveraineté que par la seule « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » et que celle-ci n’est plus représentée que par le Conseil National de Transition, seul organe autorisé à émettre des lois.


            EN CONSÉQUENCE, IL APPERT 

            - Que l’illégitimité des dirigeants actuels rend invalide cette loi.
            - Que, par ailleurs, celle-ci est en formelle opposition avec l’article 2 de la plus haute instance judiciaire de France : « la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », puisqu’elle trahit sa mission de « conservation des droits naturels et imprescriptibles », ET PRESCRIT ces droits pourtant « naturels et IMPRESCRIPTIBLES » ! Et prétend permettre aux dirigeants de se substituer à l’instance judicaire, en contradiction avec la séparation des pouvoirs exigée par la Charte des Droits de l’Homme de l’ONU.
            - Que les imposteurs s’étant installés au pouvoir ont également violé de nombreuses autres lois portant gravement préjudice au peuple de France, et en particulier l’article neuf (9) du préambule de mille neuf cent quarante-six (1946) qui interdit les privatisations des « biens et entreprises dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait » ; privatisations obligeant le peuple de France à supporter une drastique réduction de ses niveau et qualité de vie.
            - Que cette tentative de créer une dictature de fait en annulant les dispositions de la plus haute instance judiciaire française ne peut être considérée autrement que comme « un coup d’état » visant à établir un état policier totalitaire.
            - Que ce « coup d’état » constitue un crime de trahison et un complot contre la sûreté de l’État réprimandés par divers articles dont les nº 411-3 et 411-5 du Code Pénal.

            DÉCISION
            - En raison de l’extrême gravité des faits évoqués (haute trahison et complot contre la sûreté de l’État), l’instruction sera menée par une commission de juges militaires assistés de citoyens en nombre égal. A la suite, les inculpés comparaîtront devant un tribunal d’exception militaro-populaire qui sera constitué sous l’égide de cette Cour Suprême, et dont le jury sera composé d’au moins vingt jurés (citoyens tirés au sort). 

            - Un mandat d’arrêt est délivré afin de procéder à l’arrestation des signataires de cette loi félonne et illégitime  : Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Gérard Collomb, Nicolas Hulot, Nicole Belloubet, Jean-Yves Le Drian, Florence Parly, Annick Girardin et Elisabeth Borne."

            Source :
            https://cour-supreme.blogspot.fr/2018/02/session-du-19-fevrier-2018.html

            • lloreen 21 avril 09:51

              Pour information.
              La France dispose depuis le 18 juin 2015 d’un conseil national de transition crée par un collectif de français conformément à l’article 35 de la déclaration universelle (supra légale...) des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Ce conseil national de transition est un outil juridique reconnu au niveau du droit international et déclaré à l’ONU.

              Toutes les informations sont consultables sur son site.
              https://www.conseilnational.fr/


              • petit gibus 21 avril 17:06
                A voir l’endormissement actuel suite aux piquouzes de la macronie
                j’ ferais mieux de vivre les quelques printemps qu’ils me restent 
                seul sur une île déserte smiley

                • petit gibus 21 avril 17:48
                  Parait que Bruno Le Maire a mis en place une commission
                  sur le SMIG 
                  Gilbert Cette est à sa tête
                  pour lui le SMIC est trop élevé
                  histoire de compétitivité...
                  il défend la mise en place d’un SMIG par régions
                  et en fonction de l’âge !

                  Macron pourra renouveler son merci à certaines de nos catégories smiley

                   

                  • Hervé Hum Hervé Hum 21 avril 22:23

                    Ce que vous écrivez est très juste !

                    Dommage que vous voyez dans mes articles sur le principe de responsabilité que du « verbiage », car fondamentalement, il vise à mettre à bas ces pratiques que vous condamnez avec force.

                    Comprendre que dans un société dominé par le droit du propriétaire économique, celui ci n’implique pas un devoir correspondant et c’est bien ce que cette loi sur le secret des affaires entend faire appliquer. C’est à dire, préserver l’irresponsabilité sociale du propriétaire économique. Le droit d’empoisonner au nom du profit pour certains.

                    Et la manipulation des gens bien intentionnés se nourrit de ce que chacun nomme stupidement par ignorance et par réaction, le non moins fumeux principe de « vie privée ».

                    Eh oui, l’état de sidération des peuples se fait par la confusion où l’arnaque sémantique (entre autres) consiste à mélanger secret des affaires avec vie privée.

                    Quand les peuples sont ainsi convaincu de la nécessité du secret des conseils des ministres, du secret d’Etat et des services secrets pour défendre la démocratie alors que, par définition, tout secret portant sur la vie publique (donc, toute l’économie) viole systématiquement la souveraineté du peuple sur laquelle repose la démocratie, vous comprendrez qu’il est impossible aux gens bien intentionnées de comprendre quoique ce soit et de sortir de leur état de sidération. Et ce n’est là qu’un tout petit exemple de confusion mentale dans laquelle nous sommes plongés. Ainsi, tout ce qui est donné à lire, écouter et voir participe à cette confusion dans tous les domaines.

                    Entre parenthèse, tous ceux qui parlent aujourd’hui d’économie collaboratives ou participatives, font mines de ne pas voir qu’il s’agit là du principe d’économie communiste, anarchique et libérale, celle de tout un chacun et non encore une fois des seuls propriétaires économiques.

                    Mais voilà, comme vous dites, ce n’est là que du verbiage...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès