• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lycées fermés pour cause de covid : osons l’enseignement en (...)

Lycées fermés pour cause de covid : osons l’enseignement en distanciel !

Collèges et lycées ferment les uns après les autres pour cause de covid-19. Le cas sinistre du lycée de Drancy (22 parents morts depuis le début de la pandémie) est le plus marquant. On notera cette vidéo issue du site web du Parisien, qui résume l'impossible situation actuelle (manque de moyens, absence d'anticipation des pouvoirs publics, communauté scolaire terrifiée) :

Dans cette atmosphère digne de l'apocalypse selon Saint-Jean, et cent mille morts (au moins) après le début de la pandémie en France, les pistes concrètes qui permettraient une continuité des apprentissages sont à explorer, dont celle des "cours en distanciel" tentée l'an passé.

De quoi s'agit-il exactement ? Par les ENT (espaces numériques de travail), les profs font cours à leurs élèves à l'aide des applications de visio-conférence. Ce qui n'est pas vraiment nouveau, certains d'entre vous ont peut-être connu les cours de fac retransmis dans deux amphithéatres il y a trente ans. Les outils numériques, multiples, existent ; après, tout est question d'équipements dont ne disposent pas toutes les familles, ainsi que d'environnement propice au travail personnel. 

Chaque élève de collège et lycée dispose d'un ENT qui comprend des ressources numériques (médiacentre avec notamment Lumni et Fovéa), une application de partage de vidéos pédagogiques, une autre pour les ressources du CDI (e-sidoc). En principe, les élèves les maitrisent sur le plan technique, davantage d'ailleurs que les adultes. Or, l'avenir de l'enseignement du XXIème siècle passe par ces outils et pratiques.

Fini les classes surchargées, les profs déprimés, les locaux inadaptés grâce à la révolution numérique ? Nous aurons des éléments de réponse vers 2050. Toutefois remarquons que les grandes crises ont souvent engendré des progrès technologiques considérables, d'abord expérimentés timidement comme le premier ENT Néo pour les collégiens :

Les difficultés résident dans les habitudes de travail des adultes, compliquées à changer quand tous les devoirs écrits se font en format papier, de même que la plupart des évaluations à l'exception de celles des apprentissages... numériques, par le programme PIX. Remarquons qu'il est difficile de trouver des rapports sur l'enseignement en distanciel du printemps 2020, qui a pourtant permis des avancées considérables. Devoirs envoyés par smartphone, travail autonome des enfants, recherches personnelles : idéal pour tirer vers le haut la jeunesse d'un pays à haut potentiel technologique.

Hélas, on aura aussi remarqué une lassitude des cours devant écran, un décrochage de beaucoup d'élèves et une aggravation des sacro-saintes égalités/inégalités à la française. Puisqu'une partie de la jeunesse est désocialisée et réside dans des quartiers situés hors de la république, tout le monde devrait s'aligner vers le bas. Maintenir à tout prix les établissements ouverts pour garder au lieu d'instruire, pour entretenir la paix sociale plutôt que le progrès technique et l'efficacité. Ajoutons que l'âge respectable des corps d'inspection, des personnels de direction (quarante ans minimum pour devenir principal de collège) et des mandarins syndicaux ne facilite pas l'imagination, la nouveauté et l'audace. Autre blocage, une opinion publique conformiste et formatée par les médias, à l'image des sottises sur la méthode semi-globale de lecture utilisée avec succès depuis les années 1950, et remise en cause au profit des méthodes syllabiques utilisées par les missionnaires pour apprendre des rudiments de lecture aux indigènes d'Afrique noire au temps des colonies. Il est vrai que les populations extra-européennes arrivées depuis les années 1980 relèvent plus des méthodes traditionnelles et conservatrices que de celles destinées à un public pré-éduqué qui a des livres à domicile et bénéficie de parents qui ont déjà une culture littéraire. Appauvrissement de la population, retour aux méthodes du XIXème siècle avec l'empire colonial à domicile, refus d'un peu de remise en question et de préparer l'avenir.

Le monde de demain sera numérique, qu'on le veuille ou pas. La crise du covid est l'occasion de mettre en avant ces outils indispensables pour étudier et travailler demain. C'est une question de choix de société, l'école est soit une garderie pour les pauvres, soit un lieu pour apprendre...

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.21/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • tashrin 30 mars 16:49

    Dans cette atmosphère digne de l’apocalypse selon Saint-Jean, et cent mille morts (au moins) après le début de la pandémie en France

    Toujours ce sens de la mesure indispensable à la sérénité...

    C’est bien beau, mais les métiers basés sur la communication interpersonnelle et la transmission ont un besoin incontournable de « présentiel »... La communication non verbale, les signaux d’incompréhension ou d’inattention, la création d’une atmosphère propice à l’apprentissage sont difficilement compatibles avec l’enseignement à distance. Ca peut dépanner temporairement, mais ca ne remplace clairement rien, et c’est de toute façon au prix d’une énoooooorme baisse qualitative des apprentissages. L’interaction est indispensable

    Sans compter que maintenir l’attention d’une classe en présentiel est déjà compliqué en 2021 avec les ecrans et autres activités individuelles réalisées durant les temps dédiés à l’enseignement. A distance, c’est impossible, et les sessions doivent être raccourcies au maximum

    Irréaliste


    • tashrin 30 mars 16:54

      dsl j’avais raté celle là : à l’image des sottises sur la méthode semi-globale de lecture utilisée avec succès depuis les années 1950, et remise en cause au profit des méthodes syllabiques utilisées par les missionnaires pour apprendre des rudiments de lecture aux indigènes d’Afrique noire au temps des colonies

      Vous êtes sérieux ? d’abord c’etait bien après les années 50, et aujourd’hui ya plus vraiment de débat... En termes de résultats, de facultés de lecture et de compréhension, ya pas photo


      • jimluno 31 mars 20:58

        A bon, y’a pa foto, cè formidable !


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 mars 17:18

        Distanciel ? Présentiel ? Et pourquoi pas artificiel ?


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 mars 17:27

          Qu’est-ce que c’est que cette histoire du Lycée de Drancy.

          On lit sur France Bleu  :

          …/… « dans cet établissement qui compte 2.400 élèves, une vingtaine de jeunes ont déjà perdu leur père ou leur mère ou un parent dans leur premier cercle, depuis le début de l’épidémie il y a un an. "On nous a communiqué ce nombre lors du dernier conseil d’administration en décembre", affirme Fabrice Morel, enseignant et délégué du SNES-FSU 93, contacté par France Bleu Paris. » …/…

          Déjà, il faudrait pouvoir vérifier l’info avant de la relayer, mais il faudrait aussi savoir à combien s’évalue ce « ou »


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 mars 17:35

            @Séraphin Lampion

            et qui est ce « on »  !


          • waymel bernard waymel bernard 30 mars 18:26

            @Séraphin Lampion : et quel est le rayon du premier cercle ?


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 31 mars 08:13

            @waymel bernard

            c’est le lycée jésuite d’Amiens : on y enseigne en « providentiel » et on peut continuer en « présidentiel ».


          • sirocco sirocco 30 mars 17:34

            @l’auteur

            Voici quelques suggestions pour vos prochains articles :

            Les trains sont toujours en retard, laissons tomber la SNCF, utilisons notre bagnole.

            — Trou énorme de la Sécu : assumons chacun nos frais de santé. 

            Les hôpitaux sont surbookés : adressez vous plutôt au guérisseur du quartier.

            Les allocations chômage encouragent les flemmards, supprimons-les.

            Macron ne devrait pas tarder à vous remettre une médaille.


            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 mars 17:37

              @sirocco

              bonus :
               les caisses de retraite vont faire faillite, la répartition n’est pas viable, pensez à ouvrir votre compte épargne-retraite


            • Reptile CYRUS 30 mars 17:40

              @Séraphin Lampion

              surtout qu’ on as écrouler tout ceux qui cotisait encore ...
              tout les artisan et PME ...


            • foufouille foufouille 30 mars 18:03

              @CYRUS

              voui, moins de 50% des salariés.


            • Reptile CYRUS 30 mars 18:08

              @foufouille

              50% des cotisant , je te rapelle que les pme artisan cotisent aussi dans une gestion paritaire des caisse de secu et de retraite .

              contrairement au grand groupe multinationaux , qui optimise fiscalement ...
              donc ces 50% represnete en fait la quasi totalité des cotisant ...


            • picpic 30 mars 18:08

              @sirocco

              ce n’est pas allocation chômage, mais assurance chômage...ça change totallement la façon de « le penser » et c’est à dessein que les médias dissimulent toujours le terme « assurance »...
              parce que vous cotisez pour votre assurance et si vous avez un problème, comme une perte d’emplois...vous touchez l’assurance...cet argent vous est dû.


            • Jean de Beauce Vers Saint-Gétorix 31 mars 15:07

              @sirocco
              A vous de voir, je lirai vos articles en modération, c’est promis.


            • waymel bernard waymel bernard 30 mars 18:32

              la méthode semi-globale de lecture utilisée avec succès depuis les années 1950 ! Faut quand même pas déconner. 


              • Durango Durango 30 mars 19:40

                Ecole garderie pour les pauvres ou bien lieu pour apprendre ?

                J’y suis c’est une blague...

                L’école sert avant tout à reproduire et certifier sinon augmenter les inégalités.

                Mais d’abord et surtout elle sert à formater et fabriquer en série les éléments dont la société a besoin pour perdurer dans son être.


                • sirocco sirocco 30 mars 20:02

                  @Durango
                  L’école c’est, depuis 150 ans, un service public. Mais ça doit vous échapper...


                • Durango Durango 30 mars 20:06

                  @sirocco Merci de me donner raison.


                • Captain Marlo Captain Marlo 30 mars 20:15

                  @Durango
                  L’enseignement privatisé serait-il moins soumis aux impératifs économiques ?

                  Actuellement avec la mise en place du Grand Reset, l’objectif annoncé est de détruire l’économie existante qui ne fournit plus assez de profits, pour tout automatiser. La médecine à distance, l’enseignement à distance, les courses livrées par drones etc.

                  Si je comprends bien, l’oligarchie n’aura plus besoin que de 1 ou 2% de cadres, et de quelques milliers d’ouvriers indispensables pour entretenir leur piscine à débordement, leur voitures de course et leurs avions.

                  Et les autres, on en fait quoi ?


                • jimluno 31 mars 21:16

                  @Durango
                  Je suis professeur des écoles. Bien sûr dans une société pyramidale d’exploitation l’école a ses travers, mais je ne crois pas que ça se passe comme vous le dites. Bien sûr le « une société sans école » de Ivan Illich est passionnant et devrait être lu par tous les enseignants (ce qui se fait dans les formations) et « Le maître ignorant » de Jacques Rancière est un autre livre permettant une réflexion profonde. Mais assassiner l’école à chaque fois qu’on en a l’occasion d’une façon quasi adolescente n’est pas juste. C’est ne pas savoir combien l’école avec ou malgré ses défauts a été (sans faire d’eux des ministres, ou des stars ou des « dominants ») excessivement profitable à un grand nombre d’enfants et notamment parmi les classes les plus populaires. Mais peut-être faut-il travailler dans les écoles publiques ou dans les services sociaux pour se rendre compte d’un certain type de misère qui existe encore et qui ne sera pas résolu par de grandes indignations mais plutôt par un travail difficile, patient et quelque fois décevant. Mais qui profite aux enfants.


                • Captain Marlo Captain Marlo 30 mars 20:05

                  J’ai appris beaucoup en choses en écoutant : « École : la fabrique des crétins » avec Jean-Paul Brighelli. Les gouvernements ont formaté l’enseignement, non pas en fonction des besoins des élèves, mais des besoins de l’économie.

                  Le protocole de Lisbonne en 1999 a décidé qu’en Europe, on avait besoin de 10% de cadres, et de 99% de main d’oeuvre multi tâches.

                  Formés à minima, c’est moins cher, ils changeront plusieurs fois d’emplois, taillables et corvéables à merci. Et plus ils sont incultes, plus ils feront ce qu’on leur dira. Et ils écouteront Hanouna ! 

                  Fabriquer des crétins est une décision purement européenne. Les pays dits « émergents » ont continué à former des élèves qui raflent tous les concours internationaux : Chine, Corée du Sud, Singapour, Japon etc

                  PS : Cela rejoint la vidéo sur un sujet qui n’a apparemment rien à voir, sur les violences entre bandes de quartier.

                  « Le phénomène des bandes violentes des cités. » Xavier Raufer explique que les jeunes impliqués sont des débiles culturels, ou quelque chose comme ça... J’ajouterai que dans mon quartier de la campagne profonde, ils ne sont pas plus cultivés que ceux des banlieues...


                  • Jean Claude Massé 30 mars 21:00

                    @Captain Marlo
                    Je suis entièrement d’accord avec votre commentaire. Mais avant que d’autres ironiquement vous le fasse remarquer, je corrige votre erreur ::

                    90% de MO multi-tâche.


                  • Captain Marlo Captain Marlo 30 mars 21:21

                    @Jean Claude Massé
                    90% de MO multi-tâche.

                    Oui, excusez-moi, je suivais l’idée précédente du Grand Reset:99% et 1% de cadres.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mars 14:12

                    @rends nous l’Art jean

                    faudrait lever le nez de votre guidon sectaire Corinne

                    les problèmes scolaires n’ont pas commencé avec le traité de Lisbonne.

                    ca remonte à l’après-guerre, voire même avant

                    à force de vouloir trop en faire, vous êtes pitoyable.

                    mais je m’égare, car on a déjà dû vous l’dire 1000 fois smiley


                  • Tesseract Tesseract 1er avril 12:51

                    @Captain Marlo
                    « Les gouvernements ont formaté l’enseignement, non pas en fonction des besoins des élèves, mais des besoins de l’économie. »
                    -----
                    Quelle naïveté ! L’enseignement a toujours été en relation avec les besoins de l’économie... Le but est de former des gens suffisamment dociles pour le boulot et suffisamment cons pour trouver ça normal.


                  • alinea alinea 1er avril 13:01

                    @Captain Marlo
                    Jules Ferry avait fait de même en son temps ! le gueux on s’en fout, mais il faut qu’il sache se rendre utile !
                    Ce n’est pas le paradis non plus, en Corée du sud ! enfin autant que j’ai pu en lire ! entre les deux Corée, ce n’est sûrement pas dans celle-là que j’irais : l’excellence est tellement obligatoire, qu’au moindre ratage, l’ado se suicide.
                    J’exagère, comme toujours, mais c’est pour dire quoi ! Le Japon, on n’en parle pas, la Chine, à vos souhaits...
                    bref où aller ? Mais au paradis évidemment ! pour ça il faut le mériter, et attendre la mort, snif !
                    C’est un net progrès depuis le servage ! On a mis quelques siècles pour en arriver là...


                  • Passante Passante 30 mars 20:30

                    ma mère me disait toujours :

                    enlève ton képi avant d’écrire.


                    • Jean Claude Massé 30 mars 20:57

                      Votre proposition c’est un bon moyen de fuir ce qui est le plus compliquer à gérer, le contact physique, essentiel, avec les élèves mais pas que.

                      Vous, Professeur, n’avez donc plus rien à leur offrir autre que du matériel. 

                      Vous prônez la dispersion dans la multiplicité, qui n’est pas unifiée par la conscience d’aucun principe supérieur. C’est le morcellement indéfini, une véritable désagrégation de l’activité humaine dans tous les ordres où elle peut encore s’exercer, et de là l’inaptitude à la synthèse. Ce sont les conséquences naturelles et inévitables d’une matérialisation de plus en plus accentuée et tout ce qui en procède ne peut qu’accentuer le délitement du tissu social, de la vie en société.

                      Ne nous étonnons pas de l’explosion des conflits de toutes sortes, entre les peuples mais aussi entre les individus, et plus prés de vous dans les établissements scolaires.

                      Il me semble que le covid « 21 », le mutant du 19 suite aux vaccins, est le préambule au dernier acte avant le transhumanisme.


                      • McGurk McGurk 30 mars 20:59

                        Le monde de demain sera numérique, qu’on le veuille ou pas. La crise du covid est l’occasion de mettre en avant ces outils indispensables pour étudier et travailler demain. C’est une question de choix de société, l’école est soit une garderie pour les pauvres, soit un lieu pour apprendre...

                        Nous y sommes déjà.

                        Je croirais entendre ce gouvernement libéral qui veut tout rentabiliser, délocaliser, mettre en concurrence.

                        L’enseignement est, par essence, une transmission de savoir d’un sachant à un étudiant. Or, l’énormité qu’on nous raconte (de plus en plus d’ailleurs), c’est que le « tout numérique » (ou « virage numérique ») est « inévitable » et que l’enseignement ne pourra pas y échapper.

                        C’est donc un double paradoxe qui fait oublier la destruction imminente des dernières ruines de notre pays (et de ses institutions), construit au travers des siècles, pour tomber dans le règne du libéralisme (appelé à tort aujourd’hui « mondialisme ») où tout est évalué pour être ensuite monétisé.

                        Un libéral du type Macron (et sa bande) ne peut apprécier ni comprendre la signification de l’enseignement ni même sa portée car, pour eux, chaque chose à son prix et rien n’est inatteignable pour eux.

                        En prenant l’exemple d’une situation exceptionnelle, ils souhaitent généraliser cela à tout l’enseignement. C’est tellement évident que je ne saisis pas pourquoi le public ne réagit même pas.

                        J’ai eu l’occasion de suivre une formation en ligne et bien je dois dire que c’est déboussolant, démoralisant, ça isole énormément. La motivation à apprendre et retenir n’est clairement pas présente en distanciel car il n’y a pas d’interaction physique avec les professeurs ni les élèves. Ni à se déplacer pour faire quelque chose.

                        A niveau égal, il me paraît clair qu’à part une volonté de fer c’est un instrument d’échec (comme Pôle Emploi) qui provoquera des désastres comme le décrochage de bon nombre d’étudiants, des déscolarisations massives, un paquet de dépressions voire de suicides (’paraît qu’il faut réduire la population en plus).


                        • BA 30 mars 22:14

                          Mardi 30 mars 2021 :


                          Dans les colonnes de Libération, ce mardi, le chef du service de réanimation et des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat (Paris), Jean-François Timsit prévient. "Je peux le dire sans être grand clerc, dans deux semaines, on aura 600 morts par jour".


                          Alors que l’incertitude demeure quant à un éventuel reconfinement général, Jean-François Timsit ne cache pas son désarroi devant l’afflux ininterrompu de malades du Covid-19 dans les services de réanimation parisiens. "Ce sont les personnes qui se contaminent aujourd’hui que l’on verra en réanimation dans quinze jours, on est déjà dans la nasse", souligne-t-il.


                          "La vraie difficulté, c’est qu’on devra faire au mieux avec les moyens du bord, du matériel pas toujours adapté et surtout des soignants épuisés, insuffisamment nombreux et déprimés face au peu de soutien de la société. En clair, on va devoir pratiquer de la médecine dégradée, ça donne envie de pleurer".


                          https://www.lindependant.fr/2021/03/30/covid-19-dans-deux-semaines-on-aura-600-morts-par-jour-previent-le-chef-du-service-de-reanimation-de-lhopital-bichat-paris-9458562.php


                          • Ben Schott Ben Schott 30 mars 22:16

                            @BA
                             
                            « dans deux semaines, on aura 600 morts par jour »
                             
                            Le premier avril, c’est jeudi...  smiley
                             


                          • Captain Marlo Captain Marlo 31 mars 08:09

                            @BA
                            Dans les colonnes de Libération, ce mardi, le chef du service de réanimation et des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat (Paris), Jean-François Timsit prévient. "Je peux le dire sans être grand clerc, dans deux semaines, on aura 600 morts par jour".

                            Ce sera un facteur aggravant pour le Gouvernement lorsque aura lieu le procès de Nuremberg 2.0. Un grand motif d’espoir : « Des juristes préparent les fondements d’un procès Covid-Nuremberg international. »

                            Cela s’ajoutera aux pressions pour empêcher les médecins de soigner. Et aux vaccins en phase expérimentale, ce qui est interdit par le Code de Nuremberg.


                          • Jean de Beauce Vers Saint-Gétorix 31 mars 15:05

                            @BA
                            Les pouvoirs publics ont abandonné les quartiers populaires (écoles, hôpitaux...) et nous payons aujourd’hui pour quarante ans de politique libérale de désengagement de l’état.


                          • Zolko Zolko 31 mars 00:12

                            Je pense que votre article est dans le top-10 des articles les plus stupides sur AgoraVox :

                            Le monde de demain sera numérique, qu’on le veuille ou pas.

                            En effet, les ordinateurs se fabriquent par programmation. Et les salades se ramassent en C++. Et les maisons sont construites avec Linux. Et les repas sont cuisinés sur disquette 3’’1/2 ...

                            Comment allez-vous apprendre à quelqu’un d’utiliser une perceuse en « distentiel » ? Ca regurgite la propagande gouvernementale et ça se prétend souverainiste et chrétien : Jesus était un REBELLE, pas un mouton de panurge.


                            • slave1802 slave1802 31 mars 11:50

                              @Zolko

                              Il faudrait que vous vous renseignez sur les progrès de l’intelligence artificielle et de la robotique.
                              Il y a déjà des tracteurs qui labourent tout seul sans quasiment aucune intervention humaine : Seul le plein de carburant se fait encore à la main et la conduite sur route ouverte pour cause de réglementation.
                              Les centres d’appels « humains » seront bientôt remplacés par des I.A. tout comme le manieur de perceuse est déjà remplacé en usine par un robot...
                              Les magasins sans personnel existent déjà et vont se multiplier.
                              Plusieurs restaurants sans cuisinier ni serveur sont déjà en service en Chine.

                              Que vous le vouliez ou non, la révolution numérique a commencé depuis un moment et ne fait qu’accélérer, entrainant à terme la disparition pure et simple du travail humain.

                              Et cela se produira avant la fin du siècle.


                            • Ben Schott Ben Schott 31 mars 15:30

                              @slave1802
                               
                              « Que vous le vouliez ou non »... la phrase préférée des esclaves !
                               
                              Non, l’Humanité sera ce que les hommes voudront qu’elle soit. Les hommes, pas les larbins...
                               


                            • artheslichepèdetologue arthes 31 mars 15:46

                              @Ben Schott

                              Ahhh, sur ce point nous sommes précisément d’accord...

                              Des humains, pas des biomécanos....Autrement dit.
                              Bon, ya du boulot cela dit....

                              Slave est un libéral mondialiste totalitaire anti Poutine et un traitre !
                              C’est pour ça qu’il dit autant de conneries......


                            • Jelena Jelena 31 mars 09:32

                              >> Nous aurons des éléments de réponse vers 2050.

                              Bien avant cela... En Serbie, d’ici la fin de l’année, 30.000 salles de classes seront numériques. Les élèves se rendront toujours dans un établissement mais feront face à un ordinateur... Par la suite, on peut imaginer que ce sera l’ordinateur chez soi.


                              • Jean de Beauce Vers Saint-Gétorix 31 mars 15:09

                                @Jelena
                                Ce sera l’avenir. D’ailleurs il devient de plus en plus difficile de recruter des enseignants, car les diplômés ne sont pas attirés par ces métiers et on comprend pourquoi. Donc autant oser le numérique.


                              • Albert123 31 mars 11:07

                                « Le monde de demain sera numérique, qu’on le veuille ou pas. »


                                il n’y aura pas de monde de demain, la civilisation humaine disparaitra avec ce qu’on ose appelé IA et qui n’est que la décision assisté par ordinateur sur la base de bases de données statistiques et de modélisations erronées pondus par des humains pas très fufutes et surtout enfermés dans des délires idéologiques.

                                le même modèle erroné qui coule tout l’occident confiné pour un virus qui épargne 99,7 % de la population.

                                On vient juste de vivre un exemple concret qui explique le paradoxe de l’équation de Drake.

                                l’humanité va mourir car elle préfère sa calculette stupide à son cerveau brillant qu’elle rechigne à utiliser.


                                • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mars 14:13

                                  Il faut surtout comprendre que les syndicats d’enseignants veulent une rallonge de vacances je crois


                                  • Jean de Beauce Vers Saint-Gétorix 31 mars 15:10

                                    @Olivier Perriet
                                    Plutôt des congés même sans solde que la morgue. De plus en médiocres les commentaires des trolls de service d’AG....


                                  • xana 31 mars 15:16

                                    @Vers Saint-Gétorix

                                    Etes-vous vraiment terrorisé par le Covid ou bien faites-vous semblant ?


                                  • Albert123 31 mars 15:18

                                    @Vers Saint-Gétorix

                                    « Plutôt des congés même sans solde que la morgue »

                                    on vous prend au mot, si c’était le cas vous ne voudriez même pas en entendre parler de ce putain de confinement pour fragiles parasites irresponsables


                                  • Jean de Beauce Vers Saint-Gétorix 31 mars 18:29

                                    @Albert123
                                    Consultez la vidéo : les profs qui parlent sont en droit de retrait, donc non payés. Et oui, je resterai chez moi plutôt que risquer de contaminer mes proches.


                                  • Albert123 1er avril 17:37

                                    @Vers Saint-Gétorix

                                    on en reparle dans 6 mois, juste le temps pour vous d’appréhender un minimum le réel.


                                  • Sylv1 31 mars 16:08

                                    Ils n’ont même pas eu cette idée brillante lorsqu’il y a eu la grippe espagnole. S’il faut, on aurait déjà du faire l’école à la maison depuis la peste et le choléra.

                                    Sinon pour compléter la liste des sujets à traiter :

                                    — Pour éviter le réchauffement climatique à cause du CO² , arrêtons de respirer.

                                    Il y a trop de monde sur terre, tuons les pauvres et les faibles

                                    Ah mince, ce dernier est déjà dans la roadmap.

                                    Sinon j’allais ajouter dans le même ordre d’idée :

                                    Pour retrouver la vie d’avant, utilisons un certificat de vaccination numérique qui prouve que vous êtes vacciné (mais on s’en fout bien de savoir si le vaccin fonctionne, l’idée c’est qu’on soit sûr qu’on vous ait bien injecté la merde).

                                    C’est fou comme on est devenu plus intelligent au 21è siècle.


                                    • xana 31 mars 18:48

                                      @Sylv1
                                      Oui, vous avez raison.
                                      A un article aussi stupide on ne peut répondre que des conneries.

                                      Quand je pense qu’on a confié des centaines d’enfants à ce collabo...


                                    • babelouest babelouest 31 mars 19:09

                                      Qu’on nous trouve vite un Jules Ses Arts..... je me demande comment cet article a pu être validé....


                                      • pipiou2 1er avril 20:32

                                        Le numérique est outil parmi d’autres, il ne remplace pas l’enseignement.

                                        Je n’ai encore rien trouvé de mieux qu’une feuille et un crayon pour faire réfléchir.

                                        Il y a 30 ans un outil numérique génial a révolutionné notre scolarité : la calculatrice.

                                        Mais maintenant beaucoup d’élèves prennent la calculatrice pour faire 1 divisé par 100 .............

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité