• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ma première journée au sein de l’Armée du Salut

Ma première journée au sein de l’Armée du Salut

Quand je me suis fait inscrire à l’Armée du Salut, pour faire du bénévolat, je pensais que je connaissais tout en ce qui concerne les SDF, et à ma grande surprise, je me suis trompé sur toute la ligne.

J’ai proposé mon aide à l’Armée du Salut pour faire du bénévolat, car il est fréquent de recevoir du courrier de quantité d’associations qui vous demandent de faire un don. Quand j’ai ouvert l’enveloppe de l’Armée du Salut, et que j’ai lu le prospectus, j’ai vu une BD qui avait pour titre : Tout a commencé par un café. Je me suis dit : une BD, qui raconte l’histoire d’un SDF, c’est du déjà vu, je vais m’ennuyer à la lire ; mais par curiosité j’ai commandé la BD, et à mon grand étonnement j’ai appris quantité de choses, et de plus cela se lit facilement. A la fin de la BD, il y a un numéro de téléphone pour tous ceux qui souhaitent devenir bénévoles de cette association.

Quelques jours plus tard, j’ai téléphoné à cette association, et on a pris rendez-vous avec la personne qui s’occupe du service "bénévolat" au sein de l’association. Je ne sais pas combien de temps a duré notre conversation, par contre j’ai rempli quelques feuilles où étaient inscrites les différentes activités susceptibles de m’intéresser, et je devais en choisir deux, en étant sûr que j’étais capable de remplir la fonction décrite, par exemple : "Vous demandez à être bénévole pour vous occuper d’un atelier de peinture avec des personnes démunies, alors que vous peignez très mal." Il faut savoir que l’Armée du Salut demande aux bénévoles de signer et de dater la Charte du bénévolat. Cette charte est un contrat qui explique ce que l’Armée du Salut est prête à vous donner, par exemple : accueillir et considérer le bénévole comme un collaborateur à part entière. Autre exemple : le bénévole s’engage à accepter les principes de la Fondation Armée du Salut, et à se conformer à ses objectifs. Je pense que beaucoup d’associations devraient penser à écrire une charte du bénévolat, qui est en quelque sorte un contrat de travail non rénuméré entre l’association et le bénévole, pour faire comprendre aux personnes qui veulent faire du bénévolat que s’investir pour une association, cela demande du temps, et qu’on essaie de donner le meilleur de soi-même ; même s’il y a des jours où on n’a pas la tête à cela...

La première journée A la soupe de nuit au sein de l’Armée, qui se trouve à une minute de la Gare de l’Est, et on commence généralement à 19h : je suis arrivé en avance, et la première chose que j’ai vue, c’est un square avec quantité de cartons. J’ai eu, à ce moment-là, l’envie de me dire : est-ce que je rêve, ou je suis dans la réalité ? Malheureusement, j’étais dans la réalité, et j’ai senti une réaction de honte m’envahir. On donne à tous ceux qui font la queue devant nous de la soupe, du café, du thé, un sac qui peut contenir une salade, de la compote de pommes... Quand je suis en face d’eux, je suis surpris qu’on me dise merci, surpris de les voir revenir pour demander encore de la soupe, certains d’entre eux sont gênés de venir nous voir pour qu’on leur donne à manger ; alors qu’avoir à vivre cette situation, cela peut arriver à chacun d’entre nous, du jour au lendemain. Les bénévoles avec qui j’ai travaillé ce jour-là étaient tous des habitués, donc je leur ai demandé quelques conseils, et en partie grâce à eux, tout s’est très bien passé. Je suis rentré chez moi en me disant que quand on donne de l’argent pour une association, quelle qu’elle soit, et qu’on voit que l’argent que l’on donne n’est pas gaspillé inutilement, on peut dormir sur ses deux oreilles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • bioman666 (---.---.238.19) 29 mai 2006 10:15

    « je me suis tromper sur toute la ligne. »

    et dans cette phrase aussi...


    • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 11:02

      « alors que de vivre cette situation cela peut arriver à chacun d’entre-nous du jour au lendemain. »

      Il ne faut pas exagérer tous de même ! Ca c’est un slogan publicitaire typique.

      « Je suis rentré chez moi en me disant que quand on donne de l’argent pour une association quelque qu’il soitet qu’on voit que l’argent que l’on donne n’est pas gaspillé inutilement, on peut dormir sur ses deux oreilles. »

      Sans doute il faudrait que la réduction d’impôts soient plus substanciel. Il parait qu’elles sont de 50% au USA. Ce qui veut dire concretement que l’Etat paye la moitier de votre dont, ce qui est une belle forme de démocratie direct qu’on devrait encourager.


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 29 mai 2006 11:16

        « Sans doute il faudrait que la réduction d’impôts soient plus substanciel. Il parait qu’elles sont de 50% au USA. Ce qui veut dire concrètement que l’Etat paye la moitier de votre dont, ce qui est une belle forme de démocratie direct qu’on devrait encourager. »
        - C’est une belle connerie en réalité. En quoi le fait de donner aux organisations caritatives devrait nous permettre de payer moins d’impôts ? Offrir de la nourriture aux plus démunis ou des médicaments pour les pays du tiers monde c’est bien, mais en quoi cela nous dispenserait-il de financer les routes, les écoles, les hôpitaux... de notre pays ? Ca a un côté mesquin en plus. Je te donne X euros, mais en réalité cela ne me coûte que X/2 euros et le reste c’est l’état qui paie. Il faut être généreux, oui, mais pas à moitié !

        Quand on peut donner, il faut avoir la décence de refuser les réductions d’impôt.


      • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 12:32

        « -C’est une belle connerie en réalité. En quoi le fait de donner aux organisations caritatives devrait nous permettre de payer moins d’impôts ? Offrir de la nourriture aux plus démunis ou des médicaments pour les pays du tiers monde c’est bien, mais en quoi cela nous dispenserait-il de financer les routes, les écoles, les hôpitaux... de notre pays ? Ca a un côté mesquin en plus. Je te donne X euros, mais en réalité cela ne me coûte que X/2 euros et le reste c’est l’état qui paie. Il faut être généreux, oui, mais pas à moitié ! »

        C’est de la démocratie direct : c’est toi qui choisi à qui, pour quoi, dans quel condition, selon tes critéres, l’action de l’Etat doit en parti s’exercer. Ca limite donc dramatiquement les risque de fraude, de coruption, de magouillage entre Etat et ONG ( Les ONG sont financé à 90% par l’Etat, elles sont donc sous la coupe du gouvernement). Aux USA, ca marche trés bien.

        Par ailleur les ressources ne sont pas illimités. Si l’on finance ca, on ne finance pas cela ni ceci. Le citoyen est ainsi éduqué et responsabilisé, au lieu de brailler qu’il exige je ne sais quelle dépense dont il fait reporter le cout sur ses concitoyens qui n’ont rien demandé.

        « Quand on peut donner, il faut avoir la décence de refuser les réductions d’impôt. »

        Personne ne t’oblige à faire valoir tes droits. De toute façon, il n’y a pas d’acte désintéréssé, le plaisir est la seule loi de l’homme : si ton plaisir est de te faire souffrir pour atteindre une sorte de purification moral, je n’y vois pas d’inconvenient.


      • Marcel Patoulatchi (---.---.103.59) 29 mai 2006 22:06

        Ce n’est pas de la démocratie, ce n’est plus de la démocratie. C’est l’anarchie. Tu fais ce que tu veux, ce qui t’intéresse, indépendemment de l’intérêt commun dont tu ne peux assurement t’ériger en juge.

        Il n’y a pas d’acte désintéressé ? Pour ceux qui ne savent pas ce que veux dire générosité, sans doute - pour les asociaux.


      • Zamenhof (---.---.127.106) 7 juin 2006 20:10

        Organisé comme ça par l’Etat qui en fait s’appuie là dessus pour NE PAS JOUER SON ROLE (le Contrat Social ? vous avez appris ça ?), ce n’est ni de la démocratie, ni de l’anarchie, c’est de la Dame-Patronesse-erie. C’est comme les « fêtes de charité » de 1900 (on y retourne, c’est un signe des temps... vive le progrès !) que stigmatisait Jehan Rictus dans ses poèmes (vous ne connaissez pas ? c’est un des plus grands poètes français, on peut le lire sur internet, dans le site « florilège ;free.fr »)


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 29 mai 2006 12:49

        "C’est de la démocratie direct : c’est toi qui choisi à qui, pour quoi, dans quel condition, selon tes critéres, l’action de l’Etat doit en parti s’exercer. Ca limite donc dramatiquement les risque de fraude, de coruption, de magouillage entre Etat et ONG ( Les ONG sont financé à 90% par l’Etat, elles sont donc sous la coupe du gouvernement).
        - Ne seriez-vous pas anarchiste ? chacun fait ce qu’il veut ave son argent, n’est-ce pas la morale finale de votre logique.

        « Aux USA, ca marche trés bien. »
        - C’est vrai que la charité marche très bien aux USA avec 17-25% de pauvres contre 6-13% en France.

        « si ton plaisir est de te faire souffrir pour atteindre une sorte de purification moral, je n’y vois pas d’inconvenient. »
        - Je donne une partie de ce qui m’est superflu pas voilà tout. Et je n’en souffre absolument pas.

        Il ne faut pas confondre l’impot et la charité.


        • dtrosset (---.---.254.153) 29 mai 2006 23:53

          Non, c’est ca la vraie democratie. Quand je choisis de donner 60 EUR a une association, je force l’Etat a donner aussi 40 EUR a cette meme association. C’est moi qui decide qui l’Etat finance. Si c’est pas de la democratie directe ca !

          C’est vrai que dans les faits, je donne directement les 100 EUR et l’Etat m’en rembourse 40. Mais cette vue n’est que de la comptabilite. Au final j’ai fait un don de 60 et j’ai force l’Etat a donner 40 selon mon propore choix.


        • NORMAND (---.---.221.104) 30 mai 2006 02:11

          L’état ne donne rien. Il ne fait que gérer et redistribuer notre propre argent à l’intérieur d’une structure démocratique. Quand un milliardaire créée une fondation charitable, il ne fait que court-circuiter un processus démocratique. Décider au lieu d’une instance qui,jusqu’à present fait concenssus. Je ne vois pas en quoi l’état devrait encourager ceux qui sapent son autorité qu’il tient d’un vote démocratique. S’ils décident d’aider telle oeuvre humanitaire ou telle autre, qu’ils le fassent avec leur propre argent:après impots. Sinon, qu’ils se fassent élire !


          • Fazer (---.---.128.14) 3 juin 2006 12:59

            « Quand un milliardaire créée une fondation charitable, il ne fait que court-circuiter un processus démocratique. »

             ?????

            « Décider au lieu d’une instance qui,jusqu’à present fait concensus. »

            En quoi le fait de faire directement un don à quelqu’un est-il antidémocratique ?

            On aura tout vu !


            • Liliane (---.---.59.14) 3 juin 2006 13:02

              Les militants socialistes feraient bien d’aller faire un stage à l’Armée du Salut, cela leur mettrait le nez dans la réalité.


              • Danisnoop (---.---.159.178) 3 juin 2006 13:07

                Et les militants de l’UMP feraient bien d’aller vivre non pas un mois ou deux mais depuis la naissance jusqu’à l’adolescence dans les banlieues à karshérizer...

                On peut tourner longtemps en rond comme ça ^^

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès