• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron et les « élites », politique de la prostitution

Macron et les « élites », politique de la prostitution

Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron interprétait les revendications des Gilets Jaunes comme une demande d’amour. Puisqu’il leur prend de l’argent, il croit qu’il lui faut leur donner un faux-semblant d’amour en retour.

La logique capitaliste crée la prostitution : tout se vend, tout s’achète, y compris l’amour, y compris les âmes. Alain Minc avait dit de lui, en toute sympathie, que, banquier d’affaires, il excellait dans son « métier de pute ». Peut-être, mais Macron devrait comprendre que les Français dégoûtés de sa politique n’ont aucun désir d’acheter son amour. Que la seule idée de son amour leur est même plutôt répugnante : qui a envie d’être « aimé » de quelqu’un qui le plume pour engraisser ses souteneurs ?

Emmanuel Macron, s’étant peut-être aperçu qu’il prenait un râteau avec le peuple, continue à jouer les séducteurs, cette fois auprès de maires choisis par des préfets. Espérant sans doute quelque transfert freudien via les élus des communes. Tout en continuant à assener au peuple son mépris de classe et en le faisant violenter, tabasser, mutiler, tuer, semaine après semaine, il prétend, en toute perversion narcissique, vouloir débattre avec ceux qui tombent sous les coups de sa police comme sous les coups de sa politique, pour la bonne cause et pour leur bien.

Mais rien à faire, les gens ne veulent pas de son amour, ils veulent que justice soit faite. Que le fruit de leur travail ne soit pas confisqué par l’État pour les privilégiés et les riches qu’il soutient et qui le soutiennent, que cesse l’en-même-temps obscène de la destruction de tous les services publics et de l’augmentation des taxes. Au début, les gens ordinaires, comme moi, sont patients avec les abuseurs ; ils se disent que ça va leur passer ; au fond, ils ont même pitié, comprenant qu’ils sont cinglés, avec leur délire de toute-puissance ; puis ils se rendent compte qu’il n’y a pas moyen de les faire changer de comportement, qu’au contraire leurs abus s’amplifient. Et qu’il ne sera possible de se débarrasser du mal qu’ils font et répandent qu’en se débarrassant de sa cause, qu’ils incarnent.

Les gens ne veulent pas acheter du faux amour (le vrai ne peut s’acheter), ils veulent que soit respectée la démocratie. Que celui qu’ils ont élu pour servir la République ne se prenne ni pour un dieu ni pour un roi ni pour un empereur – de façon d’autant plus dérisoire que, face à l’irruption du réel, quand ses concitoyens exigent des réponses, il s’avère incapable de réagir autrement que de façon apeurée, en se cachant derrière des blindés et des forces de l’ordre en quantité démesurée.

Emmanuel Macron n’assume rien. En difficulté, il déconne, comme il le dit élégamment - des pauvres, bien sûr. En fait, il déconne depuis le début, depuis bien avant son élection, comme le rappelle notamment ces jours-ci le signalement au parquet pour soupçons de corruption dans l’affaire (de trahison) Alstom. Il déclare vouloir rassembler le peuple alors que c’est lui qui est divisé, entre désir de s’affirmer et habitude de se vendre (ou d’acheter autrui, ce qui revient au même), entre volonté de domination et érotomanie masochiste (haï ou méprisé, il se sent aimé, bourreau du peuple il se sent bouc émissaire). Ceux qui ne nous ont donné d’autre choix que d’élire Emmanuel Macron, ceux de sa caste, ont apporté avec lui la peste dans le pays. Même si Macron partait, comme Œdipe dans la pièce de Sophocle, il resterait à la cité la tâche de réparer des dégâts moraux et structurels immenses. Bien au-delà de la personne de Macron et de son existence, ce qui est en jeu est une sortie de la prostitution généralisée des « élites » – fausses élites en réalité, médiocratie instaurée par les alliances iniques du vieux monde en fin de vie. Quel que soit le moment où cela viendra, il faudra beaucoup de courage et d’intelligence pour reconstruire une autre, une tout autre société.


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • math math 22 janvier 08:10

    Emmanuel Macron un personnage sans âme..le vide absolu..le néant... !


    • Le421 Le421 22 janvier 19:09

      @math
      Même sa vie privée est basée sur un malentendu...


    • François Pignon François Pignon 22 janvier 08:39

      Macron a tout simplement les réflexes des dames patronnesses, les réflexes d’une idéologie reçue par lui dans l’éducation que lui ont inculquée les jésuites !

      Un autre aspect de cette éducation quasi séminariste est une prpention à dire la messe et à précher la « bonne parole ».

      Or, les maires, même les plus petits, sont des pièces essentielles du puzzle électoraliste fondé sur le clientélisme et un découpage qui a permis aux partis dominants d’instaurer un bipartisme d’alternance bonnet blanc/blanc bonnet.

      Un débat entre maires et gouvernement n’est pas un échange entre citoyens et dirigeants, mais une grand-messe dite par le primat des Gaules devant les curés des paroisses. 

      Il ne faut pas oublier que les départements ont été calqués sur les diocèses, circonscriptions administratives du Vatican héritées de l’empire romain. Les méthodes des curés ont fait leurs preuves et n’ont jamais été totalement éradiquées. Déjà, le concordat de Napoléon avait rétabli ce que la révolution avait éloigné momentanément, mais depuis, la loi de 1905 n’a fait que séparer les pouvoirs de la république et du clergé, elle n’a pas aboli cette engeance.


      • baldis30 23 janvier 09:59

        @François Pignon

        bonjour,
         j’apprécie totalement votre intervention en particulier la première phrase ! je rajouterai toutefois une suite... la volonté de paraître franciscain au nom de la Nature .... ce en quoi il n’est guère différent du chef de l’Etat du Vatican.. et de bien d’autres caciques d’autres religions ou sectes occidentales.
        Que ne ferait-on au nom de Dieu et éventuellement de Saint-François d’Assise .. !

         Une petite précision historique : lorsque vous écrivez que le découpage des préfectures a été calqué sur les diocèses : c’est plutôt le découpage en sous-préfectures qui a été très intimément calqué sur celui des évêchés ; n’oublions pas que ce découpage reçu l’approbation de Louis XVI, sans objection majeure. Le regroupement en préfectures tenait beaucoup plus dans la volonté de ne pas dépasser la journée de trajet pour aller au chef-lieu.


      • Arogavox 22 janvier 09:36

        Qui sème le vent récolte la tempête. Les petits Français se sont laissés biberonner aux injonctions à « se vendre » !  Et chaque fois que ces « grenouilles qui demandent un roi » se rendent compte qu’elles n’ont fait qu’acheter  « une grue,
        Qui les croque, qui les tue
         », ils se lamentent d’avoir été « trahis » par ce qu’ils ne veulent voir que comme une erreur de casting supplémentaire. Pfff !

         Nos innocents qui croient ne plus croire, en se gaussant d’une infaillibilité pontificale, persistent pourtant à vouloir se persuader que par la seule grâce d’un scrutin, leurs zélés zélus sont soudainement dotés d’une capacité à avoir des idées éclairées sur tout (alors qu’ils ont surtout des idées !) et sont mandatés pour leur prodiguer de la pédagogie.

         Alors la grue les croque, qui les tue, les gobe à son plaisir ;

         Et grenouilles de se plaindre.




        • Ruut Ruut 22 janvier 11:00

          Ce qu’il manque dans notre Nation c’est l’étique et la bienveillance, surtout aux postes a responsabilité.

          Mais a force de prôner, faites ce que je dit mais pas ce que je fait, l’étique et la bienveillance ont disparues.

          Triste constat en 2019.


          • baldis30 23 janvier 10:00

            @Ruut

            bonjour, 
             l’étique en toc .... !


          • À rebours 22 janvier 11:05

            Tout est effectivement prostitutionnel dans le monde libéral.

            https://www.lexpress.mu/article/berlusconi-sugg%C3%A8re-%C3%A0-une-pauvre-d%C3%A9pouser-un-riche

            Ces comportements sont encouragés dans toutes les émissions.

            Pour s’en tenir aux élites, il est amusant de les voir sempiternellement « tapiner » auprès des rentiers internationaux parasites pour leur réclamer du fric.

            De Gaulle avait confiance en la France et organisait la production, des pôles d’excellence en faisant financer les infrastructures par la Banque de France.

            Obligés (par les traités) de faire appel aux marchés (rentiers parasites) pour financer le pays, les élites doivent tapiner.

            https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Choose-France-Emmanuel-Macron-a-seduit-les-investisseurs-etrangers-a-Versailles-1444334

            « Séduire »...

            Les mots ont un sens. Et ils en sont fiers. Nous avons séduit. Séduisons. Tu viens chéri...


            • Christian Labrune Christian Labrune 22 janvier 11:24

              Emmanuel Macron n’assume rien. En difficulté, il déconne, comme il le dit élégamment - des pauvres, bien sûr. En fait, il déconne depuis le début, depuis bien avant son élection,

              ===============================

              à l’auteur ;

              On ne saurait mieux dire ! Et, de fait, je ne vois rien à ajouter, sinon que ce bref article va tout droit à l’essentiel.


              • Le421 Le421 22 janvier 19:13

                @Christian Labrune
                Ah !! Vous trouvez qu’il déconne ??
                Moi, pas.
                Ce type calcule tout. Mal, mais il calcule tout...
                Et si on était au Japon, il finirait lui aussi en taule. Mais on n’est pas au Japon. Et le plus grand des voleurs, on le mets chef des français.
                Les moutons qui votent pour les loups.
                Mmmmm’béciles !!
                Jamais ces cons mettrons un Maire du village autre que le notable du patelin.
                Forcément. Tout le monde a magouillé avec lui. Même les putes !!

                https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/17/affaire-alstom-ge-la-justice-saisie-par-l-ancien-president-de-la-commission-d-enquete-parlementaire_5410451_3224.html?fbclid=IwAR0vMxX7YkGAXDwhRwoNSGemXCp6uERg3lId-QVppQz0Slk9X3eqPmThU2o


              • Christian Labrune Christian Labrune 23 janvier 14:47

                Ah !! Vous trouvez qu’il déconne ??
                Moi, pas.

                .......................................................
                @Le421
                Si vous pensez que son « calcul » puisse mener à quelque chose, vous vous trompez. Certes, sa « performance » devant les maires aura fait croire à quelques crédules parmi les journalistes qu’il avait enfin trouvé le moyen de redresser la barre, mais les Français dans leur ensemble ne sont quand même pas cons au point de prendre longtemps des vessies pour des lanternes. Les choses vont donc aller de mal en pis, jusqu’à un dépôt de bilan qui paraît désormais inévitable.


              • Odin Odin 22 janvier 12:21

                « Ceux qui ne nous ont donné d’autre choix que d’élire Emmanuel Macron, ceux de sa caste, ont apporté avec lui la peste dans le pays. »

                Choix il y avait. Beaucoup d’électeurs ont « marché » en direction de cette chimère macronienne par peur d’une peste brune illusoire. Le réveil est difficile pour ceux qui comprennent enfin que ce candidat n’est, en réalité, qu’une marionnette fabriquée par la finance apatride pour nous apporter une nouvelle peste, bien réelle celle-ci, pour une totale paupérisation du nouveau « land » que pourrait devenir la France si les français ne se réveillent pas.


                • CRICRI59 CRICRI59 22 janvier 18:48

                  @Odin
                  Sur les élections

                  Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


                • baldis30 23 janvier 10:24

                  @Odin

                  bonjour
                  « peur d’une peste brune  »
                  l’expression comporte la cause du mal .... et plus particulièrement le mal ! Au cours de l’histoire hystérique récente le terme de peste a suscité tous les sentiments de rejet ... En cas de difficulté on invoque et fustige la peste causée par les autres ...

                  On connut la peur de la peste rouge, ainsi tomba-t-on, parlant d’ Europe, dans la peste brune, l’une comme l’autre paraissant très efficaces dans l’éradication de l’intelligence. Puis retour à la case de la peste rouge avec, parait-il, d’infranchissables barrières à la peste brune... hélas nostalgie de la peste et refusant la peste rouge on a cherché une couleur plus attrayante pour faire admettre une nouvelle peste ... et on l’a trouvé ..... la peste verte !
                  Comme toutes les pestes elle a une constante que La Fontaine résuma  :
                  la peste ce sont les autres, la peste ce sont les petits !
                  Hélas la couleur change et l’arc-en-ciel politique pestiféré s’enrichit d’une autre forme de peur : la peste jaune...... qui rode sur les ronds-points !


                • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 12:52

                  Emmanuel Macron interprétait les revendications des Gilets Jaunes comme une demande d’amour

                  C’est de l’amour bien vache car il autorise sa meute de flics et ne dit absolument rien sur le sujet a crever des yeux et a arracher des membres des GJ ....


                  • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 12:53

                    Alain Minc avait dit de lui, en toute sympathie, que, banquier d’affaires, il excellait dans son « métier de pute ».

                    On se demande si son « métier de pute » ne déborde pas du domaine de la finance ...


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 janvier 15:12

                      Macron et les Sorciers de l’Elysée tablent sur « l’usure » du mouvement des Gilets jaunes. Ils pensent qu’il y aura de moins en moins de monde de semaine en semaine...

                      Il faut alors changer de stratégie et attendre le pouvoir là où il n’a aucune chance :

                      A moins de retrouver les anciens Empires et Royaumes, le pouvoir politique d’aujourd’hui ne peut exister sans les bidons des urnes !


                      Alors, il faut REFUSER DE REMPLIR LES BIDONS DES URNES  ! 

                      L’arme absolue du pouvoir étant les journalistes et les médias, il faut lui opposer l’indifférence et le refus de choisir, parce qu’il y a rien à choisir entre les candidats du même régime de la trahison...

                      Un peuple intelligent arrivera à réussir LA PLUS GRANDE RÉVOLUTION PACIFIQUE sans heurts et fracas !


                      • pipiou 22 janvier 16:01

                        Apparemment Madame ne sait pas que la prostitution existait avant même le capitalisme.

                        C’est peut-être pour ça que Madame n’aime pas les putes.

                        Pourtant elle aime le langage ordurier, schizophrénie peut-être.


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 janvier 17:34

                          @pipiou

                          La vraie faute de l’auteure, comme la vôtre ici, c’est d’ignorer que la prostitution n’existe plus.

                          Les exemplaires journalistes de France Inter vous le diront : dans notre monde qui n’arrête pas de progresser, celles et ceux que vous appelez des « putes » sont devenus de très respectables travailleurs sexuels.


                        • VvvZzz 22 janvier 18:24

                          « Pervers » voila le mot est lâché ! Bien évidemment ! Les GJ disent que Macron ne les écoutes pas. Mais bien sur que si il les écoute mais il jouis de leur souffrances. Il s’en repaît ! Ça se vois à l’image : lorsqu’il prononce une petite formule insultante il a le petit sourire en coin. Il prend plaisir à humilier. C’est un pervers... Ne surtout pas lui dire que l’on attend quelque chose de lui ça aggrave la névrose !


                          • Esprit Critique 22 janvier 20:35

                            Macron est une marionnette, un pantin, parachuté a l’Elysée pour y installer un mondialo-capitalisme du fric sale.


                            • troletbuse troletbuse 22 janvier 20:51

                              Sans oublier la prostitution pour les riches PMA et GPA


                              • cilaos 23 janvier 12:15

                                Macron à bon dos..dans ce pays hyper hypocrite

                                Dans un pays qui renie les élites et qui se prosterne devant les élites du « changement climatique » instauré par Ronal Reagan et Margaret Thatcher

                                Dans un pays qui maudit les flics lorsqu’ils tabassent les manifestants et qui applaudit quand il voit les bombes pleuvoir sur les Afghans et autre Syrien

                                Dans un pays qui a la haine de l’argent et qui chouchoute les ouvrier et ingénieurs qui fabriquent des armes

                                Dans un pays qui réclame le RIC et qui se soulève quand les citoyens (ceux d’en bas) vote pour l’ouverture de l’aéroport de notre dame des landes.


                                • ETTORE ETTORE 23 janvier 12:47

                                  Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron interprétait les revendications des Gilets Jaunes comme une demande d’amour

                                  Doit y avoir mésentente sur le style d’amour.

                                  Le côté sado-maso proposé ne semble pas correspondre au souhait des costumes Jaune.

                                  Et puis, lui, il est plutôt du genre « voyeurisme » et se contente de mettre une piecette dans son pip show habituel.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès