• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron etc, cette classe politique qui trahit son peuple en toute (...)

Macron etc, cette classe politique qui trahit son peuple en toute impunité

Il y a quelques mois Macron invitait Poutine en grande pompe à Versailles afin de mettre en scène un semblant de réconciliation entre la France et la Russie.

 

L’ex employé de la banque Rothschild & co fraichement élu Président de la République appelait de ses vœux une meilleure entente entre les peuples russe et français et saluait les initiatives de rapprochement à l’aune de celle mise en scène par la fondation Louis Vuitton (le nom de la marque Louis Vuitton était prononcé sans doute pour remercier pour les costumes de Madame. Ce qui avait posé problème à la « presse française » avec Fillon n’en posait pas avec Madame Macron).

Ce jour là, l’immense imposture consistait à faire croire à un prétendu manque de compréhension entre les peuples russes et français, alors que rien ne sépare ces peuples chrétiens et frères et que la seule animosité entretenue envers la Russie en France émane précisément de l’oligarchie au pouvoir. D’abord du gouvernement de François Hollande, ensuite de celui de M. Macron, plus que jamais inféodés aux « intérêts américains », intérêts qui sont eux mêmes non pas indexés sur les intérêts du peuple américain, mais sur ceux d’une oligarchie militaro financière dont l’agenda est très souvent le même que celui d’Israël.

 

Voir et entendre dans ces conditions une classe politique parler au nom du « peuple français » alors qu’elle ne représente que les intérêts d’une élite et d’un agenda très souvent contraire aux intérêts du peuple français, a quelque chose de profondément dérangeant. Cette trahison est pourtant le paradigme de la politique française depuis des décennies.

 

L’imposture a quelque chose de commun avec le viol. Nos représentants s’expriment au nom de la « France », au nom des « français » et ce faisant émettent des avis et des déclarations qui sont contraires à ce que pense les français, à ce que veulent les français, à ce qu’est l’esprit français.

Soit vous faites partie de ceux qui ne voyez pas cela, et vous êtes dupes. Complices à votre insu. Dans ce cas, le mal est presque indolore. Sauf votre pouvoir d’achat qui diminue, et votre insécurité qui s’accentue bien que vous soyez de plus en plus surveillé… Soit vous percevez l’architecture de leurs mensonges, et vous en souciez, et cela est extrêmement douloureux. Dans ce cas il se peut que vous soyez sur Agora Vox en train de lire cet article dont le propos ne pourrait être tenu dans un média « mainstream ».

 

Lorsque je regarde Macron parler à Versailles en direct à la télévision, avec Vladimir Poutine à ses côtés, je comprends que ce rapprochement cathodique n’est qu’une mise en scène dont le but est de servir l’image du président nouvellement élu afin de le présenter comme un jeune président dynamique rempli de bonnes intentions et désireux de régler les problèmes qui se posent sur la scène internationale.

 

J’ai lu Le Grand Echiquier, ouvrage géopolitique de référence écrit il y a 20 ans par Zbigniew Brzezinsky, conseillé du président américain Jimmy Carter et des administrations américaines successives.

 

Dans cet ouvrage indispensable à la compréhension de la géo politique contemporaine l’auteur explique que les USA doivent impérativement poursuivre leur entreprise consistant à repousser la Russie vers l’est (doctrine du « roll back »), en retirant si possible l’Ukraine, « état pivot » de sa zone d’influence (ce que la Russie ne laissera jamais faire à moins d’être considérablement affaiblie explique l’auteur, puisque cela la priverait presque complètement d’accès à la mer noire). Une idée qui allait devenir la politique étrangère des USA dans la région et se concrétiser récemment avec le coup d’état d’Euromaïdan accueilli très positivement par les USA… et promu en sous main par la CIA. De la géostratégie donc, comme cette « ceinture islamique » que Brzezinsky propose d’appliquer sur le flanc sud de la Russie (doctrine du « containment »), une obsession américaine qui conduira à la guerre d’Afghanistan avec le soutien bien réel de la CIA aux moudjahidines, et son effet boomerang avec les attentats du 11 septembre. Dans ce livre, pleins d’idées qui deviendront réalités, Brzezinski écrit également « qui a la main sur le Moyen-Orient domine le monde »… Son propos permet d’éclairer l’intérêt tout particulier que les américains portent à cette région et les centaines de milliers de femmes et d’enfants qui seront entraînés dans la mort au nom de pseudo guerres de libération menées sous l’étendard de la liberté… l’Irak est-elle plus heureuse après l’opération « Freedom Irak » ? Il faudrait le demander aux familles des 500 000 morts femmes et enfants que l’ « opération » a coûté (https://www.iraqbodycount.org/) ?

 

C’est sur l’autel de cette géostratégie théorisée il y a 20 ans, et sous couvert de lutte pour les Droits de l’Homme que l’on sacrifie les peuples.

 

S’agissant de notre peuple, outre le terrorisme directement importé sur le territoire français du fait de cet agenda géo stratégique, ce sont nos agriculteurs qui meurent dans l’indifférence, et bien d’autres secteurs de notre économie qui s’en trouvent affaiblis, privés d’un partenaire commercial de premier plan, pendant que notre oligarchie qui entretient et promeut ces conflits dans ses journaux, continue de commercer avec la Russie, se trouvant parfois en heureuse situation de monopole (c’est la cas des grandes marques du Luxe qui sont seules à Moscou alors que le quidam lui ne peut plus faire de commerce avec la Russie du fait des sanctions).

 

Amusez-vous à décrypter les journaux français qui chaque jours stigmatisent la « propagande russe », la « propagande chinoise », et voyez si les « occidentaux » ne font pas eux aussi de la « propagande ».

 

Les journaux qui appartiennent aux grands groupes industrialo financiers promeuvent la haine et le dénigrement contre certaines nations pour préparer l’opinion à leur agenda économico militaire. Au titre d’exemple, vous trouverez un tas d’articles à tendance anti chinoise ou anti russe, sur le thème « Xi Jinping Président à vie », ou « Poutine encore au pouvoir » soulignant le caractère totalitaire de la Russie et de la Chine, le manque de « démocratie » qui y règne. Mais lorsque aux USA Bush fils succède à Bush père, aucune critique sur cette passation de pouvoir népotique et consanguine. Lorsque en Allemagne Angela Merkel « trust » le pouvoir pendant 25 ans, on vante le talent politique exceptionnel de la chancelière. Lorsque madame Clinton aspire à succéder à son mari à la présidence ? Tous les journaux se félicitent de l’accession éventuelle d’une femme à la présidence des Etats-Unis. Mais quelle serait la réaction de la presse « occidentale » si madame Poutine succédait à Monsieur Poutine ? Je vous laisse deviner…

 

Si vous souhaitez mesurer le niveau de propagande de la presse occidentale. Tapez sur google quotidiennement « Chine », « Russie », « Poutine », « Macron » et « Israël » et cochez l’onglet « actualité ». Au travers des titres des articles qui s’affichent sur votre écran, et de leur tonalité - positive ou négative-, vous verrez le « parti pris » flagrant de la « presse occidentale », ses intentions. La main invisible du pouvoir devient soudain visible. Mais en réalité l’élite du pouvoir est beaucoup plus cynique que vous ne l’imaginez. Ils n’ont pas besoin de se dissimuler. Brzezinsky a publié le Grand Echiquier dans lequel il faisait état de ce que devrait être la politique américaine dans les prochaines années. Dans son ouvrage, les états européens sont appelés « états vassaux », le Japon « protectorat ». Brzezinsky ne se souciait pas en faisant usage de ces mots de l’effet vexatoire que cela pourrait produire auprès des chancelleries concernées. Il ne craignait pas que son gouvernement l’accuse de haute trahison ou d’imprudence pour avoir éventé les plans d’une Amérique impérialiste. Il faisait partie d’une élite, certaine de sa force, et sûr qu’elle pouvait énoncer tout haut la politique qu’elle entendait accomplir, car la masse ne comprendrait jamais ses desseins ou s’en désintéresserait suffisamment pour que le pouvoir n’ai pas à s’en inquiéter. Quant à ceux qui s’intéresseraient, comprendraient, dénonceraient, on les taxerait de « conspirationnistes », adeptes des « théories du complot ». Ils seraient à peine un bruit de fond, une critique utile au pouvoir pour servir de repoussoir et montrer que la liberté d’expression existe bien au sein des « démocraties » occidentales.

 

En France, c’est aux organes de presse du service public français qu’il convient de prêter une attention particulière. Ceux-ci étant spécialement mis à contribution par l’oligarchie souterraine qui nous gouverne, et noyautés par elle, puisqu’au travers de ces médias dit « publics », c’est la voix du peuple qui est censé se faire entendre. L’esprit critique dont nous sommes pourvus en est d’autant plus désarmé.

 

Qui pourrait douter des intentions de RFI, de France 5, et de France Télévision, pour ne citer que ces trois médias ?

 

Pourtant, leurs « informations », ne sont en rien de « l’information » qu’il conviendrait d’avaler comme de l’eau de source. Ce sont des « médias » comme les autres (mot qui en latin signifie « moyen ») utilisés comme des vecteurs afin d’orienter notre pensée dans le sens désiré. Pour cela ils misent sur la répétition. Ce qui n’est pas encore une vérité aujourd’hui le deviendra demain, ou après demain, à force de répétitions. Ils fabriquent votre « mentalité ». Anti russes, anti chinois, anti musulmans etc.

 

Les journaux Le Monde propriété de Xaviel Niel et de Matthieu Pigasse, « Les échos » (Servan Schreiber) sont d’autres supports que vous pourrez aisément pendre en « flagrant délit » quotidien de dénigrement anti russe, anti chinois, anti musulman. S’ajoute à ce concert de propagande, Le Figaro (propriété du fabricant et marchand d’armes Serge Dassault), Le Journal du Dimanche (propriété du fabricant et marchand d’arme Lagardère), Libération (Patrick Drahi).

Cette presse « française » mainstream qui se qualifie elle même d’ « occidentale » par abus de confiance, n’est en réalité détenue que par une dizaine de personnes privées aussi éloignées du soucis du bien commun du français moyens que nos gouvernants. Elle est néanmoins subventionnée par vos impôts.

 

Quels sont les intérêts de groupes comme Dassault et Lagardère, qui possèdent Le Figaro, Le journal du dimanche et Paris Match ?

 

On peut raisonnablement supposer que plus il y a de conflits sur la planète -ou de menace de conflits-, plus ils vendent d’armes n’est-ce pas ?

 

Plus ils vendent d’armes, plus il y a de conflits, plus il y a de conflits, plus ils vendent de journaux…

 

Pensez-vous réellement qu’il n’y a pas un conflit d’intérêt dans le fait que des fabricants d’armes fabriquent aussi de l’information qui fabriquent… des conflits ?

 

A votre avis, ces fabricants et marchands d’armes tirent-ils davantage de profits de la paix dans le monde et de la compréhension mutuelle entre les peuples ou de l’hostilité entre les nations et la course aux armements ?

 

Aujourd’hui avec internet, nous avons la possibilité de ne plus subir l’information comme nos parents qui allumaient la télévision à 20h et prenaient pour vrai tout ce qui y était dit. Nous pouvons aller chercher le renseignement, comme le ferait un journaliste d’investigation, ou un enquêteur de police. Recouper nos sources. Reconstituer le puzzle de ce qui peut ressembler à une photographie de la « vérité ». Cette recherche du « vrai » est le premier geste démocratique. Car c’est finalement de notre compréhension de l’actualité et des enjeux politiques que tout dépend, dans une démocratie. Sans recherche du vrai il ne peut y avoir de Justice, et sans Justice il ne peut y avoir de paix durable.

 

Les hommes politiques sont élus par une minorité d’entre nous du fait de l’abstention massive qui est la sanction de leur trahison.

 

Ils bénéficient néanmoins de la crédulité des jeunes, nouveaux venus sur le marché du vote, chair à canon électorale, et n’en demeurent pas moins « élus », investis du pouvoir que nous leur donnons par le biais de la farce démocratique – je dis farce parce que dès lors que le peuple électeur n’est pas correctement informé il ne peut pas voter de manière éclairée et donc libre.

 

George Orwell, décrit dans 1984 un monde totalitaire moderne ressemblant étrangement au monde dans lequel nous vivons - un monde fait de quelques entités territoriales et géo politiques constamment en guerre, dans lequel des bombes explosent pour terroriser les populations et maintenir le peuple sous tension, sans que l’on sache vraiment « qui » pose ces bombes ; un monde dans lequel on promeut la haine de l’étranger, ou chacun est surveillé par des caméras implantées partout (le fameux Big Brother) ; où chacun doit adhérer à la pensée unique sous peine d’être identifié comme un ennemi de l’intérieur et exécuté non sans avoir auparavant renié ses opinions…

 

George Orwell, disait s’agissant du vote « un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traitres, n’est pas victime, il est complice ».

Cette phrase fait réfléchir. Quelle est notre part de responsabilité dans les prises de positions de nos gouvernements ?

Bernard Martin


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • leypanou 21 mars 08:25

    Rien sur l’auteur, aucun commentaire ?


    • bob14 bob14 21 mars 09:20

      bof..mettre un macron au pouvoir, faut être con non ?


      • Gorg Gorg 21 mars 09:29

        @Beber

        Excellent article, merci...

         Eh oui, nous subissons une forme de dictature molle.
         Hélas, les veaux ne sont pas près de se réveiller... Pour cela il faudrait qu’ils s’arrachent à la sempiternelle perfusion idéologique (gesticulation ?) des médias qui les manipulent... et qu’ils commencent à raisonner par eux-mêmes...
         Mais ce qui sert de cerveau aux moutons est définitivement capté par les jeux du cirque (football...etc...), les peoples et leurs jouets (smartphones). Réfléchir, c’est trop leur demander...


        • JL JL 21 mars 09:42

          Au sujet de l’imposture :
           
          On croit que la plus grande ruse du diable c’est de nous faire croire qu’il n’existe pas.

          Erreur ! Il ruinerait son fond de commerce !
           
          Non, la plus grande ruse du diable c’est de nous faire croire que le diable c’est l’autre : l’homme vertueux choisi avec prudence ses amis ; le diable sélectionne soigneusement avec prudence aussi, ses adversaires.


          • arthes arthes 22 mars 08:43

            @JL

            Oui, nous faire croire qu’ il nous faut le déceler ailleurs qu’ en nous même (le diable)...Et que « L enfer, c est les autres ».

            Le Malin est un gros malin.

            Sinon, je m interpelle sur cette mantra : « La démocratie est la tyrannie du peuple »
            La démocratie n est jamais qu’ une forme de gouvernance qui convient à un moment et pour une durée .

            Aujourd hui , et c est ainsi que je trouve la mantra juste, cette tyrannie ne s exerce t elle pas sur le peuple lui même ? Par la volonté du peuple.
            Autrement dit le peuple est devenu son propre tyran qui récolte ses fruits pourris .

            La democratie : c est aux fruits que l on connaît l arbre.


          • JL JL 22 mars 09:09

            @arthes
             
             je vous répondrai par cette citation : « Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables. » (Raoul Vaneigem)
             
             Si je comprends bien, ce que vous dites c’est que le peuple est peut-être un peu coupable quand même ?
             
             Oui, le Malin n’est qu’un gros malin en effet, mais sa malignité est redoutable. Comme tous les imbéciles, et même un peu plus.


          • Le421 Le421 22 mars 09:25

            @arthes
            Même si je suis d’accord avec vos assertions, jusqu’à nouvel ordre, on n’a pas trouvé « moins pire » que la démocratie.
            Dans la mesure où elle n’est pas dévoyée par ceux chargés des responsabilités.
            C’est toujours le même principe. Je t’accorde ça, mais qu’est-ce que tu me donnes en échange ?

            L’épisode Sarkozy sur le yacht à Bolloré pour récupérer de sa rude campagne était l’un des plus beaux symboles du système...
            Mais il y en a une foultitude, j’en conviens.
            C’est pour cela que dans toute affaire bizarre, avec des accusés tout désignés, je cherche toujours à qui profite le crime... Parfois, au deuxième degré.


          • arthes arthes 22 mars 10:16

            @JL

            je ne pense pas que cette citation aille dans le sens de mes propos, elle est digne de Machiavel en tous les cas, il faut justement ouvrir les yeux et ne pas entrer dans ce piège que je trouve grossier pour « l’esprit du temps »..


            Donc, Je ne dirai pas coupable, je ne fonctionne pas sur le ressort de la culpabilité, mais comme endormi sur lui même, dans un confort illusoire de liberté , avec comme garant de ce confort un vieux système de gouvernance qui est devenu obsolète et antisocial, car il ne doit sa survie (le système démocratique) que gràce aux clivages,et aux divisions sur lesquels il se fonde, par le truchement des partis politiques qui ne servent plus qu’à cristalliser les mécontentements, et à gérer pour les contenir les révoltes.

            Le clivage et la division ne vont pas vraiment dans le sens de la fraternité, du social,, en plus d alimenter un conflit permanent avec les autres. Les nouvelles grèves, par exemple vont occasionner des préjudices pour de nombreux usagers qui n’ont rien demandé, et c’est sur ce levier que comptent les syndicats (le mécontentement des usagers, la merde que ça va fiche) pour obtenir un aménagement de la réforme annoncée, aménagement déja prévu).
            Mouvement Social d’un coté, des conséquences antisociales de l’autre.

            Maintenir les français dans la gauloiserie, c’est aussi un bon procédé de gouvernance pour « Le Prince ».

            Durant ce temps, « on » nous impose la limitation à 80 km/h, cette stupidité, alors que la majorité des français sont contre, toutes classes sociales confondues cette fois ci..

            @Le 421
            Cela répond un peu à ton intervention, maintenant, la démocratie telle qu’elle est n’existera plus , un jour, je n’ai pas la solution à moi toute seule, mais c’est justement le peuple qui l’a, en germe.

            Pour tout cela, ça me fait un peu marrer lorsqu’on critique la forme de gouvernance de la Russie, en voulant y calquer notre système de clivages et de divisions, c’est vraiment ne pas voir plus loin que le bout de son nez.

            Redéfinir ce qu’est la liberté, pour soi même déja..

          • arthes arthes 22 mars 10:21

            @Le421

            Sarkoooooo
            Le pauvre !!!
            Il pleure....A cause de toutes ses affaires, que c’est même pas vrai, il a perdu les élections en 2012, et les méchants le harcèlent smiley

            Quelle ligne de défense extraordinaire !
            Parce que ces conseillers en com lui ont dit qu’il fallait jouer sur la fibre sentimentale des français, sans doute, sur l’affectif.

            J’te fouetterais tout ça moi, il chouinnerait pour de bon !

          • JL JL 22 mars 10:28

            @arthes
             
             
             Digne de Machiavel, ma citation de Vaneigem ?
             
             Je ne l’avais pas vue dans ce sens là, celui d’un conseil donné à un prince, mais celui d’un constat sans illusions.


          • JL JL 22 mars 11:49

            @arthes,
             
             il y a deux manière de lire cette citation de Vaneigem :

             ainsi, « Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle nous persuade que nous sommes coupables. »

             n’est en effet pas égale à : « Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les assujettis qu’ils sont coupables. »


          • arthes arthes 23 mars 09:24

            @JL

            Mais l une et l autre parlent de la même chose.


            Ou comment la réflexion qui mène à un constat peut servir et sert à la domination du prince.

            Dans le fond si ça marche ce n est pas la faute du prince, cela vient de cette propension qu’ à l humain à toujours chercher le diable ailleurs qu’ en lui même pour garder son confort.

            Cela n est pas être coupable mais aveugle et lethargique.
            Ex : tous nos problèmes francais :

             les chômeurs sont des feneants (coupables)
            Les fonctionnaires sont trop payes(coupables)
            Les fumeurs coûtent trop cher à la sécu (coupables)
            Les patrons exploitent les salariés (coupables)
            Les salariés vivent sur le dos des patrons (coupables)
            Poutine (coupable)
            L Europe (coupable)
            La droite (coupable)
            La gauche (coupable)

            Tout le monde montre du doigt tout le monde , chaque pour ne pas être coupable va charger un autre lequel devra faire les efforts nécessaires , non pas comme librement et venant de lui même pour le bien commun, mais parce qu’ il sera puni en quelque sorte, désigne coupable...


            Ce que je dis la est assez schématique mais cette histoire de culpabilité est une manipulation aux conséquences de plus en plus fâcheuses.




          • JL JL 23 mars 09:38

            @arthes
             
             je me suis peut-être mal exprimé ; en réponse à votre remarque jugeant cette citation ’’digne de Machiavel’’, je voulais dire que je vois deux manière de l’instrumentaliser, selon qu’on est d’un coté ou de l’autre du « manche » : machiavéliquement, ou bien préventivement.
             


          • arthes arthes 23 mars 15:30

            @JL

            D’accord...Je n’avions pas compris que vous me disiez entendre aussi Machiavel.
            En effet, tout déprend de l’intention de qui se sert de ce constat, sans illusion certes, et pourtant, pour ma part je tend de toutes mes forces à ne pas m’y résigner..Et à combattre le « diable » en moi .Pas vous ?

          • JL JL 23 mars 16:43

            @arthes
             
            ’’combattre le « diable » en moi’’ ?
             
             Non, je ne vois pas les choses ainsi.
             
            Comme tout a déjà été dit, j’aime les citations ; cette fois ce sera Henri Michaux :
             
            « Toute une vie ne suffit pas pour désapprendre ce que naïf, soumis, tu t’es laissé mettre dans la tête - innocent ! - sans songer aux conséquences. »
             
            Peut-être que Michaux était encore jeune quand il a écrit ça ...


          • arthes arthes 23 mars 17:52

            @JL


            Pas mal comme citation...C’est un pas vers la liberté....Mais pour désapprendre il faut aussi apprendre à se connaitre et identifier ce qui, en nous, est faiblesse et qui nous mène dans l’erreur, dans l’illusion, dans le désespoir et la résignation. et songer aux conséquences de nos actes pas seulement sur les autres, mais aussi sur notre propre destin.
            Il ne suffit pas de sortir des citations, il faut aussi s’impliquer, et je suis étonnée que vous ne songiez pas à lutter vous même contre des tentations telles que l’orgueil, ou toute autre que « le diable » (ce n’est qu’un mot« ) sait parer de vertus avec un bel habillage intello cérébral, c’est comme cela qu’il est invisible..Voyez vous de quel combat interne à chacun je parle ?

            Mais la plupart des gens ne veulent pas voir »qui ils sont« parce que que, lorsque vous plongez seul en vous même, quique ce soit, alors »ça pue", c’est l’odeur nauséabonde qui vous guide, et c’est de la merde que l’on trouve, la culpabilité est la croute qui se forme pour contenir le caca, et bien non, il faut y plonger, jusqu’au trognon, ne pas avoir peur , la merde, c’est à chacun de trouver à la changer en substance belle et noble.
            La merde, il faut être capable de lui pardonner, et si on arrive à trouver en soi cette force et à dépasser son propre dégout de soi, c’est comme lui donner le baiser qui la transmutera en jolie princesse !

          • JL JL 23 mars 18:39

            @arthes
             
             ’’je suis étonnée que vous ne songiez pas à lutter vous même contre des tentations telles que l’orgueil’’
             
             J’ai dit quelque chose comme ça ?


          • arthes arthes 24 mars 08:07

            @JL

            Et bien vous ne l avez pas dit surtout.
             lorsque J évoque plus haut qu il faut combattre le diable en soi , car il n est pas ailleurs qu’ en soi même (ce qui fait qu’ il se trouve aussi chez chaque autre, autant en moi qu’ en vous etc...) vous me dites ne pas voir les choses ainsi et, partez du fait que « tout a ete deja dit » pour conclure avec une citation de Michaux...Citation qui, selon moi, sans un but, qui est la liberté et un travail continue de remises en question , reste une pensée morte .

            Et , Je veux vous dire que non, tout n est pas dit, et si l orgueil, est une conséquence du diable, il nous faut bien le traquer et le debusquer en soi sous ses multiples expressions...

            Donc en quoi vous ne voyez pas les choses ainsi ?
            Vous ne croyez pas au diable peut être ?
            Il est ce que chacun en fait, il faut en avoir conscience, , une profonde conscience de soi.




          • JL JL 24 mars 08:55

            @arthes
             
            je pense qu’il ne suffit pas de dire que l’on combat le diable en soi pour en faire une vérité vraie. C’est pourquoi je ne le dis pas.
             
             J’aime répéter avec François De La Rochefoucauld : « Si nous n’avions point d’orgueil, nous ne nous plaindrions pas de celui des autres. » 
             
            Un trop grand nombre d’échanges sur ce site est le fait de rivalités d’égos. C’est un indice qui ne trompe pas : Plus le rapport entre, d’une part la quantité d’infos ou de sens produits, et d’autre part les attaques ad’hominem proférées est faible, et plus l’orgueil du personnage est grand.
             
            Sur le diable et ce que j’en pense, donnez vous seulement la peine de lire ça.


          • arthes arthes 24 mars 16:04

            @JL
            Il s’agit avant tout d’une vérité pour soi même...Quant à dire qu’elle est universelle, je la vois ainsi mais j’estime que chacun la voit à sa manière, question de sémantique , vous pourriez le dire autrement d’un point de vue tout à fait personnel, sans me lancer des citations, la dernière que vous venez d’afficher ne m’apprend rien, pas davantage que votre lien bardé de références techniques et études sociales qui sont pour moi autant de portes ouvertes, avec des réflexions toutes théoriques, quand moi, je me bats ! Quand moi je le vis en m(impliquant, quand moi j’ose dire ce que je pense et que je livre mes tripes en livrant mes réflexions et mes questionnements !

             
            Rivalités d’égos, mais c’est le propre d’un endroit où chacun est en représentation, ensuite, tout dépend de où on place son orgueil.
            J’en ai et vous en avez...Mais peut être moins que moi, c’est dire si je suis loin d’avoir purifié mon âme. smiley

          • JL JL 24 mars 16:29

            @arthes
             
             vous me dites : ’’... quand moi j’ose dire ce que je pense et que je livre mes tripes en livrant mes réflexions et mes questionnements !’’
             
             Parce que vous ne croyez pas qu’en 35 000 commentaires
            et 12 années de temps je n’ai pas dit ce que je pense ? Que je n’ai pas livré « mes tripes, mes réflexions et mes questionnements » ?
             
            Vous croyez que, par exemple, les bagarres sans fin qu’il m’arrive d’avoir ici c’est une question d’égos ? Non, si ça dure c’est parce que je dis ce que je pense et que je vais au bout de ma pensée et de mes convictions, c’est à ça que me sert l’écriture ; surtout quand j’ai en face de moi un adversaire redoutable.


          • arthes arthes 24 mars 18:08

            @JL

            Mais je ne parle pas de vos bagarres d’experts entre P.V et vous, je parle d’une simple conversation entre humains de vous à moi ici même, à l’instant T où nous évoquons (invoquons ?) le diable en soi.

            Et d’ailleurs, de mon point de vue, puisque vous en parlez, il s’agit bien d’une bataille d’égos entre P.V et vous.

            En définitive c’est bien à vous deux que je devais dédier cela, une redite certes, mais elle vous sied plutôt bien.


          • JL JL 25 mars 09:36

            @arthes
             
            deux choses : pour ce qui est du diable, « à l’instant T », je veux bien en parler mais pas ici.
             
            Concernant mes accrochages récurrents et n’importe où avec PV, il faut savoir que si j’en suis venu là c’est parce qu’il m’a fermé la porte de ses articles et refuse obstinément de venir dans les miens. J’y vois une preuve de duplicité. Vous n’êtes probablement pas la seule à penser qu’il s’agit d’une bataille d’égos. Il s’agit encore moins de « bataille d’experts » : ni l’un ni l’autre d’entre nous n’a le droit de se prétendre expert ; si vous deviez en comprendre une seule chose c’est ça.
             
            Je n’en dirai pas plus ici.

             


          • Fergus Fergus 21 mars 09:55

            Bonjour, Beber

            « Les hommes politiques sont élus par une minorité d’entre nous du fait de l’abstention massive qui est la sanction de leur trahison. »

            S’abstenir, c’est précisément laisser le champ libre à ces gouvernants autoritaires et corrompus qui nous dirigent depuis des décennies.

            L’offre politique est pourtant large à chaque scrutin national, et rien dans les institutions n’interdit au peuple de donner un grand coup de balai en provoquant une alternative réelle.

            Or, il ne le fait pas. Dès lors, en effet, le peuple (votants et abstentionnistes) est complice des agissements de ses gouvernants  !


            • HELIOS HELIOS 21 mars 12:43

              @Fergus
              ... vous avez omis de citer : «  »Nos représentants s’expriment au nom de la « France », au nom des « français »«  », n’est ce pas ???

              parce que la réalité, c’est bien que ceux qui ont voté pour Macron qui dirigent indirectement notre pays. les autres n’existent pas !

              Votants -pour Macron- ou abstentionnistes.sont complices, effectivement et ne doivent pas se plaindre.

            • foufouille foufouille 21 mars 17:34

              @Fergus

              « L’offre politique est pourtant large à chaque scrutin national, et rien dans les institutions n’interdit au peuple de donner un grand coup de balai en provoquant une alternative réelle. »

              pas pour l’instant, c’est ploutocrate ou ploutocrate.


            • Le421 Le421 22 mars 09:32

              @Fergus
              Vous auriez parfaitement raison si le formatage médiatique n’existait pas.
              Or, l’effet « mouton de Panurge » est redoutable. Ajoutons un peu de « syndrome du larbin » et de « trouille de l’inconnu » et le menu est complet.
              On se fait baiser, d’accord, mais on moins, avec celui-là, on sait combien on va prendre de centimètres...
              Raisonnement imparable.
              Encore hier, j’ai entendu que Mélenchon était le candidat le plus riche de la présidentielle.
              Franchement, à ce niveau de débilité, on se demande si la carte d’électeur est bien distribuée.

              Le malheur de la démocratie, c’est que dix cons auront toujours la loi face à deux intelligents.
              Quand Einstein a sorti sa théorie de la relativité, tout le parterre de scientifiques « autorisés » se foutaient de sa gueule.
              Et cet abruti de Doppler a enchaîné et maintenant, on se fait fumer le permis avec les radars !!
               smiley


            • xana 22 mars 16:31

              @foufouille
              Ben tu vois Foufouille, souvent je te rentre dans le lard, mais là pour le coup je suis bien d’accord avec toi.
              On a comme alternative à chaque élection que « Ploutocrate, Ploutocrate(bis), ou Grand-méchant-loup ».
              Voter pour Ploutocrate ? Jamais. Pour Ploutocrate(bis) ? Pas davantage. Pour Grand-méchant-loup ? Ah non !
              Une élection où la grande majorité des citoyens refuse dès le départ TOUS les candidats est une escroquerie. En effet le second tour est celui des magouilles et arrangements, l’art de faire élire un candidat qui n’a réellement pas plus de 20% d’adhésion populaire.
              Dans une démocratie qui ne se moquerait pas des citoyens, un nouveau premier tour devrait être organisé dont les précédents candidats seraient exclus puisqu’ils n’ont pas la validation populaire.
              Cela risquerait de durer longtemps peut-être, mais surtout cela n’est absolument pas dans les intérêts des sponsors de nos candidats. Pour eux une « démocratie » de façade est bien suffisante pour faire croire à leurs sujets que leur choix a de l’importance.


            • LeDinoBleu LeDinoBleu 25 mars 17:14

              @xana
              Personnellement, je proposerais plutôt une élection à autant de tours qu’il y a de candidats : à chaque tour on vire celui qui a le moins de voix, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un – a priori le moins pire...

              Parmi d’autres possibilités, il y a aussi le scrutin à candidats multiples, chaque électeur coche la case correspondante en face du nom de chaque candidat : un pour « tout à fait d’accord », un autre pour « assez d’accord », un troisième pour « neutre », un quatrième pour « pas d’accord » et un dernier pour « pas du tout d’accord » ; les autres sont laissés blancs. Ça ressemble un peu à un sondage et ce n’est peut-être pas plus mal.

              Réinventons la démocratie.


            • Vraidrapo 21 mars 09:57

              A l’instant sur BFM TV (eh oui...) à propos de la mise en examen de Talonnettes (il a 2 autres affaires en cours Bygmalion et puis ?...) :
              « Sarkozy a toujours le soutien des élus de son Parti et de ses militants tant qu’il ne sera pas devant le prétoire, alors seulement les politiques le désavoueront pour récupérer son électorat »

              S’il se trouve ce type de militants parmi les commentateurs d’Agoravox, je comprends qu’on se heurte à des murs quand on disserte de complot, de Syrie, de Poutine, de Chavisme ou que sais-je !
              Pour ma part, je laisse le soin aux plus courageux, je n’insiste jamais !


              • Le421 Le421 22 mars 09:34

                @Vraidrapo
                Il y a effectivement des gens avec qui toute discussion est impossible.
                Ils sont complètement azimutés. Et pas que sur l’UE, qu’on se le dise...  smiley


              • Jelena Jelena 21 mars 10:15

                Il y a une phrase qui me choque dans ce texte >> (...) les peuples russes et français, alors que rien ne sépare ces peuples chrétiens et frères
                 

                Pour que les français puissent être considérés comme « les frères » des russes, il faudrait avant tout qu’ils soient orthodoxes.


                • Fergus Fergus 21 mars 11:38

                  Bonjour, Jelena

                  Au-delà de la religion dominante, les Français sont en outre nettement plus proches de leurs voisins hispaniques, transalpins et germaniques que des Slaves, exception faite de la petite minorité russe de tradition francophile.


                • Jelena Jelena 21 mars 12:45

                  @Fergus : Je suis d’accord avec vous... D’ailleurs j’ai écris « avant tout » en insinuant que ce serait « un début », car quand on survole les relations France-Russie au cours des siècles derniers, ça ne saute pas aux yeux que ces pays sont « des frères chrétiens ».


                • Jelena Jelena 21 mars 13:23

                  @Fergus : Je rectifie, je suis - en partie - d’accord avec vous, car vous faites une comparaison avec « les slaves » et non avec « les russes », ce qui complique la vision des choses.


                • xana 22 mars 17:43

                  @Jelena
                  Je vis dans un pays (la Roumanie) orthodoxe et malheureusement vérolé par l’atlantisme.
                  Pourtant je suis de culture occidentale (française) et catholique.
                  Je peux confirmer une chose, c’est que -sans l’avouer ouvertement- la plupart des catholiques considèrent les orthodoxes comme une secte archaïque qui n’a plus vraiment sa place dans le monde moderne. Un mépris discret donc. En comparaison, ils ont haï longtemps les réformés, mais le succès économique de ces derniers leur a assuré le respect des catholiques.
                  Les orthodoxes sont parfaitement au courant de ce mépris. Eux ne sont pas méprisants envers les catholiques, mais s’en méfient un peu car les catholiques les ont souvent exploités ou massacrés (les Hongrois, les Polonais, les Croates etc) et ils n’ont pas oublié le sac de Constantinople par les Croisés. Par ailleurs les Orthodoxes n’ont pas vraiment été aidés par les Catholiques quand il a fallu défendre la Chrétienté contre les Turcs...
                  Il y a donc un gros passif mutuel entre les ressortissants des deux religions, entre les traditionalistes religieux orthodoxes et les hypocrites prédateurs catholiques.
                  Fergus n’a pas une idée claire de la question parce que comme tous les occidentaux il ne connaît rien de l’orthodoxie à part la barbe des prêtres et les chapelles surchargées de dorures...

                  Jean Xana


                • Jelena Jelena 22 mars 19:17

                  @xana On voit que vous connaissez le sujet, pas grand chose à ajouter... Merci pour votre soutien. smiley


                • Attila Attila 21 mars 11:48

                  @Beber
                  "Pourtant, leurs « informations », ne sont en rien de « l’information » qu’il conviendrait d’avaler comme de l’eau de source. Ce sont des « médias » comme les autres (mot qui en latin signifie « moyen »)"

                  Aujourd’hui, on peut définir le média comme un intermédiaire qui s’interpose entre la source d’information et le citoyen. Internet a court-circuité les médias en permettant aux citoyens un accès direct à la source d’information.
                  D’où la rage des médias contre Internet.

                  .


                  • François Vesin François Vesin 21 mars 12:21

                     « un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, 

                    des voleurs et des traîtres, n’est pas victime, il est complice »

                    Merci infiniment pour votre article dont la citation d’Orwell 
                    résume ce qui a rendu cette situation possible :
                    Le peuple de France est complice des élites qu’il s’est choisies

                    Il s’est laissé séduire et abuser par une caste de prédateurs
                    qui sert des intérêts supérieurs par delà les peuples et les lois.
                    Vous le dites très bien : les français se sont faits violer et,
                    ils sont confinés dans la honte car ils se savent complices
                    et que les prédateurs les narguent sans qu’ils réagissent  !

                    C’est en chacun de nous qu’il est urgent de faire la révolution
                    loin des slogans racoleurs et des recettes éculées.
                    Ce sera à l’échelle de la famille, du quartier, de la Commune
                    que renaîtra la volonté d’être concitoyens en démocratie
                    Les petites rivières font les grands fleuves...


                    • Miville Miville 13 avril 08:26

                      @François Vesin

                      La France c’est effectivement BHL sur le plan philosophique (moderne Voltaire et le Marquis de Sade sur le plan de la philosophie classique), Macron sur le plan politique (il est en tout point semblable à presque tous les chefs d’état de la Troisième République, particulièrement Thiers), et Johnny Hallyday sur le plan musical (Offenbach plus anciennement).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Beber


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès