• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron : garder l’ISF pour attirer les « investisseurs » prédateurs (...)

Macron : garder l’ISF pour attirer les « investisseurs » prédateurs étrangers !

Je viens d’entendre le camarade Martinez, de la CGT, préconiser de confisquer l’usine de boîtes de vitesses Ford de Blanquefort, en Gironde, plutôt que de la faire racheter temporairement par l’État comme l’envisage Lemaire, ministre de l’économie. Martinez estime que tant l’État que les collectivités locales ont suffisamment mis de fric dans cette usine – trois fois ce qu’elle vaut - pour n’avoir pas à donner un sou de plus à ce prédateur étranger (Étasunien en l’occurrence) pour l’acquérir et… la refiler à un Belge ! 850 salariés attendent la décision des autorités judiciaires… Quant à Ford, ils n’en ont rien à foutre de ces manards, ils font pareil en Allemagne d’ailleurs. Ils se replient chez eux, en Trumpland.

On touche là à la réalité prédatrice des « investisseurs étrangers » que Macron veut à toute force attirer chez nous, auxquels il veut brader nos plus beaux fleurons, et pour lesquels il refuse obstinément de remettre l’ISF comme l’exige sans mollir les Gilets jaunes.

Mais pourquoi notre banquier président tient-il tant à favoriser l’arrivée de fonds étrangers (essentiellement des fonds spéculatifs étasuniens, britanniques, et des pétromonarchies du Golfe arabo-persique) ? Ces investissements sont-ils vraiment indispensables ? Peut-on s’y opposer ?

Assommées par la concurrence de pays à faible coût de main-d’œuvre, des entreprises françaises pourtant saines passent chaque jour sous la coupe de consortiums étrangers. C’est la mondialisation : circulation totale des capitaux. Aucun frein à la prédation. C’est la raison du plus fort, du plus friqué, peu importe d’où vient ce fric, même s’il est « sale »… Et la concurrence inter États pour séduire les « investisseurs ».

On peut arguer de la logique stratégique de complémentarité de certaines fusions permettant à nos entreprises de bénéficier de synergie, d’économies d’échelle, d’accès à des savoir-faire, d’ouverture de marchés nouveaux. C’est parfois vrai et c’est sur ces bases que les collectivités territoriales s’appuient pour offrir à ces « investisseurs » des conditions privilégiées. Les régions, les villes se tirent la bourre à qui proposera la meilleure offre à ces « investisseurs ». Et l’État fait de même au niveau diplomatique international pour attirer chez nous le fric des Étasuniens, des Chinois, des Saoudiens, des Qataris. En leur concédant des avantages fiscaux et matériels invraisemblables (voir les conditions accordées par Sarko aux Qataris).

Cette vente à la découpe est-elle positive ? On peut en douter…

Lorsqu’une firme appartient, même partiellement, à des investisseurs étrangers, les dividendes versés vont financer les pensions des retraités nippons ou américains, enrichir des actionnaires originaires du Moyen-Orient ou alimenter des fonds souverains chinois. Or, un actionnaire consomme mais pas en France ! Cette fuite d’argent de notre circuit économique contribue à la croissance des pays destinataires des dividendes au détriment de la France. Et si les dividendes versés ne sont pas consommés mais épargnés, ils contribuent à soutenir l’investissement des entreprises des pays étrangers, souvent en concurrence avec les entreprises françaises. Ceci, combiné aux transferts de savoir-faire, on donne le bâton pour se faire battre !

De plus, les groupes français dont le capital est partiellement détenu par des investisseurs étrangers versent davantage de dividendes à leurs actionnaires que les groupes anglo-saxons. Dans la compétition économique mondiale, nos entreprises disposent donc de capacités d’autofinancement réduites. La générosité des entreprises françaises n’est pas le fruit du hasard : les actionnaires qui réclament cette générosité, les fonds de pension américains par exemple, ont pour objectif naturel d’optimiser leur rendement à deux chiffes pour les retraités du Texas ou de Californie et ils se moquent éperdument de l’investissement et des emplois dans l’Hexagone. Depuis 2009 les entreprises du CAC40 ont en effet reversé 67,4 % de leurs bénéfices sous forme de dividendes. La France est ainsi le pays au monde où les entreprises cotées en Bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires. C’est aussi deux fois plus que dans les années 2000 où les entreprises ne versaient pas plus de 30 % de leurs bénéfices à leurs actionnaires ». Désormais, seuls 27,3 % des bénéfices des sociétés du CAC40 vont au réinvestissement et 5,3 % aux salariés. On est loin du schéma de partage idéal : 33 % pour les actionnaires, 33 % pour l’investissement, 33 % pour les salariés. La source des inégalités insupportables qui déchirent notre pays et dont les gilets jaunes sont une des résultantes, mais aussi la perte de compétitivité de nos entreprise par manque d'investissements sont en partie dans cette dérive du capitalisme qui n’est plus entrepreneurial mais essentiellement financier.

Du côté des salariés, la mondialisation économique a surtout pour effet de détruire peu à peu un siècle d’acquis sociaux. L’entrée dans la vie active par un contrat temporaire devient la norme. Alors que la sécurité professionnelle est un élément central de la qualité de vie, les embauches se font aujourd’hui à plus de 90 % en CDD, en intérim ou en apprentissage. La précarité pour tout le monde, des salaires de misère, de nouvelles contraintes de productivité, de nouvelles méthodes de travail plus contraignantes, des conditions de travail dégradées.

Oui mais, entend-on les « économistes distingués » (pas les atterrés), les entreprises françaises aussi achètent des entreprises étrangères. À part que sur le « grand marché aux entreprises », l’Hexagone est davantage cible que prédateur. Les entreprises étrangères ont acheté en un an pour 145 milliards d’euros d’actifs en France, contre 88 milliards pour les françaises à l’étranger. Il ne s’agit donc pas d’un marché équilibré profitable à tous, comme certains voudraient le faire croire.

Alors, ci-devant président Macron, c’est pour ça, pour attirer le fric des mafias financières qui ruinent la France que tu t’arc-boutes sur la suppression de l’ISF, ce symbole qui fait de toi le « président des riches » ?

 

Sources :

https://www.force-ouvriere.fr/Ford-Blanquefort-un-coup-de-massue-pour-les-salaries

http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/france-vendue-decoupe#. XE7DeYXe4y4

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • MagicBuster 28 janvier 15:48

    Pour quelles raisons les investisseurs étrangers mettent de l’argent en France ?

    S’agit-il d’argent sale, si bien que dans leur pays d’origine les investisseurs ne pourraient pas agir ainsi ?

    Si les investisseurs sont autant protégés, c’est sans doute aussi car nos investisseurs français se gavent sur les marchés étrangers et arrosent les politiques. avec quel argent  ?

    Je sais que l’argent n’a pas d’odeur , mais franchement les marchés financiers puent l’arnaque et le grand banditisme.


    • oncle archibald 28 janvier 17:09

      @MagicBuster ; « Pour quelles raisons les investisseurs étrangers mettent de l’argent en France ? »

      Mais parce que nous avons encore quelques raisons d’être fiers de notre pays, plutôt stable et sûr jusqu’à il y a quelques mois, fiers aussi de la bonne marche de certaines de nos industries, très bien équipées, très performantes, servies par un personnel bien formé ... Et donc qu’il y a encore du fric à faire pour ceux qui investissent en France.

      On sait bien gueuler quand une entreprise étrangère ferme ses activités en France pourquoi ne pourrions nous pas applaudir quand une entreprise étrangère finance une activité en France ? C’est pas du bon boulot pour les Français si l’investisseur est étranger ? Philippe Poutou qui fabrique des boites de vitesses pour Ford il n’est pas Français ? Il ne paie pas ses impôts en France ? Les impôts cotisations et taxes diverses que génère l’activité de Ford ou de NIssan et bien d’autres en France ne sont pas acceptables ?

      Ah mince, j’ai dit une grosse bêtise : l’argent c’est très sale et il faut le mépriser surtout s’il est étranger non ?. Il faut se retrancher derrière notre palissade en rondins et manger des sangliers rôtis avec Asterix après avoir muselé le barde et surtout après avoir vérifié que les sangliers n’arrivent pas de Belgique avec la peste porcine ! En espérant qu’il y aura toujours et encore de la « potion magique » à gogo !


    • JulietFox 29 janvier 12:14

      @MagicBuster
      Les Ricains s’installent avec force « subsidies » pillent le savoir faire, et retournent chez eux comme des voleurs.
      Tous les députés n’ont pas les cojones de Jean Lassale :
      https://www.usinenouvelle.com/article/le-depute-lassalle-en-greve-de-la-faim-pour-eviter-la-delocalisation-de-toyal-europe.N12846


    • lala rhetorique lala rhetorique 29 janvier 09:05

      C’est quoi cet argument « investisseurs étrangers » ? Pourquoi des étrangers au fait ? on peut vraiment se poser la question, vu que quand ils investissent en france, obtiennent des aides pour reprendre une société, la tienne gelée pendant deux ans pour partir ensuite prédater ailleurs, sans rembourser l’aide et en laissant sur le carreau des centaines voire milliers de salariés. Ce ne sont pas des investisseurs étrangers, ce sont des voleurs !


      • lala rhetorique lala rhetorique 29 janvier 09:08

        Cette suppression de l’ISF à peine le cul sur le trône, notre Macrounet national ne l’a fait que pour envoyer un signe clair à la droite et au capitalisme, ce n’est qu’un effet de manche, car les félons ne veulent non seulement pas payer l’ISF mais aucun autre impôt ni taxe non plus ! et ils considèrent que notre argent à nous les pimpins et lambdas, leur appartient, ça va loin comme pensée... et c’est surtout du vol autorisé, et une trahison d’un chef de gouvernement vis à vis de sa population, ça mérite vraiment la guillotine !


        • zygzornifle zygzornifle 29 janvier 11:51

          préconiser de confisquer l’usine de boîtes de vitesses Ford de Blanquefort

          Pour en faire quoi camarade ? Avec les caisses nucléaires il n’y a plus besoin de boite a vitesse ....

          Les ouvriers maintenant sont dans une boite a tristesse ....


          • Panoramix Panoramix 29 janvier 12:13

            Il y a une confusion : la suppression de l’ISF pour les résidents français n’avait pas pour objectif d’attirer les investisseurs étrangers, mais que ces riches résidents français investissent en France. Sauf que déjà l’ISF exemptait les investissements directs en France, donc sa suppression n’a rien changé sur ce point, mais a profité aux investissements boursiers, dont les revenus bénéficient désormais de la flat tax : double cadeau (le second plus injuste encore que le premier, mais moins connu).

            Par contre, c’est la diminution programmée de l’impôt sur les bénéfices des grandes sociétés et la réduction des charges (intégration du CICE) qui sont supposées attirer les investisseurs étrangers.

            Mais il y a un « loup » sous le terme investissement :
            -soit c’est investir pour améliorer les capacités de production (nouvelle usine, modernisation...), alors c’est positif.
            -soit c’est racheter une boite existante -avec souvent des subventions publiques pour la dépouiller et la liquider, alors c’est de la prédation.
            Mais aucun chiffre n’est publié pour faire la part de l’investissement positif par rapport à la prédation.


            • Nowhere Man 29 janvier 15:12

              Certains énergumènes se réjouiraient de la fermeture de Ford parce qu’ils rêvent de se farcir Poutou. 

              Alstom a été bradé à General Electric et les signataires français devraient dans une démocratie saine être poursuivis pour Haute Trahison.

              Un documentaire diffusé il y a quelques mois (en fin de soirée évidemment) démontre preuves à l’appui le mécanisme mafieux mis en place sur plusieurs années par les américains pour parvenir à ce hold up.

              Hollande organisa une dernière réunion pour valider la capitulation. Macron argumenta brillamment pour le camp du déshonneur.

              Il se murmure qu’une des prochaines cibles visées par les gringos serait Airbus...


              • Cadoudal Cadoudal 29 janvier 15:20

                @Nowhere Man
                « Certains énergumènes se réjouiraient de la fermeture de Ford parce qu’ils rêvent de se farcir Poutou. »

                .@PhilippePoutou" En plein conflit Ford allez vous rejoindre les gilets jaunes ? non je suis à une manif àMenton pour défendre les migrants".......@PatrickRogerE @sud

                https://twitter.com/LaCarteLibre/status/1073495043825131520

                Le chèque de tonton Soros ou les prolos indigènes ?



              • Albert123 29 janvier 18:49

                « Je viens d’entendre le camarade Martinez, de la CGT, préconiser de confisquer l’usine de boîtes de vitesses Ford de Blanquefort »


                Martinez le type qui appelait à voter Macron et à rester dans l’UE, 


                soit le mec est con comme un boulon (dans la macronie c’est pas une chose impossible) soit il se fout de la gueule de ses adhérents puissance 40.

                on ne peut vouloir rester dans l’UE et appeler à voter Macron tout en préconisant de confisquer une usine. Question de cohérence et de respect des règles dont on a souhaité soi même la mise en place.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès