• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron, le président qu’il leur fallait

Macron, le président qu’il leur fallait

Avant j'étais optimiste, je me disais qu'on ne pouvait pas tomber plus bas. Depuis je suis devenu pessimiste et je me dis que le pire est toujours à venir. Eh oui, cette élection présidentielle m'accable, m'a accablé du début de la campagne (en fait c'était quand ? en mai 2012 sans doute), jusqu'au résultat de ce 7 mai 2017, encore une date sombre pour la France.

 

Macron président ! Pourquoi pas Fekl, intérimaire à l'Intérieur. Au moins, comme c'est un binational, il parle le Teuton couramment, et c'est un avantage en cette période de soumission, le même que celui qu'on nous avait vendu pour justifier la nomination de l'ex-prof d'allemand au poste de premier ministre, il y a 5 ans. Pourquoi pas Najat, une autre bi-nationale, très certainement en phase avec cette nouvelle croyance en l'inexistence d'une culture française et qui n'aurait sans doute pas rechigné non plus à nous accuser de crime contre l'humanité à Alger. Et puis elle a un passé aussi catastrophique que celui de Macron au sein de ce gouvernement qui fait ses bagages, enfin. Et aussi un beau sourire que Mimi Marchand, conseillère en communication des pipeules et de Macron, aurait su exploiter.

C'est sans doute les appuis des Attali, Minc, Bergé, Drahi et les autres qui ont fait la différence, qui ont fait que ce ne pouvait être que lui. Ils l'ont testé, l'on aidé à grandir, ont façonné ses réseaux, vérifié ou développé son appétence au libéralisme et à l'atlantisme. Le clone de Trudeau sur cette rive droite de l'Atlantique va pouvoir enfin servir, les servir, eux et leurs intérêts qui ne sont pas les nôtres, enfin ceux de beaucoup d'entre nous. C'est une valeur sûre qui ne les laissera pas tomber. En fait s'il s'agit d'analyser ça en termes de rapport de force, lui ne peut pas les laisser tomber, mais eux si. Les moyens qu'ils ont mis à sa disposition pour remporter cette élection, ils peuvent les utiliser contre lui, le jour où ils le décideront, le jour où il les décevra, le jour où ils n'auront plus besoin de lui ou auront trouvé mieux. Car Macron, c'est du consommable, du jetable. Des Macron il y en a un plein réservoir à la sortie de l'ENA par exemple. Il suffit ensuite d'en assurer la formation, d'emplumer la marionnette de chiffons. Et après un adoubement passant par le stage de cooptation des "youngs leaders" et l'imprimatur du groupe Bilderberg, le produit est enfin présentable. Reste à trouver la Mimi Marchand du moment, avant c'était Séguéla, pour le rendre désirable à un peuple avachi par le foot et Koh Lanta. En fait Juppé aurait pu faire l'affaire. Avec lui on aurait vendu la soumission pépère, avec Macron c'est la soumission audacieuse. Parait qu'il veut faire la révolution. Brave petit !

Cela dit, il convient ici de faire une parenthèse, au moins pour souligner la performance, pas de Macron, mais de ceux qui ont aidé à la promotion du produit. Et parmi ceux-ci ces gens brillants qui sont parvenus à priver quelques millions de Français de tout sens critique. Certes on pourrait parler des discours vides du début à la fin comme celui prononcé au Louvre après cette arrivée ridicule dans la nuit censée sans doute nous rappeler la marche de Mitterrand vers et dans le Panthéon, donc de ces discours chargés de tout et de rien, mais surtout de rien ou chacun pouvait aller puiser ce qu'il espérait trouver mais sans jamais vraiment le trouver, de ces discours dont le contenu laisse pourtant pantois celui qui prend la peine de les écouter, de ces discours qui font que je mets au défi quiconque de dire ce que veut faire le nouveau président. Et c'est normal parce que faire est moins son truc que laisser faire. C'est un vrai libéral. Donc oui on pourrait parler des discours, de ces discours ponctués de slogans et de contrevérités du style "les patriotes, c'est nous", cela le ramenant dans cette filiation discursive orwellienne où comme "la guerre c'est la paix", eh bien "la poursuite des abandons de souveraineté et la continuation de la dilution dans l'Europe et le monde libéral, c'est le patriotisme". Mais quand même la plus forte performance des communicants a été, à mon avis, cette capacité à faire avaler à des millions de gogos que l'ancien conseiller pour les choses économiques du candidat à la primaire socialiste Hollande, puis du candidat à la présidentielle Hollande, puis du président Hollande qui finira par le nommer ministre de l'économie, n'a rien à voir, mais alors là rien du tout, avec les désastres qui touchent la France, et incarne le renouveau. Houdini ou Copperfield ont trouvé leurs maitres. Cela dit il n'y a pas meilleur public pour les illusionnistes que ces gens qui veulent être illusionnés.

Mais ce n'est pas fini. Il faut maintenant persuader que le vote de second tour a un autre sens que celui qu'il a réellement, que c'est un vote d'adhésion plutôt que de rejet. Et on aura donc vite fait sans doute d'oublier que plus d'un électeur sur trois ne s'est pas déplacé ou a déposé un bulletin blanc ou nul, le nombre élevé de bulletins blancs ou nuls ayant d'ailleurs un sens important, et que parmi les électeurs de Macron, 57% (sondage ipsos) ont voté avant tout contre Le Pen, ce qui fait que le vote d'adhésion soit à la personnalité de Macron, soit à son programme (!), soit à l'idée de renouveau qu'il représente correspond à moins de 25% du corps électoral. Et il s'agit là d'un second tour ! Ce qu'on tente de nous vendre comme une grande victoire, même si parfois c'est un peu nuancé, la nuance donnant de la crédibilité au mensonge, est en fait une bérézina.

 

Mais après tout qu'importe ! Qu'importe que le président davantage qu'être élu soit finalement le premier d'une compétition truquée au cours de laquelle l'enjeu était d'éliminer Fillon du premier tour pour mieux éliminer Le Pen du second et donc laisser la place à celui choisi ailleurs, dans des antichambres où caviar, champagne (pour le Taittinger s'adresser à Jouyet) et coups tordus font bon voisinage. Bon, je dis Fillon, mais ça aurait pu être n'importe qui d'autre, Sarkozy dont la barque avait déjà été bien chargée à titre préventif ou Juppé avec ses vieilles affaires de financement du RPR ou de facilités de logement accordées à sa famille quand il était premier ministre, l'essentiel étant que le candidat choisi soit au second tour face à Le Pen, ce qui est évidemment un gage de victoire…encore. En fait vive la famille Le Pen, qui garantit la pérennité d'un mouvement entamé depuis déjà pas mal d'années et destiné à nous anéantir en tant que nation, en tant que Français. Enfin je m'entends, il s'agit juste de nous priver de notre identité, pas de nos existences de consommateurs et parfois, sans doute de moins en moins, producteurs, quoique pour les bouches inutiles il faudra sans doute y réfléchir un jour ou l'autre. Mais rassurez-vous, on fera ça bien et surtout ça sera présenté comme un progrès, un truc destiné à garantir la dignité de l'être humain. Que du positif, quoi ! Comme l'Europe qui nous apporte la prospérité ainsi que les traités inégaux qui nous assureront des assiettes pleines de malbouffe, mais pleines quand même, et c'est ce qui importe, l'essentiel étant de vendre le produit. Car la pub, ou la com, c'est bien ça, c'est rendre désirable de la merde, que ce soit de la bouffe, des fringues, des tas de trucs inutiles mais pour lesquels on fera la queue pendant des heures, sinon des jours pour être les premiers à être servis, ou des individus censés nous guider, tandis que leur rôle est davantage de capter l'attention et de servir de boucs-émissaires à nos colères légitimes mais aussi idiotes puisque nous les dirigeons toujours vers les mauvaises personnes. Cela dit rassurez-vous, celles-là, même si elles partent sous les huées ou les quolibets, sont toujours récompensées grassement de leur (in)action et de leur fidélité au système. Et même elles deviennent un jour populaires, ce qui est finalement logique puisque le pire est toujours à venir et qu'elles représentent forcément un état antérieur d'une même situation qui a empiré.

 

C'est peut-être tout ça qu'on appellera pour faire moderne ou post-moderne, ne soyons pas avares de ces expressions dont personne ne saisit le sens et surtout pas ceux qui les utilisent, la post-démocratie, ce qui doit vouloir dire un truc après la démocratie, donc que ce n'est déjà plus la démocratie mais quelque chose sans doute plus en phase avec une époque où on peut se glorifier d'avoir plein d'amis et davantage encore mais juste sur facebook. On peut donc penser à une démocratie virtuelle utilisant quelques repères stables, comme le vote papier à l'urne, tandis que les meilleures techniques de désinformation et de manipulation auront été utilisées pour orienter collectivement le vote ou du moins pour garantir de façon déloyale un certain résultat. Qui aura observé l'utilisation des médias, et même de la justice lors de cette élection m'aura compris. Inutile d'entrer dans le détail, d'autres l'ont déjà fait. Ce n'est pas le cabinet noir au service d'un président dont il s'agit, c'est bien davantage que cela, une collusion devant nos yeux avec ses grands-prêtres, conseillers éternels de tous les présidents, l'intendance constituée de ceux à qui profite en premier le système libéral de plus en plus délivré de ses entraves, ils sont de grands patrons et ont investi dans des médias qui perdent de l'argent, devinez pourquoi, quelques hauts fonctionnaires, grands spécialistes des aller et retour entre haute fonction publique, cabinets ministériels et présidentiel, et grandes entreprises, et pour finir, parce qu'il faut bien donner une apparence démocratique à tout ça des politiques qui ne sont plus là qu'en tant que prête-noms quand, soi-disant, ils ont un pouvoir décisionnaire, ou animateurs de ce grand jeu qu'est la post-démocratie. Et puis il y a nous, le public auquel on voudrait faire croire qu'il est encore acteur de son destin, mais auquel on n'hésite pas à le voler sans retenue et avec la bénédiction de tous ceux cités au-dessus quand il se prend au sérieux, comme en 2005. Un public finalement assez sympa, d'autant plus sympa qu'on l'instruit de moins en moins, qu'on lui ôte tout doucement ses identités nationale (on dénigre), culturelle (on en nie l'existence), même sexuelle (on sème le doute dans les petites têtes), un public qui subit ou qui renonce, qui sait bien qu'il se fait avoir mais qui attribue ça à ses dirigeants politiques qui ne sont plus rien. Alors on lui fait plaisir maintenant, on lui propose de nouvelles têtes qui n'en sont pas vraiment, on lui fait croire, et dans 5 ans puisqu'il faut désormais considérer que le second mandat fait partie du passé, on lui vendra un nouveau produit. Ainsi soit-il !

 

"Il n'y a pas d'alternative !", comme disait l'autre. Ça devient de plus en plus vrai car plus on avance, c'est une image, moins on n'existe, surtout en tant que peuple. Le peuple n'est d'ailleurs plus qu'une illusion, un mot qu'on sort dans les grandes occasions, tandis qu'au quotidien on préfère parler des jeunes des quartiers, des Français de confession musulmane ou juive, des homosexuels et homosexuelles, parité du vocabulaire oblige, etc., etc., chacun pouvant se réclamer de la communauté qui lui plaira du moment que ça lui permet de revendiquer des droits, et même les plus improbables, parce que pas vraiment prévus par la nature dont on pourra dénoncer à juste titre la tyrannie, bien qu'en même temps on nous demandera de la protéger. Tout ça ça occupe bien les esprits, on fait tout pour entre un match de foot et une émission de téléréalité, et ça empêche sinon de comprendre l'essentiel de savoir qu'il n'est pas là où on nous invite à le voir ou que le misérable Somalien qui vient de débarquer à Lampedusa et sera demain en train de franchir les Alpes et la délocalisation de Whirpool Amiens appartiennent à une problématique commune.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Etbendidon 9 mai 10:04

    EXCELLENT tout est (presque) dit !
     smiley
    Le MARKETING est devenu une SCIENCE
    Mais il se peut qu’il y ait un grain de sable dans la machine ?
    L’élu est un enfant gâté et les vrais psy vous le diront après l’avoir observé : un pervers narcissique à tendances psychopathes !
    ça craint
     smiley
    Vous l’auteur par contre vous avez des progrès à faire en marketing
    Texte trop long - pas assez d’images : poids des mots et choc des photos
    vous auriez du mettre en gras plusieurs mots pour rendre la lecture plus fluide avec des sous titres et des soulignements !
    Bref demandez conseil à l’entourage de MALCRON
     smiley


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 9 mai 10:10

      @Etbendidon

      salut..un vrai sujet sérieux se passe de tout cela, il sera lu ou pas, il aura une forme austère pour l’homme moderne télévisuel certes..peu importe, il ne s’agit pas de vendre du fromage....si le lecteur cherche du superficiel il y a une foule de tout pour cela...

       smiley


    • Sigismond Sigismond 9 mai 12:10

      @Etbendidon
      Je suis assez d’accord avec vous sur la description que vous faites de Macron. C’est évidemment un narcissique, et son arrivée au Louvre en est une illustration. Quant à certaines de ses réactions à chaud sur certains plateaux de télévision ou de radio, quand son interlocuteur ne lui servait pas la soupe dans un moment d’inattention sans doute semblent confirmer votre second diagnostique.


      C’est vrai aussi que je néglige,parce que je n’y attache en fait que peu ou pas d’importance, la présentation de mes articles. Je comprends que ça puisse rebuter certains lecteurs potentiels.

    • Hans 10 mai 04:05

      @Sigismond

      Arrêtez de traiter l’Homme pressé de dangereux malade par ce qu’il rendre dans un tableau de diagnositic qui en comporte quelques uns. 


      S’il a été éduqué et socialisé correctement, les réaction habituellement émotionnelle, instinctives, sont justes transposés en règles sociales, légales, intellectuelles.

      Je suis sur que le président simule les facultés qui lui manque comme tout le monde. Je suis bien placé pour le savoir puis ce que je simule l’identification faciale dont je suis dépourvu.

      En grandissant ca devient automatique, maintenant je n’y pense plus que quant je reconnais quelqu’un a la voix alors que j’aurais du avoir le temps de l’identifier au visage avant.

      Les hommes en général sont disposé a la manipulation sociale. Que les autistes le fasse un peu moins et les sociopathe un peu plus rend l’humanité plus polyvalente et nourrit l’évolution.

      ++



    • troletbuse troletbuse 10 mai 16:56

      @Etbendidon
      Macron+abs+blancs+ nuls =21+12+3+1= 37 millions d’inscrits ont voté pour le PPS, ca fait 78% des inscrits. Et tous ces idiots ont accepté de donner encore plus de pouvoir à quelques 2 ou 3 millions de profiteurs, de banquiers, de fainéants, de pédés, de satanistes.
      Et il aura probablement sa majorité. Ce sera dur pour les jeunes cons qui espèrent devenir millionnaires, pour ceux qui bossent, pour les vieux trouillards.
      Allez champagne mais plus pour longtemps.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mai 18:27

      @Hans
      Les hommes en général sont disposé a la manipulation sociale.

      Justement pas ! Si les humains n’avaient aucun sens critique, on leur aurait présenté le programme que Macron va réellement appliquer, et ils l’auraient accepté ! C’est justement parce qu’ils ont du sens critique que les décideurs sont obligés de faire de la propagande pour les endormir.


      Macron a été d’une discrétion de violette sur son programme. Les médias ont vanté « sa jeunesse », « le renouveau », « Pensez Printemps », « progressisme », terme qui ne veut rien dire, mais pas les principales lignes de son programme !

      Ceux qui ont voté Macron vont se réveiller avec la gueule de bois, y compris les professions libérales et les CSP + , qui vont être ubérisées.

      Sans parler des 9 millions de retraités qui vont voir la CSG augmenter, et pas qu’un peu !!


    • Hans15 10 mai 21:01

      @Fifi Brind_acier

      Mais ca n’est en aucun cas une réponse a ce que j’ai dit :/

      ++

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 mai 21:28

      @Etbendidon


       Je crois qu’il y aura un ’backlash’ inoui et que FI sera le premier parti aux Legislatives.

      PJCA

    • Lugsama Lugsama 12 mai 09:07

      @troletbuse

      Ah une petite merde homophobe, et agoravox ne fait rien ?

      Entout cas bien content de vous voir rager et pleurer, c’est bon.


    • Carte Senior Carte Senior 9 juillet 10:25

      @Etbendidon
      Ayant pratiqué Sigismond en d’autres contrées virtuelles, je vous rejoins sur la longueur de ses textes... C’est d’autant plus frustrant, lorsque l’on veut lui répondre, qu’il faudrait carrément imprimer ses notes de façon à visuellement disposer de l’ensemble. Ce qui est, de ma part, l’aveu qu’en même temps les notes de Sigismond sont généralement très riches de connotations, de références, voire de renvois (retours dans le texte ou, au contraire, annonces de futurs paragraphes). 


      @Sigismond
      Avec mes salutations et bien que souvent en désaccord avec vous (ou plutôt... l’inverse !), ce que j’écris ci-dessus est la reconnaissance de la qualité de vos interventions... smiley


    • Italo VERNAZZA 3 octobre 18:07

      @Sigismond Bonjour Monsieur, J’ai relu votre texte à tête reposée (et avec intérêt 90% des réactions en réponse). Je vous suis sur presque tous les points. Il est évident – ce fut déjà le cas au moins pour ses deux prédécesseurs, mais c’était plus subtil – que votre président a été vendu à des cons-sommateurs comme un vulgaire produit de lessive et qu’il n’a pas plus d’importance que Donald, le canard blanc de chez Sam (qui n’a jamais été notre oncle). Et ce fut en effet un discret coup d’État – sans effusion de sang – préparé depuis des décennies par des gens patients qui savent placer leurs pions. Le jeu se joue bien au-dessus de nos bonimenteurs présidentiels. La nécessité de mouvements « extrémistes »(1) en tant qu’épouvantails est évidente aussi… depuis qu’un petit malin(2) a eu le génie d’imaginer le slogan très ?vendeur ? du « vote utile ». C’est un amusant paradoxe. Mais deux points – de détail – subsistent sur lesquels je ne puis vous suivre : Premièrement, ça n’est pas très élégant d’affubler les Allemands du sobriquet de « teutons ». Surtout si vous pensez comme moi que tous les peuples européens ne seront pas de trop pour s’affranchir de cette farce que constitue l’UE. En outre je ne crois pas que les Allemands aient jamais eu l’idée d’un sobriquet pour les Français. Secondement, n’oubliez pas que l’allemagne (avec un petit a pour ce pays-croupion d’après le 8 mai 1945) n’est pas indépendante et n’est pas libre de ses choix politiques ou économiques. Elle est toujours au ?bénéfice ? d’une capitulation militaire sans conditions. En effet, la solution de continuité entre le dernier gouvernement légal (président : Karl Dönitz) de son troisième empire et ce régime sans constitution régi par une loi faîtière à elle imposée par les étranges ?liberators ? de 1945 fait que la RFA n’a en réalité aucune légitimité ; ce qui exclut toute signature de paix.(3) L’ex ?Stasi-Merkel ? devenue cette étrange chancelière allemande – dont les deux rides verticales qui encadrent l’orifice bucal ne sont pas sans évoquer une poupée de ventriloque – est en fait aux ordres de Sam et de ceux qui le cornaquent pour servir la “globalization ?. Le piège mondialisateur est bien ficelé. Au demeurant, pour les stratèges états-uniens, la libération de l’Europe était, en juin 1944, officiellement étiquetée “the invasion of Europe ?… Je vous suggère de jeter un coup d’œil à : https://www.nytimes.com/2014/06/07/world/europe/how-the-times-covered-d-day-in-the-paper-of-june-6-1944.html. Des lapsus de cette taille réitérés à l’envi au moment d’OVERLORD sont significatifs. D’autre part pour ce qui est de la forme de votre texte et à la différence d’« Etbendidon » je suis de ceux qui préfèrent le noir-sur-blanc à cette nouvelle ?tendance ? « images, couleurs et icones variées » qui réduisent d’autant les capacités à la concentration et à l’abstraction d’un lectorat. Au demeurant ce lectorat va s’amenuisant par les efforts soutenus des zélotes et des zélites de cette ?gouvernance ? dont j’aimerais bien savoir QUI nous l’a imposée et par quels subterfuges – car je ne me souviens pas que quiconque ait jamais été appelé à voter ou non pour elle. Je pense donc que ce serait une erreur que de partir dans les enluminures. En matière d’idées, le fond doit primer sur la forme. Enfin votre pseudonyme m’intrigue. Je vous invite donc à un voyage dans le temps : les noms de « Garnier » ; « Lafosse » ; « Marmouget » ; « Plagnard » et « Saint-Martin »… et peut-être « Bastard » vous évoquent-ils quelque chose ? Bien cordialement. IV 1 Pour sidérer les braves gens, on a même été jusqu’à expérimenter – un temps – le néologisme « droite extrême ». Mais il a fait long-feu. Alors, depuis quelques temps, on tente le coup avec « populisme ». 2 Sans doute au cours d’une de ces traditionnelles réunions de fin de semaine. 3 Je ne suis d’ailleurs pas sûr que ce soit ce que les vainqueurs souhaitent


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 9 mai 10:07

      Salut..merci de ce réquisitoire

      il est dit : « Il n’y a pas d’alternative ! », comme disait l’autre. Ça devient de plus en plus vrai car plus on avance, c’est une image, moins on n’existe, surtout en tant que peuple.

      il n’y a pas de peuples en fait..il y a des sommes d’individus tous isolés par la société hiérarchique financière donc par l’argent et par la compétition qui élimine, par ses opinons, par ses différences et est conflit et violence...tous totalement désunis donc n’ayant plus rien à partager...

      voila le cœur du problème au niveau superficiel...

      les gagnants en ce moment sont en train de définitivement supprimer la compétition pour eux mème car eux en ont compris les effets dévastateurs.....dès le début...il y a genre 3000 ans..

      ils sont a mon avis définitivement beaucoup moins con sur ce sujet..

      hélas

      respect et robustesse...


      • Sigismond Sigismond 9 mai 12:23

        @Hecetuye howahkan
        Vos propos sur le peuple et les individus sont au cœur du problème de nos sociétés. La notion de peuple a elle-même varié avec l’histoire passant d’une sujétion (au monarque) de fait à une sujétion supposée volontaire à un principe supérieur qu’on appela nation. Il n’y a as de peuple sans nation et réciproquement. C’est donc l"évolution de ces deux principes, peuple et nation vers ceux d’individus et communautés, d’une part, et, comment dire, ensemble d’intérêts communs (du moins présenté comme tel - l’UE par exemple) qu’il faut considérer.

        J’y reviendrai sans doute plus tard quand j’aurai davantage de temps pour vous répondre.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mai 18:31

        @Sigismond
        Bonjour,
        Merci pour cet article ! Justement, un article sur les définitions du peuple au fil du temps...,par Charles Gave. Vous en pensez quoi ?


      • rhea 1481971 9 mai 10:21

        Il faut maintenir l’illusion que tout va bien, qu’il n’y a pas de problèmes insurmontables, ne pas parler du nucléaire qui nous coûte de plus en plus cher, ne pas parler de la surpopulation mondiale principale cause des pollutions, de la vie à crédit qu’il faut compenser par une augmentation de la
        production d’énergie et donc polluer plus notre avenir. Jusqu’au jour ou plus rien ne va, quand ? On ne sait pas, tant que règne l’illusion ça peut aller, mais gare à un vol de papillon qui sèmera le chaos.


        • Sigismond Sigismond 9 mai 16:40

          @rhea 1481971
          Le principe de la campagne « moderne » c’est effectivement ne parler de rien et surtout pas de ce qui importe. D’ailleurs Macron au moins sur ce point fut honnête qui, quand on lui demandait son programme répondait en gros que le programme c’était lui. Et ce n’est pas faux finalement.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mai 19:01

          @Sigismond
          Tous les candidats , sauf Asselineau, se sont bien gardés d’expliquer qu’il n’y avait, en fait, qu’1 seul programme, la feuille de route pour la France de la Commission européenne ! TINA !


          La haute finance a considéré que les vieux Partis politiques avaient fait leur temps, qu’ils n’étaient plus capables de mettre en place les réformes nécessaires, ni de faire face au mécontentement qui monte...
          On n’est jamais si bien servi que par soi-même !

          Macron a donc été propulsé par toute une série de Fondations et de Think tanks néo cons et euro-atlantistes pour jouer le rôle de marionnette dont ils avaient besoin.

          L’Express, une des grenouilles météo de l’ Empire, peu suspect de complotisme, confirme que Macron est lié à Institut Montaigne.

        • BA 9 mai 12:22

          Déjà, dès le soir du 1er tour, les banquiers ne se tenaient plus de joie.

          Dès le soir du 1er tour, pour fêter la victoire d’Emmanuel Macron, trois banquiers de la banque Rothschild étaient au premier rang.

          Lisez cet article du Canard Enchaîné :

          Macron et ses groupies de la banque Rothschild.

          Dimanche 23 avril, deux associés gérants de la banque d’affaires Rothschild, avec lesquels Emmanuel Macron a travaillé durant près de quatre ans (de septembre 2008 à mai 2012), se pressent au premier rang du QG du Parc des expositions, porte de Versailles, pour filmer avec leurs téléphones portables l’arrivée du vainqueur du premier tour.

          Accompagné de Laurent Baril, star des fusions-acquisitions de la banque d’affaires, Olivier Pécoux, co-président du comité exécutif du groupe Rothschild & Co, est un brin gêné d’être repéré par une journaliste du Canard Enchaîné.

          « Je suis ici incognito », insiste le bras droit de David de Rothschild, alors qu’il fait partie des récidivistes. Le 13 juillet 2016, Olivier Pécoux avait déjà assisté au premier meeting parisien d’Emmanuel Macron.

          Ce 23 avril, Baril et Pécoux retrouvent un ancien camarade de la maison Rothschild : Lionel Zinsou, ex-conseiller de Laurent Fabius à Matignon et ex-premier Ministre du Bénin.

          Les trois banquiers s’émerveillent à l’idée que Macron, qu’ils ont connu « bébé », puisse l’emporter. Il serait le second Rothschild, après Georges Pompidou, à gravir sous la Ve République les marches de l’Elysée.

          L’Histoire – et les vraies gens – en marche …

          Source : Le Canard Enchaîné, mercredi 26 avril, page 2.

          Rappel :

          Jean Lemierre, le patron de la banque BNP Paribas, était pour Macron.

          Frédéric Oudéa, le patron de la banque Société Générale, était pour Macron.

          François Pérol, le patron de la banque Banque Populaire - Caisse d’Epargne, était pour Macron.

          Dominique Lefebvre, le patron de la banque Crédit Agricole, était pour Macron.

          Bernard Arnault, le patron de LVMH, était pour Macron.

          Jean-Paul Agon, le patron de L’Oréal, était pour Macron.

          Martin Bouygues, le patron de Bouygues, était pour Macron.

          Serge Dassault, le patron de Dassault, était pour Macron.

          Arnaud Lagardère, le patron de Lagardère, était pour Macron.

          Tous les banquiers, tous les grands patrons du CAC 40 était pour Macron.

          En plus de tous ces collabos, la grande patronne de l’Union Européenne Angela Merkel était pour Macron.

          La chancelière allemande Angela Merkel a indiqué dans un entretien à des journaux allemands qu’elle souhaitait l’élection du candidat centriste Emmanuel Macron en France, qui serait un « président fort ».

          http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/28/97001-20170428FILWWW00322-merkel-confiante-que-macron-sera-un-president-fort-s-il-est-elu.php


          • Sigismond Sigismond 9 mai 16:49

            @BA
            Toit ça est très juste. Et ce n’est même pas une surprise. Déjà quand il était ministre c’était le grand pote à Gattaz. Enfin ceux qui auraient découvert ça seulement maintenant après avoir voté pour lui et s’en plaindraient ne seraient pas très sérieux.

            Quant à l’Allemagne il y est allé deux fois en tant que candidat, ce qui n’est quand même pas banal. Et c’est sûr que mémé Merkel doit trépigner de joie de voir que la France lui restera soumise, peut-être encore davantage d’ailleurs. Il faut évidemment prendre l’expression « président fort » dans le sens orwellien (1984) et donc considérer que ce sera l’inverse. D’ailleurs qui pourrait penser qu’un chef d’Etat puisse se réjouir que le pays voisin avec lequel il existe un rapport de force se dote d’un résident fort.

          • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 9 mai 18:01

            @Sigismond

            Re...

            pour moi l’Allemagne est en train de finir les objectifs de la 2eme guerre mondiale qui lui étaient fixé par son vrai maître ..elle est en train de gagner cette guerre finalement...et haut la main..

            pour le moment..


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mai 19:20

            @Sigismond
            Il n’empêche que le Macaron vient d’enregistrer son 1er échec !
            Merkel, sur les euro bonds a répondu NEIN !

            La même réponse qu’elle avait faite à Hollande !
            « Pas d’euro bonds tant que je vivrai ! »
             
            ** Les euro bonds, c’est la mutualisation des dettes publiques. Cela coûterait 80 milliards par an à l’ Allemagne ...« Circulez, ya rien à voir ! »


            C’est une pierre de plus dans le jardin « des réformistes européens » ! Il apparaît de plus en plus que chaque pays a des intérêts différents, et ne compte pas y renoncer pour faire plaisir à la France !

            Au Luxembourg, la finance et les paradis fiscaux, c’est 42% de leur PIB, les Français peuvent toujours attendre qu’ils y renoncent pour les beaux yeux de la France !

            Les travailleurs déplacés, 11 pays de l’ Est sont pour, pourquoi y renonceraient -ils, alors que ça les arrange ??

            On touche là les limites de la construction européenne. Chaque Président français jure qu’il va changer l’ Europe, mais les autres s’en balancent, ils défendent leurs intérêts : « cause toujours, ça m’intéresse » !
            Vous avez dit que l’ Europe, c’était la solidarité ? Rêve !

          • Hans15 10 mai 21:05

            @Hecetuye howahkan


            Pour Ein Volk et Ein Reich, j’avoue.



          • JL JL 9 mai 12:25

            ’’Qu’importe que le président davantage qu’être élu soit finalement le premier d’une compétition truquée au cours de laquelle l’enjeu était d’éliminer Fillon du premier tour pour mieux éliminer Le Pen du second’

             
            Macron nous a été présenté comme la révolution de l’extrême centre. Il fallait éliminer la droite et la gauche, ce que votre analyse biaisée omet de dire. Vous faites comme les médias : vous occultez la gauche et Mélenchon dont à aucun moment vous ne parlez.
             
            Il fallait donc lui opposer une autre extrême : l’extrême droite, qui ne demandait pas mieux que de passer par pertes et profits les millions de voix de gauche. 
             
            Dédiaboliser Marine Le Pen avant le premier tour et la re-diaboliser dans l’entre deux tour, a été fait avec maestria. C’était si facile.

            • Sigismond Sigismond 9 mai 17:03

              @JL
              Je n’ai pas omis de parler de Melenchon. Je l’ai juste écarté de la réflexion alors que je pensais initialement l’y faire enter. C’est un choix que j’ai fait pour ne pas être amené à développer davantage les péripéties de la campagne qui n’étaient pas le sujet à proprement parler.

              Mais j’aurais effectivement pu et peut-être dû en parler parce que dans ce processus destiné à faire élire Macron, il a été possiblement le grain de sable qui aurait pu faire gripper la machine. Hamon positionné pour l’affaiblir n’a effectivement pas bien joué le rôle qui lui été assigné (même si par ailleurs il n’était pas volontaire pour jouer ce rôle) d’affaiblir le potentiel électoral de Mélenchon. La forte remontée de ce dernier en fin de campagne de premier tour a effectivement été un problème, du moins perçu comme tel, suffisamment important pour que Hollande sorte du bois et fasse ouvertement campagne contre lui.
              Mais pour ce qui est de la gauche, en général, donc en excluant les socialistes ayant viré leur cuti pour le social-libéralsme (social étant juste pour la forme) et qui se sentent désormais macrono-compatibles, d’emblée elle était considérée hors circuit. Mais c’est vrai qu’elle fut sous-estimée.

            • Dom66 Dom66 9 mai 17:12

              @JL

              Bonjour JL,

              Vous m’avez enlevé le commentaire, donc avec votre permission je le signe et vous plussss.

              J’ajoute pour l’auteur : Bon article qui explique bien que…...Pauvre france…..

              et : ??? vous parlez aussi des médias avec sa haute culture genre Hanouna….

              Attali et le CRIF on gagnés..

              pour moi la suite est : RESISTANCE avec LI




            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 mai 19:51

              @JL

              Bonsoir,

              Le coup d’Etat qui nous a mis Macron ne s’est pas embarrassé de préliminaires, il a tout bonnement fait monter la pression depuis un an et demi, l’époque où l’on a commencé à susurrer la bouche en cul de poule, le nom de Macron, jeune, innovant, bref, des pétarades médiatiques, pour ensuite faire exploser la machine médiatique pour Macron, tout pour Macron, encore Macron et encore plus Macron aujourd’hui, demain, après demain où les médias ne parlent plus que de lui. Ils sont con-tents !

              Mais le peuple lui, comme à Whirlpool n’explose pas de joie mais explose d’inquiétude et de tristesse. Par contre, j’aime beaucoup Mélenchon, mais j’attends qu’il sorte de sa réserve.... de Sioux !


            • JL JL 9 mai 19:59

              @Nicole Cheverney
              bonsoir,

               
              demeurer sur sa réserve actuellement, c’est une ruse de Sioux.
               
               smiley

            • JL JL 9 mai 20:06

              @Dom66
               

              bonsoir, 
              pas de pb, permission accordée, bien sûr !
               
               smiley

            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 9 mai 20:13

              @JL

              Bonsoir,

              Une ruse de Sioux du dernier des Mohicans !

               smiley


            • phan 9 mai 21:47

              @bouffon(s) du roi
              Ce n’est pas Bruce Lee, c’est plutôt Li Keqiang ; ce n’est qu’un fapsus insoumis révélateur !


            • François Vesin François Vesin 9 mai 22:03

              @JL
              Pour que l’on puisse parler de Mélenchon,

              il aurait suffit qu’il n’arriva pas 4ème du 1er tour !!!

              Pour qu’il n’arrive pas en si piètre position
              il aurait suffit qu’il soit le fédérateur de la gauche !!!

              Pour qu’il soit l’homme d’un programme commun
              il aurait suffit qu’il ne soit ni narcissique, ni borné !!!

              Mélenchon et Le Pen sont les complices du hold-up démocratique :
              ce sont deux feignants qui avaient 5 ans pour se préparer et
              qui se sont abîmés dans leurs miroirs à choisir leurs gardes-robes !


            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 9 mai 23:42

              @phan

              Au moins un qui suit ^^


            • Trelawney Trelawney 10 mai 08:36

              @Nicole Cheverney
              Mais le peuple lui, comme à Whirlpool n’explose pas de joie mais explose d’inquiétude et de tristesse.


              Si on veut critiquer macron, Whirlpool n’est pas un bon exemple. Quant il était ministre, Macron a inscrit dans sa loi, l’obligation faite aux entreprises délocalisant une usine de retrouver un repreneur pour cette entreprise 
              Cf regardez le film de Ruffin (Merci patron) où Arnault s’est opposé à la reprise de l’usine par un chinois car concurrent à sa société. Idem pour Mittal à Florange qui ne voulait pas du russe comme repreneur.
              Whirpool a trouvé un repreneur qui va reprendre une grosse parti du personnel, Whirlpool va pouvoir partir en Pologne et les ouvriers Whirlpool ne font plus grève car ils ont préservé leur emploi

            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 mai 13:23

              @Trelawney

              Bonjour,

              Sauf que le repreneur dans un an se mettra lui-même en faillite avant délocalisation pour ne pas payer les indemnités de licenciements, ou les revoir à la baisse. C’est le coup classique et tout bénef pour les patrons. Reprendre une grosse partie du personnel ne veut pas dire que ce personnel recevra la totalité des salaires non plus, car Macron a bien précisé avant son élection : travailler plus et gagner moins.

              Les ouvriers ne font plus grève ? Pas étonnant ! Que faisaient les représentants syndicaux avec Macron devant les chaises vides, et certaines occupées ? Que se tramait-il ? Etonnant comme la mayonnaise est vite retombée et comme par hasard la veille des élections.


            • Trelawney Trelawney 10 mai 15:41

              @Nicole Cheverney
              Vous faites là un procès d’intention.

              Pour ce que j’en sais : Whirlpool quitte Amiens, ferme l’usine, paie à tous les salariés, les indemnités de licenciement (80000 euro pour 25 ans d’ancienneté) et présente un repreneur qui reprendra tout ou partie des employés.
              Que l’employé soit licencié ou réembauché il touche et conserve son indemnité. Le repreneur serait Sholtés, un fabriquant de fours essentiellement vendus en France.
              Cet accord est intéressant car l’employé perçoit quoiqu’il arrive une indemnité de licenciement

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mai 19:24

              @Dom66
              Mélenchon n’était pas prévu au casting du PS et de la haute finance...
              Car c’est Hollande qui a fabriqué « En marche ! »


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mai 19:32

              @Trelawney
              Depuis Maastricht, il est impossible à un Gouvernement d’empêcher les délocalisations ou les achats d’entreprises. Les Ministres remuent de l’air, font des promesses qu’ils ne peuvent pas tenir : il n’y a plus de contrôle des mouvements de capitaux !

              Avant Maastricht, il fallait l’accord du Ministre des Finances et du Directeur du Trésor pour faire sortir ou faire entrer des capitaux, ce n’était pas interdit, mais régulé au coup par coup en fonction des intérêts stratégiques du pays.

              Depuis 1992, ils sont comme les vaches qui regardent passer les trains ...


            • Hans15 10 mai 21:29

              @Trelawney


              Euuuu

              Le texte de la loi dite « macron » la est horriblement cryptique et je peut me tromper, mais je suis incapable de te donner raison et j’ai beaucoup crtl+f...

              Le bloc du milieu est purement spéculatif. Tu source une fiction, t’est sérieux ?

              Le texte de l’accort n’est pas disponible sur les 14 sites de Whirlpool que j’ai visité, ni sur les sites des syndicats qui sont cités par les articles qui parlent d’un accort. Qu’en sais tu ?

              ++

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès