• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron, un quinquennat réduit à six mois

Macron, un quinquennat réduit à six mois

L’issue du combat des gilets jaunes n’est pas encore connue. Après quatre semaines de mobilisation, blocages et manifestations, la suite de ce mouvement populaire est plus que jamais incertaine, d’autant plus que l’attentat abject du marché de Noël de Strasbourg complique encore davantage les choses (cet acte terroriste n’est pas le propos de cet article ; j’y reviendrai dans un autre papier).

Néanmoins, je souhaite revenir sur le discours d’Emmanuel Macron, lundi dernier, à l’issue du quatrième volet de manifestations. Ce discours, soigneusement mis en scène et scénarisé (jusqu’à la posture des mains du président et à son maquillage qui laissait entrevoir un week-end difficile consacré au travail) étudié et rédigé par les communicants du Palais, n’a convaincu personne, à part, probablement, ses rédacteurs (quoi que j’en doute !) et les adoubés de la macronie…

Même si Emmanuel Macron arrive par la suite à marcher sur l’eau, peu de choses resteront de son quinquennat : la posture royale, le mépris affiché à l’égard du peuple, l’arrogance et quelques actions symboliques dont celle qui a mis un terme à son quinquennat. Je veux parler de l’abolition de l’impôt sur la fortune.

Lancer quelques miettes à la populace (le langage présidentiel, utilisé à maintes reprises, me conduit à emloyer ce mot, malgré ses dénégations et la déclaration d’amour aux Français lors de ce discours), comme il l’a fait dans son discours en question ne suffit pas : cela rajoute, au contraire, à ce mépris affiché à l’égard des gens. En plus ces miettes sont prises dans le pot commun et pas chez ceux qui possèdent la richesse.

En parallèle, demander à ceux qui l’ont porté au pouvoir de faire l’aumône au profit des plus démunis, par l’intermédiaire de la prime de fin d’année - prime facultative -, est encore une insulte à l’intelligence.

Et tous cas, c’est comme ça que j’ai perçu cette parole présidentielle.


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • jjwaDal jjwaDal 15 décembre 2018 16:06

    D’accord avec ce commentaire, mais où est l’article ?


    • Esprit Critique 15 décembre 2018 17:29

      ça fait toujours plaisir a lire … Des portraits de Macron comme celui la.

      On se sent moins seul.


      • Le421 Le421 16 décembre 2018 14:02

        @Esprit Critique
        Disons que Macron est devenu un expert en matière de « foutage de gueule ».
        Quel est le problème ?
        Disons que maintenant, plein de monde s’en est rendu compte...
        Et ce « plein de monde » ne va pas le rater...
        Il lui reste trois ans et des brouettes.
        Putain, trois ans !!


      • JPCiron JPCiron 15 décembre 2018 22:23

        Le Président a été élu pour réformer. Pour ça, on lui a donné 5 ans.

        Les Gilets Jaunes ont eu le « génie collectif » de mettre en évidence deux choses essentielles : le besoin urgent d’injecter plus de justice sociale ET de trouver un moyen de plus tenir compte de l’avis des gens. (En mettant plus de ressources sur ce dernier point, il faudra penser à les réduire sur les députés & sénateurs)

        Maintenant, que la personne de Macron me soit sympathique ou non, qu’il soit arrogant ou non, qu’on lui maquille le nez ou non, franchement ON S’EN FOUT.

        Il est là pour faire un job. Et les deux point ci-dessus, mis sur le dessus de la pile grâce aux Gilets Jaunes vont aider le Président à réformer le pays en étant plus en phase avec les vrais gens. Merci les Gilets Jaunes. 


        • Le421 Le421 16 décembre 2018 14:04

          @JPCiron
          Tout est dans le sens de « réformer ».
          Quand ça devient « régresser »...
          Sauf pour les plus fortunés !! Bien sûr.
          Et on peut tourner le problème dans tous les sens, rien n’y fait !!


        • zygzornifle zygzornifle 16 décembre 2018 09:29

          Il a son bureau qui l’attend chez Rothschild , la peinture a été refaite et la moquette est neuve .... 


          • Anatine 17 décembre 2018 22:02

            Sur la methode de « grande concertation » : Pour qu’elle soit concrete et traduite en mesures... et prenne des le depart la forme d’un engagement par l’etat.

            Partant du principe que le RIC s’appliquera au niveau de la commune, la region et l’etat, les attentes seront formulées sous forme de questions pour un RIC.

            1. Par thème, jusqu’a 3 questions parmi celles qui auront été formulees seront choisies dans chaque commune.

            2. Par thème, chaque commune choisira par votation 3 questions parmi les questions posées par 10 communes tirées au hasard dans la région.

            3. Les questions retenues par les communes seront classees par nombre de citations dans les communes et les 5 premieres retenues au niveau de la région.

            4. Chaque région organisera un vote sur la région pour valider si oui ou non chaque question est bien une priorité. Au moins 2 questions devront etre validees avec un vote « oui » de 70% au minimum.

            5. Ces 2 questions de chaque region sont remontees au niveau de l’etat. Les autres feront l’objet d’un debat regional et de propositions regionales.

            6. Le parlement choisira une question par region. Si une question a ete choisie par au moins 3 regions, elle est choisie d’office.

            7. Un Referendum national est organise. Oui ou non pour chaque proposition. Les 3 premières seront portees au debat parlementaire pour une proposition de loi sous 2 mois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carlo Gallo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès