• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mai 68 : révolution ou chienlit ?

Mai 68 : révolution ou chienlit ?

Mai 68 se voulait une remise en cause de tout ce qui constitue une société : les hiérarchies et toute forme d’autorité, la religion dominante et les contraintes qu’elle induit, le noyau familial et le rôle jugé ingrat des femmes, les tabous sexuels et comportementaux… Cinquante ans plus tard qu’est-il advenu ?

 Bien entendu, par leurs célébrissimes déclaration concernant l’amour libre, les acteurs de mai 68 pensent avoir contribué à une libéralisation radicale des moeurs sexuels. Toutefois, la loi Neuwirth date de 1967 et elle permettait l'usage de la pilule contraceptive contribuant à la mise en pratique plus aisée des idées clamées. La contraception est inégalement utilisée dans les divers milieux sociaux. De nos jours, la pilule est davantage utilisée parmi les 15-24 ans (60%) puis son utilisation diminue aux âges ultérieurs pour ne plus atteindre qu’un tiers des 30-34 ans. L’alliance du verbe et de la technique semble donc avoir permis un changement des pratiques sexuelles. Le nombre de rapports sexuels par semaine, environ deux, ne semble toutefois pas avoir frénétiquement augmenté depuis Mai 68. Si l’aspect quantitatif semble stable, l’aspect qualitatif a lui considérablement évolué : les pratiques féminines rejoignent maintenant celles des hommes : elles ont davantage de partenaires durant leur vie (mais encore moins que les hommes), elles perdent leur virginité à peu près au même âge à quelques mois près, elles prennent l’initiative de l’acte charnel bien plus souvent qu’auparavant… Mais les plus grands changements ont semble-t-il précédé Mai 68. Enfin, la « race », plus que le verbe ou les hormones de synthèse, semble influer considérablement l’appétit sexuel, bien plus que tout autre facteur : les Français, avec 8,9 relations sexuelles déclarées en moyenne par mois, devancent significativement les Allemands (8), les anglo-saxons, les Américains (5,9) et les Britanniques (5,8). Les Japonais×es avec 4 rapports mensuels semblent porter leur attention à d’autres activités.

 Dans un système, il est impossible d’isoler un composant pour déterminer l’influence qu’il a sur un autre, tous sont liés et interagissent concomitamment. Une société est un système particulièrement complexe pour lequel cette remarque s’applique d’autant mieux. Mai 68 a-t-il contribué à une évolution vers une jouissance mieux partagée entre hommes et femmes ? La réponse dépendra de l’observateur, mais la licence acquise dans ce domaine est indubitable et le rééquilibrage des libertés entre hommes et femmes est certain.

 Jouir sans entraves semble donc partiellement possible, mais ceci semble plus lié à la satiété matérielle de la société qu’aux slogans révolutionnaires. L’influence de l’aisance financière sur les pratiques sexuelles est très importante. « Les femmes des milieux manuels sont moins enclines à l’onanisme que celles des milieux dits intellectuels, 20% n'ont jamais pratiqué le sexe oral contre 2% des femmes issues des milieux intellectuels et 77% des femmes des milieux populaires considèrent qu'il est impossible de réussir sa vie sans avoir d’enfant contre 57% des intellectuelles. » Ainsi, l’implication du niveau de richesse sur les habitudes sexuelles ne fait aucun doute et les conséquences sur la structure familiale en découlent : en France, près de 2 millions de femmes élèvent seules leur×s enfant×s.

 Les détenteurs de capitaux savent pertinemment qu’ils sont bien plus libres que les péquins sans le sou, c’est la raison pour laquelle ils ont érigé la défense de la liberté comme le premier (voir le seul) devoir de tout individu ou groupe d’individus. Il est en effet évident que la justice n’existe pas dans la Nature : c’est l’Homme par son intelligence et son courage qui, avec pour seule arme son âme, tente de l’imposer. À cet égard, Mai 68 est un formidable marché de dupe si on ne remet pas en cause la possession des richesses : les riches garderont l’argent, les pauvres s’adonneront aux plaisirs charnels d’une façon rudimentaire.

 Les inégalités en France ont fortement décru pendant la première moitié du XXe siècle, augmenté de 1945 à 1968, diminué de 1968 à 1983, et enfin ré-augmenté de 1983 à nos jours. Pour cette dernière période, les niveaux de vie des très riches se sont d’abord envolés, puis, à partir de la fin des années 2000, les revenus des plus pauvres ont baissé.

 La participation des travailleurs a la gestion des entreprises pour les uns, ou la mise à mal de l’autoritarisme des patrons pour les autres ne se mettra pas en place suite aux révoltes étudiantes de 1968 (qui auront des échos dans beaucoup de pays dont l'Allemagne, le Brésil, l'Italie, la Tchécoslovaquie et le Japon). Les accords de Grenelle qui clôt les tumultes se traduisit par une augmentation du SMIC de 35 %, une hausse générale de 10 % des salaires, et une 4ème semaine de congés payés. Le travail était mieux rétribué mais les structures restaient inchangées. Le Produit Intérieur Brut (PIB) de la France a constamment augmenté, avec un léger recul lors de la crise de 2007-2008 les richesses produites ont donc semble-t-il considérablement augmentées. À partir de la crise financière de 2007, la consommation fut dopée par une augmentation très significative de la dette publique accompagnée par un transfert des activités industrielles dans des pays à moindre coût et un démantèlement feutré et progressif des entités publiques (EDF, CEA, SNCF…). L’avenir est annoncé comme étant associé au seul secteur tertiaire digitalisé, informatisé.

 Ainsi Mai 68 restera dans l’histoire seulement comme la cause de la mise sur la touche du général de Gaulle… et de l’abandon de sa politique faite d’efforts demandés aux français et de l’affirmation qu’une troisième voie était possible indépendamment des blocs soviétique et américain. Il refusa l’idée de placer la France sous un protectorat américain en affirmant la primauté de l'État-nation. Il annonça en 1965 sa volonté d'échanger les dollars que la France possédait contre de l'or afin de permettre l'affranchissement des activités économiques de la France de la tutelle du dollar. Trois ans plus tard des émeutes contribuèrent à le chasser du pouvoir.

 Ce ne fut donc ni la chienlit, ni la révolution, simplement l’abandon d’une Europe européenne avec son savoir-faire, sa culture, ses intérêts.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 2 janvier 11:22

    68 était la première « révolution colorée », mais on ne le savait pas.

    C’est déprimant de comprendre après coup que le libre-arbitre dont on se croyait doté n’était qu’une électrode stimulée par des services spéciaux.

    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 12:05

      @diogène
      Je crains aussi que les « événements » n’étaient pas vraiment spontanés.


    • Il ne m’en reste que le retour à l’intérêt pour l’artisanat. 68 fut un fleuve à nombreux affluents. Hélas, la plupart de ses enfants ont rejoint l’autoroute de la consommation à outrance,...Comme le feu d’artifice, la jouissance fut de courte durée et retomba comme un pétard mouillé. Ai réchappé,....


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 12:06

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Les jouissances sont toujours courtes.


      • @Jacques-Robert SIMON

        Pas toujours cher ami,..... Chez la femme selon Tirésias elles sont de N’oeuf. Cela lui valu de perdre la vue,....

      • jaja jaja 2 janvier 11:30

        C’était surtout la plus forte grève avec occupation de ce pays, avec 10 millions de grévistes, qui se battaient sur leurs propres revendications avec l’espoir de transformer la société et de pouvoir déborder les freins des directions des organisations syndicales...


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 12:08

          @jaja
          Je crains que les Accords de Grenelle a permis de donner aux ouvriers (un peu) d’argent mais en aucun cas une part de pouvoir.


        • jef88 jef88 2 janvier 14:34

          @jaja
          les grèves de 68 !

          JE RIGOLE !
          - c’est vrai, le étudiants étaient en grève .....
          - la SNCF et les raffineries de pétrole aussi.....
          MAIS à l’époque, j’avais 24 ans et je travaillais dans une usine ! 
          Elle a fermé le 13 mai PAR MANQUE D’APPROVISIONNEMENTS ! ! ! !
          L e lendemain la CGT se déclarait en grève .....
          et cela a été le cas dans l’immense majorité des usines .....
          mais CHUUUT , il ne faut pas le dire ..................


        • Diogène diogène 2 janvier 16:18

          @jef88

          Les raffineries n’étaient pas en grève : elles étaient bloquées par le gouvenement pour attiser la braise.

          D’ailleurs, dès que le ministère de l’intérieur a levé le blocage et permis aux familles de faire le plein tout le monde est parti en week-end...

          et c’était fini.

          Ce que je ne comprends pas, c’est que Cohn-Bendit n’ait jamais été démasqué et qu’il puisse continuer son job d’agent spécial.

        • jef88 jef88 2 janvier 19:39

          @diogène
          DONC : encore moins de grévistes .........


        • JP94 3 janvier 23:32

          @Jacques-Robert SIMON

          C’est vrai que 30% d’augmentation du SMIC c’est une paille ..vous qui faites la chimie, je sais pas comment vous dosez vos produits ? au feeling ? 

        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 janvier 08:13

          @JP94
          On achète la paix sociale mais on ne change rien des structures.


        • Clocel Clocel 2 janvier 11:34

          « Sous les pavés, Le Pen », disait Clouscard...


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 12:10

            @Clocel
            Le Pen a plusieurs sources, mais le manque de courage que l’on nommait flamme révolutionnaire y est un peu pour quelque chose.


          • Clocel Clocel 2 janvier 12:54

            @Jacques-Robert SIMON

            Quels porteurs pour « la flamme révolutionnaire » ?

            Si la révolution, « la vraie » (celle initiée par l’engeance maçonnique) a réussi à agiter le peuple avant de s’en servir à ses desseins, elle n’a pas oublié, après usage, de le dissoudre...

            On a accepté d’échanger les calibres contre le suffrage universel !

            Par moment, je me demande si révolution et connerie ne serait pas synonyme...

            La gueuse depuis, n’a pas eu d’autre ambition que de gaver ses nouveaux élus au détriment de la populace bêlante toujours prête à se déchirer lors du choix de ses nouveaux Maîtres.

            Pas de quoi pavoiser le meilleur des monde n’est qu’une illusion.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 13:25

            @Clocel
            Les révolutions donnent l’espoir qu’un changement peut survenir.


          • Clocel Clocel 2 janvier 14:22

            @Jacques-Robert SIMON

            « Lorsque tu auras désappris à espérer, je t’apprendrai à vouloir »

            Sénèque.

            L’espoir n’a jamais fait bouffer personne.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 14:41

            @Clocel
            L’espoir ne fait pas bouffer, il permet de vivre... avec ou sans Sénèque.


          • cevennevive cevennevive 2 janvier 11:37

            Mai 68 réduit à « jouir sans contrainte », à la seule vie sexuelle des Françaises et à l’éviction du Général ???


            Eh bien, nous avons du souci à nous faire lorsque l’on entend cela !

            Quel courage ont les générations qui ont suivi ! Celui de « cracher dans la soupe » sans avoir le courage d’en faire une nouvelle, meilleure et plus écolo.

            Ne regarder que les turpitudes de gros bourgeois sensés avoir participé à Mai 68 pour nous donner des exemples de « retours de veste » iniques...

            Bof !


            • gaijin gaijin 2 janvier 12:03

              @cevennevive
              « Quel courage ont les générations qui ont suivi ! »
              ben je vais te dire les générations suivantes elle t’emm ......
              et si je me permet d’être grossier c’est que ce discours je l’entend depuis toujours sauf que ta génération je la connais par coeur je l’ai eut comme parents , professeurs etc .....encore plus chiants que les anciens combattants de la guerre de 14 ....des posts adolescents accrochés a leur confort sans autre idée que après nous le déluge. en 86 qui a bloqué le mouvement étudiant a part les anciens 68arts de gauche ? qui a pourri le mouvement d’ouverture spirituelle des années 90 a part les anciens babacool vautrés devant tf1 sur la chanson de gare au gourou ?
              et si les années 80 on été les années fric la faute a qui ? a ceux qui étaient au lycée ? ( la génération suivante ) ou aux adorateurs de « bagnole , piscine, télé »
              mais bien sur il faut pas le dire ,
              pas perturber le rêve de la révolution qui voulait tout changer mais rien construire .............


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 12:12

              @cevennevive
              Nous excellons depuis aux déconstructions pas vraiment aux constructions.


            • Le Comtois 2 janvier 17:06

              @gaijin


              et toi, tu prônes quoi ? l’anarchie ! En tout cas si tu as loupé ta vie, ce qui doit être le cas vu ta rancoeur, il faut t’en prendre qu’à toi même pas aux autres.

              Et franchement, maintenant vous faites mieux sans doute... Je n’en ai pas l’impression.... Baver sur les autres c’est facile, proposer et changer les choses ce l’est moins... 

            • gaijin gaijin 2 janvier 17:22

              @Le Comtois
              t’inquiète mon job je le fais et non merci j’ai pas loupé ma vie c’est juste que certains discours que j’entends depuis plus de trente ans me gonflent .....
              la génération de 68 ( je suppose que tu en est ) vous êtes tous les mêmes : vous voulez qu’il y ait une révolution a condition que l’on ne vous remette pas en question ...MDR

              pourquoi les révolutionnaires une fois au pouvoir deviennent’ ils subitement des réactionnaires ?

              en voilà une question non ?

              pour qui ont voté les 68ards cette année ? marine ? macron ?

              sacrés révolutionnaires ......


            • mmbbb 2 janvier 20:17

              @Le Comtois avez vous connu mai 68 ? 


            • Le Comtois 2 janvier 21:11

              @gaijin


              ni l’un ni l’autre pour moi en tout cas ! Et si la révolution est pour changer la merde actuelle, pas de souci, je suis partant (mais pas pour manifester et se faire taper par les crs comme en 68, suis trop vieux cette fois !)

            • gaijin gaijin 3 janvier 14:01

              @Le Comtois
              oui ça sert a rien d’aller se fritter avec les crs ( c’est un truc de jeune pour se defouler ) c’est une des leçons en effet a tirer de mai 68 et c’est bien le sujet : il faut tirer les leçons et donc critiquer ....
              moralité c’est pas parce qu’on critique mai 68 qu’on est des jeunes cons .....( et puis surtout a 50 ans je suis peut être toujours con mais plus si jeune smiley )


            • Relire : Derrière la vitre de Robert Merle. Mon souvenir de ce moment 13 ans et demi. Trop jeune. Je regairais la télévision sans bien comprendre. Au même instant, l’écran a implosé. Un signe probablement.


              • Relire : Derrière la vitre de Robert Merle. Mon souvenir de ce moment (13 ans et demi). Trop jeune. Je regardais la télévision sans bien comprendre. Au même instant, l’écran a implosé. Un signe probablement. En Belgique, elle eu vraiment lieu en 1977-78.


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 12:15

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  Robert Merle est en effet un auteur intéressant.


                • C’est parce qu’ils ont voulu une plage en permanence que les gauchos sont tombés dans le pire piège de la consommation. Pour maintenir cette jouïssance, il faut savoir mourir à soi-même. Peu de personne en sont capables. Au moindre manque, il faut combler l’absence, incapable de jouïr de cette petite mort. Voir le film : This is the end. Avec la fameuse barre chocolatée : MILKY WAY.


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 13:28

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Mourir à soi-même veut (peut-être) dire déconstruire son passé et son vécu pour passer à autre chose ?


                  • @Jacques-Robert SIMON


                    Je vais vous livrer une petite partie de mon vécu. Ayant perdu un être cher en 1983, je devaisiremonter le chemin dans une société qui me faisait de plus en plus horreur (battants dynamiques et autres conneries). En âge d’avoir des enfants (l’heure qui tourne,...)., je fais une renconcontre « bouleversante » ( Un pervers narcissique dirait Philippe vergnes). Don-Juan himself dirait Mozart. Il ’avait offert : Belle du Saigneur. Peintre, il me montre son premier tableau (de quoi vous donner la chair de poule). Il s’était dessiné lui-même sur sa propre tombe). Le premier soir, il me propose de m’épouser et de me faire un enfant. Une petite lumière en moi me dit. Fait gaffe fillette. Mets de la distance. J’avais rencontré l’homme-squelette, ou homme mort. Il m’avait montrer le chemin. La maternité et le marige ne sont pas portout. Va vers la création. Ce que j’ai fais. Chaque année, à la nouvelle an, il m’envoie ses voeux. paroles officielles ♪ Les Séparés ♪
                    N’écris pas ! Je suis triste et je voudrais m’éteindre.
                    Les beaux étés, sans toi, c’est l’amour sans flambeau.
                    J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre
                    Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau.

                    N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
                    Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
                    Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
                    C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

                    N’écris pas ! Je te crains, j’ai peur de ma mémoire.
                    Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.
                    Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.
                    Une chère écriture est un portrait vivant.

                    N’écris pas ces deux mots que je n’ose plus lire.
                    Il semble que ta voix les répand sur mon cœur,
                    Que je les vois briller à travers ton sourire.
                    Il semble qu’un baiser les empreint sur mon cœur.

                    N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
                    Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
                    Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
                    C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

                    ... N’écris pas !


                  • Les femmes connaissent mieux cette douleur de l’attente qu’elles sont capables d’intégrer. La séparation est leur lot. Voir le cas DSK. 



                      • Et depuis lors, je peins et j’écris. Merci DON-JUAN. A toutes les femmes qui sont confrontées à la mort au détour de leur chemin. C’est un ami qui vous veut du bien. Bon ! toutes les femmes certes n’ont pas cette petite voie intérieure qui les guide : Hors-champs pour retrouver le chemin de la vie.


                        • Corps rit j’ai @Jacques-Robert SIMON


                          Je vais vous livrer une petite partie de mon vécu. Ayant perdu un être cher en 1983, je devais iremonter le chemin dans une société qui me faisait de plus en plus horreur (battants dynamiques et autres conneries). En âge d’avoir des enfants (l’heure qui tourne,...)., je fais une rencontre « bouleversante » ( Un pervers narcissique dirait Philippe Vergnes). Don-Juan himself dirait Mozart. Il m’avait offert : Belle du Saigneur. Peintre, il me montre son premier tableau (de quoi vous donner la chair de poule). Il s’était dessiné lui-même sur sa propre tombe). Le premier soir, il me propose de m’épouser et de me faire un enfant. Une petite lumière en moi me dit : fais gaffe fillette. Mets de la distance. J’avais rencontré l’homme-squelette, ou homme mort. Il m’avait montré le chemin. La maternité et le mariage ne sont pas pour toi. Va vers la création. Ce que j’ai fais. Chaque année, à la nouvelle an, il m’envoie ses voeux. paroles officielles ♪ Les Séparés ♪
                          N’écris pas ! Je suis triste et je voudrais m’éteindre.
                          Les beaux étés, sans toi, c’est l’amour sans flambeau.
                          J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre
                          Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau.

                          N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
                          Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
                          Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
                          C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

                          N’écris pas ! Je te crains, j’ai peur de ma mémoire.
                          Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.
                          Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.
                          Une chère écriture est un portrait vivant.

                          N’écris pas ces deux mots que je n’ose plus lire.
                          Il semble que ta voix les répand sur mon cœur,
                          Que je les vois briller à travers ton sourire.
                          Il semble qu’un baiser les empreint sur mon cœur.

                          N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
                          Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
                          Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
                          C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

                          ... N’écris pas !



                          • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 14:01

                            Mai 68 c’était bien et bon je l’ai vécu en tant que gosse , maintenant tous attendent le dernier Iphone la morve au nez , la révolution est dans le dernier smartphone ....


                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 janvier 14:39

                              @zygzornifle
                              La révolution est trop sérieuse pour s’y amuser.


                            • jef88 jef88 2 janvier 14:22

                              Ce ne fut donc ni la chienlit, ni la révolution, simplement l’abandon d’une Europe européenne avec son savoir-faire, sa culture, ses intérêts.


                              AAAAAHHHHH ! ! ! !
                              SURPRISE ..........
                              l’Europe existait déjà !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès