• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Manifestation Arkéa : Non, je n’irai pas  !

Manifestation Arkéa : Non, je n’irai pas  !

Lettre ouverte aux Bretons : appel à la résistance !

À tous les salariés Bretons d’Arkéa, je vous conjure de ne pas vous rendre à Paris le 5 avril pour « manifester » en faveur de la sécession de notre entité régionale. Nous ne pouvons nous rendre complices de cette folie.

N’oubliez pas que si les projets de Jean-Pierre Denis aboutissent, ce sera à nous de regarder nos camarades Bretons dans les yeux lorsque l’économie bretonne sombrera, et de leur dire que nous n’avons rien fait pour éviter ça.

Les pressions que nous subissons jour après jour de la part du patronat ne doivent pas être une excuse pour se laisser marcher dessus.

Il nous faut résister à la dictature que l’on nous impose, comme de nombreux Bretons l’ont fait avant nous !

Je comprends les craintes que chacun d’entre vous peut avoir. Les sanctions auxquelles nous pourrions faire face si nous tenons tête à notre président sont réelles. Mais quel message enverrions-nous à nos enfants et au peuple Breton dans son ensemble si nous acceptons de nous laisser dicter notre conduite ?

Comme la plupart d’entre vous, je gagne moins de 10 euros de l’heure, quand notre président touche des millions chaque année. Or, aller manifester pour que Jean-Pierre Denis puisse transformer notre banque mutualiste en banque capitaliste et toucher encore plus d’argent est une hérésie et contraire à nos valeurs.

Une fois le projet de M. Denis acté, comment allons-nous expliquer à la jeunesse bretonne ce que nous avons fait ? Saurons-nous trouver les mots pour donner du sens à notre trahison ? La peur suffira-t-elle à obtenir le pardon de nos proches, et le nôtre ?

C’est pourquoi je vous demande de refuser de détourner l’un de nos droits les plus fondamentaux et si chèrement acquis, celui de faire grève et de manifester. Ne marchez pas derrière Jean-Pierre Denis dans les rues de Paris, refusez de prendre part à cette mascarade.

Certains me traiteront de lâche, car je ne signe pas de mon nom cette lettre. À ceux-là, je leur répondrai que mon nom sera parmi ceux qui ne seront pas allés à Paris le 5 avril pour défendre les projets capitalistes de notre patron.

Le quotidien de ceux qui ne feront pas le déplacement deviendra sûrement encore plus difficile qu’il ne l’est déjà. Mais nous pourrons nous regarder en face.

Peuple de Bretagne, souviens-toi d’une chose : « Breton biskoazh trubarderezh na reas » (jamais Breton ne fit trahison).

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 28 mars 10:29

    de quoi tu parle ?


    • Trelawney Trelawney 28 mars 11:05

      @Ruut
      Arkéa est une banque muteliste qui fait partie du groupe Crédit Mutuel. Arkéa fonctionne plutôt bien et veut son indépendance, c’est à dire devenir une banque régionale, pour ainsi au dire des demandeurs, financer des projets locaux.

      Ils content se faire entendre le 5 avril à Bercy

      L’auteur de l’article n’est pas trop d’accord avec cela et préfère que la banque reste dans le giron mutuel. Mais voilà la banque a enregistré des résultats 2017 historiques : + 12,8 % pour son chiffre d’affaires (2,09 milliards d’euros) et + 30,7 % pour son résultat d’exploitation, soit 610 millions d’euros. Donc ça attire des convoitises.

      Et lorsqu’on connait le landernau politique breton avec les Ledrian, Ferrend et consort, il a raison de se méfier

    • Ruut Ruut 28 mars 11:55

      @Trelawney
      Merci pour la précision et l’explication.
      Je comprend mieux le texte maintenant.
       :)


    • Bzh29 28 mars 13:44

      Nous demander de ne pas agir c’est également nous rendre complice de la suppression d’emploi, pas seulement en Bretagne mais également en France. Laissez faire revient à laisser sombrer l’économie de la Bretagne et non pas l’inverse.
      L’ADN de cette banque est mutualiste et coopérative, ça ne changera pas !
      Je comprends vos inquiétudes mais comprenez les nôtres ! 


      • BretonEnColère 28 mars 18:04

        Dans ce cas-là, pourquoi la BCE et la banque de France viennent de déclarer que les caisses locales qui opteraient pour une désaffiliation du Crédit mutuel ne pourraient pas conserver un modèle coopératif et mutualiste, et qu’elles perdraient le bénéfice de l’agrément collectif dont elles bénéficient actuellement ?

        Et pour ce qui est des emplois, je me range du côté des syndicats. Si Arkéa part, de nouvelles agences Crédit Mutuel viendront s’implanter en Bretagne et la concurrence sera plus rude ce qui entraînera la fermeture d’agences locales laissant à la rue certains salariés bretons qui y sont présents depuis plusieurs décennies !


        • HarryGat 28 mars 21:13

          @BretonEnColère


          « Et pour ce qui est des emplois, je me range du côté des syndicats »

          Vous parlez de la CFDT, je suppose, dont vient l’actuel dirigeant de la confédération nationale du crédit mutuel ?

          « Si Arkéa part, de nouvelles agences Crédit Mutuel viendront s’implanter en Bretagne »

          Sauf qu’en fait le Crédit Mutuel a déjà des agences sur place, elles sont juste cachées derrière la bannière CIC. Libre à eux de venir se concurrencer eux-même, ce serait d’autant plus surprenant à l’heure ou la banque en ligne explose...Et puis c’est marrant de ne voir que le verre à moitié vide, et d’oublier Arkea pourrait de son côté ouvrir des agences sur le reste de la France, chose qu’on lui interdit actuellement.

          Oh et une dernière petite remarque, la méfiance des salariés Arkéa envers la confédération, elle ne date pas de l’arrivée de Jean-Pierre Denis, mais encore faut-il avoir réellement travailler à Arkea pour le savoir.

        • BretonEnColère 30 mars 09:42

          « mais encore faut-il avoir réellement travailler à Arkea pour le savoir » 

          Passons sur la faute d’orthographe. 

          C’est sûr que pour nous (salariés d’Arkéa) quoi de plus naturel que de soutenir le projet du patronat pour que celui-ci se gave encore plus qu’il ne le fait déjà (Jean-Pierre Denis gagne déjà plus d’1.5 million d’euros par an).

          Un vrai comportement salarial et breton qui plus est !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BretonEnColère


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès