• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Maquillage de la dette grecque par Goldman Sachs : les cachoteries des (...)

Maquillage de la dette grecque par Goldman Sachs : les cachoteries des présidents de la BCE

Selon un scénario classique dans l'histoire des marchés financiers au début d'un régime de change fixe, à fortiori dans le cas l'unification monétaire (l'euro) survenue en 1999, les taux d'emprunts de la zone, initialement très dispersés entres les pays, ont graduellement convergé vers le taux de référence, c'est à dire celui de l'Allemagne.

PNG - 112.8 ko
Taux d’emprunt dans les pays de la zone euro

Trichet prend les rênes de la BCE en 2003.

Il est frappant de constater que le point final de la convergence des taux se produit aux alentours du déclenchement de la crise venue d'Amérique : les acteurs des marchés financiers ont cru jusqu'à la dernière heure au récit ‘dettes des pays de l'euro = marché unifié’. Songez aux coquettes primes de fin d'années des ‘traders’, accumulées sur près de dix ans à compter du début de l'euro, à brasser les obligations ces dettes, pour un résultat aussi lamentable ... 

 

L'euro a dix ans et enfin la cote !

Fin 2008, c'est la déconfiture aux États-Unis, tandis que crise de l'euro commence seulement à montrer le bout de son nez. Et le correspondant de Bruxelles pour Libération, Quatremer, de claironner ‘L'euro a dix ans et enfin la cote’, dressant au passage un portrait flatteur de Trichet dans son rôle de gouverneur de la BCE, autrement dit, pour la circonstance, pompier des marchés financiers. Bref, la sphère europhile prend ses désirs pour la réalité.

À partir de 2010, c'est la déconfiture en Grèce, en Irlande, en Espagne etc. (voir graphes ci-joints). Contrairement au rôle de ‘chien de garde’ que leur prêtait les concepteurs de l'euro, les marchés financiers ont laissé le premier accumuler une dette publique insoutenable. Quant aux succès économiques de l'Irlande (cité en modèle par Trichet en 2007) et de l'Espagne (champion de l'orthodoxie budgétaire, chère à Trichet), c'était des mirages.

Pas content de cette déconfiture, Quatremer (en exégète de Trichet, il mérite qu'on s'y intéresse) aurait succombé à la théorie du complot (contre l'euro). C'est l'accusation portée contre lui par un chercheur du CNRS.

 

Pour le contribuable, la facture est salée. Ce sont 5% du PIB de l'Union Européenne d'après Le Point, 37% d'après un communiqué de l' Union Européenne, qui ont été engloutis dans le renflouement du système financier.

PNG - 35.6 ko
Indices des prix de l’immobilier IE, ES (Financial Times)

À ce tarif là, les français étaient en droit d'attendre une vraie réforme bancaire. Les pauvres, s'ils savaient ce qu'ils ont eu... À lire également, les maneouvres du tandem Moscovici-Berger pour faire aboutir ce projet de loi vidé de sa substance.

 

L'affaire grecque

Trichet a joué un rôle dans l'affaire du maquillage comptable de la dette grecque, un montage concocté par une équipe londonienne de Goldman Sachs.

Il y avait eu deux montages. L'un en 2001 et un autre en 2005alors que Mario Draghi était responsable de la dette souveraine pour l'Europe.

L'agence de presse spécialisée Bloomberg a fait une démarche pour obtenir les documents en possession de la BCE sur cette affaire, à un moment où le FMI débloquait 100M d'euros pour la Grèce. Trichet a refusé, invoquant ce motif : « L'information pourrait compromettre la confiance du public [...] accroître la volatilité des marchés ». C'était en décembre 2010, quelques mois avant la nomination de Draghi pour le remplacer...

L'affaire s'est poursuivie devant le Tribunal de la fonction publique de l'Union Européenne, basé au Luxembourg. Il a rendu son jugement fin 2012, en faveur de la BCE (pas obligée de divulguer les documents). À ce stade, le sauvetage de la Grèce se chiffre à 240M d'euros...

 

« impeccable, impeccable ! »

Dans la conférence de presse marquant la fin de son mandat à la BCE, fin 2011, Trichet a clamé que son contrôle de l'inflation avait été « impeccable, impeccable ! ». Ceci lui a valu les railleries de Paul Krugman (« un désastre impeccable ») qui lui reproche de s'être laissé obnubilé par l'inflation au dépend de tout le reste.

Trichet est depuis 2013 président du ‘think tank’ Bruegel (indépendant et non-doctrinaire dit la page d'accueil : au cas où ils y auraient des sceptiques ? ) situé dans la capitale européenne du lobbying, Bruxelles. Deux anciens de Goldman Sachs en sont membres, Mario Monti et Jim O'Neill (c'est lui qui aurait inventé l'acronyme BRICS, il n'en a pas fallu plus pour en faire une célébrité dans le monde de la finance). Jean Pisany-Ferry, régulièrement cité par une certaine presse (Eric Le Boucher, par exemple), Commissaire général à la Stratégie et à la Prospective (le gouvernement veut connaître ses vues) depuis mai 2013, est lui aussi membre (et ancien directeur) de Bruegel.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bonneteau 30 décembre 2013 11:59
    Précision : « en 2005, alors que Mario Draghi était [le] responsable [à Goldman Sachs (Londres)] de la dette souveraine pour l’Europe. »

    • hammondjr 31 décembre 2013 12:14

      Merci pour l’article.

      « La planéte peut pourvoir aux besoins de tous, mais pas à la cupidité de certains. » Aldous Huxley.

      Alors, sûr de mon choix, je vais chercher en moi ce qu’il y a de plus bon, et cela tout au long de ma vie, incertain de changer le monde, mais sûr de changer mon monde.


      • Pépé le Moco 31 décembre 2013 12:20

        @Auteur,

        Vous écrivez :
        « Pas content de cette déconfiture, Quatremer (en exégète de Trichet, il mérite qu’on s’y intéresse) aurait succombé à la théorie du complot (contre l’euro). C’est l’accusation portée contre lui par un chercheur du CNRS. »

        Le lien vers le site d’Olivier Berruyer est cependant mal choisi. Certe, cet économiste indique bien que c’est un article écrit par Frédéric LORDON (Directeur de recherche au CNRS). Mais il ne précise pas que c’est un article écrit pour le Monde Diplomatique et qu’il date d’août 2012 (un peu leger pour Berruyer qui semble découvrir cet article en novembre 2013 !).
        Veuillez donc trouver le lien vers la source originelle : « Conspirationnisme : la paille et la poutre ».

        Enfin, il est bon de préciser que cet article ne cible pas en particulier M Quatremer, mais les élites (les pensants et les gouvernants).

        Je vous laisse donc découvrir son site : Frederic LORDON.

        Bonne lecture !


        • Bonneteau 31 décembre 2013 13:22

          « Mais il ne précise pas que c’est un article écrit pour le Monde Diplomatique et qu’il date d’août 2012 (un peu leger pour Berruyer qui semble découvrir cet article en novembre 2013 !). »


          C’est à lui qu’il faut en parler mais à l’heure où je relis la page du lien donné dans mon article, on y trouve :

          Frédéric Lordon – 24/08/2012 – La pompe à phynance

          Accessoirement, notez que le lien html de « À lire également, les man[oeu]vres du tandem Moscovici-Berger pour faire aboutir ce projet de loi vidé de sa substance. », c’est la Pompe à phynance.


        • Bonneteau 31 décembre 2013 13:29

          « Enfin, il est bon de préciser que cet article ne cible pas en particulier M Quatremer, mais les élites (les pensants et les gouvernants). »


          C’est juste et vous faites bien de le préciser.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Langlemort


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès