• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Maroc : les retraités de la CNSS entre l’enclume de l’insécurité

Maroc : les retraités de la CNSS entre l’enclume de l’insécurité sociale et le marteau des pensions de misère

Tout semble comme si les pouvoirs publics espèrent que le salarié clamse avant ses 60 ans… Et Benkirane & Co qui ose nous parler d’un Maroc qui progresse. Mon C…

Ceux qui se demandent encore pourquoi les jeunes diplômés marocains veulent absolument travailler dans le public doivent savoir que le système de retraite dans la fonction publique et assimilé est très nettement plus avantageux que dans le privé où près de 90 % des salariés ne bénéficient pas d’une pension complémentaire type caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) et sont donc dépendant uniquement des pensions misérables servies par La caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Le montant de leur pension corresponde ra à 50% du salaire mensuel moyen soumis à cotisation pour 3240 jours de cotisation.

Justice bien rendue au lance pierre : pour les salariés stakhanovistes qui ont cotisé plus de 3240 jours le montant de leur pension n’est augmenté que de 1% pour chaque période d’assurance de 216 jours accomplie en plus des 3240 jours, sans toutefois, dépasser 70% du montant de la moyenne brute.

Pire : Actuellement, le plafond CNSS ne représente que 2,3 fois le Salaire minimum garantie (SMIG). Et pour atteindre ce plafond de verre il faut que le salarié ait cumulé 3240 jours de cotisation avec un salaire brut déclaré supérieur où égal à 6000 dirhams par mois ! Pire encore : si le salarié voit son salaire baisser au cours des dernières huit d’années prises en compte pour le calcul de la pension il est superbement fichu ; car le montant de la pension servi à 60 ans est calculé sur la base de la moyenne des salaires déclarés sur 8 ans ; autrement dit le malheureux employé qui a commencé avec plus de 6000 dirhams déclarés et termine ses deux ou trois dernières années avec 4000 dirhams ou 3000 dirhams voire moins sa pension sera très en deçà des 2,3 fois le SMIG. Faites le calcul.

Une pension de misère brute qu’elle faudra délester de la cotisation Assurance maladie obligatoire (AMO), de la cotisation CNSS et de l’Impôt sur le revenu (IGR) si son montant brut est supérieur à 3500 dirhams par mois, soit un salaire imposable au dessus de 2500 dirhams mensuel. Exemple le montant d’une pension brute de 3000 dirhams par mois ne sera plus que de 2797 net (255 euros) après avoir retranché 68 dirhams au titre de la cotisation AMO et 135 dirhams de cotisation CNSS. Si donc la valeur de la pension brute est supérieure à 3500 dirhams il faudra en plus des cotisations CNSS et AMO retenir l’impôt sur le revenu (IR) !! Re-exemple : si un quidam termine sa carrière avec un brut de 3500 dirhams, ile ne touchera que 3257 dirhams de retraite pas mois. Après avoir déduit 157 dirhams de cotisation CNSS, 79 dirhams pour l’AMO et 6,50 dirhams au titre de l’IR. Très pire encore : en Tunisie la limite fixée par le régime légal pour le calcul des prestations de retraite est égal à 6 fois le SMIG ! Et on se moque des Tunisiens qui sont très rares à venir travailler au Maroc !

Trop pire encore : en 1980 le plafond légal de calcul de la pension CNSS au Maroc était de 10,3 fois le SMIG. Sans oublier que ça fait bientôt 8 ans que l’on nous dit que le salaire plafond pour les cotisations CNSS passera de 6 000 à 8 000 dirhams sans que cette promesse ne soit tenue le jour ni sous l’ancien premier ministre Abdelilah Benkirane ni sous son prédécesseur Abbas El Fassi !

Tout semble comme si les pouvoirs publics espèrent que le salarié clamse avant ses 60 ans… Et Benkirane & Co qui ose nous parler d’un Maroc qui progresse. Mon C…

http://chankou.over-blog.com/2017/05/maroc-les-retraites-de-la-cnss-entre-l-enclume-de-l-insecurite-sociale-et-le-marteau-des-pensions-de-misere.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 22 mai 2017 11:56

    Comme tous les systèmes collectivistes, le Maroc semble être comme la France....


    L’état et les fonctionnaires pour se donner bonne conscience et avoir une dévotion impose un système de retraite unique et collectiviste et comme dans tous les systèmes collectivistes, les obligés sont les premiers servis avec l’argent des autres......

    Hélas la solution des retraites égales à la réalité de la carrière existe dans 2 pays. Chili et Pays bas....

    En 1979, le Chili a créé le « le miracle chilien », et supprimé le système de retraite par répartition en caisses corporatistes, pour par un système de capitalisation universel de fond de pensions.....

    Le pays est passé des habitants les plus miséreux au habitants les plus riche de toute l’Amérique du Sud.
    Les fonds de pension ont permis une rapide accumulation de capital des individus et créé un formidable mouvement capitalistique qui a profité à toute la population.
    Il s’en est suivit une croissance à 2 chiffres pendant 20 ans.
    la pays est le plus évolué et riche de tout le continent.
    Aujourd’hui le Chili a la note AA mieux que la France et la dette est passée à 4% du PIB en 2000 et le quasi plein emploi...
    La cotisation est de 10% du brut de chaque revenu de chaque individu...


    • samuel 22 mai 2017 12:16

      @Spartacus

      Pourquoi vous entez sur les chiffres ?

      sources OCDE :

      chômage 6.5% de la population active != plein emploi 

      « croissance à 2 chiffres pdt 20 ans > c’est arrivé sur 3/4 années durant la période 70/90 et non consécutivement »


      Bref, vous faites encore passer un bon trotteur pour un pur sang anglais !!!!

      Mais vous êtes patron d’une boite commercial, c’est votre taf de vendre du rêve

    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 22 mai 2017 16:45

      @Spartacus
      Intéressant ! Au Maroc non seulement un salarié du privé peut se retrouver avec une pension de 15 euros après avoir trimé 35 ans de sa vie mais plusieurs millions de Marocains ne sont pas déclarés par leur patrons et auront zéro dirham, zéro euro


    • titi 23 mai 2017 07:49

      @Abdelkarim Chankou

      Les taux de cotisation à la CNSS sont ridiculement bas.

      Vouloir arriver à financer les retraites avec des cotisations faibles, un fort chômage, et une partie importante de l’économie restant souterraine, c’est un numéro d’équilibriste intenable.

      Le modèle de la CNSS a été copié sur le modèle Français... il s’écroule juste plus rapidement.



    • titi 25 mai 2017 22:12

      @Abdelkarim Chankou

      La cotisation CNSS est un fourre tout qui ne fait pas apparaître le détail de la cotisation vieillesse comme en France. Il y a l’assurance maladie (puisque vous annoncez 22%), les prestations familiales etc..

      Dans la CNSS, les « prestations sociales longues durée » représentent 11,89 %

      En France l’assurance vieillesse c’est 17,75%. Il faut ajouter les cotisations aux complémentaires 7,75. Plus une part de CSG.

      Avec plus de 25% de cotisations, le régime par répartition s’écroule en France... Pas beaucoup de chances qu’ils perdurent au Maroc à mois de 11,89%

      Le souci de la CNSS ce n’est pas que les cotisations pèsent plus lourd. Le souci c’est que ca ne fonctionne pas. Pour la maladie, les salariés préfèrent ne pas faire valoir leurs droits plutôt que de perdre une journée à courir après le bon papier, et si on a le bon papier, courir après sa légalisation.


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 26 mai 2017 00:20

      @titi
      SVP comparons ce qui est comparable, càd le Maroc avec la Tunisie


    • titi 26 mai 2017 10:11

      @Abdelkarim Chankou

      Un système par répartition c’est prendre aux uns pour financer les besoins des autres.

      Que ce soit en France, ou au Maroc, l’équation est la même : moins on prend aux uns, moins on peut subvenir aux besoins des autres.

      J’ajoute que je suis actionnaire de deux entreprises au Maroc. Les similitudes avec le système Français sont éloquentes.


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 26 mai 2017 15:50

      @titi
      je vous crois


    • UnLorrain 22 mai 2017 14:16

      Pour assurer la sante,l usure,la vie de...ma voiture,j’ai fait jouer la concurrence comme dit l expression,j’ai mesurer les tarifs de tel et tel assureurs sans monopole par definition.

      Flaubert ecrira sur moi,il affirma que l homme est un peu plus qu’un arbre et un peu moins qu’un chien. Et d’une voiture,vous le situer ou le bonhomme monsieur Gustave ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès