• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Marxistes, Léninistes, Communistes, l’URSS et les historiens

Marxistes, Léninistes, Communistes, l’URSS et les historiens

       

  C'est l'historienne marxiste-léniniste Annie Lacroix-Riz qui, à la lecture de ses nombreuses conférences diffusées sur internet, a réveillé chez quelques uns d'entre nous l'interrogation suivante ; interrogation qui a pourtant longtemps semblé sans objet depuis disons les années 70 (pour les plus tardifs d'entre nous), à savoir : quel bilan et quels enseignements doit-on tirer de l'expérience soviétique ? Bien qu'il nous ait toujours paru surprenant que les partis dits "communistes" d'Europe de l'Ouest, français en particulier, se soient si longtemps cru dans l'obligation de soutenir cette URSS alors que son fiasco ne faisait déjà plus débat depuis des lustres : fiasco économique, fiasco politique (crimes de masse, assassinats politiques sans nombre), fiasco culturel et artistique (musiciens, écrivains, peintres, cinéastes, danseurs condamnés à l'exil, à l'assignation à résidence, à l'internement psychiatrique, au Goulag... c'est au choix !), et puis, fatalement... fiasco humain encadré par une police politique infâme qui n'offrira à des populations écrasées, Russes ou non, une seule et unique échappatoire : le refuge dans un alcoolisme endémique.

Car, si les Chinois avaient le petit livre Rouge pour savoir quoi penser, les populations de l'URSS avait la vodka pour ne plus penser du tout. 

         Vraiment surprenant de la part d' Annie Lacroix-Riz, grande pourfendeuse de ses confrères historiens pleutres et carriéristes, indécrottables adeptes du mensonge par omission, une Annie Lacroix-Riz pourtant intraitable à juste titre, avec une classe politique européenne de tout temps aux ordres de la Banque et des Multinationales... surprenant donc qu'elle n'ait pas su à son tour faire preuve de la même exigence à la fois professionnelle et morale à l'endroit de cette grande catastrophe humaine qu'a été l'expérience soviétique.

        Vraiment curieux cette fidélité envers cette expérience de la part d'individus pourtant éduqués ( majoritairement universitaires), avisés et informés ! D'autant plus qu' il s'est agi d'un régime que l'on peut sans difficulté associer à cette autre catégorie politique qu'est le fascisme ; plus près donc du fascisme que de toute idée de communisme quelle qu'elle soit... cette URSS !

Jugez donc : culte de la personnalité (en la personne de Staline), culte du parti, culte de l'armée, et de la défense de la patrie, Etat paranoïaque ("complotiste" on dirait aujourd'hui) ; Etat qui aura érigé la délation, celle de son prochain souvent voisin - délation sous la forme de dénonciations calomnieuses - en vertu cardinale de toute société bien organisée. 

Tel était fasciste (de gauche) celle ou celui qui se croyait communiste ? 

        Mais alors, cela ferait donc chic de soutenir contre vents et marées et contre tous, que l'expérience soviétique a été globalement positive ?

Pauvre Marx... on lui aura vraiment tout fait (1) !

 

        Inutiles de s'inquiéter néanmoins. Soyons bien tranquilles car trois faits peuvent nous conforter ; trois faits qui rendent futile tout débat autour du bilan de l'expérience soviétique ainsi que toute tentative de le ranimer  ; tentative que l'on jugera ubuesque, voire excentrique, mâtinée d'un snobisme un rien transgressif cultivé par des dandy de la politique et de l'histoire.

Aussi, continuons de dormir sur nos deux oreilles car enfin... 

- de l'avis de tous les marxistes qui ont lu et compris Marx, en particulier dans son association avec Engels - son mécène (avec l'argent du père de ce dernier) -, et le Manifeste communiste de 1848, l'URSS n'avait, n'a jamais et n'aura jamais quoi que ce soit à voir avec le Communisme... 

- aucun des peuples qui a vécu sous la botte de l'URSS, celle de Staline en particulier, ne regrette la chute de cette (vieille garce que l'on disait increvable) d'URSS...

- seuls celles et ceux qui n'ont jamais vécu sous cette botte ont soutenu ce régime, confortablement installés à l'Ouest... un peu comme si "l'URSS, c'est pour les autres, toujours  !"

     Cela étant établi, personne ne contestera le fait suivant : l'URSS a représenté, c'est sûr, pour quiconque avait la faiblesse de se penser "communiste" et l'URSS avec lui, une véritable opportunité, une sorte de coin de paradis, car pour ce qui s'est très vite avéré être une nomenklatura encartée dans un régime d'une nature oligarchique, pour tous ces "princes rouges" d'un capitalisme d'Etat, c'était... datcha au bord de la mer Noire, grosse berline, grosse et puissance et caviar de Bakou dans l'assiette !

      Une nouvelle fois, la question se pose : pourquoi cette fidélité à ce fiasco et cette escroquerie criminelle ?

Tant d'années après la fin du cauchemar, là, nous sommes encore dans l'obligation de nous interroger et forcés aussi, faute d'alternative, d'appeler à la rescousse la psychologie, voire la psychanalyse ; et puis aussi, pour les cas les plus ardus : la psychiatrie. 

 

        Décidément, cette fidélité quasi religieuse - la religion soviétique qui avait pour centre officiel l'URSS comme le Christianisme le Vatican -, d'une classe bourgeoise athée en manque de Dieu ou d'un petit père des peuples (contraints - la servitude ou la mort), aujourd'hui encore en la personne de Madame Annie Lacroix-Riz, cette complaisance inouïe envers la corruption généralisée du régime, gangrène de l'âme et de l'esprit civique, ses manquements, ses violences et ses crimes de masse, n'a définitivement rien à partager avec une quelconque fidélité à cet idéal Communisme, ce désir d'une grande fraternité soucieuse du bien commun dans la plénitude de tout notre potentiel en tant qu'être humain. 

 

 

1 - Au sujet des marxistes qui fricotent avec une droite pétainiste, maurrassienne et mussolinienne, on pourra se reporter au philo-analyste Francis Cousin : ICI

        


Moyenne des avis sur cet article :  1.94/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 11:22

    Pour répondre aux commentaires postés dans le « back-end » du site... au sujet de la complaisance dont fait preuve Lacroix-Riz à propos de l’URSS merci de vous reporter aux vidéos suivantes :

     https://www.youtube.com/watch?v=wlPNOq5gkp4 : dans les 15 dernières minutes au moment son audience tente de s’interposer.... on réalise alors que Lacroix-Riz est incapable de la moindre analyse ou commentaire critique vis à vis du PCF et de l’URSS... 

    https://www.youtube.com/watch?v=eBAx91qMQzQ : à propos de sa recension du « livre noir du communisme ». Comment elle noie le poisson (ou le poison) dans la dénonciation d’un anti-communisme primaire. Diversion scélérate...

    Pourquoi finalement ont-ils tous besoin de « vivre dans le crime » en couvrant ceux des uns contre ceux de tous les autres ?



    • Paul Leleu 26 avril 15:14

      je vous conseille la lecture de « la fin de l’homme rouge » de Svetlana Alexievitch... si ce sujet vous intéresse sincèrement, ça vous donnera un petit apperçu de ce qu’en pensent les gens qui ont vécu là-bas... un livre sans faux semblants...

      66% des ex-soviétiques regrettent actuellement l’URSS... y compris des gens des pays satellites... et même des gens de droite et orthodoxes (si, si !). Et les gens regrettent même l’économie planifiée parmi les premières causes ! Surtout ceux qui l’ont vécu ! ... j’espère que ça vous aidera à compléter votre compréhension des choses.

      En 1996, il est vraisemblable (selon la presse occidentale elle-même) que c’est le communiste ’stalinien’ Guennadi Ziouganov qui avait gagné les élections... mais qu’elles ont été truquées pour maintenir Eltsine...

      Les périodes réellements meutrières de l’URSS furent la guerre civile, les grandes purges de 37-38 et la guerre de 41-45 + un peu l’après-guerre. En dehors de ces périodes les soviétiques ont eu le sentiment de vivre dans un régime simplement autoritaire. D’ailleurs, Khrouchtchev avait quasi vidé les goulags.

      Quant à la stagnation économique entamée dans les années 1970, elle était mondiale. Simplement, à l’ouest, nous y avons répondu par une cavalerie financière dont nous commençons à payer les pots-cassés aujourd’hui. (la plupart des mesures conspuées aujourd’hui datent d’ailleurs de cette époque).


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 17:22

      @Paul Leleu

      « 66% des ex-soviétiques regrettent actuellement l’URSS... »

      C’est sans doute pour cette raison que Poutine est ré-élu avec 70% des voix alors que son régime est plus près du Tsarisme que du stalinisme dit socialo-communiste


    • Paul Leleu 26 avril 18:47

      @Serge ULESKI @ Positronique

      ma foi, vous pensez bien ce que vous voulez... si l’histoire et la sociologie vous intéressent moins que vos idées reçues...

      c’est vous qui êtes ringards... vous êtes bloqués dans la littérature occidentale de la guerre froide avec tous les clichés...

      visiblement la vérité ne vous intéresse guère...

      https://www.atlantico.fr/pepite/3561969/66-des-russes-regrettent-l-urss


    • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 19:09

      @Serge ULESKI

      Vous bottez en touche et ne répondez pas à Paul Leleu
      Vous faites des affirmations, les vôtres, celles qui vous conviennent, hélas elles sont fausses et montrent un anti-communisme primaire que je croyais à tort être disparu. 

      il est réélu avec 70% des voix et avec celles des communistes qui ne votèrent pas pour le PC, qui reste malgré tout comme le principal parti d’opposition, pour maintenir vivant l’idée de socialisme.


    • JP94 26 avril 22:15

      @Paul Leleu

      Bah ! Serge Uleski montre avant tout son mépris de classe ( ou c’en est le reflet ) pour le peuple russe et sa totale ignorance des tas, ... n’importe qui peut aller sur Youtube et y lire les commentaires de tas de russes à propos de l’URSS et il n’est aucun domaine : culture, haut niveau intellectuel des masses ( selon SU ( pas Soviet Union, Serge Uleski), c’est la vodka qui était leur unique passion !)
      Vous lisez des choses telles que :
       « Mais le capitalisme est mille fois pire que tout ce qu’on a pu nous en dire ! »
      A propos de films et de chansons : 
       « ah on nous dit que du temps de l’URSS il y avait la censure, mais regardez quels trésors on produisait, et comparez avec la pourriture actuelle, ... »
       « Vive l’URSS ! » 
      « l’URSS était le meilleur pays du monde, et on a tout perdu ! » 
      « Nous avons envoyé le premier homme dans l’espace ! »
      « quelle beauté avait notre pays ! »
      « Nous avions tout, et c’est maintenant que nous nous en rendons compte ! »

      Une famille soviétique était en moyenne abonnée à 4 revues scientifiques, techniques ou littéraires  pas du Télérama ni ce qu’on trouve en kiosque, porno y compris et revues de maquillage pour ado retardée ...
      Le niveau scolaire soviétique reste la référence absolue et les Russes utilisent les manuels soviétiques pour eux ... en Crimée on les réimprime pour les lycées et collèges en maths.

      Le taux d’accès à l’enseignement supérieure pour les enfants ouvriers était de 10 fois le niveau français. 
      Il y avait des écoles pour surdoués ( Gnessin pour la musique) ...
      Le niveau échiquéen était exceptionnel. 
      Etc etc ...

      Des académiciens ex-soviétiques appellent au retour au système soviétique...

      Bon, moi je connais des tas de Russes, Ukrainiens ( non fachos ) , Géorgiens, ex-Soviétiques : aucun n’est membre d’un PC ( sauf l’un des Ukrainiens, dirigeant menacé de mort en Ukraine occidentale). Ils sont unanimement favorables à l’URSS, qu’ils vivent ici ou là-bas.

      Moi j’estime les Russes, et je les écoute. Et le respect, immense, est réciproque. 

      Je conseille aussi le libre de Marianne Dunlop et Danielle Bleitrach ( Ed DELGA) et aussi Kenny et Keeran ; the collapse of the Soviet Union, traduit chez Delga.

      Quand aux crimes de masses, mieux se renseigner : 
      Il y a consensus actuel en Russie : 700 000 condamnations à mort dans les années 30. ( 2% de la population) ... mais parmi les 700 000, il y a des coupables et des innocents ! Et parmi les exécuteurs, il y a aussi des coupables qui ont condamné pour ne pas être pris comme membre d’un des complots fascistes en URSS... car tout de même , pourquoi cette date pour les procès ? ...ils ne datent de 1930 ...

      Ensuite, lorsque Beria a remplacé Ejov sur décision de Staline, les exécutions ont diminué de 90% en quelques mois ...

      Serge Uleski est un âne ( je donne le point de vue russe : j’ai montré son article à des Russes ) 


    • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 01:17

      @JP94

      En 1969, quoique bon joueur d’échec, je me suis fait ratatiné , 3 à 0, par un moujick membre des pionniers, 17 ans, mais j’ai été très fier pour l’URSS d’avoir perdu.

      Je confirme que la culture générale des russes soviétiques est très supérieure à la française


    • Garibaldi2 27 avril 09:10

      @JP94

      Staline était un salaud, mais il conviendrait de revenir à la réalité des chiffres pour parler de sa répression :

      (Sur le livre noir du communisme)

      ’’Lilly Marcou s’interroge sur la participation de Nicolas Werth à un collectif qui, selon elle, « pour mieux imposer la comparaison communisme-nazisme, cherche à faire admettre le chiffre de 80 à 100 millions de morts », alors qu’en septembre 1993, il a publié sur la base d’un examen des archives soviétiques, ouvertes en 1989, un article dans L’Histoire, intitulé « Goulag, les vrais chiffres ». L’auteur y révisait de dix fois à la baisse (2 millions de morts et non plus 20) le chiffrage total des victimes de la période stalinienne, jusqu’ici retenu par les chercheurs. « Quand un historien se contredit dans un laps de temps aussi court, cela pose un problème de crédibilité », déclare-t-elle43. ’’

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Livre_noir_du_communisme


    • Garibaldi2 27 avril 09:29

      Et concernant le truc ’’à la Stéphane Courtois’’ de brandir la Une de l’Humanité sur la mort de Staline, je pense qu’il faudrait rappeler, rien qu’en France, cette Une de l’hebdo ’’Noir et blanc’’ : https://www.cadeauretro.com/imghebdo/NBLMIN1953/NBL19530311_t.jpg

      titrée : ’’Une prodigieuse aventure : la vie de Staline’’ !


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 11:26

      « le livre noir de l’anticommuniste » aura alors la prétention de répondre à cet autre ouvrage « le livre noir du communisme » chez Laffond. 


      • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 21:15

        @Serge ULESKI

        Il faudrait mieux parler de la bibliothèque noire de l’anti-communisme


      • nemo3637 nemo3637 26 avril 12:04

        J’ai cotoyé Annie Lacroix-Riz alors qu’elle était professeur à l’Université Toulouse-Le Mirail dans les années 1980. Entourée de conférenciers cubains, elle se spécialisait dans l’histoire de l’URSS.

        Etant moi-même d’origine russo-ukrainienne par ma mère, détenue dans les camps en Allemagne pendant la guerre, et résidant en France de par son mariage avec mon père français, lui-même déporté, j’avais tenté d’expliquer à Madame Lacroix-Riz, les pressions subies par ma mère de par l’ambassade d’URSS et les communistes français, pour qu’elle retourne en Union Soviétique. Elle resta en France. Mais mon grand-père en Ukraine, en subit le contre-coup, et mourut en 1950  des sévices et privations infligées par les autorités soviétiques .

        Madame Lacroix-Riz a nié le caractère des pressions subies par ma mère. Et quand je lui ai dit que celle-ci était toujours vivante, que l’on pouvait la considérer comme un témoin, elle a rétorqué qu’alors « ce n’était plus de l’Histoire mais de l’Actualité » et que l’on ne pouvait donc prendre en considération un tel témoignage... Et que d’autre part, ayant eu accès aux archives de l’Union Soviétique on était en pleine « pérestroïka » elle affirmait que ce que je disais était faux.

        Cela dit j’apprécie les ouvrages de Madame Lacroix-Riz

        , comme celui concernant l’attitude du patronat français pendant les deux guerres mondiales. De bonnes analyses... mais une faiblesse évidente à l’égard du stalinisme.


        • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 12:09

          @nemo3637

          Merci pour votre témoignage. Que les langues se délient donc !


        • Vredes Vredes 26 avril 16:53

          @nemo3637 Dur témoignage merci.
          Quand je pense que cette Lacroix Riz est négationniste de l’Holodomor, le génocide ukrainien, elle en parle comme une sérieuse disette.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Lacroix-Riz#La_controverse_sur_l%27Holodomor


        • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 17:19

          @Vredes

          En cela, elle est décevante... mais bon...

                 Tous ont besoin de « vivre dans le crime » - ce crime qui les habite et les habille tous ! - en couvrant ceux des uns (leurs copains !) contre et avec ceux de tous les autres ( les ennemis politiques) même et surtout des décennies après leur accomplissement !


        • Paul Leleu 26 avril 19:03

          @Vredes

          selon les chiffres de l’ONU, la liberté a fait 3 millions de morts et 10 millions de disparus dans les années 1990 en ex-URSS...

          après, vous vous étonnez que les gens sur place ne voient pas toujours trop la différence


        • CN46400 CN46400 28 avril 11:57

          @Vredes
          Le mérite d’ALR est surtout de s’appuyer en permanence sur des archives difficiles à contester. Et ce, y compris sur le pseudo « holodomor » des campagnes ukrainiennes des années 30, quand elle a démontré, entre autre, que les photos mises en avant par les « néos-ukrainiens » dataient en fait de 1921, c’est à dire de la guerre civile.
           En fait, si la collectivisation avait provoqué une telle famine dans la si fertile Ukraine, on pourrait, utilement, se demander comment avaient pu survivre les autres peuples de l’URSS bien moins dotés par la nature sur le plan agricole. Et surtout, comment tous ces gens avaient pu chasser, moins de 10 ans plus tard, l’armada nazie....
           La plupart des anti-staliniens, de tous bords, sont centrés sur la personnalité de Staline (ex Kroutchev...), mais négligent quasi-systématiquement l’observation objective des actes, et de leurs motivations, pourtant publiques, du dictateur. Du fait de sa politique, l’URSS de cette époque subissait beaucoup de pénuries avec la corruption qui va avec. C’est ainsi que s’explique le recours massif au travail forcé durant les plans quinquennaux....tout en contredisant les pesudo famines. Tant il est vrai que la famine est contradictoire avec le travail, même forcé...
           Mais au bout du bout, il y a la victoire de 45 et..l’échec de 91 !


        • simir simir 28 avril 18:44

          @Vredes
          Oui une sérieuse disette.Elle reprend en disant cela les propos de diplomates qui vivaient là-bas.
          Marc Tauger historien etasunien spécialisé dans l’histoire de la Russie, de l’URSS et dans l’histoire de l’agriculture a écrut un livre publié par les éditions Delga ; Famines et transformations sociales en URSS.
          Il conteste dans cet ouvrage cette thèse conspirationiste qui attribue au régime soviétique la volonté de tuer par la faim les nationalistes ukrainiens.
          Il nous prouve par de nombreux documents que le régime a réduit à cette époque ses exportations de blé et a distribué des millions de tonnes de vivres à partir de ces réserves pour contrer cette sérieuse disette..
          Cette crise ne se limitait pas à l’Ukraine mais avait touché toute l’URSS et résultait d’abord d’une série de catastrophes naturelles qui avaient diminué les récoltes.
          Je cite cet historien : « Les pénuries alimentaires ont prévalu pendant la majeure partie de l’URSS et le gouvernement a fait des efforts considérables pour redistribuer la nourriture aux régions et aux groupes qui en avaient besoin »


        • Dom66 Dom66 26 avril 12:24

          J’ai une opinion, vous me direz ce que vous en pensez ?

          Toutes les dictatures ont une origine et ne tombent pas du ciel.

          Si le peuple Russe avait été bien traité par le star, si il n’y avait eu qu’amour, travail et joie, croyez vous que la dictature de Staline aurait existé ?

          Si après la guerre de 14 l’Allemagne n’avait pas été humiliée et mal traitée, ainsi que sont peuple croyez vous que Hitler aurait existé ?

          Non toutes les responsabilités incombent toujours aux « gentils » suivez mon regard.

          Quand on donne un coup de pied au chiens ne pas venir se plaindre si on se fait mordre.

          Quand ont sème la haine ont récolte la tempête

          Ha ! autre chose....le communisme n’a jamais gouverné dans le monde, sauf chez la plupart des tributs amérindiennes


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 13:16

            @Dom66

            « .le communisme n’a jamais gouverné dans le monde, sauf chez la plupart des tributs amérindiennes » .... là vous faites du marxisme à la sauce Francis Cousin (lol)..... je suis sûr que l’on trouvera chez l es Amérindiens du contrôle, de la domination, de la discrimination... de l’abus de pouvoir ou du culte du chef...... cela dit, je vous rejoins. 


          • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 13:39

            @Serge ULESKI

            Je n’aurais pas utilisé le terme « gouverné » pour parler du communisme primitif.

            Si ! À l’origine l’humanité était dans un mode de production communiste, puisque n’existait ni l’état , ni des classes sociales antagonistes.

            Ce que vous appelez « chefs » n’a absolument aucun rapport avec la notion de classes sociales.

            Mais pour comprendre cela, il fait d’abord comprendre ce qu’est le NOYAU philosophique du marxisme.


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 17:14

            @Michel Maugis

            Amérindiens ou pas, je suis sûr qu’il y avait du supérieur, de l’inférieur, du « pousse-toi que je m’y mette ! » du « tu vas voir ta gueule à la récrée ! », du contrôle, de la domination, de la discrimination... du pouvoir, de l’abus de pouvoir ou du culte du chef en veux-tu en voilà ! Je vous renvoie à


            Claude Lévi-Strauss et son tristes tropiques de 1955 ...... 

          • Dom66 Dom66 26 avril 17:26

            @Serge ULESKI
            "je suis sûr que l’on trouvera chez l es Amérindiens du contrôle, de la domination, de la discrimination... de l’abus de pouvoir ou du culte du chef"

            C’est bien mal connaitre ce qui était la vie en société des Amérindiens du Nord.

            Donc je ne vais pas vous expliquer car vous avez juste écris en très peu de mot, les trois choses que la majorité des tribus indiennes ne connaissaient pas.

            -Discrimination....jamais ; domination...jamais..., abus de pouvoir...jamais

            Le culte du chef...oui, il avais été choisi par sont courage, sa sagesse, et son intelligence
            La vie était : tous travail pour tous....

            Que cela vous dérange ou pas, le vrai communisme n’a jamais été appliqué dans nos civilisations car la maladie de l’homme blanc (j’en suis un) est l’envie de posséder, et de dominer..justement ce qui n’existait pas chez les American indian

             Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre.

            Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage."

            SB


          • Dom66 Dom66 26 avril 17:38

            @Michel Maugis
            ++++ oui
            « Mais pour comprendre cela, il fait d’abord comprendre ce qu’est le NOYAU philosophique du marxisme. »

            Mais voila ce mot pour certain donne des boutons et fait peur, c’est comme dire
            « La Russie c’est bien » ou l’hystérie anti Russe ou la maladie mentale.

            Les gens ont peur de ce qu’il ne connaissent pas et voici ce qui pourrait les intéresser.

            https://www.youtube.com/watch?v=1BzS0k2qhDA


          • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 19:50

            @Serge ULESKI

            « je suis sûr qu’il y avait du supérieur, de l’inférieur, du..etc
            ce ne sont pas des classes sociales. vous bottez en touche

            Décidément, vous continuez d’ignorer le fondamental qui est la propriété des moyens de production, et donc des classes sociales qui se déterminent par rapport à cette propriété. Et donc de l’État dont l’existence est justement motivée pour le maintien d’une domination de classe à partir de cette propriété, générateur d’inégalité.

            Par principe, le monde initial était forcément communiste, puisque le seul moyen de production était la terre dont la propriété était collective. 

            Á cette époque chacun était chasseur, intellectuel, gardien, artiste, guetteur etc..
            Il y a encore de nos jours des communautés communistes, en Amazonie, en Afrique et je crois en Australie

            Je vous conseille de lire »dialectique de la nature" et l’anti-Dühring 


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 11:08

            @Michel Maugis

            Staliine, Bachar el Assad.... qui a dit que Agoravox était un site de farces et attrapes ? 

            Bon, allez... pourquoi pas... mais faudrait que ce soit marrant ! Pour ça, il faudrait que le talent soit au rdv ! 

            Alors que...


          • Facochon Facochon 27 avril 12:33

            @Michel Maugis

            C’est partiellement vrai, néanmoins ce mode de fonctionnement coopératif ( communisme) n’a pu fonctionner qu’avec des groupes humains limités en nombre. Si on se réfère à l’échelle de l’evolution de l’humanité, le mode de fonctionnement que vous qualifiez de « communiste » s’est disloqué lorsque l’humain a fait sa révolution agricole avec la domestication de quelques céréales et de quelques animaux. En effet les territoires nécessaires pour l’agriculture se devaient d’etre protégés des tribus extérieures qui auraient mettre la main sur les terres cultivées en massacrant les guerriers et capturant les femmes( pour la diversité de reproduction) Bien entendu il existait des coopérations entre tribus mais il existait des groupes de tribus prédatrices. Avec la sédentarisation, les femmes donnent plus de naissance, les groupes humains s’agrandissent et le besoin de structurer les groupes, dans l’unique but de la survie donne l’apparition de hierarchies complexes. Les différents modes capitalistes, qu’ils soient public (URSS:et oui l’URSS n’a jamais eu d’autre mode de fonctionnement que capitalistique etatique n’en deplaise aux anticommunistes ) ou privé c’est à dire le mode actuel mais paroxysé par le libéralisme. Sapiens est un prédateur et un grand singe coopératif créateur de mythes depuis des milliers d’annees. Les évolutions de Sapiens se sont opérés sur des temps très longs, il semble que la nécessité de la privatisation et l’accaparement de territoire au commencement de l’agriculture a permis la constitution et la survie des grands groupes. Ainsi même si Sumer a disparu, les Sumériens nous ont légué l’écriture. Les communistes peuvent continuer à théoriser un modèle nécessairement clanesque ou tribal mais confronté à l’aune de la réalité il n’exite que dans des sociétés au stade primaire protégées par l’ONU sous peine de disparition.


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 13:28

            « paradis perdu » mon cul !


            • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 13:29

              @Serge ULESKI


              L’auteur participe à la grande manœuvre de l’anticommunisme qui consiste à nier l’apport considérable de l’épopée soviétique aux bonheurs des peuples.

              Cet apport est incontestable ; c’est la création en un temps historique très court d’un socle économique, politique et militaire qui permettra à l’humanité toute entière d’échapper à la Barbarie que l’Empire fasciste Occidental, que j’appelle l’ OTANAZIE, tente d’instaurer au nom de la « démocratie », des « droits de l’Homme » et de la « liberté ».


              C’est une conclusion qui confirme l’extraordinaire validité du marxisme, conception du monde sans dieu, en opposition au christianisme aux plusieurs centaines de millions de morts durant toute l’histoire, qui permet au français, entre autres, de s’émouvoir sur l’incendie de Notre Dame et de garder silence sur la destruction de pays entiers comme l’ Irak, la Libye, la Syrie, la Yougoslavie, l’Afghanistan, ses tentatives sur le Venezuela, Cuba, Nicaragua, Vietnam, qui sont des milliers d’incendies autrement plus meurtrier.


              Il convient d’expliquer à l’auteur quelques réalités de base qu’il semble vouloir ignorer pour se protéger d’accusation infâme de communiste que d’autres pourraient lui asséner sur la base de ses autres articles autrement meilleur que ce dernier, dans le but de construire le socialisme.


              L’URSS et les autres pays socialistes réels n’ont jamais prétendu être des pays communistes au sens d’avoir un mode de production communiste, c’est-à-dire sans classes sociales antagonistes et donc sans état. Ces pays étaient communistes parce qu’ils étaient dirigés par des communistes.  C’est pourquoi la Chine n’a cessé d’être communiste depuis 1949, et que de mon point de vue marxiste la Russie est toujours dirigée par des marxistes, voire des communistes. Toute l’œuvre de Marx témoigne de la VALIDITÉ historique du mode de production capitaliste, de sa croissance et de sa nécessaire extinction historique par son remplacement par le socialisme, étape nécessaire pour en arriver au communisme, retour dialectique de l’histoire sur ses origines primitives. Sinon, c’est la Barbarie qui semble en bonne voie avec le silence honteux de la masse des gens devant LES ORDURES US avec ses « toutes les options sont sur la table »

              Comment qualifiez vous cette horreur annoncée par l’anticommunisme ?


              Ces pays construisaient le SOCIALISME dans l’adversité fasciste du monde occidental depuis 1917. Mais cette adversité existait depuis le tout début de l’humanité, depuis la chute du communisme primitif qui donna naissance au communisme politique, il y a plusieurs dizaines de milliers d’années, et que l’on peut appeler le communisme utopique. Ce sont Marx et Engels qui élaborèrent le communisme scientifique à partir de leur analyse de l’histoire : Le matérialisme historique, que n’est pas LE marxisme et qui est DU marxisme. C’est la lutte des classes.


              Et l’époque du « stalinisme » était une expression de cette lutte--- qui fut VICTORIEUSE pour le bonheur des peuples.


              Hélas, je n’ai pas le temps de commenter plus à fond votre article. Peut être y répondrai-je avec un article sur ce qu’est l’(anti) communisme.


              Merci Staline ! Merci les PC de l’époque. Merci Annie Lacroix-Riz pour remettre les pendules à l’heure.







              • DACH 26 avril 14:05

                @Michel Maugis=

                Encore un adolescent emprisonné dans ce qu’il a envie de croire et de faire croire. Tissus mal fagotés de contre vérités, d’impostures et d’affirmations gratuites à la zozo. Et puis, le summum qui tue toutes ses affirmations : il n’est jamais tenu compte dans son argumentation de ce que veulent les peuples sous le joug des systèmes communistes. Sa démarche idéologique est drôle tant il l’a rendue ridicule.Ce n’est pas demain que les peuples voudront un autre Staline ou Mao, que son biographe qualifiait aussi de pervers sexuel ! Mais son tissu d’âneries tellement évidentes réjouira un maximum de lecteurs.


              • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 15:12

                @DACH

                Je vous remercie d’être d’accord en tout point avec mon commentaire puisque vous n’avez su y répondre de façon argumentée. Libre à vous de préférer votre idéologie aux plusieurs centaines de million de morts Mais c’est Maduro et le Venezuela qui vaincra grâce au succès du communisme passé qui n’en fini toujours pas d’aider les peuples contre votre tyrannie de salopars

                CQFD


              • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 17:18

                @Michel Maugis
                       Pourquoi finalement ont-ils tous besoin de « vivre dans le crime » - ce crime qui les habite et les habille tous ! - en couvrant ceux des uns contre et avec ceux de tous les autres même et surtout des décennies après leur accomplissement ?


              • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 18:05

                @Serge ULESKI

                Où avez vous vu que les communistes ont ce besoin de « vivre dans le crime ! » ?

                Nous tous vivons dans le crime, parce que l’ humanité est aliénée, c’est à dire qu’elle est dominée par les choses qu’elle crée au lieu de contrôler son devenir.

                Seulement voilà les communistes sont honnêtes et assument l’histoire, leur histoire et n’ont pas honte de celle-ci. Certains se prennent pour des experts et déclarent sans rire, comme vous le faites implicitement, que LA FUSION NUCLÉAIRE est inutile, parce qu’elle va d’échec en échec, que l’aéronautique n’aurait jamais dû exister, que l’extraction du charbon est une honte pour l’humanité etc....

                La définition du communisme :

                Pour nous, le communisme n’est pas un état de choses qu’il convient d’établir, un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses. (Karl Marx)

                Pour paraphraser Marx : je dirais que je ne suis pas communiste, selon votre idée réactionnaire et amarxiste , voire antimarxiste. de ce qu’est le communisme.

                Fidel avait bien raison de dire qu’il n´était pas communiste (selon la définition de l’idéologie petite bourgeoise), il n’était pas membre du Parti Communiste.
                Mais il l’était bel et bien, sans en être conscient, car c’est une question d’âme et de ne pas la vendre. Les réactionnaires de tous poils savent que Chavez est communiste dans l’âme, ainsi que Maduro.. et c’est cela qu’ils ne peuvent accepter.

                À une question d’un journaliste bourgeois qui demandait à Khrouchtchev si Castro était communiste, il répondit : Je ne sais pas, mais ce que moi je sais est que je suis Castriste.



                Les philosophes ont seulement interprété différemment le monde, ce qui importe, c’est de le changer

                Ce n’est pas la conscience des hommes qui déterminent leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

                Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.


              • DACH 26 avril 14:09

                A SU. Les systèmes communistes ont proposé des menus dont ils n’ont jamais su faire les repas qui correspondaient. Le systèmes communistes sont des systèmes nazis tant dans leurs objectifs que dans leurs méthodes.


                • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 15:17

                  @DACH

                  Je ne sais pas ce qu’est un système communiste, mais je sais ce que sont des belles crapules aux plusieurs centaines de million de morts qu’ils provoquent avec leurs éternelles options su la table . PÔVRE TYPE. cultive toi !


                • DACH 26 avril 17:21

                  @Michel Maugis=Je ne sais pas ce qu’est un système communiste.=Un aveu d’gnorance de votre part peut espérer qu’un jour vous passerez du stade de l’adolescence plein des boutons de votre stanilisme à une libération adulte de ce que vous voulez nous faire croire sans succès ! Mon pauvre ami, vous êtes si con,vaincant dans vos chimères !



                • popov 26 avril 14:51

                  @Serge Uleski

                  Quelques remarques :

                   

                  1 C’est vrai qu’on vivait mieux en Europe, au Japon et aux USA qu’en URSS. Cependant, le monde dit « libre » comprenait aussi l’Afrique, l’Amérique Latine et une grande partie de l’Asie où les puissances occidentales mettaient au pouvoir de féroces dictatures. Si on fait la moyenne des conditions de vie dans ce « monde libre », je ne suis pas sûr qu’elles aient été meilleures que dans l’URSS.

                  2 Si le système soviétique est devenu « complotiste », ce n’est pas pour rien : ils ont vu comment l’Occident a lâché Hitler sur l’URSS.

                  3 La « menace » de l’URSS a été bénéfique au prolétariat occidental : le patronat avait tellement peur que les travailleurs se tournent en masse vers les partis communistes qu’ils leur ont consenti de nombreux avantages, avantages qu’ils essayent de supprimer petit à petit depuis la chute de l’URSS.

                  4 Voici une liste de scientifiques russes de renommée mondiale. Vous pourrez constater qu’un grand nombre ont vécu sous l’URSS. L’URSS a aussi contribué à la formation de scientifiques dans le monde entier, non seulement par les bourses d’étude qu’elle offrait aux étudiants du Tiers Monde, mais aussi par la diffusion de la série d’ouvrages scientifiques « Landau et Lifchitz » traduits en 20 langues et vendus à un prix très abordable pour les étudiants, même en France. Et l’URSS a été le premier pays à mettre un homme dans l’espace, pas mal pour un pays dont l’économie était presque uniquement agricole quelques décennies auparavant.


                  • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 15:31

                    @popov

                    C’est que l’auteur fustige l’épopée soviétique pour donner des garanties d’objectivité quant à ses autres articles d’une bien meilleur qualité et objectivité. Il veut s’assurer de ne pas être traité de Stalinien.

                    En bref c’est un pseudo révolutionnaire qui veut garder les mains propres. Pour lui, les résistants contre le fascisme étaient aussi des fascites puisqu’ils posaient des bombes. Comme c’est simple de se placer sur une tour d’ivoire et de contempler le monde. C’est un général après la guerre.....gagnée grâca au communisme qui sauva le monde des 3. Guerres mondiales en comptant celle que Poutine nous épargne par ses efforts


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 17:16

                    @popov

                           Pourquoi finalement ont-ils tous besoin de « vivre dans le crime » - ce crime qui les habite et les habille tous ! - en couvrant ceux des uns contre et avec ceux de tous les autres même et surtout des décennies après leur accomplissement ?


                  • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 18:50

                    @Serge ULESKI

                    Arrêter d’insulter des gens dont vous ne comprenez absolument pas les actions et les motivations !!

                    Est ce que les ingénieurs, techniciens, et chercheurs vivent dans les crimes de l’industrie charbonnière pour s’être appuyer sur elle afin de créer la fusion nucléaire qui va d’échec en échec ? Devraient ils répudier la science qui prouve que l’énergie du future est nucléaire par fission ? de même que le mode de production du futur devra être socialiste, car CUBA a prouvé haut la main que le socialisme est plus efficace.

                    Devraient ils condamner cette industrie pour tous ces morts qu’elle a provoqués ?
                    Pour ne pas paraître « vivre dans le crime » ?

                    Et oui monsieur, il en est de la transformation du monde comme de toutes choses, et c’est refuser de changer ce monde que de rabâcher un mensonge idéologique, car la vérité est justement tout le contraire ;

                    LE BILAN DE L’ÉPOPÉE SOVIÉTIQUE A ÉTÉ EXTRAORDINAIREMENT POSITIF POUR L’HUMANITE.

                    Trump et ses voyous confirmés qu’il a nommés nous le montrent chaque jour dans leurs discours de gangsters menaçant tous ceux qui ne se soumettent pas à leurs caprices. Heureusement qu’il existe ce bilan du communisme qu’est POUTINE :

                    et les morts sont au compte de l´histoire qui ne peut se développer sans eux. ( sauf pour les ignares hypocrites, qui n’ont rien fait, ne font rien et se donnent bonne conscience en permanence)

                    de même que celle de l’industrie charbonnière.


                  • DACH 26 avril 23:37

                    @Michel Maugis=LE BILAN DE L’ÉPOPÉE SOVIÉTIQUE A ÉTÉ EXTRAORDINAIREMENT POSITIF POUR L’HUMANITE.= Cela fait rire aux éclats tous ceux qui ont souffert de goulags et cie. qui n’ont pu manger à leur faim ! Un sandwich soviétique c’était un ticket de jambon entre 2 tickets de pain ! Quel luxe...C’est au fond réjouissant de lire de telles inepties tant elles désservent les idées que MM prétend défendre.... Au fond MM est comme le coyotte qui veut attraper BIB-BIP !!! Les russes d’aujourd’hui aiment mieux leur pays que du temps du sanguinaire Staline !!!!


                  • DACH 26 avril 23:42

                    @Michel Maugis=@Michel Maugis=LE BILAN DE L’ÉPOPÉE SOVIÉTIQUE A ÉTÉ EXTRAORDINAIREMENT POSITIF POUR L’HUMANITE.= 

                    Exemple typique de résussite soviétique : Tchernobyl !


                  • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 01:21

                    @Michel Maugis

                    il faut lire ; "Devraient ils répudier la science qui prouve que l´énergie du future est nucléaire par FUSION.


                  • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 01:26

                    @DACH

                    exemple typique de votre immense connerie. Un bilan n’est pas la mise en avant d’une catastrophe.

                    Exemple typique de l’anticommunisme : Guerres coloniales, raciste, guerres mondiales, retour à l’âge de pierre de pays de plusieurs pays, etc...


                  • popov 27 avril 08:31

                    @Serge ULESKI

                    Tous les pays commettent des crimes, même le France. On peut cependant saluer Chirac qui a évité à la France l’ignominie de la guerre du Golfe.


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 10:19

                    @popov

                    Ce qui m’intéresse c’est ce besoin chez certains de « vivre dans le crime » car refuser de le reconnaître pour ce qu’il est - un crime -, c’est le cautionner ; le cautionner c’est vivre dans le crime... c’est en reconnaître l’absolue nécessité : il faut tuer le plus souvent et le plus possible ! certes, par procuration quand il s’agit d’événements passés mais n’empêche... ce qui m’a surpris chez cette Lacroix-Riz (alors que l’on m’avait alerté  « fais attention Serge, si c’est une historienne marxiste-léniniste, c’est surtout une stalinienne ! ») c’est qu’en définitive, elle ne dénonce pas les crimes parce que le crime est condamnable en soi mais bien parce qu’il s’agit des crimes de ses ennemis politiques ; et c’est alors qu’on réalise qu’elle aussi a manifestement besoin de vivre dans le crime en couvrant ceux de « son camp » qu’elle dit être celui du Communisme alors que... comme expliqué, la reconnaissance de la catastrophe humaine qu’à été l’URSS ne remet absolument pas en cause l’idéal communiste. ...............................Mais alors, combien peut-il y avoir de lecture du Manifeste communiste de Marx et d’Engels ? Mille ? Autant de lectures qu’il y aurait de partisans de la négation des crimes politiques de masse, et pire encore, de leur justification ? 


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 10:33

                    @Serge ULESKI

                    Rajout :

                    D’autant plus que l’idéal communiste, c’est pas un parti, c’est pas un label, c’est pas du marketing... le Communisme c’est une chronologie, tout un déroulé historique d’événements qui y mènent, ce sont des textes fondateurs, des faits... mais alors, quel lien avec l’URSS et sa catastrophe humaine défendue bec et ongles par ceux qui se disent communistes ? 

                    Personne, ici, sur ce fil de commentaires, n’a été encore capable de me l’expliquer. 


                  • nemo3637 nemo3637 27 avril 11:08

                    @DACH
                    Je ne peux m’empêcher d’intervenir à nouveau ici car presque toute ma famille, en Ukraine, a été anéantie sous Staline, mourant de privations ou assassinée. Je ne m’étendrai pas sur ce sujet douloureux mais je dirai qu’aucun ne fut vraiment engagé en politique ou infidèle à Staline. Tout au contraire.Quand on s’aperçut dès les années 1920 que le communisme des bolchéviques n’était que la dictature d’un parti sur le prolétariat, une grossière mystification autoritaire qui permettait à une minorité de s’en mettre plein les poches, c’est l’opportunisme qui prévalut. Mon grand-père, considéré comme petit koulak, fit ensuite une carrière convenable dans l’administration communale jusqu’à la guerre. Je me demande toujours comment il a fait pour survivre à la grande famine et aux exactions des années 1930... Veuf, prudent, il avait mis ses deux filles ma mère et ma tante - à l’abri en les envoyant en Crimée. Pendant la guerre il conserva son poste dans la municipalité de Ienitchesk, aussi bien sous administration allemande que soviètique (la ville fut prise et reprise plusieurs fois au prix de durs combats). Bien sûr, il fut considéré comme suspect après guerre. Mais combien d’Ukrainiens avaient cru un moment à une libération de par l’invasion allemande ? Les atrocités commises par les partisans de Bendera les détournèrent rapidement de tous les fascismes.
                    Mais ce qui lui valut pratiquement une condamnation à mort, fut la découverte par les autorités soviétiques de l’établissement de ma mère en France (marié à mon père français en 1943 dans les camps de travail, délivrée par les Américains, elle avait pu y venir avec lui). Mon grand-père, malade, pas soigné, mourut dans la rue. A ses obsèques un certain nombre de gens assistèrent, certains soulagés (« il en savait trop, celui-là »)...
                    Moi aussi j’ai une culture livresque. Et je me réfère souvent à l’ouvrage de Vassili Grossman,« Vie et Destin », où il montre les similitudes et les connivences entre stalinisme (marxisme-léninisme) et nazisme. J’ai aussi trouvé parmi les livres de mes parents un étrange ouvrage, « la grève à Vorkouta » une terrible histoire de goulag écrite par un communiste allemand qui refuse de renier son idéal communiste. Je n’ai pu terminer de le lire...
                    Beaucoup de commentateurs ici font assaut de chiffres pour discréditer le régime soviétique qu’ils ne connaissent que par la propagande occidentale bourgeoise. On est loin aujourd’hui du temps où même les penseurs bourgeois et certains capitalistes restaient indulgents à son égard... Je ne la défendrai pas bien sûr cette terrible dictatures. Mais je suis d’accord pour dire aussi que le capitalisme libéral a réduit des populations à la misère, à la mort. Connaissez-vous Puerto Barrios, la cité de la United Fruit ? Trop long à expliquer...
                    Vrai aussi que la pression du bloc soviétique profita aux travailleurs occidentaux.
                    J’arrête ici. Mais c’est déjà beaucoup, assez pour comprendre ma ligne politique...


                  • JL JL 27 avril 11:13

                    @Serge ULESKI
                     
                     « L’économie des besoins n’est pas une économie d’assistanat. Il ne s’agit pas de distribuer des aides sociales à des personnes en difficulté, mais d’organiser un système dans lequel c’est l’ensemble de la population qui va vivre autrement que selon la loi du marché […]. En ce sens, l’économie des besoins est le communisme du xxie siècle. » Jacques Fournier


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 11:27

                    @nemo3637

                    Merci pour les Ukrainiens et les Polonais. 


                  • popov 27 avril 13:29

                    @Serge ULESKI

                    Je ne cautionne pas les crimes de l’URSS. Je dis simplement qu’elle n’a pas fait que des crimes et qu’il faudrait aussi examiner la politique criminelle de l’Occident dans les pays du Tiers-Monde.
                    Le communisme était une utopie pour camoufler une dictature. Tout comme le néo-libéralisme d’aujourd’hui.


                  • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 13:59

                    @Serge ULESKI

                    C’est que pour les communistes, l’URSS n’ a pas été une catastrophe humaine pour l’humanité toute entière. Ça été au contraire un extraordinaire bienfait qui a évité la Barbarie du capitalisme occidental sur le reste du monde.

                    l’URSS a mi fin à cette barbarie que furent Hitler et le colonialisme raciste européen.
                    Vous aviez le Napalm, les Viets avaient l’URSS.

                    J’ai toujours l’impression que ceux qui crient avec les loups font parti, inconsciemment peut être, de la même meute. 

                    Ramener l’extraordinaire épopée de l’URSS à la personnalité de Staline et à ses crimes relève de la volonté de dénigrer l’apport considérable du communisme et du marxisme.

                    Imaginer ce qu’aurait été ce monde sans l’existence opportune de l’ URSS ?

                    Nous le vivons actuellement avec ces guerres à ne plus en finir depuis sa disparition. Avec les ordures, Trump, Obama, Clinton, Hollande, Sarkonazy, Macron,etc.. tous en accord avec votre anti-communisme. 

                    Non monsieur, un lutteur ne crie pas avec les ordures !! j’ai choisi mon camp depuis la chute de Diên Biên Phu, j’avais 7 ans !!! Et j’étais heureux !!! Et en 1975, à voir les crapules fascistes US sur le toit de leur ambassade à Saigon se sauvant en hélicoptère, encore une grande joie !! pour vous c´était peut être une grande peine.

                    J’espère avoir répondu à votre question. La lutte des classes continue et vous y prenez part du côté des crapules... ils ont besoin de vous.


                  • cettegrenouilleci 27 avril 15:53

                    @nemo3637
                    Merci pour cet intéressant témoignage.


                  • Dom66 Dom66 27 avril 16:34

                    @nemo3637
                    J’ai lu avec plaisir merci


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 avril 17:16

                    Je vois que c’est le fight club ! 


                    • Chantecler Chantecler 26 avril 17:56

                      La dissolution de l’URSS a eu lieu en 1991.

                      Les gens qui sont nés en 1992 ont aujourd’hui 27 ans.

                      Ils n’ont pas connu l’URSS qui a pour eux une réalités analogue à lcelle de l’empire austro-hongrois ou l’empire ottoman.

                      L’histoire et la géostratégie peuvent faire ressortir des axes de réflexions, des lignes de clivages, etc. qui aident à comprendre le monde dans lequel nous vivons.

                      Mais la disqualification d’un mouvement politique disparu n’a aucune intérête en ce qui concerne l’argumentaion politique d’aujourd’hui.

                      Si cet article se veut politique, il est anachronique.

                      S’il se veut une réflexion sur l’histoire, il est faible.

                      S’il s’agit d’un g=règlement de compte personne avec madame Lacroix-Riz, ce n’est pas passionnant : les querelles de chapelles ne sonnent pas fort.


                      • Paul Leleu 26 avril 19:00

                        @Chantecler

                        vous savez, la haine de l’URSS est une religion pour certains... ils ont grandit avec, et ont besoin constamment de la célébrer...

                        d’ailleurs, ça ne les intéresse pas de lire d’autres sources que les manuels de bien-pensance de la CIA pendant la guerre froide... pourtant, depuis quelques années, il y a quand même de quoi se documenter de manière plus rigoureuse...

                        que voulez-vous.... ils sont persuadés de vivre dans « le monde libre »... ce n’est pas une secte new-age, mais presque...


                      • Chantecler Chantecler 26 avril 19:54

                        @Paul Leleu

                        si l’armée rouge et le peuple soviétique n’avaient pas payé de leur sang la lutte contre le nazisme, l’armée américaine n’aurait même pas pu envoyer ses tapi =s de bombes sur les villes européennes pour les détruire alors que ce n’était pas nécessaire (Rouen, Nevers, Amiens, le Havre...), ni envoyer big boy sur Hiroshima.

                        les types comme Ulesky oublient toujours volontairement que, pour empêcher les communistes de prendre le pouvoir en Allemagne, Les familles Kupp et deWendel, mais aussi Ford et Bush ont préféré dérouler le tapis rouge aux nazis.

                        alors après, on peut toujours faire la fine bouche


                      • DACH 26 avril 23:41

                        @Paul Leleu==L’amour des dictatures est une religion pour certains. Mais comme ils n’ont jamais vécu dans de tels régimes, un dépucelage de leur passion se fera par ce qu’ils seront amenés à vivre un jour ou l’autre !


                      • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 11:30

                        @Paul Leleu

                        « la haine de l’URSS »...

                        Non ! Bien plutôt la haine du crimes politiques de masse et du crime tout court : traite négrière, colonialisme, Hitler, Mao, Staline, Hiroshima, les crimes des USA durant la guerre froide et après, le sionisme...... 


                      • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 11:36

                        @DACH

                        Je suis plus pessimiste que vous... tous ces gens serviraient d’admirables petites mains de tous ces régimes dont la stabilité et la longévité reposent sur le crime  : arrestations, pillages, tortures, viols, exécutions.....


                      • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 14:06

                        @Serge ULESKI

                        Mais non, c’est plus pour vous faite valoir et vous donnez une bonne conscience de pleutre à ne pas devoir choisir son camp.

                        Quant aux crimes politiques de masse, je vois que vous vous en prenez essentiellement au camp qui a le plus fait pour les éviter.

                        Vous alimentez les fascistes et leur haine raciste, moi je défends Bachar el Assad qui lutte contre eux avec courage et détermination pour sauver son pays de l’extermination, pendant que vous vous rassasiez de votre talent.

                        Ayez le courage de ne pas rester assis entre 2 chaises pour garder vos mains propres.


                      • simir simir 28 avril 19:30

                        @Paul Leleu
                        Pour se documenter autrement : un autre historien étasunien : Grover Furr : « Kroutchev a menti » qui démonte point par point sonnrapport au XXeme congrès
                        Domenico Losurdo : "Staline Histoire et critique d’une légende noire.


                      • Jelena Jelena 26 avril 18:04

                        Dans son programme, l’extrême-droite en Bulgarie propose un retour du système social période URSS (santé, éducation, retraite..). C’est utopique... Mais cela démontre que tout est inverser vu que c’est l’extrême-droite qui propose cela et par la même occasion, que tout n’était pas négatif en URSS.


                        • Paul Leleu 26 avril 18:57

                          @Jelena

                          depuis 30 ans qu’ils sont libres, ils ont eu le temps de se faire une idée... quand on voit par exemple l’effondrement démographique de ces pays depuis 30 ans, ça donne une petite idée du bien-être qui a résulté de la liberté... disons que ça devrait permettre de nuancer certaines choses...

                          Quant à la culture, elle a été largement mieux défendue en URSS qu’en Occident... il n’y a pas photo... on le voyait à l’époque, et on le voit encore aujourd’hui...

                          si ça vous intéresse, vous pouvez lire « la fin de l’homme rouge », de Svetlana Alexievitch... ça donne une idée nuancée et profonde de ce que pensent les gens qui ont vécu cela...


                        • Christian 26 avril 18:59

                          Annie Lacroix-Riz est une historienne de gauche, mais avec tout de même du travail à son actif, ce qui est loin d’être le cas de certains historiens ou pseudos historiens...engagés idéologiquement.

                          C’est absolument clair qu’elle ne montre qu’un côté de l’histoire, le sien. Cela ne veut pas dire que c’est faux, c’est tout simplement incomplet et c’est absolument toujours le cas des historiens qui privilégient la politique avant l’histoire.

                          Si l’on est lecteur et non historien on a beaucoup plus le temps de se faire une

                          vision globale de la réalité parce qu’il ne nous est pas interdit de se documenter sans tenir compte des idéologies.

                          Il apparaît donc, pour ce qui concerne le travail de ALR, qu’il est à mettre sur le même bord que ceux qui démontrent la collusion des communistes envers le pacte germano-soviétique.

                          https://www.tvlibertes.com/passe-present-n235-la-verite-sur-la-resistance-communiste-entre-1939-et-1945

                          Donc le choix de la défaite, oui, mais des deux côtés.

                          Et ça c’est encore peu connu...et c’est pourtant la réalité

                          http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=38170


                          • Michel Maugis Michel Maugis 26 avril 19:27

                            @Christian

                            « C’est absolument clair qu’elle ne montre qu’un côté de l’histoire, le sien. »

                            C’est très spécieux et dégeullasse comme affirmation tendancieuse

                            L’autre côté de l’histoire, elle n’a pas besoin de le montrer, puisqu’elle Y RÉPOND et qu’on baigne dedans depuis tout petit.

                            Et en y répondant, elle démonte les mensonges de cette histoire dénaturée par l’oligarchie fasciste en train d’imposer l’ Otanazie, notre futur si on n’y prend garde.


                          • Christian 27 avril 07:43

                            @Michel Maugis
                            Ce fut précisément le problème au moment de l’invasion de la France en été 40, la discorde gauche-droite a prévalu sur l’union sacrée face à l’occupant.
                            Du côté communiste, on en était toujours et malgré la situation, au combat contre cette oligarchie que vous mentionnez. Et les communistes occidentaux, sans frontières, recevaient tous les ordres de Staline, y compris en Suisse :

                            Propagande du parti communiste suisse en 1940

                            "Nous savons que nos frères sont assassinés pour assurer l’existence de leurs assassins ! Nous savons que notre avenir ne peut être assuré que par la révolution !


                            - Camarades ! Si la Suisse est impliquée dans la guerre, cette guerre ne sera pas la nôtre. Expliquez aujourd’hui déjà à vos camarades pourquoi nous ne pouvons faire cause commune avec les belligérants. Préparez-vous à donner suite au mot d’ordre de la fraternisation  ! Réfléchissez maintenant déjà à la possibilité de vous entendre avec les soldats du camp adverse, en particulier dans le cas d’une occupation partielle de la Suisse. Pas de guerre populaire contre l’agresseur, mais lutte de classe contre nos exploiteurs et les exploiteurs étrangers, en commun avec les soldats prolétaires du pays ennemi. Tel doit être le mot d’ordre.


                            - Nous sommes radicalement opposés à l’armée bourgeoise. Ce qu’on appelle notre armée est une partie de l’appareil de domination et d’Etat de la bourgeoisie, une partie de la guerre impérialiste. Notre but est de lui nuire, de la désagréger, de la détruire. Nous sommes des antimilitaristes révolutionnaires et communistes. Notre but est la solidarité entre soldats, sur une base prolétarienne. Une troupe ainsi transformée saura, comme ce fut le cas en Russie, régler facilement le sort d’une bourgeoisie sans consistance. Le but est d’obtenir que l’armée, institution bourgeoise, passe dans le camp de la révolution. Ce changement nécessitera une lutte entre les soldats et les officiers, certains officiers prenant toutefois parti pour la révolution, certains soldats demeurant en revanche attachés à la cause des officiers et des bourgeois. Cela signifiera, naturellement, l’effondrement de notre armée. Mais sa ruine est précisément notre but. Les soldats révolutionnaires entreront ensuite dans les gardes ouvrières de l’armée rouge."

                            ***
                            Si l’on veut comprendre l’histoire du XXè siècle, il faut analyser l’attitude des uns et des autres. Dans les années 30 les communistes ont été victimes (des nazis) et bourreaux et perçus comme tels. Comment voulez-vous que dans le monde encore démocratique on ait déclaré....non ce n’est pas ça le communisme en URSS ! D’ailleurs pour les communistes occidentaux, c’était le communisme :

                            Aragon quant à lui compose le poème Front rouge à la gloire de la police stalinienne :« Vive le Guépéou », figure dialectique de l’héroïsme. Dans Prélude au temps des cerises, il appelle à un procès monstre et si possible sanglant en France  :" Aiguisez demain sur la pierre, préparez les conseils d’ouvriers et soldats, constituez le tribunal révolutionnaire. J’appelle la Terreur du fond de mes poumons. je chante le Guépéou qui se forme en France à l’heure qu’il est. Je chante des Guépéou de nulle part et de partout. Je demande un Guépéou pour préparer la fin du monde etc.
                            On trouve ceci dans le livre de Vladimir Fédorovski Le Roman vrai de la manipulation page 51  que je vous recommande…

                            Donc, sans même vouloir prendre parti, force est de constater que les propos et déclarations des communistes avaient de quoi effrayer, non ? Tout comme le nazisme, quand bien même ces deux idéologies sont totalement différentes.
                            Cela ALR ne le montre pas, et comme cela a été montré ici, elle ne veut pas admettre que la famine en Ukraine a bel et bien été voulue par Staline :

                            A mon avis le problème no un du communisme se situe avant tout entre deux mondes trop différents : ouvriers et paysans et c’est ce qui a foiré. La collectivisation fût un désastre complet. Lorsqu’il y eut l’horrible famine en Ukraine, l’entourage de Staline s’apercevait bien du désastre mais Staline persistait à dire que c’était de la faute des paysans qui voulaient affamer les citadins. Ce fut en fait une guerre civile parmi d’autres, comme celles envers les religieux, les bourgeois et les intellectuels de gauche et de droite. Eh oui parce qu’il y eut des oppositions de gauche et de droite.

                            Source :Dans l’équipe de Staline / Sheila Fitzpatrick



                          • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 26 avril 22:29

                            Les derniers cocosaures sont de sortie smiley


                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 avril 22:48

                              @Sharpshooter - Snoopy86

                              Effet du réchauffement climatique printanier...le permafrost d’ URRS dégelant ils sortent de terre pour le 1er Mai.


                            • julius 1ER 26 avril 23:44

                              Article intéressant quoique un peu caricatural ... il aurait mérité d’être un peu plus nuancé surtout dans le domaine de l’apport scientifique car l’URSS a eu un véritable âge d’or, en formant beaucoup d’ingénieurs et de techniciens dans les années 20/30 et puis au delà comme jamais dans les 100 années qui les précédèrent !!!

                              Ce n’est pas facile de résumer l’Histoire d’un pays qui a fait 3 Révolutions connu 2 guerres mondiales et 1 atroce guerre civile, ce qui a généré une grande instabilité pour ce pays et certainement alimenté l’immense paranoïa de Staline qui n’avait pas besoin de ce type de « dopage ».....

                              Pour le plus grand malheur des Soviets, Lénine est mort trop tôt et les autres vrais bolchéviques n’ont pas su s’allier contre Staline ce qui a causé leur perte et aussi la mort d’un communisme beaucoup plus internationaliste ..... une troika emmené par Trotsky, Boukharine, Kamenev ou Zinoviev aurait amené dès le départ cad en 1924 une autre gouvernance et avec la Nep en 1928 un autre développement économique (faut il rappeler que Staline a mis fin à la NEP au même titre qu’il éliminait tout les bolchéviques de la première heure ce qui a fait de lui non pas un « tyran rouge » comme il a été qualifié pendant des décennies mais un tyran tout court !!!!!

                              à partir de là il est difficile de réécrire l’Histoire mais je pense que Staline est responsable de la mort de l’idée de communisme ou tout au moins il a plombé l’idée pour longtemps (notons au passage que les despotes qui se sont succédés en Corée du Nord ont retenu ce qu’il y avait de mieux dans la substance du stalinisme par extension on pourrait dire que la Chine sous Mao s’est désolidarisé de l’URSS quand Kroutchev a voulu déstaliniser ce qui en dit long aussi sur le communisme à la chinoise.....
                              bref on ne peut pas dire que le communisme imaginé par les Marxistes, Fourriéristes et autre Proudhonniens ait été un tant soit peu mis en pratique jusqu’à nos jours et même si l’idée d’abandonner la « Dictature du prolétariat » avait été une avancée, la défense et la nécessité de mettre en place une véritable démocratie à tous les étages de la fusée aurait dû devenir un mot d’ordre absolu car maintenant on sait que l’on ne peut plus parler de communisme sans démocratie c’est en tous cas l’idée et l’enseignement que l’on doit tirer de toutes ces expériences passées !!!!!!!!! 


                              • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 01:45

                                @julius 1ER
                                 
                                C’est totalement illusoire de spéculer sur ce qu’aurait été l’URSS sans Staline.
                                Et c’est d’une facilité déconcertante, car vous pourriez imaginer que cela aurait été bien pire !

                                L’URSS n’ a jamais été maître d’une situation imposée par l’ennemi de classe.
                                Toute analyse hors du contexte mondial de la lutte des classes est totalement IDIOTE

                                La puissance militaire de la Russie est la directe conséquence des choix industriels de Staline, qui lui n’était pas issu des classes bourgeoises ou aristocratiques. La différence c’est qu’il avait une conscience de classe à toute épreuve, contrairement à la plupart des dirigeants de l’époque.

                                C’est Krouchtchev qui fouta la merde en calomniant à outrance Staline, bien au delà de la réalité. Pour se faire choyer par l’occident, ce que Mao avait bien compris.

                                Sans Staline, l’URSS aurait été balayée comme un fétu de paille.

                                Sans Staline, la Chine et bien d’autres pays libérés n’existeraient pas.

                                C’est aussi ça le bilan de l’URSS


                              • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 01:55

                                @julius 1ER

                                Vous continuez inlassablement avec votre fable du « communisme imaginé par les marxistes ».

                                Le communisme c’est la gouvernance par les communistes qui essaient de construire le socialisme !! Un point c’est tout.

                                Ce n’est pas le communisme en tant que mode de production. Ce fut la construction du SOCIALISME dans l’adversité

                                MARX n’ a jamais donné de recettes toutes faites pour construire le socialisme dans l’adversité terroriste du capitalisme.

                                La construction du socialisme a été infiniment moins mortifère que la construction du capitalisme. C’est cela la véritable comparaison. !!!

                                Cuba, par exemple, construit son socialisme sans le besoin de soumettre des peuples pour en arracher le capital primitif, comme le firent les puissances européennes pour établir le capitalisme. Cuba construit son capitalisme devant LA HAINE de l’Oligarchie et de l’Empire fasciste US.


                              • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 avril 09:43

                                @julius 1ER

                                Enfin, des propos qui font sens car équilibrés et lucides.


                              • Dom66 Dom66 27 avril 10:09

                                @Michel Maugis

                                « Sans Staline, l’URSS aurait été balayée comme un fétu de paille ».

                                "Sans Staline, la Chine et bien d’autres pays libérés n’existeraient pas"

                                C’est exactement ça pour ceux qui savent analyser objectivement l’histoire, surtout toute la partie après guerre.

                                Rien à voir avec le sujet mais pour savoir ce qu’était la mentalité US.

                                ceci est juste un lien, mais il y en a plusieurs

                                Dans les années 50 général MacArthur, voulait vitrifier la Corée du nord avec les Bombes Atomiques !

                                 


                              • julius 1ER 27 avril 10:10

                                C’est totalement illusoire de spéculer sur ce qu’aurait été l’URSS sans Staline.
                                Et c’est d’une facilité déconcertante, car vous pourriez imaginer que cela aurait été bien pire !

                                Michel Maugis
                                Là camarade, tu déconnes !!!!
                                L’URSS aurait été pire sans Staline.... çà c’est un postulat de base auquel je n’ai jamais souscrit et auquel je ne souscrirai jamais !!!!!!
                                cela dit à la différence de toi je suis trotskyste et je le suis resté car j’ai adopté le « concept de révolution permanente » et çà comme théorie c’est à l’opposé du Stalinisme !!!
                                je pense que l’URSS aurait eu une trajectoire différente sans Staline et celui-ci a été une malédiction .... et pour l’URSS et pour le communisme !!!!!!!!!!!!!!
                                mais plus prosaïquement, personne parmi les bolcheviques de la première heure n’aurait pu faire pire que Staline, tous auraient fait mieux que lui et pour une raison majeure et primordiale .... c’est que Staline en bon paranoïaque a totalement noyauté le Parti cad qu’il a su s’attirer les accointances non pour faire évoluer les idées communistes mais pour faire simplement avancer ses idées et uniquement ses idées qui allaient dans le sens de son intérêt personnel, c’est aussi simple que cela d’ailleurs dès qu’il a maîtrisé et phagocyté l’appareil, il n’y a plus eu de débats mais uniquement la vision stalinienne !!!!!!


                              • Dom66 Dom66 27 avril 10:19

                                @Michel Maugis

                                malgré, les embargos intolérable, Cuba à la plus grandes facs de médecine et d’études supérieure de toutes l’Amérique centrale voir du Sud.


                              • CN46400 CN46400 27 avril 11:51

                                @Michel Maugis
                                « C’est totalement illusoire de spéculer sur ce qu’aurait été l’URSS sans Staline. »
                                 Sauf que nous sommes en 2019 et l’exemple de la Chine pose le pb de la fin de la NEP sous un tout autre angle. Staline était obsédé par le danger du capitalisme mondial qui, d’aprés lui, constituait la menace principale contre l’URSS, il a mené une politique, largement militariste, en conséquence et qu’on le veuille ou non, il a maîtrisé ce pb entre 39 et 45.
                                 Par contre, son marxisme étant vulgaire, il a négligé le fait que si la puissance du prolétariat dépend, évidemment, du nombre de prolos, elle dépend aussi des compétences nécessaires pour produire tous les produits dont la population a besoin pour vivre bien, aussi bien que les travailleurs qui opèrent depuis des siècles, parfois, dans les contrées encore dominées par le capitalisme.
                                 C’est, à la fois, la raison principale de l’échec de l’URSS, et celle de la réussite de la CHINE de Deng Xiao Ping


                              • Michel Maugis Michel Maugis 27 avril 14:20

                                @julius 1ER

                                Trotsky ? Alors que l’URSS devait faire face à ce qui se préparait et avait donc besoin d’une cohésion de toute la société soviétique, cette ordure de Trotsky voulait faire valoir son EGO et préférait combattre Staline au risque de désorienter le peuple soviétique dans la grande conflagration qui se préparait. 
                                Il y a des moments où il faut arrêter les combats politiques nuisibles. Il oeuvrait pour son EGO et ne voulait pas accepter la victoire de Staline.
                                Cette ordure de Trotsky pariait sur la victoire de l’Allemagne contre l’URSS.

                                Son assassinat par Alain Delon, ou Raymond Mercader, a été une des plus belles oeuvre de Staline.

                                Aujourd’hui, les trotskistes font la même chose contre Maduro en faisant campagne avec les ordures et Guaido. 

                                Ho Chi Min a éliminer tout de suite ces Trotskystes fauteurs de merde partout .
                                Castro aussi !,
                                Ils ont foutu la merde dans la guerre d’Espagne.

                                Finalement l’apport trotskyste à la révolution mondiale est NEGATIF.


                              • julius 1ER 27 avril 16:47

                                @Michel Maugis
                                Trotsky et les autres ? camarade Maugis ... sans le savoir tu es en train de rééditer tous les procès truqués par Staline et ses sbires ... 
                                On voit que tu n’as rien appris de l’Histoire camarade !!!!!
                                L’autocritique, camarade est-ce que çà te parle ????
                                fais un effort, nous sommes en 2019 et tu n’as pas encore compris que tout système sans démocratie à tous les étages finit par un absolutisme complet pour peu que des conditions historiques s’y prêtent... c’est la principale leçon de ces 100 dernières années, nombreux sont les chefs qui ne rêvent que de pouvoir absolu et en qui sommeille un tyran en herbe .....
                                même ton aventure personnelle ne t’a pas aidé à comprendre cela, c’est regrettable camarade !!!!


                              • julius 1ER 27 avril 16:58

                                @Michel Maugis
                                ne parles pas de la guerre d’Espagne, camarade car les staliniens ont été de véritables ordures,déjà en conditionnant l’aide soviétique aux seuls staliniens de base et en oubliant les combattants du POUM qui était une organisation combattante démocratique vraiment tout le contraire de ce qu’étaient les suppôts de Staline, et en raflant tout l’or de la jeune République espagnole qui en avait tant besoin.... c’est bien à l’aune de la guerre d’Espagne que l’on a pu voir que le stalinisme soviétique n’avait plus rien, à voir avec l’internationalisme prolétarien !!! 


                              • Luniterre 28 avril 11:18

                                @julius 1ER

                                Juste une intervention sur ce point de la guerre d’Espagne, dans ce débat sur la lecture caricaturale de l’histoire par Uleski, où vous rajoutez donc la vôtre, formatée par le trotskysme !

                                L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs, et, ici, par les anticommunistes, et appuyés dans cette « lecture » par les trotskystes et la plupart des anarchistes, qui, de ce fait, ont choisi leur camp...

                                Concernant précisément vos affirmations sur la guerre d’Espagne, un débat très ouvert a néanmoins eu lieu sur le site anarchiste « Vive la Révolution », à propos de plusieurs articles abordant ce sujet, et notamment, les problèmes que vous évoquez, à savoir les livraisons d’armes et leur payement en or par la banque d’État de la République Espagnole.

                                L’ensemble des différente parties du débat a été regroupé et republié sur TML, sous le titre :

                                __ « 1936 : Staline, Roi d’Espagne ? (A propos du rôle historique de l’URSS) »


                                https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/09/29/1936-staline-roi-despagne-a-propos-du-role-historique-de-lurss/


                                Les accords internationaux ont été passés entre la République Espagnole et l’URSS, et non entre Staline et tel ou tel parti espagnol...

                                Démocratique, le POUM ? En fonctionnement interne, peut-être, mais ce parti ne s’en est pas moins opposé militairement au gouvernement de la République Espagnole avec lequel l’URSS avait donc signé des accords, et on voit mal qu’elle lui eut donc fourni des armes contre le gouvernement légitime de la République Espagnole !


                                Mais c’est sans doute votre conception de la démocratie...


                                Luniterre





                              • julius 1ER 29 avril 08:42

                                @Luniterre
                                le POUM était bien plus démocratique dans son fonctionnement que les staliniens du PC qui pratiquaient l’exclusion à tour de bras !!!!mais bon c’est un détail de l(Histoire mais ce qui est « drôle » avec les staliniens quand ils parlent du Trotskysme et de son alliance objective avec les forces réactionnaires, c’est qu’ils omettent de parler de tous les autres bolcheviks de la première heure qu’ils ont massacrés pour des raisons qui tiennent au pouvoir d’un seul homme ... Staline«  !!!
                                à l’aune de cela tous les autres étaient des réactionnaires..... seul Staline possédait la » vérité" ... comment peut-on croire encore à de telles idioties ????
                                la vérité c’est que le Stalinisme a accouché de monstres que l’on impute au communisme .... pour ne prendre qu’un exemple bien ciblé .... la Corée du Nord est l’aboutissement concret de ce qu’est le Stalinisme .. rien à dire de plus !!!


                              • CN46400 CN46400 29 avril 10:08

                                @julius 1ER
                                Le Poum et les anars voulaient d’abord une révolution sociale immédiate, les socialistes et les communistes voulaient d’abord battre les franquistes. Résultat de la division, on aura le statut quo social, plus Franco pendant 35 ans...


                              • nemo3637 nemo3637 29 avril 16:07

                                @julius 1ER
                                Tout d’abord le POUM n’était pas trotskyste même si ses adversaires le qualifiait ainsi. Trotsky lui-même l’avait désavoué.
                                Ensuite, s’il faut parler d’un assassin, c’est bien de Trotsky lui-même en tant que commandant de l’Armée rouge. Et ce parmi les populations pourtant à priori acquises aux Bolchéviques. Les mutins de Cronstadt en 1921 furent fusillés mais aussi les populations ukrainiennes, où bolchéviques ukrainiens et anarchistes avaient fait cause commune.
                                Trotsky ne fut jamais populaire en Russie et, venu des menchéviques, il restait minoritaire au sein du parti bolchévique.
                                En Ukraine on fut soulagé de le voir éliminé même si Staline bien sûr ne valait pas mieux. Les leaders anarchistes, comme Kropotkine ou même Makno restèrent populaires et aimés malgré la propagande stalinienne ; Pas Trotsky.
                                Je possédais un petit ouvrage intéressant sur le personnage ; « Trotski ou le Staline manqué ». Mais on peut aussi se référer à Boris Souvarine.
                                Pour ma part, ayant séjourné en Union Soviétique dans les années 1970, j’ai eu l’occasion de constater son peu d’influence.
                                Le « ver dans le fruit » c’est Marx lui-même. Ce qui n’enlève pas la valeur de ses géniales analyses.


                              • Julien S 27 avril 09:37

                                Quand des centaines de millions de femmes et d’hommes ont vu resplendir la lumière sur la face du grand Staline et de l’immense Lénine, c’est un crime que de se moquer d’eux ! smiley


                                • Clocel Clocel 27 avril 11:15

                                  Encore un qui reste convaincu que les américains sont venus libérer l’Europe du fascisme et de la menace communiste...

                                  Le stade anal de l’analyse historique et politique, ou/et, comment chier sur les 26 000 000 de morts soviétiques qui ont cassé la première tentative néolibérale d’accaparement du monde, de ses ressources et de la mise en servage de ses populations.

                                  Lorsqu’on fera le décompte des victimes du capitalisme, l’ogre Staline paraîtra alors comme un tout petit garçon en culottes courtes.

                                  En attendant, nous sommes condamnés à subir cette scie interprétée par des « artistes » de moins en moins talentueux mais tout aussi crapuleux que les petits soldats de jadis dûment appointés par Babylone.

                                  And, remeber Lyra McKee, Europe it’s the peace !


                                  • foufouille foufouille 27 avril 11:26

                                    @Clocel
                                    sans les ricains, c’était effectivement hitler ou l’urss qui gagnait. dans les deux cas, les ricains auraient été bien emmerdé.
                                    imagine aussi le V3 avec une bombe A .......


                                  • Julien S 27 avril 12:21

                                    @Clocel
                                    .
                                    Préférer avoir été libéré par les Américains plutôt que par l’URSS = « chier sur les 26 000 000 de morts soviétiques »


                                  • oncle archibald 27 avril 17:11

                                    @Julien S :

                                    Pourtant « y a pas photo » et quitte à être mangé par ses libérateurs il valait bien mieux l’être en sauce américaine qu’en macédoine russe !

                                    Les pays libérés des nazis allemands puis occupés par l’armée rouge se sont rapidement retrouvés sous tutelle de partis communistes sortis de nulle part après des simulacres d’élections « libres » ou les électeurs étaient justes libres de voter pour les candidats communistes installés par Moscou !

                                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bloc_de_l%27Est

                                    Ceux qui ont essayé de respirer plus librement, comme les Hongrois de Budapest en octobre 1956, ou les Tchécoslovaques en Août 1968, se sont rapidement trouvés face à des chars Russes qui les ont remis dans le « droit chemin » !


                                  • Julien S 27 avril 20:04

                                    @oncle archibald
                                    .
                                    Assurément ; « chier sur les 26 000 000 de morts soviétiques » est la formule trouvée par Clocel. 


                                  • Spartacus Spartacus 28 avril 14:02

                                    Peut être faut il rappeler l’histoire et que les communistes soviétiques étaient aux coté des Allemands en débutant la guerre...

                                    Ils ont même envahis plus de pays que les Allemands


                                  • simir simir 28 avril 20:06

                                    @oncle archibald
                                    "Ceux qui ont essayé de respirer plus librement, comme les Hongrois de Budapest en octobre 1956,
                                    Les nostalgiques de Horty le collabo d’Hitler.
                                    En 1956 on pendait les communistes dans les rues en Hongrie !!

                                    Et pour les tchéques en 1968 tu oublies que le pacte de Varsovie a été appellé par une partie du PCT dont Vasil Bilak.
                                    Pour cela celui-ci a été mis en prison à 80 ans par le grand démocrate Havel qui avait une super baraque au Portugal et se faisait soigner en Autriche.

                                    Et le pire c’est que tu oublies l’AMGOT des étasuniens. Des billets de banque Amgot étaient déjà imprimés et ce n’est que grâce aux communistes et à De Gaulle que nous avons évité ce malheur.


                                  • simir simir 28 avril 20:10

                                    @Spartacus

                                    « Peut être faut il rappeler l’histoire et que les communistes soviétiques étaient aux coté des Allemands en débutant la guerre... »
                                    Pas du tout c’était un pacte de non agression auquel ont été contraint les soviétique aprés le torpillages par les anglais et les français des négociations pour créer un pacte France Angleterre URSS.
                                    Torpillage qui alla même à envoyer les représentants français et anglais à une réunion en URSS en prenant un cargo hyper lent.
                                    Voir les mémoires de Maïsky ambassadeur d’URSS en GB dans son ouvrage « Qui a aidé Hitler »


                                  • Spartacus Spartacus 29 avril 08:16

                                    @simir
                                    Il ont envahis la Pologne et fait le massacre de Katlin à l’insue de leur plein grès ?
                                    Et la Finlande on les aurait contraint ?
                                    A l’insue de leur plein grès, et les 3 pays baltes sui génaient leur expansion ils ont envahis forcés ?
                                    Que c’est c’est puéril le déni des réalités historiques.


                                  • CN46400 CN46400 29 avril 08:51

                                    @Spartacus
                                    Ouf, Spartacus n’est pas mort, mais n’a fait aucun progrès en histoire, notamment sur le pacte germano-soviètique de 39 (« inspiration géniale de Staline » dixit Henry Kissinger). L’URSS n’a pas envahi la Pologne, mais récupéré sur tapis vert les terres accordées par le traité de Versailles à la Russie (ligne Curzon) et occupées par la Pologne (Riga) à la fin de la guerre civile.
                                    Quand à Katin, la Pologne ayant disparu, Staline a proposé aux soldat polonais de rejoindre l’Armée Rouge (Iarouselki y deviendra général) et a exécuté ceux qui ont refusé pour éviter qu’ils ne se mettent au service des nazis. La guerre n’est pas propice à la magnanimité, pas plus chez Staline que chez Roosevelt qui a fait interner tous les japonais capturé sur le territoire US....


                                  • Spartacus Spartacus 29 avril 12:59

                                    @CN46400
                                    Bien, rigolé comme explication.

                                    Désolé de ne pas faire de différence entre « envahir » et « récupérer ».
                                    Et la Finlande qui a continué jusqu’en 1944, c’était aussi une récupération d’un envahissement ?

                                    Que c’est puéril le déni collégial de la responsabilité par les cocos.


                                  • Michel Maugis Michel Maugis 1er mai 14:17

                                    @Spartacus

                                    « Désolé de ne pas faire de différence entre « envahir » et « récupérer ». »

                                    Merci ! de reconnaître votre stupidité.


                                  • UnLorrain 28 avril 10:38

                                    « Staline en avait une grosse et il s’en servait » cette phrase clôturait un débat sur franceQQlture, la femme qui la prononcer -riant a gorge déployée - semblait avoir connu le fait.

                                    @ l’auteur

                                    Seule oeuvre que je n’ai pas lu de Mirbeau Octave est Le jardin des supplices. J’ai parcouru les premières lignes seulement. Octave nous le savons excellait a disséquer l’âme humaine. Les premières phrases du Jardin contiennent ces termes de « culture de mort d’anéantissement de masse etc etc »....peut être y trouveriez vous ( nous et moi donc ☺ ) explications.


                                    • Spartacus Spartacus 28 avril 13:59

                                      Article début d’un méa-culpa et d’un semblant de début d’analyse.

                                      Encire un effort pour ne pas dédouaner le communisme de son principe criminogène.

                                      Dire que ce n’était pas le « vrai communisme », est de trop. 

                                      A chaque fois qu’il apparaît, ils disent tous que avant c’était pas le vrai et que le nouveau sera le vrai.

                                      Et a chaque fois, ça termine en autocratie, elite c’état qui se gave, corruptions, pénuries et massacres et intolérances envers les minorités.


                                      • simir simir 28 avril 20:12

                                        @Spartacus
                                        Depuis 1945 nombres de morts du au capitalisme 20 millions


                                      • nemo3637 nemo3637 28 avril 21:11

                                        @Spartacus
                                        Comment peut-on dire tant de bêtises en portant un pseudo aussi intéressant  ?
                                        Le mouvement spartakiste de Spartacus -, en Allemagne, cela vous dit quelque chose ?...


                                      • Spartacus Spartacus 29 avril 08:24

                                        @simir
                                        Whataboutisme ?
                                        Tu poses la question de l’ignominie du communisme et le coco a appris a répondre sur le principe de « qu’en est il de » en citant une supercherie hors sujet pour détourner sa responsabilité.
                                        Ca a donné le nom « whataboutisme » de l’anglais « what about » un idioisme inventé par les soviétiques pour nier leur responsabilité et refuser le débat de leur responsabilité.

                                        Ici c’est pas le capitalisme le sujet mais le communisme.
                                        Et le communisme c’est toi en résumé.

                                        Le déni permanent et l’idéologie qui passe avant les gens, les morts, les faits la réalité. 
                                        Une non réflexion et un non méa-culpa par refus d’appréhender le factuel.


                                      • Spartacus Spartacus 29 avril 08:31

                                        @nemo3637
                                        Spartacus souhaitait la liberté individuelle de lui et ses compagnons à Capoux.
                                        Et je me fou des références des mouvements de tordus tarés cocos de l’Allemagne.
                                        Les cocos sont des totalitaristes, négationnistes de l’individualisme et très éloigné des valeurs de Spartacus. 


                                      • simir simir 29 avril 09:04

                                        @Spartacus
                                        Moi je cite des textes et des auteurs qui ont vécu ou étudié la période.
                                        Et comme un monde parfait n’existe pas je suis bien obligé de comparer avec le capitalisme.
                                        maintenant je te laisse tes anglissismes, nous avons évité l’Amgot grâce aux communistes justement.
                                        Ton factuel passé par les lunettes déformantes de l’anti-communisme je te le laisse aussi.
                                        Tiens t’en veux aussi une autre de supercherie démontée par Grover Furr : le massacre de Katyn, gros montage grossier du Vatican et des nazis repris après par toute leur clique.


                                      • nemo3637 nemo3637 29 avril 15:45

                                        @Spartacus
                                        Vous vous foutez de pas mal de références et vos croyances, sur Spartacus et d’autres choses sont des plus fantaisistes. Votre anti communisme est d’autant plus primaire et absurde que vous ne savez pas et ne voulez pas savoir ce qu’est le communisme. Continuez : vous êtes ridicule.


                                      • Spartacus Spartacus 29 avril 16:50

                                        b@nemo3637
                                        Allez un joli livre a lire sur Spartacus :
                                        https://www.amazon.fr/Spartacus-chef-guerre-Yann-Bohec/dp/B014QOYNHG

                                        Achète le tu sera moins ridicule.

                                        Lit le au lieu de te croire la bible de l’empire romain documente toi ailleurs que dans l’humanité et sort de ton carré coco. Le monde ne pense pas et n’est pas coco.


                                      • Jean 29 avril 16:57

                                        @Spartacus oula ! presque une faute par mot, bravo....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès