• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mayotte : non-sens essentiel de la colonisation

Mayotte : non-sens essentiel de la colonisation

Mayotte est l'exemple parfait du non-sens sociétal de la colonisation.

Un pays "puissant" s'empare d'une petite île d'un archipel perdu loin, loin au bord des côtes méridionales d'un continent "en friche", et croit qu'il pourra en faire une tête de pont idéale dans cette région du monde en la développant, en apportant des capitaux qui raviront les locaux de cette île entraînée dans un "enrichissement" aussi artificiel que superficiel. Il y installe ou forme une armée aux ordres pour la protéger, bien sûr, de la convoitise des populations environnantes, et il pense que cela va suffire.

C'est là que ce pays puissant commet l'erreur fatale, celle de l'idiot aveuglé par son pouvoir pour qui la force légitime le droit.

Cet État puissant, qui se croit infiniment supérieur, oublie simplement la composante humaine.

Que vont faire les populations pauvres environnantes, issues du même peuple, des mêmes ethnies que les Mahorais ?

Ils vont attaquer l'île pour s'emparer de ses richesses ?

Non, bien sûr que non, ils se feraient massacrer. Ils le savent bien, ils ont vu les redoutables machines de guerre débarquer sur l'île, ils se sont faits ou ont vu leurs frères se faire exterminer sans pitié quand ils ont voulu la défendre lors de l'arrivée des Mzungus.

Que vont-ils faire alors, pour espérer jouir eux-aussi de cette "richesse" artificielle exportée par le pays puissant sûr de la supériorité de sa civilisation ?

Mourir d'envie et prier pour que pareil "bienfait" leur tombe du ciel à eux aussi ?
Pendant quelques temps peut-être, oui.

Mais la jalousie tenaille, consume, accroît leur haine et le sentiment d'injustice qui les habite.

Vont-ils se contenter d'une vie simple, rudimentaire comme par le passé, alors qu'on leur a étalé, sous leurs yeux ahuris, toutes les "merveilles" du luxe d'une civilisation développée ?

Non, il n'est plus question pour eux de se contenter "bêtement" de ce qui, désormais, leur semble des "miettes" indignes.

Vite, l'évidence va s'imposer : ils vont MIGRER !

Ils vont jouir aussi du confort, du luxe instauré sur l'île à quelques coups de rame de la leur.
Et si leurs migrations incessantes détériorent, pourrissent, dénaturent ce "paradis" artificiel si proche et la transforment en cauchemar, ils n'en auront jamais rien à faire.

Cela pourrait même les satisfaire tout à fait.

Au moins, ils ne resteront pas pauvres à côté d'une île "riche" - qui leur appartient de droit du sol - peuplée par leurs frères, leurs semblables, "enrichis" sans effort.

Au moins, ils auront lutté - avec leurs armes de pauvres - pour mettre fin à cette injustice essentielle, à même de revêtir des formes multiples, qu'est la colonisation.

 

PS : Merci de noter l'emploi des guillements, indispensables à la suggestion.


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 9 avril 2018 22:15

    Si
     
    - on laisse Mayotte se faire envahir
     
    - on garde précieusement les fichés S islamistes étrangers et autres dealers
     
    - on impose un numerus clausus et on importe des médecins africains
     
    - l’UE, l’ONU, Macron, Soros, et bonniche gocho encouragent l’immigration
     
     
    la cause finale aristotélicienne s’appelle : Grand Remplacement, priorité absolue du Capital car assurance financière ultime
     
     
    Bobo FN n’ose pas le dire, mais Griffin au parlement UE si.


    • Matlemat Matlemat 10 avril 2018 00:30

       La vie est elle meilleure à Mayotte ou aux Comores ? 


      • Arnould Accya Arnould Accya 10 avril 2018 04:16

        @Matlemat
        La seule réponse qu’on peut apporter à cette question bien subjective, c’est que les flux migratoires de Mayotte sont archi-positifs depuis des lustres.
        Mettez-vous à la place des Comoriens, par exemple, une seule seconde.


      • Matlemat Matlemat 10 avril 2018 13:32

        @Arnould Accya
        Bonne réponse, vous n’êtes pas tombé dans le piège, ce que je déduis c’est que la colonisation a été positive pour Mayotte, le flux migratoire est une conséquence de cela. On ne peut pas tout avoir.


      • Arnould Accya Arnould Accya 10 avril 2018 14:03

        @Matlemat

        Vous m’avez pris pour un bon naïf.

        Pas si simple la déduction, à mon avis.

        Il me semble que la colonisation a revêtu dans ce cas une forme douce qui a eu des retombées à court et moyen terme très positives mais qui, à long terme, en déséquilibrant la répartition des richesses et le niveau de développement entre les peuples de cet archipel, a entraîné des flux migratoires ingérables pour Mayotte dont la situation économique et sociale se dégrade rapidement.
        Donc soit la France devait investir de la même manière sur TOUT l’archipel malgré les exigences d’autonomie depuis le départ des Comoriens, au contraire des Mahorais « dociles » ; soit elle aurait dû se retirer au moment de la proclamation de l’indépendance des Comores et accepter de rendre Mayotte à cet archipel.

        C’est tout le sens de mon texte qui génère pas mal de frictions, mais j’aime le débat tant qu’il reste constructif smiley


      • Matlemat Matlemat 10 avril 2018 15:15

        @Arnould Accya
         Ce que j’aime dans la géopolitique c’est justement sa complexité, je comprends bien que l’archipel n’aurait jamais dû être divisé mais l’erreur à été faite et on peut difficilement revenir en arrière.


         Ce que je veux dire c’est que l’appartenance de Mayotte à la France est une chance pour cette île, c’est paradoxal de se plaindre que sa richesse attire les voisins, la pauvreté n’attire personne.

         Bien sûr si l’Afrique se développait et devenait plus riche il y aurait moins de migrations. 

         La situation à Mayotte préfigure ce qu’il va arriver au niveau mondial, une surpopulation et des migrations incontrôlés de personnes.

         La solution pour les Mahorais serait d’accepter leur destin.

          

      • gardiole 10 avril 2018 07:58

        Non.
        Un pays puissant s’empare d’un archipel. Dès qu’un référendum permet aux habitants de choisir entre l’indépendance et les richesses apportées par la puissance occupante, ils optent pour la première. Sauf une des 4 îles principales de l’archipel où la population vote majoritairement pour les secondes, ce qui lui est accordé (en violation des règles de l’ONU, mais c’est une autre question).
        A l’usage, les populations du reste de l’archipel se mordent les doigts de leur choix passé...

        Que faire ? On plie bagages et on laisse les Mahorais se débrouiller avec les autres Comoriens ? En avons-nous le droit, moralement ? Je pense qu’ils le vivraient comme un abandon.


        • Arnould Accya Arnould Accya 10 avril 2018 08:39

          @gardiole
          Hummm ...

          Ok, détaillons, j’avais voulu simplifier, trop sûrement :

          Au milieu du XIXème, Mayotte est menacée par les sultanats voisins comoriens et la monarchie malgache soutenue par les Anglais. Le dernier sultan mahorais tient à sa peau et décide donc de vendre la souveraineté de l’île à la France qui a fait jouer ses gros muscles et vient de conquérir Nosy-Be. Il négocie bien entendu son retrait à prix d’or, que sa retraite soit dorée et les siens bien lotis.
          Du coup, Mayotte passe sous le pavillon de la France. Puis, avec la tristement célèbre conférence de Berlin en 1880 et des poussières et le découpage de l’Afrique au couteau à fromage (ce serait dommage de se gêner, se sont dit les alléchés colonisateurs tout jouasses), la France récupère dans son assiette bien garnie Madagascar, sa possession de Mayotte est entérinée, et elle essaye de s’accaparer aussi les autres îles qui passent sous protectorat avec un gouverneur qui décide, le morveux, de crécher à Moroni en grande Cormore et pas Dzaoudzi à Mayotte, ce qui fâche les Mahorais.
          Puis la France va toujours privilégier Mayotte aux autres îles et cela va créer des tensions, une animosité entre les tribus comoriennes (au sens large) et lors du processus d’indépendance mené par référendum, les Comores prennent le large et souhaite inclure dans leur barque Mayotte qui, bien au chaud dans son cocon français, refuse niet en bloc.
          Et tout le tintouin monte, tourne à la vinasse infâme, voire au vinaire le plus aigre et finalement Mayotte devient un DOM à la fureur des Comores.
          Puis, comme Mayotte, financée par la France se développe tandis que les autres, non, bisbille et compagnie se pointent, et comme toujours, les voisins jaloux finissent toujours par essayer de vous piquer votre carré de tomates.

          Voilà, en gros.
          L’explicatif est beaucoup plus détaillé (et juste), mais les problématiques exactement les mêmes.


        • cétacose2 10 avril 2018 10:35

          ..que l’on abandonne Mayotte à son sort ....et qu’un petit tsunami fasse le reste....


          • Arnould Accya Arnould Accya 10 avril 2018 10:44

            @cétacose2

             ??
            C’est quoi ce mauvais délire ?
            Je n’ai, par éthique, encore jamais bloqué de commentaire, mais celui-ci est si con que j’ai du mal à respecter le principe de la libre expression.

            Vous n’auriez pas un problème avec les Mahorais, les Comoriens ou les gens différents de vous en général ? 


          • cétacose2 10 avril 2018 18:29

            @Arnould Accya
            Bonjour ,je reconnais que mes propos sont quelque peu outranciers ,mais reconnaissez que la France doit définitivement tirer un trait sur ses délires de conquêtes et qu’elle doit se concentrer sur ses propres problèmes qui eux, sont énormes...because immigration...et le reste....


          • Lugsama Lugsama 10 avril 2018 16:05

            C’est quoi ce délire, c’est Mayotte qui à refusé la décolonisation et réclamé sa départementalisation. C’est devenu un département, ce n’est pas une colonie. Quelle richesses la France retire de Mayotte ? Mayotte est une énorme dépense pour le budget, un peu de sérieux.


            • Arnould Accya Arnould Accya 10 avril 2018 16:15

              @Lugsama

              Quand on sort les événements de leur contexte historique, on ne comprend rien à la situation présente et on parle de délire par pure ignorance.


            • Jonas 16 avril 2018 09:12

               

              Pauvres pays Africains ! La seule réussite après les indépendances c’est le remplacement , des colonisateurs externes par des colonisateurs internes plus cruels et plus assoiffés de pouvoirs et de biens volés à leurs compatriotes qu’ils méprisent et dominent par une police sans lois et sans respects. 

              Si j’étais un Arabo-musulmans ou Africains ( ce que grâce à Dieu , je ne suis pas) j’aurai honte d’aborder le terme de colonisation , vu , la misère , la corruption , la fuite des habitants de ces pays au péril de leur vie pour les pays des anciens colonisateurs. Mais, je pense , que la honte n’est pas un sentiment qui existe dans ces pays. 

              Je rappelle à l’auteur que les habitants de Mayotte ont voté par deux fois pour être rattachés à la France. Je sais que chez certains , le vote n’a aucune importance , ce n’est pas dans leur ADN. Ce sont les Comoriens , qui fuient leur pays indépendant. Au lieu d’accuser la France , ayez le courage de vous retourner contre vos minables hommes au pouvoir. 

              • Arnould Accya Arnould Accya 17 avril 2018 07:05

                @Jonas

                Tout noir ou tout blanc, c’est comme ça que fonctionne le monde selon vous, non ?

                En ce qui concerne la colonisation puis la décolonisation, puisque nous traitons ce sujet :

                - Découpage artificel des frontières des pays par les puissances coloniales de manière à y inclure des tribus en rivalité séculaire et étouffer ainsi dans l’oeuf la notion de nation libératrice.

                - Menace, chantage et corruption des dirigeants pour garder leurs intérêts économiques et stratégiques

                - Armement massif d’une des tribus rivales, de manière à lui donner un avantage décisif et conserver le pouvoir à travers son gouvernement/sa dictature.

                Et je pourrais multiplier les exemples qui justifient l’extrême difficulté à aboutir à une indépendance réelle et à la paix dans un pays stabilisé.

                Je ne dis pas que cela a été appliqué en tous lieux, en tous temps, mais oui les Africains ont été confrontés à ces mouvements hautements destructeurs. Après oui, certains pays auraient pu/dû s’en sortir mieux, sans doute ...

                Le nier serait de l’ignorance, de l’idiotie et/ou de la mauvaise foi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité