• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Même les « célébrités » n’y coupent pas…

Même les « célébrités » n’y coupent pas…

En ce qui concerne le cancer, une chose est certaine : comme bien d’autres humains totalement inconnus, les célébrités sont susceptibles d’y trouver la mort… tout en courant parfois, en France ou de par le monde, ce qu’il peut y avoir de plus sophistiqué comme traitement. La preuve nous en est administrée de semaine en semaine…

Ainsi une question finit-elle par se poser… Le cancer fait-il véritablement l’objet d’une recherche digne de ce nom ?

Autrement dit : existe-t-il effectivement une recherche qui serait centrée sur la volonté de comprendre les processus qui aboutissent à la naissance de cancers tellement puissants et envahissants qu’ils puissent finir par entraîner la mort ?

Rien n’est moins sûr, et c’est ce que nous allons essayer d’étudier ici en nous penchant, avec toute la minutie nécessaire, sur quelques documents officiels.

Au fil de la Préface du tome 1 de la Médecine publiée, en 1980, dans l’édition monumentale de la Pléiade (Gallimard), les deux directeurs, Pierre de Graciansky et Henri Péquignot écrivaient ceci, qui devrait pouvoir susciter un minimum de réflexion :
« Le fait brutal mais essentiel qui s’exprime dans la proposition « je suis malade » affirme l’existence d’un être humain avec son histoire dans laquelle la maladie vient prendre une place particulière et revêt à ses yeux un sens que devra découvrir une approche globale du sujet en situation, c’est-à-dire par rapport à tout ce qui l’entoure et selon la conception de son destin. » (op. cit., page XV)

Les auteurs enchaînaient ensuite sur ceci :
« L’étude des longues histoires où apparaissent divers événements pathologiques parfois fort différents en apparence, la mise en évidence des conditions de leur apparition révèlent la signification de ces événements pour le sujet. Les troubles allégués camouflent parfois une tout autre demande du patient. En somme, une herméneutique est appelée à compléter la séméiologie. » (Idem, page XVI)

Rendons immédiatement explicites ces deux derniers termes… Aux signes que sont les divers symptômes de la maladie, il convient de joindre une interprétation des discours qui constituent l’histoire de la personne concernée…

Ainsi n’y aurait-il pas rien qu’un corps à considérer ni les seuls signes dont il se révélera porteur… Il y aurait un sens à définir de ce que peut être ce parcours de vie qui se trouve, plus ou moins soudainement, entravé par ce qui méritera peut-être de porter le nom de… « maladie ».

Est-ce par cette porte – bien plus large encore qu’il n’y paraît – que la recherche sur le cancer aura choisi de s’avancer vers ce qui paraît être l’objet de tous ses soins ?

Clic suivant :
Cette vie qui se souvient, elle, tandis que nous ne faisons, nous, que tout oublier


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 7 septembre 15:38

    « et c’est ce que nous allons essayer d’étudier ici en nous penchant, avec toute la minutie nécessaire »

    Merci Maitre pour cette première leçon. ( je sens qu’on va pouvoir glander avec celui la ! smiley )


    • JL JL 7 septembre 15:48
      L’androcur utilisé contre le cancer de la prostate, et aussi pilosité excessive chez la femme, et paraphilie, il serait susceptible de multiplier par un facteur de 7 à 20 le risque de tumeur au cerveau.
       
      Bravo Bayer !

      • Dom66 Dom66 7 septembre 18:27


        "Autrement dit : existe-t-il effectivement une recherche qui serait centrée sur la volonté de comprendre les processus qui aboutissent à la naissance de cancers tellement puissants et envahissants qu’ils puissent finir par entraîner la mort ?"


        Bien certain quelle existe cette recherche, car même les riches et les puissants sont con’cernés. c’est dire.   smiley


        Preuve qu’il y a une justice égalitaire, tout le monde arrive à la mort...ouf


        • mumiketico mumiketico 7 septembre 18:33

          L’ultime justice : vous allez tous y passer.


          • zygzornifle zygzornifle 8 septembre 08:51

            Au moins on attrape tous la meme merde , c’est le seule égalité , ça rassure le sans dents , par contre au niveau du traitement la peau d’un Jauni n’a pas les mêmes égards que celle de Momo le SDF qui peut crever dans son vomi ....


            • zygzornifle zygzornifle 8 septembre 08:52

              Quand on voit Giscard on se dit qu’il y en a qui survivent meme après leur mort ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès