• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Merci au service d’urgences d’Amiens !

Merci au service d’urgences d’Amiens !

 On critique souvent les services d’urgences des hôpitaux publics, je viens de vivre une expérience qui aurait pu être le drame de ma vie, s’ils avaient été mauvais...

Lundi 25 septembre 2006, 19 heures : ma femme, Rose-Marie, rentre à la maison après une dure journée de travail, elle est auxiliaire de vie, elle décide de "faire un peu de ménage".
19 h 35 mn : elle s’apprête à ranger quelques jouets laissés à l’abandon par les petits-enfants, chargée d’un carton plein elle grimpe l’escalier qui conduit à l’étage, parvenue à la dernière marche elle ressent à l’intérieur de son crâne une douleur atroce, indescriptible, elle parvient à redescendre, saisit un verre pour prendre un médicament, mais la douleur s’intensifie encore, elle ressent "comme un écoulement dans le cerveau, puis des fourmillements jusqu’au bas de sa colonne vertébrale."
20 h : je quitte mon service et rentre chez moi, il me faut 15 mn.
Dés mon arrivée j’entends ma femme essayant de s’expliquer avec les pompiers, mais elle prononce mal les mots, je m’aperçois de la gravité de son état, reprends la conversation, les secours arrivent.
Le temps me paraît très long, et pourtant il font très vite, mon épouse est maintenant très angoissée, elle me répète qu’elle va mourir, les secouristes, sirènes hurlantes, la transportent vers les services d’urgence de l’hôpital le plus proche : Abbeville.
20 h 30 : les médecins prévenus par les ambulanciers attendent l’arrivée du Samu, aussitôt il emportent Rose-Marie sur une civière, je suis contraint d’attendre. Mes enfants, que j’ai prévenus, arrivent à leur tour .Tous ensemble, désemparés, anxieux, nous sommes derrière cette porte qui nous sépare de l’être cher qui se bat contre la mort.
Les heures passent, puis vers minuit la porte s’ouvre enfin, un médecin me demande d’entrer (moi seul), il m’explique que mon épouse a subi en un temps record scanner, prise de sang et ponctions lombaires, et que les résultats sont sans équivoque : rupture d’anévrisme. Alors commence une course vitale contre la montre, ne pouvant traiter un cas si lourd, on la transporte par le Samu à l’hôpital d’Amiens, au service de neurochirurgie, plusieurs médecins et spécialistes l’attendent.
1 h : départ d’Abbeville,
1 h 34 : arrivée à Amiens "Hôpital Nord"
De nouveau je suis contraint d’attendre, puis un médecin me promet de me tenir informé de l’évolution des choses.
2 h : il vient me dire qu’ils ont détecté, grâce à l’IRM, une hémorragie méningée située à l’arrière du cerveau, ma femme est maintenant dans le coma.
2 h 30 : il décident d’intervenir pour obturer le vaisseau qui a claqué, ils me préviennent que le pronostic vital est en jeu.
Ils passeront par une artère...
5 h : je craque nerveusement, je pleure, j’ai peur....
Enfin le professeur chirurgien, encore revêtu de sa tenue verte d’intervention, m’informe que tout s’est déroulé parfaitement, elle est maintenant en "réa".
Mardi 26 septembre : elle a repris connaissance mais ne peut ni parler ni bouger, elle parvient cependant à me sourire, elle se bat pour survivre, c’est dur d’être impuissant devant la fatalité.
Mercredi 27 septembre : elle va mieux et peut quitter la "réa" pour une chambre. Elle peut enfin prononcer quelques mots très faibles.
Jeudi 28 septembre, elle fait des progrès fulgurants, elle peut tenir une conversation, elle a très mal à la tête malgré les calmants.
Vendredi 29 septembre : le professeur après un nouveau scanner m’informe que tout danger de mort est écarté, soulagement, pleurs de joie... Merci les urgences, merci du fond du coeur.
Aujourd’hui dimanche, comme chaque jour, je me rends à son chevet, maintenant le problème qui va se poser : quelles séquelles va-t-elle avoir ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (178 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Helcivarg (---.---.124.213) 3 octobre 2006 11:43

    Merci pour ce témoignage.

    Je vous souhaite beaucoup de courage pour la suite et un bon rétablissement à votre femme.

    Félicitations et merci aux personnels de santé de France. Ils font un métier difficile et on oublie de les remercier beaucoup trop souvent.

    Cordialement.


    • apocryphe (---.---.158.66) 3 octobre 2006 12:15

      Courage pour cette epreuve Lebehen.

      Et merci pour ce temoignage qui doit rappeler aux francais que finalement ils ont des raisons importantes pour arreter de se plaindre !! smiley

      Par exemple, si Lebehen et sa famille avaient vecu au Quebec, un pays ou par ailleurs l’economie fonctionne bien, je crois que ce jour il aurait ete veuf tellement le service de santé « gratuit » n’arrive pas à assuer son role (motivation douteuse du personnel, penurie de materiel, surcharge des urgences, ...).


      • Lebehen salut,

        Emouvant témoignage, c’est dans ces cas là que l’on se rend compte de l’admirable travail qu’effectue l’ensemble du personnel hospitalier.

        Dommage que l’on leur donne si peu la parole !

        Juste une question, par rapport à un article sur nos politicards, celui-ci aura combien de réponses ?

        Lebehen, meilleurs vœux de santé pour ton épouse, et prompt rétablissement.

        @+ [email protected]


        • minijack minijack 3 octobre 2006 15:00

          hum... une petite critique peut-être... Etaler votre vie privée n’apporte rien à la richesse de l’article, et vous auriez tout aussi bien pu raconter l’histoire sans impliquer vos proches. Néanmoins, c’est très bien de souligner le travail et le dévouement des urgentistes, médecins comme infirmiers. Ce sont des gens dont on ne parle pas assez, surtout quand ils font bien leur boulot.

          .


          • Salut Jack ,

            Difficile d’évoquer de telles circonstances, sans évoquer un cas perso, enfin, c’est ce que je pense !es

            @+ [email protected]


          • fabou (---.---.102.41) 5 février 2007 16:49

            Je ne suis pas sûr que, si ce monsieur se sent bien mieux après avoir raconter cette histoire personnelle qui l’a marquer et qui le marquera encore, il doive prendre en compte ce commentaire qui ne sert pas a grand chose je pense. Ce monsieur a vécu une dure épreuve et à besoin d’en témoigner, pour que tout le monde comprennent que la vie ne nous est pas du et qu’on la mérite......Personne ne devrait mourir, personne, mais le cycle de la vie est fait d’une façon ou lesgnes les plus agés partent les premiers....continuons dans cette logique et arrêtons d’inverser la tendance !


          • D.B. (---.---.215.132) 3 octobre 2006 15:32

            Courage pour la suite et meilleurs voeux de santé à votre épouse. Récit simple d’un fait qui ne doit certainement pas être unique ce jour là. Oui nous avons un service d’urgences formidable qui mérîte ce coup de chapeau virtuel. Merci à ceux qui ont conservé une vie pour la plus grande joie de ses proches. D.B.


            • peace 3 octobre 2006 17:01

              Cela doit être une expérience terrible ! J’ai entendu dire que très peu de personnes survivent à une rupture d’anévrisme. Cela doit certainement dépendre de la réactivité des secours. Vous avez eu de la chance (dans votre malheur) de tomber sur des équipes compétentes et réactives. Je suis de tout coeur avec vous et vous souhaite de traverser cette épreuve du mieux possible. En tout cas merci d’avoir voulu malgré tout rendre hommage aux équipes soignantes.


              • lebehen lebehen 3 octobre 2006 20:53

                merci à tous pour vos encouragements, elle devrait s’en tirer relativement bien, il faudra du temps, du repos, de la patience.Un travail avec un psy s’impose afin qu’elle puisse oublier quelque peu cette épee de damoclesse qui lui, qui nous pend, non pas au sessus mais dans la tête. dans un prochain article, j’essaieraie de vous parler de l’évolution de son état. Je vous souhaite de ne jamais vivre un tel moment. cordialement lebehen


                • Voltaire (---.---.200.194) 3 octobre 2006 21:29

                  A priori, si l’anévrisme a été comblé/réparé, il n’y a pas de raison pour qu’il y ait récidive.

                  Dans ce type de cas, c’est bien la rapidité d’intervention qui est primordiale, et la distance qui vous sépare d’un bloc opératoire spécialisé. Et là, c’est un peu le loto quand on est en province. C’est tout le débat des réformes en cours : garder des petits hopitaux de proximité ou concentrer les moyens dans des centres mieux équipés mais plus distants...

                  Tous mes voeux en tout cas pour son rétablissement !


                  • anomyme (---.---.11.189) 4 octobre 2006 08:14

                    Merci pour ce temoignage, j’ai perdu mon amie il y a deja qq temps déjà qui est décédée d’une rupture d’anévrisme... C’est trés dure à vivre. Je suis heureux que l’issue soit heureuse. Je me souviens à l’époque sa famille s’était opposée au don d’organe, je ne la blame pas, je comprends, mais elle aurait pu sauver tellement d’autres vies.


                    • Antoine Diederick (---.---.209.229) 4 octobre 2006 09:42

                      Tous mes encouragements à vous et à votre famille.

                      Nous croyons souvent que cela n’arrive qu’aux autres, les accidents impromptus de santé. Personne d’entre nous n’est à l’abris d’un accroc qui peut très vite se transfomer en grave danger.

                      Face à la souffrance et à la maladie, pensons être solidaires. Votre témoignage me fait faire ce rappel valable pour moi mme et pour nous tous.

                      Bonne chance à vous.


                      • fabou (---.---.102.41) 5 février 2007 16:41

                        Très franchement tous mes voeux de rétablissement vont vers votre femme et toute votre famille qui a subis une grosse épreuve dans ces jours ! je n’ai que 17 ans et je suis sapeur-pompier, en charente maritime, et je sais à quel point la rapidité et l’attention auprès du bilan (pouls, respiration, symptomes....) peut etre déterminant ! Je félicite le professionalisme des médecins « d’abbeville » et ceux d’amiens qui ont su percuter à des moment cruciaux ! Merci aux urgentistes du SMUR et aux collègues sapeurs-pompiers volontaire et professionnels qui ont pris les décisions les plus adaptées ! bravo à tous, quoi de plus beau qu’une vie sauvé, trop de personnes meurent sans raisons, 1 de plus, c 1de trop.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès