• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mes chroniques italiennes 13

Mes chroniques italiennes 13

"Un crime contre la beauté", c'est en ces termes que la presse italienne a commenté l'impressionnant accident, qui a eu lieu hier, à Venise. Et elle a raison.

Depuis trente ans, les Vénitiens se battent contre l'accostage dans la cité lagunaire de ces paquebots de croisière. En vain. 275 mètres, 65000 tonnes, 60 mètres de hauteur. Est-il acceptable de faire entrer de tels monstres dans la ville ? Parce qu'ils y pénètrent carrément. Ils s'enfoncent dans la Giudecca, au sud du centre historique, un ensemble d'ilôts sur le canal du même nom.

Hier, les images ont donné froid dans le dos et la panique, sur place, était mesurable. Deux personnes, canadiennes, qui étaient assises à la proue d'un bateau, type vaporetto, ont dit qu'elles ont cru mourir, alors que le paquebot s'insinuait entre la pauvre embarcation, transformée en coquille de noix, et le petit quai de S. Basileo. Car, en effet, tiré par deux remorqueurs impuissants, le monstre n'était plus sous contrôle ! Le petit bateau a mis son alarme en route et son capitaine a hurlè aux passagers de le quitter en courant. L'impact a fait tout trembler. Cinq blessés légers seulement. Si le paquebot avait touché directement le bateau, il l'aurait détruit. Les 110 personnes et l'équipage n'en auraient pas réchappés aussi bien. Il aurait aussi pu aboutir sur un quai, 50 mètres avant, qui n'est pas en béton armé. Des habitants des environs immédiats ont vu le batiment ingérable, ils ont ressenti comme un tremblement de terre. Ils vivent dans un endroit idyllique, transformé en cauchemar par ces paquebots démesurés.

Des amis vénitiens nous faisaient part, il y a peu, de leur colère. Ces paquebots crachent quotidiennement des milliers de touristes dans Venise, des touristes d'un jour qui ne font même pas travailler l'hotellerie. Les habitants insistent depuis longtemps sur les risques d'accidents. Une ordonnance de 2018 utilise, pour gérer les flux de paquebots, un algorythme, qui leur permet ... de passer à quelques mètres de la Sérénissime.

Venise est la ville de l'élégance, de la splendeur, avec ses palais, dont les plus anciens témoignent de l'architecture byzantine, d'autres du gothique vénitien. Suivent ceux de la Renaissance et les baroques. Ces invasions (barbares) sont des coups portés à sa beauté, mais pas seulement. Le comité "No Grande Navi" est très préoccupé par les dommages qu'elles entrainent sur la stabilité des édifices, l'écosystème. Les passages des navires provoquent deux effets hydrodynamiques, l'onde et l'énorme déplacement d'eau en profondeur. En découlent des vibrations, des mouvements parmi les sédiments et le creusement des fonds.

Un paquebot pollue autant que 14000 voitures. La machinerie reste active, même à l'arrêt pour maintenir différents systèmes en marche. Les embarcations locales, au service des Vénitiens, c'est-à-dire les vaporetti, les services, les bateaux privés, ne sont responsables que de 14% de la pollution.

Le peu de Vénitien qui sont restés habiter dans la cité ne méritent-ils pas eux, comme leur stupéfiante ville, plus de respect ?

Françoise Beck

Source :

www.ilpost.it

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Nicolas_M Nicolas_M 5 juin 16:42

    Un paquebot pollue autant que 14000 voitures ? 

    Les journalistes de la chaîne britannique Channel 4 pour l’émission Dispatches ont mené l’enquête sur des paquebots de la compagnie P&O Cruises, le plus grand opérateur de croisières en Grande-Bretagne. 

    Les conclusions de ce reportage sont sans appel : un seul paquebot émet autant de particules qu’un million de voitures.


    Petit joueur.


    • oncle archibald 5 juin 17:37

      C’est catastrophique à tous points de vue de laisser circuler ces monstres sur les canaux de Venise. Outre le danger qui s’est concrétisé par l’accident du 2 Juin qui n’a pas été cher payé, cela aurait pu être bien pire et faire des morts, outre la pollution de toute la ville par les gaz d’échappement des machines, il y a tout simplement le « hors d’échelle ».

      Ces espèces de hideux HLM flottants sont plus hauts que toutes les constructions magnifiques de Venise et transforment les palais en un espèce de décor façon Disney Land. Par leur taille et l’incongruité de leur présence en ce lieu ils deviennent la seule chose à regarder ! Ils polluent toute la cité, l’avilissent, la rendent anachronique, par leur seule présence.

      C’est tellement évident que ça donne une idée des pots de vin tout aussi énormes que les navires qui ont du être versés sans retenue pour obtenir l’autorisation insensée de les laisser naviguer au milieu des gondoles et autres vaporetos. Les seuls à avoir intérêt à la circulation en ce lieu de ces paquebots sont les Cie de croisières maritimes, et les enjeux doivent être meuh-meuh ! Le pognon, encore du pognon, toujours plus de pognon !


      • Julien S 5 juin 20:47

        @oncle archibald
        .
        Votre description de l’avilissement des constructions historiques par la hauteur du colosse s’applique aussi aux hameaux ridiculisés par une douzaine de ventilateurs de 150 mètres.


      • oncle archibald 5 juin 23:14

        @Julien S

        Absolument, je déteste aussi les éoliennes implantées n’importe où alors que parfois quand elles accompagnent les courbes d’un canal oú d’une autoroute elles sont tout à fait « à leur place » et ne gênent pas l’œil du promeneur. On ne peut jamais se dispenser de réfléchir, mais hélas en ces temps troublés les réflexions se limitent le plus souvent aux portefeuilles.


      • Olivier 7 juin 12:35

        @oncle archibald

        « hideux HLM flottants » : on ne saurait mieux dire !
        Mais au moins ces HLM là disparaissent au bout d’un moment. Les HLM bâtis sur la terre, eux, restent des décennies jusqu’au moment où on est obligé de les dynamiter.

        Tout cela est emblématique de la rencontre entre une modernité où le monstrueux est érigé en principe, et le passé où le beau était un réflexe naturel.

        Rien ne m’étonne plus que ces gens qui vont voir les beautés du passé et qui trouvent normal de vivre dans un environnement urbain moderne, à l’opposé de toute forme de beauté.


      • Xenozoid Xenozoid 5 juin 17:40

        francoise c’est agoravox,vous n’aurez pas de reaction


        • Cadoudal Cadoudal 5 juin 17:59

          @Xenozoid
          Ah, ça y est, les bobos écolos se sont enfin décidés à fermer l’ETNA...lol..

          https://laculturevolcan.blogspot.com/2014/09/le-point-sur-lactivite-du-volcan.html


        • Xenozoid Xenozoid 5 juin 18:04

          @Cadoudal

          aH BON ?


        • ZenZoe ZenZoe 6 juin 14:52

          Tiens, d’accord avec elle pour une fois !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès