• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mes chroniques italiennes 2

Mes chroniques italiennes 2

 

« Esprit progressiste », disais-je donc. Celui de l'Emilie, région historiquement rouge. Un souvenir. Avant d'y habiter plus que quelques mois, je vantais l'accueil des Emiliens, leur altruisme, leur attrait pour les tablées animées. Je n'avais pas tort. Mais, comme le disait une publicité, cela, c'était avant. Depuis, l'Emilie s'est laissée atteindre par l'individualisme forcené de l'époque, par un absurde isolement derrière son téléphone portable. Il n'y a plus de place pour l'autre, le repli donne une illusion d'etre les maitres du monde en bavardant sur les réseaux, en assénant des avis sur tout et des « vérités » toutes faites. Et les Italiens sont amoureux, et comment, de leur téléphone portable, le meilleur compagnon de table, de promenade, de lit.

Ce serait anecdotique, si ce n'était symptomatique d'une société en déconfiture. Comment réfléchir quand on ne nourrit plus son esprit ?

L'Italie, le pays du génie absolu, Léonard, a mis au pouvoir un individu, qui repousse les gens en fuite de pays en guerre, qui publie un livre chez un sympatisant fasciste, qui arangue la foule à Forlì, posté sur le balcon utilisé par Mussolini. Dans ce pays, où la loi sanctionne tout fait se rapprochant du fascisme (n°645/1952), on voit des rassemblements de gens qui exhibent le salut nazi sans etre pour le moins inquiétés.

Et quand je prétends que les 5Stelle sont coupables d'avoir permis l'accès au pouvoir de cette mouvance fasciste en faisant coalition avec elle, il en est pour me dire que c'est faux ! Je ne suis donc pas étonnée de ce marasme, provoqué par une grande ignorance, une dangereuse indifférence que certains tentent encore de justifier en évoquant un mécontentement. Mais enfin, quand on est contrarié, on ne jette pas le pays aux extrémistes ! On utilise son intelligence pour l'améliorer.

Jusqu'à cette année, la Journée de la Libération de l'Italie (le 25 avril) était celle de la mise à l'honneur des partisans. Cette année, si les célébrations ont bien eu lieu, et encore plus partout, les partisans ont été l'objet d'insultes et de mérpis. Ce pays a oublié son histoire.

Une ancienne résistante de nonante-cinq ans, interviewée, a répondu qu'elle referait les memes sacrifices, mais que ce pays ne le mérite néanmoins plus. L'Italie est au bord du désastre, et je ne parle même pas de son économie, précédant juste celle de la Grèce, mais nombreux sont ceux qui feignent encore de ne rien remarquer.

A suivre ...

Françoise Beck


Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jean De Songy Jean De Songy 6 mai 13:34

    C’est moi où la nullité sur GogochonoVox est de plus en plus abyssale ? Bientôt des chroniques de vacances, mattuvu en branlette à la plage...

     

    « Quand j’entends le mot UE, je sors mon oreiller. » Waffen BB (bobo branleur de combat)

     

    Pour monter le niveau (ça devient de plus en plus facile...)

     

    « Qu’a-t-elle d’européen notre Europe alignée, recouverte d’un bleu manteau de supermarkets, le successeur du blanc manteau d’églises, avec, çà et là, et en supplément d’âme, des musées aux formes avantageuses, où venir remplir en bâillant ses obligations culturelles ? Il y avait plus d’Europe à l’âge des monastères, quand l’Irlandais Colomban venait semer ses abbayes aux quatre coins du continent. Plus, à la bataille de Lépante, quand Savoyards, Génois, Romains, Vénitiens et Espagnols se ruèrent au combat contre la flotte du Grand Turc, sous la houlette de Don Juan d’Autriche. Plus à l’âge pacifique des Lumières, quand Voltaire venait battre le carton à Sans-Souci avec Frédéric II, ou quand Diderot tapait sur l’épaule de Catherine II à Saint-Pétersbourg. Plus, à l’âge des Voyageurs de l’impériale, quand Clara Zetkin remuait le coeur des ouvriers français, et Jaurès, les congrès socialistes allemands. Le russe et l’allemand s’enseignaient cinq fois plus dans nos lycées en 1950 qu’aujourd’hui ; il y avait alors plus d’Italie en France et de France en Italie qu’il n’y en a à présent. Nous suivons de jour en jour les péripéties de la politique intérieure américaine, et une quinte de toux de Mme Clinton en campagne fait l’ouverture de nos journaux télévisés, mais nous n’avons pas dix secondes pour un changement de paysage en Roumanie ou en Tchéquie. Les satellites de diffusion et notre paresse intellectuelle mettent New York sur notre palier, Varsovie dans la steppe et Moscou au Kamtchatka. »
     
    Régis Debray, Civilisation


    • JL JL 6 mai 13:45

      Articles publiés par Jean De Songy : zéro.
       
      Il ne publie pas et n’aime pas les articles des autres : on se demande ce qu’il fout là !
       
       


    • Jean De Songy Jean De Songy 6 mai 14:02

      @JL
      L’entre-soi monopolistique des gogochonvoxiens c’est un peu comme l’entre-soi monopolistique des caciques de l’ENA, mais niveau 0... 
       
      On se soutient dans la crasse pas dans la finance, on se vote réciproquement nos nullités, au lieu de se voter des jetons de présence dans des conseils d’administration. Pré-carré chiure InterBEnet pour gland remplacés esclaves multiethniqués... où Golden Parachute oligarchique pour maîtres du monde...
       
      Chacun son petit entre-soi...  smiley
       
       
      « Dans la nation nous avions la constitution du peuple, dans l’UE nous avons le peuple de la constitution : les boobas multiethniqués épilés. » hégélien anonyme


    • baldis30 7 mai 15:23

      @JL
      bonjour,
      zéro ? et même zéro pointé ...
      Il est là dans le décor .... ....
      robotisé .... Hélas il n’est pas le seul .... construire il ne s’est pas ce que cela veut dire, apporter sa pierre non plus ....
      Ah si il apporte quelque chose ... sa particule .... « de » ... ça le classe pour nous les manants


    • baldis30 7 mai 15:25

      @baldis30

      oups avec excuses ..... il ne sait pas ( et non il ne s’est pas)


    • Areole 6 mai 14:21

       « Il n’y a plus de place pour l’autre, le repli donne une illusion d’etre les maitres du monde en bavardant sur les réseaux, en assénant des avis sur tout et des « vérités » toutes faites »

      C’est un auto-portrait ?


      • CogitoErgoSum 6 mai 14:24

        Il est vrai que les italiens ont changé ces dernières années et qu’ils sont un peu plus individualistes. Mais peut-être que dans votre analyse, il serait opportun d’en indiquer certaines raisons ?

        l’isolement derrière le téléphone portable en est une. Elle est tout à fait similaire à ce que nous vivons en France. Les gens, notamment les nouvelles générations, ne communiquent plus que par ce moyen. Pour les autres, c’est un moyen redoutable de se créer une bulle privée et d’éviter la communication verbale ou visuelle avec l’autre. 

        La destruction en cours de cellules familiales en est une autre. La cellule familiale italienne était pluri-générationnelle. Il n’était pas rare de voir trois générations partager la même maison de famille, se cotoyer, s’enseigner mutuellement, partager et perpétrer une culture locale commune. Ces cellules ont éclaté en raison de l’exigence de mobilité des travailleurs. On quitte la maison (et la mama) pour aller à l’Université, ensuite on cherche un travail dans les zones propices et, sauf incident de parcours, on n’y revient plus. C’est le cas de beaucoup de méridionaux qui ont été contraints d’aller travailler dans le Nord et ne retournent que très rarement chez eux.

        Ce renfermement sur soi a également une autre cause. Tant que vous partagez des points communs avec la majorité de la société dans laquelle vous vivez, la communication s’établi facilement, vous sortez prendre une collation au bar pasticceria du coin. Vous allez en famille et avec les amis manger une glace, vous vous promenez dans les parcs en toute tranquillité. Et un jour, un, puis deux, puis 10 personnes envahissent ces lieux et se livrent qui à la vente de drogue, qui à la prostitution, qui à la destruction du mobilier urbain, qui au harcèlement des jeunes femmes... Dans plusieurs grandes villes italiennes, certains parcs publics sont devenus de vrais coupe-gorges. A un certain point, vous vous sentez en insécurité et vous restez chez vous à regarder la télé ou à communiquer avec votre cellulaire.

        Je vais régulièrement en Emilie Romagne et dans le Nord de l’Italie. Cette insécurité et se repli sont palpables. Et il ne faut pas en accuser les Italiens. Cette situation c’est fortement développée avec l’immigration depuis le continent africain. Les causes et les effets sont les mêmes partout en Europe. 

        Donc, encore une fois, l’arrivé de Salvini n’est pas le symptôme d’une réactivation d’un quelconque fascisme. C’est le contre coup d’une politique qui n’a pas su préserver correctement l’environnement et l’art de vivre des italiens en permettant l’arrivée en masse de personnes qui, par leur comportement tendent à renforcer ce repli sur soi. Les gens ne naissent pas racistes ou xénophobes, ils le deviennent en constatant l’effet que cela produit sur leur lieu et leurs habitudes de vie.

        Et puis, in fine, on juge de la politique d’un pays sur le niveau de bien-être de ces citoyens. Peut-être est il encore un peu tôt pour tirer des conséquences qu’elles soient positives ou néfastes. Par ailleurs vos populi, vox dei. Qui sommes nous pour juger ? notre situation est elle plus enviable ? Les italiens sont un peu comme les français, politiquement insatisfaits, tôt ou tard, ils auront atteint un point de mécontentement qui provoquera la chute de ce gouvernement et l’arrivée d’une coalition modérée et pro européenne. N’est ce pas cela la démocratie ?


        • Jean De Songy Jean De Songy 6 mai 18:49

          @CogitoErgoSum
           
          ‘La culture du narcissisme’ Christopher Lasch, un classique pour décrire le purinement gocho.
           
          « Dans le perception d’une société sans avenir, se glisse l’incapacité narcissique de s’identifier à la postérité et participer au mouvement historique [le sacrifice au travail des vieux coréens du sud, par holisme, par amour de leur peuple ...] peu portée donc à intéresser aux besoins des générations montantes [...]
          Antisociaux au fond d’eux-mêmes [...] les Narcisses ne se conforment aux normes sociales que par crainte [...] Généralement corruptibles [Cahuzac le moderne bobo sans devoir] par opposition avec la moralité rigide de la personnalité obsessionnelle [De Gaulle l’ancien souchien patriote obnubilé par la ‘grandeur de la France’] 
          L’éthique d’auto-préservation et de survie psychique [de bobo] prend donc racine, non seulement dans des conditions objectives de guerre économique, dans l’accroissement du taux de criminalité [incivisme généralisé ...] mais également dans l’expérience subjective de l’isolement [du multiethniqué dans le libéralisme gôôôchiste...]
          Le culte des relations personnelles [d’où fesses-boucs opportuniste] qui s’intensifie à mesure que s’éloigne l’espoir de solutions politiques, cache un désenchantement profond vis-à-vis de ces relations [fesses-bouquer un ‘ami’... est-ce vraiment valable ?] de même que le culte de la sensualité implique une répudiation de toute sensualité, excepté dans ses formes primitives [apologie de la pornographie]. L’idéologie du développement personnel [gode-bébé pour bobo pédéraste, il le veau bien, coach sportif], optimiste à première vue, irradie résignation et désespoir profond [la société n’est plus rien pour l’individu, vide holistique]. Ont foi en elle [la Ploutocratie Sexialiste actuelle] ceux qui ne croient en rien [excepté Caddie et Pognon] »


        • Areole 7 mai 11:48

          @Jean De Songy
          La multiplication des crochets nuit gravement à la compréhension de votre écriture. Votre myoclonie scripturale m’inquiète.


        • baldis30 7 mai 15:27

          @Areole
          bonjour, 
           avec autant de crochets on est ..... K.O.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès