• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Mieux vaut un projet sans candidat qu’une foultitude de candidats (...)

« Mieux vaut un projet sans candidat qu’une foultitude de candidats sans projet »

Et si d'une certaine manière, ils avaient déjà une idée du programme, faute d'avoir le candidat qui va avec ?

Pourquoi ? Parce qu'il y a toujours une goutte pour faire déborder le vase et la coupe était pleine avant qu'El Khomri et Valls ne la fasse déborder.

"Il n'y a pas d'alternative crédible à gauche. Il y a une alternative de droite qui existe, et si je ne suis pas... si la gauche n'est pas reconduite, ce sera la droite qui l'emportera ou l'extrême droite."

Donc à part Hollande, il n’y a à gauche aucune place pour une offre alternative. Non seulement il y a une place pour une offre politique alternative mais elle lui impose de rentrer dans l’Histoire par la porte de sortie.

Les germes d’une explosion électorale, à défaut d’être sociale sont bien présents.

L’infortune des français est devenue insupportable

Le fondement de la prochaine mandature, c'est la reconstruction d’un socle social au terme de 30 ans de dégradation. Tous les régimes qui se sont succédés jusqu’au dernier, celui du gouvernement Valls, sont restés en échec sur l’essentiel, le niveau de vie de la population française dans un contexte de mondialisation. De quoi s’agit-il ?

Les élites mentent, la gauche gouvernementale et la droite réactionnaire aussi

La tension sociale est bien réelle et elle tend vers la rupture, même si nos élites brouillent l'image en minimisant la participation aux dernières manifestations en réduisant le mécontentement général à un attroupement de cancres lycéens et de syndicalistes survivant à ce début de 21e siècle. En fait, de pourrissement en pourrissement, Il est même envisageable qu’un jour les banlieues rejoignent les classes moyennes dégradées. Il n' y a plus de marge de résistance, les conditions sont constituées pour "brutaliser" l'ordre établi car les injustices, de plus en plus criantes, et l’appropriation du pouvoir par les privilégiés contiennent les germes de ce décrochage définitif de l’opinion publique.

Et c’est bien la question sociale que tous les candidats à la présidentielle, plus ou moins « corrompus » par le système ne souhaitent pas poser pour ne pas avoir à y répondre. Ils ont tort car c’est là-dessus que l’opinion des français est en train de se former. C’est l’ultime débat pour une ultime chance d'aboutir dont toute la classe politique réactionnaire veut faire l’économie.

Les questions qui mobiliseraient les français seront évacuées sans une alternative de gauche

Voici quelques raisons de prendre au piège tous les candidats déclarés, tous ligués contre l’émergence d’une candidature alternative de grand rassemblement.

1. Le « reste à vivre » des français en 2016, c’est souvent la misère en travaillant ;

Depuis le passage à l’euro, malgré la persistance d’un discours officiel, les 15 ans échus se soldent par une catastrophe pour le pouvoir d’achat.

  • D’abord les prix de l’alimentaire qui deviennent alarmants ;

Les marges indécentes du commerce capitalistique conjuguées avec la spéculation sur le cours des matières premières font de ce marché une zone de manipulation financière constante. Depuis le passage à l'Euro, les prix des produits de base ont doublé, au bénéfice des entreprises de la grande distribution.

  • La spéculation immobilière ;

On remarque que depuis 2000, l’écart se creuse très fortement entre pouvoir d’achat et la capacité d’acquisition. Ce n’est pas très compliqué à comprendre : avec des salaires qui n’ont évidemment pas été alignés sur la spéculation immobilière, la capacité de financement des ménages moyens est trop faible pour accéder à la propriété. C’est particulièrement vrai pour les jeunes déjà précarisés par le chômage. Ils sont de plus en plus nombreux à avoir fait totalement le deuil de ce projet.

Un exemple honteux :

L’augmentation du prix des loyers à Paris de 1999 à 2009 était de l’ordre de 85 %. Je n’ai pas eu accès aux dernières données. Les prix des loyers ont quasiment doublé sur cette période.

Loyers, alimentation et transports représentent additionnés 65 % du budget global de dépenses d’un ménage moyen. La réalité est que « le reste à vivre » entre des prix qui augmentent, des salaires et des pensions de retraite qui stagnent, la population commence à comprendre que les migrants n’y sont pour pas grand-chose et que l’obsession identitaire pour l’occident chrétien, même si c’est une référence essentielle, ne changera rien au fait que le Peuple ne profite jamais de la croissance ni des fantastiques profits des multinationales. L’ordre capitaliste les écarte d’un rôle majeur.

2. « Ça va mieux » 

« Ça va mieux » mais inexorablement, les salaires et les retraites d’une majorité de français sont devenus à peine suffisants pour vivre. Des millions de français auxquels le droit à l’expression a été confisqué sont en mode « survie » En 2000, la catégorie des français très vulnérables était celle des chômeurs. L’ordre économique nouveau a étendu cette catégorie au travailleur qui est devenu avec un salaire, un pauvre ! Et ça sent le « roussi » du côté de la classe moyenne. 43 % des français ne partiront pas cet été en vacances alors qu’une minorité va y consacrer des budgets de plus en plus importants. La pratique des loisirs nautiques ou aquatiques en été ou l’activité du ski ou du surf en hiver n’est ni une norme commune ni une règle sociale universelle, accessible à tous.

Poursuivons sur les différences de traitement entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui le subissent :

3. Deux catégories de français qui pourraient bien se retrouver dans une lutte des classes inattendue : les salariés et les dirigeants d’entreprise… La fracture est abyssale !

Si l’écart entre les salaires est devenu inquiétant entre la base et les valets du patron, c’est carrément sidéral entre les salariés et les dirigeants. Plus grave, lorsqu’ un salarié commet une erreur, il est viré ! Il est même sorti sans faire de faute. L’ignominie tient au fait et c’est tellement vrai qu’ Hollande a menacé de légiférer, que ces dirigeants sont souvent ceux qui ont ruiné leur entreprise avant de la quitter avec une retraite chapeau et s‘être augmentés jusqu’à 300% de plus par an ! Et ça n’est pas une nouveauté. N’oublions pas l’affaire Messier qui a quitté Vivendi avec 27600 fois les indemnités de chômage d’un smicard… le processus prolifère.

Comment le Peuple peut-il continuer à supporter que le salaire d’un PDG de grande entreprise corresponde… à 175 ans de travail salarié ? Je fais bien sûr la différence entre la démarche entrepreneuriale de celui qui investit ses économies et son patrimoine avec Carlos Ghosn qui n’a jamais créé d’entreprise avec l’argent de ses gosses ou de ses parents. Donc ça suffit ! (*)

(*) Entreprises du CAC 40, l'indice boursier des 40 plus grandes entreprises françaises

4. Pire, la justice, fondement majeur de la démocratie, « roule » à deux vitesses ;

Pas besoin d’aller chercher très loin : Quand une mère célibataire oublie de déclarer quelques ménages faits chez les exilés fiscaux pour habiller ses enfants, les mêmes exilés fiscaux, pris la main dans le sac mais servis par les meilleurs avocats fiscalistes continuent à parader dans les beaux quartiers. Dès que le citoyen bouge, il se met en danger, soumis à toutes sortes de règlementations dont le nanti se contrefiche !

Selon la constitution et la déclaration des droits de l'Homme de 1789, la justice devrait être la même pour tous. La réalité est devenue bien différente.

"Un automobiliste peut être condamné à 2 ans de prison ferme pour un excès de vitesse qui n'a pas causé d'accident, une mère de famille peut être condamnée à 4 mois de prison ferme si ses enfants ne sont pas allés à l'école. Mais dans le même temps, et dans des affaires qui ont causé des préjudices beaucoup plus graves, les élites politiques et économiques bénéficient d'une impunité systématique". Thevenoud est député et Cahuzac en liberté, réunit sans vergogne 300 « amis » dans son fief ! Kerviel est brisé mais la S.G. a trempé à Panama…

5. Impôts en plus mais services publics en moins 

Avec Hollande malgré la dégradation du service public, les impôts sur le revenu ajoutés aux impôts locaux, à la taxe d’habitation, à la TVA, aux taxes sur les carburants, c’est environ la moitié du revenu d’un salarié moyen qui part dans l’entretien des privilèges. Et oui les français ont la sensation que leurs impôts financent les outrances des autres. Même Fillon n’a pas osé cette dérive fiscale !

Dans le même temps, la qualité de l'éducation se dégrade, l’administration ne fait pas sa mutation numérique, les transports publics et les services de santé de désagrègent. Pire, les malades s’entassent sur des brancards dans les couloirs des urgences. Les maladies nosocomiales se répandent. Des territoires entiers sont désertés par la médecine libérale qui choisit d’assurer son train de vie dans des contrées plus résidentielles et au tarif déconventionné. Les" sans dent" ne mastiquent plus et bientôt tls ne s'éclaireront plus car EDF a rejoint la santé publique dans la défaillance gouvernementale.

6. Les rentes, les privilèges et le décalage entre la condition sociale des français et le comportement ostentatoire des ministres et des hauts fonctionnaires est devenu indécent

Une sorte de corruption passive semble sévir à tous les niveaux de l’état. Le train de vie somptuaire de ces personnalités (luxueux appartements de fonction, voitures de fonction, enveloppes discrétionnaires, réseaux, etc.) supportable dans un pays riche est devenu indécent dans un pays qui a été relégué à la 21eme place du PIB par habitant, loin derrière la Belgique, la Finlande, la Suède, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays Bas, l’Irlande, l’Islande, c’est-à-dire la plupart de nos voisins proches. La rente des privilégiés en France se nourrit de la privation des autres. Tout ceci est vécu par les français comme une autre façon de détourner l'argent du contribuable.

7. Les cadeaux distribués par l'Etat au grand patronat 

L'état manque d'argent pour l'éducation, la santé ou les retraites, mais Hollande a fait des milliards de cadeaux au patronat sans créer un seul emploi ce qui n’empêche pas certains de poursuivre leur délocalisation fiscale et de verser aux actionnaires, des dividendes multipliés par 5 !

8. La collusion entre les gouvernements et les multinationales

Les gouvernements sont sous la pression des multinationales et non de l'intérêt général. C'est à cause de cette collusion que le libéralisme est le fondement économique officiellement le plus vertueux et il est appliqué depuis 30 ans par les gouvernements de droite comme de gauche, malgré ses effets désastreux : misère croissante, envolée des prix, précarité généralisée, privatisation des biens publics, destruction de l'environnement, tiers-mondisation des pays occidentaux... Un bien triste exemple de cette collusion a été orchestré par le gouvernement Valls. Fin 2015, Les députés avaient dans un premier temps adopté des amendements socialistes et écologistes en faveur de mesures destinées à lutter contre l'optimisation et la fraude fiscales, par 28 voix contre 24.

Mais le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a aussitôt demandé une suspension de séance en vue d'une seconde délibération. Elle lui a finalement donné raison et les députés sous la pression du gouvernement ont rejeté le dispositif par 25 voix contre 21.

9. L’assujettissement des états aux accords européens et internationaux qu’ils ont eux même signés 

Autant de traités signés par la gauche et la droite nous condamnent à subir l’austérité idéologique qui nous est imposée par des dispositifs inéquitables, pensés à Bruxelles.

Voilà 9 bonnes raisons de dire non au scénarion écrit à l'Elysée et oui à l’offre alternative à gauche. Elle s’impose à ceux qui sont capables de s'allier ( le plus compliqué à réussir pour presenter une candidature) de la concevoir et de la faire prospérer, bien au delà de leur camp s'ils veulent que leur caisse de résonnance dépasse leur cage d'escalier ou leur "fan club". C'est l’intérêt de la Nation.

2017 se gagnera avec l'opinion publique et celle ou celui qui mettra ces questions de gauche, au cœur des enjeux avec en face, un programme de réformes pour les 5 ans à venir, sera audible de gauche… jusqu' à la gauche de la droite.

L'élu aura ensuite 5 ans pour faire "le job" et entrer dans l'Histoire ou gérer l'ingérable, le "chaos" et démissionner.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jo.Di Jo.Di 20 mai 2016 08:58

     
    Mais non ....
     
    Le pgrm du candidat c’est sa couleur de peau .... laaargement suffisant pour des débarqués en Zodiac, qui se soumettront au propriétaire de l’auge.
     
     
    De la commune de Paris aux votes des ventres ethniques du Paristan et autres colonies mondialistes de l’UE = TAFTA - US...
     
     
    90% des votes colons pour Flan, « mon ami la finance »,
     
    90% des votes noirs pour Hillary, « mon ami Wall Street »
     
     
    Capital a bien niqué titi rouge, à coups de trique multiethnique ... de gôôôche ....
     
     
    Ainsi le maure de gôôôche à Londres peut mettre « Allah akbar » sur ses bus, c’est un grand socialiste !
     
    Au Paristan on est plus avancé, être de gôôôche c’est être pour le gode-bébé du 1/3 monde acheté par bobo pédéraste !
     


    • Alpo47 Alpo47 20 mai 2016 09:04

      Belle analyse. Effectivement, pour sortir de ce « marigot », il faut pouvoir offrir autre chose, un autre projet. Leur communication, évidemment vise à faire croire qu’il n’y a pas d’alternative. Inutile d’y penser ... il n’y a rien d’autre. Ce qui est vrai c’est que l’on ne peut pas mobiliser sans « faire rêver » à une autre société.
      Il faut également un , ou des, leader qui fasse passer le message. Et là non plus il n’y a personne qui s’impose par son charisme, son exemplarité, son intégrité. (Pour rire jaune, nous aurons surement bientôt un autre président (A.J) qui a été condamné à de la prison avec sursis).

      Remarquons au passage que s’il y a bien environ 10 millions de personnes sans emploi ou sous employés, il n’y a que quelques milliers de jeunes, généralement étudiants, pour aller dans la rue et se confronter au pouvoir. Où sont ils ? Ils sont ceux qui sont le plus mal et ne se bougent pas pour changer le rapport de force, pour faire modifier la structure même de notre société qui vole (prélève) aux plus pauvres pour nourrir les plus riches. Si 10 millions de sans emploi occupaient la rue (ils ont du temps pour cela), il n’y aucun doute que beaucoup suivraient ... et l’Etat captateur s’effondrerait en 8 jours. Ah oui, je sais ... « préserver le peu qui nous est alloué » ... et puis « chacun pour soi », n ’est ce pas ? Les moutons sont bien dressés à croire que leur maitre ne leur veut que du bien.

      Alors ? Et bien, il faudra une « étincelle », comme un jeune qui meurt sous les coups des CRS(il y en a bien d’autres possibles), pour que le pays bouge. Enfin, il y a une petite chance, toute petite.

      Ce qui est certain, c’est que l’Etat et les ultra privilégies ne donneront rien d’eux même. Il faut et il faudra toujours le gagner.


      • leypanou 20 mai 2016 11:20

        @Alpo47
        Ce qui est certain, c’est que l’Etat et les ultra privilégies ne donneront rien d’eux même. Il faut et il faudra toujours le gagner. : c’est çà qu’il faut faire comprendre à des millions de fataliste. Les choses ne vont pas bouger tout seul.

        Comment se faire entendre d’une manière efficace ?


      • gimo 20 mai 2016 17:42

        @leypanou

        je sais c’est dur à enttendre mais la seule solution non violente a faire

        si vous voulez que vraiment le choses change pour le bien de tous

        quant vous irez voter mettez dans l’urne un papier demie a4 
        ecrit dessus
        nous ne voulons et acceptont plus ce systheme electoral et politique c’est clair 
        il n’ya pas d’autre alternative sinon 5 ans de plus et bientot les galeres et chaines

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mai 2016 21:18

        @gimo
        A votre avis, qui détient le pouvoir ? Qui décide en dernier ressort des lois qui doivent s’appliquer en France ? Si vous croyez que c’est Hollande, vous pouvez mettre tous les petits papiers que vous voulez dans les enveloppes pour voter, cela n’aura pas grand effet....

        « Qui gouverne vraiment la France et l’ Europe ? »


      • gimo 22 mai 2016 18:46

        @Fifi Brind_acier
         

        dans le refus politique est inclut le systheme europe

      • ZenZoe ZenZoe 20 mai 2016 09:15

        On peut dire aussi :
        « Mieux vaut un candidat avec un projet qu’une foultitude d’opportunistes sans vision ».
        En France, on a les opportunistes, pas le candidat.


        • gimo 20 mai 2016 16:49

          @ZenZoe
           

          il faut savoir que m’importe qui qui se presente comme candidat et un future vereux si il ny est
          pas déja  ce qui l’importe c’est le fric non seulement le salaire mais encore les avantages
          +le pouvoir pour des relation d’interet tout azimut et la cerise la gloriette
          ce lui qui rendre dans ce nid de vipere mafia doit obeier a ce sytheme sinon il est ejecte
           
          il sait que tres bien que le systheme mafieux est en fonction et il va simplement profiter
          de ce que les  precedent s ont  istaller

          c’est l’occasion qui fait le laron
          autrement dit .....le chien qui a la rage  ce n’set pas  le collier quil faut changer mais le chien

           de une autre facon de dire ce n’set pas les candidats qui changera quoique ce soi
          mais changer le systheme mafieux installe depuis 60 ans et s’etoffe chaque fois plus
           votez pour changer le systheme et dite le clairement dans les urnes sinon bientôt pour vous sera les galeres et les chaines
          donc voter pour un candidat c’est comme si vous   pissiez sur un violon pour jouer de la music

        • gimo 20 mai 2016 17:19

          @gimo
           je sais c’est dur à enttendre mais la seule solution non violente a  faire

          si vous voulez que vraiment le choses change pour le bien de tous

          quant vous irez voter mettez dans l’urne un papier demie a4 
          ecrit dessus
          nous ne voulons et acceptont plus  ce systheme electoral et politique c’est clair 
          il n’ya pas d’autre alternative sinon 5 ans de plus et bientot les galeres et chaines

        • gimo 20 mai 2016 18:02

          @gimo
          cette mafia politique et ht fonctionners

          ont accaparer la parole les mediats et par bonnheur vous allez c’est sous controle trier sur volet
          lmrdiats eche cul les passent en boucle 100 fois par jour ..........la nausée
          pour laver le cerveaux des faibles et des cons
          la justice est à leur ordre   vous citoyen vous exister pas pour eux vous etes des des voix
          qui doivent signer par votre vote un cheque en blanc pour avoir les cles du cofre public 
          v ous   votez votre soumision et payer goche  ou droite une mauvaise marcarade
          pour faire passer la plus grande des escroquerie de la civilisation moderne

        • bibou1324 bibou1324 20 mai 2016 10:18

          Le jour où on votera pour des idées et pas des guguss ... alors ce jour peut être je voterai.


          Ras le bol de cette télé-réalité qui est l’élection des politiques. Les français ont des idées, des envies, une vision de ce que doit être la France de demain. Les obliger à choisir entre un programme de droite, de gauche ou du centre est juste absurde. D’autant plus que de toute façon les politiques élus n’ont aucune obligation de suivre le programme qu’ils ont présenté (et qui ne sont pas du tout ce qu’attendent les français).

          A quand des votes citoyens comme en Suisse ?

          • Alpo47 Alpo47 20 mai 2016 10:33

            @bibou1324
            Il suffirait d’installer la capacité pour les citoyens de révoquer les élus qui ne respectent pas le projet pour lequel ils ont été élu. Simple et pourtant, ce ne sera jamais mis en place ... par les élus.


          • gimo 20 mai 2016 17:40

            @bibou1324

            il faut savoir que m’importe qui qui se presente comme candidat et un future vereux si il ny est
            pas déja ce qui l’importe c’est le fric non seulement le salaire mais encore les avantages
            +le pouvoir pour des relation d’interet tout azimut et la cerise la gloriette
            ce lui qui rendre dans ce nid de vipere mafia doit obeier a ce sytheme sinon il est ejecte
             
            il sait que tres bien que le systheme mafieux est en fonction et il va simplement profiter
            de ce que les precedent s ont istaller

            c’est l’occasion qui fait le laron
            autrement dit .....le chien qui a la rage ce n’set pas le collier quil faut changer mais le chien

             de une autre facon de dire ce n’set pas les candidats qui changera quoique ce soi
            mais changer le systheme mafieux installe depuis 60 ans et s’etoffe chaque fois plus
             votez pour changer le systheme et dite le clairement dans les urnes sinon bientôt pour vous sera les galeres et les chaines
            donc voter pour un candidat c’est comme si vous pissiez sur un violon pour jouer de la music

          • tashrin 20 mai 2016 14:08

            « Voilà 9 bonnes raisons de dire non au scénarion écrit à l’Elysée et oui à l’offre alternative à gauche »

            Et c’est quoi l’atlternative ? parce que j’ai beau regarder...


            • René Pichon-Costantini 20 mai 2016 14:43
              Effectivement, je n’aborde pas la question. J’ai principalement voulu commenter la déclaration de Hollande qui dit clairement : « Il n’y a pas d’alternative crédible à gauche. Il y a une alternative de droite qui existe, et si je ne suis pas... si la gauche n’est pas reconduite, ce sera la droite qui l’emportera ou l’extrême droite. »
              Je l’ai dont fait en le justifiant de « 9 bonnes raisons »
              Pour l’instant, seul Mélenchon s’est déclaré à gauche et Montebourg a fait une déclaration d’intention en précisant sa profession de foi ( croyance personnelle en des valeurs) qui peut-être se transformera en « offre alternative à gauche » C’est la raison pour laquelle je l’ai cité pour introduire mon sujet.
              Mon propos n’était évidemment pas, ce serait prétentieux, d’expliquer ce qui serait bon à gauche pour les français ( une alternative) mais de contester 9 fois la déclaration de Hollande. On doit pouvoir faire mieux... J’ai voulu justifier de l’opportunité de cette alternative


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mai 2016 20:59

                @René Pichon-Costantini
                Je crois qu’il manque une information capitale dans votre texte... :
                T.I.N.A « There is no alternative. » Dans le cadre européen, il est interdit aux Gouvernements d’élaborer des programmes de politiques intérieures nationales. Cf Viviane Reding, venue expliquer aux Députés français, un peu durs de la comprenette, qu’il n’y a plus désormais que des programmes européens.


                Et qui élabore les programmes économiques européens à appliquer dans chaque pays ? La Commission européenne, article 121 du TFUE.
                Voici la feuille de route pour la France, à exécuter fissa.

                Traduction de la novlangue européenne en français courant : privatisations, loi travail, réduction des dépenses publiques, privatisation progressive de la Sécurité sociale, gel des retraites, baisse des indemnités chômage, fin des CDI, et plus, même sans affinités.

                Alors, pas la peine de vous fatiguer à faire des programmes pour la Vraie Gauche... Tous les gouvernements européens qui acceptent de rester dans l’ UE, doivent appliquer les décisions économiques indiquées pour chacun des 28 pays. ( cliquer sur la loupe en haut à droite du tableau)

                Sinon ? Ben sinon, les récalcitrants doivent payer des millions d’euros de pénalités. C’est ce qui se mijote pour l’ Espagne et le Portugal, les pénalités peuvent aller jusqu’à 0,2% du PIB.

              • Legestr glaz Ar zen 21 mai 2016 00:08

                @sampiero

                Comme je partage ton avis lorsque tu évoques le futur des Français et de nos enfants !

                Je vais tenter de résumer ma pensée. Il faut partir de la réalité pour concevoir un projet futur. Il m’apparaît que Jean Luc Melenchon évacue la réalité de la supranationalité, qui nous soumet aux exigences de l’oligarchie, au profit de son idéologie. As tu lu l’ordre juridique de l’UE ?

                D’accord aussi avec toi sur l’éclatement des voix vers de nombreux partis. Ceci sert abondamment la stratégie de l’oligarchie. Qu’est-ce qui s’oppose à un nouveau CNR selon toi ? Comment trouver le plus grand dénominateur commun ? Et bien, en partant des réalités. Parce ce que « retourner la table » ou faire les gros yeux ne changent pas les règles du droit international. Les traités s’appliquent tant qu’ils ne sont pas dénoncés. Ceux qui disent le contraire ne sont pas honnêtes.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mai 2016 05:43

                @sampiero
                La Droite n’est pas obligée de mentir sur l’ Europe, son électorat approuve les décisions européennes.


                C’est toute la Gauche qui est obligée de mentir sur les Traités européens, car son électorat est vent debout contre les politiques économiques de l’ UE.

                Depuis Mitterrand, le PS est obligé de mentir, avec des promesses d’une Europe sociale qui n’existe que dans leur imagination fertile.


                La Vraie Gauche de Pierre Laurent est obligée de suivre le même chemin.
                Syriza a fait un super programme en 2012 pour se faire élire.
                Adieu veaux, vaches, cochons, couvées..., rien de ce qu’il proposait n’a pu se réaliser !


              • Legestr glaz Ar zen 21 mai 2016 09:42

                @sampiero

                Si je pouvais avoir votre optimisme je serais comblé. Mais ce n’est pas le cas.

                La 4ème pouvoir, en fait le 1er pouvoir, à savoir les merdias, font un travail de propagande constant, permanent, destructeur. La majorité du peuple de France ne dispose pas de « l’information ». Toutes les informations vont dans le même sens, elles sont contrôlées par l’oligarchie, la télévision la presse, la radio. Très difficile de faire entendre un avis contraire à cette propagande anti-peuple.

                Les échanges sur Agoravox me montrent que nous ne sommes pas prêts pour un nouveau CNR. Je crois que ce qui fait barrage à ce CNR c’est de ne pas prendre en considération la réalité et la supranationalité à laquelle nous sommes soumis. Sans une information complète de la population concernant l’ordre juridique de l’Union Européenne, il n’y aura aucun espoir. Il faut que les hommes politiques « honnêtes » disent à la population que se sont les règles de l’UE qui s’imposent à la France et que notre gouvernement ne fait « que » de la figuration. Après les choix seront possibles. Sans cette information « essentielle » et prise de conscience, nul espoir. Pourquoi Mélenchon n’annonce t-il pas clairement les règles du jeu ? Je n’arrive pas à comprendre.


              • jaja jaja 21 mai 2016 10:22

                @Ar zen

                C’est pourtant simple à comprendre. Vos règles du jeu ne sont pas celles de Mélenchon bien qu’elles se situent sur le même plan. Élisez moi disent aussi bien Asselineau ou Mélenchon et je ferai le reste ! Ce que je pense moi c’est que tout parti politique qui affirme que changer d’homme au pouvoir va changer quoi que ce soit à la situation politique fait partie du problème et non de la solution...

                Sur la question de qui détient le véritable pouvoir il est stupide de penser que les Commissionnaires européens sont les vrais décideurs... Les vrais maîtres du jeu se sont les capitalistes qui agitent leurs marionnettes politiciennes aussi bien au niveau national qu’européen. Ne pas comprendre ça c’est ou être un enfumeur ou un idiot !

                Le vrai changement c’est bien sûr de virer les Commissionnaires européens et les politiciens professionnels nationaux, tous au service du patronat mais aussi et surtout d’exproprier les capitalistes qui nous spolient massivement... Ce que prouve la fraude fiscale en Europe de ces ordures qui est deux fois supérieure à la dette de tous les pays de la zone Euro...

                Ne pas se tromper d’ennemi : l’ennemi c’est bien les capitalistes et je suis bien d’accord qu’il est nécessaire de mettre à bas leurs institutions telles que l’UE mais sans les oublier eux. Un simple repli nationaliste, restant sous domination capitaliste, n’est d’aucun intérêt pour les travailleurs....


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mai 2016 20:18

                @sampiero
                A quoi peut servir une Constituante ?? Sinon à faire croire que nous sommes un pays souverain.
                La Constitution qui s’applique est européenne, c’est le TFUE.


              • Legestr glaz Ar zen 22 mai 2016 10:58

                @jaja

                Encore une fois Jaja il faut que vous vous posiez la question de savoir quelle part de la population supporte les idées que vous préconisez à savoir la collectivisation des moyens de production. Si ceci doit être la « solution », celle qui convient à la majorité du peuple de France, il suffit de l’interroger. Votre idée ne recueille peut être pas une assentiment de la majorité des Françaises et des Français. Ceci vous ne voulez pas en tenir compte.

                Certes, il ne s’agit pas de changer un homme. Il s’agit d’examiner un « programme » de gouvernement. Il s’agit d’examiner comment le peuple aura le pouvoir à travers sa constitution. Comment il pourra peser, lui même, sur son destin. Les référendums citoyens et les initiatives populaires, que pourrait d’ailleurs porter le PRCF.

                Jaja, vous ne pouvez pas sérieusement prendre pour hypothèse que la majorité des Françaises et des Français est pour l’application d’une programme communiste à l’échelle de la France. Si vous pensez ceci vous êtes totalement à côté de la plaque. Un nouveau CNR est nécessairement « la solution ».


              • Legestr glaz Ar zen 22 mai 2016 11:22

                @sampiero

                Mais enfin Sampiero, les travers et les dictats de l’Union Européenne sont archi connus. L’alternative est donc sortir de l’UE, pour conduire une politique nationale, ou rester, et être soumis à une supranationalité. Melenchon le sait. Il n’en parle pas, il noie le poisson sous couvert d’une « constituante ». Or, tout le monde sait que des transferts massifs de notre constitution ont été réalisés vers l’UE.

                C’est donc totalement incohérent de parler d’une constituante dont on sait, à l’avance, que son résultat ne pourra pas s’appliquer dans le cadre de l’UE. Ceci ne résiste pas à l’analyse. Jamais une constitution élaborée par une constituante ne pourra être « euro-compatible ». Pourquoi ne pas annoncer un programme de gouvernement préconisant, certes la tenue d’une constituante, mais en signalant la nécessité « absolue » de sortir de l’UE.

                Parce que si une chose est parfaitement claire c’est que le traité sur la constitution européenne a été rejeté en 2005 par le peuple de France. Ce TCE a été remplacé par le traité et Lisbonne devenu aujourd’hui le TUE et le TFUE. La « constitution » de l’Union Européenne est donc représentée par le TUE et le TFUE. Il y a donc une impossibilité rédhibitoire à faire co-exister une constitution française, élaborée par une constituante, et les 2 traités européens. Pourquoi Mélenchon ne le dit pas ? Moi, je l’ai compris parce que cela est d’une parfaite évidence.


              • Legestr glaz Ar zen 20 mai 2016 21:38

                L’auteur a le nez collé au « géocentrisme ». Il ne sait pas que c’est « l’héliocentrisme » qui est d’actualité. Dit autrement : « lorsque le sage montre la lune du doigt, l’imbécile regarde le doigt ».

                Connaissez vous l’ordre juridique de l’Union Européenne, qui s’applique aux 28 membres ? Prenez en connaissance, intériorisé, faite votre chemin, et revenez rédiger un article qui tiendra compte de cet ordre juridique. Tout ce que vous avez écrit est sans aucune importance, n’a aucune intérêt puisque le soleil ne tourne pas autour de la terre. Vous pouvez imaginer la terre au centre du monde, mais elle ne l’est pas, c’est comme ça !

                http://www.europedia.moussis.eu/books/Book_2/2/3/3/index.tkl?lang=fr


                • Legestr glaz Ar zen 21 mai 2016 07:14

                  @ L’auteur

                  Vous avez écrit : « Une Europe redéfinie qui soit plus favorable aux intérêts des citoyens français, »

                  Si vous aviez un peu de temps à consacrer à la lecture de l’article 48 du TUE vous pourriez, enfin, comprendre qu’il est « im-pos-sible » de « redéfinir » l’Europe. Je pense que vous parlez de l’Union Européenne lorsque vous utilisez le substantif « Europe ». L’unanimité requise pour changer ne serait-ce qu’une virgule d’un traité, ne peut être recueillie. Vous croyez encore au Père Noël à votre âge ?

                  Sinon pour le tirage de « l’Euro million » vous me conseillez quels numéros ?

                  https://m.youtube.com/watch?v=6HyoJNojJRE

                  " Article 48

                  (ex-article 48 TUE)

                  1. Les traités peuvent être modifiés conformément à une procédure de révision ordinaire. Ils peuvent également être modifiés conformément à des procédures de révision simplifiées.

                  Procédure de révision ordinaire

                  2. Le gouvernement de tout État membre, le Parlement européen ou la Commission peut soumettre au Conseil des projets tendant à la révision des traités. Ces projets peuvent, entre autres, tendre à accroître ou à réduire les compétences attribuées à l’Union dans les traités. Ces projets sont transmis par le Conseil au Conseil européen et notifiés aux parlements nationaux.

                  3. Si le Conseil européen, après consultation du Parlement européen et de la Commission, adopte à la majorité simple une décision favorable à l’examen des modifications proposées, le président du Conseil européen convoque une Convention composée de représentants des parlements nationaux, des chefs d’État ou de gouvernement des États membres, du Parlement européen et de la Commission. La Banque centrale européenne est également consultée dans le cas de modifications institutionnelles dans le domaine monétaire. La Convention examine les projets de révision et adopte par consensus une recommandation à une Conférence des représentants des gouvernements des États membres telle que prévue au paragraphe 4.

                  Le Conseil européen peut décider à la majorité simple, après approbation du Parlement européen, de ne pas convoquer de Convention lorsque l’ampleur des modifications ne le justifie pas. Dans ce dernier cas, le Conseil européen établit le mandat pour une Conférence des représentants des gouvernements des États membres.

                  4. Une Conférence des représentants des gouvernements des États membres est convoquée par le président du Conseil en vue d’arrêter d’un commun accord les modifications à apporter aux traités.

                  Les modifications entrent en vigueur après avoir été ratifiées par tous les États membres conformément à leurs règles constitutionnelles respectives.

                  5. Si à l’issue d’un délai de deux ans à compter de la signature d’un traité modifiant les traités, les quatre cinquièmes des États membres ont ratifié ledit traité et qu’un ou plusieurs États membres ont rencontré des difficultés pour procéder à ladite ratification, le Conseil européen se saisit de la question.

                  Procédures de révision simplifiées

                  6. Le gouvernement de tout État membre, le Parlement européen ou la Commission peut soumettre au Conseil européen des projets tendant à la révision de tout ou partie des dispositions de la troisième partie du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, relatives aux politiques et actions internes de l’Union.

                  Le Conseil européen peut adopter une décision modifiant tout ou partie des dispositions de la troisième partie du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Le Conseil européen statue à l’unanimité, après consultation du Parlement européen et de la Commission ainsi que de la Banque centrale européenne dans le cas de modifications institutionnelles dans le domaine monétaire. Cette décision n’entre en vigueur qu’après son approbation par les États membres, conformément à leurs règles constitutionnelles respectives.

                  La décision visée au deuxième alinéa ne peut pas accroître les compétences attribuées à l’Union dans les traités.

                  7. Lorsque le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ou le titre V du présent traité prévoit que le Conseil statue à l’unanimité dans un domaine ou dans un cas déterminé, le Conseil européen peut adopter une décision autorisant le Conseil à statuer à la majorité qualifiée dans ce domaine ou dans ce cas. Le présent alinéa ne s’applique pas aux décisions ayant des implications militaires ou dans le domaine de la défense.

                  Lorsque le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne prévoit que des actes législatifs sont adoptés par le Conseil conformément à une procédure législative spéciale, le Conseil européen peut adopter une décision autorisant l’adoption desdits actes conformément à la procédure législative ordinaire.

                  Toute initiative prise par le Conseil européen sur la base du premier ou du deuxième alinéa est transmise aux parlements nationaux. En cas d’opposition d’un parlement national notifiée dans un délai de six mois après cette transmission, la décision visée au premier ou au deuxième alinéa n’est pas adoptée. En l’absence d’opposition, le Conseil européen peut adopter ladite décision.

                  Pour l’adoption des décisions visées au premier ou au deuxième alinéa, le Conseil européen statue à l’unanimité, après approbation du Parlement européen, qui se prononce à la majorité des membres qui le composent."

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès