• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Misères du mouvement social

Misères du mouvement social

Ce samedi 1er Mai, malgré une forte mobilisation et un défilé qui s'était déroulé pour la majeure partie sans heurts, les factieux sans étiquette s'identifiant comme "black-blocks" s'en sont pris aux forces de l'ordre, aux vitrines et même... Au syndicat historique, porte-étendard de la lutte pour les droits des travailleurs, la CGT. Comment en est on arrivé là ? Que faire pour remédier à ce cercle vicieux destructeur ?

D'un point de vue global, on ne peut que constater le lent passage de l'hégémonie culturelle de gauche, datant des années Mitterand, à une domination des thèmes de droite, initiée par Zemmour et ses pairs il y a quinzaine d'années et désormais en vogue dans l'opinion commune. D'abord maîtresse sur les réseaux ("fachosphère"), elle fait désormais partie de la charte éditoriale et de la stratégie de chaînes d'influence comme le groupe Bolloré. A ces opinions de droite sociétale & économique, font face des opinions de gauche sociétale et de droite économique (écologistes, BLM, LGBTQI...) 

A l'heure du manichéisme de notre societé, largement influencée par le monde anglo-saxon, les forces sociales tradtionelles se manifestent par leur pathétisme, assistant impuissants à leur disparition, seules contre tous. La situation est critique, glissant sur une pente raide et chaotique, et il faut essayer d'apporter des éléments de compréhension.

Le paradigme a évolué mais les corps constitués n'ont pas mué. Le taux de syndicalisme n'a jamais été aussi bas alors que les raisons de lutter n'ont jamais été aussi présentes. Les rangs des blacks-blocs grossissent tandis que les sandwichs merguez se font de plus en plus rares sur les pavés entre République & Nation.

Symbole de l'avilissement de la lutte sociale, le parangon de cette nouvelle gauche sociétale, Unul, apprécie taper avec verve sur toutes les oppositions potentiellement conjointes et louables, mais n'a pas de mot sur les totos. 

 

Face à la menace des acquis sociaux (assurance chômage, retraite...), 5000 policiers du parangon du néo-libéralisme européiste et héraut de la bourgeoisie organisée Macron, et à l'ennemi intérieur, comment résister ? 

La radicalité a évolué, d'ouvriers prêts à mourir pour leurs idées et leurs droits à des congés payés, désormais les forces en présence sont constituées de jeunes petits-bourgeois décérébrés par des années de régression en matière d'éducation & de culture, militant pour la destruction de toute norme ou règle, s'en prenant même à leurs alliés de circonstance, les syndicats, en plus d'être animés d'un sentiment anti-flic stérile, détournant le viseur du véritable ennemi et en éloignant de potentiels alliés plus modérés. Le gauchisme achève la gauche véritable déjà attaquée de toutes parts à droite, et empêche son renouveau.

Le fait d'avoir muselé l'opposition, via la mainmise du bloc bourgeois sur les médias et le logos, combiné à l'affaiblissement général du niveau de culture et d'éducation, fait que l'on arrive au leadership d'un mouvement comme celui-ci. Rappelons, pour continuer dans l'idée de déliquescence, que ce mouvement est d'origine anglo-saxonne.

Drôle, lorsque l'on sait qu'il y a un an, le cortège CGT était chargé par les CRS, et que, cette année, il est caillassé par les blacks blocks. Connivence ? Les circonstances sont douteuses, tant le mouvement anarchiste est un poulet sans tête, n'ayant pour utilité que de renforcer la cohésion bourgeoise et de diviser le prolétariat.

Si Macron vous met dans une colère noire, pourquoi la passer sur un de ses principaux opposants ?

Pourtant, les saillies du secrétaire général envers notre président n'ont pas cessé depuis le début de son mandat. Il "manque d'humilité", il "prend les français pour des imbéciles", il est "arrogant". Est-ce anarchiste d'attaquer un opposant majeur au pouvoir central ? En quoi est-ce pertinent et amènerait votre grand soir tellement attendu ?

Révélatrice réaction du chef médiatique du syndicat parlant d'alliés objectifs, se réfugiant derrière des insultes sexistes, racistes, et se plaignant que la police n'intervienne pas. Il est temps de se réveiller et d'arrêter de somnoler dans ce miasme 68ard qui fait tant de mal au camp social. Cette naïveté mènera le fleuron syndicaliste à sa perte. Une simple recherche aurait montré que ces blacks-blocs se sont créés en opposition aux manifestations pacifiques organisées par la CGT et... Il faut le dire, souvent stériles, de par la disparité des luttes, la fracture entre les générations notamment.

L'omnipotence bourgeoise se ressent même au sein du camp social. Il faut dire que les ouvriers, le coeur de la lutte traditionnelle, passent de plus en plus à droite, c'est un fait avéré. Les manifestations sont désormais composées de jeunes attachés aux nouvelles luttes (LGBTQI, BLM & autres) souvent d'origine bourgeoise et de vieux 68ards pour la plupart enrichis et trop légers pour véritablement lutter comme il le faudrait. C'est un fait sociologique, les manifestations se déroulant dans les grandes villes, et la CGT mobilisant de moins en moins les ouvriers, évoluant de plus en plus à droite et faisant partie de cette France périphérique manifestant peu.

Les ouvriers glissent à droite, tout doucement.

La jeunesse s'exprime avec radicalité, qu'elle soit de droite (tags sur des bâtiments religieux...) comme de gauche, mais cette radicalité restait entendable et compréhensive par leurs camps respectifs par le passé. Aujourd'hui le bloc anarchiste présent dans le mouvement social, souvent toléré à tort, doit faire l'objet d'une excommunication. Cela en va de la survie des forces traditionnelles, qui luttent pour leur survie et font face à cette uberisation venue outre-rhin. Le mouvement anarchiste international casse les codes comme il casse les vitrines, et tel un Macron brisant les partis traditionnels, fait son office en ridiculisant la manifestation du 1er Mai portée par les forces syndicales depuis plusieurs décennies.

J'en appelle à une refonte de l'astre de la lutte prolétarienne ! Le syndicalisme doit perdurer pour le bien commun mais cela passera par une remise en question profonde et une mise à niveau essentielle. Il ne faut pas avoir peur des mots, mais peur de la disparition complète d'une tradition de lutte sociale unique au monde. La clarification doit venir de l'intérieur du mouvement. Raymond, élève toi et rends toi compte de ce qui est en train de se passer !

Attaqué à droite par habitude, désormais il faut faire face à un second front qui vient décrédibiliser le mouvement dans sa globalité aux yeux des français moyens, d'habitude soutenant les grèves et la lutte sociale. 

Il faut se libérer de ce gauchisme latent qui pourrit le mouvement de l'intérieur et le rend ridicule aux yeux de l'opinion commune ! Il faut rééduquer et ramener dans le giron social ces jeunes, ces forces vives parties dans ces mouvements trop radicaux pour être utiles ! La lutte n'est plus que jamais d'actualité, il faut que les forces du bien commun s'unissent, et réussissent à prendre le pas des nouveaux clivages, s'émancipent des préjugés en cessant leur sectarisme afin d'inclure toutes les oppositions : petits patrons, souverainistes, cadres souhaitant une société plus juste, et j'en passe, et ce, pour pouvoir s'opposer aux adorateurs du veau d'or ! 


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • sophie 3 mai 18:57

    Voilà un auteur qui va faire la proie de fifi


    • @sophie

      What ? Non, pourquoi, cette propagande de merde se contredit deux fois par paragraphe, fait fi de l’histoire, et même de la réalité. On devrait en faire des tracts et les parachuter nuitamment sur toute la France smiley


    • Jean Pasquier Jean Pasquier 3 mai 19:11

      Possible d’étayer votre propos autrement que par l’insulte et en évitant les anglicismes ou est-ce trop demander ?


    • samy Levrai samy Levrai 3 mai 20:57

      @Jean Pasquier
      Nous sommes dans un parti unique, la gauche, la droite, l’extrême gauche ou l’extrême droite ça ne correspond qu’à des logos ( cf France, Italie, Autriche, Hongrie, Grèce, ...) et à absolument rien d’autres.
      Il en est de même avec les syndicats , un syndicat unique avec des positionnements marketing aidant les ultras libéraux et les financiers à détruire tous les pans de notre pays ( CES ). 


    • sylvain sylvain 4 mai 12:11

      @Jean Pasquier
      en tout cas nous sommes dans un empire, qui n’est surement pas dirigé par nos « représentant » politiques et qui n’a rien à faire de nos syndicats, ni même d’aucune organisation qui soit au niveau national, puisqu’elles n’ont pour ainsi dire aucune prise sur le reste de l’empire qui reste toujours bien plus grand, à moins éventuellement d’être la chine ou la russie, et encore


    • Captain Marlo Captain Marlo 4 mai 20:25

      @sylvain
      nous sommes dans un empire, qui n’est surement pas dirigé par nos « représentant » politiques et qui n’a rien à faire de nos syndicats, ni même d’aucune organisation qui soit au niveau national,

      Si, si, on peut faire quelque chose, mais il ne faut pas se tromper de cible. Exemple le principal syndicat des transports britanniques, clairement de Gauche, a appelé au Brexit !

      "(...) l’une des principales particularités du RMT est d’être clairement anti-européen, et que ses critiques contre l’UE soient formulées d’un point de vue de gauche. L’un des slogans essentiels du RMT – adopté en 2009 – est « NON À L’UE – OUI À LA DÉMOCRATIE », slogan que l’on croirait sorti tout droit de l’UPR française créée en mars 2007, deux ans auparavant.

      Ainsi, le RMT ne focalise pas ses critiques sur les seuls gouvernants britanniques, comme si c’était eux qui étaient entièrement responsables du désastre économique et social.  À la différence des syndicats français, le RMT fait de l’éducation populaire comme le fait l’UPR en France : il insiste sur l’écrasante responsabilité de la prétendue « construction européenne », explique à ses syndiqués que c’est là que se trouve le vrai pouvoir, démontre que l’ensemble du processus européen est dictatorial, et en tire la conclusion logique – la même que celle que nous tirons -, à savoir que le Royaume-Uni doit sortir de l’UE afin de rétablir la démocratie.etc"


      PS :  Dans le même temps, le Parti Travailliste s’enfonçait dans la défense de l’UE et le refus de reconnaître les résultats du referendum...


    • sylvain sylvain 4 mai 22:08

      @Captain Marlo
      je suis tout a fait d’accord sur le fait que l’UE soit, pour faire simple, un système antidémocratique, et sur le fait qu’il ait été pensé comme ça dès le départ par nos chers élites .

      Mais le cadre de l’état nation et de la république a été attaqué à bien plus large échelle et bien des pays qui ne sont pas dans l’union européenne sont soumis au même processus que nous . Ce n’est pas pour rien que je souligne la puissance, par la taille, la démographie, les ressources de pays comme la chine ou la russie . Pour s’opposer a l’empire il faut en avoir les moyens .

      Il faut être conscient que la mondialisation n’est pas un phénomène politique dans le sens ou ce serait une mesure que l’on pourrait choisir de prendre ou de refuser C’est un fait matériel qui n’est pas réversible . Il pourrait y avoir un changement de paradigme, voir un crash mondiale qui la réduirait à néant, mais ce n’est pas réversible . On pourrait imaginer une prise de conscience des nations qui mènerait à une concorde pacifique et constructive entre ces pays . Ca reste tout de même un pari, ce n’est jamais arrivé et les nations adorent se tirer dans les pattes et se faire la guerre mais peut être pourrait on dépasser ça, ce qui d’ailleurs aboutirait surement à un effacement progressif des nations . Ca pourrait être une bonne voie, qui commencerait par un éclatement de l’UE, même si on n’en prend pas vraiment la route ( de l’éclatement de l’UE si, mais pas du reste )


    • sirocco sirocco 3 mai 19:24

      Martinez, « opposant majeur au pouvoir central » ? 

      Ouch !... Qu’est-ce qu’il faut pas lire !


      • Ben Schott 3 mai 21:06

        @sirocco
         
        « Martinez, « opposant majeur au pouvoir central » ? 

        Ouch !... Qu’est-ce qu’il faut pas lire ! »

         

        Ouais ça pique ! Martinez, en fait c’est le clown qui avait la tête de l’emploi : le beauf de Cabu mâtiné de Peppone !... On lui a adjoint un « coach moustache »...  smiley

         

        Au bagne, comme les autres !

         


      • sylvain sylvain 4 mai 12:06

        @Ben Schott
        Au bagne, comme les autres !

        C’est qui, les autres ???


      • Captain Marlo Captain Marlo 4 mai 19:27

        @sylvain
        Il faut expliquer, sinon on ne comprend plus rien au syndicalisme actuel.
        Tous les syndicats, sauf S.U.D, sont affiliés à la Confédération européenne des syndicats. En clair, ils sont financés par Bruxelles...., et la main qui donne commande la main qui reçoit pour...

        “pour “renforcer la capacité des organisation de travailleurs pour proposer – au niveau de l’UE – des changement dans l’emploi, le travail et le dialogue social liés aux défis tels que : moderniser le marché du travail, la qualité du travail, l’anticipation, la préparation et le management du changement et des restructuration, le verdissement de l’économie, la flexisécurité, la mobilité des compétences au sein de l’UE, l’immigration, l’emploi des jeunes, la sécurité et la santé au travail, la modernisation des systèmes de protection sociale,…” 


      • Captain Marlo Captain Marlo 4 mai 19:35

        Suite,
        Mais ce n’est pas tout. En plus des millions d’euros de la CES, les syndicats touchent de l’argent public pour « le dialogue social ». Mais si, mais si, ça dialogue entre le Médef et les syndicats, et pour qu’ils papotent, nous les payons !

        "Ces 116 millions que les syndicats et le patronat ont touchés en 2015 pour le dialogue social. INFO LE FIGARO - Un rapport officiel remis ce jeudi aux pouvoirs publics détaille très précisément les montants que les organisations syndicales et patronales ont encaissés l’année dernière au titre de leur participation au dialogue social. La CGT, qui a durci le ton depuis 18 mois, a touché plus de 17 millions d’euros."

        Ne vous méprenez pas, je parle des dirigeants gras et dodus, pas de la base qui en prend plein la figure ! Le Médef a touché 11,3 millions d’euros, car le Médef est un syndicat patronal, mais un syndicat aussi.

        Voici donc précisément ce qu’ont encaissé en 2015 les 8 principales organisations syndicales et patronales au titre de leur participation au dialogue social.

        La CGT : 17,5 millions d’euros

        La CFDT : 17,3 millions d’euros

        FO : 13,9 millions d’euros

        La CFTC : 11,7 millions d’euros

        La CFE-CGC : 11,7 millions d’euros

        Medef : 11,3 millions d’euros

        CGPME : 5,8 millions d’euros

        UPA : 2,1 millions d’euros


      • Captain Marlo Captain Marlo 4 mai 19:42

        @Captain Marlo
        Mais ce n’est pas tout, hélas ! Je conseille vivement à tous ceux qui s’intéressent, comme moi, au syndicalisme, comme forme d’organisation de base de défense des intérêts des classes populaires, de lire deux choses :

        Le rapport Perruchot sur l’argent des syndicats, rapport qui roupille quelque part dans des tiroirs sous la poussière.

        Et l’enquête « Syndicat : corruption, dérives, trahisons »,

        de Lenglet et Touly, vous allez en tomber de l’armoire !


      • sylvain sylvain 4 mai 22:18

        @Captain Marlo
        ca a l’air intéressant, mais vos deux liens pointent vers le même article, qui donne le rapport brut sans analyse . Je le lirais peut être mais il fait quand même 230 pages

        Bon je suppose que ça décrit comment les syndicats ont été pourris de l’intérieur par la cupidité et le carriérisme et sont clafis de gras parasites . La même histoire que le PS en somme, mais ça vaut toutjours le coup de regarder comment ça se passe précisément, surtout si on espère s’y attaquer


      • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 3 mai 19:24

        Salut Jean t’as quel age 70 ans ?

        On dirait un article des seventies la lutte des classes la gôche, la droate et tout et tout

        Bon une maj s’impose

        COVID aidant la loutte des classes en 2022 ce sera les 1% vs les 99% en une seule classe de survivants, les prolos avec un revenu mensuel de servitude

        puçés, piqués, masqués, suivis à la trace, lobotomisés ....

        bref comme en CHINE le modèle choisi par nos zélites

        alors ta CGT et les autres ouaf ouaf, 

        Et nous irons ENSEMBLE vers le Nouvel Ordre Mondial et personne, je répète PERSONNE ne pourra s’y opposer  ! Nicolas Sarkozy le 16 janvier ... 2009

        devant les ambassadeurs du monde

         smiley


        • @Bendidon
          Oulahhhh, calmes toi un peu, tu vas nous faire un AVC, le futurologue clown.....Ta bible GR / comploplo ça va finir par te faire exploser le cerveau.
          Bon, donc, toi tu as tout compris, et les zautres c des cons, ok, voili voila, maintenant, tu vas faire un gros dodo, et demain, ce sera pire, mais c’est normal, ça suit son cours, pas la peine de s’exciter...Sinon tu vas finir par inventer l’eau tiède (un risque)


        • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 3 mai 20:03

          @artheslichepèdetologue
          mais tu me suis à la trace ma poule, t’es amoureuse smiley


        • @Bendidon

          mais tu me suis à la trace ma poule, t’es amoureuse  smiley

           smiley Damned, comment t’as deviné ???

          https://youtu.be/pRiF3RvjZFQ

          Nan, avec ton look ya pas de risques smiley

          Chuis intriguée :->>


        • Rinbeau Rinbeau 3 mai 19:42

          Pour avoir vu souvent le syndicalisme à l’œuvre dans le privé. Ce que je peux en dire c’est que ça n’est pas sérieux. On peut effectivement se poser objectivement la question de leur financement. Face à un néolibéralisme à l’offensive, ils sont plus que timorés, voire impuissants, ce qui explique des mouvements sociétaux de plus en plus radicaux. Et ça ne fait que commencer..


          • sylvain sylvain 3 mai 20:37

            Mais ce n’est surement pas les black block qui ont décrédibilisés la gauche et les syndicats . Pour la gauche politique c’est tout simplement l’exercice du pouvoir, c’est bien simple tous les gouvernements socialistes ont sautés dans le néolibéralisme a pieds joints, sans résistance aucune . Peut être qu’ils n’avaient pas vraiment le choix va savoir mais ils auraient à ce moment là pus l’expliciter clairement et se barrer, au minimum. Mais le PS était déja pourri par les mégalo et autre carriéristes, et ils avaient en réalité exactement ce qu’ils voulaient, le pouvoir Pas le pouvoir pour faire des choses, le pouvoir pour soi

            Pour les syndicats ben c’est une impuissance totale et répétée . Vous dites justement que les black blocks se sont créées en opposition aux mouvement pacifiques de la CGT, c’est bien vrai, et ça a réellement pris de l’importance sous sarkozy qui a décidé d’ignorer purement et simplement les manifs . Avant y’avait toujours un pti queq chose, prévu d’avance bien sur, mais le pouvoir lachait un os pour une manif réussi . Sarko a décidé qu’il n’y aurait même plus l’os, que dalle, que du mépris . La réaction des syndicats ?? aucune réaction, l’impuissance totale

            C’est de la que vient la mort de la gauche, pas de quelques dizaines de black block

            Les médias et le pouvoir évidemment en profitent et ne montrent que les « violents » des manifs, ceux qu’il faut bien punir, ceux qui justifient les coups de matraque et les interdiction . Vous croyez que si on les fais taire, les syndicats les manifs ça remarchera ?? mais ils sont apparus parce que ça ne marchait déja plus.


            • Captain Marlo Captain Marlo 4 mai 19:57

              @sylvain
              Vous croyez que si on les fais taire, les syndicats les manifs ça remarchera ?? mais ils sont apparus parce que ça ne marchait déja plus.

              Les violences permettent de passer sous silence un fait majeur : le vrai pouvoir n’est plus à Paris, mais à Bruxelles. Toutes les réformes qui détruisent le modèle social français issu du CNR, sont imposées par les Traités européens et par Bruxelles.
              .

              La grande absente de toutes les manifs, c’est l’Union européenne !
              "On les cherche vainement dans les manifestations contre la loi El Khomri, aussi bien à Paris que dans les villes de province : pas la moindre banderole, pas la plus petite pancarte évoquant l’Union européenne pour dénoncer son rôle moteur dans l’offensive tout azimut visant les droits sociaux des peuples et imposant à ceux-ci l’austérité la plus noire.

              Et pourtant, c’est clair, presque officiel : c’est à Bruxelles que sont élaborées les « directives », les oukases, peut-on dire, qui sont à l’origine des mesures imposées aux salariés, aux retraités et aux jeunes dans chaque pays de l’UE. Jusqu’au budget de chaque Etat soumis à la vigilante censure des commissaires européens. Et, bien sûr, si notre Code du Travail est mis en cause dans ses fondements, c’est pour répondre à la nécessité d’assurer aux entreprises une plus forte rentabilité, selon les critères établis tant dans capitale belge qu’à Francfort, dans les salons de la BCE.etc"

              L’article est de Jean Levy, qui publie une revue eurocritique : RUPTURES.


            • samy Levrai samy Levrai 3 mai 20:46
              •  France : CFDT - Confédération française démocratique du travail, CFTC - Confédération française des travailleurs chrétiens, CGT - Confédération générale du travail, CGT-FO - Confédération générale du travail - Force ouvrière, UNSA - Union nationale des syndicats autonomes

              Ceci est la liste des syndicats membre de la confederation europeenne des syndicats... Ils sont tous au service de la finance et servent de vaseline au moment de la fermeture des usines à cause de l’UE et de l’euro (mais surtout ne les blâment jamais, se trouvant des boucs émissaires plus pratiques).

              SUD est le seul qui n’y est pas.


              • titi 3 mai 21:00

                @L’auteur

                J’avoue que quand j’ai vu les images, avec les black block qui traitaient les vieux CGTistes de facho, ça m’a bien fait rire.

                Le vrai risque avec la gauche c’est pas la révolution, c’est la bêtise.


                • sylvain sylvain 4 mai 12:03

                  @titi
                  d’après la CGT il s’agit de black block d’extrême droite, au vu du mode opératoire . Qui a dis que les black blocks devaient être « de gauche » ??


                • titi 4 mai 17:24

                  @sylvain

                  Comme d’habitude c’est pas « la fôte de la gauche » : c’est un « fau drapeaux », « c’est le média », « c’est Soros »...

                  Bah non sylvain.
                  La gauche est bête, mais en plus vous montrez qu’elle est irresponsable.


                • sylvain sylvain 4 mai 22:26

                  @titi
                  Mais il faut être con comme ses pieds pour sortir un truc du genre « la gauche est bête », la gauche n’est pas une personne, pas un individu, c’est un concept .

                  Et puis il me semble que les gens qui crachent le plus sur soros ou les medias dominants ici ne se réclament pas spécialement de la gauche et même bien souvent de l’extrême droite

                  Vous ne manifestez là que votre besoin d’écraser des gens, votre soif de violence


                • titi 4 mai 23:24

                  @sylvain

                  « la gauche n’est pas une personne, pas un individu, c’est un concept »
                  Bah très justement : c’est un concept moisi.

                  « La gauche » c’est un concept de gens qui se croient plus intelligents que les autres.
                  Et ceux qui ne sont pas d’accord sont forcément des cons, des abrutis ou des « larbins ». 
                  Les marxistes pensent que les trotskistes sont des cons, qui pensent que les communistes sont des cons qui pensent que les socialistes sont des cons, qui eux pensent que tous les autres sont cons.
                  Et tout se petit monde se met joyeusement sur la gueule en prenant pour motif des théories fumeuses vieilles de 150 ans.

                  Sauf évidemment au moment des élections, où là on se glose de « rassemblement »... bah oui on a des convictions, mais faut bien aller à la gamelle.

                  Et l’histoire le montre, tout ce petit monde finit tôt ou tard par se guillotiner ou se goulaguiser mutuellement.

                  « votre soif de violence »
                  En attendant, ceux qui balancent des parpaings sur la CGT, c’est bien l’ultra gauche.
                  Et quand j’entends la CGT parler de « black block de droite », c’est du Coluche mais en vrai.


                • sylvain sylvain 5 mai 10:33

                  @titi
                   La gauche » c’est un concept de gens qui se croient plus intelligents que les autres
                  Au vu de vos commentaires, j’ai l’impression que vous n’êtes pas en reste

                  Les marxistes pensent que les trotskistes sont des cons, qui pensent que les communistes sont des cons qui pensent que les socialistes sont des cons, qui eux pensent que tous les autres sont cons.
                  Encore une fois vous semblez parler pour vous même, il n’y a que des cons a part vous dans vos commentaires, allez je suppose aussi les gens d’xtrême droite


                • sylvain sylvain 5 mai 10:58

                  @titi
                  En attendant, ceux qui balancent des parpaings sur la CGT, c’est bien l’ultra gauche.
                  Et quand j’entends la CGT parler de « black block de droite », c’est du Coluche mais en vrai.

                  Pourtant tout indique que c’est plutot l’extrême droite, insultes racistes, homophobes, violences envers des personnes qui ne sont pas la pôlice... .Pour être un black block, il suffit de s’habiller en noire, pas besoin de plus .
                  Une enquête va être ouverte et à mon avis ça va pas être très difficile de trouver des coupables . Mais bon, au vu des convictions politiques du flic moyen auhourd’hui...


                • titi 5 mai 21:42

                  @sylvain

                  « au vu des convictions politiques du flic moyen auhourd’hui... »
                  J’avais oublié cet aspect.
                  Nous seulement c’est pas « vot’fôt » et les « z’otres sont des cons », mais en plus vous êtes victimes d’un complot. Allez au hasard « un faux drapeau ».

                  Ben voyons. C’est facile.


                • Trelawney Trelawney 4 mai 08:45

                  Le pourquoi d’une gauche sans idéaux et sans possibilité d’apporter une évolution concrète de notre société va se trouver dans dans ce qu’est l’Union Européenne.

                  Tous les partis de gauche et même le PC sont pour cette Union Européenne. Et alors que tout le monde pense que cette UE est une union des pays européens, personne ne parle de la raison d’être de cette UE, à savoir une économie de marché. Et c’est même inscrit dans l’article 1 de sa constitution adoptée par tous les pays.

                  Aussi lorsque l’on développe un programme politique basé sur la justice sociale, on se heurte au mur de l’UE qui bloque toute initiative sociale (et même environnementale) sous le prétexte que c’est contraire au développement d’un système économique libéral qui est dans les gênes de cette UE.

                  Alors ces partis politique se rabattent vers un serpent de mer qui est à l’origine de ces partis à savoir : « lutte des classes ».

                  Le peuple ne trouvant pas de salut vers ces vieux débris archaïques, les laissent défiler et s’entre dévorer le 1er mai qui est pour eux un jour de fête.



                  • Et alors.... ! Misère de toi.

                    04/05/2021 – le poids des mots et le choc des analyses (découvrir la situation en matière du « vol d’atteints » ou des couvre-feux justifiés dans le tableau « France au goût du jour », inclus dans le lien à cliquer).

                    https://wp.me/p4Im0Q-4Wd

                    • On n’impose pas la vaccination, dans un état de droit, mais on contraint dans un autre état que la décence ne me permet pas de nommer. Non cela ne concerne pas la France qui comme chacun sait a été et est le flambeau qui guide les Peuples de la Terre entière. Si elle n’existait pas il faudrait l’inventer.
                    • Devrons nous porter l’étoile jaune-Refuznik » pour dénoncer cette hypocrisie ?

                    • eddofr eddofr 4 mai 11:37

                      Le syndicalisme est mort le jour où les patrons ont inventé l’individualisation, des salaires, du temps de travail, de l’avancement, des primes, ...

                      Le principe du syndicalisme : quand tous les ouvriers ont le même travail, le même salaire, les mêmes primes, il est plus efficaces de se regrouper pour présenter ensembles une revendications collective que de demander, chacun son tour, tout seul devant le patron, sa petite augmentation.

                      Aujourd’hui, aucun salarié n’a les mêmes revendications ni les mêmes besoins que les autres et surtout il ne sont plus capable de voir ni de penser collectif.

                      Nous sommes définitivement passés dans un monde individualiste.

                      Et dans ce contexte, le syndicalisme ne peut tout simplement pas exister.


                      • sylvain sylvain 4 mai 12:05

                        @eddofr
                        Nous sommes définitivement passés dans un monde individualiste

                        Il n’y a pas grand chose de définitif dans ce monde . La plupart des gens que je fréquente évoluent dans ce paradigme qu’ils n’arrivent pas à remettre en cause mais ils ne l’aiment pas et accueilleraient favorablement toute alternative qui permettrait d’en sortir


                      • Albert123 4 mai 17:04

                        @eddofr

                        « Le principe du syndicalisme : quand tous les ouvriers ont le même travail, le même salaire, les mêmes primes, ... »

                        le même mode de pensée unique aussi

                        bref le communisme sauce soviet, le monde du great reset selon klauss schwab également, le crédit social à la chinoise mais version crédit carbone, 

                        bref le monde des robots sans âmes. 

                        on comprend la soumission des gauchistes au monde masqué/confiné/vacciné d’après. Il ne veulent pas être libres, juste ne pas souffrir des difficultés inhérentes à la vie

                        « Aujourd’hui, aucun salarié n’a les mêmes revendications ni les mêmes besoins que les autres et surtout il ne sont plus capable de voir ni de penser collectif. »

                        un collectif qui nivelle par le bas ne répond pas aux aspirations plus élevées des individus.

                         


                      • eddofr eddofr 5 mai 15:19

                        @Albert123

                        C’est désespérant.

                        Je vous parle syndicalisme et vous me répondez communisme.

                        C’est absurde, le syndicalisme n’a de sens que dans un système capitaliste, pour équilibrer le rapport de force entre le patron tout puissant et chaque ouvrier individuellement impuissant.

                        Dans un système communiste, le syndicalisme n’a pas de raison d’être, puisque théoriquement, le prolétariat dirige la Nation et l’entreprise.

                        Le syndicalisme est un rouage indispensable du capitalisme, en le détruisant, en le rendant impuissant et inutile, les ultra-libéraux ne font que se priver d’un outil de régulation qui évite une révolte anarchique du prolétariat.

                        Le syndicalisme c’est la soupape de la cocote minute. Sans lui, la pression devient trop forte et la cocote finira par exploser.


                      • chantecler chantecler 5 mai 15:50

                        @eddofr
                        Certes mais comme le patronat peut produire pas cher en Chine dont le régime fait la police , pourquoi s’emm . avec des syndicats ?


                      • Captain Marlo Captain Marlo 4 mai 20:16

                        Il faut mesurer la distance qui sépare les syndicats d’après guerre, avec ce que sont devenues ces machines à fric depuis la fin de l’URSS, et les années 80, où le PCF & la CGT sont devenus euro béats...

                        Voici ce qu’expliquait la CGT dans les années 50/60, sur le Marché commun, l’ancêtre de l’Union européenne.

                        .

                        Le PCF a combattu la construction européenne jusqu’aux années 80.


                        • Les suiveurs et criminels Macronistes de la gauche-écolo crétinos

                          Une petite nuée d’intelligence de Maître Fabien Di VIZIO

                          https://www.youtube.com/watch?v=n8M65n9Yp8s&t=8s

                          00:00​ - Intro
                          02:13​ - La mise en danger de la vie d’autrui
                          11:58​ - Les BTS et les examens en présentiel
                          23:38​ - Le cabinet McKinsey

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean Pasquier

Jean Pasquier
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité