• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mohammed Merah ou le voyage vers l’enfer

Mohammed Merah ou le voyage vers l’enfer

Nous autres citoyens bourgeois qui aspirons à une existence paisible, un travail, un logement, une famille, des loisirs, ne pouvons pas comprendre que d’autres vies se jouent sur un autre registre, celui du voyageur. Les existences sont alors plus chaotiques, erratiques, problématiques, énigmatiques. Avec des bifurcations, uniques et déterminantes ou alors multiples et accumulantes. L’Histoire connaît d’innombrables cas d’individus ayant vogué sur des destins qu’ils se sont donnés et parfois, il suffit d’un seul aiguillage. On pense à saint Paul sur le chemin de Damas ou à Luther sur le chemin de la Réforme. Dieu n’est jamais très loin lorsqu’un choc existentiel place un homme sur une trajectoire. Cela arrive aussi en philosophie. C’est moins rapide en général. Alors parfois quelques rêves viennent encourager le voyageur de la pensée en le confirmant dans sa voie. Ce fut le cas de Descartes. Tous les hommes d’Histoire, qu’ils soient des héros, des bienfaiteurs ou des salauds, ont suivi une voie. Quand Dieu s’en mêle, il suffit d’une seule bifurcation. En d’autres cas, l’existence peut prendre une autre tournure. Passage dans l’enfer du mal, puis rédemption et retour un chemin plus sage. On connaît un philosophe en vue qui fut taulard pendant des années après avoir été braqueur. La vie n’est pas tracée. Elle emprunte parfois une série d’aiguillages.

A notre époque de confort matériel, certains individus ne se contentent pas d’une existence banale et cherchent une aventure, une affirmation, une reconnaissance. La structure économique ne permet pas de donner un emploi stable à tous, ni un emploi valorisant à ceux qui espèrent une reconnaissance « culturelle ». La plupart n’en deviennent pas pour autant des délinquants ou des déviants. Mais certains virent du mauvais côté. On ne fera pas le procès de la société ou de l’individu. Ces choses arrivent, d’autant plus facilement que la société est techniquement ouverte mais socialement assez rude et fermée et comme l’homme a autant une nature autarcique et solitaire que sociale et empathique, les uns s’en sortent par des détours résilients et d’autres refusent de se soumettre et tentent des voies parallèles. Quitte à croiser des mauvaises fréquentations. Le diable est logé dans les détails et le monde est fait de ces détails qu’on trouve dans les actualités, le Net, les livres, les connaissances, les territoires. Et puis les trajectoires sont diversifiées. On peut choisir ou l’on va. C’est ce que fit Mohammed Merah qui, hélas pour les victimes placées sur son dessein final macabre, est allé voir ce qui se passe au pays des djihadistes et autres talibans sachant manier le verbe haineux et les armes.

La vie est ainsi faite que les hommes sont différents, ne se choisissent pas le même destin, ne font pas les mêmes rencontres et que des existences abrégées ou macabres finissent par se réaliser. Une vie de rock star achevée dans l’overdose ou un accident de voiture. Dupond de Ligonnès n’avait rien de pop n’ roll mais n’a pas hésité à assassiner sa famille. Péter un câble dit la formule. Oui, mais une formule n’explique rien, elle constate. L’explication ne se dessine qu’en comprenant la nature humaine et les chemins que prennent les existences. Merah n’a pas suivi le chemin de Damas mais celui de l’enfer, du mal, de la toute puissance. Il serait trop facile d’incriminer la société. Le monde est juste un milieu dans lequel les hommes s’adaptent mais comme l’homme est la seule espèce qui possède la liberté de ne pas s’adapter, alors certains choisissent la voie de Dieu comme saint Paul ou des tas d’anonymes finissant dans les monastères, d’autres composent comme Mozart, trouvent comme Newton, inventent comme Edison, vont à l’Elysée, deviennent des stars du rock comme Jagger ou alors se suicident, comme d’autres tas d’anonymes ou bien des gens connus, peintres, musiciens, chanteurs. Il n’y a pas une seule cause de suicide, ni un type de suicide. La mort est aussi diversifiée que l’est le genre humain.

Chez Merah, le ressort essentiel a été la haine. On ne sait pas pourquoi. Juste quelques éléments sur une vie ratée, faite de larcins, de louvoiements, avec quelques dérapages. Un séjour dans la prison qui hélas, ne remet pas les incarcérés sur la bonne voie. Bien au contraire, les détenus libérés sont souvent pénétrés de haine et de désir de vengeance. Alors après, deux séjours vers l’aventure en Afghanistan. Un retour précipité. La voie de l’enfer n’est pas droite. Et l’acte final. Bien évidemment, l’incompréhension des proches et des médias. Mais il faut être ignorant pour ne pas concevoir qu’un individu puisse être lisse dans sa vie sociale et vérolé à l’intérieur. On a connu d’autres cas, par exemple ce lycéen assassin dans un établissement de la Haute Loire. Lisses, les pervers narcissiques le sont et bien d’autres déviants qui occupent des postes à responsabilité malgré une âme sombre et des pensées haineuses. Ils ne passent pas à l’acte parce leur situation leur suffit, qu’ils peuvent se défouler en toute légalité et qu’ils ont une relative reconnaissance. Finalement, c’est cette haine qui a conduit Merah à commettre ses actes odieux. La haine est parfois un moteur, un salut car c’est cette haine de l’ennemi qui a permis à la résistance de se déployer pendant l’Occupation. D’aucuns ont pu dire à cette occasion que sans la haine, un peuple n’existe plus. On peut aussi dire que la haine était vitale pour Merah et sans cette haine, il ne pouvait pas exister. Sa haine était sa rédemption, comme la haine des résistants engendra la libération. La différence est néanmoins fondamentale. La haine des résistants était assortie d’une espérance, un acte sacrificiel pour une cause légitime et noble. Alors que pour Merah, la haine était une impasse macabre et fatale, sans cause autre que le narcissisme de toute puissance d’un individu influencable à qui certains ont implanté une mission. Une conclusion en somme. Sinistrement commentée par l’auteur de cette tragédie affirmant avoir mis la France à genoux. Hélas, ce sinistre petit caïd se croyant un héros a réussi à semer la désolation et qui sait, troubler l’élection présidentielle. La haine procure des satisfactions éphémères alors que l’amour offre des joies éternelles. Les médias sont les involontaires complices de la haine car ils sont aussi réglés par l’éphémère. A méditer.

Prenez soin de vos choix. Vous êtes ce que les bifurcations dévoilent de votre personnalité qui est aussi votre dessein. Et chaque choix pèse sur votre dessein


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • spartacus1 spartacus1 22 mars 2012 10:30

    Je pense que, comme Stavisky, le meurtrier va se suicider par 3 balles tirées dans le dos. Voila ce que c’est d’en savoir trop.


    • nenecologue nenecologue 22 mars 2012 11:45

      Dans cette affaire , il y a un truc qui me chiffonne :

      Avant on parlait d’islamistes maintenant on les appelles des djihadistes comme si les islamistes avaient gagnés leur lettre de noblesse depuis les élections en tunisie ...
      Attention merah n’est que le premier formé à la haine anti occidentale qui continue à s’amplifier parmi les intégristes de la religion de l’amour ...


    • appoline appoline 22 mars 2012 18:29

      @ Néné,


      Merah n’est qu’un sale petit con, un lâche qui abat les gens dans le dos et les enfants, Mérah n’est qu’une merde qui n’a aucun respect de la vie et de Dieu

      Le djehad (guerre sainte) mais bon sang, il faudrait encore qu’il ait eu la notion d’un dieu pour le prétendre. A l’heure qu’il est son âme est certainement bouffée par les rats et les cochons, c’est tout ce qu’il mérite

    • francis francis 22 mars 2012 10:32

      Étonnant article...

      Les aiguillages... oui...

      Merci de votre récit assez nouveau, je dois dire, moi qui lit pourtant la presse.

      C’est ainsi qu’un éclairage se fait jour, différent, intime, mais convainquant.

      Puis-je vous en remercier ?

      Oui ?

      Alors merci


      • Aldous Aldous 22 mars 2012 17:21

        L’analyse sociétaire et psychologique n’elique pas tout.


        Il y aune véritable question autour de la légitimation du crimes, qui permet de faire basculer des gens aux repères flous dans un comportement crapuleux et amoraux au nom de la droiture et de la morale religieuse.

        Il conviendrait de se pencher sur les arguments tirés du coran qui font qu’oter la vie de jeunes enfants innocents soit consideré non pas comme le plus abominable des crimes mais comme un acte glorifié et même demande par Dieu aux yeux de ces sectaires.

        Et ce travail de pacification est de la responsabilité des musulmans progressistes qui, par une passivité forcément coupable, laissent persister cette vision du monde qui est intrinsèque à l’islam, ce qu’elle demeurera tant qu’ils ne réagiront pas.

        Le cas de Toulouse n’est qu’une projection de l’intolérance qu’on peut construire en se basant sur le coran et qui est le quotidien des minorités juives et chrétiennes en pays musulman depuis des siecles, comme peuvent en témoigner les Coptes, les Arméniens, le Syriaques, les Grecs Pontiques etc.



      • francis francis 22 mars 2012 19:17

        Aldous !

        je comprends parfaitement votre message.

        Vraiment, ce que j’aimerais comprendre c’est pourquoi un individu bascule dans le néant...

        Ca je ne comprends pas...

        Il doit y avoir une raison....

        Je cherche... je cherche... mais ne trouve pas.

        Il y a , surement, une relation avec l’enfance... Mais tout cela ne me satisfait guère, le problème doit être beaucoup plus complexe. C’est pour cette raison que j’ai tant aimé la notion d’aiguillage de notre ... journaliste ???
        Non, il est plus que ça, ce qui n’enlève rien aux journalistes, je le signale !

        Pourquoi me suis-je engagé, il y a tellement longtemps, dans les troupes aéroportées Françaises ? C’est la que je ne comprends pas. On y allait pas pour rien tout de même !

        Et puis, je dois vous dire que les solutions psychologiques m’agacent un peu.

        Non, il doit y avoir autre chose.

        L’aiguillage est une très bonne idée.

        Dans le cas de Toulouse, comment a t’il été basculé vers la voie menant le tueur à la mort ?

        C’est cette question que je me pose.

        Désolé, tout ce que je viens de dire n’amène pas grand chose, si ce n’est une énorme interrogation !

        Comment et pourquoi un être bascule ainsi dans la pire des violences, je ne sais trop...

        Y a t’il un moyen de freiner des pulsion terribles, qui amèneront à tuer ?

        Je prie pour qu’on en trouve.


      • Wierko 23 mars 2012 09:45

        francis, on en devient un tel tueur quand la « bonne » personne parvient à transformer votre faiblesse en haine, c’est juste comme ça qu’un gamin devient un tueur.

        Cette haine ne me semble pas très différente de celle déversée par certains sur cette triste histoire. On peut être en colère, mais l’être parcequ’une vidéo montre un aspect humain au tueur, l’être sans chercher à comprendre le cheminement, l’être en mettant ça sur le compte des origines ou une religion à laquelle il ne semblait même pas rattaché, c’est pas de la colère, c’est de la haine aveugle... Dire que ce gamin méritait la mort, que bon débarras... Mouais... Si on croit en l’homme cela ne reste pas moins que l’un des nôtres qui échoue, et cet échec c’est largement celui de chacun de nous, sans exception.
        Mettre cela sur le compte de la folie ? On voit bien combien un environnement suffit, dans certaines périodes, ou certaines régions aujourd’hui, à voir des masses d’hommes attaquer des villages de femmes et enfants et y faire régner le chaos. Est-ce par une chance infinie que se soit retrouver au même endroit autant de gens que l’on devrait qualifier de fous ? Ces gens sont déconstruits, et utilisés comme arme vivante, dans ce sens on peut effectivement dire qu’ils ont perdu la raison.
        Dans tous les cas, il ne s’agit pas de présenter ce genre de tueur, tel Mohammed, en héros ou même en victime. Il était sans doute difficilement évitable que cela finisse ainsi, et depuis longtemps. C’est juste une combinaison d’un manque de chance à un échec de notre société , qui est il faut aussi le dire mise à rude épreuve par des éléments extérieurs et intérieurs.
        Il ne faut pas céder à la surenchère de la haine. Je comprends bien l’affrontement des idéologies, mais si on met aussi la haine au centre de la notre, elle nous conduira tout autant à l’échec et fera toujours se lever autant de « fous » face à nous. Il faut continuer à croire en notre vision de l’homme, et la voir chez chacun de nos frères, tout faire pour conserver notre courage, ne pas perdre espoir, et prendre sur nous ces souffrances afin d’offrir autre chose que de la haine. 
        J’espère vraiment qu’on sera assez raisonnable pour lutter sans hair...

      • francis francis 25 mars 2012 09:50

        Wierko, merci pour votre message que j’apprécie.

        Oui, bon, je vous suis bien. Mais la question que je pose est celle ci

        Pourquoi certains êtres quittent-ils leur voie par un aiguillage pour se mettre entre les mains
        de sectes, tueurs, extrémistes ou autres et que certains ne le feront jamais et qui, comme vous le soulignez, les transformerons en tueurs.

        La notion de libre arbitre énoncée plus bas ne me suffit pas pour expliquer l’entrée sur une voie infernale.

        En bref : lorsque je m’engage dans une telle voie, n’est ce pas par défaut d’image et donc, pour en trouver une, pour se construire une identité qui n’a pas pu, pour des raisons qui m’échappent, se constituer à temps et au bon moment.

        en fait, je pourrais dire : je ne suis pas et grâce à eux, j’espère le devenir, adoptez moi et je deviens une construction enfin solide (entre guillemet) ?


      • francis francis 25 mars 2012 12:21

        Wieko

        Une autre chose me gêne...

        N’a t’il pas ressenti du « plaisir » à tuer...
        C’est terrible à dire, mais il nous faut être réaliste...
        Je m’excuse pour cette affreuse hypothèse, mais il faut accepter toutes les pistes.

        Et s’il a pris du « plaisir » à tuer, d’où vient ce plaisir ?


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 mars 2012 10:51

        Je n’imaginais pas qu’il était possible de faire autant de phrases pour nous expliquer que les êtres humains disposent du libre arbitre pour le meilleur comme pour le pire.

        Félicitations !


        • King Al Batar King Al Batar 22 mars 2012 11:33

          T’as jamais du lire de philosophie, tu sais y a des mecs qui en ont fait des bouquins entier !
          Schopenhauer nottament.


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 mars 2012 12:28

          Choppenhauwer non mais le coran oui.

          Chacun ses centres d’intérèts.


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 22 mars 2012 15:37

          Indice : disséquez les mécanismes de l’envie... smiley


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 mars 2012 17:06

          Houlaaa

          C’est pas des trucs boudhistes que vous êtes en train d’énoncer là en rapport avec la zen attitude par rapport aux désirs ?


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 22 mars 2012 18:12

          « Ca ne sert pas à grand-chose, le fait qu’on ne soit pas maître de ses envies [...] »

          Heureusement qu’on peut, alors ; sinon, au fond, nous ne serions que des animaux...

          C’est quelque chose que font les bouddhistes aussi, effectivement ; mais nul n’est obligé de le faire comme ils le prescrivent. Tous les chemins mènent à Rome ; mais en fonction de l’endroit où vous êtes sur la carte, il y a des chemins qui seront pour vous beaucoup plus courts que d’autres. smiley

           


        • appoline appoline 22 mars 2012 18:32

          Chaque individu a le choix de faire le bien ou le mal et il en est le seul responsable après, c’est du pipi de chat.


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 22 mars 2012 21:17

          Le problème, appoline, est que bien et mal ne sont pas des notions absolues. Ce sont des notions subjectives qui font l’objet d’un consensus entre un groupe de gens, et c’est ce consensus qui définit une culture et une civilisation. Ces notions sont partagées par tous ceux qui en sont, mais ceux qui se revendiquent d’une autre civilisation ont une autre lecture que vous de ce qui est bien et ce qui est mal. C’est ainsi qu’un terroriste meurt en croyant sincèrement faire le bien.

          Par exemple, dans notre civilisation, il est communément admis que tuer autrui est injustifiable. Notamment parce que celle-ci est basée sur le postulat que chacun n’a qu’une vie. Mais dans certaines civilisations précolombiennes, par exemple, les gens avaient une tout autre lecture du phénomène de la vie, au point que quand les récoltes venaient à manquer et qu’on croyait le dieu de la pluie courroucé, des individus s’offraient d’eux-mêmes au couteau du sacrificateur. La victime pensait faire quelque chose d’éminemment bien (et de profondément altruiste car elle se sacrifiait pour son peuple), le sacrificateur également pensait plonger son couteau dans le coeur de la victime renversée sur le chac-mool en faisant quelque chose de bien.

          C’est ainsi que ce qui est nommé « terroriste » chez les uns se retrouve nommé « moudjahid » chez les autres, ou bien « résistant » ou encore « combattant de la Liberté » (par exemple, en Syrie en ce moment).

          Il faut voir par-delà le bien et le mal (pardonnez-moi de paraphraser ainsi un orgueilleux moustachu).


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 23 mars 2012 00:47

          Non, je parlais bien des envies M. Schweizer. Ce raccourci cérébral qui nous fait aboutir à un état de désir en court-circuitant l’analyse qui aurait pu le dissiper.


        • Alliance Rebelle citoyen du sud 22 mars 2012 11:31

          @ Bernard Dugué : ’’Chez Merah, le ressort essentiel a été la haine.’’


          la haine , oui c’est bien
          c’est quoi le contraire de la haine ? l’amour ? non !
          le contraire de la haine c’est l’indifférence , tous comme le contraire de l’amour c’est la encore l’indifférence
          l’amour et la haine ne font qu’un , l’homme passant parfois de l’un a l’autre facilement
          la haine , un sentiment négatif poussant a la destruction de l’autre , par le verbe comme le font tous les médias français , ou par l’acte , comme on le voit dans les nouvelles guerres néo-colonial a l’échelle d’une nation , genre invasion de l’Afghanistan , Irak , bombardement humanitaire et massacre des habitants de syrte en Libye , soutiens et financement des salafo-djihadiste en Syrie contre le régime nationalo-souverainiste ... et aussi comme cette entité crée de toutes pièces en occident qui continue a s’approprié la terre d’un peuple en Palestine , peuple qu’elle enferme dans des camps de concentration a ciel ouvert , massacrant du ciel avec ses oiseaux de la mort des civils , massacrant sans distinction d’age ou de sexe

          l’image qui m’as le plus frappé dans ce fait divers devenu évènement national , c’est d’abord de voir que pour les victimes civils de l’école , l’enterrement as eu lieu non pas en Israël dans le territoire reconnu comme israélien dans le droit international , mais a Jérusalem , ville occupé par l’entité sioniste , et la 2eme chose qui m’as frappé c’est que les victimes était issues d’une colonie reconnu comme tel par le droit international
          la 3eme chose aussi , c’est le ministre des affaires étrangère Alain juppé , en kippa , signe religieux juif ... Alain juppé qui par sa présence officiel dans cette colonie , légitime l’occupation des terres palestiniennes et l’éradication du peuple palestinien
          c’est vrai que les palestiniens en particulier , les arabes & musulmans de manières general , n’ont pas les mêmes droits et ne sont pas égaux avec les juifs aux yeux de l’occident


          • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 22 mars 2012 12:24

            Bonjour citoyen du sud,

            Je ne pense pas que le contraire de la haine soit l’indifférence.

            La haine est une émanation de la peur, tout comme la bienveillance est une émanation de l’amour. Tout comme la bienveillance, la haine définit une posture et des actes, qui sont les concrétisations des ressentis, simples ressentis, sans posture et sans acte, que sont l’amour et la peur.

            La haine, tout comme la bienveillance, est un choix de posture. Les choix de posture sont plus évidents à adopter que les choix de ressenti, mais ceux-là sont néanmoins possibles.

            Bonne journée malgré tout. smiley


          • Neymare Neymare 22 mars 2012 11:38

            Bon article. Chacun doit parcourir son chemin, qu’il soit direct vers le bien ou qu’il prenne des chemins de traverse. Vu sous un angle plus élevé le bien et le mal sont très relatifs. L’un pouvant engendrer l’autre et vis versa. Après chacun se dédouane de la réalité comme il peut. La société dans laquelle nous vivons est un juste reflet de nos pensées s’inscrivant dans l’insconscient collectif. Cette pensée, à l’heure actuelle, dans cette stupide société de consommation, va vers la lutte, la séparation, l’envie, l’égoisme, la jalousie. Cette pensée est formatée dès l’enfance puis manipulée par la suite, comme dans le cas de ce jeune homme.
            On peut le considérer comme on veut mais nous sommes aussi manipulés que lui. Seul celui qui est capable de se sortir de ce formatage généralisé pourra se rendre compte que tout est faux, et que tout n’est qu’interprétation personnelle provenant d’autres interprétations que l’on nous a inculquées et qui sont fausses également.
            Pensez juste une minute que ce que vous etes, la façon dont vous vous définissez, n’est qu’une suite de pensées, rien de plus, vous n’existez pas en dehors de votre pensée. Si votre pensée vous trompe (ou si on vous conditionne votre pensée avec des conneries), vous vous méprenez donc sur ce que vous etes, ce qui est le cas de cet homme mais aussi le cas de quasiment nous tous, formatés par la pensée unique des médias, de notre éducation, de notre famille, de l’école etc...
            Sachez qu’il est possible de sortir de ce conditionnement et d’aller à la racine de soi meme, mais personne ne peut vous dire le chemin, sinon ça serait un nouveau conditionnement. La vérité est en vous, à vous d’aller la chercher


            • Alliance Rebelle citoyen du sud 22 mars 2012 12:19

              BIENTÔT SUR VOS ECRANS 


              Mort d’une racaille d’occident

              Sous couvert de peuple élu : il as tué des millions de palestiniens

              Bon debarras

            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 22 mars 2012 12:27

              Et à propos de haine, il y en a autant dans la réponse que dans le commentaire, et là franchement je ne pense pas que vous fassiez le bon choix.


            • Massaliote 22 mars 2012 17:45

              Pour moi aussi : bon débarras. Ce n’est pas de la haine. Juste un incommensurable mépris.


            • appoline appoline 22 mars 2012 18:34

              @ Citoyen, 


              Vous voulez pleurer sur une ordure qui s’en prend à des enfants sous couvert d’une religion, vous pouvez, moi pas ; la balle, comme dans certains pays, il aurait fallu qu’il la paie.

            • mortelune mortelune 22 mars 2012 12:36

              Mohamed Merah a sauté par par la fenêtre avec une arme à la main en continuant à tirer. Quand il est arrivé au sol, il était mort. »

              Ben voyons ! Comme ça il ne pourra rien ajouter ou nier de ce qu’il a été dit sur lui...
              Bien joué, les fidèles de Sarko sont des experts.

              • Pyrathome Pyrathome 22 mars 2012 13:28

                Bernard, vous ne sentez pas comme une odeur odieuse et nauséabonde derrière tout ça ??


                • ZenZoe ZenZoe 22 mars 2012 13:34

                  Merah, un gamin paumé qui aura pris une (très) mauvaise route. Rebel with the wrong cause.
                  Pour les paumés dans les années 70 il y avait les sectes genre hare krishna ou l’autre secte de tom cruise (me rappele plus le nom). Ils y trouvaient un semblant de famille, un but dans la vie, un palliatif à leur mal-être, un cadre avec des repères précis, bref, tout ce que personne apparemment ne s’était soucié de leur donner.
                  De nos jours, on a les salafistes et les réseaux terroristes qui remplissent un peu le même rôle. Sauf qu’à la différence de hare krishna et leurs sympathiques tambourins et grelots, on y a rajouté la haine de l’autre et les kalashnikofs. Moche...
                  Merah est devenu « l’ennemi public n°1 » du moment - mais il ne faut jamais oublier que c’est sûrement pas ce dont il rêvait à l’âge de ses petites victimes. Et ça, c’est encore plus moche...

                  @ mortelune
                  La laconique explication de la mort du « forcené » me fait rire moi aussi - enfin, rire jaune !
                  Ca sent la tentative de rattrapage d’un bide.
                  Si ça tombe, il était bel et bien mort depuis des heures, et pour pas avoir l’air couillon, les policiers du raid ont un peu brodé. Ne pouvait-on pas l’endormir doucement avec un gaz approprié ? Pas assez hollywoodien je suppose.



                  • luluberlu luluberlu 22 mars 2012 13:51

                    L’antie vie prend des contours insoupçonnables, et ce povre con de gamin s’est pris au jeu, comme Bonno, bader et bien d’autres, il est de notre époque , le fruit pourris de notre incapacité à nous gérer....nous autres sapiens économicus. Il faut sortir de la caverne, pas d’autres solutions.... ;et LA c pas gagné.


                    • Alliance Rebelle citoyen du sud 22 mars 2012 14:03

                      Soral prévoit la tuerie de Toulouse + d’1 mois à l’avance http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/soral-prevoit-la-tuerie-de-34399


                      • lloreen 22 mars 2012 14:40

                        La grande manipulation continue
                        http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3963

                        Décidément ,le messie est revenu et nous ne l’avons pas reconnu...


                        • simplesanstete 22 mars 2012 16:17

                          On leur fait la guerre pour leurs biens depuis 200ans et quand ils l’a font cheux nous c’est pas bien, TOTAL INVERSION, hypo crisis sans nom comme la guerre d’Algérie dont c’était l’anniversaire !!!!!! ah la belle raie publique, tous ensemble,tous ensemble, soyons dingues mais ENSEMBLE.


                          • ykpaiha ykpaiha 22 mars 2012 17:11

                            La maniere dont me sont présentés les évenements actuels me font froid dans la tete.

                            Plus caricatural et Holliwoodien que cela c’est diificile ; (j’ai eu le sentiment de vivre un épisode de 24 h)

                            Jeune, banlieusard, islamiste, magrében, donc potentiellement dangereux....
                            Le coffre plein de bombes atomiques ; probablement issu d’un arsenal iranien secret...
                            des voyages payés par la mouvance fratenelle, comme une sorte d’erasmus islamique.
                            Une veille technologique qui par satellite interstellaire interposé a permi de localiser l’ignoble,
                            Le brave (blanc) qui dénonce a cause des questions suspectes (il n’en a jamais le brave)
                            Des mitrailleuses dignes d’un arsenal ramboesque mais il n’utilise un banal pistolet pour perpetrer ses forfaits.
                            Un assaut des policiers faussé car le fourbe a eu l’outrecuidance de se planquer dans les chiottes, et de sauter par la seule fenetre qui n’était pas surveillée.
                            Le tout assaisonné par un superBower en charge de la communication

                            En choisissant ainsi la période electorale il souhaitait peut etre un renouveau ; une sorte d’eschatologie islamique, d’ou Jésus et le Mahdi, reviendront chasser le Ma’juj impérialiste.

                            On a les ennemis qui nous ressemblent, imposer une démocratie dans des contrées avec l’appui des pays encore plus fascistes que ceux que l’ont dit combattre, ou bien assimiler des comportements déviants en les utilisant pour se faire réélire releve de la perversion et de la folie.

                            Mais il parait que c’a rassure les mégères de moins de 50 ans...

                            Pas moi.


                            • zany 22 mars 2012 19:03
                              Les forces de police ont fait ce qu’il fallais, ont suivit les ordres pour le prendre vivant, mais non

                              http://www.dailymotion.com/video/xpm9rv_video-de-la-mort-de-mohamed-merah-exclusif_news?start=1#from=embed



                              • tinga 22 mars 2012 19:39

                                Article qui ne repose que sur des suppositions, sur l’indigeste brouet que nos servent les médias.

                                Vous écrivez en conclusion :
                                 Les médias sont les involontaires complices de la haine car ils sont aussi réglés par l’éphémère. A méditer 

                                Complices involontaires, vous vous fichez du monde, où c’est juste pour jouer au c...
                                (n’y voyez pas d’insulte, seulement un peu d’ironie)


                                  • Jean-Louis CHARPAL 23 mars 2012 10:42

                                    @Bernard Dugué

                                    Je trouve votre article très intéressant et éclairant sur certains aspects.Même s’il n’est pas exhaustif sur d’autres ( causes politiques, économiques, sociales, internationales ...), sans parler des lacunes volontaires ou non de certains services « spéciaux ».

                                    Par contre je ne vois pas la nécessité de mettre votre croyance en Dieu constamment en avant, comme si on ne pouvait pas essayer de comprendre sans cette référence présentée comme évidente et allant de soi, des phénomènes aussi complexes que ceux mis en oeuvre par cette triste affaire.

                                    Certes en bon laïque que je suis (et agnostique au demeurant), je reconnais à tout un chacun et comme l’a dit Aragon, le droit de croire au Ciel ou de ne pas y croire. Mais je pense que vous pourriez faire la même analyse et arriver aux mêmes conclusions, « sans le secours du Ciel ».

                                    Personnellement je vois l’homme comme un ancien animal (qu’il fut bel et bien, même si cela crée chez nous une blessure narcissique) qui a déraillé littéralement des voies de l’instinct et qui, ayant remplacé en partie cet instinct par son intelligence, toute relative d’ailleurs, vit depuis une fuite en avant, dont personne ne sait comment elle finira.

                                    L’ homme, que Dieu existe ou pas, est en fait capable du meilleur comme du pire, dans des proportions inconues du monde animal.

                                    Il y a ainsi des hommes qui vouent toute leur vie au mal (Néron, Borgia,Hitler, Jack l’éventreur, Landru, Petiot, Pol Pot etc ...) et d’autres qui vouent toute leur vie au bien ( Mozart, Pasteur, Jean Moulin ...). Et ceux aussi qui une partie de leur vie ferons le bien et une autre le mal.

                                    Mais il y a des circonstances historiques qui constituent un véritable terreau fertile, favorisant l’éclosion calamiteuse de gens prêts à faire tout le mal dont leur intelligence les rend capables.

                                    Il est bien connu que la misère causée par la crise de 1929 en Allemagne a permis l’émergence d’ une idéologie mortifère qui sans cela, aurait été vouée à la marginalité et à la confidentialité.

                                    Ce qui a permis aussi à de nombreux déclassés et paumés broyés par le système économique, de prendre par la haine (et là je vous rejoins tout à fait) une revanche jubilatoire (dans les SA notamment qui passaient leur temps à passer les juifs à tabac).

                                    Actuellement, ce terreau fertile existe et sur ce point, je ne suis pas d’accord avec vous lorsque vous dites ne pas vouloir « faire le procès de la société ».

                                    Le dit terreau, entendons nous bien, n’excuse pas les dérives et les crimes, il favorise leur épanouissement et les passages à l’acte.

                                    Le système ultra libéral, le partage des richesses injuste entrainant des inégalités abyssales, dans les pays riches, dans les pays pauvres, entre les pays riches et les pays pauvres, l’humiliation sur des décénnies pour de nombreux peuples de ne pas voir les palestiniens dotés d’un Etat, les expéditions « coloniales » et impérialistes comme en Irak et en Afghanistan, constituent un terreau aussi fertile que la misère en Allemagne au début des années 30.

                                    Merah si j’en crois ce qu’on nous dit sur Agora Vox, a perdu son père, a été plus ou moins abandonné par sa mère, a été livré à lui même.

                                     Ne trouvant pas sa place dans la société (même l’armée l’a rejeté), il fut donc sous sa carapace de « dur », un adolescent fragile, proie facile pour les « sergents recruteurs du fanatisme » qui eux mêmes n’existent que parce qu’ils sont révoltés par les humiliations précitées.

                                    Si Merah avait facilement trouvé un emploi, comme dans la période de plus juste partage des richesses (1945- 1975) et si le problème palestinien avait été réglé depuis longtemps, comme cela devrait être le cas si le monde n’était pas dominé par des ultra réactionnaires « bushiens », cette tragédie n’aurait pas eu lieu.

                                    Il importe dans les circonstances présentes, alors qu’on braque les projecteurs sur le coupable ou sur les causes immédiates, de ne pas laisser dans l’ombre les « responsables » qui y sont finalement pour beaucoup et qui paradoxalement, de façon indigne, jouent les Zorro et les redresseurs de torts, alors qu’ils devraient se flanquer des baffes à eux mêmes !

                                    NB : j’ ai bien aimé, dans votre court CV, l’expression « écrit vain ». On peut être scientifique et avoir de l’humour ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès