• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Moi, gaulliste de gauche, je vote Jean-Luc Mélenchon

Moi, gaulliste de gauche, je vote Jean-Luc Mélenchon

 

Contexte : 

 

Combien sommes-nous dans cette situation ? Profondément républicain, jacobin, gaulliste de gauche ou simplement attaché à la souveraineté nationale, nous nous sentons tiraillés. Marre de cette politique spectacle qui nous horripile, marre de ces candidats défendant la conservation du système (que ce soit B. Hamon, F. Fillon ou E. Macron). Des candidats qui n'ont que pour principal programme, la surenchère de promesses, bien - trop ? - souvent démagogiques... Leurs propos tournoient dans le vide. Après plus de trente ans de duperie, nous sommes cette catégorie de citoyens qui n'accepte pas l'éternelle moquerie qui nous est faite. Le discours "gauchiste" du Bourget, de 2012, du candidat François Hollande fut ce dernier coup d'épée de trahison. Personnellement et comme beaucoup d'entre vous, je n'étais point dupe. Je n'avais d'ailleurs pas voté François Hollande au premier tour...

Je suis un grand partisan d'un gouvernement de salut public. Ce rêve qui verrait les défenseurs de la souveraineté populaire à gauche et à droite se joindre autour d'un tronc commun : la défense d'une France souveraine, forte et fière de son modèle social. La défense d'une France où la démocratie, pour plagier Abraham Lincoln, serait réellement le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Après avoir dit cela, quelle option me reste-t-il ?

 

Et pourquoi pas l'idée N. Dupont-Aignan (Debout la France) ?

 

En 2012, j'ai fait le choix Nicolas Dupont-Aignan. Je salue son courage. Celui de s'être extirpé d'un parti (l'UMP) pour développer ses idées gaullistes, conformément à ses engagements passés et assumés (exemple : le "non" au traité constitutionnel européen de 2005).

Si, en 2017, je ne choisis pas Nicolas Dupont-Aignan, ce n'est point par rejet de l'homme. J'ai plus la désillusion de constater que son mouvement, Debout La France, s'est enterré, parfois, dans des stratégies gênantes (celle du soutien à Robert Ménard à Béziers, ou encore celle d'imposer une journée de travail gratuite pour tout allocataire du RSA). Avec ces positionnements, je regrette que l'union des deux rives ne puisse être possible. Elle est encore faisable - j'y crois - mais l'enracinement de DLF sur des terrains glissants et droitiers complique la tâche... Toutefois, je ne jette pas la pierre à Nicolas Dupont-Aignan. Le candidat a le mérite d'incarner des convictions profondes et sincères. Le non rapprochement avec l'autre rive du pôle des républicains n'est pas de sa seule faute, bien au contraire...

Ma décision a donc été prise. Et je constate que certains de mes amis ont également cette préférence : soutenir, au moins par le bulletin, si ce n'est sur le terrain, la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

 

Ce sera bien Jean-Luc Mélenchon ! Malgré quelques divergences...

 

Pourquoi ? Comme nombre de mes camarades, je ne partage pas sa vision sur la VIe République, pourtant centrale dans son projet. Alors oui, en tant que Républicain convaincu, rassembler une constituante ne me parait pas stupide. Simplement, je crois concrètement qu'une VIe République, parlementariste, calquée sur la IVe, serait une illusion. La Ve République a eu tout de même le don de préserver une stabilité politique, et ce, malgré les périodes de cohabitation. Car, finalement, les institutions sont ce que les élites en font. Une VIe, parasitée par les partis et les mêmes dinosaures politiques, pourrait aboutir à une instabilité et à une paralysie de l'action gouvernementale.

Autre point de divergence : l'énergie nucléaire. Aujourd'hui, la France est influente par son génie et sa force nucléaire. Nous pouvons encore la développer et rechercher à la faire évoluer, tout en développant les autres formes d'énergie décarbonée. J'y crois. Et rien n'empêche, en parallèle, de développer de nouvelles solutions énergétiques décarbonées, à travers l'investissement massif dans la recherche et développement.

 

Les convergences : recréer une nouvelle force dans le paysage politique.

 

Mais alors qu'est-ce qui me pousse tant, avec d'autres citoyens, à soutenir Jean-Luc Mélenchon ? Clairement, la gauche n'a plus de vie. Face à un Parti Socialiste qui a choisi le suicide politique depuis 2012, "la France insoumise" (nouveau mouvement de Jean-Luc Mélenchon) paraît le mieux incarner l'espérance et le rassemblement.

 

La nation, au coeur du discours mélenchoniste

 

Son discours a changé depuis sa première présidentielle, il y a cinq ans. Comparez les meetings, comparez avec ceux de l'autre gauche Benoit Hamon, les drapeaux français sont désormais de sortie ! Les couleurs des partis ? réduction au minimum. Comme si le candidat n'était plus au service d'un parti et de ses cadres - contrairement à la plupart des autres candidatures (illustration parfaite avec les rassemblements B. Hamon où les quelques "bleu blanc rouge" sont noyés par les drapeaux du PS, des écologistes, du PRG, d'associations). Comme si parler de la France et de la nation française ne serait pas simplement réservé à la droite et à l'extrême droite. Dans la voix, Jean-Luc Mélenchon se réfère donc à la nation, à sa force, à sa protection. Pour lui, le peuple ce n'est plus simplement la base ouvrière, c'est toute la composante de la société. On nait Français, que l'on soit riche ou pauvre et on fait tous partie de ce corps unique. Rien d'étonnant, on pourrait voir en lui quelques postures gaulliennes. Quitte, d'ailleurs, à embarrasser son allié, le Parti Communiste. Qu'à cela ne tienne, Jean-Luc Mélenchon ne veut pas simplement retrouver l'électorat populaire, il veut représenter la nation ! 

 

Combattre la fracture sociale dans un pays qui s'enrichit

 

Les lois Macron et El Khomri, du quinquennat Hollande, ont confirmé la politique sarkozyste : la France se mettant au service de l'enrichissement des plus hauts revenus, afin d'attendre d'eux un retour sur investissement. Conséquence : jamais les millionnaires et milliardaires se sont autant enrichis. Jamais les classes les plus faibles n'ont été aussi pauvres. Jamais la classe moyenne n'a autant financé les politiques publiques. Nous vivons dans une violence sociale telle que les emplois se précarisent. Pour que la pilule passe, les gouvernants (du PS aux ex-UMP/LR, en passant par E. Macron) n'emploient pratiquement plus les mots de précarité ou de licenciements. Ils utilisent principalement un vocabulaire bien choisi et guidé par le monde du grand patronat : flexibilité, souplesse, plans sociaux, restructuration... Pendant ce temps, les inégalités entre classes sociales ne font qu'empirer. Et dans les classes d'âge, qui paient ce lourd tribu ? Les jeunes ! Eux qui doivent être le poumon et l'avenir de notre République ! Et qui de mieux, dans les paroles, que J-L. Mélenchon pour affirmer une nouvelle voie. Pourquoi pas la troisième ? Celle d'une France capable de cultiver son propre modèle, sans faire dans le filet d'eau tiède. Quoi de plus juste que d'assurer un plafonnement des très hauts salaires (1 à 20). E. Macron et F. Fillon menacent : les riches partiront, et changeront de nationalité. Quelle tristesse de penser qu'un riche pense d'abord à sa fortune avant de penser à sa citoyenneté. Pour citer Jean-Luc Mélenchon : "Je fais le pari de penser (...) qu'on n'emmène pas la patrie à la semelle de ses souliers." La France a des droits et des devoirs vis-à-vis de son peuple, riche ou pauvre, celui-ci a également des droits et des devoirs vis-à-vis de son pays.

 

Pour une France forte, dans une Europe faible

 

Rien d'étonnant, dès lors, que Jean-Luc Mélenchon ait évolué dans son idée européenne. Oui, l'Union Européenne doit être transformée ! Aller au bras de fer avec l'ordolibéralisme allemand ? Jean-Luc Mélenchon peut le faire. Il n'est ni le président faible, incarné par François Hollande, ni le fusible grec, Alexis Tsipras. La France est encore forte et il entend bien tout renégocier. L'Allemagne ne veut pas d'une refondation de la BCE et de l'Euro ? A bon entendeur, salut l'Euro ! Qui peut aujourd'hui dire que J-L. Mélenchon n'ira pas jusqu'au bout de cet engagement ? Vous conviendrez qu'il n'est pas homme de compromis quant à la violence sociale exercée par les lobbies, les multinationales, les délocalisations, le marché économique déloyal de la zone, les directives sur les travailleurs détachés, la concurrence des bas salaires des pays de l'est, etc.

Pour l'OTAN, là aussi, sa vision est clairement gaulliste et il ne s'en cache pas. Il veut sortir du commandement intégré. Cette politique de défense qui lie la France (et l'Union Européenne) avec la ligne américaine. Encore une fois, qui peut argüer que les Etats-Unis ont joué le gendarme de la justice sur la scène internationale ? Il n'y a qu'à voir le bourbier au Moyen et Proche-Orient. Et que dire de la coalition en Libye, où la France de Nicolas Sarkozy et de François Fillon a été complice d'une boucherie, laissant le pays aux mains de tribus, souvent islamistes. 

 

La culture, l'école : qui en parle avec force, si ce n'est Jean-Luc Mélenchon ?

 

Cela peut paraître annexe dans un projet politique mais l'école est détruite. Détruite par les réformes "pédagogistes", en accord avec la stratégie de Lisbonne de 2000. Elles ont été mises en application une première fois par François Fillon en 2004 (avec la loi d'orientation) et confirmées brutalement par la réforme collège 2016. Cette école qui ne vise plus à éduquer des citoyens éclairés mais de laisser le soin aux parents, les plus fortunés, de payer des cours particuliers à leurs enfants, pour que ceux-ci puissent acquérir les savoirs fondamentaux. En effet, la réforme collège 2016 a entraîné la réduction d'heures pour l'histoire, les mathématiques et le français. Des matières fondamentales en partie remplacées par des cours d'animation, encore peu compris par la majorité des enseignants, les EPI. Ceci n'est qu'un aperçu de la destruction progressive de l'école. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon propose logiquement d'abroger la réforme collège 2016.

Enfin, qui, de nos candidats, parle réellement de culture ?

Et bien, Jean-Luc Mélenchon est peut-être le seul à avoir compris l'enjeu d'une nouvelle forme de culture, de plus en plus convoitée, source de futurs emplois : les jeux vidéo. La France peut-être l'un des leaders dans le domaine. Aujourd'hui, elle subit encore les attaques de conservateurs qui voient, dans les jeux vidéo, un simple joujou. Je vous laisse apprécier les réalisations de certains studios : Half-Life, Mass Effect, Bioshock, Max Payne ou encore, pour prendre deux exemples français, Assassin's Creed et Another World. Ces jeux, dignes de films, sont loin de la caricature généralement faite. A la Renaissance, le théâtre était moqué, au XXe siècle l'arrivée du cinéma parlant subissait les réticences de salles parisiennes et des intellectuels. Les jeux vidéo font partie d'une nouvelle forme de culture, à ne pas négliger.

 

Article disponible sur le blog de Jonas : http://leblogdejonas.kazeo.com/moi-gaulliste-de-gauche-je-vote-jean-luc-melenchon-a129788260


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 avril 2017 13:56

    Bonjour,

    la candidature de JLM n’est pas encore assez mûre, à mon sens smiley smiley ; après avoir adopté une posture tribunicienne (gaullienne : légitimité charismatique) au dessus des partis (ce que lui ont assez reproché les cadres du PCF), il persiste à brasser du vent avec sa 6e république.

    Dans 5 ans, il aura enfin compris que la 5e république c’est pas si mal que ça, et que de toutes façons, la 5e république des Primaires et du quinquennat n’a plus rien à voir avec celle de 1965.

    D’ici là...


    • Alren Alren 11 avril 2017 17:01

      @Olivier Perriet

      S’il est élu vous verrez si NOUS brassons du vent !

      Des milliers ont contribué à la rédaction du programme L’Avenir en Commun dont des économistes de l’envergure de Jacques Généreux devant lesquels vous ne pesez pas grand-chose avec vos fates affirmations de « Café du commerce ».

      Quant à comparer votre intelligence avec celle de JLM avec une phrase comprenant « il aura enfin compris » ...

      Des centaines de milliers soutiennent nos propositions. Mais ils seront des dizaines de millions à approuver leur mise en œuvre quand ils en constateront les effets.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 avril 2017 17:23

      @Alren
      c’est pas des affirmations de café du commerce :

      on a réellement autre chose à faire que s’embourber dans une réforme institutionnelle.

      Et quant au train de retard persistant de JLM, il est patent aussi (pro Maastricht en 1992, démissionne du PS en 2008 et pas en 2005, appel à voter Hollande en 2012, « croisade pas de calésienne » en 2012, etc...)


    • Le421... Refuznik !! Le421 12 avril 2017 09:10

      @Olivier Perriet
      il persiste à brasser du vent avec sa 6e république.

      Heu, joker !!

      Nous y sommes un peu pour quelque chose, nous, « les gens », comme il nous appelle...
      Ce que personne n’arrive à avaler, c’est qu’il se considère non pas comme un chef, mais comme un porte parole.
      Et ça, c’est dur à comprendre pour les groupies des autres partis !!

      Z’avez vu à Marseille ? Sans note et sans prompteur.
      Il dit ce qu’il pense.
      Lui.


    • Henrique Diaz Henrique Diaz 12 avril 2017 13:54

      @Olivier Perriet
      On a urgemment besoin d’une réforme institutionnelle, car nous avons une classe politique qui est de plus en plus rejetée par les français, parce que jugée coupée de la réalité du pays et centrée sur ses intérêts, et ce rejet est en grande partie justifié par les affaires qui du PS au FN montrent que l’organisation du système politique est défaillante. Or sans classe politique reconnue comme légitime, un peuple tend à se dissoudre, plus rien n’empêche les guerres civiles comme on a pu le voir dans certains pays de l’Est ou en Afrique. Il y a des pays, comme la Norvège, où la classe politique est beaucoup moins rejetée tout simplement parce qu’il y existe des mécanismes législatifs quand ce n’est pas constitutionnels pour pousser les élus à représenter les intérêts de leurs électeurs plutôt que leurs propres intérêts.

      C’est loin d’être le cas en France où par la grâce de la quasi-toute puissance présidentielle, « pour assurer la stabilité du pays » on aboutit à une irresponsabilité généralisée du président et de toute la chaine politique qui en découle. Il nous faut entre autres le référendum d’initiative populaire, la reconnaissance du vote blanc, le référendum révocatoire, l’interdiction réelle du cumul des mandats etc. que n’accepteront jamais les élus dans le cadre de la constitution actuelle puisque cela redonnerait au peuple un contrôle sur leurs activités une fois élus. Il faut faire fuir les carriéristes et remettre les autres au service de leur peuple en convoquant une constituante dont les membres ne pourront faire des lois pour leurs avantages personnels par la suite, en étant inéligibles à d’autres assemblées, comme le préconise Mélenchon.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 avril 2017 14:04

      @Henrique Diaz

      vous pouvez bien changer les institution, la situation que vous évoquez tient à des évolutions de la société moderne (ou post moderne) et dépasse largement cette question.

      La question des guerres civiles dans les pays « neufs » en est encore une autre : vous mélangez trop de choses


    • Papybom Papybom 11 avril 2017 14:15

      Bonjour Monsieur Jonas.

      Le Venezuela est-il toujours « une source d’inspiration » pour Monsieur Mélenchon ? Le pays connaît actuellement une pénurie de nourriture. En clair, on n’est pas loin d’y mourir de faim.

       A Caracas, le pouvoir Chaviste rejette l’accusation de coup d’Etat et se dit victime d’une « campagne hystérique », une attaque « des gouvernements de la droite intolérante et pro-impérialiste de la région, dirigée par le département d’Etat et les centres de pouvoir américains ».

      Sept juges nommés par le pouvoir se substituent à 167 députés élus...

      Voulons nous ce style de démocratie en France ? Ce n’est qu’une petite divergence...

       » Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos sœurs. Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb" Autre divergence...

      Cordialement.


      • Maître Jonas Jonas 11 avril 2017 14:32

        @Papybom
        Bonjour,

        Pensez-vous réellement que l’arrivée au pouvoir de J-L. Mélenchon est similaire à l’arrivée des chavistes au Venezuela, fin des années 90 ? La situation n’a rien de comparable ! N’oublions pas que le Venezuela d’avant Chavez était au bord de la guerre civile. Le pays, malgré le pétrole (effet anti Midas), sous la coupe des Etats-Unis, subissait une politique ultra-libérale, où la pauvreté et les inégalités étaient colossales, les bidonvilles s’étendaient...
        On ne peut caricaturer à ce point l’éventuelle victoire de J-L. Mélenchon. Cela revient à la même caricature qui avait été faite lors de l’arrivée de F. Mitterrand au pouvoir, en 1981 (soutenu, au second tour, par le Parti Communiste et Lutte Ouvrière). La droite conservatrice pensait que les chars soviétiques débarqueraient à Paris...


      • Sparker Sparker 11 avril 2017 14:50

        @Papybom
        https://www.monde-diplomatique.fr/2016/12/LAMBERT/56923

        Comparons ce qui est comparable.


      • jakem jakem 11 avril 2017 18:12

        @Papybom
         Cher Monsieur Papybom, je partage votre avis sur le Vénézuela et votre divergence .

        Cher Monsieur Jonas, votre article me plaît car vous me semblez exprimer sincèrement votre pensée et votre sentiment. Je me sens gaulliste et ai perçu des accents gaulliens, voire une détermination gaullienne, dans les propos de Mélenchon. J’aime l’écouter car il parle à la raison et au coeur ; il a un projet ambitieux, une vision d’avenir et propose de relever des défis pour le bien de la société et des gens et des citoyens. Ce qui représente une rupture totale avec l’eurokratur qui nous maintiens dans une ornière où l’on tourne en rond sans aucune perspective d’amélioration.

        Mais J.L. Mélenchon me semble, il l’est véritablement, laxiste en matière d’immigration, et ça, ça me déplaît.

        1 - Il veut régulariser tous les clandestins ( et pas : les sans-papiers) qui travaillent. Mesure humanitaire et humaniste, dira-t-on. C’est aussi une mesure qui fera venir des milliers de personnes, des « ayant-droit » car apparentés aux néo-Français. Où les logera-t-on ? Où vivront-ils ? en région parisienne ou dispersés ds tte la France ? Créera-t-on des postes d’instits spécialisés en FLE ? quand ? combien ? Est-on sûr que ces jeunes gens ne feront venir que leur épouse et leurs enfants ( j’utilise le singulier bien que certains d’entre eux ont certainement plusieurs femmes ) et pas leurs parents, leurs frères et soeurs, leurs cousins ? Comment faire confiance aux papiers « officiels » de certains pays exotiques, en sachant que même NOS papiers sont falsifiés.

        2 - Des clandestins de « chez Merkel », déboutés du droit d’asile en Allemagne ( dont certains font déjà le tapin au Tiergarten à Berlin et rêvent de s’installer en France - lire @ politically incorrect, en allemand) se sont déjà regroupés en France, et ce mouvement va s’amplifier puisqu’ils fuient les centres d’hébergement, n’ont pas de papiers, ne veulent pas être identifiés et enregistrés, et refusent de retourner ds leurs contrées d’origine.
        Selon la philosophie de MÉLENCHON et de l’eurokratur et du droit-de-l’hommisme, il FAUDRA les accueillir et les entretenir.

        Ils seront non seulement naturalisés mais aussi nationnalisés, car c’est l’Etat qui pourvoira à tous leurs besoins. Pendant des années. Et ça ne cessera pas.

        Car malgré la volonté exprimée de Mélenchon ( je le crois sincère sur ce point) de discuter diplomatiquement avec tout le monde afin de trouver des solutions au mal-vivre ailleurs puis de mettre un terme aux guerres, il ne réalisera pas facilement cet objectif car des puissances étrangères sont tout à fait satisfaites de voir une partie de leur population s’en aller.

        Ces nouveaux entrants ( d’Allemagne et d’ailleurs) sont comme les autres : déboussolés, sans leurs repères habituels et familiers ; ils n’ont pas appris notre civilisation ni notre société. Et ils sont trop nombreux pour être dignement accueillis et intégrés.
         D’où les innombrables problèmes de comportement en Allemagne, en Suède, au Danemark...
        qui surgiront aussi chez nous.

        3- Ces deux points sont importants pour moi et je ne donnerai pas ma voix à quelqu’un qui prévoit un tel laxisme ; malgré ma sympathie pour le personnage par ailleurs.

        Et je ne pense pas que le Général aurait accepté un déferlement d’exilés clandestins bénéficiant de tous les droits dès lors qu’ils auraient posé le pied en France.


      • Sparker Sparker 11 avril 2017 18:23

        @jakem
        Ok, et que préconisez vous face aux problèmes d’immigration ? Ou quel programme attirerait votre vote en matière d’immigration ?


      • jakem jakem 11 avril 2017 23:13

        @jakem
        Bonsoir Sparker ! je vous donne une avant-réponse parce que je suis fatigué ( j’ai joué au foot pendant 20 min ! avec mon chien, Kim , sans compter la 1ère partie de la promenade).

        Mélenchon donne la réponse à votre question :

        - il parle du progrès social qui n’est pas la suite ou la conséquence systématique du progrès matériel ; donc, Messieurs les Migrants : il n’est pas nécessaire de venir en France, en Europe pour y trouver de l’aisance matérielle. C’est chez vous que vous pouvez et devez l’obtenir.

        - il parle du pouvoir du Peuple ! celui qui permet de changer le monde ; il suffit d’avoir la volonté et de s’impliquer, de se donner les moyens politiques de réaliser la révolution citoyenne.

        - Il ne peut qu’approuver une révolte citoyenne dans le but d’améliorer les conditions de vie ; et ensuite une révolution politique permettra de planifier des productions et des services dans le respect de la préservation écologique et selon les besoins des populations.

        Ceci est un résumé. Je n’écrirai peut-être pas plus ; après tout je ne vais pas paraphraser Mélenchon ( il faudrait que je recopie des passages entier de ses discours, déclarations, remarques, etc... puis que je les transcrive sur l’écran via le clavier ) qui a très bien développé ces points lors d’interviews et de discours.

        C’est ce qu’il faut dire aux migrants/immigrés/exilés pour leur faire comprendre que leur avenir n’est pas ici, mais chez eux.

        Pour mon vote, je doute encore et ça m’agace ! j’aimerais avoir une certitude ou au moins une forte inclinaison ; là c’est plutôt une déclinaison.

        Good night !


      • Sparker Sparker 11 avril 2017 23:29

        @jakem
        L’internationalisme est là, l’entraide entre les peuples pour le développement mutuel et non plus la compétition, ça c’est dans les gènes de la FI, après le réaliser, il va falloir remonter pas mal de manches, mais que pouvons nous espérer d’autre actuellement que d’aller dans cette direction et de montrer que beaucoup de gens peuvent la soutenir.
        Et bien sur que l’avenir des migrants ne peut être que chez eux, c’est dans les discours si ça vous a échappé, c’est même l’axe principal de la politique migratoire, cesser le déménagement du monde tant matériel que humain, avec en passant, des conditions écologiques qui ne vont pas tarder à nous revenir dans la poire pour passer notre temps à vivre, créer et réaliser.


      • Onecinikiou 12 avril 2017 02:26

        @Jonas


        Vous qui vous dites gaulliste, voilà ce que disait de Gaulle, mais évidemment, comme beaucoup de gaulliste de chambre, ou plus sûrement faux gaulliste, vous ne l’avez jamais lu et encore moins compris !

        «  Pour moi, l’histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L’élément décisif pour moi, c’est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l’histoire de France à partir de l’accession d’un roi chrétien qui porte le nom des Francs.  » - C. de Gaulle (David Schoenbrun, Les trois vies de Charles de Gaulle, Ed Julliard,1965)

        Sur ce document on peut voir les contradictions manifestes qui jaillissent du discours mélenchonniste,ou plus exactement ce ne sont pas des contradictions : c’est une position clairement assumée et follement sectaire, je dirai même totalitaire, selon laquelle la France - et partant son peuple - n’existaient pas avant 1789, selon les préjugés et antiennes franc-maçons. A cette occasion vous pourrez voir le fils de Rabin Peillon, dont la propre fille à émigré en Israël, qui dodeline du chef quand parle son compère Mélenchon. Pour l’occasion il avait retiré sa kipa. 


        Et c’est à ce type que vous comptez apporter votre voix ? Vous êtes un dingo. 

      • jakem jakem 12 avril 2017 09:02

        @Sparker
         Hello ! Non, non, faire « cesser le déménagement du monde » ne m’a pas échappé, surtout venant de Mélenchon et compte tenu des « frissonnements de gazelles » que cette déclaration a provoqué chez les prétendus bien-pensants.

        Mais en attendant que cessent les allers-sans-retours, les frontières resteraient toujours ouvertes, chacun, tout le monde et n’importe qui serait accueilli en tant que réfugié, bénéficiant de droits permettant la naturalisation/nationalisation ...

        Je pense, je vois, que la plupart des exilés sont des hommes jeunes et vigoureux, certains très vindicatifs, qui ne viennent en Europe que pour profiter d’allocations puis faire leur trou d’une manière ou d’une autre. ( en Belgique on a même constaté que des « réfugiés Syriens » retournaient dans leur pays en vacances ; et certains d’entre eux vont prendre l’avion en Hollande afin d’éviter d’éventuels contrôles). Certains poursuivent chez nous des conflits ethniques-politiques-religieux-claniques en profitant d’une impunité de fait. Et ça me révolte !

        Moi je veux bien, je suis tout à fait d’accord, pour que mon pays soit accueillant et vienne en aide humanitaire à des tas de gens. Mais pas n’importe qui. Une sélection doit être faite et des règles précises énoncées. Libre aux exilés de les accepter, ou de les refuser et d’aller ailleurs.
        La responsabilité individuelle existe, on permet aux gens des choix personnels, et ce n’est pas à l’Etat de les inciter à accepter une providence à crédit ( que les autochtones payent ) et à proposer des accommodements incompatibles avec notre culture (au sens large).

        Ce n’est pas à nous de réorganiser le monde entier et de faire le bonheur des peuples malgré la volonté de certains.  Ca ça relève de l’idéologie habituelle des socio-trotskocos qui permet de brasser des kilomètres de tonnes de vent en culpabilisant : nous ! car nous sommes les possédants.

        Mais avant d’être des possédants jouissant de la paix chez nous, nos aïeux ont dû se battre, quotidiennement, pour survivre, contre des catastrophes naturelles, contre de vrais possédants exploiteurs, contre des injustices, contre les maladies, contre les instincts belliqueux-communautaires, faire évoluer leur mentalité, accepter des règles, etc...

        Il est grand temps que ces jeunes gens vigoureux prennent leurs destins en mains et qu’ils fassent qqchose pour leurs pays au lieu de s’exiler en Europe.
         


      • carnac carnac 12 avril 2017 10:25

        @jakem



        1/ nous n’en sommes pas au déferlement d’exilés pour la bonne raison que des pays proches de la malheureuse Syrie hébergent des millions de syriens en ce moment : nous sommes TRES TRES loins de ces chiffres...


        2/ ensuite on reste dans le pays où l’on nait en priorité. on le quiite UNIQUEMENT si le seul choix qui vous reste est d’y mourir ; en ce moment c’est la guerre civile syrienne la grande faucheuse (en d’autres temps la FAIM pour les très catholiques Irlandais) : on est toujours le « pauvre profiteur » d’un autre ... 


        3/ Monsieur MELENCHON est le seul qui veut tarir le flux des réfugiés A SA SOURCE c’est à dire :

        — en traitant les demandes DANS LES PAYS où réside le demandeur 
        — en invitant tous les pays européens à en faire autant (éviter les départs inconsidérés et les noyades en Méditerranée) 
        — travailler à la PAIX au sein des instances internationales - 
        — participer au financement international du développement des pays pauvres

        4/ Monsieur MELENCHON est le seul qui a un programme rationalisé pour : 
        — traiter les besoins fondamentaux des populations pauvres en France quelles que soient leurs origines leur âge (pensez aux personnes âgées ayant des petites retraite)
        sensibiliser à la prise en charge des plus démunis par la formation citoyenne obligatoire des jeunes.

      • jakem jakem 12 avril 2017 11:58

        @carnac
         Bonjour Carnac ! 1- le déferlement ne s’est pas encore produit chez nous mais il aura lieu dès lors que les conditions administratives seront devenues plus favorables : maintien de l’ouverture des frontières et naturalisation des exilés ayant un travail, droit qui sera certainement étendu aux autres sous la pression des sans-frontiéristes et (pseudo)humanistes de tout poil.

        A partir de combien d’individus peut-on parler de déferlement ? Dès que les autorités ne maîtrisent plus les vérifications d’identité, les conditions d’installation, la vie quotidienne tout simplement.
        Se référer aux campements en Calaisis.
        Quand un grand nombre d’exilés sont hébergés ds des hôtels et que la facture est très supérieure à celle du logement social d’une façon générale.
        Quand apparaissent des maladies qui étaient éradiquées chez nous ; quand on ne sait pas qui les transmet, quand on ne sait pas à qui on a affaire parce que des exilés malfaiteurs refusent de donner leur identité ; quand des camions et des trains sont pris d’assaut ; etc...

        2- Faux ! mensonge ! on peut AUSSI quitter son pays d’origine parce qu’on en a envie et sans encourir le moindre risque d’emprisonnement arbitraire et moins encore l’assassinat politique. Je déteste, je HAIS ce genre d’affirmation, d’où qu’elle vienne. Mon père s’est échappé de Hongrie parce qu’il ne voulait pas vivre ds une prison à ciel ouvert et que sa famille avait été décimée. Mais il aurait pu y rester et vivre ds un paradis communiste.
        J’ai évoqué la Syrie, mais il ne faut pas oublier tous ceux qui viennent d’Afrique. 

        3- Mélenchon n’est pas le seul à afficher la volonté de tarir les flux à leurs sources. Asselineau y a pensé lui-aussi ; et je suis sûr de pouvoir trouver la même volonté ds d’autres programmes ou déclarations.
        Pour éviter un grand nombre de noyades en Méditerranée, il faut commencer par supprimer toutes les subventions aux ONG qui vont chercher les exilés et les amènent en Italie. Eventuellement arraisonner et séquestrer les bateaux. Envoyer des militaires-espions buter les passeurs sur place.
        Et le faire savoir, sans gêne et sans vantardise.

        Qui donc peut s’opposer à la paix ??? et faire son possible au sein des orga intern. pour la préserver ? Vous connaissez un candidat qui exprime la volonté de faire le contraire ?

        Ca fait des décennies qu’on participe au financement du développement des pays pauvres !
        Toujours les mêmes pays et qqs autres en plus.
        Où sont les améliorations ?
        Celles qu’on peut constater ( je me réfère à des reportages TV) sont les résultats modestes mais réels de petites ONG , d’associations qui évitent de s’impliquer avec les appareils d’Etat.( juste le minimum pour obtenir les autorisations nécessaires de séjour et de circulation)
        Et qui n’ambitionnent pas la révolution mondiale !

        4- Ca c’est bien ! ma pension sera augmentée ! suis même d’accord pour travailler un peu ( UN PEU ! et je veux avoir le choix ! la France doit m’aider ! suis immigré deuxième génération, alors RESPECT !) en échange de 200 balles par mois.
        Mais ça m’étonnerait que M. Mélenchon soit LE SEUL à vouloir améliorer le sort des vieux pauvres et des indigents.

        En cas de service citoyen c’est une bonne idée de « sensibiliser » à la solidarité envers les plus démunis. Mais cette prise en charge ne se décrète pas ; c’est un métier, c’est une volonté et un engagement professionnel altruiste.
        Et si de vrais clochards ( à l’ancienne) ne veulent pas ? on les forcera ?
        Sera-ce le seul objectif de ce Service ? 


      • Croa Croa 12 avril 2017 12:09

        À Onecinikiou,
        Derrière la vision que nous avons de l’Histoire se révèlent des choix idéologiques. Personne n’a une vision neutre des faits du passé. C’est justement pour ça qu’il faut écouter tout le monde et se réserver ses doutes, non pas sur les faits, généralement incontestables, mais sur leur signification, bien plus subjective.
        *
        De Gaulle n’est pas Mélenchon et inversement mais en quoi ce serait important ? L’important c’est que ces personnages soient de leur époque. Justement c’est le cas (enfin je crois.)


      • Onecinikiou 13 avril 2017 02:30

        @Croa


        Oui Mélenchon n’est pas de Gaulle (dans cet ordre c’est mieux) ça j’avais remarqué. 

        J’ai d’ailleurs remarqué que sur l’histoire de France Marine Le Pen est plus raccord avec l’héritage gaulliste que ne le sera jamais le tartuffe Mélenchon à ce sujet, qui décompte l’histoire de France à partir de 1789, et qui l’assimile pendant l’occupation au régime de Vichy !

      • eric 11 avril 2017 14:31

        Je ne partage pas votre analyse. Gaulliste de droite je considère que seul Fillon est un candidat du système, dans le système et pour le système.

        Le « système », comme il disent, c’est notre société, notre pays dans son contexte national et international.

        Fillon est le seul à partir de cette réalité et à envisager de se mettre au boulot pour l’améliorer.

        Mélenchon ? Guignol ! Il est « contre le système » : contre le réel quoi. Alors on va changer de république ? celle de de Gaulle ne fonctionne pas  ? On va passer 5 ans, 10 ans à faire de la réforme institutionnelle ? Et quand cela n’aura pas marché, on nous expliquera que c’est la faute des pesanteurs, du capital que sais je ? Comment il va voter ses 100 milliards d’impôts, avec l’actuel majorité ? Avec une assemblée 5 ème république ? ou on va attendre qu’il ait rassemblé sa constituante préparé une constit. et organisé un référendum. ?

        Le Pen, « contre le système ! » : on va passer pas mal de mois à changer les institutions, à négocier avec l’Europe, a faire des référendums,. Et si cela ne marche pas, cela sera la faute à l’Europe, aux pesanteurs du « système », etc... Pour rénover un collège, on va attendre que la région ait été dissoute et qu’ l’on ait transféré ses compétences à la région ?

        Macron ? Il est bien sur, « contre le système...il va donc renouveler profondément les...visages...Le Drian, Cohn Bendit, Bayrou, BHL, que du neuf...

        Hamon ? Qui cela intéresse-t-il encore depuis que le PS a adoubé l’anti système macron ? Mais je suis sur que si j’écoutai ce qu’il dit, je découvrirait avec surprise qu’il est » contre le système".

        Et on peut dire sensiblement la même chose des autres.

        Votons pour Fillon, le seul qui envisage de faire avec le système, avec le réel et de s’attaquer tout de suite au chômage, à la dette et à la réforme de l’état, à l’évolution des rapports en Europe et au fonctionnement de celle-ci.

        je ne veux pas d’un Président qui ne pourra se mettre à bosser qu’après qu’il ait changé le monde.


        • Maître Jonas Jonas 11 avril 2017 14:47

          @eric
          Bonjour,
          Ce qui fait mal dans votre réponse, c’est d’assumer de voter pour un candidat qui assume ne pas être moral et qui approuve le moins d’Etat (baisse massive de « fonctionnaires »). En cela, c’est déjà anti-gaulliste, si je puis me permettre.
          Notre société souffre du manque d’exemplarité des femmes et hommes politiques dans leur pratique. Notre pays souffre de voir nos élites, en toute légalité, pouvant se servir sur les deniers publics, pour employer toute leur famille, leur entourage. Tout cela alimente le vote extrême.
          Aujourd’hui accepter que tout cela puisse se répéter continuellement, en votant pour des candidats qui assument ces positions, menace les fondements de notre République.


        • Sparker Sparker 11 avril 2017 14:59

          @eric

          « contre le réel quoi »

          Ben oui monsieur Eric, un jour ou l’autre il faudra bien que vous reveniez à la réalité.
          Et la réalité est que nous sommes humains et qu’une société humaine fait en sorte que les humains qui la composent puissent en vivre et s’y exprimer dans tous les domaines sans épée de damocles.
          C’est pour cela que votre « réel » du ruissellement n’est que pur fantasme et projections d’individu qui ont tout misés sur l’accumulation de richesses pour donner un peu de sens à leur existence et à leur action, en en retirant le sens pour beaucoup d’autres qui n’ont pas ce cynisme mortifère.
          L’économisme dont vous vous réclamez est une atteinte à l’humanité, tenez le vous pour dit.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 avril 2017 15:05

          @eric

           Bonjour éric,

          Je suis d’accord avec vous : si l’on suit votre raisonnement, Macron a toutes ses chances.

          Réponse le 7 mai.


        • eric 11 avril 2017 15:15

          @Jonas
          Absolument pas. Fillon revendique son honnêteté et la légalité de tous ses actes.

          Et je le crois.

          Si il avait plus de fric que ce qu’il a déclaré, planqué quelque part, on l’aurait trouvé vu comment on cherche.

          Même Cahuzac en Chine n’a pas été à l’abri.

          Après une vie de travail avec 5 gosses et aux plus hautes responsabilités, il a un patrimoine normal, voir modeste.

          Une baisse du nombre d’agents publics au niveau de l’époque Jospin n’est pas une réduction massive et nous laissera encore pas mal au dessus de pas mal de pays comparables.

          Vous ne pouvez pas nier qu’il y avait beaucoup plus d’État sous De Gaulle alors qu’on devait avoir moitié moins de fonctionnaires et beaucoup plus de problèmes sociaux à résoudre. Que la dépense en euro constant par élève dans l’EN a doublé en trente ans pour un effondrement de l’ascenseur social pour les plus défavorisés

          L’Etat, ce n’est pas que des quantités, des crédits et des employés, c’est surtout une volonté politique.

          Tous le monde sait que des gens un peu malins peuvent faire dans le privé et en particulier à l’international, beaucoup plus d’argent que dans la politique.

          Peu de gens sont vraiment choqués qu’on emploi sa famille parce que dans tous les milieux , quand on peut embaucher un proche qui à le niveau, aider un cousin, on le fait.

          Ce sont les journalistes qui veulent faire croire cela. Comme ils « sanglotisent » sur le thème, « comprenez vous que 3600 euros net par mois, cela puisse choquer les français », quand ces vrais cumulards sont à des 15, 20 ou 30 000 euros par mois ? Dites, il y en a combien des fils et filles de dans ce milieux ?

          Quant au « vote extrême », c’est à dire le vote pour des gens qui pensent que la politique cela se décide dans la rue, par la violence, et non par les urnes, il est très bas. si on ajoute un frange de mélenchoniens aux NPA et LO, cela ne fait pas 15 % de l’électorat à tous casser ; Tous les autres votes sont républicains et démocratiques. Ils respectent toutes les règles de la république. Les prétendre « extrémiste » c’est des goûts et des couleurs. Pas un constat juridique objectif.

          Je dirai même plus : les votes pour des partis extrêmes antiré publicains, LO, NPA, n’ont même jamais été aussi bas. Cela tient du prodige compte tenu de la situation. Je crois qu’on peut en être redevable à l’action du FN auprès des nouvelles couches d’électeurs.


        • Maître Jonas Jonas 11 avril 2017 15:28

          @eric
          Je vais essayer de répondre brièvement car vous ne m’avez pas bien lu. D’abord, j’ai dit que possiblement ce qu’a fait F. Fillon était légal (contrairement à ce que vous dites). Pour autant et c’est cela qui est grave : est-ce exemplaire et moral d’embaucher toute sa famille, parfois en stage, parfois à ne faire qu’une note, pour des sommes colossales, financées par l’argent du contribuable ? A cette question, vous allez me répondre que tout le monde ferait cela... Et bien moi je vous dis non. On a le droit d’être supporter d’un candidat. Quant à essayer de l’excuser de tout... D’autant plus, que vous prenez l’exemple fascinant des médias qui seraient tous gauchistes à vouloir la peau de F. Fillon. Il est certain que lorsque ceux-ci attaquèrent Cahuzac ou Thévenoud (tous deux proches de F. Hollande), là, les médias ne sont plus la cibles mais vos alliés. Un cas similaire à l’affaire Fillon a été rapporté par le « Petit journal » (que les supporters extrêmistes de F. Fillon taxent généralement d’affreux gauchistes) sur un ministre de F. Hollande, B. Le Roux (employant ses filles). 
          Pour conclure : il est vrai que Bouygues (détenant TF1), A. Weill, P. Drahi, V. Bolloré (grand ami de . Sarkozy) ou A. Lagardère (lui aussi très proche de N. Sarkozy), tous patrons de médias, sont bien connus pour être des gauchistes...
          Enfin, ne comparons pas ce qui n’est pas comparable : simplement sur une base démographique, la France des années 60 n’est pas celle d’aujourd’hui...


        • Onecinikiou 12 avril 2017 02:37

          @Jonas


          Mais arrête ton cirque d’une naïveté sans borne : Mélenchon le franc-maçon du Grand-Oirent et ses ouailles sont mouillés jusqu’au coup eux-aussi dans les affaires et les passe-droits !



          Sauf que le système médiatique et les grandes publications, tenus par 90% de « journalistes » de gauche, le préserve étonnamment et fait preuve d’une infinie indulgence à son égard, inversement proportionnelle aux persécutions et diabolisation que le même sytème s’évertue à opérer à l’encontre de ses véritables ennemis et adversaires.

        • Le421... Refuznik !! Le421 12 avril 2017 09:18

          @eric
          Fillon revendique son honnêteté et la légalité de tous ses actes.

          Et je le crois.

          Plus grand chose à dire.

          Dernière trouvaille.

          Pas radié des listes électorales à son ancienne adresse, il n’aurait même pas du pouvoir se présenter aux élections...

          Une de plus.

          Les règles, c’est pour les autres !!

          Vous ne trouvez rien à redire ?

          Pas grave, il va être servi dans peur de temps...


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 avril 2017 09:32

          @Onecinikiou

          bonjour,
          donc je cherche vraiment à la loupe les traces de votre éventuel report au 2e tour sur JLM (dans le cas d’un duel Macron Mélenchon) dans cette diatribe.

          Je ne les ai pas encore discernées, pouvez-vous m’aider ??

           smiley smiley


        • Croa Croa 12 avril 2017 12:15

          À eric
          Il ne faudra pas autant de temps que ça pour refonder la République. Deux ans au maximum (En raison des palabres incontournables au sein de l’assemblée constituante populaire ; La constitutions de 58 rédigée en petit comité s’est faite en peu de temps.)


        • eric 12 avril 2017 13:49

          @Croa
          Essayez d’être sérieux et de justifier vos choix par de vrais arguments.

          Travailler avec des proches et de la famille est le lot commun, encore aujourd’hui, d’une très large partie de notre population.
          Et je ne vous parle même pas de ceux qui bossent avec leur amant ou maîtresse. En particulier à l’assemblée nationale.
          Ce n’est pas un problème moral. C’est plutôt une question de couple.... Il y a des gens, quand ils ont le choix, qui préfèrent retrouver leur conjoint le soir, d’autres qui trouve sympa de faire un job ensemble.

          D’après la CdC, le nombre de fonctionnaire à augmenté de 38% depuis 81. Pas la population française.

          Et qui plus est c’est faux !

          Les emplois précaires, les emplois sans avenir, les intermittents, les sous traitant qui ont eux même recours aux précédent, le secteurs associatif sanitaire et social para public mais financé sur argent public ( 1,6 millions d’équivalent temps plein de mémoire).

          Aujourd’hui, si vous faites le compte, votent à gauche ceux qui sont directement salariés ainsi et leurs clientèles dépendantes. Leur programme c’est des impôts et des dépenses publiques.
          De l’argent pour eux.

          On a le droit. Cela me parait difficile de considérer que c’est du gaullisme....


        • Onecinikiou 13 avril 2017 02:27

          @Olivier Perriet


          Moi j’ai dit ce que je ferai. Ce n’est pas contradictoire avec le fait d’être lucide sur le système et les hommes. Mélenchon sa vertu il peut se la carrer au cul : il n’est pas plus propre que ceux qu’il agonit de son mépris. 

          Mais moi, contrairement à vous visiblement, je fais le distinguo entre les hommes, leur réalité, et leur programme. 

          Ce faisant j’ai bien vu et bien compris votre ralliement en rase campagne pour le front des pourris au second tour, un vote Fillon/Macron pour faire barrage à la souverainiste Le Pen ne vous dérangeant nullement. 
          Mais dites-le au moins, ayez le courage de vos opinions !

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 avril 2017 09:33

          @Onecinikiou

          Donc vous dites que vous iriez voter sans hésitation pour quelqu’un sur lequel vous déversez des tombereaux de merde à chaque message ?

          C’est vachement crédible tout ça : vous ne trouvez pas que le « racolage bleu marine » est un peu gros ? smiley smiley 

          Quant à mon propre vote au 2e tour, déjà on y est pas, donc contrairement à vous (rires) je ne peux pas m’engager à 100% maintenant. Ensuite il me semble avoir été assez clair aussi, ou alors relisez : et si vous arrivez à voter Mélenchon, je crois que j’arriverais sans problème à voter bleu marine, vu que je ne passe pas tous mes coms’ à l’insulter smiley

          PS : si Mélenchon était au 2e tour (situation improbable, mais admettons), en l’état je ne pense pas que je voterais pour lui


        • Onecinikiou 13 avril 2017 12:51
          Qui aime bien châtie bien cher Olivier Perriet,

          Je suis très critique vis à vis de Mélenchon en effet, mais je luis reconnais au moins une chose : une différence non pas de degré mais me semble-t-il de nature entre lui et les médiocres satrapes que sont Fillon/Macron/Hamon. J’espère ne pas me tromper, le cas échéant. 

          Encore une fois Mélenchon n’est pas la panacée, mais entre lui et les trois autres, sans hésitation je voterais Mélenchon. 

          Evidemment mon choix premier demeure plus que jamais Le Pen, jugeant la cohérence d’ensemble de son projet politique, géopolitique et macro-économique bien meilleure que celle de son ersatz de gauche.

          Voilà pour ma justification.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 avril 2017 21:55

          @Onecinikiou

          au moins j’aurai appris quelque chose que j’aurais pas imaginé avant


        • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 14:51

          Merci pour cet article.

          Je suis un gaulliste de gauche refoulé et vous m’avez libéré.

          Je suis un gauchiste mais j’aime De Gaulle !?!?!?

          Gaulliste car c’est le plus grand chef d’Etat dans l’histoire de France. Indépendance de la France, mission universelle du génie français...

          Gauchiste car le peuple est la raison du combat et la solution au problème. C’est le peuple qui était dans la résistance, chacun à son niveau, chacun apportant son savoir-faire, cheminot, fonctionnaire, gendarme... vous me comprenez...

          Aussi car même si mes parents ne sont pas nés en France, j’admire ce pays, son intelligence. Je suis français et fier de l’être. Car la France n’est pas repliée sur elle-même comme le croient les Le Pen. La France est plus grande qu’elle-même. Elle est un phare et montre le chemin. Cela à toujours été ainsi dans l’histoire.

          A votre article je rajouterais ceci : ça suffit !

          Des mis en examen (Fillon, Le Pen), des marionnettes du MEDEF (Macron), une nostalgique de Pétain (Le Pen), ça suffit !


          • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 15:19

            @michel-angelo



            « Des mis en examen (Fillon, Le Pen)... »


            Là, il y a erreur. Marine Le Pen n’est pas mise en examen


            « ...une nostalgique de Pétain (Le Pen), »


            Et là encore ! Décidément. Il y en a qui sont comme maudits... 


            Marine Le Pen a, sur le fond, repris rigoreusement ce que disait Mitterrand, alors président de la République, en 1992 


            "En 1940, il y eut un État français, c’était le régime de Vichy, ce n’était pas la République. Et c’est à cet État français, qu’on doit demander des comptes. Ne demandez pas de comptes à cette République, elle a fait ce qu’elle devait !« Source


             »ça suffit !"


            On est au moins d’accord sur quelque chose

          • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 15:30

            @Harry Stotte

            Le Pen n’est pas mise en examen car elle a refusée de se présenter devant la police (courage ?....).

            Pas d’immunité ouvrière contrairement à elle...

            Et 5 ans de présidence c’est 5 ans à l’abri de la prison...

            Quand on fraude, on paye... mais pas pour elle...


          • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 16:13

            @Harry Stotte
            Pourquoi reparler de la raffle ?


          • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 18:00

            @michel-angelo



            « Le Pen n’est pas mise en examen car elle a refusée de se présenter devant la police... »


            Elle a bien fait. Il faut respecter la procédure. Avant de la convoquer, il fallait demander la levée de son immunité au Parlement européen, car c’est lui qui peut en disposer de l’immunité, pas elle. 


            Il ne faut pas demander à un Poutou de savoir ça. Lui qui, en tant que syndicaliste, est un ouvrier protégé.


            « Et 5 ans de présidence c’est 5 ans à l’abri de la prison... »


            Et de la guillotine aussi. Enfin, pas sûr avec les néo-énergumènes que la campagne électorale révèle.

          • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 18:07

            @michel-angelo


            « Pourquoi reparler de la raffle ? »


            Il paraît qu’elle répondait à une question de Mazerolle, mais j’ai pas le temps d’aller regarder. Et, pour franc, je m’en fous un peu.


            De toute façon, ça ne la pénalise pas dans le Rolling 2017 de l’Ifop, et demain, le barbecue de Grande-Synthe pourrait bien lui donner une petite impulsion vers la haut

          • Sparker Sparker 11 avril 2017 15:00

            Merci pour cet article qui exprime bien la volonté de la FI de s’écarter du partisanisme et de parler au français.


            • Sparker Sparker 11 avril 2017 15:02

              Si vous ne connaissez Avox, attendez vous à une rafale de péroquets hableurs qui vont vouloir dézinguer, vous et votre article, avec des « arguments » de blagues carambar.


              • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 15:10

                « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. » Propos rapportés par Alain Peyrefitte dans “C’était De Gaulle” éditions de Fallois (Fayard) 1994, tome 1 page 52


                • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 15:22

                  @Harry Stotte

                  La France est une idée.

                  Une idée du progrès, de l’avenir, du bonheur, de l’égalité, de la liberté, de la fraternité.

                  La France n’est pas une ethnie.

                  C’est pourquoi la France lutte contre daesh, contre l’obscurantisme des religions, contre la désinformation des médias (attaques chimiques en Syrie ????), contre l’impérialisme de Trump et de Poutine.

                  La France est la France.

                  Allez réviser vos cours d’hisoire et ré-informez-vous.


                • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 15:26

                  @Harry Stotte

                  Peyrefitte l’affirme donc c’est vrai....

                  Où est l’esprit critique français ?


                • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 18:11

                  @michel-angelo



                  « C’est pourquoi la France lutte contre daesh, contre l’obscurantisme des religions, contre la désinformation des médias (attaques chimiques en Syrie ????), contre l’impérialisme de Trump et de Poutine. »

                  Ça en fait des noms à porter sur les drapeaux des régiments smiley

                • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 18:14

                  @michel-angelo

                  « Peyrefitte l’affirme donc c’est vrai.... »



                  C’est-à-dire que De Gaulle lui-même écrit dans les Mémoires d’espoir  :


                  « Pour moi j’ai, de tout temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent*. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrable relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation »


                  * L’Europe

                • manu manu 11 avril 2017 20:14

                  @Harry Stotte

                  Je ne me suis pas beaucoup intéressé à De Gaulle mais ce que je sais c’est qu’il vivait à une autre époque au sens propre, et vous au sens figuré.


                • Harry Stotte Harry Stotte 11 avril 2017 21:07

                  @manu

                  « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle, au point que les jaunes, les noirs, les bruns y deviennent largement majoritaires. Sinon, la France ne serait plus la France. Ce serait un espace refermé sur lui-même et rabougri. Nous devons quand même être avant tout un peuple mondialisé, multiculturel avec une mosaïque de religions, à dominante musulmane. »


                  Je suis up to date, là ?


                • non667 11 avril 2017 22:22

                  @Harry Stotte

                  « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. » Propos rapportés par Alain Peyrefitte dans “C’était De Gaulle” éditions de Fallois (Fayard) 1994, tome 1 page 52

                  à comparer acec les discours de jlm :

                  mélanchon n’aime pas les français

                  Jean-Luc Mélenchon, interrogé par Hit-Radio sur son enfance à Tanger, où il est né, déclare : « Je ne peux pas survivre quand il y a que des blonds aux yeux bleus… c’est au-delà de mes forces ». Incroyable intolérance, incroyable dégoût. Puis il narre son arrivée en Normandie, où il fut « horrifié » par une population d’alcooliques et d’arriérés : « La France des campagnes était extraordinairement arriérée par rapport au Maroc des villes ».

                  Le potentiel troisième homme de la présidentielle s’est ensuite livré à une ode à la Méditerranée, « notre bonne mère à tous », jugeant que « Marseille est la plus française des villes de notre République ». Le natif de Tanger (Maroc) a souligné qu’ »ici il y a 2.600 ans une femme a fait le choix de prendre pour époux l’immigré qui descendait d’un bateau, c’était un Grec et ce couple est né Marseille ».

                  « Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos soeurs » et il n’y a « pas d’avenir pour la France sans » eux, a-t-il dit, interrompu par les « tous ensemble, tous ensemble ! »

                  « Notre chance c’est le métissage », a lancé l’eurodéputé, sous les « youyous », avant de saluer « Arabes et Berbères » par qui sont venus en Europe « la science, les mathématiques ou la médecine » au temps où « l’obscurantisme jetait à terre l’esprit humain ». Refusant « l’idée morbide et paranoïaque du choc des civilisations », il a dit sa pensée aux Maghrébins « qui ont libéré le sol de la patrie des nazis ». « Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos soeurs » et il n’y a « pas d’avenir pour la France sans » eux, a-t-il dit, interrompu par les « tous ensemble, tous ensemble ! »

                  ce ne sont pas des lapsus mais sa nature profonde qui l’a fait pleurer de vraies larmes au soir du 1° tour de 2002 qui a vu l’élimination de jospin au profit de lepen !

                   c’est pas du racisme ? et il prétend donner des leçons au fn !

                  un bon point : plus de 40 ans après il a reconnu que vis a vis de degaulle il avait été excessif en le comparant a un dictateur !

                  dans 40 il dira peut être pareil du fn !

                  méchanlon avant d’être de gauche est avant tout = anti- fn (hénin ) = anti- france/français (discourt de marseille ) : point barre . rien de cohérent en dehors de ça !

                  =don quichotte du fascisme , sancho panza du N.O.M.=comique troupier 

                  méchanlon va brasser du vent pendant 5 ans pour mieux rabattre lr (ou itou abstention ) en 2017 !

                  pour le M.E.S. pétition ou pas IL N’Y A PAS EU DE REFERENDUM le ps était d’accord avec sarko sur Lisbonne ,la Libye ,.... le N.O.M. .....etc....

                   pas besoin de dire non plus que chez les méchalon on est francs maçons depuis 3 générations . cette confrérie ou l’on entre par piston et qui sert avant tout a se pistonner ,s’entr’aider (passer avant les autres ) dans tous les domaine : politique ,administration ,justice au niveau national mais aussi international ! il n’est pas question pour lui de trahir ses frères à qui il doit tant ,tout , mais accomplir au contraire la mission qu’ils lui ont confié : saboter la nation au profit du mondialisme !

                  si gouverner c’est prévoir méchanlon est particulièrement aveugle/traitre qui n’a rien vu (étant aux loges ) du virage au mondialo-capitalisme du ps en 1983 !

                  -qui croie pouvoir socialiser l’europe de l’intérieur alors qu’il n’a pu le faire du ps et à du le quitter !

                  - qui même quand il voie les couilles a du mal à dire que c’est un mâle , dit qu’il a des doutes et se désiste sans condition préventivement pour le ps !

                  au peuple : il vaut mieux avoir ses ennemis en face que des traitres dans son dos !

                  ps : il était pro invasion Libye comme fabius était pro invasion Syrie !

                  de toute façon entre un président de la France pro étranger et une présidente qui préfère les français d’abord et dont ses ennemis /adversaires disent qu’elle hait les étrangers (alors qu’elle s’en fiche ) y a pas photo a moins d’être mazo !



                • Harry Stotte Harry Stotte 12 avril 2017 15:49

                  @non667

                  « Notre chance c’est le métissage », a lancé l’eurodéputé, sous les « youyous », avant de saluer « Arabes et Berbères » par qui sont venus en Europe « la science, les mathématiques ou la médecine » au temps où « l’obscurantisme jetait à terre l’esprit humain ».



                  C’est à se demander s’il n’essaie pas de se dégonfler lui-même, comme en 2012... 


                  Ils auraient bonne mine, ses électeurs, s’il arrivait à 20h01, le 23 avril, sur l’écran de France 2, la gueule en berne, en disant : « Eh les gars, c’était un gag ! Pouce  ! »

                   smiley

                • Marignan Marignan 11 avril 2017 15:11

                  A l’auteur.


                  Gaulliste et mélenchoniste, un grand écart qui écartèle tout de même. Sur des notions fondamentales ce sont même des franches oppositions. La Nation française s’inscrit dans une histoire et une origine évidentes pour les uns, elle est très élastique pour Mélenchon dont l’interprétation de l’histoire de France est toute personnelle. Un nation attachée à une géographie d’un côté, une nation hors sol de l’autre. Le patriotisme d’un côté, l’internationalisme de l’autre. La souveraineté de la nation d’un côté, sa disparition dans une gouvernance européenne de l’autre. Une culture française aux origines gréco-romaines et chrétiennes d’un côté, une idéologie maçonnique qui abhorre les origines culturelles et historiques de la France de l’autre. Une histoire pluri-millénaire d’un côté, une histoire qui démarre avec le le coup d’état libéral de 1789 de l’autre. 
                  Un gouvernement par le peuple, pour commencer, par exemple, ce serait par exemple la simple application du référendum de 2005, ce que JLM ne veut surtout pas faire, lui pour qui le plan A c’est rester dans l’UE et le plan B, c’est le plan A. De Gaulle l’aurait classé alors avec les cabris, en compagnie de ses coreligionnaires (de l’église maçonnique), qui cirent tous l’Europe, l’Europe, l’Europe ! parce qu’ils ne peuvent pas dire ouvertement mort à la France, mort à la France, mort à la France.


                  • kalachnikov kalachnikov 11 avril 2017 15:59

                    @ Marignan

                    Ah, tu as tout dit, là.

                    Article rigolo, télécommandé sans doute pour rogner sur Asselineau qui n’existe pas. Il y a toujours un loup quand on balance gaulliste de gauche ou gaulliste de droite parce qu’on est gaulliste un point c’est tout. ’La France n’est ni de droite, ni de gauche...’


                  • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 16:04

                    « @Marignan

                    1515 !

                     »La Nation française s’inscrit dans une histoire et une origine évidentes pour les uns"

                    Oui, l’histoire et le passé existent. Déterminent ils le futur ? Non. Je suis de ceux qui pensent que l’avenir est ouvert et que les possibles dépendent de notre volonté. Où voulons nous aller ?

                    Un monde meilleur ou la dictature des actionnaire, européistes ?

                    Un monde de paix, ou la dictature des ethnies ?


                  • Maître Jonas Jonas 11 avril 2017 16:10

                    @kalachnikov
                    @marignan

                    Bonjour,

                    Excusez-moi mais vous vous trompez tous les deux d’analyses. D’abord, je ne suis téléguidé par personne. D’ailleurs, je ne suis pas encarté à France Insoumise. 
                    Ensuite : oui, la France n’est ni de gauche, ni de droite. En revanche, cela n’a aucun rapport avec le fait de se dire « gaulliste de gauche. » « Gaulliste de gauche » est une notion qui situe mon positionnement.
                    Ensuite, dire qu’il y a un grand écart entre gaullisme des années 60 et mélenchonisme, c’est tomber dans l’anachronisme. Les sociétés sont différentes. Se dire gaulliste, c’est d’abord, à mon sens :
                    - avoir un profond respect pour la nation
                    - défendre la troisième voie économique (en cela, d’ailleurs, F. Fillon peut-être considéré comme anti-gaulliste)
                    - Lutter contre les inégalités avec l’appui de l’Etat, et la régulation des marchés.
                    - avoir une certaine moralité et exemplarité
                    - Respecter et défendre, en priorité la souveraineté nationale et, de là, la République.

                    De tous ces principes, je soutiens J-L. Mélenchon, qui est le candidat respectant le plus de ces points.


                  • Sparker Sparker 11 avril 2017 16:21

                    @Jonas
                    Bah, a partir du moment ou vous ne votez Asselineau ils vous chercheront des poux de manière fallacieuse et méprisante.
                    C’est la secte qui à tout compris à 0.5% et les 99.5% restant ne sont que des.. euh il ont tellement proférer d’injures dans le but d’humilier (et y sont arrivés) qu’on ne peut toutes les citer. Beaucoup ont quittés les « discussions » et je pense que je suis sur le départ moi aussi.
                    Alors, si vous savez les repérer (c’est pas difficile) ne cherchais pas à justifier quoi que ce soit, ce sera systématiquement retourné pour vous faire passer pour un âne.
                    La consolation est que l’on sait comment ça se passe dans la tête de ce genre d’individus pratiquant ces procédés.
                    Votre billet est très bien et très clair, comme celui d’Ariane qui en a subit le mépris.


                  • Maître Jonas Jonas 11 avril 2017 16:28

                    @Sparker

                    Merci à vous. Oui je le constate régulièrement en lisant les articles sur le site. Il y a souvent un « parasitage ». C’est dommage. Car souvent c’est le fond des article qui n’est même plus critiqué.


                  • Sparker Sparker 11 avril 2017 16:38

                    @Jonas

                    « Car souvent c’est le fond des article qui n’est même plus critiqué ».

                    je ne vous le fait pas dire, je pense même que c’est le but recherché.


                  • malitourne malitourne 11 avril 2017 16:39

                    @Jonas

                    Sans vouloir apparaître méprisant ou insultant, vous êtes d’abord gaulliste et de gauche ou d’abord de gauche et gaulliste ? Vous m’excuserez auprès de Sparker pour l’extrême et inqualifiable malveillance de ma question.

                  • Maître Jonas Jonas 11 avril 2017 17:01

                    @malitourne

                    D’abord gaulliste ou de gauche ? Pour moi, cela ne peut-être que lié. je vais faire très court, quitte à vulgariser.
                    Je suis un républicain de gauche car je pense que le progrès de notre société ne passe pas par le néolibéralisme ou le social-libéralisme, c’est à dire la réduction de l’Etat et l’auto-régulation progressive du marché. En soi, être gaulliste aujourd’hui, c’est défendre — au risque de vous choquer - un certain altermondialisme, c’est à dire la recherche d’une troisième voie. Un voie qui puisse permettre de réduire les inégalités (et pas simplement le chômage), et de considérer que chaque individu puisse être un citoyen épanoui, acteur de sa vie, quel que soit son milieu social.


                  • malitourne malitourne 11 avril 2017 17:22

                    @Jonas
                    Je vous suis. Dans ce que vous dites, selon vos critères, et pardonnez moi auprès de Sparker2 pour mon outrance abjecte, ne croyez-vous pas que nous sommes un paquet à être des gaulliste de gauche ? Ca ne suffira pas à en faire un consensus national si la question du Frexit n’est pas clairement posée de manière prioritaire. Votre logique vous amène à Mélenchon, moi elle m’amène à Asselineau, parce que sans Frexit, aucun changement politique n’est possible.


                  • Parrhesia Parrhesia 11 avril 2017 19:13
                    @Sparker
                    et @ Jonas.

                    La décrépitude des media, provoquée de mille et une manières dont celle que vous dénoncez ici, est sans doute devenu le problème majeur de notre société asservie !
                    Et cela durera aussi longtemps que notre corps électoral sera composé d’une majorité de lemmings souffrant de psittacisme aggravé (Autrement dit, des lemmings-perroquets, e quelque sorte) qui écouteront des politiciens dirigés par une (infime) minorité de mondialistes (Cf. : Macron et affidés).
                    Ces politiciens sont gens manipulés par les capitalistes exclusivement financiers dont l’argent est d’abord le nôtre via des circuits financiers élaborés et alimentés sur le modèle Bill Gates et consorts !!!



                  • kalachnikov kalachnikov 11 avril 2017 23:07

                    @ Jonas

                    ’La France n’est ni de droite ni de gauche’ est une formule de de Gaulle. Le gaullisme se limite à une seule chose : indépendance nationale. Tout ce que tu dis pour essayer de définir peut être interprété/prostitué et d’ailleurs l’est.

                    Le seul candidat gaulliste est Asselineau car l’indépendance nationale est précisément le but de son projet ; Mélenchon, par exemple, n’est pas du tout gaulliste puisqu’à des liens existants (l’Ue actuelle), il souhaite substituer de nouveaux liens (une Ue sociale).
                     


                  • posteriori 12 avril 2017 11:20

                    Le seul but de ce parti perdu qu’est l’upr avec son asselineau à 1% est la destruction pure et simple de la dynamique mélenchon, ça crache, ca pollue, ça n’essaye à aucun moment d’être constructif, avec pour seule finalité faire élire celui qui profiterait de cette chute à savoir François Macron. UPR = MACRON. Toute autre tentative d’explication se heurterait à la réalité des actes des upr.


                  • Croa Croa 12 avril 2017 12:24

                    À kalachnikov
                    Pour De Gaulle la France n’était « ni de droite ni de gauche » mais en réalité de droite et de gauche parce que De Gaulle écoutait les uns et les autres.
                    Aujourd’hui elle est vraiment ni de droite ni de gauche parce que c’est Bruxelles qui décide. Une chose est sûre c’est que Bruxelles n’est pas de gauche même quand Paris se prétend de gauche.


                  • kalachnikov kalachnikov 12 avril 2017 15:50

                    @ Croa

                    Pas du tout.

                    http://mjp.univ-perp.fr/textes/degaulle29091946.htm

                    Discours d’Epinal de septembre 1946.

                    Voilà ce qui n’est ni de droite ni de gauche.


                  • cevennevive cevennevive 11 avril 2017 15:32

                    Bonjour Jonas,


                    Bonne analyse à laquelle je souscris bien entendu. Et vue par un gaulliste de gauche de surcroît...

                    Car, si tous ceux qui se proclament « gaullistes » étaient VRAIMENT intègres, droits, fins stratèges et honnêtes comme le Général, il n’y aurait pas beaucoup de candidats à l’élection présidentielle, et encore moins de ministres, de députés et de sénateurs.

                    Bien à vous.


                    • malitourne malitourne 11 avril 2017 16:34

                      @michel-angelo
                      Très convaincant. Sinon, vous êtes plutôt Ricard ou plutôt Pernod ?


                    • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 19:15

                      @malitourne

                      j’aime beaucoup votre tolérance qui laisse le choix entre ricard et pernod... et rien d’autre...

                      rhum, gin, vodka, tekila ? tout cela n’existe pas pour vous ?

                      le vieux monde est en train de mourir.

                      https://www.youtube.com/watch?v=TRpz3Yu_Vvo


                    • malitourne malitourne 11 avril 2017 19:25

                      @michel-angelo
                      Ah vous voulez une fédération des alcools forts ? Permettez, je prendrais un petit Frexit bien frais.


                    • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 19:33

                      @malitourne
                      A la vôtre !



                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 avril 2017 17:26

                      C’est clair... Je sais pourquoi votre choix, j’ai résumé ici la situation :



                      Mélenchon un guignol... du Pendule !

                      • posteriori 12 avril 2017 11:25

                        @Mohammed la taupe 


                        Tu m’en fais un beau de guignol.

                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 avril 2017 16:51

                        @posteriori

                        Pourquoi «  Mohammed la taupe », je vis en surface dans toute la transparence, moi !

                      • Massada Massada 11 avril 2017 17:40

                        Ok supposons que Mélenchon gagne les élections mais ensuite ?

                         
                        Il gouvernera avec qui ? il n’a pas de parti ou d’hommes d’expériences 
                         
                        Avec les communistes ? les écolos, qui ?
                         
                        Une extreme gauche fortement islamophile et flirtant avec l’antisémitisme !

                        Bon courage.



                        • Sparker Sparker 11 avril 2017 19:27

                          @Massada
                          Ben renseignez vous, le programme à été élaboré et amendé par plus de mille personnes (vidéo publique), oui vous ne verrez pas beaucoup de professionnels de la politique que l’on croise à la TV depuis maintenant 40 ans.
                          Le PC fait parti de la FI, le groupe qui à quitter le PS pour fonder le PG seront à même de servir, beaucoup de citoyen se sont proposés, inscrits pour assumer de la députation.
                          Enfin rassurez vous il ne n’est et ne sera pas seul.
                          Et la caractéristique extrème gauche est hasbeen, maintenant c’est Gaullien...
                          Quant à vos fantasmes philes et phobes, c’est aux humain libre que la FI s’adresse.


                        • Sparker Sparker 11 avril 2017 19:29

                          @Sparker
                          Et beaucoup de citoyens sont ou deviendront compétents, on en voit parfois sur ce site. En tous cas bien meilleurs que les pains au chocolat à 10cts et tutti quanti.


                        • michel-angelo michel-angelo 11 avril 2017 19:30

                          @Massada

                          les hommes comme vous dites (et aussi les femmes) d’expérience ne manquent pas. Pas forcément énarques...

                          Croyez-vous que Mélenchon soit seul ?

                          La France Insoumise est prête à gouverner.

                          La majorité est un faux problème.

                          Les français qui vont élire la France Insoumise à la présidentielle lui donneront une majorité dans l’assemblée.


                        • Massada Massada 11 avril 2017 19:47

                          @michel-angelo
                           

                          Les français qui vont élire la France Insoumise à la présidentielle lui donneront une majorité dans l’assemblée.

                          pas sur, c’est le problème avec les gens qui ont un fort charisme.
                          Les gens votent Mélenchon et pas truc-machin....

                        • manu manu 11 avril 2017 21:07

                          @Massada

                          Je pense que beaucoup de gens qui voteront Mélenchon voteront pour sa volonté de changer la politique de la France et de l’UE, ils voteront donc aussi FI aux législatives.

                          « Une extreme gauche fortement islamophile »

                          Vous êtes contre les religions ?
                          Vous préférez certains partis qui s’entendent plus que bien avec le gouvernement du Qatar ou de l’Arabie Saoudite ?

                          « flirtant avec l’antisémitisme »

                          Les antisémites sont plus souvent dans l’autre « extrême », y a-t-il des « Soral » d’extrême gauche ?


                        • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2017 14:19

                          Les antisémites sont plus souvent dans l’autre « extrême », y a-t-il des « Soral » d’extrême gauche ?

                          @manu

                          Je pense que, là, vous vous foutez carrément du monde. Les manifestations à Créteil, à Barbès, puis à la République, sous les drapeaux du Hamas, ça ne vous rappelle rien ? Les tentatives d’incendier les synagogues, ça n’avait probablement aucun sens particulier ? Si cette extrême gauche (NPA, parti de Mélenchon et des verdâtres) n’avait pas été empêchée de se rendre rue des Rosiers, que se serait-il passé ? Et les connards du BDS qui manifestaient la semaine passée au métro Châtelet, c’était l’extrême droite ?

                          Jetez donc un coup d’oeil sur cet article qui concerne directement Mélenchon, dans un journal (le Huffington post) qui est plutôt lui-même de centre gauche et d’une modération qui, très souvent, me hérisse.

                          http://www.huffingtonpost.fr/frederic-haziza/front-de-gauche-antisemitisme_b_6733606.html


                        • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2017 14:21

                          Les manifestations à Créteil, à Barbès, puis à la République, sous les drapeaux du Hamas

                          ERRATUM

                          Je venais de parler de Créteil dans une autre intervention, d’où ce lapsus. Je voulais évoquer, évidemment, des manifestations très violentes qui avaient eu lieu à Sarcelles en juillet 2014.


                        • manu manu 12 avril 2017 17:31

                          @Christian Labrune

                          Vous parlez de cette manif qui à dégénérée ? Des manifestants pro palestiniens s’en sont pris à une synagogue, rien a voir avec les partis qui soutienne FI.

                          La veille, une grosse activité sur les réseaux sociaux laissait en effet augurer d’une issue violente. Twitter fut le catalyseur des provocations. Selon plusieurs sources musulmanes et policières de Seine-Saint-Denis, c’est un extrémiste juif qui a allumé les mèches les plus sérieuses.

                          C’est vous qui vous foutez carrément du monde, comme d’habitude vous déformez pitoyablement.

                          Votre huffington merde vous prend vraiment pour un gros gros con ils disent :

                          S’adressant à la communauté juive de France à travers le Crif et donc aux Juifs

                          Le Crif n’est ni la communauté juive de France ni les juifs, le Crif est juste le Crif point.


                        • alinea alinea 11 avril 2017 22:12

                          On ne sait pas ce que sera la VIème république puisque la Constitution n’est pas écrite !
                          les constituants, élus ou tirés au sort, seront en contact avec le citoyen lambda qui le souhaite ; ce qui en ressortira sera le fait d’une majorité.


                          • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2017 00:30

                            à l’auteur,

                            Je croyais à une plaisanterie en lisant le titre de l’article, mais apparemment il fallait le prendre au premier degré, et si vous n’êtes pas le seul dans ce cas, c’est aussi inquiétant que la peste bubonique, la vérole et le sida réunis.
                            Mélenchon est un doctrinaire fascisant. On associe souvent le fascisme et l’extrême droite, mais les origines du fascisme en Italie étaient plutôt « de gauche », et l’Allemagne du IIIe Reich était « socialiste » à sa manière, tout autant que nationaliste.

                            Comment peut-on se laisser prendre au piège d’un pareil charlatan ? C’est un peu comme si, rue de Steinkerque où les touristes crédules vont voir le Sacré-Coeur, vous sortiez un billet de cinquante euros pour vous associer à une partie de bonneteau.

                            Comment pouvez-vous n’avoir pas compris que le « Front de gauche » avait cessé de l’être parce qu’il ressemblait d’une manière devenue trop évidente à l’autre front, ayant récupéré à son profit toutes les thématiques des années 30, en particulier l’antisémitisme, que l’autre officine n’ose plus afficher dans sa vitrine mais continue très bien de cultiver dans son arrière-boutique.
                            Ce parti qui flatte les islamistes des banlieues avec la même sollicitude que le PS est un parti soumis aux Frères musulmans et aux salafistes qui font actuellement courir à la république le pire des dangers. Pour masquer cette réalité profonde et inavouable, ce parti a cru que les Français seraient assez sots pour gober l’idée de la « France insoumise ». Il est bien plutôt le parti de la France soumise, celle que Houellebecq décrivait très bien dans son roman « Soumission ».

                            Je vous conseille vivement de regarder cet entretien télévisé où, confronté à Céline Pina qui vient de publier « Silence coupable », il y a juste un an, le faux-cul Mélenchon fait vraiment piètre figure dans le rôle du Tarttuffe à tête d’autruche. C’est là :
                            https://www.youtube.com/watch?v=S1VMYPjkcS0


                            • Massada Massada 12 avril 2017 07:26

                              @Christian Labrune
                               

                              Je ne connais pas suffisamment la politique française pour avoir une opinion valable mais ce qui m’a interpellé dernièrement c’est l’assasinat antisémite d’une dame de soixante ans pour la seule raison qu’elle était juive.
                              A ma connaissance, aucun politique n’en a parlé, sauf un Marine Lepen avec des mots justes.
                               

                              «  Moi j’aimerai plus que l’on parle, c’est l’antisémitisme islamiste qui aujourd’hui fait des victimes dans l’indifférence générale  »

                              «  Il y a quelques jours une femme de soixante et un an à été jetée, défenestrée du troisième étage, parce qu’elle était juive et qu’elle avait été menacée et traitée de »sale juive » par son voisin pendant des jours et cela on n’en parle pas  »

                              «  On ne parle pas plus de nos compatriotes juifs qui n’osent plus sortir dans la rue avec leur Kippa parce qu’ils sont victimes systématiquement d’agressions  »

                              Alors je ne comprends plus et franchement si je devais voter en France je serais bien ennuyé.



                            • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2017 14:05

                              @Massada
                              On peut toujours compter sur la « gauche » française pour pratiquer en pareille circonstance la politique de l’étouffoir. Je ne mettrai cependant pas au crédit de la Walkyrie du FN la déclaration que vous reproduisez : il faut bien qu’elle tâche de se refaire une virginité après la longue suite des déclaration du père qui ne laissaient aucune illusion sur ce que peut être l’idéologie d’un parti qui essaie aujourd’hui d’arranger autrement sa vitrine mais continue de cultiver les mêmes passions tristes dans l’arrière-boutique.
                              Je me souviens avec horreur de l’époque où Jospin était au gouvernement et où on faisait tout pour ne pas « jeter de l’huile sur le feu ». Je n’avais pas lu le bouquin sur les « territoires perdus de la République » parce qu’enseignant alors dans un lycée de la banlieue, je pensais n’avoir pas grand chose à apprendre. Ce que cette suite de témoignages décrit est tout à fait horrible, mais sans commune mesure avec ce dont j’avais pu être témoin : tel collègue juif arrivant titubant dans la salle des profs où je corrigeais des copies, et les yeux lui sortant de la tête. Trois voyous étaient entrés dans la salle pendant qu’il faisaient son cours, l’avaient aspergé de gaz lacrymogène, jeté à terre et tabassé (fracture du bras et de la clavicule). Le Rectorat se sera contenté de le déplacer vers un meilleur établissement. Les media n’en auront ont jamais rien dit. Et je ne parle pas des portes qui s’ouvraient assez régulièrement et violemment, laissant voir deux ou trois individus masqués couverts du kefieh palestinien, à la recherche de tel prof de philo, juif lui aussi, pour le menacer de mort.

                              Le couple qui avait été sauvagement agressé à Créteil, dont le film d’Yvan Attal paraît se souvenir, avait été victime de l’antisémitisme des banlieues, mais le magistrat chargé de l’instruction vient récemment de déclassifier l’accusation : il n’est plus question d’antisémitisme. Cela scandalise quand même beaucoup de monde.

                              La France est un pays islamophobe au sens exact du terme : les politiques, et au premier chef des gens comme l’homme de « La france soumise » craignent une nouvelle explosion dans les banlieues, qui serait pire que celle de 2005. On refuse de voir la réalité en face. Les associations sous le contrôle des Frères ou des salafistes ont pignon sur rue. Les micros et les caméras des télévisions pointent complaisamment sur les porte-parole racistes des Indigènes de la République. Le petit voyou dont on a retrouvé récemment les tweets immondes n’a pas trop à s’inquiéter : les idiots utiles de l’islamisme le protègeront. Bref, la France est un pays qui paraît en train de se suicider.


                            • Henrique Diaz Henrique Diaz 12 avril 2017 14:07

                              @Christian Labrune
                              Ce qui est excessif est insignifiant, or vous êtes dans la caricature. Et qu’y a-t-il donc de scandaleux dans la vidéo que vous nous indiquez à la fin : Mélenchon dit à Pina que certes il y a un problème avec la secte islamiste mais qu’il faudrait commencer par dire que la grande majorité des musulmans ne sont pas des islamistes, plutôt que de pointer ce problème sans se rendre compte que cela va conduire à des confusions si ce n’est pas d’abord précisé ? C’est quoi la « tartufferie » de dire à une élue que sa parole publique doit être responsable et tenir compte de la façon dont cela va être entendu ?


                            • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2017 14:30

                              @Henrique Diaz
                              Avez-vous jamais lu « Les territoires perdus de la République », recueil de témoignages publié en 2002 par Bensoussan ? Avez-vous lu « Une France soumise », publié il y a quelques mois, sous la direction du même historien, et qui fait le point, grâce encore à une multitude de témoignages, sur la situation actuelle dans les banlieues ? Avez-vous même lu « Silence coupable », le bouquin de Céline Pina dont il était question dans cette video ?

                              Si vous les avez lus, on pourra en discuter. Si vous ne les avez pas lus et si vous vous contentez de l’information distillée et filtrée par la media, je puis parfaitement comprendre que vous n’ayez pas les yeux bien en face des trous. Je ne pourrai donc rien pour vous.


                            • Pierre 12 avril 2017 01:02

                              Quand on est débile, on n’est pas obligé de la claironner ! En plus, vous trimbalez des idées fausses, alors que, par exemple, les écarts de revenus ont baissé dans notre pays ces dernières années.


                              • Henrique Diaz Henrique Diaz 12 avril 2017 14:10

                                @Pierre
                                A débile, débile et demi si vous n’êtes pas capable d’apporter les données et les analyses qui permettent de justifier votre affirmation pour le moins contre-intuitive.


                              • Pierre 12 avril 2017 22:56

                                @Henrique Diaz
                                M’étonne pas qu’il y ait autant de débiles et d’ignorants dans votre style pour voter Mélenchon. Mon information est confirmée par l’indice GINI dont il résulte, qu’après redistribution, nous sommes au niveau du Danemark. L’ensemble des hauts revenus n’ont cessé de baisser au cours des années 2010 pour revenir au niveau de 1990. Il faudrait restaurer le suffrage censitaire après examen en matière économique, ce qui ferait revenir Méluche à 0,001% et comme le disait fort justement Rousseau, la démocratie n’est faite que pour les dieux, pas pour les truffes...


                              • Maître Jonas Jonas 12 avril 2017 23:47

                                @Pierre
                                Il ne faut pas dire n’importe quoi pour tenter de confirmer votre idée.

                                Le nombre de millionnaires en France n’a fait qu’augmenter, quand la pauvreté, elle, est également en hausse : http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/l-incroyable-envolee-du-nombre-des-millionnaires-francais-en-2015-1008095.html

                                Vous faites référence à l’indice de Gini ? Très bien, Selon le Bureau International du Travail, la France est de tous les pays développés, celui dont l’indice de Gini a le plus augmenté (3.5), confirmant que les inégalités ne font que s’accroitre.

                                Synthèse de tout cela : http://www.inegalites.fr/spip.php?article632


                              • Pierre 13 avril 2017 13:04

                                @Jonas
                                Faudrait peut-être apprendre à lire : avant distribution, ce que retient uniquementle pignouf moyen, on est proche des US mais, après distribution, on revient à celui du Danemark.


                              • ourston 12 avril 2017 03:51

                                Les contraintes économiques que Mélenchon fait mine d’ignorer rendront impossible la réalisation de son programme. La dette, qu’il va augmenter, va lui exploser à la figure, et le rendra impuissant. Et les français les plus pauvre, bernés par un discours illusoire, seront encore plus pauvres qu’aujourd’hui.


                                • Claude Courty Claudec 12 avril 2017 04:11

                                  «  Marre de cette politique spectacle qui nous horripile, marre de ces candidats défendant la conservation du système .. »

                                  Alors que Mélechon est l’archétype du politicien acteur, dans le droit fil de Marchais, en plus sophistiqué il est vrai, et qu’il n’y a pas plus conservateur que lui, qui nous ramène cinquante en arrière, à un marxisme flamboyant faisant la courte-échelle au troskysme, en dépit de l’écran de fumée de sa révision constitutionnelle.

                                  Mélenchon se trompe, comme la plupart de ceux qu’inspire une compassion dévoyée à l’égard des pauvres (et de moins pauvres), lesquels sont le terreau d’utopies sur lesquels ils prospèrent ; et il trompe ceux qui l’écoutent. Comment peut-il ignorer, ou négliger (bien qu’il ne soit pas le seul), que richesse et pauvreté existent fatalement l’une par l’autre et que de manière tout aussi incontournable, chacun d’entre nous est le riche ou le pauvre de plus riche ou de plus pauvre que soi ?

                                  La démesure de certaines fortunes et les écarts de richesse qui en découlent et ne cessent de croître, résultent d’un enrichissement collectif qui n’a pas cessé de croître depuis que l’homme existe, alimenté par l’industrie d’une population elle-même proliférante. Dans le même temps, la pauvreté, qui représente structurellement 70 % de cette population, a continué d’occuper les niveaux les plus bas de la pyramide sociale, que l’homme habite depuis son sommet jusqu’à sa base, sans en laisser le moindre espace vacant. C’est là qu’est le fond du problème. Et c’est l’esquiver que de prêcher la révolution, qui n’est qu’une redistribution des positions des uns et des autres à l’intérieur de la pyramide sociale. Raisonner comme le fait Mélenchon et ses semblables, c’est en effet négliger qu’une révolution chasse l’autre et que toujours la pyramide sociale se reconstitue, avec son sommet et sa base, où vont loger les riches et les pauvres à leur naissance, même si la condition de quelques-uns peut changer ensuite.


                                  • Claude Courty Claudec 12 avril 2017 04:16

                                    Le partage des richesses est une autre affaire que ce dont nous bassinent Mélenchon et tous ceux qui partagent l’idée archaïque qu’il ont d’une révolution sociale. La première forme de ce partage doit être l’investissement par ceux qui disposent des moyens de le faire. Seulement après, la solidarité de l’espèce humaine doit et peut jouer son rôle, pour secourir tous ceux que les bienfaits du progrès n’atteignent pas ou atteignent insuffisamment ; tout simplement parce que « en bon père de famille », il faut gagner avant de dépenser.

                                    • BA 12 avril 2017 10:13

                                      Quoi qu’il arrive, Jean-Luc Mélenchon veut rester dans la zone euro.

                                      Dans son programme, Jean-Luc Mélenchon propose un plan A :

                                      « Dans cette refondation européenne, nous voulons notamment :

                                      • Mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne, modifier ses missions et status, autoriser le rachat de la dette publique directement aux États, interdire à la BCE de couper les liquidités à un État membre. Sans attendre, la Banque de France sera mise au service de ces objectifs

                                      • Dévaluer l’euro pour revenir à la parité initiale avec le dollar »

                                      https://laec.fr/section/51/plan-a-proposer-une-refondation-democratique-sociale-et-ecologique-des-traites-europeens-par-la-renegociation

                                      En cas d’échec du plan A, Jean-Luc Mélenchon propose un plan B :

                                      « Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

                                      • Stopper la contribution de la France au budget de l’Union européenne (22 milliards d’euros par an dont 7 milliards d’euros de contribution nette)

                                      • Réquisitionner la Banque de France pour reprendre le contrôle de la politique du crédit et de la régulation bancaire, et pour envisager un système monétaire alternatif avec ceux de nos partenaires qui, dans la phase A, auraient manifesté leur désir de transformer l’euro en monnaie commune et non plus unique »

                                      https://laec.fr/section/52/appliquer-un-plan-b-en-cas-d-echec-des-negociations

                                      Conclusion :

                                      Même en cas de plan B, Mélenchon veut simplement « transformer l’euro en monnaie commune et non plus unique. »

                                      Ce programme est nul.

                                      Il faut sortir de l’euro le plus vite possible.

                                      Votez Asselineau.


                                      • DACH 12 avril 2017 10:27

                                        JLM a le talent oratoire des Hitler, F Castro et autres dictateurs qui ont le sang de victimes qu’ils ont parfois séduites. Il a la volonté exterminatrice d’un Staline. Cela fait beaucoup de qualités pour diriger un pays et le mener à la situation d’un pays qu’il adore : le Venezuela. La démocratie y a du plomb dans l’aile.Enfin il nous propose un programme économique qui mène tout droit les Français à l’appauvrissement généralisé et à la faillite. JLM n’a jamais eu des responsabilités de chef d’entreprises, autrement il aurait un autre programme. Avoir financé l’achat de sa permanence sur les fonds de député témoigne de son hypocrisie en matière de gestion financière...

                                        Mais sa parole séduit les naïfs et les crédules qui ne font pas l’effort de voir les conséquences des choix de JLM.

                                        Quant à sa façon de piloter (!) sa voiture sur des participants à une manifestation en dit long sur son mépris de ceux qui le contredisent...


                                        • Henrique Diaz Henrique Diaz 12 avril 2017 14:29

                                          @DACH
                                          C’est formidable de voir à quel point certaines personnes peuvent égrainer les affirmations malveillantes, tronquées, gratuites et incohérentes avec un applomb qui ferait pâlir un Fillon se déjugeant pour la troisième fois. Churchill, De Gaulle ou encore Kennedy étaient de grands orateurs, donc ça fait d’eux des dictateurs ? Quant au programme économique, si vous faisiez l’effort d’y regarder un tout petit peu au lieu de vous contenter de jugements précipités, vous comprendriez qu’il s’agit de revenir à une politique keynésienne de renforcement de la demande comme celle qui s’est faite aux USA par Roosevelt pour guérir son pays de ses dérives libérales, c’est celle qui s’est pratiquée aussi en Europe pendant les 30 glorieuses après la seconde guerre mondiale. Parce que la politique de l’offre qu’on a eu à des degrés divers depuis 1986 sous couvert de vote utile pour contrer Le Pen, le bon sens devrait permettre de voir que ça ne marche pas.


                                        • DACH 12 avril 2017 17:03

                                          @Henrique Diaz
                                          Quelle rigolade... Keynes n’a jamais engagé une politique économique telle que pronée par JLM. 
                                          Son talent oratoire peut me le rendre sympathique, mais n’a pas le talent de me rendre dupe. De la meme façon, en 1981 on a été dupé avec pour résultats des dévaluations et un appauvrissement généralisé. Et puis voter pour un futur dictateur, quelle idiotie.


                                        • Marignan Marignan 12 avril 2017 11:39

                                          A l’auteur et à Sparker.


                                          Désolé d’insister, mais entre un de Gaulle qui plaçait l’indépendance (liberté d’agir pour son propre intérêt) de la France avant tout et un Mélenchon qui est européiste et confirme chaque fois qu’il le peut qu’il maintiendra notre pays dans l’UE (une hiérarchie des normes qui soumet l’intérêt de la France à d’autres intérêts que ceux des Français), c’est-à-dire une gouvernance étrangère (politique à Bruxelles, économique à Frankfurt, militaire à Washington), il y a une indéniable antinomie. J’attends toujours une démonstration contraire de votre part pour m’éclairer.
                                          Autre remarque, le terme République (gouvernement ou mode d’administration latin) n’a pas le même sens dans la bouche de de Gaulle et dans celui de Mélenchon. Le premier n’était pas républicain au sens de la république maçonnique issue du coup d’état de 1789 que soutient JLM, il est sans doute plus proche d’une république romaine, voire du royalisme (le texte de la Constitution de la Vème rép. nous renseigne de ce point de vue). Mélenchon est républicain au sens des Conventionnels, il me semble, c’est-à-dire que son idéologie prévaut sur l’existence même de la nation et du pays (la révolution vaincra, quitte à tuer tous les opposants, était leur credo, voir la tentative de génocide vendéen à cet égard). Et nonobstant ce que Sparker et vous en pensiez, c’est bien là une question de fond.

                                          Enfin, mais c’est accessoire, pour mettre en évidence qu’il est nécessaire de lire au-delà de ces deux cercles pour tenter de se bâtir une opinion complète, je ne voterai ni Mélenchon (pour partie pour ces raisons), ni pour Asselineau. Comme quoi la fréquentation d’Agoravox n’est pas binaire.

                                          • alkoussekousse alkoussekousse 12 avril 2017 14:26

                                            Moi gauchiste de droite je ne voterai jamais pour Mélenchon.

                                            D’abord parce que j’attends un dirigeant révolutionnaire qui dise comme le regretté Chavez que « Cristo es el comandante de todos los comandantes », Jésus est le chef (sous entendu révolutionnaire) de tous les chefs (révolutionnaires). Or Mélenchon est une ignominie maçonnique vendue au mondialisme, à l’européisme et à toutes les doctrines satanistes et réactionnaires qui empoisonnent notre société naguère catholique. Melenchon n’est pas un chef révolutionnaire mais comme Tsipras un larbin de l’oligarchie et des banksters qu’il fait mine pour la frime de combattre.

                                            J’attends un chef révolutionnaire qui contrairement au regretté Chavez soit intelligent. Être intelligent cela consiste à comprendre les mécanismes du christianisme en matière d’économie. Il existe, dans le champs de l’économie, trois impératifs chrétiens que nous a donnés le Christ en personne : satisfaire, s’il le faut par le don et la gratuité, les besoins du peuple ; multiplier la production afin de parvenir à satisfaire les besoins du peuple ; poser pour tout homme l’impératif de faire fructifier le don de l’existence par le travail manuel, par le travail intellectuel, par les œuvres de charité et d’intelligence, par la compréhension, par le progrès scientifique et social. Le système qui colle le mieux à l’enseignement du Christ est le capitalisme redistributif et social qui recourt au keynésianisme en cas de besoin. Le capitalisme parce que lui aussi pose l’impératif de faire fructifier les dons de la création, redistributif afin que tous, y compris ceux qui ne peuvent pas travailler, aient de quoi satisfaire leurs besoins et social, afin que l’homme soit au coeur de l’impératif de fructification. L’impératif de porter du fruit est au service de l’homme, mais l’homme n’est pas au service de cet impératif de porter des fruits. Dit autrement le capitalisme doit se mettre au service des hommes mais l’homme ne doit en aucun cas devenir une machine à produire des profits pour de riches oisifs. Le keynésianisme a compris cette loi fondamentale de la création : à la source de tout acte créatif de valeur, de bien, de marchandise il y a un don ! Mais cela ne signifie nullement que celui qui reçoit ce don doit rester inactif et se contenter de le recevoir. Il doit à son tour devenir créateur et faire don de son œuvre. C’est ça le christianisme en matière d’économie. Comment pouvons-nous seulement imaginer qu’un être vil, torve, vendu à la haine maçonnique puisse seulement comprendre les mécanismes de l’économie. Non seulement il ne le peut pas mais au lieu de faire l’éloge de la solidarité et de la coopération pour un but commun, il prônera le vol, la spoliation, la dépravation, l’envie, la jalousie, la haine. Nous ne voulons pas du Mélenchon car il est con et corrompu !

                                            J’attends un chef révolutionnaire qui récuse le mondialisme, l’européisme et toutes les doctrines et idéologies satanistes répandues par les francs-maçons, aussi bien le nationalisme belliciste que l’internationalisme génocidaire, aussi bien le racisme abject que l’anti-racisme de pacotille de ceux qui haïssent leur propre peuple et leur propre nation, aussi bien le clanisme, le tribalisme et les mafias que la haine de la famille, la dépravation et la perversité. Or Mélenchon se fait le chantre de la réaction internationaliste, de l’européisme criminel et du mondialisme génocidaire. Nous ne voulons pas d’une personne qui non seulement nie que l’unité de l’homme est en Dieu donc au sein de l’Église qui est le corps de Dieu sur terre, mais prétend comme tout franc-maçon que l’homme se donne à lui-même l’unité à laquelle il aspire parce que cette unité qui rejette le Christ est toujours fondée sur l’extermination de boucs émissaires, chaque fois plus nombreux.

                                            J’attends un chef révolutionnaire qui dise la vérité au peuple, y compris lorsque le peuple est aliéné, se trompe, se fourvoie. Et la vérité aujourd’hui c’est que la France ne produit pas de quoi satisfaire ses propres besoins. La France vit du travail des Asiatiques, des Africains, des Allemands ou des Latino-américains mais ne leur donne en retour que de vagues promesses de paiement différé que dans leur coeur les Français n’ont nullement l’intention d’honorer un jour. La France est devenue majoritairement un pays de sybarites qui se la coulent douce tandis que d’autres triment comme des malades pour satisfaire l’ego boursouflé des supporters du Mélenchon, ces supporters qui ne supportent pas la vérité. Mélenchon ne dit pas la vérité aux Français, Mélenchon ne leur explique pas qu’une société fondée sur l’oisiveté, le pain et les jeux se condamne à disparaître, Mélenchon ne leur dit pas qu’ils sont par leur paresse et leur arrogance la source principale de leurs propres malheurs. Au contraire, Mélenchon cherche des boucs émissaires : l’Allemagne, Merkel, la finance que pourtant il sert, l’UE dont il est le larbin grassement stipendié ! « Mélenchon ment, Mélenchon ment, Mélenchon est anti-allemand ! »

                                            Moi le gauchiste de droite je ne voterai pas pour Mélenchon qui est menteur, fourbe, hypocrite, vendu à l’oligarchie européiste et mondialiste, incompétent, réactionnaire, corrompu et potentiellement dangereux comme tous les leaders populistes qui exhibent à la tourbe déchaînée des boucs émissaires. Je dis MélenchNON !


                                            • Henrique Diaz Henrique Diaz 12 avril 2017 14:49

                                              A l’auteur,
                                              Vous ne vous reconnaissez pas dans l’idée de VIème république. J’ai expliqué plus haut dans un commentaire son urgence à mes yeux. Mais je voudrais discuter ici ce que vous dites « ’une VIe République, parlementariste, calquée sur la IVe, serait une illusion » : où avez vous vu cela ? La constituante déterminera de quelle nature sera le régime. Qu’il ne s’agisse certainement pas de reproduire le présidentialisme, autrement dit la monarchie républicaine, c’est évident, parce qu’on a vu à quel point ça ne permettait pas à la population d’être satisfaite de sa classe politique depuis plusieurs décennies. Et que la Cinquième ait pu correspondre à De Gaulle est une chose, seulement cela a surtout permis à tous ses successeurs, à commencer par Pompidou, de prendre des décisions pour le peuple dans son dos, comme la privatisation du droit de créer de la monnaie. Ce n’est plus possible.

                                              Et si vous entendez par parlementarisme un pouvoir législatif contrôlant le pouvoir exécutif plutôt que l’inverse, c’est non seulement la condition pour qu’une république ne puisse tomber dans le despotisme de décisions prises contre la volonté du peuple comme on l’a vu avec Sarkozy et Hollande avec l’artifice du 49.3, mais encore, il y a des dizaines de pays dans le monde qui fonctionnent sur ce modèle tout en étant politiquement beaucoup plus stables que la France, à commencer par l’Allemagne. Rejeter le « parlementarisme » sous prétexte que cela aurait donné la guerre d’Algérie en France est aussi pertinent que rejeter la démocratie sous prétexte qu’elle a conduit à mettre Hitler au pouvoir en 1933. Il peut en l’occurrence y avoir un régime libéré des logiques partisanes en généralisant le tirage au sort voire en interdisant de se présenter à une élection sous la dépendance d’un parti, comme le préconnisaient Rousseau puis Simone Weil.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité