• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Moi, jeune femme de 20 ans, désemparée face au monde

Moi, jeune femme de 20 ans, désemparée face au monde

Ces mots n’auront certainement pas une vaste portée, mais peu importe, je me sens dans l’obligation et, Dieu merci, encore dans le droit de les écrire.

 

Depuis quelques mois, une obsession hante mes nuits : et si le monde social était définitivement perdu ? Et si l’être-humain était en fait ce qu’il paraît : un monstre assoiffé d’argent et de pouvoir, sans aucune attention pour ses semblables ?

J’ai essayé de compter les points entre les « bonnes » actions et les « mauvaises » actions de l’humain. Vous voyez, pour mettre un peu d’ordre dans ma tête et dans ma vision du monde. Mais la tâche est trop difficile car il est clair que ces notions sont purement subjectives. Dois-je compter l’élection de François Hollande dans les « bonnes » ou les « mauvaises » choses ? De plus, je ne peux pas me permettre de parcourir le monde afin d’être moi-même témoin de ces différentes actions. Les médias seraient donc ma seule fenêtre sur le monde. Ceux-là mêmes qui ne font que diffuser les pires bassesses de l’être humain jour après jour. La balance risque d’être en déséquilibre dès le départ ne croyez-vous pas ?

Je pense toutefois que mon interrogation est justifiée. Etant petite, je m’imaginais un monde dans lequel les Hommes se prendraient les mains, s’embrasseraient sans aucune distinction. Image certes très idyllique, naïve et très peu terre à terre. En grandissant, la réalité m’a explosée en pleine figure. Et oui, les bisounours n’existent pas ! Je m’y attendais un peu tout de même. Mais certaines choses ont été réellement un choc pour l’enfant que j’étais.

J’ai appris la démocratie à l’école comme tout bon petit français. Ma démocratie avec le vote universel, le choix, tout simplement le gouvernement pour le peuple par le peuple. Je me disais donc en mon fort intérieur que l’on pouvait librement choisir le candidat qui nous représentait le plus, celui qui correspondrait à nos attentes. Mais la réalité est tout autre ! En m’intéressant aux élections, je me suis rendue compte qu’aucun candidat ne pouvait me représenter, aucun ne correspondait à mes attentes. Pire encore, la liberté censée résider dans mon choix n’est qu’illusion ! Si je décidais de voter extrême droite, Marine Lepen, je ne pourrais jamais le revendiquer puisque je me ferais presque assassiner par mes paires et mes ancêtres. Si je choisissais la gauche, Mélenchon ou Hollande, mes proches de droite me riront au nez. La liberté d’expression n’est pas aussi facile que cela en fin de compte.

Une nouvelle interrogation m’est alors apparue : Nom de Dieu, à quoi rime ce cloisonnement gauche/droite ? Dans démocratie, moi, petite naïve que j’étais (et que je suis encore un peu) j’entendais Homme représentant mes attentes et non pas parti. Au sein d’un parti, il y a des centaines voire des milliers d’Hommes. Cela représente donc des centaines voire des milliers de façons de voir le monde. Pourquoi devrais-je voter pour un parti, représenté par un seul Homme que je n’ai pas choisi alors qu’il existe peut-être au sein même de ce parti un individu digne de ma confiance mais peut-être trop timide ou pas suffisamment assoiffé de gloire pour écraser ses « ennemis » ? Pire encore, peut-être cet Homme se trouve-t-il dans le parti vers lequel au premier abord je n’irais pas. Son anonymat serait encore plus total ! J’aimerais pouvoir non seulement choisir mon président mais dans ce cas également choisir mon candidat ! Est-ce encore une fois trop idyllique ? Je n’ai que 20 ans, je suis encore dans « le bel âge », je suis survoltée et en soif de combat. Je voudrais changer le monde et il est vrai que je ne suis pas si désespérée que cela car j’ai encore un petit espoir que le monde change. Mais est-ce bien raisonnable ? A vous de me le dire….

De nombreux débats secouent le monde ces derniers temps (et disons-le clairement depuis toujours). Cependant, je ne suis apte à les comprendre que maintenant. Mon enfance fut suffisamment heureuse pour que je ne me jette pas à corps perdu dans la noirceur du monde dès mon plus jeune âge. Mais, en levant la tête, en regardant autour de moi, en écoutant patiemment ce que disent toutes ces personnes dans la télévision, le journal ou la radio, ou même dans la vraie vie, je ne peux que me poser des centaines de questions. La plus importante reste : Mais où va le monde ? Pour le moment « droit dans le mur » me paraît la réponse la plus appropriée. Je n’ai pas la prétention de connaitre tous les sujets, d’avoir un avis sur tout, ni même d’être capable de citer l’ensemble de nos ministres, cependant j’ai la prétention d’être citoyenne française, citoyenne du pays des droits de l’Homme, pas les droits du français, ni les droits du chrétien, ni les droits de l’hétéro, mais les droits de l’Homme, l’être humain ! Quelqu’un peut-il me dire que je ne suis pas folle lorsque je pense que le monde est fait d’un ensemble d’êtres humains et non pas d’un ensemble de Nations ?

Aujourd’hui, malheureusement, je doute qu’une seule personne ne réponde favorablement à ma requête. Je regarde la télévision, et je vois qu’aujourd’hui encore des gens de MON âge ont protesté dans la rue contre le mariage homosexuel. Ayant été scolarisée dans des écoles catholiques, j’ai été au catéchisme. On m’a enseigné la tolérance, le partage et le pardon. Même si je me suis aujourd’hui détournée de la religion, ces valeurs, que je pensais porteuses de la religion chrétienne guident encore ma vie. Mais j’écarquille les yeux, et j’ai l’horreur de contempler une jeune femme comparant le mariage homosexuel avec un mariage avec un ours en peluche ! Après tout, chacun fait ce qu’il veut, si cette jeune femme désire contracter une union avec son animal en peluche, ce n’est pas à moi de la juger ni de lui dire qu’elle ne peut pas, je lui rappel seulement qu’elle lui jure également fidélité, soutien et tout ce qui s’en suit pour le reste de sa vie (à 10 ou 30 ans près selon la date du divorce). Je plaisante là-dessus mais mes intentions sont sérieuses. Malgré le fait que cette jeune femme et toutes les personnes qui l’accompagnent m’effraient par leur pensée d’un autre temps, je reste convaincue que la plaisanterie ne peut pas faire de mal dans ce monde de brutes intolérantes. Serais-je moi-même en train de faire preuve d’intolérance en n’accordant aucun crédit à ces personnes ? En même temps, l’intolérance n’est-elle pas parfois nécessaire ? Ne montez pas sur vos grands chevaux, ce n’est qu’une question, je n’ai pas d’avis défini sur la question. Un nazi a-t-il le droit de penser ce qu’il veut ? Un jury doit-il être tolérant face à un membre du ku klux klan parce qu’après tout, chacun pense ce qu’il veut (ou ce qu’il doit selon ses origines sociales) ? Ce bon vieux Mussolini peut-il être exonéré de toutes représailles car la tolérance nous oblige à ne pas le juger ?

Je pars un peu dans toutes les directions. Mais cela ne fait que refléter l’image que j’ai de ce monde. Je ne le comprends pas, chers amis, je ne vous comprends pas. Pourrait-on m’aider à y voir plus clair ou suis-je condamnée à vivre éternellement dans la souffrance de voir ce monde rester le même pour toujours et à jamais ?

LuCi


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

211 réactions à cet article    


  • LuCi LuCi 13 décembre 2012 13:12

    Bonjour,


    En effet, cela me surprend de voir que vous constatez du fascisme dans mes propos. Je ne comprends pas mais peut-être saurez-vous et voudrez-vous bien me l’expliquer. 

    Je ne nie pas que les peuples ont des différences phénoménales comme vous le dites, cependant, je pense que l’on devrait davantage s’attacher à ce qu’ils ont en commun. Le fait que nous soyons tous humain me semble un bon point de départ. 

    Cordialement.

  • Shawford34 13 décembre 2012 13:27

    Le fait que nous soyons tous humain me semble un bon point de départ.

    Manifestement il y a d’ores et déjà sur cette question de nombreux achoppements, certain ayant du mal à contenir leur envie de classer certain de leurs semblables comme sous-humains, d’autres appelant ou revendiquant la possibilité de se voir comme post-humains, etc, etc...

    A tout le moins, vous aurez la chance de rencontrer sur AV un cocktail assez détonnant et riche de toutes ces façons de penser et de voir ses semblables.
    De là à ce que les mêmes vous apportent la moindre voie de salut et/ou la moindre possibilité d’y voir plus clair, le défi s’avère des plus incertain !


  • Castel Castel 13 décembre 2012 14:35

    « Malgré le fait que cette jeune femme et toutes les personnes qui l’accompagnent m’effraient par leur pensée d’un autre temps »

    Pourquoi seraient-ce des pensées d’un autre temps ? La « tolérance » doit se faire dans le respect de la société concernée. Si certaines personnes se sentent choquée par ces mesures, c’est leur droit de les exprimer. Où se trouve la démocratie sinon ?


  • Traroth Traroth 13 décembre 2012 14:47

    @LuCi : vous devriez écouter schweitzer.ch quand il vous parle de fascisme, c’est un domaine qu’il maîtrise à la perfection, lui qui vomit ouvertement la démocratie et les valeurs de liberté, égalité et fraternité...


  • Devo Devo 13 décembre 2012 15:21
    « Le fascisme, c’est aussi l’incapacité de comprendre que d’autres puissent penser autrement que soi. »

    Et s’y vous expliquiez à cette demoiselle au lieu de la traité de fasciste ?


    « « Le fait que nous soyons tous humain me semble un bon point de départ. »

    Un point de départ de quoi et pour quoi ? » ->pour aller n’importe où mais pas dans le mur. 


    « La meilleure des choses que nous puissions faire pour eux, c’est de les laisser continuer à être ce qu’ils sont, sans essayer de modifier quoi que ce soit à leurs moeurs, coutumes, pratiques et habitudes. Parce que cela, c’est le commencement de leur destruction » 

    ->oui ben si on les menace de phénomènes climatiques extrêmes je pense qu’on peut dire qu’on ne les laisse pas continuer à être ce qu’ils sont.

  • LuCi LuCi 13 décembre 2012 15:28

    « Après tout, chacun fait ce qu’il veut, si cette jeune femme désire contracter une union avec son animal en peluche, ce n’est pas à moi de la juger ni de lui dire qu’elle ne peut pas »


    Peut-être ais-je mal tourné ma/mes phrase(s). La phrase ci-dessus reflète réellement ce que je pense. Je ne souhaite juger personne même s’il est vrai que je me pose des questions sur le fait d’accepter ce que chacun pense. Accepter la pensée de quelqu’un ne signifie ni la comprendre, ni la légitimer. J’accepte le fait que vous me pensiez fasciste mais je ne le légitime pas. De même, j’accepte qu’une personne puisse être contre le mariage homosexuel, mais je ne le comprends pas. 

    Pour la seconde partie de votre réponse, je suis en complète adéquation avec ce que vous dites ! Je ne pense pas qu’il faut changer les moeurs, les tradition et les coutumes des peuples au profit d’une généralisation du genre humain pensé comme occidental. Je dis simplement que c’est ce que le monde et le gouvernement essai de faire (Les croisades et toutes les guerres en générale ne sont-elles pas là que pour cela ?). Partir du principe que nous sommes tous humain (avec nos différences mais aussi avec nos « instinct vitaux » en commun comme vous dites), pourrait, selon moi, justement faire en sorte que l’on accepte que chacun pense ce qu’il veut car nous sommes tous des Hommes. Peut-être me suis-je mal fait comprendre.

    Ce que je vais dire, pour finir, va vous paraître condescendent, du fait de mon jeune âge, mais pour moi le fascisme réside davantage dans l’utilisation du mot « primitifs » que dans mes questionnements au sujet du mariage homosexuel. 

    Cordialement.

  • Abdu Abdu 13 décembre 2012 15:50

    schweitzer.ch, vous donnez un bel exemple de manipulation.

    Vous glissez de Nation à peuple, utilisez les énormes différences de dévelopement des nations entre elles pour finalement conclure en induisant une idée d’un racisme si primaire que je croyais qu’il avait disparu.
    En effet, morphologie et instinct vitaux sont des attributs des humains, pas des nations ni des peuples.
    Or, cette extrapolation aux humains est fausse. Ils ont entre eux une infinité de points communs, et une petite minorité de différences. Par exemple, presque tous aiment leurs enfants et respectent leurs ancêtres. Les humains constituent une espèce que l’on ne peut diviser aisément sur le plan de leur nature.

    Un militant raciste habile manipulateur. Enchanté de faire votre connaissance !

    Et dire que je devrais m’efforcer de démontrer qu’après tout nous nous ressemblons et n’avons aucune raison objective de nous opposer...

    Ben oui, Lucie, c’est un des grands paradoxes de cette affaire. Par exemple, je suis en complète opposition avec ce que je crois avoir compris de schweitzer.ch. Pourtant, il n’est pas raisonnable de le considérer comme méchant ou stupide (restons soft). Je veux dire par là que la nocivité de ses propos n’a pas d’origine dans une nature nécessairement différente de la mienne que bien entendu je considère comme bonne puisque je l’accepte. Sa nature est humaine malgré tout. Nous sommes donc semblables, disons similaires.

    Cette similitude n’exclue pas la nécessité de s’opposer. Pourquoi ? Parce qu’actuellement, je considère comme nocive cette façon de mentir pour induire des idées racistes. Hé oui, il faut différencier le jugement de la nature de la personne par exemple bon ou mauvais de la nécessité de l’action, par exemple s’opposer ou aider.

    Si on a compris ça, on peut aller jusqu’à combattre ce que l’on croit néfaste sans avoir à inventer une haine. Mais c’est hélas encore sans garantie de faire le bien, car on peut être dans l’erreur...


  • easy easy 13 décembre 2012 16:31

    «  »« pour moi le fascisme réside davantage dans l’utilisation du mot « primitifs » que dans mes questionnements au sujet du mariage homosexuel.  »«  »

    C’est bien vu sur le fond et si le mot primitif est considéré en son ancienne acception.



    Le sens de primitif a beaucoup changé depuis 1950.

    Il reste encore des gens pour l’employer de façon arrogante mais il y en a beaucoup qui l’utilisent, faute de mieux, pour ne pas faire de simagrées, avec une acception bien plus respectueuse. Pendant que d’autres tentent de le remplacer par premier.

    J’ai passé 10 ans avec des primitifs avec qui j’ai ressenti un certain type de bonheur. J’ai pour ceux que j’ai fréquentés de l’affection et ils me manquent.
    Je peux dire d’eux qu’ils sont des primitifs de manière générique, sans me contorsionner à utiliser un autre néologisme, mais en majorant son sens dans mon propos.
    Je crois que c’est la meilleure manière de démonter la péjoration qui lui était associée. 

    Je recours au même procédé majorant avec les mots « Sauvage » « Nègre » « Monstre » « Mongolien » « Gueux » « Concierge » « PD » ’Bougnoule" etc.

    Lon inversion de sens pose des problèmes de communication lorsque mes interlocuteurs focalisent sur le mot qui leur est aposématique et ratent alors de voir mon propos. Ça provoque des méprises ou quiproquos mais ils peuvent s’éclaircir avec des explications.

    Ce nettoyage du goudron et des plumes dont on avait barbouillé ces mots est un travail-moment qui permettra, au fil du temps, de purger ces mots du mépris qui leur était attaché. Si nous ne nous fatiguons pas à ce travail d’inversion directe, ces mots (qui ne s’effacent pas des livres anciens) continueront de blesser indéfiniment leurs cibles et de nous déshonorer.

    Je ne suis pas pour qu’on évite de les utiliser mais pour qu’on les utilise avec un sens inversé ou au minimum neutre.



    Le racisme, sans que j’y sois pour rien, a déjà changé de sens pour beaucoup de gens. Pour au moins la moitié des Français, il est désormais moins attaché à l’aspect physique de la cible et plus rattaché à ses moeurs, à sa mentalité. Ce n’est pas forcément mieux mais ce n’est déjà plus aussi physique qu’autrefois.
    Il y a également le mot naïf qui a changé de sens ou qui a un sens plus large


  • L’Ankou 13 décembre 2012 16:33

    Je rejoins ton interrogation LuCi : je ne vois pas de fascisme dans ton attitude : elle n’est pas celle d’un censeur qui voudrait faire taire celui qui n’est pas d’accord, mais d’une citoyenne responsable qui peut laisser les gens s’epxrimer librement, passer éventuellement pour des cons en le faisant, et le leur dire sans complexe. J’approuve.

    Tu ne nies effectivement pas les diversités, mais ce qui semble te distinguer de Schweitzer, c’est que tu n’as pas nécessairement l’arrogance de croire que les différences justifient une hiérarchisation des cultures. Certains, qui voient le faccisme dans la contestation de leurs idées, oublient visiblement de le voir aussi dans la hiérarchisation très colonialiste des races et des civilisations...

    Pour le reste, je te vois confrontée à une complexité du monde qui te renvoies à une incertitude, à une ignorance, à une paralysie peut-être, et, quelque part, à une honte de ne pas être à la hauteur quand tant de spécialistes se succèdent pour nous expliquer le monde et nous expliquer pouquoi il faut leur donner du pouvoir.

    Ils n’expliquent pas du monde. Ils le simplifient. Ils en ont et en fournissent une vision tronquée, restreinte, sans nuance, pleine, souvent, de préjugés, d’erreurs, d’outrances, de dogmes, de bêtise... Peut-être cela leur est-il nécessaire. Peut-être que l’admission d’une complexité du monde les empêcherait-elle d’agir, de proposer, de tenter de rassembler des majorités autours d’eux...

    Il se trouve que leurs objectifs les amènent à monopoliser les médias, et à se battre entre eux, pour savoir laquelle des simplifications outrancières doit anéantir l’autre. Il se trouve que les médias se laissent faire, dans la mesure où c’est aussi leur intérêt et que la complexité du monde s’avère dificile à assumer, notamment du point de vue du type qui rêve d’y coller des affiches publicitaires.

    Tu regrettes de ne pas pouvoir voyager, pour t’en rendre compte par toi-même. Personnellement, je t’engage à expérimenter la complexité du monde non pas par le voyage, même pas par les récits de voyage, ni dans les bibliothèques, et pas, non plus par l’extraordinaire potentiel de connexion au monde que tu peux avoir de chez toi, mais bien de ta fenêtre, ou, mieux encore, en sortant dans la rue, en bas de chez toi. Tu verras que tu peux prendre de plein fouet la complexité du monde dans toute sa richesse, dans toutes ses nuances. Et tu y rencontreras aussi, parmi d’autres, toutes les dimensions humaines, généreuses, tolérantes, ouvertes, qui manquent le plus souvent à la représentation médiatique. Vingt ans, c’est l’âge exact qu’il faut pour ne pas rater ça.

    J’en sais quelque chose : je suis jeune aussi, et depuis beaucoup plus longtemps que toi smiley

    Tu parles des clivages et des institutions. Il ne faut pas en surestimer l’enjeu. S’il n’y avait pas de clivage, on pourrait craindre qu’une caste de gouvernants monopolise le pouvoir pour eux-seuls. Tant qu’il y a mésentente entre eux, ce clivage nous donne l’assurance que ceux qui agissent se sentent contraints de justifier, de pouvoir motiver, d’être en mesure d’expliquer pourquoi ils ont pris telle décision. En fait, la majorité au pouvoir importe moins, pour la prévention des totalitarismes, que le fait qu’il y ait toujours une majorité d’un côté, et une opposition de l’autre pour la contrôler et l’obliger à gouverner proprement.

    Rien ne serait pire, dans ce contexte, que ton mythique candidat idéal qui ferait l’unanimité !

    Vu par l’autre bout de la lorgnette, il y a autant de candidats idéaux qu’il y a de votants, chacun étant probablement le seul à défendre l’intégralité de ses idées et de ses convictions propres. L’obligation de faire un compromis avec les attentes des autres amène ainsi à collecter les points qui, selon les priorités et les urgences, sont capables de rassembler des majorités composées, dans le détail, de gens qui n’ont pas grand choses à voir les uns avec les autres. A défaut d’un programme unitaire et cohérent, animé de sa propre logique interne, on finit effectivement par des arrangements plus ou moins négociables, composites, parfois peu cohérents, mais qu’on peut mette en oeuvre sans déclancher ni de grande catastrophe ni des émeutes incontrôlables, au seul motif (ô combien légitime ! Réfléchissez à toutes les options contraires) que c’était dans le programme avec lequel (grâce auquel) on a été élu...

    Effectivement, au final, il n’y a qu’un vainqueur et son programme, et cet homme et ce progamme ne sont pas forcément les plus pertinents, les plus intelliigents, les plus cultivés, les plus habiles. Simplement, ils ont réussi à rassembler assez de suiveurs. C’est aussi à ça que servent les simplifications. Tu y chercheras en vain un sauveur ou un homme providentiel. Mais ce n’est pas parce qu’elles ont un rôle à jouer en politique que tu dois t’en satisfaire pour monter ta propre culture, te forger ton opinion, la défendre, au besoin, auprès de tes proches, et tenir les posittions qui te semblent justes.

    Dans ton exploration de la complexité du monde, tu pourras, ponctuellement, préférer une simplification à une autre, mais au moins tu sauras que plusieurs peprésentations schématiques du monde peuvent coexister, et qu’aucune ne peut décrire la totalité du monde. Le plus important à garder, c’est cette ouverture d’esprit. Aussi parce que c’est elle qui peut transformer, localement, trop rarement hélas, l’affrontement obtus des posture hostiles en un débat constructif et argumenté, avec des chances préservée de convaincre ou de se laisser convaincre, d’évoluer, de tempérer et de nuancer ses convictions en les confrontant aux objections légitimes, de se laisser éclairer, désabuser, démystifier, détromper... Quelqu’en soit le point de départ et le point d’arrivée, l’exercice est toujours sain.

    Au passage, tu poses des questions intéressantes et parfaitement judicieuses...

    « l’intolérance n’est-elle pas parfois nécessaire ? » Oui, je le crois profondément. Etre tolérant, c’est aussi savoir ne pas tolérer l’intolérable. Mais je ne parle que de convictions personnelles, et non d’une institutionnalisation de l’intolérance ou de son exercice par la force publique...

    « Un nazi a-t-il le droit de penser ce qu’il veut ? » Parfaitement. En démocratie, la liberté d’opinion et de pensée est sacrée. La liberté d’expression est juste un peu plus contrôlée (ne pas faire l’apologie de crimes contre l’humanité, ne pas inciter à la consommation de drogue ou de tabac, ne pas diffamer...), mais sa sacralisation ne fait aucun doute non plus. Par contre, sa liberté d’expression a pour contrepartie la mienne , et je ne vais pas me gêner pour souligner de façon motivée, argument par argument, phrase par phrase voire mot à mot, pouquoi tout lecteur sensé a de sérieuses raisons de le prendre pour un con !

    (Tout rapprochement avec Schweizer est évidemment fortuit, du moins tant qu’il n’a pas donné plus d’éclaircissements. Après, chacun peut se faire juge.)

    « Un jury doit-il être tolérant face à un membre du ku klux klan parce qu’après tout, chacun pense ce qu’il veut (ou ce qu’il doit selon ses origines sociales) ? » Chacun étant libre de ses opinion, chacun peut comprendre, tolérer, voire approuver. Mais au delà de son approbation et de sa compréhension, le jury a des questions précises auxquelles il doit répondre, et, selon ces réponses, la loi s’applique. Il faut dire que la distinction est facilitée par le fait que nos jridictions condamnent des faits, et pas des opinions, des idées, des convictions... Si le membre du KKK fait face au juges, ce n’est probablement pas parce qu’il est en membre, mais parce qu’il a fait une connerie répréhensible.

    « Ce bon vieux Mussolini peut-il être exonéré de toutes représailles ». Des « représailles », oui pourquoi pas. ce serait mieux. Les représailles et les lynchages ne sont jamais souhaitables. Pas parce que c’est Mussolini, mais parce que tant que c’est aussi en mon nom qu’on rend la justice, j’aime que les choses se fassent dans les règles et que je n’aies pas à en rougir. De sa responsabilité devant un tribunal, au sein duquel il aura le droit de s’expliquer et de présenter sa défense ? Je trouve que ce serait dommage de l’en exonérer. Et c’est valable pour les tyrans lynchés sans procès ou après une parodie de procès. « la tolérance nous oblige(-t-elle) à ne pas le juger ? ». Au contraire, puisque c’est en le jugeant qu’on saura ce qu’on tolère ou pas.

    Quant à te voir condamnée à vivre dans un monde qui ne change pas, j’ajoute ceci : le monde n’a jamais changé si vite ni si profondément. La culture mondiale commune que tu sembles appeler de tes voeux est irrésistiblement en marche. Avec l’interconnexion constante et permanente d’un nombre croissant de pesonnes, les spécificités culturelles sur lesquelles les plus conservateurs d’entre nous s’arcboutent ne sont déjà plus que les vestiges d’une civilisation disparue. Les films et les séries sont conçues pour plaire partout dans le monde au plus grand nombre. Ipso facto, elles alimentent le monde d’un référentiel de plus en plus commun. Chacun dans son coin peut juger de ce qui le sépare du mode de vie à Manhattan ou à Miami, à Londres ou à Sydney, voire en Gondor ou à Gotham City, et y prendre des idées pour faire évoluer son environnement proche.
     
    Les communautés qui pouvaient penser que leur religion était la seule possible sont mises en contact avec toutes les autres, ce qui ne peut que relativiser les dogmes et promouvoir une laïcité qui ne les nie pas mais contient leur expression pour les contraindre à une coexistence pacifiée...

    Si tu regardes un peu au delà, tu peux aussi t’amuser qu’il y a un siècle encore, la femme était soumise à l’homme, et que la virilité de celui-ci était mise en valeur par tous les travaux de force. La femme est à présent l’égale de l’homme, au moins en droit, mais aussi dans pas mal de faits, jusqu’à pouvoir conduire elle aussi un semi-remorque doté, comme ils le sont tous, de la direction assistée. Des tas de différences qui étaient attachées à cette apologie de la virilité musclée s’atténuent nécessairmeent avec le temps et le progrès, jusqu’à pouvoir disparaître le jour où tous les métiers se résumeront à taper des données sur son clavier et en parler en réunion avec ses collègues.

    Le monde change aussi en cela qu’on avait un métier et un savoir-faire propre, qui représentait un potentiel, une valeur, en enrichissement progressif, un héritage à laisser, éventuellement. La disponibilité permanente du savoir et du savoir-faire, des techniques, des astuces, du progrès, de l’outillage, permet pratiquement à quiconque de poser un parquet ou de raccorder un robinet, puis d’oublier ce savoir, et de le retrouver quelques années après avec toutes les mises à jour qui vont bien. Le savoir-faire qui s’élaborait seul dans son coin, en une vie, voire sur plusieurs générations, n’a plus tellement de valeur propre que dans des domaines très précis. La plupart du temps, il constitue au contraire une inertie suspecte d’obsolescence rapine. Il s’obtient maintenant en quelque clics et se réactualise instantanément.

    Ca n’empêche pas des gens de raisonner encore avec les grilles d’analyse de jadis, à des époques sans ordinateurs, sans Sida et sans contraception, sans four à micro-ondes et sans téléphones portables, des époques où c’est la mort qui séparait les époux, où la préoocupation essentielle était de veiller à la fidélité de sa femme tout en congédiant les soubrettes qu’on avait mis enceintes, des époques où la femme ne travaillait pas et était jugée sur sa façon de tenir le petit personnel domestique... Plein de ces représentations nous polluent encore dans notre compréhension de la complexité du monde, nous conduisant à hurler au scandale quand on ravale une vieille facade, par respect pour un bâtiment qui a depui longtemps été remplacé par quelque chose de beaucoup plus fonctionnel et de plus moderne.

    Ma chère LuCi, je ne peux que t’engager à t’immerger dans le réel et à te nourrir de toutes les diversités, à considérer la « défense des valeurs » pour un combat d’arrière-garde, à te défier de la politique, des dogmes et des médias, mais sans rien lâcher des convictions que tu te forgeras par l’expérience et l’exercice d’une controverse libre, ouverte et curieuse.

    Bien à toi,
    L’Ankoù


  • Antoine Steullet 14 décembre 2012 11:06

    Notre monde est peuplé par des personnes qui se différencies par leur valeurs.

    Un homme se caractérise par le fait qu’il est régi par des besoins et des nécessités, on peut le comprendre lorsque sa survie en dépends, tiers monde etc.

     Dans un pays développé , démocrate l’humain a sa place car sa situation financière permet a l’homme un certain degré d’humanisme.

    Le capitalisme ne laisse pas de place a l’humain, dans un contexte de compétition ou l’egoisme prime les hommes se déshumanisent toujours plus.

    Je vois a quel point le social n’a plus sa place dans nos rues, combien de personnes gagnant plus de 1500euros par mois donne ne serait ce que 10 centimes a une SDF de 60 ans mourant de froid dans la rue ?

    Ces personnes sont souvent plus humaines que nous. Votre point de vue est celui d’un homme et non d’un humain.

    L’humain est émotif développe ses sens c’est son but, sa raison de vivre.
    Un humain peut donner sa vie pour l’autre.

    Luci vous dites que vous avez suivie un enseignement catholique, oui l’humain prime dans toutes les religions, les valeurs le définisse, amour, respect etc...

    Schweizer votre analyse manque cruellement d’humanité, pas de « méchanceté » malheureusement.


  • Abdu Abdu 14 décembre 2012 12:07

    schweizer.ch, admettons que votre formulation induise en erreur contre votre gré et que vous n’avez pas voulu induire l’idée que des groupes d’hommes soient différents par leur nature.

    Faites donc plus attention la prochaine fois, ça sera mieux.

    Reprenons donc à la racine.
    Sii vous intervertissiez physiquement vos deux peuples qui ne sont différents que par ce qu’ils font te temps d’une génération, il n’y aurait aucune difficulté pour que l’un fasse ce que fait l’autre et inversement.

    Je ne vois pas de vrai différence entre vos deux peuples hypothétiques, en dehors de ce dont ils ont hérité.


  • Antoine Steullet 15 décembre 2012 11:25

    Non moi ce qui m’intéresse ce n’est pas le cirque politico-médiatique je le considère comme un divertissement en arrivé a ce stade a 21 ans c’est horrible !
     
    Nos dirigeant ce sont ces guignols ? eh oui malheureux que je suis lorsque les bombes tombes les adultes s’interesse plus a la gueguerre de l’ump qu’au centaines de milliers de civils qui crèvent dans nos guerres d’argent !

    Je sais pas je comprends pas on est des animaux ? Le cerveau il arrête de fonctionner a un moment je sais pas moi notre monde est complément fou vous les adultes mais regardez quel avenir vous nous offrez par votre inaction de ces 10 dernières années !

    Vous direz toujours j’y peux rien et bla et bla alors quoi on fait quoi on attends tranquillement la mort c’est ça le BUT de nos vie MERCI UN GRAND MERCI à tous les adultes a croire que c’était vous les enfants !


  • Abdu Abdu 15 décembre 2012 11:48

    Si votre essentialisme vous amène à croire que les groupes d’hommes sont différents par essence et ne peuvent s’extraire de ces différences, je suis navré d’avancer que ce que vous nommez pompeusement essentialisme ressemble comme deux goutes d’eaux à du racisme à peine intellectualisé.

    Je vous revoie le « je ne crois pas à ces choses là », car je crois surtout ce que je vois. De ce que j’observe du monde, ça ne marche pas du tout comme ça. Il y a de grands écarts dans les psychologies des personnes d’un même héritage et de grandes différences pour des personnes de groupes d’origines radicalement différent. Les populations (au sens statistique du terme) ne sauraient être considérées comme différentes (si un jour on arrivait à quantifier des psychologies, on pourrais aisément démontrer ce fait que l’on constate par soi même en voyageant les yeux ouverts.


  • Abdu Abdu 16 décembre 2012 15:33

    Je ne tombe pas si mal. (même pas mal !)

    Je ne vois simplement pas comment vous pourriez vous y prendre pour tout d’abord apporter une explication à ces faits dans une supposée essence des populations en question et ensuite ne serait-ce que proposer une méthode pour démontrer que cette explication est valable.
    Ceci étant dit, ça serait sans doute instructif.

    Si je prend en compte dans mon échantillonnage de Portugais par exemple. Ce sont des bosseurs honnêtes et fiables. Recoupant vos dires, il me faudrait conclure que ces attributs sont des handicaps au développement de type industriel. Moi je dirais plutôt que ceux que je connais ne sont pas nécessairement représentatifs de toute la population et que l’échec de développement dont vous parler a des causes purement historiques.

    Postulez-vous que qui est en échec est inapte à la réussite ?

    Et comment analysez-vous alors le peuple français qui échoue également sur le plan du développement industriel endogène, mais ceci depuis seulement 20 ans. Il a changé d’essence ?

    Comment expliquez-vous ça par des différences « d’essence » des peuples ?


  • Tempérance Tempérance 16 décembre 2012 19:41

    «  Etant petite, je m’imaginais un monde dans lequel les Hommes se prendraient les mains, s’embrasseraient sans aucune distinction. Image certes très idyllique, naïve et très peu terre à terre. »


    C’était vraiment le plus mauvais départ imaginable.

    L’image idyllique, vient probablement, des moments idylliques vécus pendant l’enfance... ces souvenirs apportent une très grande force intérieure, car quand on réalise que ce monde là est possible, mais détruit.... ça donne la force de chercher des solutions pour le retrouver, le reconstruire...
    L’erreur, serait plutôt celle des parents, qui oublient d’expliquer à leur enfant, que le monde extérieur est nettement plus hostile que celui dans lequel il grandit... le jeune adulte l’apprend au fil de ses expériences... et a suffisamment de références pour passer à la prise de conscience, sans tomber dans le pessimisme. 


    « ... je vois qu’aujourd’hui encore des gens de MON âge ont protesté dans la rue contre le mariage homosexuel. »

    Et ici, on découvre que vous êtes incurable. Cela vous surprendra peut-être, mais il y a du fascisme dans votre « encore ».

    Ironie mal à propos... car, oui, encore... puisqu’on nous bassine que nous vivons dans un monde évolué, où les droits de l’homme sont respectés... que les jeunes sont la relève.. sensée être moins enfermée dans des idées toutes faites... puisque la science évolue... et qu’on a pas envie de faire son deuil de cet idéal, on veut y croire... juste un oubli, il y a autant de points de vue différents... que de raisons différentes de voir les choses sous d’autres angles... ... la colère fait momentanément perdre un peu de sa lucidité...de là à passer au fascisme... je ne vois aucune autorité, aucune levée d’armes...
     smiley
     

  • Abdu Abdu 20 décembre 2012 15:53

    "En fait, la France n’a pas un problème de développement industriel, mais de compétitivité."
    Selon vos dires, le Portugal ne développe pas son industrie et ce serait un problème d’essence par contre, si la France a son industrie qui périclite, et ce serait un problème de compétitivité.
    En tout état de cause, la France peut subir une régression industrielle considérable sans que la question d’essence intervienne.
    Donc, qu’est-ce qui vous fait croire que le développement industriel peut être un marqueur valable d’une différence d’essence ? Vous avez le droit d’y croire, mais pour le moment, votre essentialisme ressemble plus à une foi qu’à une hypothèse raisonnable.


  • jako jako 13 décembre 2012 10:40

    Bonjour Luci, vous avez 20 ans et moi 57, je ne vais pas vous aider beaucoup , mais j’ai traversé tous ces stades que vous décrivez. A mon avis il faut faire une grosse diète et vous renourrir avec du sain que vous ne trouverez que dans des livres peu promus. La diète consiste à virer tout le fatras que l’on vous a appris, et le remacher avec des base plus saines et personnelles, retrouver le doute, retrouver son sens critique et ses utopies, ne pas oublier le minimalisme. Essayez de lire Michel Onfray, il a des petits livres pas mal à ce sujet et merci de votre article bien écrit.


    • Aldous Aldous 13 décembre 2012 18:30

      Michel Onfray ?


      Le célibataire endurci qui nous explique qu’on peut baiser a droite et a gauche du moment qu’on ment correctement à sa compagne ?

      Beurk.

      Sur ce sujet, il vaux mieux lire Platon.

    • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 16 décembre 2012 08:39

      « A mon avis il faut faire une grosse diète et vous renourrir avec du sain que vous ne trouverez que dans des livres peu promus. (...) Essayez de lire Michel Onfray. »


       smiley

    • ENZOLIGARK 13 décembre 2012 10:43

      Chere Lucie , aloha  ;( tu n’es pas seule a etre condamnee a vivre dans la souffrance jusqu’a la fin dans ce monde extreme sans foi ni loi ) , si je peux te donner un peu de positif , va faire du surf avec les dauphins , du surf des neiges avec les chamois ou voler avec les aigles  !!! 


      • Aldous Aldous 13 décembre 2012 18:35

        Si ce qui la fait souffrir c’est ça : 


        « ... je vois qu’aujourd’hui encore des gens de MON âge ont protesté dans la rue contre le mariage homosexuel. »

        ... ben c’est que c’est qu’une démocrate de surface.

        Un démocrate ne devrait pas souffrir quand des gens qui pensent différemment ’expriment ou manifestent.

        Y’a du boulot !


      • Soi même Soi même 16 décembre 2012 14:46

        Chere Lucie pour de redonner espoir et lutter contre ton angoisse, il serait bon de lire et relire l’œuvre majeur de Tolkien, Les Seigneur des Anneaux.

        Où comment la détermination d’un être peut changer le cours des choses, un geste presque impossible deviens possible, devrait vous encouragées à pensé, ce n’est par l’action spectaculaire que la réponse la plus adapté sera là !

        Tous dépend de notre détermination intérieur, de notre état d’âme d’acceptation, de notre renoncement intérieur et plus efficace que de déplorer l’angoisse de notre Âme !

        Te te souhaiste que les mots que je t’adresses te guide vers la communauté humaine ce que tu es appelles à rencontre qui te réconforteras par la réponse à ta question !

        Pour changer le Monde, change ton Âme et le Monde changera !

         


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 16 décembre 2012 15:34

        @ Soi-même

         

        Nous avons tous à « changer notre Âme », à l’améliorer. Mais il n’est pas vrai que le monde changera en mieux pour autant. Même si, tous, nous améliorons notre âme, la somme de ces améliorations « multi-individuelles » ne suffira pas. Il faudra qu’elles se transforment en une amélioration collective, qu’elles deviennent une force politique ayant la solidarité pour idéologie.

         

        Je crois que la première, la principale idée que l’on devrait enseigner aux étudiants en sociologie, entre autres, c’est que, contrairement à ce que l’on tente de faire passer pour du bon sens depuis 30 ans au moins, la destruction des idéologies n’est pas une bonne chose. Ce n’est qu’une invitation à abandonner son sort et le sort de tous à l’idéologie dominante, quelle qu’elle soit.

         

        Marx s’est trompé sur quelques points importants, pas sur la nécessité de sortir la philosophie de ses « tours d’ivoire ». Les étudiants en sciences sociales doivent prendre conscience que ce point là au moins du marxisme n’est en rien dépassé : la philosophie doit en permanence s’assurer qu’elle a un prolongement positif dans la vie collective et individuelle concrète des citoyens du monde.



      • Soi même Soi même 16 décembre 2012 18:42

        pierre, l’utilisation d’une phrase paradoxale n’ôte en riens cette réalité, tant que vous n’avez pas expérimenté, vous ne pouvez pas dires que ce n’est pas une réalité !

         Pour changer le Monde, change ton Âme et le Monde changera !

        Et une réalité, car quand un homme est libre, il peut se dire :

        « Liberté ! nom accueillant, nom humain, toi qui contiens en toi tout ce qui est cher à la moralité, que mon humanité estime au plus haut point et qui ne fais de moi l’esclave de personne, toi qui ne te contentes pas de poser une loi, mais qui attends ce que mon amour moral reconnaîtra lui-même comme loi, parce qu’en face de toute loi qui ne lui est qu’imposée il se sent non-libre. »

        Die Philosophie der Freiheit) est un livre écrit par Rudolf Steiner et paru en 1893-1894


      • gaijin gaijin 13 décembre 2012 10:49

        y voir plus clair ????
        mais vous y voyez déjà très clair me semble t’ il !
        simplement parfois a force de trop éclairer la lumière fait mal aux yeux ........

        au demeurant vous ne devriez pas demandez a d’autres de vous éclairer , regardez par vous même ne déléguez pas !
        et si qui que soit vous laisse entendre que vous n’en auriez pas les moyens , que c’est compliqué etc, soupçonnez une imposture.
        ( genre l’économie c’est compliqué alors laissez faire les experts et arrêtez de nous poser des questions auxquelles on n’a pas de réponse )

        vous avez été au catéchisme dites vous ? moi aussi
        et entre autre j’ai entendu cella : « il ont des yeux et ils ne voient pas ils ont des oreilles et ils n’entendent pas »
        et dans mon fort intérieur je me suis révolté : je veux voir et entendre !
        ainsi soit’ il .....

        si vous persistez cependant je pourrais vous raconter une charmante histoire qui commence ainsi :
        « il était une fois les singes sapiens ........ »
        mais c’est une histoire un peu longue qui commence bien avant ce qu’un évadé de la vieille forteresse occidentale appelait : les amnésiques de l’an zéro


        • zic_quili 13 décembre 2012 10:52

          Tiens, si tu veux comprendre un peu mieux le monde, et toutes ces guerres qui s’y passent.


          Si tu veux t’evader et croire en la beaute de l’homme, le mieux, la litterature ... et les sorties avec tes potes loool
          Parce que le vecu laisse moins de gloire au commun des mortels.


          • Yoann Yoann 13 décembre 2012 17:27

            Les guerres, les mensonges, etc .... ne sont que la résultante, il faut aller à la source pour comprendre.


            Salut LuCi,

            Je ne sais pas si tu liras mon com perdu au milieu de tous les autres, mais ta vision est juste et tu as compris que quelque chose ne tournait pas rond, tu n’as donc rien à apprendre de ce coté là, tu as juste du mal à l’accepter, ça viendra, on passe tous par là dès qu’on arrive à ce stade dans sa vie. (perso j’avais 35 ans quand j’ai compris, mieux vaut tard que jamais smiley )

            Parler des origines du problème serait bien long, tu auras en grande partie la réponse au problème dans ce doc : Frédéric Lordon : Sciences sociales, capitalisme et structure de l’entreprise selon Spinoza et Marx

            Accroche toi, c’est technique mais absolument génial pour comprendre, bon courage smiley

          • HerveM HerveM 13 décembre 2012 11:13

            C’est bien de se poser des questions mais, plutôt que de perdre votre temps à les rédiger, lire jusqu’à plus soif vous aidera à trouver les réponses.
            Bon, c’est sûr que la littérature regorge de bouquins insipides ou une merveilleuse idée peine à surgir toute les mille pages. C’est pourquoi je vous conseillerai de ne pas perdre de temps en allant à l’essentiel : http://dndf.over-blog.com/article-2353377.html

            Bonne lecture.


            • gaijin gaijin 13 décembre 2012 11:22

              plutôt que perdre votre temps a lire ou a rédiger des trucs pareils allez donc prendre l’air !!!!


            • In Bruges In Bruges 13 décembre 2012 11:45

              Nan, la d’moizelle elle te dit que le fond de l’air effraie...
              T’as donc rien compris ?


            • Tempérance Tempérance 16 décembre 2012 19:49

              L’État neutralise les différences internes et les liens d’appartenance communautaire, cercle vicieux : plus les liens sociaux se distendent, plus la dépendance à l’État augmente.


              Très bien dit !

            • David 13 décembre 2012 11:36

              Pour te donner une piste. Tout ce monde que l’on te présente est faux (monde économique, santé, démoncratie bonnet blanc et blanc bonnet http://www.youtube.com/watch?v=KM_GWlzwwlE&feature=share http://www.youtube.com/watch?v=OEPPdTQL2S4 ) donc pas la peine de regarder la télé ou les médias traditionnels. Il faut penser par soi et avec son coeur sur tous les sujets médecines, vision du monde et du vivant.

              En Anglais : http://www.naturalnews.com/037508_rigged_awakening_consciousness.html


              • Jason Jason 13 décembre 2012 11:53

                Bonjour,

                Il n’y a pas de panacée, ni de solution idoine aux contradictions que vous relevez.

                Des conseils ? Je n’en ai pas. Faites-vous une arrière boutique « toute votre » (Montaigne disait une « arrière boutique toute sienne ») et restez au-dessus de la mêlée, au-dessus du bruit et de la fureur. Essayez, en riant, de démystifier l’immense farce dans laquelle nous sommes plongés. Faire l’inventaire de la bêtise ambiante vous garantira quelques bons moments.

                Gardez l’espoir, c’est tout ce qui nous reste, et votre dignité.

                Cordialement


                • Robert GIL ROBERT GIL 13 décembre 2012 11:55

                  Celui qui veut décrire le monde tel qu’il est, aura du mal à le faire accepter par ceux qui pensent que la réalité qu’on leur propose est la seule possible..........

                  voir : LE MYTHE DE LA CAVERNE


                  • Fergus Fergus 13 décembre 2012 11:59

                    Bonjour, Lucie.

                    J’avais apprécié votre article en modération, et je l’ai relu aujourd’hui avec intérêt. Tout questionnement est d’ailleurs digne d’intérêt, rien n’étant plus suspect, voire dangereux, à mes yeux que les certitudes assénées de manière péremptoire. Rien n’est simple dans la vie, et même les comportements dont nous sommes les plus éloignés plongent parfois, et même souvent, leurs racines, certes dans l’éducation, mais souvent dans un vécu personnel dont nous ignorons tout.

                    Que vous dire ? Restez vous-même et continuez de vous interroger sur la société et tout ce qu’elle engendre. De toute manière, il n’existe pas de réponse universelle. C’est pourquoi, forte de vos interrogations et du recul que vous prenez par rapport aux schémas imposés, vos réponses seront sans doute les plus appropriées à votre cas.

                    Cordialement.


                    • Yoann Yoann 13 décembre 2012 22:03

                      Salut fergus,


                      De toute manière, il n’existe pas de réponse universelle
                      Je pense au contraire qu’il y en a une : la nature humaine

                      Les 2 qui expliquent le mieux à mon avis, du plus global au plus précis :


                      Tout renvoie à l’étude de notre âme, car finalement le problème et la solution sont en chacun de nous smiley

                    • Fergus Fergus 13 décembre 2012 23:13

                      Bonsoir, Yoann.

                      Effectivement, c’est très exactement cela que je voulais exprimer.


                    • foufouille foufouille 13 décembre 2012 12:02

                      tu as deja du boulot ?
                      tu vivras bien pire
                      le monde est bien plus horrible quand on sort du nid douillet


                      • Aldous Aldous 13 décembre 2012 19:04

                        Et qu’on se rend compte qu’il existe une diversité de pensée en dehors dela télé...


                      • Cocasse Cocasse 13 décembre 2012 12:08

                        Il y a inadéquation entre idéalisme de bon aloi et réalité du monde. Cela m’a l’air d’être votre problème.


                        Anciennes valeurs catholiques reconverties en universalisme humaniste surannée. L’étape suivante étant « l’extrémisme de la tolérance », comme le préface votre conclusion.

                        Ajoutons à cela que votre archétype psychologique fait de vous une cible de choix pour les prédateurs de la propagande idéologique de type socialiste/libérale/gauchiste/internationaliste/mondialiste (etc..., bref la pensée unique). 

                        Il faudrait déjà s’informer sérieusement, se libérer des carcans idéologiques, retrouver le fond de sa pensée, sans se mentir. Passer par différentes opinions, et constater à quel point les idéologies sont faibles et faciles à abandonner ou à transiter.

                        Les valeurs ne doivent pas prendre une telle ampleur qu’elles entraînent le déni de réalité, et le danger de notre propre sauvegarde. Le pragmatisme me semble être la seule réponse.

                        • Romain Desbois 13 décembre 2012 12:09

                          Nous avons la chance de vivre à une période où plus rien n’empêche d’entreprendre de ce que nous voulons entreprendre.

                          RIEN !!!!!

                          Je ne comprends pas ce résignonnisme ambiant !!!!!

                          Ne remerciez pas un dieu, il n’y est pour rien. Nous devons cette chance à nos parents et à leurs ancètres.

                          ce qui ne veut pas dire que tout est parfait (je connais les ressort des trolls), mais comparez, comparez mademoiselle qu’il n’y a pas 50 ans en France, vous n’auriez pas le droit d’écrire sur le net sans l’accord de votre père ou de votre mari, qu’il n’y a pas un siècle , vous seriez formée pour être une bonne ménagère et déjà mariée par vos parents avec un bon parti.

                          NOUS VIVONS LA PERIODE LA PLUS FANTASTIQUE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE.

                          Ouvrons les yeux , c’est une vraie révolution que nous vivons, un changement de monde aussi révolutionnaire que l’invention de l’imprimerie.

                          A nous d’en faire un avenir meilleur !!!!


                          • Romain Desbois 13 décembre 2012 12:31

                            he voilà, un message positif et un troll vient faire chier le monde.

                            Si vous ne savez pas ce qu’est un troll ... mais vous savez très bien, votre commentaire en est la preuve.


                          • cogno4 13 décembre 2012 12:51

                            Il n’a pas tort, ça ne veut rien dire votre phrase, en plus, vous ne connaissez pas l’avenir, donc non seulement elle n’a aucun sens, mais elle est erronée.

                            Sinon euh... révolution ?
                            Le lissage généralisé, l’hégémonisme planétaire vous trouvez ça formidable ?

                            vous seriez formée pour être une bonne ménagère et déjà mariée par vos parents avec un bon parti.

                            D’accord c’est pas terrible, mais aujourd’hui t’es formé pour être chômeur, et t’acheter le dernier smartphone à la mode, puis tu vas élever ton gosse toute seule avec la paie de caissière, ah oui, c’est fantastique, ça fait grave rêver.

                            Je crois que tu t’es en peu enflammé pour le coup.


                          • foufouille foufouille 13 décembre 2012 13:26

                            « NOUS VIVONS LA PERIODE LA PLUS FANTASTIQUE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE. »

                            mdr
                            le romain, il a eu son boulot reserve par papa
                            va faire caissiere ou un CUI
                            et louer un HLM pourri


                          • Shawford34 13 décembre 2012 13:29

                            « NOUS VIVONS LA PERIODE LA PLUS FANTASTIQUEMENT INDIVIDUALISTE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE. »

                            Là je crois que ça mettra tout le monde d’accord smiley smiley


                          • oncle archibald 13 décembre 2012 14:06

                            « NOUS VIVONS LA PERIODE LA PLUS FANTASTIQUE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE »

                            Ca me fait peine à dire mais je suis d’accord avec Romain ... Je crois à une « marche de l’humanité vers des jours meilleurs » et je constate comme lui tous les progrès accomplis pour aller vers plus de liberté ... 

                            Mais ça n’est pas fini et demain sera encore mieux qu’aujourd’hui ... parce que chaque génération a apporté sa pierre a cet édifice, ceux qui vivront demain et après demain vivront eux aussi la période la plus fantastique de l’histoire de l’humanité.

                          • Romain Desbois 13 décembre 2012 14:12

                            fouilaryen l’homophobe.

                            J’ai commencé à bossé à 15 ans pour nourrir ma fratrie, tous les mecs de ma famille bossait chez Renault Flins/Seine.

                            J’ai commencé par me faire exploité dès 14 ans dans la boulange où ces bons petits artisans te traitaient comme des esclaves pour 100 franc par mois !!!
                            J’ai ensuite bossé sept ans dans un Euroloisirs où c’était dur mais tellement mieux que les exploiteurs artisans , puis je suis rentré en 1984 à la SNCF grâce à la gauche à « la vague Fiterman ».

                            alors tes scories de merde voulant accuser les gens sur leur vie alors même que tu la connais.
                            Ca commence à bien faire.

                            Tu veux un diplôme de pauvre ? Sois en fier et reste dans ta merde.


                          • Romain Desbois 13 décembre 2012 14:15

                            Ne pas voir que l’on a actuellement les moyens de nourrir tout le monde , de soigner tout le monde, d’éradiquer quasiment toutes les maladies, de pouvoir faire voir les aveugles, remarcher les paraplégiques, etc....

                            Le plus pauvre d’entre nous vit cent fois mieux que vivait Louis XIV !!!!

                            Dire le contraire serait mentir.


                          • Shawford34 13 décembre 2012 14:29

                            Romain, soit, mais on est peut être bien aussi à une encablure d’un retour de l’humanité dans tes ténèbres aussi sinon bien plus sombres qu’à la chute de l’Empire Romain ( smiley )

                            Dans le même temps ça ne devrait que renforcer l’idée que penser qu’on est mal lotis dans le temps présent est tout ce qu’il y a de plus relatif !


                          • MARMOR 13 décembre 2012 17:13

                            Nous devons cette chance à nos parents et à leurs ancètres. Tiens, tiens, Robin des émois qui se réfère aux ancêtres ??


                          • MARMOR 13 décembre 2012 17:22

                            « Nous avons les moyens de nourrir et soigner tout le monde » Robin, allons !! C’est pour ça que la moitié de la planète crève de faim et l’autre de maladies !!
                            Le B. D. M. tu connaîs ? On apprend ça dans toutes les écoles de commerce
                            B comme besoin
                            D comme désir
                            M comme moyen
                            Nous avons peut être les moyens, Mais restent le besoin et le désir . Tu crois quand même pas que les enclumes qui nous dirigent ont besoin et envie d’éradiquer la faim dans le monde ??


                          • MARMOR 13 décembre 2012 17:34

                            Nous avons la chance de vivre à une période où plus rien n’empêche d’entreprendre de ce que nous voulons entreprendre.

                            RIEN !!!!!

                            SNCF TOUT EST POSSIBLE !!

                            C’était pas le slogan de ta boîte, il y a quelques années ?
                            T’as pas dû essayer d’entreprendre grand-chose toi, sinon tu ne dirais pas ça !! Le parcours du combattant d’un jeune qui veut se lancer à entreprendre, tu en as entendu parler ? Renseignes toi, c’est instructif.


                          • Aldous Aldous 13 décembre 2012 19:15

                            nous avons la chance de vivre au moment du coup d’état mondial.


                            Au moment du déficit démocratique européen...

                            Au moment de l’avènement du soviet suprême bancaire (le MES...)

                            Au moment où les jeunes ont un chomage de bientot 40% en Grèce...

                            Au moment de la remise à plat de 150 ans d lutte sociale...

                            Au moment ou les rabbins du Shass appellent à la prière universelle précédant l’arrivée du Machia’h...

                            Au moment où les Imams escatologiquent voient Issa descendre sur un minaret blanc a l’est de Damas...

                            Au moment où bombarder un pays souverain est un geste humanitaire...

                            Au moment oú Al Quaida est le diable là bas maid un ange ici...

                            Au moment où On peut a nouveau torturer, enfermer sans proces, deporter en secret, tuer par drone...

                            Bref, nous vivons une époque formidable...

                            Tout ça parce que les homos vont pouvoir onvoler en justes noces.

                            Dérisoire et pathétique. 

                          • Romain Desbois 13 décembre 2012 19:51

                            Shawford (les autres minables je les laisse dans leur fange)

                            Je ne vois pas de danger de sombrer dans une nouvelle chute d’un empire. Les temps et les choses ont changé, tout est interactif dans ce village mondial.

                            D’ailleurs nous ne vivons déjà plus dans le même monde que nos grands parents. Et personne que je sache est tombé dans les crevasses des prophéties dantesques.

                            Une génération laisse la place , des dictatures disparaissent (merde les trolls ne me sortez pas le printemps arabe etc..)

                            On peut ne voir que le noir et je ne suis pas de ceux qui préfèrent rêver debout comme la majorité des humains.

                            Je sais ce qui reste encore à faire mais je sais d’où on vient et les avancées extraordinaires des 50 dernières années.

                            Et ce dans tous les domaines.

                            Et pour répondre au con quand même. Pouvoir ne veut pas dire vouloir.

                            Personne ne pourra oser dire sauf un con, que l’on n’a pas de quoi nourrir tout le monde aujourd’hui.


                          • foufouille foufouille 13 décembre 2012 19:55

                            « puis je suis rentré en 1984 à la SNCF »

                            on est en 2012, le vieux
                            epoque du chomage de masse, que tu connais manifestement pas
                            petit bourgeois


                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 décembre 2012 10:05

                            Merci, Aldous, de remettre un peu de réalité et de bon sens dans ce passage des commentaires où ça déconne très fort.


                          • Politeia 13 décembre 2012 12:19

                            Bonjour Lucie,

                            Je trouve également que vous voyez très bien. Ne fermez surtout pas les yeux et ne cherchez pas des réponses à des questions aussi insolubles que celle ci : « Et si l’être-humain était en fait ce qu’il paraît : un monstre assoiffé d’argent et de pouvoir, sans aucune attention pour ses semblables ? »

                            Le monde est complexe, extrèmement complexe et les réponses a ces questions vont être aussi réductrice que les questions. Mais beaucoup trop de gens s’en contente et se conforte derrière ces parties, ces nations et toutes ces formes de communautarisme qui sont des ensemble facilement identifiable et délimité.

                            Comme le dit Jako, commencez par faire un travail sur vous mêmes de qui vous êtes et de ce que vous attendez, pour vous, de la vie. Définissez votre philosophie, vos principes, votre art de vivre, votre culture et alors vous serrez un peu mieux armé pour affronter ce monde d’humain mais surtout continuez de douter, de vous posez des questions, apprenez de vos échanges et de vos erreurs et quand on sera 7 milliards à avoir fait ça je pense que le monde aura bien changé.


                            • Jean-Philippe 13 décembre 2012 12:23

                              Bonjour LuCI

                              Une approche morale de l’Homme n’a pas de sens ; il n’est ni bon ni mauvais.
                              L’Homme est un produit de l’évolution, parmi beaucoup d’autres. Il a suivi sa propre voie évolutive, et se distingue des autres espèces vivantes par de grandes capacités d’abstraction et de calcul, et un niveau de conscience de soi inégalé.
                              Beaucoup d’Hommes estiment que ces caractéristiques séparent l’Homme des autres espèces vivantes. Mais ce n’est pas le cas. Les autres espèces vivantes obéissent à leurs instincts. Les Hommes tout autant. Ce que l’Homme appelle son intelligence, en fait une capacité de calcul et d’abstraction, est au service de ses instincts, comme pour toutes les autres espèces, leurs spécificités organiques.
                              Et les instincts humains, à l’identique de ceux des autres espèces, sont entièrement orientés vers la survie de l’espèce, et rien d’autre. Notre apparente liberté de penser est un leurre. Nos actes dépendent davantage de nos instincts que de nos pensées, qui sont d’ailleurs directement influencées par ceux-ci.
                              C’est pourquoi penser l’homme bon ou mauvais n’a pas de sens. Il fonctionne, dans le sens où il perpétue l’espèce, et ceci indépendamment de toute morale.
                              Il n’y a lieu de tirer ni joie ni tristesse de ce constat. En tant qu’individus, nous vivons, et lorsque notre environnement est favorable, comme c’est le cas de beaucoup de français, nous pouvons nous organiser pour en tirer plaisir et satisfactions. Et pour les rares conscients de cette situation, il y a l’espoir qu’un jour, l’Homme sache tirer parti de ses instincts, et ne plus les subir. Mais pour que cela devienne possible, il conviendrait en premier qu’il les reconnaisse, et on en est pas là ...

                              Concernant le monde, entendu comme notre monde, à savoir la civilisation industrielle, oui, elle va dans le mur. L’Homme a tellement bien réussi à se reproduire, il a tellement bien appris à exploiter son environnement pour son confort, que celui-ci ne suit plus. Nous épuisons les ressources naturelles et polluons notre environnement, et ce à une telle vitesse que ce système ne fonctionnera peut-être même plus dans dix ans. En soi, c’est peut-être préférable pour la survie de l’espèce que ce délire finisse rapidement, car quand on affecte délibérément le climat, ça confine au suicide.
                              Donc non, vous risquez peu de voir indéfiniment ce monde rester le même. Vous vivrez probablement des remises en cause d’une ampleur que vous ne soupçonnez pas, et ce dans pas longtemps.
                              Espérons simplement que ce monde, vous n’aurez pas trop à le regretter ...


                              • oncle archibald 13 décembre 2012 12:25

                                Merveilleuse Lucie ! Merci d’avoir eu le courage d’exprimer sincèrement ce que vous ressentez et de rester là plantée au milieu du monde des adultes avec vos gros points d’interrogation ... c’est si rare ici d’avoir l’honnêteté de dire : je ne sais pas si c’est bien ou mal ... 

                                Qui de nous peut se poser en donneur de leçons ? Il n’y a qu’à voir la détresse des jeunes que vous décrivez très bien pour comprendre que vos ainés ont plus à se cacher de n’avoir pas su vous laisser autre chose qu’à venir vers vous le doigt levé pour vous dire fais ci ou fais ça ... 

                                Des mecs qui vous diront YAKA-FOCON, puis quand vous l’aurez fait, si vous le faites, et que ça n’aura pas marché, viendront vous redire sans sourciller YAVEKA-FALEKON sans même voir qu’ils sont ridicules, il y en a pléthore !

                                C’est fabuleux d’avoir 2O ans parce qu’on a des choix, pleins de choix, trop de choix ...au fur et à mesure du temps qui passe, les choix se restreignent comme peau de chagrin et à la fin de sa vie on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a et c’est tout ... S’interroger sur les « bons choix » c’est déjà à moitié gagné, il y en a tant et tant qui ne réfléchissent pas, ils foncent tel le toro vers le chiffon rouge (ou bleu d’ailleurs !) ...

                                Pour faire changer le monde ne comptez que sur vous et croyez y à fond ... Il y a tant et tant d’assos dans lesquelles on peut militer et s’épanouir en faisant avancer le monde vers un monde meilleur ... Ca peut paraitre un travail de fourmi, ridicule, petit, ... C’est géant au contraire ... C’est la goutte d’eau ajoutée à la goutte d’eau et à l’autre goutte d’eau ... C’est comme la démocratie : il faut continuer à croire que sa voix peut tout, même si ça ne saute pas aux yeux ... Etre sincère, relever ses manches et aller dans le sens qu’on a choisi c’est merveilleux non ? 

                                Pensez à Brassens, le solitaire, l’anar, qui aimait les petites gens, les petits plaisirs, les chats ... Rappelez vous sa leçon : « depuis tant de grands soirs que tant de têtes tombent, au paradis sur terre on y serait déjà » ... Brassens toujours lui, auquel on reprochait de ne pas s’engager politiquement notamment au moment de Mai 68, a répondu ceci : si j’avais la conviction qu’en militant dans un parti politique je pourrai aider à aller vers un monde meilleur, je poserai à la seconde ma guitare et vous ne m’entendriez plus jamais chanter. 

                                Ce qui fait changer le monde c’est de sourire à son vieux voisin quand on le croise et de lui dire trois mots qui le font rire ... Vous allez ensoleiller sa journée, peut être sans vous n’aurait-il parlé à personne ... Et tout est du même tabac .. Toujours Brassens qui glorifiait celui qui tout au long de sa vie s’est contenté de ne pas trop emmerder ses voisins ...

                                Je signe : un mec qui est né quand les américains débarquaient en Normandie, qui a étudié, travaillé, qui a aimé et qui aime encore .... C’est bien là l’essentiel de nos vies ... Quelle chance de pouvoir encore le dire ....

                                • cogno4 13 décembre 2012 12:45

                                  C’est fabuleux d’avoir 2O ans parce qu’on a des choix, pleins de choix, trop de choix

                                  Discours d’un type qui n’a plus 20 ans depuis longtemps.
                                  Pas très utile ici.


                                • foufouille foufouille 13 décembre 2012 13:28

                                  discours de vieux avec une bonne retraite et regardant trop TF1
                                  il bosse toujours le vieux ?
                                  comme sur TF1


                                • oncle archibald 13 décembre 2012 14:01

                                  Discours d’un vieux qui n’a attendu ni Foufouille ni Cogno pour savoir ce qu’il avait à faire ... Personne n’est responsable de ce qu’il fait ? tout est prédestiné à la naissance , c’est bien ça ?? 

                                  Excellentes affirmations péremptoires qui vont beaucoup aider Lucie à y voir plus clair ...

                                • Romain Desbois 13 décembre 2012 14:19

                                  Ca me fait peine à dire mais je suis d’accord avec oncle archi smiley


                                • oncle archibald 13 décembre 2012 14:38

                                  On va finir par tomber dans les bras l’un de l’autre en sanglotant comme des mômes ... Allons allons, un peu de tenue tout de même ! Ils finiraient par s’emmerder sans nous sur AV !


                                • foufouille foufouille 13 décembre 2012 19:58

                                  donc le vieux « travailles » comme sur TF1 ?
                                  sur TF1, il y aussi 1000 offfres d’emploi
                                  merveilleux
                                  comme la folle qui bosse sous dialyse
                                  merveilleux


                                • Romain Desbois 13 décembre 2012 19:59

                                  Non ici je ne porte que des idées et ne prend pas avox pour facebook.

                                  Donc si je suis d’accord avec ce que dis mon pire ennemi, je ne dirais pas l’inverse.

                                  L’Arianiste le sait , elle sait ce que je pense de son stalinisme, ma colère contre elle parcequ’elle a censuré mes commentaires (certains) ne m’a pas empêché de citer un de ses articles en référence en dessous du mien.

                                  On ne peut être d’accord sur tout et je ne suis pas forcément ami avec les gens qui sont d’accord avec moi comme il m’arrive d’avoir des amis avec qui je ne suis pas d’accord.

                                  Quand on se rassemble parcequ’on se ressemble , on finit par ne plus avoir d’esprit critique et on sait quoi ca mêne.

                                  Critiquer les actes et les pensées d’une personne ne veux pas dire ne pas l’aimer.

                                  Beaucoup ne comprennent pas , je sais.


                                • alinea Alinea 13 décembre 2012 12:39

                                  La tolérance : Mais que devrais-je tolérer ?
                                  L’anarchisme est la seule issue et, comme toujours, la seule issue est la plus difficile.. ;
                                  Trouvez quelques lectures qui consolident vos intuitions ; c’est une bonne manière d’avancer sans risques de s’embourber tout en préservant sa « naïveté », indispensable...


                                  • gaijin gaijin 13 décembre 2012 12:50

                                    « L’anarchisme est la seule issue ..... »
                                    décidément vous me plaisez de plus en plus smiley


                                  • cogno4 13 décembre 2012 12:53

                                    Mais bien sur

                                    Commencez pas définir ce que vous appelez l’anarchie, si vous le pouvez.


                                  • alinea Alinea 13 décembre 2012 13:30

                                    cogno : je ne parle pas d’anarchie, mais d’anarchisme ! quelques lectures ? « L’ordre moins le pouvoir » de Normand Baillargeon ( qui fait un tout d’horizon historique)
                                    Les oeuvres de l’indispensable Kropotkine ;
                                    je vais être claire : je suis anarchiste non violente ; si bien qu’il faut lire les fondamentaux et ne pas se laisser apeurer par toutes les vilaines histoires que l’on raconte sur ces « terroristes » !!


                                  • Romain Desbois 13 décembre 2012 13:34

                                    Alinéa

                                    Tu te dis anarchistes et tu cautionnes l’exploitation animale !!!!!?

                                    Un vrai anarchiste n’ a pas besoin de maître à penser !!!!!


                                  • cogno4 13 décembre 2012 12:44

                                    @ l’auteur.

                                    Je ne voudrais pas vous paraître négatif, mais ça a peu de chance de s’arranger avec l’âge.
                                    Toujours plus de désillusion, la fourberie de l’espèce humaine dans toute sa splendeur est toujours plus indigeste au fil du temps qui passe.
                                    Il faut juste, ne pas trop y penser.

                                    L’idéal est d’être idiot, regardez le nombre d’imbéciles heureux qu’on trouve sur AV.


                                    • oncle archibald 13 décembre 2012 14:11

                                      A mon avis il y a en au moins aussi grand nombre des imbéciles pas heureux, dépités, aigris et jaloux de tout sur AV.


                                    • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 13 décembre 2012 16:48

                                      On dira ce qu’on veut, il est quand même plus facile d’être heureux en étant jeune, beau et con que vieux, moche et intelligent.


                                    • Le péripate Le péripate 13 décembre 2012 13:01

                                      Normalement, la sociologie devrait fournir au moins une forme d’explication de la société. Peut-être votre enseignement n’est pas bon.


                                      Je serais d’ailleurs curieux de le connaitre. Quel place pour Tarde, Clastres, Boudon ? Autrement dit pour une sociologie non holiste ?



                                      • Morpheus Morpheus 13 décembre 2012 13:01

                                        Bonjour Lucie,

                                        Tu as un savoir. Un savoir qui te bouscule. Tu sais que quelque chose ne tourne pas rond dans ce monde, sans trop savoir quoi. Comme une écharde dans ton esprit. Et c’est ce savoir qui t’a amené à écrire ceci. Plus que savoir, tu veux comprendre.

                                        Tu as déjà compris que le système politique de représentation est une illusion, une tromperie. Tu as également compris que les partis politiques divisent au lieu de maintenir la cohésion et l’union de la nation, et qu’ils cristallisent les clivages. Tu es effrayée par cette constatation, car si la démocratie ne fonctionne pas, que reste-t-il pour faire société et pour améliorer le monde ?

                                        J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle, c’est que le système de gouvernement prétendument représentatif dans lequel nous vivons depuis plus de deux cent ans n’est pas une démocratie. Je redis cela : nous ne vivons pas en démocratie  ! La mauvaise nouvelle, c’est que trop peu de gens en sont conscient et que beaucoup résistent lorsqu’on le leur dit : cela bouleverse toutes leurs croyances, tous leurs repères, et tout ce sur quoi repose leur existence et leur identité.

                                        La démocratie, comme son nom l’indique, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple (demôs = le peuple / kratôs = le pouvoir, le gouvernement). Le gouvernement de la république est issu des élections. Toute ta vie, tout le temps, tout le monde t’a enseigné que « démocratie = élection / élection = démocratie ». Comme tout le monde, tu as intégré cela comme une vérité fondamentale, une évidence (un dogme). Or, c’est faux ! Par définition, l’élection est aristocratique, c’est-à-dire oligarchique. En effet, voter c’est choisir, parmi un panel de candidats (qui déjà nous sont imposés par les partis de façon non démocratique) celui qui nous semble être le meilleur ; « le meilleur » en grec se dit aristos > l’élection est donc aristocratique, élitiste, ce qui donne toujours, en tout temps et en tout lieu, un pouvoir oligarchique.

                                        Aristote, Rousseau, Montesquieu, Sieyès, Madison, ... tous savaient et ont affirmé que l’élection est oligarchique, et que seul le tirage au sort est de la nature de la démocratie. Nos pères fondateurs, érudits, hellénistes, le savaient. Ils savaient ce qu’est la démocratie et le tirage au sort, de même que l’élection. Mais ils ne voulaient pas de la démocratie : ils voulaient un gouvernement représentatif (prétendument représentatif). Et c’est sans doute depuis Tocqueville et son « De la démocratie en Amérique » que la tromperie c’est installée, durablement, dans nos esprits.

                                        Pour les voleurs de pouvoir, cette tromperie a un sens : elle empêche aux peuples de formuler la solution à leur impuissance politique. En effet, si je suis persuadé que je suis en démocratie, et que je constate que la démocratie ne fonctionne pas, il m’est impossible de dire « je veux la démocratie » : on me répondra « mais vous êtes en démocratie »... C’est désespérant. Et désarmant. Cela nous piège et nous rend la situation insupportable et apparemment insurmontable, désespérante. Pire encore, cela nous entraîne à mener une défense, parfois acharnée, du système tel que nous le connaissons, dans l’espoir de le réformer, alors qu’il est est, objectivement, le stricte contraire de la démocratie. Ainsi tous ceux qui défendent bec et ongles le principe électoral, alors qu’ils n’ont rien à en tirer.

                                        Voilà ce que tu as sentis. Le piège, l’illusion, le mensonge électoral. Les voleurs de pouvoir ont renversé le sens du mot démocratie, nous privant de la connaissance de ce qu’est la vrai démocratie, de comment on peut la concevoir, l’élaborer et la construire. Renverser le sens d’un mot est une perversion. Littéralement. Comme nous tous, tu es victime de cette perversion (le mot démocratie n’étant pas le seul à avoir été perverti par les voleurs de pouvoir et autres intellectuels faussaires).

                                        Si tu veux comprendre plus de choses encore, il va te falloir choisir la pilule rouge.

                                        Morpheus


                                        • Romain Desbois 13 décembre 2012 14:22

                                          D’abord je connais très peu de vrai démocrate dans le peuple et ensuite à partir du moment où le peuple peut choisir , je considère que nous sommes en démocratie.

                                          Tout ce qui se fait ou ne se fait pas , l’est avec l’assentiment du peuple. suffit pas de gueuler dans les bistrots.

                                          Grands diseux , petits faiseux.

                                          GRAS COMME LA FRANCE, INGRAT COMME UN FRANCAIS ;


                                        • Morpheus Morpheus 13 décembre 2012 15:54

                                          @ Romain Desbois

                                          Il y a une immense distance entre un peuple libre votant lui-même ses lois et un peuple choisissant ses maîtres pour faire les lois à sa place.

                                          Il est absurde de dire qu’un peuple soumit à des lois qu’il n’a pas lui-même votées consent à ces lois et règlement, sous prétexte qu’il a choisit ses maîtres au travers d’un processus électoral. Pareille croyance relève d’une profonde ignorance, voir d’une grande bêtise. Il n’y a évidemment aucune autonomie dans l’électeur qui choisit ses maîtres, tandis que ceux-ci s’accordent sans cesse pour accroître leur propre autonomie. Mais pour comprendre cela, encore faut-il savoir ce que signifie « autonomie » : du grec auto (soi-même) et nomôs (la loi). Les maîtres politiques que sont les élus sont autonomes, ils écrivent leurs propres lois (la Constitution, qu’ils sont censée craindre et qui est censé les empêcher d’abuser de leur pouvoir), et ils écrivent des lois qu’ils imposent au peuple.

                                          Il n’y a aucune liberté dans tout cela. Même le choix des maître n’est pas libre. Les maîtres potentiels sont imposés par les partis, nous ne pouvons choisir parmi nous celui ou celle que nous considérons comme le meilleur représentant. Si nous n’avons pas le choix parmi les candidats, si nous n’avons aucune mesure de contrôle des élus, si nous devons nous soumettre à des lois hétéronomes, alors il n’y a pas de liberté, mais l’illusion de la liberté.

                                          Romain, tu es un esclave. Tu consent à ta servitude, soit par ignorance, soit par bêtise, soit parce que tu aspires à devenir toi-même un >maître<.

                                          Mais tu t’y prends très mal pour défendre ta servitude smiley

                                          Morpheus


                                        • alinea Alinea 13 décembre 2012 16:10

                                          Morphéus : vous n’avez rien compris ! Romain Desbois est le seul anarchiste digne de ce nom sur cette planète et qui défend l’ignorance comme seule pureté !


                                        • Morpheus Morpheus 13 décembre 2012 17:17

                                          @ Alinea

                                          Ah boooon !!!

                                          Au temps pour moi.

                                          J’ignorais smiley

                                          Morpheus


                                        • Rounga Roungalashinga 13 décembre 2012 17:43
                                          à partir du moment où le peuple peut choisir , je considère que nous sommes en démocratie.

                                          Mais choisir quoi ? Des représentants. Est-ce que le pouvoir d’élire des représentants donne le pouvoir au peuple ? Pas sûr. Imaginons qu’un car de touristes soit pris en otage par des mecs armés de mitraillettes. Ils les emmènent dans leur QG, et leur annoncent qu’ils peuvent choisir parmi les preneurs d’otages un représentant, qui sera chargé de rapporter au chef des preneurs d’otages les revendications des otages. Est-ce vous pensez que les otages se diront alors « fabuleux, nous sommes en démocratie » ?

                                          Tout ce qui se fait ou ne se fait pas , l’est avec l’assentiment du peuple. suffit pas de gueuler dans les bistrots.

                                          Faux. Les représentants français ne peuvent pas faire ce pour quoi ils sont élus, à savoir préserver l’emploi, maintenir un niveau de production adapté à la population, décider de qui entre et sort sur le territoire, et plein d’autres trucs. A chaque fois qu’un président ou un ministre a essayé, ce sont des commissaires européens non-élus qui les ont rappelés à l’ordre en leur rappelant les principes inviolables du libre-échange.

                                          Grands diseux , petits faiseux.

                                          GRAS COMME LA FRANCE, INGRAT COMME UN FRANCAIS ;

                                          Quand on est peu doué pour les slogans et les mots d’esprit, c’est déjà gênant pour les autres quand il y en a un qui s’échappe de temps en temps, comme une flatulence sonore. Mais alors quand ceux-ci sont répétés en boucle, ça en devient franchement risible.


                                        • Romain Desbois 13 décembre 2012 20:12

                                          rounga , alinéa et autres morts vivants.

                                          Je commence vraiment à en avoir marre de voir mes pensées déformées, mes propos détournées et surtout ce révisionnisme politique permanent.

                                          Si vous êtes trop cons pour vou sinformez des choses, démerdez vous et ne pleurez pas si c’est comme ça, car c’est grâce à vous si c’est comme ça. Pas à moi. Car je subis vos choix bande de tocards !!!!

                                          L’union européenne s’est faite ainsi par décision unanime de tous les états de l’UE, si c’est ainsi c’est parceque les européens ne cessent de voter pour les mêmes , ceux qui pondent des décrets que vous conchiez, ceux qui ont obtenus de prérogatives de nos élus, de ne pas avoir à être élu.

                                          Je me dis souvent que la plupart des humains ne méritent vraiment pas la démocratie, de toutes façons peu est démocrate.


                                        • foufouille foufouille 13 décembre 2012 20:26

                                          « rounga , alinéa et autres morts vivants. »

                                          typique d’un aryen


                                        • Rounga Roungalashinga 13 décembre 2012 20:30

                                          Si vous êtes trop cons pour vou sinformez des choses, démerdez vous et ne pleurez pas

                                           ?
                                          Quel rapport avec ce que j’ai dit ? Et ensuite tu te plains qu’on détourne tes propos (sans jamais nous dire lesquels ni en quoi ils ont été détournés, remarque)

                                          Car je subis vos choix bande de tocards !!!!

                                           ?
                                          Quels sont ces choix que j’aurais fait et que tu aurais à subir ? Que sais-tu au juste de mes choix ?
                                          Et encore une fois quel est le rapport avec mes propos ?

                                          L’union européenne s’est faite ainsi par décision unanime de tous les états de l’UE, si c’est ainsi c’est parce que les européens ne cessent de voter pour les mêmes , ceux qui pondent des décrets que vous conchiez, ceux qui ont obtenus de prérogatives de nos élus, de ne pas avoir à être élu.

                                          Il y a un mot que je vais t’apprendre : escroquerie. Une escroquerie, c’est quand un mec vient vers toi avec toutes les apparences de la légitimité et de l’honnêteté, et qui a la fin se barre avec ta maison, ton argent, etc. parce qu’en fait il t’a caché plein de trucs et il ne t’a pas tout dit. Eh bien en politique c’est exactement ce qui se passe : des escrocs ont fait croire avec des arguments ayant l’air tout à fait honnêtes à plein de monde, via les médias de masse (TV, presse écrite), que l’Europe était un truc formidable, et de toute façon inévitable, en prenant bien soin d’écarter et de museler toute personne voulant dire le contraire sur les mêmes médias de masse (il suffit de s’intéresser au sort des gens ayant le malheur de penser en dehors des clous). Donc au final, la majorité qui reçoit ces messages et qui n’a pas forcément le temps ni l’envie (ce qui peut se comprendre), finit quand même par y croire, et vote pour les gens qu’on leur a dit de voter. C’est une escroquerie pure et simple. Mais d’après tes raisonnements, je comprends que tu serais le genre de personne à dire à une vieille dame qui s’est fait voler toutes ses économies par un tocard, que c’est bien de sa faute et qu’elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même. En ce qui me concerne, je pense que c’est l’escroc qu’il faut dénoncer puis condamner. Je veux bien que tu aies un autre point de vue du mien, mais alors je pense qu’il serait intéressant qu’on aille au fond des choses ensemble pour examiner nos opinions respectives, raison pour laquelle je t’ai posé par le passé un certain nombre de questions. Le fait que tu n’y aies jamais répondu montre une chose : que ton but n’est pas d’être confronté aux opinions différentes des tiennes, mais d’imposer les tiennes aux autres, en te la jouant cureton moralisateur. Désolé, mais pour moi, les gens qui se comportent comme ça sont des cons.


                                        • Romain Desbois 13 décembre 2012 20:38

                                          « Morts vivant » et fouillemerde l’homophobe qui rapplique (comme quoi).

                                          Rounga mais oui toujours aussi lâche, les gens sont des victimes et se sont fait escroquer.

                                          Mais vous prenez les gens pour des cons ?

                                          Quand on est aussi nul en politique je comprends qu’on préfère croire au paradis. Les prêts à penser ça vous connait


                                        • Rounga Roungalashinga 13 décembre 2012 20:57

                                          Mais vous prenez les gens pour des cons ?

                                          Mais pourquoi pensez-vous que les gens qui se font escroquer ou manipuler sont des cons ? Je me suis déjà exprimé sur ce point (marre de me répéter) : être bien informé aujourd’hui est un truc de privilégié, il faut le temps, l’énergie, les moyens, l’envie. En ce qui me concerne, c’est plusieurs heures de lecture par jour (actualité, littérature, philosophie, histoire), pour tenter de mettre un peu d’ordre dans mes opinions (sans compter les quelques mois que j’ai passés à avoir des écailles qui me tombaient des yeux tous les jours lorsque j’ai commencé cette démarche, vers 20 ans). Je comprends donc que pour beaucoup de personnes, qui ont des boulots épuisants, qui ont des gosses dont ils doivent s’occuper, qui ont des temps de transport exorbitants, ce souci de s’informer soit moins aigu, et se satisfasse uniquement par le JT de 20 heures. Je ne prends absolument pas les gens pour des cons à cause de ça. Ce détournement que vous faits de mes propos est vraiment pénible.

                                          De plus je ne vois absolument pas en quoi ce que je dis révèle une quelconque lâcheté.

                                          Quand on est aussi nul en politique je comprends qu’on préfère croire au paradis. Les prêts à penser ça vous connait

                                          De quelle manière déduisez-vous de mes propos que je serais nul en politique ? Qu’est-ce qui vous permet de dire que je suis dans le prêt-à-penser ?


                                        • alinea Alinea 13 décembre 2012 21:16

                                          Rounga : Romain Desbois est un aigri parce qu’il trouve qu’on ne le reconnait pas à sa juste valeur ; il déteste que je le « psychanalyse » mais je le trouve toujours sur ma route !


                                        • Rounga Roungalashinga 13 décembre 2012 21:29

                                          Moi je pense que Romain défend ce système qu’il estime démocratique car il lui permet de se sentir au-dessus des autres. En effet, il méprise le peuple, qu’il trouve poujadiste, qui vote mal, selon lui, mais il veut quand même lui donner le pouvoir (du moins celui d’élire des représentants, mais dans l’esprit de Romain cela ne fait qu’un avec le pouvoir tout court). Cela lui permet de se déresponsabiliser complètement en imputant les mauvais choix politiques effectués au peuple qui a mal voté, contrairement à lui. Autrement dit, on va dans le mur, mais la seule chose qui importe à Romain, c’est de se dire que ce n’est pas de sa faute. C’est pour cela qu’il ne supporte pas le discours des gens comme moi qui pensent que pour que la démocratie fonctionne il faut tirer le peuple vers le haut : avec un tel peuple, Romain ne pourrait plus jouir de sa petite satisfaction mesquine d’avoir raison, selon lui, seul au-dessus de la mêlée.

                                          Evidemment, il s’agit de mon analyse personnelle du cas Desbois, basée sur les quelques échanges que j’ai eus avec lui. Il se peut qu’elle soit erronée, mais si c’est le cas, Romain en est entièrement responsable : s’il ne voulait pas que je tire tout seul des conclusions à son sujet il n’avait qu’à répondre aux questions que je lui posais.


                                        • MARMOR 14 décembre 2012 01:23

                                          Desbois est un véritable taliban, ilapplique sa charia de la pensée universelle dont il est seul à détenir les codes, et si tu le contredis, il brandit l’injure ! pietre argument ! Le phenix, l’omniscient, the MASTER ! en psychiatrie ça porte un nom, égocentrisme nombrilique doublé d’un pervers narcissique.
                                          Bande cons, de sous merdes, schwein hunde ! bouffeurs de cadavres ! tout ce qui vous arrive c’est de votre faute !! Ah la colombe de la paix ! l’aigle à deux têtes , oui ! ou le sabre sanglant. ça doit être dur d’être enfermé dans ses certitudes, face à tous ces cons qui ne comprennent rien


                                        • Morpheus Morpheus 14 décembre 2012 12:33

                                          De toute manière, mon intervention s’adressait @ l’auteure, Lucie, pas à Romain Desbois. Arrêtons dès à présent de répondre à ses postes, il n’a cure de nos réponses. Face au PNM, la seule attitude valable est le silence. Qu’il continue à dégoiser dans le vide si ça le chante.

                                          Morpheus


                                        • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 13 décembre 2012 13:10
                                          Moi, jeune femme de 20 ans, désemparée

                                          Ouais ouais ... enfin, ici au moins, ceux qui s’arrêtent ne risquent pas le car-jacking .. smiley

                                          • easy easy 13 décembre 2012 13:41

                                            Tous ceux qui ont été bercés à la musique de « Tu es précieux » subissent un choc à 20 ans.

                                            Certains n’ont jamais été bercés à cette musique. Ils ne subissent donc aucun choc à découvrir qu’ils ne sont précieux aux yeux de personne sinon très ponctuellement.


                                            Ceux qui ont été bercés plus ou moins intensément à cette musique gratuite, ont, après le choc qu’ils subissent par le constat de la réalité, peuvent tout de même dans une suffisante mesure, construire une installation (plus du tout gratuite) dans laquelle ils ressortiront précieux aux yeux de quelques uns.


                                            C’est le sens de la réflexion de Montaigne qui disait que chacun a à se construire (déjà sa boutique et aussi) son "arrière boutique toute sienne ». Ce que Jason a très opportunément rappelé.

                                            Considérez bien qu’autour de vous, chacun s’est organisé en boutique (parfois comme patron, parfois comme employé, mais ce n’est pas fondamentalement différent) et que derrière cette boutique qui effectue déjà un premier tri parmi les gens de la masse, il existe toujours une arrière-boutique et encore une arrière-arrière-boutique et que ça continue comme ça jusqu’au niveau de la chambre conjugale, puis jusqu’à soi-même.

                                            L’idée qu’il y a derrière ce réflexe consistant à édifier chèrement une série d’enveloppes plus ou moins poreuses qu’ont tous les gens, c’est l’utopie ; qui comprend la nécessité qu’existe un saint des saints, un naos, un sanctuaire (un néo-utérus) au coeur duquel on peut ressentir qu’on est précieux.

                                            Chacun aura construit ses enveloppes à sa manière. Beaucoup n’auront songé qu’à constituer très peu de couches ; le public sachant alors ce qui se passe jusque dans leur chambre.
                                            D’autres ont été plus prudents (On ne sait rien sur la vie privée de William Turner).

                                            Là vous naissez, vous êtes expulsée de l’utérus, du nid.
                                            Brrrr ! Ça caille !
                                            Mais vous allez reconstituer vos enveloppes. Une seule, deux, dix, vous aviserez, mais plus vous aurez constitué un tabernacle, plus vous y vivrez votre préciosité sous forme de don-contre don avec quelqu’un.

                                            (Dans l’univers des transcendances, plus on paie cher les enveloppes, plus leur contenu est précieux)

                                            De cette préciosité jaillira le sens de votre vie. D’expérience, vous conviendrez qu’il ne sera que relatif, lié à votre temple mais il vous suffira amplement pour vous consoler de ne pas trouvé de sens absolu à votre vie.


                                            • Abdu Abdu 13 décembre 2012 16:30

                                              Easy, c’est hors sujet, mais au cœur de cet oignon, on n’est pas un peu à l"étroit et coupé du monde ?
                                              On ne pourrait pas vivre plus simplement ?


                                            • easy easy 13 décembre 2012 16:47

                                              Easy, c’est hors sujet, mais au cœur de cet oignon, on n’est pas un peu à l"étroit et coupé du monde ?
                                              On ne pourrait pas vivre plus simplement ?


                                              J’ai remarqué que nous avions passé 9 mois dans un oignon dont nous étions le précieux. (Et j’ai vu cela alors que mes professeurs m’ont enseigné l’embryologie en toute froideur).

                                              Il me semble que nous y étions à l’etroit et qu’une fois nés, nous sommes souvent sujets au vertige (trop d’espace). Pour être plus précis sur ce point de l’espace, le seul que nous supportons assez bien est celui qui est horizontal puisque premier (ou élémentaire)

                                              (Ce qui est étrange c’est qu’un poisson poursuivi reste à la même profondeur. Peut-être en est-il de même pour un oiseau poursuivi, je n’ai pas pu le vérifier)



                                              Et pendant que nous étions le germe au centre d’un oignon, nous échangions via une étonnante barrière : le placenta. Lui même recevant des nutriments venus parfois de loin.
                                              Je ne serais donc pas étonné qu’une fois expulsés de l’utérus, nous n’entrepenions plus que de reconstituer ce contexte.


                                            • Romain Desbois 13 décembre 2012 14:25

                                              Personne n’a dit que c’était un progrès, le progrès serait que l’on applique la loi, le code pénal et le code civil.

                                              L’égalité des droits, je croyais que cela importait aux français de couche.


                                            • Castel Castel 13 décembre 2012 13:59

                                              « La plus importante reste : Mais où va le monde ? »

                                              Non, la question la plus importante est : est le monde ?

                                              "Quelqu’un peut-il me dire que je ne suis pas folle lorsque je pense que le monde est fait d’un ensemble d’êtres humains et non pas d’un ensemble de Nations ?"

                                              Il est fait d’un ensemble de descriptions à l’intérieur de ton esprit.


                                              • non667 13 décembre 2012 14:07

                                                à luci

                                                1°celui /celle qui à 20 ans n’est pas de gauche, c’est qu’il/elle n’a pas de cœur ,
                                                celui /celle qui à 40 ans l’est toujours c’est qu’il/elle n’a pas de tête !

                                                2° initiation à la politique
                                                lire et comprendre la fontaine , ce ne sont pas que des fables !
                                                exemple : le corbeau et le renard = le gogos et les médias = 80% de la connaissance
                                                etc....


                                                • voxagora voxagora 13 décembre 2012 14:21

                                                  Une étudiant en sociologie, et en plus en troisième année,

                                                  qui nous pond un article composé essentiellement de généralités et de clichés en veux-tu en-voilà ?
                                                  Avez-vous quelque chose à répondre à Le Péripate ?
                                                  Et 
                                                  «  »cela me surprend de voir que vous constatez du fascisme dans mes propos. Je ne comprends pas peut-être voudrez-vous bien me l’expliquer ..les peuples ont des différences phénoménales comme vous le dites, cependant, je pense que l’on devrait davantage s’attacher à ce qu’ils ont en commun. Le fait que nous soyons tous humain me semble un bon point de départ..«  »

                                                  Est-ce ainsi qu’un sociologue argumente ? dans le vague ?
                                                   

                                                  • LuCi LuCi 13 décembre 2012 16:00

                                                    Cher Voxagora, 


                                                    Je n’ai rien à répondre à Le Péripate. Il me demande d’expliciter ce que le courant non holiste dit sur le sujet ? Je n’en n’est pas la moindre envie (peut-être pas les capacités comme il le prétend), tout simplement car mon article ne soulève pas les questionnements des grands sociologues, ni mêmes des grands penseurs, mais bel et bien mes propres questionnements. Si je me suis lancée dans l’aventure (oui pour moi c’est une aventure) de la publication sur AgoraVox, c’est bien la preuve que mon cursus ne m’apporte pas les réponses que je cherche. La preuve que tous ces auteurs que sont Clastres, Boudon, Bourdieu, Durkheim, Goffman, Garkinkel ou encore Parsons ne formulent pas de réponses satisfaisantes à mes yeux. Par exemple, je suis d’accord avec Dubet lorsqu’il parle du déclin du programme institutionnel mais également avec Bourdieu lorsqu’il dit que la violence symbolique persiste au sein des Institutions. Or, mes professeurs me disent que ces deux notions sont contradictoires. Je suis donc à la recherche d’explications sur la possible complémentarité de certaines notions définies comme contradictoires en sociologie.

                                                    En postant ici, je ne m’attends justement pas à ce que l’on me ressorte ce que je sais déjà sur les différents courants sociologiques mais plutôt à avoir un avis de la part des non-sociologues afin de voir s’il existerait des personnes dont les pensées sont, à priori, tout aussi contradictoires que les miennes.

                                                    Enfin, je ne prétends pas être une sociologue c’est pourquoi je ne poste pas en tant que telle mais bien en tant qu’étudiante en sociologie. Si mes réponses paraissent vagues c’est tout simplement parce que je ne m’attendais absolument pas à avoir autant de commentaires, et je dois avouer que cela m’effraie et que j’en reste toute coi. 

                                                    Cordialement. 

                                                  • Shawford34 13 décembre 2012 16:11

                                                    De toute façon, ne vous inquiétez, pour Péripate et ses amis atrabilaires, vous n’êtes pas étudiante, vous n’avez pas 20 ans, vous n’êtes et ne serez jamais qu’un ectoplasme à combattre sans autre forme d’introduction smiley

                                                    Le seul conseil que j’eus aimé vous donner, c’est de ne pas avoir donné votre identité si telle est bien celle par laquelle vous signez votre article.


                                                  • LuCi LuCi 13 décembre 2012 16:22

                                                    Cher Shawford34,


                                                    Je pense également que ce fut une erreur de signer de mon nom, mais je ne sais pas s’il m’est possible de le changer alors que l’article est publié

                                                    Cordialement.

                                                  • Shawford34 13 décembre 2012 16:28

                                                    Je vous invite à tout le moins instamment à en faire la demande à l’équipe d’AV : http://www.agoravox.fr/spip.php?page=contact


                                                  • LuCi LuCi 13 décembre 2012 16:33

                                                    Merci pour votre aide.


                                                    Cordialement.

                                                  • Le péripate Le péripate 13 décembre 2012 18:43

                                                    Merci Shaword de me ranger dans les atrabilaires.


                                                    Je voulais simplement savoir si ces auteurs figuraient dans votre cursus et non ce qu’ils avaient à dire sur le sujet, je le sais, merci.

                                                    J’ai pourtant l’impression de parler français...

                                                  • Shawford34 13 décembre 2012 18:51

                                                    T’as vu, j’ai pas dit patibulaire ; par contre je me demande toujours si tu est un vrai ou un faux sceptique smiley smiley


                                                  • Le péripate Le péripate 13 décembre 2012 18:58

                                                    Je ne comprends pas. Je ne fais pas du scepticisme une règle, mais questionner le réel ne se fait pas sans remettre en cause certaines évidences, notamment les plus communes.

                                                    Donc ni vrai ni faux sceptique. Juste méthodique.

                                                  • NeverMore 13 décembre 2012 14:53

                                                    Il faut d’abord se familiariser avec l’intelligence. Commencez par le début : lisez Socrate, Platon et Aristote, et continuez, il y a du boulot ... 

                                                     


                                                    • Romain Desbois 13 décembre 2012 15:19

                                                      non non et non, pensez par vous mêmes !!!! Arrêtez de vous laver le cerveau avec les scories des autres.

                                                      vous êtes mieux placés que quiconque pour savoir ce qui vous convient !!!!

                                                      Gardons l’esprit critique.


                                                    • esteban 13 décembre 2012 17:08

                                                      "non non et non, pensez par vous mêmes !!!! Arrêtez de vous laver le cerveau avec les scories des autres.

                                                      vous êtes mieux placés que quiconque pour savoir ce qui vous convient !!!!

                                                      Gardons l’esprit critique.« 

                                                      Le principe pour choisir c’est de savoir ce qu’on choisi, et donc au préalable d’en appréhender le contenu. Seulement une fois cette étape réalisée, vous pourrez dire si vous êtes d’accord ou pas, si cela vous convient ou pas, voire une autre voie.

                                                      Mais vous vous la pétez tellement que ca vous passe au dessus de la tête. Quoi qu’il en soit, rien que sur cette page, vos commentaires sont ceux qui m’ont fait le plus hurler à la connerie personnifiée d’un type qui se prend pour l’oracle.

                                                      Si vous deviez appliquer ce que vous venez d’écrire, mais punaise que venez vous foutre ici ? Voila toute l’incohérence de vos envolées pour la plupart grotesques mise au grand jour.

                                                      Sur ce, merci d’être passé (encore que, quand j’écris ceci, je me dis que c’est moi qui suis passé, parce que vous de toute manière vous »habitez" ici, c’est limite du squat)


                                                    • Romain Desbois 13 décembre 2012 19:35

                                                      Merci de me tolérer encore un peu , je ne savais pas qu’il y avait un quota de liberté d’expression.

                                                      Va vous énerve que je dise aux gens de penser par eux mêmes ?

                                                      Pour quelles raisons ?

                                                      Vous avez peur de votre propre liberté de penser ou plutôt cela vous arrange-t-il que l’on utilise des « prêts à penser ».

                                                      Ni dieu ni maitre !


                                                    • volt volt 13 décembre 2012 15:26

                                                      le monde ? et votre Jardin ?

                                                      vous avez pas remarqué que le monde 
                                                      - comme s’il n’avait qu’une seule « conscience »... - 
                                                      renverse toujours la table dès qu’on y pose un remède ? 
                                                      que si vous dites « soleil, fleurs, joie » il répond au plus vite « fric, bouffe, malheur » ? 

                                                      et si vous recadriez ? « et j’écartais du ciel l’azur qui est du noir »... 
                                                      Une télé ça se pose par terre, en noir et blanc, sans le son, de biais, comme une sale bête ; 
                                                      un portable, ça se domestique comme un animal très mordant.

                                                      Le « monde », comme un menteur qui ne sait plus où trouver la rédemption à son mensonge, 
                                                      a décidé de le pousser jusqu’au bout... C’est une bonne nouvelle Lucie, et c’est un classique - 
                                                      la barbarie à l’extrême est comme une dernière manière de sauver le plus près cieux, 
                                                      c’est un film, un navet, mais ça tourne...

                                                      d’autres attendent même le messie ; certains le disent caché... 
                                                      les juifs (qui sont responsables de tout vous savez) 
                                                      prétendent que c’est un mendiant, assis aux portes de rome, et qui attend.
                                                      il attend quoi ? 
                                                      « Toi » dit la légende. 
                                                      Il attend que le Toi débarque, lorsque le moi aura touché la plénitude de sa stérilité.
                                                      Vous devez sûrement avoir un toi quelque part, en attendant qu’il soit partout.

                                                      le plus grand ennemi de la politique, c’est un lit.
                                                      Le bonheur des amants, même des amis, est l’arme d’un grand fou rire, 
                                                      face auquel toute politique est d’abord : mauvais goût. 
                                                      Et le grand combat qui se joue cherche d’abord à en finir avec le goût... le vôtre.

                                                      un dernier point : on peut s’étonner, dans la résignation - c’est une impasse ; 
                                                      si vous allez fidèlement au bout de votre étonnement, vous règnerez.
                                                      partout des illuminés nous parlent d’enfer et de paradis, 
                                                      heureusement ils n’oublient jamais de chuchoter que c’est tout près, il suffit d’en décider. 
                                                      dès qu’on aborde le paradis, la musique domine la scène.


                                                      • egos 13 décembre 2012 15:26

                                                        Luci,

                                                        voyagez, autant et aussi loin que vs le pourrez
                                                        abdiquez votre enfermement
                                                        vs découvrirez à quel point les gens sont semblables
                                                        petris d’espoir ds 1 monde en demi teinte
                                                        et ns vs arretez surtout pas

                                                        « travel as equals »
                                                        donnera quelques couleurs à votre mélancolie


                                                        • cevennevive cevennevive 13 décembre 2012 16:54

                                                          Bonjour egos, bonjour luCi et tous,

                                                          egos a raison : « voyagez autant que vous le pourrez »...

                                                          Je précise cela aujourd’hui, juste au moment où l’une de mes filles à peu près de l’âge de luCi vient de m’envoyer un message de Thaïlande où elle voyage avec son seul sac à dos et son passeport. Elle a déjà parcouru une partie du monde ainsi.

                                                          Mais luCie, je prenez pas le chemin des touristes ordinaires, rencontrez des gens, des centaines de gens différents de vous et de vos proches...

                                                          Vous verrez que le monde vous paraîtra une mosaïque de choses à la fois merveilleuses et tristes. Et vous ne verrez plus votre propre monde de la même façon.

                                                          Les études, l’université, oui ! Cependant, c’est un monde restreint, pétri de « bonnes » intentions, mais si réducteur parfois. L’école de la vie est bien plus bénéfique et voir d’autres gens, d’autres moeurs répondra bien plus à vos questions que nous, ici, sur ce site...

                                                          Croyez-moi, jeune fille. Voyagez pendant qu’il est temps.

                                                          Cordialement.


                                                        •  C BARRATIER C BARRATIER 13 décembre 2012 15:33

                                                          L’expérience de la vie suggère de répondre à l’auteur
                                                          1. Lhumanité avance très doucement vers l’unité mondiale et il n’y a aucuneraison pour qu’elle aille plus vite. Dans 100 ans ce ne sera pas fait. L’important est d’avoie un peu avancé. Rien ne sert d’être impatient

                                                          2. La France est fondamentalement solidaire par ses lois et par le comportement de la majorité ds citoyens. La mondialisation a été utilisée pour éduire nos solidarités (sécurité sociale santé et retraite, services publics...) car nous nous sommes trop laissés formatés par une minorité de prédateurs égoïstes et anti républicains. Il convient ensemble de leur résister.
                                                          Voir en table alphabétique des news :

                                                          « République : Résister à la pieuvre libérale et intégriste » http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=204


                                                          • Abdu Abdu 13 décembre 2012 16:20

                                                            Pourrait-on m’aider à y voir plus clair ou suis-je condamnée à vivre éternellement dans la souffrance de voir ce monde rester le même pour toujours et à jamais ?

                                                            Aider quelqu’un qui se prénomme Lucie à voir plus clair n’est guère pensable.
                                                            Mais j’ai tout de même quelques bonnes nouvelles.

                                                            Pour commencer, un petit clin d’oeil à ceux qui ont le copyright sur la Bonne Nouvelle : même pour eux pour qui la vie éternelle n’est pas une hypothèse il n’est pas question qu’elle soit éternelle dans la souffrance. L’homme n’est pas sur terre pour souffrir.

                                                            Pour poursuivre, le monde ne reste pas le même. Il change. Et ce changement s’accélère. Et nous avons prise sur ce changement.

                                                            Pour terminer, presque la totalité des humains sont convaincus d’être bons, tolérants et ouverts. Presque tous sont prêt à accueillir et aider de bon coeur ceux qui seraient comme eux-même.

                                                            Le seul problème est que pour la plupart ils copient être les seuls dans ce cas.

                                                            Pas trop le temps de développer, mais souffrir est déraisonnable. Une bonne façon de changer le monde en mieux est déjà d’être mieux soit-même. Il est donc utile au monde de prendre du plaisir auprès de tout ce qui peut en procurer sans bien entendu que ce soit au détriment d’un autre. De même amener les gens à sourire est utile au monde. Et pas peu.

                                                            Bonne continuation ! Tu es plutôt bien partie pour avoir une vie qui ait du sens !


                                                            • COVADONGA722 COVADONGA722 13 décembre 2012 16:36

                                                              bonjour jeune dame j’ai trop peu de savoir pour vous donner des conseils , je suis un homme qui entre doucement dans l’hiver ne donnant sur aucun printemps , peut etre le connaissez vous quand je m’interroge je le relis inlassablement
                                                               :
                                                              En ce monde, contente-toi d’avoir peu d’amis.
                                                              Ne cherche pas à rendre durable la sympathie que tu peux éprouver pour quelqu’un.
                                                              Avant de prendre la main d’un homme,
                                                              Demande-toi si elle ne te frappera pas, un jour.


                                                              Omar Kayyam : poete philosophe perse


                                                              • strato1 strato1 13 décembre 2012 17:36

                                                                LuCi, je n’ai que 2 ans de plus que vous, et vos questions, je me les pose également.


                                                                Malheureusement, aucune réponse digne de ce nom a proposer ou avancer.
                                                                Vous êtes encore a l’école, lorsque vous vous promènerez dans les couloirs de cette dernière, ouvrez les yeux et examinez vos camarades... Un institut écolier avec tous les élèves qui le peuple ne représente ni plus ni moins qu’une mini société.
                                                                Chacun pense de part les avis de le famille, du noyau d’amis, de la télé et des aspirations qui lui sont propre.
                                                                A aucun moment dans l’histoire de l’humanité les humains ont été en accord entre eux, et cela n’arrivera jamais, nous faisons parti d’un tout, mais ce tout est divisé en un milliard de façons de penser.
                                                                Il y aura toujours des gens assoiffés de pouvoir, du narcissisme, de l’optimisme, du défaitisme, de l’individualisme....
                                                                Chacun a sa propre vision de monde... Et vous ne changerez pas grand monde.
                                                                A l’heure actuelle, il est déja important d’essayer de s’en sortir pas trop mal et de vivre décemment.
                                                                Le seul conseil que je puisse vous donner, c’est de déposer votre télévision dans le vide ordure, et de sortir pour vous faire votre propre idée du monde et d’essayer a tout prix d’accéder a vos rêve, mais toujours en faisant attention de ne nuire a personne, le problème actuellement se trouve ici, beaucoup choisissent la rapidité et se moquent de laisser des gens sur le carreaux pour y arriver.
                                                                Privilégier l’humain tout en se battant pour evoluer vers nos aspirations, c’est quelque chose que l’on ne voit pas actuellement, hors, en agissant de la sorte vous serez grande, bien plus grande que celui qui écrase pour y arriver ou celui qui ronchonne dans son coin que rien ne va en ne faisant rien pour améliorer sa condition.
                                                                C’est la seule chose que je peux vous dire.
                                                                Cordialement.

                                                                • oncle archibald 13 décembre 2012 19:24

                                                                  « A aucun moment dans l’histoire de l’humanité les humains ont été en accord entre eux, et cela n’arrivera jamais » ...

                                                                  Faux et archi faux ... Pessimisme de mauvais aloi. Les humains savent parfaitement se mettre d’accord entre eux quand ça en vaut la peine ou quand leur survie est en jeu ... De très nombreux hommes se sont alliés contre le fascisme d’Hitler, l’Europe est unie et ça a sonné la fin des interminables guerres internes qui l’ont ravagée pendant des siècles, moi je trouve ça vachement positif .... Et puis que les Chinois, les Indiens et quelques autres aient aussi le droit de bouffer à leur faim je trouve ça pas mal non plus .. 

                                                                  Bref des raisons de voir l’avenir en rose et pas en noir il y en a plein .. Et comme le faisait observer Romain Desbois les humains n’ont jamais été aussi ingénieux et aussi productifs, si les richesses produites étaient correctement partagées au paradis sur terre on y serait déjà ... Tous ... Peu à peu on y arrivera ...

                                                                • strato1 strato1 13 décembre 2012 19:44

                                                                  Pour une cause bien précise je vous l’accorde, mais de tous temps, pas 2 hommes ont pensé identiquement sur tous les sujets.

                                                                  En effet on a les moyens de tous vivre bien et pourquoi cela ne se fait pas ? Car encore une poignée elitiste protège leur pouvoir et l’argent, la misère, la guerre rapporte de l’argent a certaines personnes et tant que ce ne sont pas ces gens qui changent, le principale ne changera pas, et je pense pour ma part qu’ils ne sont pas près de changer de si tôt.

                                                                • Romain Desbois 14 décembre 2012 13:21

                                                                  je suis d’accord avec strato , surtout que plus nous sommes nombreux et plus il est difficile d’avoir l’unanimité.

                                                                  C’est pour cela qu’il a fallu inventer des règles, comme le tirage au sort ou la majorité, les majorité.

                                                                  Jamais les humains n’ont été d’accord entre eux, c’est pour cela que je propose plutôt une société de choix, plus libérale au sens propre du mot (oui ho je sais que les trolls les plu scons vont me ressortir le mot dans un autre sens. Heu j’en ai marre de devoir sans cesse prévenir les trollages, ca commence vraiment à me les casser grave)


                                                                • strato1 strato1 16 décembre 2012 17:47

                                                                  Si vous ne me croyez pas oncle archibald, allez faire un tour sur des forums, même sur un forum de recettes, les gens trouvent le moyen de se quicher la tête car ils sont en désaccord sur le temps de cuisson d’un pot au feu ...


                                                                • chmoll chmoll 13 décembre 2012 17:40

                                                                  le monde social qui un temps suivait le monde de l’industrie, finance , des mentalité des technologies

                                                                  commence à ne plus pouvoir suivre , il s’essouffle


                                                                  • easy easy 13 décembre 2012 18:34


                                                                    A l’heure où j’écris ces lignes, je vois LuCi plus désemparée que jamais ou plus exactement désemparée sur un espace qui ne lui était pas familier, celui d’AVox (ou de tout autre forum)


                                                                    J’en parlais hier à Abou Antoum et le cas de LuCi illustre bien le phénomène :

                                                                    En gros, bien qu’elle ait déjà eu des frayeur ailleurs, elle est encore toute vierge du mainstream. Disons qu’elle déboule dans la mêlée sans avoir pris la mesure du phénomène mainstream ou en croyant qu’ici il n’existe pas.

                                                                    Nous les vieux singes d’AVox, nous le sondons au jour le jour ce mainstream et savons très exactement où nos propos vont inévitablement secouer la bête (qui n’est pas bête du tout mais qui a ses inerties, ses habitudes et ses talibans). Nous savons dire mille choses diverses et variées sans prendre le moindre coup, malins que nous sommes devenus.

                                                                    Alinéa il y a quelques jour, LuCi aujourd’hui, bien qu’à âges inégaux, sont peu connaisseuses du courant majoritaire (qui est probablement le même ici que partout ailleurs sur le web francophone). Elles ouvrent leur coeur en toute candeur, elles croient, telles des Jeanne D’arc que leur sincérité sera reconnue et se voient soudain rouées de coups par les flics ou archanges de la pensée collective.

                                                                    Outchhh !
                                                                    Heureusement que nous sommes dans le virtuel !

                                                                    M’enfin bon, elles feront comme nous, elles apprendront vite les bonnes manières, elles apprendront à hypocriser et nul doute que dans quelques semaines, elles louvoieront ici avec la tranquillité de vieilles guenons.

                                                                    Elles participeront à leur tour au mainstream et à leur tour elles bizuteront le prochain puceau qui déboulera à coeur ouvert. Elles l’initieront aux bonnes manières (qui consistent déjà à amener de quoi boire et si possible un peu de saucisson).



                                                                    LuCi, vous faites partie de ceux qui ont le plus appris le langage universitaire, le logos.
                                                                    C’est ce langage (celui du sociologue par exemple) qu’il faut pratiquer en public pour être peinard, c’est lui qui offre les protections, les enveloppes.
                                                                    Pas celui de l’ethos-pathos qui est intime et qu’il vaut mieux réserver pour le privé.

                                                                    En public, il est risqué de dire Je suis/Je ne suis pas et J’aime/Je n’aime pas.

                                                                    C’est pourtant uniquement en déclarant son ethos et son pathos qu’on peut participer à changer le mainstream, la loi, la police. Chacun a le devoir ontologique et historique de participer à ce changement. Heureusement que des Simone Veil et des Louise Michel ont mis le paquet.

                                                                    Mais en bonne règle générale (qui rend éclatantes les exceptions) il vaut mieux ne pas mettre tout le paquet sur la table parce qu’en cas de lynchage, on n’a plus aucun recours ni retranchement. Disons qu’il faut disposer d’arrières, en avoir sous le pied comme on dit.


                                                                    • Shawford34 13 décembre 2012 19:12

                                                                      Ah ah, encore un très bon commentaire.

                                                                      D’autant qu’il ne manque aucun des vieux singes d’Agoravox, ayant accouru pour lui apprendre à faire LEURS grimaces...

                                                                       smiley smiley


                                                                    • alinea Alinea 13 décembre 2012 19:22

                                                                      easy : si j’arrive à devenir une vieille guenon, j’en serai heureuse mais, et je ne sais pas si c’est courant chez les singes, pour ma part, je serai plus volontiers solitaire ! comme je n’ai rien à vendre ni rien à acheter, la solitude me sied ; si je suis lynchée- virtuellement bien sûr mais comme je suis un être de chair et de sang, le virtuel peut quand même me faire mal- la retraite sera mon dernier mot. Mais vous avez vu juste sur cette infantile manière de sincérité que je déploie !


                                                                    • volt volt 13 décembre 2012 21:28

                                                                      ne vous trompez pas d’enfant Alinea, un peu d’étymologie voyons.

                                                                      c’est à la vie à la mort !.. vous supplie-t-on ; 
                                                                      on commence par glisser la guenon, 
                                                                      et vous culminerez en paillasson dans quelque bois...
                                                                      à force de vouloir aimer les victimes vous finiriez par en apprécier le principe 
                                                                      au point d’oublier de les défendre ? 
                                                                      mauvais avocat.

                                                                    • volt volt 13 décembre 2012 21:45

                                                                      mais comme easy ouvre un beau débat dans son style splendide et ampouleusement cadenassé, je dirais qu’en effet, les appels au silence sont le pain béni de certains ; et qu’il y a bien quatre motivations ici : parler ; faire parler ; se taire ; faire taire - on peut combiner... et mieux vaut l’or que la misère.


                                                                      certains choix politiques divergeront ; pour ma part par example, je me soucie d’écrire, voilà pourquoi je ne publie pas - « plût au ciel que les écrits restassent... comme c’est plutôt le cas des paroles » disait lacan. Le domaine des écrits qui s’empilent, et meurent, est celui de la publication - l’alinea pouvant s’y étirer jusqu’à l’article ; le domaine des paroles est celui des commentaires. Donc les écrits s’en vont, et les paroles restent. Et quand il s’agit d’écrire, il faut prendre garde à ce genre d’inversions subtiles. 

                                                                      on peut enfin y ajouter cette autre précision : la Parole n’est pas un instrument, et le Sujet qu’elle emploie, à condition qu’il s’y prête (toute une baise), ne risque rien moins que de l’entendre Vivre... en se parlant (d’)elle-même. En cela, l’idée easyienne de taxation sur Parole participe bien de la même logique où l’ennemi est repéré comme tell.

                                                                    • alinea Alinea 13 décembre 2012 21:58

                                                                      Oh Volt, merci de redresser ma barre ! Mais c’est une telle habitude pour moi : gueniche, piche, gitane, sorcière... j’en oublie et sûrement des meilleures !
                                                                      Bon, je vais revoir mon droit !


                                                                    • gaijin gaijin 14 décembre 2012 09:21

                                                                      alinéa
                                                                      « cette infantile manière de sincérité que je déploie ! »
                                                                      surtout continuez !
                                                                      regardez ici les vieux singes agiter leur branche pour essayer de persuader une jeunette de rejoindre leur coterie ......... :
                                                                      soyons nombreux pour avoir l’illusion d’être puissants, tenons nous chaud a rabacher toujours les mêmes âneries, touts ces veilles lunes, d’ aristote a celine en passant par je ne sais qui, oublions que l’ expérience n’éclaire que le chemin déjà parcouru, oublions qu’il n’est pas si glorieux, ni si heureux pour les enfants des hommes ......
                                                                      maudits grecs, maudits égyptiens......
                                                                      tous les empilements de savoirs obscurs et poussiéreux n’ont jamais apporté aucune lumière ...

                                                                      ne devenez jamais une vieille guenon parce que quel que soit l’âge de nos artères on peut être un jeune être humain
                                                                      préférer les question aux réponses
                                                                      et la poésie a la politique ......


                                                                    • easy easy 14 décembre 2012 11:07

                                                                      La question du singe-guenon est la plus difficile que l’homme moderne ait eu à affronter du point de vue essentialiste.
                                                                      Avant Las Casas et surtout Darwin, il pouvait se croire d’essence sinon divine, en tous cas fils-divine. Après c’est devenu compliqué. La lucidité est toujours difficile à gérer. 
                                                                      Se croire cousin du singe et de la guenon est dramatique au regard de l’innocence de ces bestioles car c’est paradoxalement notre essence divine qui aurait pu expliquer notre diablerie.


                                                                      En dépit de cet enfoiré de Darwin, nous avons certes convenu vite fait d’une filiation commune avec les bestioles, mais, au quotidien, nous avons continué plus que jamais à nous considérer d’une autre essence que les bestioles, au point de se voir le bon droit de mélanger leurs cadavres, d’y ajouter des farines, d’ajouter à l’ensemble du goût d’autre chose et de présenter le surimi final à côté des laitues. 
                                                                      L’animal n’est que protéine pendant que nous, oh la la madame, nous sommes toute autre chose encore !


                                                                      Lorsque je dis « Nous les vieux singes et guenons », je procède comme Lacan

                                                                      Je dis « Nous les singes et guenons » dans un contexte neutre, de vague public, où chacun peut feindre de pas m’avoir lu.
                                                                      Je ne pourrais pas dire la même chose si j’étais face aux Immortels en costume de cérémonie, surtout si j’en faisais partie.
                                                                      Non pas que ce serait plus faux mais parce que je serais très déraisonnable de le dire, parce que je serais illico lynché

                                                                      Lacan a entendu, comme nous tous, des milliers de fois « Je lui ai donné tout mon amour »
                                                                      Il s’est permis de dire « L’amour c’est donner ce que l’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas »
                                                                      Il s’est permis de dire ça dans un livre envoyé vers quelque public, chaque lecteur pouvant feindre ne pas l’avoir lu. Il ne se serait pas permis de dire ça devant un parterre de mamans parlant de leur petit bouchon. Il se serait fait lyncher

                                                                      Lacan a entendu, comme nous tous, des milliers de fois « Les paroles d’envolent, les écrits restent »
                                                                      Il s’est permis de dire, comme l’a rappelé Volt plus haut, « Plût au ciel que les écrits restassent comme c’est plutôt le cas des paroles »
                                                                      Là encore, il s’est permis de dire ça dans un livre mais pas devant un parterre d’écrivains, pas devant ceux qui, à l’académie des Belles lettres et Citations, sont honorés pour rendre les écrits éternels. Il se serait fait lyncher.

                                                                      Il est courant de dire « Ce n’est pas aux vieux singes-guenons ...grimaces... » sans désigner qui que ce soit de précis, pas même Nous.
                                                                      Cette manière de faire a des allures de lucidité mais passe tout de même assez bien. On y est habitué. Disons que c’est le seuil de lucidité tolérable.

                                                                      C’est déjà plus compliqué quand on passe à « Nous, les vieux singes-guenons... »


                                                                    • gaijin gaijin 14 décembre 2012 11:32

                                                                      easy
                                                                      « au regard de l’innocence de ces bestioles »
                                                                      mais non !
                                                                      ils ne sont en aucun cas innocents : on a vu plusieurs chimpanzés s’associer et prendre des bâtons pour en frapper un autre a mort .....
                                                                      quoi de plus ordinairement humain ?
                                                                      entre une épée d’ académicien et un bâton qu’elle différence ?
                                                                       
                                                                      une question difficile dites vous ?
                                                                      mais non ! il suffit d’ enlever nos lunettes et d’accepter de voir dans la glace le chimpanzé ( ou le bonnobo ) qui nous regarde ...........
                                                                      descendons de notre piédestal et renommons notre espèce : singes sapiens !

                                                                      je dirais plutôt un travail au quotidien :
                                                                      pensez vous que je fasse l’ économie de la question en vous répondant de me demander si je suis en train d’ agiter ma branche ou quoi ?
                                                                      en aucun cas !


                                                                    • easy easy 14 décembre 2012 11:42

                                                                      ’’’’’ ils ne sont en aucun cas innocents : on a vu plusieurs chimpanzés s’associer et prendre des bâtons pour en frapper un autre a mort .....«  »«  »

                                                                      C’est un fait incontestable.

                                                                      Comme est incontestable le fait que nous pourrions démontrer que l’animal est bien plus innocent que l’Homme.

                                                                      (Je passe sur le fait que les singes ont vu nos manières et s’en sont inspirés)


                                                                    • easy easy 14 décembre 2012 11:48

                                                                       *****descendons de notre piédestal et renommons notre espèce : singes sapiens ! *****

                                                                      C’est faire preuve de lucidité que d’aller en ce sens.

                                                                      Et nous sommes quelques uns à accepter cette démarche.

                                                                      Mais je n’ai encore vu personne dire à quelqu’un qui le bousculait « Moi, singe sapiens, je te juge malotru »


                                                                    • gaijin gaijin 14 décembre 2012 12:12

                                                                      forcément
                                                                      un singe sapiens en passe d’être conscient se contenterait peut être de sourire et de dire excusez moi .......
                                                                      un singe sapiens un peu plus conscient aurait peut être anticipé la situation

                                                                      moi singe sapiens je ne peut vous dire que cela : si vous avez envie de le voir n’attendez pas de l’avoir vu pour l’ être !
                                                                      sortez du schéma social de l’imitation des comportements !
                                                                      ( je dit sortez parce que je n’ose pas dire sortons ! sinon je risque de recommencer a agiter ma branche .........)
                                                                      difficile .....après tout vous aviez raison  !!!

                                                                      connaissez vous ce vieux singe de krishnamurti ?
                                                                      « la pensée peut elle se libérer du connu ...... » il était malin


                                                                    • easy easy 14 décembre 2012 12:50

                                                                       **** la pensée peut elle se libérer du connu ****

                                                                      Ouille, ça fait mal !

                                                                      Très mal.

                                                                      Me voici avec une nouvelle Douleur.
                                                                      Merci l’ami.


                                                                    • gaijin gaijin 14 décembre 2012 13:37

                                                                      vous êtes maso ?
                                                                      https://www.youtube.com/watch?v=T9X705Pging
                                                                      vous allez adorer vous faire du mal smiley

                                                                      l’histoire de kiki est en elle même savoureuse
                                                                      ce type qui devait devenir le bouddha des temps modernes a bazardé tout le truc et a dit :
                                                                      « arrêtez votre cirque regardez par vous même vous n’avez besoin ni de moi ni de personne ... »
                                                                      résultat il a été suivit par des milliers de gens :
                                                                      « oui oui maitre expliquez nous encore ...... »

                                                                       smiley smiley smiley


                                                                    • obi53 obi53 13 décembre 2012 18:41

                                                                      vieux de 49 ans , je me retrouve dans vos interrogations et questionnements je ne peux vous donner de réponses si ce n’est de garder cette stupeur devant ce monde capable du pire mais aussi rarement du meilleur
                                                                      un plaisir de vous lire, une fraicheur et une belle independance d’esprit , cela rafraichit

                                                                      tous mes voeux


                                                                      • Jason Jason 13 décembre 2012 18:51

                                                                        @ Volt

                                                                        Beaucoup trop sérieux tout ça.

                                                                        « Vous devez sûrement avoir un toi quelque part, en attendant qu’il soit partout. »

                                                                        Moi, je propose un toi ouvrant.

                                                                        « le plus grand ennemi de la politique, c’est un lit. »

                                                                        Savez vous que les lits sont les endroits les plus dangereux du monde ? 90% des gens y meurent.


                                                                        • volt volt 13 décembre 2012 21:17

                                                                          c’est tout le contraire du sérieux... 

                                                                          et justement il est des dangers qui sauvent,
                                                                          vu que le toi est toujours ouvrant.
                                                                          Jason... vous faites comme elle titre, 
                                                                          vous ouvrez vos phrases par « Moi, »...


                                                                        • Jason Jason 13 décembre 2012 22:17

                                                                          Ah, mais c’est pire que ça. C’est Moi, Je...
                                                                          On ne se refait pas, et les tics de langage ont la vie dure.


                                                                        • Yohan Yohan 13 décembre 2012 19:00

                                                                          chère LuCi, il va falloir vous y faire.

                                                                          Perso, je suis écoeuré des gens de ma génération, ceux qui ont tout eu, tout pris, jamais connu les affres de la guerre et qui continuent d’enfumer les jeunes avec de beaux discours pour tenter de les anesthésier pour maintenir leurs avantages acquis, continuer à solliciter des retraites à 60 ans que vous devrez payer de votre poche sans garantie d’en avoir une demain, voire même de conseiller d’intervenir dans des conflits mondiaux, sachant qu’ils ne seront pas sollicités pour tenir le fusil. Un conseil, ne vous laissez pas bercer d’illusion par des égoïstes, avides et accapareurs pour eux mêmes. Soyez pragmatique et lucide sur l’état de décomposition de la société, sachant que ceux qui se réclament d’être du côté du bien l’exercent rarement dans la vraie vie

                                                                          • Le péripate Le péripate 13 décembre 2012 19:09

                                                                            Oui. L’histoire se rappellera que nous avons été la génération qui a dilapidé l’héritage de nos parents et engagé l’avenir de nos enfants. Triste bilan.


                                                                          • Romain Desbois 13 décembre 2012 19:18

                                                                            Comme si les gosses n’ont pas d’abord profité de ce modèle que vous conchiez !!!!

                                                                            de plus nous vivons dans un système mis en place après guerre, alors c’est un peu con d’accuser ceux qui sont arrivés après d’en être responsable.

                                                                            Yohan chômeur professionnel recherche boulot dans tout boulot (de pompier pro à chef d’entreprise), spécialité : mythomane ! smiley


                                                                          • alinea Alinea 13 décembre 2012 19:23

                                                                            En un mot, veut dire Yohan : ne votez pas Mélenchon !


                                                                          • francesca2 francesca2 13 décembre 2012 19:40

                                                                            Même si je crains que vous vous adressiez à un bot, Yohan, votre commentaire est précieux. 



                                                                          • LuCi LuCi 13 décembre 2012 19:58

                                                                            Francesca2, est-ce moi le bot ? 




                                                                          • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 13 décembre 2012 20:04

                                                                            Bot peut-être pas, mais votre titre sonne vraiment faux. Et votre texte, c’est du charabia qui mélange tout.


                                                                          • LuCi LuCi 13 décembre 2012 20:06

                                                                            Merci pour votre avis, j’en prends bonne note. 


                                                                          • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 13 décembre 2012 20:23

                                                                            De rien....

                                                                            Profitez-en pour noter aussi que votre manière très économique et calme de réagir dans ce forum ne correspond pas non plus au profil d’une jeune ingénue qui s’interroge sur le monde.

                                                                            Ce sera tout pour aujourd’hui.

                                                                          • LuCi LuCi 13 décembre 2012 20:36

                                                                            Je ne pense simplement pas qu’il soit nécessaire que je m’énerve ni même que j’essai de vous convaincre de ma bonne volonté vu que de toute évidence chacun des membres d’AgoraVox s’est fait une idée sur ma personne dès les premières lignes de mon article.


                                                                            Tout essai serait vain. J’ai dit ce que je ressentais le besoin de dire, libre à vous de converser là-dessus. Vous n’appréciez pas, et bien soit, cela ne va guère changer ma vie. Il serait stupide de ma part, je pense, de déblatérer des heures sur le sens de mon article qui veut dire simplement ce qu’il dit. Vous trouvez cela candide, naïf, et sans aucun intérêt, libre à vous. =) 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès