• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mollahs d’Iran et Amérique : Guerre ou bien négociations (...)
#74 des Tendances

Mollahs d’Iran et Amérique : Guerre ou bien négociations ?

Mollahs d'Iran et Amérique : Guerre ou bien négociations ? {JPEG}

Bien que le scénario d’escalade militaire qui a prévalu pendant des jours après l’assassinat du général Qassem Soleimani ait considérablement diminué, il n’est pas possible de dire définitivement que le spectre d’une guerre par procuration entre le régime des mollahs et l’Amérique s’est complètement éloigné de la scène du conflit et de ses champs d’action attendus.

La volonté des parties à la crise, les mollahs d’Iran et la Maison Blanche américaine, d’éviter la guerre n’est pas entièrement suffisante pour mettre fin aux attentes de guerre car d’autres partisans de la ligne dure sont capables de déclencher une crise majeure qui pourrait amener les deux parties à mener une guerre dont elles ne veulent pas. Au premier rang de ces partis, bien sûr, on trouve les partisans de la ligne dure des Gardiens de la révolution iranienne et de ses milices déployées sur l’échiquier du Moyen-Orient.

Il est vrai que les chefs de ces milices suivent les ordres des chefs des gardes. Mais il reste du travail à faire pour améliorer les conditions d’une éventuelle négociation.

Par ailleurs, des erreurs de calcul sont possibles, dans la dynamique du travail de ces milices irrégulières, qui opèrent parfois dans certaines circonstances et pour certains objectifs, en dehors des systèmes de contrôle et de hiérarchie auxquels elles sont soumises.

Une lecture attentive des détails de la scène actuelle du conflit irano-américain nous permet de dire que la négociation est toujours la possibilité future la plus probable. C’est l’option la moins coûteuse et la plus conforme aux intérêts des deux parties de la crise, après que toutes deux aient obtenu ce qu’elles voulaient au niveau militaire, sans tenir compte de l’évaluation objective et spécialisée de ce qui a été obtenu.

Le président Trump a démontré que l’assassinat du général Soleimani démontre sa capacité à prendre la décision difficile de dissuader le régime iranien, en évitant une échappatoire politique continue que ses adversaires exploitent en parlant de son administration de la question iranienne. Il y est parvenu dans une large mesure.

D’autre part, les mollahs ont évité une grave attaque militaire américaine et ont échappé aux répercussions catastrophiques de l’assassinat du général Qassem Soleimani au cas où ils risqueraient une réponse militaire inconsidérée à l’attaque américaine. Ils ont choisi une réponse calculée qui n’était ni proportionnelle aux réactions iraniennes ni aux attentes du peuple iranien. Mais la réponse était conforme aux priorités du régime des mollahs et à leur pragmatisme extrême, qui place les intérêts du régime, sa survie et son maintien au dessus de toute autre considération.

Les deux parties à la crise qui a menacé le Moyen-Orient après l’assassinat de Soleimani étaient bien conscientes de la nécessité d’accélérer le retour aux règles du jeu implicitement convenues.

Les mollahs se sont rendus compte qu’ils avaient violé ces règles en prenant pour cible l’ambassade américaine dans un acte qui touchait à une mauvaise mémoire historique de l’esprit politique américain. Ils n’ont pas réalisé que le président Trump ne pouvait pas permettre que son règne soit lié au siège répété d’une ambassade américaine par les Iraniens. Les discussions du Conseil national de sécurité iranien dirigé par le Guide suprême (pour la première fois) ont contribué à freiner la ruée et à identifier les erreurs et les priorités avec une grande précision et un grand réalisme. Le régime a choisi une réponse militaire calculée pour sauver la face, en se concentrant sur une voie politique basée sur l’idée de retirer les forces américaines d’Irak. C’est aussi une façon de sauver la face.

Il sera probablement difficile d’atteindre cet objectif dans un avenir prévisible, car il a des répercussions négatives qui ont un impact grave sur les Etats-Unis. Je suis convaincu qu’une grande partie de ce qui se passe dans l’espace des relations irano-américaines au stade actuel visait encore à améliorer les conditions de négociation et à renforcer la position de négociation, en particulier de la part du régime iranien.

Le régime iranien est bien conscient que sa principale force est due à certains facteurs, notamment la grande marge de manœuvre dont il dispose dans son domaine régional vital grâce aux armes de sa milice sectaire. Ses capacités en matière de missiles peuvent être transformées en un temps record en capacités fusées/nucléaires.

Ces deux éléments sont actuellement l’objectif de la stratégie américaine. La stratégie américaine cherche à changer le comportement du régime des mollahs au niveau régional, en le dépouillant de ses capacités régionales et de missiles, ou du moins en limitant sa capacité de mouvement et d’expansion stratégique et en sapant les sources de sa menace, en particulier pour Israël, et cela en élargissant la portée de l’accord nucléaire pour inclure la réduction des capacités de missiles de l’Iran.

Les mollahs d’Iran ont parié sur leur capacité à supporter les effets des sanctions. Les sanctions touchent principalement le peuple et n’affectent pas beaucoup le régime. Le régime a élaboré une stratégie pour gagner du temps jusqu’à la fin du mandat présidentiel du président Trump dans l’espoir de la venue d’un nouveau président américain qui rendra son pays à l’accord nucléaire dont le président Trump s’est retiré.

Au cours de la période récente, les mollahs se sont efforcés d’ajouter de l’huile sur le feu et se sont efforcés d’affaiblir la position du président Trump au pays et ont mal compris sa mentalité de dirigeant. Ils ont voulu déclencher des crises embarrassantes pour lui, comme l’abattage du drone américain, et s’impliquer dans plusieurs opérations visant des pétroliers, jusqu’au siège de l’ambassade américaine à Bagdad et au ciblage des bases militaires américaines en Irak.

Et leurs comptes dans tout cela étaient séparés des comptes de l’autre partie (Président Trump). Ils n’ont laissé au président d’autre choix que de risquer la décision de tuer le général Soleimani pour dissuader l’Iran et arrêter l’accélération de ses actions hostiles contre son pays.

Il est vrai que le président Trump n’a peut-être pas un environnement interne qui lui permettrait de mener une guerre de grande envergure contre l’Iran, en raison notamment de son conflit avec la Chambre des représentants, des positions hésitantes de ses alliés européens de l’OTAN et du rejet de la guerre avec l’Iran par la Russie et la Chine.

Mais même si la guerre ouverte ou totale ne fait pas partie des options militaires des États-Unis, les frappes militaires chirurgicales rapides comme l’éclair fondées sur la supériorité des missiles américains en font partie. Le président Trump y a fait référence explicitement lorsqu’il a parlé de cibler les sites culturels iraniens, puis il a rapidement reconsidéré la question après avoir constaté que cette affaire contredisait le droit international.

Mais le message est parvenu aux dirigeants des mollahs et a atteint son but. Les symboles culturels dont parlait le président Trump comprennent peut-être la plupart des sites qui peuvent être encore plus importants pour le régime iranien que les capacités et les installations militaires, y compris les centrales nucléaires elles-mêmes.

Il semble que le président Trump avait l’intention de transmettre ce message pour freiner la folie des mollahs d’une incitation accélérée contre tout ce qui est américain en Irak, jusqu’à ce que le général Soleimani soit tué.

Dans l’ensemble, les signaux échangés entre les mollahs et l’Amérique peuvent être compris même dans les moments les plus furieux et les plus émotionnels.

Le président Trump défend la décision de tuer Soleimani et souligne qu’il «  planifiait une attaque contre quatre ambassades américaines,  » et que l’Iran envisageait de «  bombarder  » l’ambassade américaine à Bagdad. Pendant ce temps, le représentant spécial des États-Unis pour l’Iran, Brian Hook, s’exprimait à Bruxelles sur la volonté de Washington de tenir des discussions sur la question iranienne. Hook a déclaré que le président américain Donald Trump avait annoncé l’ouverture de nouvelles portes à la diplomatie américaine pour négocier ce dossier.

Par ailleurs, le délégué iranien auprès de l’ONU Majid Takht-Ravanchi a évoqué l’idée de dialogue, affirmant que l’administration américaine actuelle n’est «  pas prête  » au dialogue, vu son «  antagonisme envers le peuple iranien.  »

Ce sont de petits signaux mais ils témoignent d’une tendance mutuelle à se calmer et à revenir au langage des signes mutuels en vue de s’asseoir à la table des négociations. Tout report de cette étape ne signifie pas la possibilité d’une guerre autant que cela signifie que les termes des négociations pour les parties ou l’une d’entre elles ne sont toujours pas favorables.


Moyenne des avis sur cet article :  1.48/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Massada Massada 16 janvier 10:57

    Le prince iranien en exil Reza Pahlavi, fils du dernier chah d’Iran, a prédit mercredi la chute de la République islamique dans les prochains mois, exhortant les Occidentaux à ne pas négocier avec ses dirigeants.

     
    Lors d’une conférence à Washington, il a fait le parallèle entre les manifestations iraniennes des derniers mois et la révolution islamique qui a abouti au renversement de son père début 1979.

     
    « Ce n’est qu’une question de temps », « je crois qu’il s’agit du même état d’esprit », a dit l’ancien prince héritier âgé de 59 ans, qui réside dans la banlieue de la capitale américaine. « Il ne manque plus que quelques semaines ou mois pour arriver à l’effondrement final, un peu comme lors des trois derniers mois de 1978 avant la révolution », a-t-il estimé.


    • Zozo canal histrionique 16 janvier 10:59

      @Massada

      Oki doki, essayez de m’empêcher d’atteindre G... maintenant, 🤬 🐲🤞 de fil(s) de Belzebuth, Gnaaaaarf !


    • DACH 16 janvier 14:52

      @Zozo canal histrionique=la lèpre a rongé vos neurones.


    • Spartacus Spartacus 16 janvier 11:00

      C’est effectivement un bon résumé de la situation.

      Le vrai problème est l’incompétence et le sectarisme des Mollahs et leur inconsistance.

      Des autocrates religieux qui ne savent que mentir, terroriser menacer et sacager tout ce qu’ils touchent.

      Du pouvoir a des gens imprévisibles, irrationnels qui se croient investi de la science infuse et qui disposent de la terreur sur leur peuple est le problème....

      La seule solution serai que le peuple dégage ces fanatiques....

      Trump a donné le chemin, auront ils la chance de trouver l’opportunité de devenir un pays libre ?...


      • Massada Massada 16 janvier 11:06

        Les enfants des dictateurs iraniens sont milliardaires.
         

        L’empire financier du dirigeant suprême, Ali Khamenei, vaut au moins 95 milliards de dollars. Selon Reuters, Khamenei, son fils Mojtaba et d’autres membres de sa famille ont emmené l’argent dans des banques étrangères en Suisse et aux Émirats arabes unis.

         

        Plus de 5 000 des « enfants riches » du régime vivent en dehors de l’Iran et ensemble, ils ont 148 milliards de comptes bancaires, plus que des réserves de change du pays.

         

        Pendant ce temps, les statistiques de la Banque mondiale ont révélé que l’Iran a connu un terrible effondrement économique au cours des quarante dernières années à cause du gouvernement clérical.
         

        La Banque mondiale estime, sur la base du pouvoir d’achat iranien entre 1976 et 2017, qu’au cours de cette période, un Iranien moyen s’est appauvri de 32% de plus qu’auparavant. En outre, plus de 40% de la population iranienne vit en dessous du seuil de pauvreté.


        • sls0 sls0 16 janvier 13:43

          @Massada
          Et les sources pour le revenu des enfants ?
          Coté occident ils touchent le RSA ?


        • phan 17 janvier 07:58

          @Massada

          L’antisémite Yair Netanyahou, a avoué les crimes de corruption de son père, le Boucher de TelAviv.
          Tandis que Trump a avoué que son grand père est vraiment son père, mais c’est Dallas, l’univers impitoyable !

        • sls0 sls0 16 janvier 13:48

          Une guerre ?

          L’Iran n’en a pas envie et les USA les moyens.

          Négocier ?

          On ne négocie pas avec des gens qui changent toujours d’avis et qui sortent des accords d’une façon unilatérale.


          • DACH 16 janvier 14:56

            @sls0=si vous saviez comment les iraniens sont en train d’obtenir leur bombe A, en ne respectant pas l’accord qu’ils ont signé......


          • sls0 sls0 16 janvier 16:20

            @DACH
            Je souriais à l’époque des négociations. 
            Pour les iraniens renoncer à la bombe ne devait pas trop être difficile vu qu’il y avait une fatwa de Khomeini qui l’interdisait.
            Un outil de négociation pour moi.
            Qui sont les ennemies atomisables de l’Iran ?
            Les USA ? Ils n’ont pas de vecteurs pour les atteindre.
            Israël ? Entre le hezbollah et Gaza il y a assez de missiles pour renvoyer Israël au moyen âge et si les autres pays qui ont un différent avec Israël s’y mettent c’est la préhistoire. Le dôme de fer à la capacité d’en détruire 0,32% en cas d’attaque de forte intensité.
            Il y a une dizaine d’années c’était du Kassam, un hybride entre le missile et le feu d’artifice. Israël parle assez des sites de production de missiles de forte puissance et de précision du hezbollah pour envisager autre chose que du Kassam. Je dis du mal du Kassam, il est quand même passé d’un kg d’explosif à 20km à 10kg à 160km.

            On fait un parallèle avec la Corée du nord et sa bombe, stratégiquement parlant c’est différent, Corée du sud et Japon ne sont des pays intégristes comme Israël, ils deviennent rapidement pacifiques avec la menace de la bombe. Les USA deviennent l’ami encombrant.
            Et c’est dans le cadre d’une guerre symétrique. Au moyen Orient la guerre assymétrique est plus à la mode et efficace.
            Le parlement irakien a donné mandat à son premier ministre pour l’achat de S400, bientôt toute la zone du moyen Orient sera à l’abri de l’aviation US ou israélienne.
            En 73 Israël a gagné grâce à la connerie de généraux égyptiens. Tant que les chars égyptiens étaient sous la protection des missiles de leur DCA ils étaient parti pour une victoire. Des généraux les ont envoyé hors protection et il se sont fait massacré par l’aviation israélienne. Très efficace une bonne DCA.

            Les iraniens échaudés par de multiples ruptures de contrats ont acquis un savoir.
            D’après des experts russes et US les iraniens ont tellement développé leur système S300 qu’il est presque au niveau du S400. Du multicouche intégré en profondeur, les russes ont mieux, les chinois pas sûr et les américains à la ramasse, la destruction des raffineries Aramco ainsi que les bases US en Irak ne plaident pas en faveur de leur DCA.
            Il n’y a plus qu’à Hollywood et dans les jeux vidéo que les USA sont les plus forts.


          • DACH 16 janvier 17:16

            Quand un ennemi déclaré de sa nation et de ses intérêts a l’ambition de vous détruire, n’est-il pas normal de le combattre jusqu’à l’éliminer ? C’est légitime selon les lois de la guerre, déclarée pou non. La volonté de le faire a manqué pendant un certain temps pour des raions qui se voulaient rationnelles. Ne prétend-on pas tout excuser ou expliquer par la rationalité ? Ce qui gène les partisans des Mollahs c’est que la réaction américaine, avec cette élimination, n’a pu être prévue per eux ! A force de miser sur la faiblesse et le manque de détermination de la politique américaine ! Or la dangerosité du SS iranien est telle que même des syriens et des irakiens des appareils d’état ont souhaité ce qui est arrivé. C’est ainsi qu’ils ont aidé la cellule américaine à suivre ses déplacements et ainsi permettre le coup fatal sur le SS et ses affidés de talents en matière de terrorisme et d’assassinats. De plus, ses prochaines actions étaient identifiées par les services, même si ils ne rendront pas publiques lea teneur des enregistrements pour ne pas dévoiler les moyens utilisés. Cette élimination est élgitime, justifiée et met un coup d’arrêt à l’expansionisme des Mollahs. Il ne dépend que des volontés occidentales et arabes pour que le recul possible devienne réalité.


            • DACH 16 janvier 17:33

              La bonne question n’’est pas de déterminer qui serait le plus fort en cas de conflit ouvert et généralisé. D’ailleurs les iraniens Mollahs savent qu’ils n’ont pas intérêt à provoquer un conflit de cet ordre, car ils perdraient tout. Ils peuvent perdre, plus lentement, si le peuple continue sa révolte, quelque soient les répressions sanglantes déjà commencées. Quelle est la vonlonté de tous de freiner les ambitions mortifières iraniennes ? Si cette volonté se manifeste, il y aura la paix assez prochainement. Sinon, elle ne viendra qu’après un affrontement sévère et de courte durée avec les Mollahs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès