• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Monsieur Condamin-Gerbier est un homme dangereux (mais pour qui (...)

Monsieur Condamin-Gerbier est un homme dangereux (mais pour qui ?)

Monsieur Condamin-Gerbier est un homme dangereux : c’est pour cela qu’il est en prison, en Suisse, et ce depuis le 5 juillet 2013.

Convoqué comme témoin dans l’affaire Cahuzac, il a ensuite été auditionné à deux reprises par une commission d’enquête parlementaire sur un éventuel dysfonctionnement de l’Etat durant l’affaire Cahuzac : vous pouvez trouver ces deux auditions ici et ici.


Lors de ces deux auditions, cet homme fait mention (en plus de décrire les mécanismes « institutionnalisés » d’optimisation, de fraude ou d’évasion fiscale -si l’on veut faire des différences « légales » ) d’une liste d’hommes politiques qui possèdent ou ont possédé des comptes dissimulés à l’étranger, dont certains ministres passés ou actuels, donc de droite comme de gauche : de quoi mettre un beau bazar dans cette misérable -et corrompue- République ; et à cette occasion on remarquera la discrétion de l’UMP et du PS sur une affaire qui semble les embarrasser tous deux…

 

Monsieur Condamin-Gerbier dérangeait donc, et c’est ainsi qu’il se retrouve deux jours après son audition non pas protégé par les autorités françaises comme promis par les parlementaires lors de la première audition (il semble que le « détail » de sa protection consulaire en tant que ressortissant français ait en plus été « oubliée » par les autorités -cf le rapporteur de la commission d’enquête), mais tout simplement mis en cause sous divers prétextes dont celui de « viol du secret professionnel » (et comment faire autrement sous serment face à un juge : lui mentir ?). Cette mise en accusation fait suite à une courte -mais efficace- campagne de décrédibilisation à son encontre destinée justement à préparer l’opinion à son arrestation.

 

Pourtant, qu’un homme qui a travaillé pendant plus de vingt ans pour « le grand capital » ne soit pas un saint, voilà qui n’étonnera personne. Et qu’on ait quelques reproches à lui faire non plus. Mais cela remet-il en cause l’exactitude des faits qu’il dénonce ?
Bien sûr que ses motivations sont à éclaircir, et ses objectifs également. Mais ne doit-on pas faire une différence entre « celui qui dit » et « ce qu’il dit » ?

 

Enfin, toujours est-il que Pierre Condamin-Gerbier a pris des risques en dévoilant publiquement des secrets d’Etat. Pour son travail, pour sa réputation, pour sa liberté, et peut-être même pour sa vie. En expliquant comment l’Etat était évidemment au courant de l’existence du compte suisse de Jérôme Cahuzac et de ce genre de pratiques (puisque l’Etat lui-même a recours à des comptes offshore pour certaines de ses opérations secrètes), et surtout comment la question d’entraide fiscale posée à la Suisse par la France était sciemment « mal posée » pour éviter les recoupements avec d’autres personalités qui en auraient inévitablement découlés…L’Etat a donc volontairement protégé une classe politique corrompue qui risquait, à droite comme à gauche, de devoir s’expliquer publiquement sur l’existence de ces comptes.

 

Il fallait donc se débarrasser de ce témoin gênant… Voilà qui est fait. L’Etat Français, avec la complicité de l’Etat Suisse, est en train de faire un autre Bradley Manning, un autre Edward Snowden, un autre Julian Assange… Aujourd’hui quand un homme dérange le pouvoir en dénonçant au peuple les exactions de ce dernier, il devient un ennemi à abattre au lieu d’être remercié comme un héros. Il y a beau jeu de dénoncer la corruption, les fraudes et d’annoncer vouloir « protéger » les lanceurs d’alertes, mais dans la réalité tout est fait pour les empêcher d’exister.


 

Que faire face à ces pratiques ? Comment doivent réagir ceux qui « savent quelque chose » qui puisse remettre en cause des pratiques pourtant illégales (en plus d’être immorales et anti-démocratiques) ? se taire et continuer de faire comme si de rien n’était, ou tenter de s’arranger avec sa conscience en occultant les informations qui la dérangent ?

 

Je ne sais pas vous, mais moi je trouve que cela commence à faire beaucoup. Je ne suis pas indigné mais révolté par tant d’hypocrisie, de mensonges, de tromperies. Alors que les « plus modestes » ont des difficultés à se nourrir , nos gouvernants continuent de vouloir nous faire payer les erreurs et les mensonges de leurs prédécesseurs. Tout cela est proprement scandaleux, il faut faire quelque chose.

 

En regardant rapidement sur internet, je n’ai pas trouvé de site qui laisse aux « lanceurs d’alertes » un espace dédié, ou qui prévoit une défense juridique pour les protéger ; j’ai trouvé un site qui fait le point sur le sujet, mais rien qui permette aux lanceurs d’alertes de dénoncer publiquement les fourberies d’untel ou d’untel. Peut-être me trompé-je, auquel cas j’attends vos liens, mais si ce site n’existe pas, il faudrait le créer. Que ceux qui seraient motivés par une telle création n’hésitent pas à me contacter, vous trouverez l’adresse de mon blog en fin d’article.

 

Il faut dire qu’avec la spécialisation à outrance et la division du travail poussé à son extrême, on se retrouve un peu dans un monde orwellien ou chacun effectue une tâche précise sans jamais avoir une idée ni de la tâche sur laquelle travaille son voisin, ni de la vision globale à laquelle son travail participe. Mais si l’on considère le nombre d’individus qui disposent, à leur échelle, d’éléments plus ou moins compromettants, et que ces éléments étaient rapprochés en un même lieu d’autres éléments d’importances et de valeurs diverses -peu importe, alors on peut imaginer la force d’impact que pourrait avoir un tel site.

 

Cela permettrait également de solidariser les « lanceurs d’alertes », et de les protéger collectivement, avec un service juridique dédié à la protection de ces personnes. La profusion des informations serait aussi pour les lanceurs d’alertes un moyen de se « fondre » dans la masse et de prendre moins de risques à dévoiler les corruptions, exactions ou mensonges dont ils sont témoins, pendant que la diffusion généralisée de ces informations à un grand nombre de citoyens permettrait de sensibiliser l’opinion à l’état réel de notre démocratie.

 

Contrairement à la prudence la plus élémentaire, il faudrait que les « lanceurs d’alertes » ne soient pas anonymes mais assument leurs dires pour d’une part être crédibles dans leur engagement, et d’une autre part pour montrer aux autres qu’il n’y a pas à avoir peur. On pourrait tout à fait imaginer des « actions » brèves durant lesquelles de nombreux lanceurs d’alertes, à une date donnée, dévoilent tous en même temps leurs témoignages pour saturer les services de renseignements qui luttent désormais clairement contre l’établissement de la vérité.


Il faut que les témoins parlent, car leur silence finira par les rendre coupables. Que tous les Condamin-Gerbier qui savent et qui en ont marre de se taire fassent preuve de courage, que tous les Snowden se lèvent pour dénoncer les abus auxquels on les contraint, que tous les Assange diffusent et partagent les secrets dont ils sont en possession. Il faut que cela cesse, car autrement cela finira mal : les hommes dangereux ne sont pas ceux que l’on croit.

 

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 17 juillet 2013 16:47

    Il savait en se rendant en Suisse qu’il risquait d’être arrêté, puisque d’après ce que j’ai lu, il contrevenait pénalement à une loi Suisse. Il le savait pertinemment.

    ce qui n’empêche que vous avez raison concernant le manque de protection de la part des autorités françaises qui l’ont convoqué officiellement à déposer devant une commission et des juges.

    Caleb irri, j’avais lu votre article sur le cerveau collectif et je connais votre investissement sur les questions constitutionnelles. je vous signale ma série d’articles "Grenelle citoyen de la démocratie  si ça peut vous intéresser. le troisième volet paraît aujourd’hui.


    • caleb irri 17 juillet 2013 22:52

      @ bernard29

      bonjour, j’ai vu votre dernier commentaire mais je n’ai pas encore pris le temps de lire les 3 volets. Je regarderai ça très vite !


    • Abou Antoun Abou Antoun 18 juillet 2013 14:15

      Il savait en se rendant en Suisse qu’il risquait d’être arrêté,
      Tout bien pesé il a peut-être conclu que c’est dans une prison suisse que le risque était moindre. Un accident est si vite arrivé ...


    • caleb irri 17 juillet 2013 22:56

      @ Démosthène

      La suite ? quelques mois au frais pour l’homme dangereux le temps qu’on oublie cette affaire, et puis on continue comme avant, non ?


    • Rensk Rensk 17 juillet 2013 20:43

      Vous êtes assez incroyable vous les français...

      Il a juré craché dire la vérité au juge d’instruction et a la commission d’enquêtes...

      Il leurs a dit qu’il s’était trompé une fois de carte de crédit (pour aider sa mère) alors qu’il a été condamné pour 192 utilisation frauduleuse... (ordonnance P/1045/2006 de la justice genevoise)

      Il a prétendu a vos « gugus » qu’il a fait l’HEC alors que Delphine Wharmby de l’HEC de Paris, directeur de la communication contredit cela...

      Puis connaissez-vous des banquiers qui ont plus de 128’930.55 Fr.- de poursuites et 36’795.30 Fr.- d’actes de défaut de bien ? soit au total 165’725.85 Fr.- de dettes ? (Valeurs du 08.05.2013)

      Même Mediapart a dû changer son article car eux aussi l’ont cru « sur parole »...

      Sous serment, il déclare « J’exerce toujours mon métier mais de façon complètement indépendante, sans être rattaché à un quelconque établissement », alors qu’il est au chômage, comme il l’a lui-même affirmé en juin dernier devant le Tribunal de Nyon qui jugeait une affaire de dette contractée à titre privée.


      • Rensk Rensk 17 juillet 2013 21:11

        Dans un autre registre de ce drôle de personnage que vous voyez comme « héro » (qui lave plus blanc que blanc)...

        Cette anecdote, racontée avec forces détails au média français, amuse un cadre bancaire de la place genevoise : « Rouvrir le Credit Suisse un jour férié pour décaisser un million de francs cash ? Sans caissier qui travaille et en désactivant le système d’alarme ? Même Brady Dougan (CEO de Credit Suisse, ndlr) n’a pas les codes ! Cette histoire est grotesque, digne d’un James Bond ». Un héros que PCG admire pour l’avoir affiché sur son profil Facebook.(Il n’a jamais travaillé pour Crédit Suisse alors qu’il s’en vente dans ses multiples Curriculum Vitae)

        Mais ce n’est de loin pas la seule anecdote rocambolesque qui soit arrivée au Français. Ainsi annule-t-il un rendez-vous prévu avec des médias français à Lausanne car il se sent « en danger » et, affirme-t-il, son scooter a été saboté.


      • caleb irri 17 juillet 2013 23:07

        @ Rensk

        Peut-être cet homme est-il lui-aussi un falsificateur, un tricheur et un menteur... Mais cela enlève-t-il de la pertinence à son témoignage sur la fraude, corroboré par les chiffres « officiels » de l’évasion fiscale en France ? Cela signifie-t-il qu’aucun homme politique ne possède de compte dissimulé en Suisse ou ailleurs, ou que monsieur Cahuzac ne possédait pas de compte en Suisse, ou que la question posée par l’Etat Français était la bonne, ou que le gouvernement n’était pas au courant de ce compte ?

        Et dans le cas où sa « repentance » n’était que feinte, alors à quoi (ou à qui) sert-elle, par qui a-t-elle été commandée et pour quoi faire ?

        Voilà de nombreuses questions auxquelles il faudra répondre.

        Pour ma part, je trouve que les deux « grands » partis français sont suffisamment embarrassés par cette affaire pour porter crédit aux accusations de cet homme, fut-il endetté et confondant son compte professionnel avec son compte personnel... c’était quand même un capitaliste travaillant dans la finance !


      • Rensk Rensk 18 juillet 2013 00:11

        Lol, demandez au père de la mariée...

        Les psy se penchent sur l’histoire du gars que vous cherchez toujours encore a couvrir (comme le fait la poule « aux œufs d’or »)...

        Non mais sérieusement ; si un gars crée autant d’histoire autour de lui-même (famille, métier, place de travail, diplômes, détournement de fonds et faux dans les titres, quasi faillite, paranoïa, affabulations et j’en passe)...

        Allez-vous sérieusement condamner quelqu’un sur des bases pareil en « justice » ???

        Sachez que votre « diplomate » (Michel Duclos) a tenté de nous vendre que la France ne faisait pas pression sur la Suisse... ce petit nouveau dans notre pays a oublié que nous pouvons faire des initiatives et voter contre la signature sur l’héritage et d’autres « accords » consentit par nos politiques...

        La commission est biaisé vu ce que dit son Président... Il est du « parti-pris » et ne se rend pas compte du dégât qu’il a fait entre nos deux pays. Vous semblez « voler sur des nuages » depuis que vous avez détruit la Libye... Vous emballez a votre guise vos exactions et le peuple de France est tenu dans l’ignorance la plus totale...


      • caleb irri 18 juillet 2013 08:37

        @ Rensk

        tout cela est fort intéressant, mais alors à quoi sert cette affaire selon vous ? Quels sont les objectifs et de cet homme, et ceux de la France ? Vous semblez très bien connaître cette affaire, pouvez-vous nous donner votre point de vue sur les tenants et les aboutissants de celle-ci ?


      • Rensk Rensk 19 juillet 2013 13:07

        Vous avez raison, mais c’est une manière de « parler » assez coutumier (même en France)...

        Sinon pour l’info a tous :

        Pierre Condamin-Gerbier, en détention préventive depuis le 5 juillet, a refusé de bénéficier de l’aide consulaire proposée par la France... Bien a vous smiley français où étrangers


      • chmoll chmoll 18 juillet 2013 07:20

        la commifion tu peux resté au lit on sait que ça allait que ça avs finir comme ça

        http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1670768/2013/07/17/Aff aire-Cahuzac-Pas-de-preuve-que-Hollande-savait.dhtml
        ça s’trouve même cahu savait pas qu’il avait un compte en suisse

        t’es contente la commifion ? vas te recoucher


        • alinea Alinea 18 juillet 2013 12:12

          C’est exactement le proposition de Mélenchon : c’est à chaque citoyen, à son niveau, non seulement de dénoncer, c’est le premier pas nécessaire, mais d’agir dans ce sens. La création d’un site est une excellente idée ; personnellement je suis bien trop néophyte, ancrée encore dans ma culture papier, pour y être utile mais j’espère que la jeunesse culture web saura entreprendre ; le plus tôt sera le mieux !


          • Cedric Citharel Cedric Citharel 18 juillet 2013 13:28

            Et pourquoi ?


            Il est dangereux parce qu’en plus de prouver que tout le monde savait, monsieur Condamin-Gerbier risque aussi de mettre en lumière une réalité beaucoup plus inquiétante. D’autres politiciens ont eu des comptes en Suisse, et comme tous ne pourront pas plaider le travail au noir pour justifier leurs économies, ils devront bien parler de pots-de-vin. Quand ils cachent de l’argent au fisc, ce n’est pas seulement pour payer moins d’impôts, mais aussi parce que cet argent est celui de la corruption.
            Pour savoir comment les multinationales payent nos politiciens pour en faire des communicants et des représentants de commerce, lisez On les croise parfois de Cedric Citharel.

            • caleb irri 18 juillet 2013 13:37

              @Cedric Citharel

              exactement, car qui dit comptes dissimulés dit argent dissimulé, et la question qui suit est donc : d’où vient cet argent ?

              c’est pour cela que je pense que c’est une affaire d’Etat qu’on est en train d’essayer d’enfouir derrière tout ça


            • Cedric Citharel Cedric Citharel 18 juillet 2013 19:35

              On finira peut-être par savoir pourquoi certains médicaments dangereux sont restés (ou restent encore) sur le marché aussi longtemps.


            • Rensk Rensk 19 juillet 2013 13:16
              Les pots-de-vin restent déductibles des impôts...

              Les origines de cette législation ambiguë remonte à 1997 : les entreprises pouvaient déduire les pots-de-vin de leurs impôts au titre des frais professionnels.

              Un article de Bilan du 17 juillet 2013


            • Dominique TONIN Dominique TONIN 18 juillet 2013 15:25

              @ l’auteur,

              Irrité, vous l’êtes, révolté aussi et manifestement décidé à faire qqchose, nous sommes deux, un début ! En fait, nous sommes bcp plus nombreux, mais comme vs le disiez, chacun dans sa chapelle, dans son coin.
              J’essaye également de faire « bouger les lignes » et d’alerter l’opinion publique, j’ai créé ceci : www.democratie-demos.eu car comme vs, je n’en peu plus de voir cette hypocrisie et tous les petits que banquiers et politiciens ns font ts les jours « dans le dos ». Trop c’est trop !
              Oui les lanceurs d’alerte doivent être entendus, écoutés, protégés en attendant de vérifier la véracité de leurs propos.
              Je suis prêt à créer une page spéciale « lanceurs d’alerte »sur mon site, avec votre collaboration et votre bienveillance. contactez-moi par : contact@democratie-demos.eu
              Oui, je pense comme vs, l’Etat français doit se réjouir de voir CONDAMIN- GERBIER au frais, peut être même y a-t-il contribué ?
              Dans vos citations vs avez oublié Hervé FALCIANI que le vertueux CAHUZAC avait refusé de recevoir, ni lui assurer sa protection, comme c’est bizarre !
              A bientôt de vous lire.

              • Bracam Bracam 18 juillet 2013 19:03

                Ça veut dire quoi, « vs » ? Juste pr savoir. Cdt et bav 


              • Dominique TONIN Dominique TONIN 19 juillet 2013 10:37

                BRACAM

                « vs »c’est l’abréviation de« vous », rien à voir avec « vs » l’abréviation de « versus ».

              • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 juillet 2013 19:50

                C’est exemple montre bien que le monde de la finance à pris le pouvoir sur la justice ou autrement dit la justice en Suisse n’est plus indépendante !


                • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 21 juillet 2013 16:02

                  Si Condamin-Gerbier a été arrêté en Suisse, c’est qu’il a enfreint le droit suisse. Il ne faut pas chercher ailleurs.

                  Ecrire :
                  «  L’Etat Français, avec la complicité de l’Etat Suisse, est en train de faire un autre Bradley Manning, un autre Edward Snowden, »
                  Faire de « L’Etat suisse » un complice de « l’Etat français » dans cette affaire est absurde et ne tient pas la route. Quel serait donc l’intérêt pour la Confédération suisse d’’être complice de l’Etat français ?
                  Il n’y en a aucun !

                  Rappel :

                  La Confédération suisse est un État souverain et un État de droit (séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire). C’est aussi un pays démocratique qui n’a certainement pas de leçon de démocratie à recevoir de cette France, dont le modèle institutionnel est une « monarchie élective » !

                  Lorsque je lis que « justice suisse ne serait pas indépendante », je crois rêver !
                  Contrairement à la France, en Suisse les procureurs ne sont pas désignés par le pouvoir exécutif  : ils sont élus !

                  Lorsqu’on se trouve dans un pays et qu’on transgresse l’ordre légal de ce pays, on est poursuivi par les lois dudit pays, pas par les lois du pays dont on est ressortissant !

                  Aujourd’hui certains parlementaires (Charles de Courson, Nicolas Dupont-Aignan, Eric Bocquet, etc.) s’offusquent de l’arrestation de Condamin-Gerbier en Suisse et poussent des cris d’orfraies en traitant traitant la Suisse « d’État voyou », cette dérive est totalement inadmissible, infondée et irrespectueuse de la souveraineté de la Suisse. C’est proprement scandaleux et indigne de leur fonction !

                  Petit rappel chronologique des faits :

                  1° Jérôme Cahuzac est nommé ministre du budget par J-M Ayrault Premier ministre, nomination approuvée par le Président de la République française François Hollande.
                  La Suisse est-elle concernée dans cette nomination ? Non évidemment !

                  2° Jérôme Cahuzac ministre du budget, avoue avoir trahi la confiance du gouvernement et de la République française en détenant des fonds non déclarés au fisc français. Le pays hébergeur de ces fonds ne joue ici aucun rôle, qu’il s’agisse de la Suisse, de Singapour, ou autre.
                  La Suisse est-elle responsable de la trahison de Cahuzac ? Non évidemment !

                  3° Le pouvoir et l’opposition s’écharpent sur les responsabilités de cette trahison, cela se passe dans le milieu politique français. La Suisse a-t-elle un intérêt quelconque dans cette dispute ? Non bien évidemment !

                  4° Un homme, Pierre Condamin-Gerbier, dont certains ici font un héros, un lanceur d’alerte, « un banquier de premier plan », un individu exceptionnel, que sais-je encore, ce « patriote » comme on aime le voir en France n’est en fait qu’un mythomane et un escroc si l’on scrute son parcourt professionnel en Suisse, comme l’a relevé « Rensk » plus haut.
                  Cet homme donc, parle et prétend détenir « des informations concernant de hautes personnalités politiques françaises ayant des comptes en Suisse. Il est auditionné par quelques commissions parlementaires. Il raconte, on l’écoute. Il a semble-t-il présenté quelques documents, volés à la banque Reyl, documents qu’il a falsifiés pour les besoins de la cause.
                  Ce faisant, il s’est notamment rendu coupable de :
                  -a) Viole du secret bancaire selon l’Art. 47 de la »Loi Fédérale sur les banques et caisses d’épargne" (cette loi est disponible sur internet pour ceux qui seraient intéressés de vérifier). Cette transgression constitue un délit pénal en Suisse.
                  Oui, je sais qu’en citant cette loi certains ici vont grimper aux murs, mais la loi est la loi, pas simplement l’émanation d’idéaux politiques.
                  b) Faux et usage de faux, un délit pénal en Suisse comme en France.
                  -c) Espionnage économique si l’on en croit certaines informations. Ici également un délit pénal en Suisse comme en France.
                  La Suisse a-t-elle mis un pistolet sur la tempe de Condamin-Gerbier pour qu’il enfreigne l’ordre légal helvétique ? Non bien évidemment !

                  Question : ne pensez-vous pas qu’il est un peu facile de tirer sur la Suisse dans cette affaire, ou d’en faire la complice de je ne sais quel sombre dessein ?

                  Je suis persuadé en revanche qu’il est bien utile de se servir d’un bouc émissaire pour se défausser, pour masquer ses propres problèmes internes, qu’ils soient politiques, économiques, fiscaux ou autres !
                  C’est un outil de communication bien utile et cela s’appelle faire du populisme !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès