• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Montaigu : entre désespérance et espoir !

Montaigu : entre désespérance et espoir !

 

Montaigu est un quartier classé politique de la ville.

Situé à Melun ce quartier comprend de nombreux HLM.

Le DAL et les « Familles laïques » assurent depuis plusieurs années une permanence qui est devenue journalière en décembre 2018.

Des mères, excédées par les « nuisances » liées à la présence de dealers n’en peuvent plus.

Elles sont nombreuses à vouloir déménager même si elles aiment leur quartier où se construisent des solidarités entre les familles .

Il y a un an, une maman est venue nous voir pour témoigner de ses difficultés : plus une famille ne lui confiait ses enfants à garder. Elle ne pouvait plus exercer son métier d’assistante maternelle à domicile à cause de l’environnement : les communs du hall étaient squattés par des dealers et des dégradations avaient eu lieu.

Comme ses demandes de mutation dans un autre quartier n’ont pas été pris en compte, sur nos conseils, elle a parlé aux « jeunes » présents devant chez elle… Elle a obtenu leur départ.

Ce qui est bien c’est qu’elle ne s’est pas mise en danger car elle a été claire mais polie.

Ces personnes sont parties faire leurs « affaires » dans un hall du pâté de maisons suivant… Ce qui exporte le problème.

D’autres familles connaissent à leur tour les va et vient, les bruits le soir, plus que des nuisances avec des excréments dans les couloirs, des préservatifs utilisés à terre….

Ces familles sont fatiguées et même désespérées d’autant qu’elles ont des enfants en bas âge.

Que faire ?

Je ne peux pas accuser ni la police, ni la Municipalité qui chacun joue son rôle mais inviter les différents acteurs associatifs et sociaux à la réflexion.

Un débat est amorcé sur la page facebook : « Melun, ma ville »….

On peut y lire des indignations et des propositions.

La libéralisation de la vente de la drogue est avancée par certains… c’est une piste mais on ne peut pas attendre que la loi change.

Je n’ai aucune solution « clé en mains »… Si cette solution miracle existait, elle aurait déjà été en cours.

Par contre, je pense que les habitants et les associations locales devraient réfléchir ensemble et avec la Municipalité et les institutions sur les moyens permettant d’éradiquer l’insécurité et la peur.

Ce qui est certains c’est qu’il faut travailler sur plusieurs fronts : celui de l’éducation et de la prévention, celui de la médiation et celui de la protection.

Il faudrait sortir de la désespérance et de la fuite en avant en redonnant toute leur place aux habitants qui aiment leur quartier et leur ville en s’appuyant sur les solidarités en place.

Je ne suis pas un bisounours… La police a son rôle à jouer sans faiblesse mais elle ne peut le faire que si une prévention est effectuée par des éducateurs.

J’invite au débat sans tabou mais aussi sans faux semblant.

Ce sont des familles des milieux populaires qui n’ont pas les moyens de partir de là qui souffrent le plus.

Elles craignent d’ailleurs pour leurs enfants car elles savent que si elles les tiennent, elles seront prises comme cible.

Je me rappelle de cette femme, mère de trois pré-adolescents qui chaque soir entendait des coups dans sa porte d’entrée car elle avait interdit à ses enfants de rejoindre les groupes de « copains » qui rôdaient.

Elle a résisté individuellement mais c’est collectivement qu’il faut le faire.

Dans des villes comme Champigny sur Marne des collectifs de femmes ramenaient dans leurs familles les petits qui étaient laissés à eux-mêmes au bas des tours… Ces femmes expliquaient aux mamans les dangers encourus….

Voici une piste parmi d’autres.

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 26 février 23:44

    On ressent en lisant ce texte toute la générosité de l’auteur. Il a raison : la peur n’a jamais été bonne conseillère, par contre la rencontre des autres, l’empathie, la volonté de trouver une solution, de parvenir à vivre ensemble, unis, solidaires, est-ce que cela pourrait marcher ou, au moins, améliorer la situation ? Ce n’est pas sûr, mais au moins on aura essayé et il en sortira toujours un petit bénéfice pour tous.


    • CHALOT CHALOT 27 février 08:04

      Qui parle de pleurnicher ?

      Non, agir....

      Certainement pas avec des bérets verts sans cervelle !


      • baldis30 27 février 12:38

        @CHALOT
        bonjour,
        « des bérets verts sans cervelle  » 
         Comment dissimuleriez-vous le vide si le tissu n’y pourvoit pas ?  smiley


      • Biscotte Biscotte 27 février 09:40

        "Par contre, je pense que les habitants et les associations locales devraient réfléchir ensemble et avec la Municipalité et les institutions sur les moyens permettant d’éradiquer l’insécurité et la peur."

        Bonsoir,

        À n’en pas douter l’auteur est un homme de bon sentiment, mais que cela a du mal à sortir n’est-ce pas ? Admettre les évidences, visiblement cela semble si dur.


        De quelles origines sont ces petites frappes ? Oui, oui je sais elles sont porteuses d’une CNI Française, rien d’autre ?


        Vous voyez juste au quotidien l’absurdité de décennies de vannes ouvertes à une immigration subie et non sélectionnée. Et paradoxe, c’est la droite qui en est la championne, car depuis 50 années, c’est elle qui a eu le plus le pouvoir.


        Je suis le premier à ne plus vouloir vivre avec ces « sous-hommes », j’en ai tellement eu marre que je me suis cassé au bout du monde, pour ne pas croiser ces étrons abreuvés de rap, de sous culture, du PSG ou de l’OM. 


        Cela se finira en guerre civile de toute façon, il faut juste attendre l’étincelle. Moi, je vais rester loin à siroter de la pina colada si je peux, et je reviendrais quand le terrain sera dégagé, et qu’on pourra reconstruire quelque chose de solide, sans ceux qui te pourrissent la vie au quotidien.


        • Cadoudal Cadoudal 27 février 11:07

          @Biscotte
          « Les problèmes de l’extérieur viennent à l’intérieur des établissements. Nous voulons de la mixité scolaire, nous voulons du blanc dans nos établissements », soutient Salika Amara.

          http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/creteil-des-mamans-mobilisees-contre-les-violences-scolaires-24-02-2019-8019327.php

          Vous avez bien fait de partir, bientôt les colonialistes vont organiser des rafles dans les réserves indigènes pour envoyer de force des petits blancs dans les territoires occupés...

          Qu’ils rentrent tous chez eux et laissent nos gosses tranquilles..


        • Olivier 27 février 12:27

          @Cadoudal
          Aveu involontairement de la réalité des choses : « nous voulons du blanc » ce qui est bien la preuve que c’est le comportement des non-blancs qui est le problème ! 
           
          Maintenant, connaissant les intentions réelles des milieux « progressistes », est-ce que cette stratégie veut sauver les « non-blancs » ou, en amenant de force les « de souche » dans les établissements à forte majorité immigrée, de les couler eux aussi ? 

          L’immigration fait couler tout ce qu’elle touche, et l’éducation nationale n’échappe pas à la règle  aidé il est vrai par les élucubrations des enseignants « de gôche » et les pédagogistes.


        • foufouille foufouille 27 février 10:26

          "Je ne peux pas accuser ni la police, ni la Municipalité qui chacun joue son rôle mais inviter les différents acteurs associatifs et sociaux à la réflexion."

          ben voyons.


          • Aristide Aristide 27 février 10:38

            Ce sont des familles des milieux populaires qui n’ont pas les moyens de partir de là qui souffrent le plus.


            Familles ? Vous avez raison, mais pour une grande partie ce sont des familles monoparentales, vous même vous parlez des « mères » pas une seule fois les « pères ».


            Quand on sait que la moitié des pensions alimentaires ne sont pas versées, on constate que ces mères sont face à des difficultés insurmontables, sans moyens avec des salaires de misère et des horaires exigeants, aucune ressource des « pères », elles sont les seules à se confronter au machisme de ados élevés en petit mâle sans aucun pouvoir masculin pour les recadrer.


            Une action efficace serait tout de même de mettre les pères devant leurs responsabilité et pour ceux qui les fuient des sanctions.


            • CHALOT CHALOT 27 février 11:15

              Oui Aristide mais savez vous que des mères ne veulent pas porter plainte contre les pères car elles craignent des représailles et d’autres ne le font pas pour avoir la paix.


              • Aristide Aristide 27 février 12:44

                @CHALOT

                C’est justement la raison pour laquelle il faudrait confier le recouvrement à un organisme tiers qui serait en charge de verser les pensions, les AF.

                Les AF ont maintenant la charge de définir le montant, ce n’est plus le juge aux affaires familiales qui détermine ces montants et les réévaluations. Les CAF disposeront de toutes les informations, l’état civil du père, etc ... et surtout du montant du. Les CAF pourraient être chargées de verser les pensions sans tenir compte du paiement ou non par le père.

                Pour les mauvais payeur, notre sécurité sociale possède un organisme assez efficace de recouvrement, les URSSAF. Il serait possible de les charger de la collecte de toutes les pensions alimentaires, du reversement à la CAF , ce qu’elles font déjà pour les cotisations.

                Je vous assure que le type qui est suivi à la CAF ne s’en sortira pas avec quelques entourloupes. Les URSSAF possèdent tous les outils pour assurer le bon recouvrement. Après quelques passage aux tribunaux, saisie arrêt, ... les mauvais payeurs éviteront les problèmes et il est à parier que le taux actuel de mauvais payeurs baisserait rapidement ...


              • Cadoudal Cadoudal 27 février 13:04

                @Aristide
                Hamdullah, la justice fronçaise va sévir...lol...

                Fraude, mise en danger de la vie d’autrui, aide à l’immigration illégale, non respect des règles d’hygiène et de sécurité... 3000€...

                https://www.ladepeche.fr/2019/02/26/un-couple-de-marchands-de-sommeil-condamnes,8038811.php


              • Cadoudal Cadoudal 27 février 13:12

                @Cadoudal
                Hamdullah, choukran la justice fronçaise qui voudrait nous faire payer des pensions alimentaires à nos moukères...

                « Je vais vous égorger et vous défoncer. Allahou akbar »

                « Négro, tu n’es qu’un esclave de la France »

                « La combinaison des menaces d’égorgement, du terme mécréant et de la phrase Allahou akbar constitue une apologie des actes de terrorisme », tance le procureur de la République

                Mais malgré ces éléments et l’état de récidive légal du prévenu, le jeune homme a été relaxé du chef de prévention d’apologie de terrorisme et écope finalement d’une peine de dix mois avec sursis.

                http://www.lunion.fr/id44403/article/2019-02-26/10-mois-de-prison-avec-sursis-pour-avoir-insulte-des-militaires-saint-quentin


              • sleeping-zombie 27 février 18:39

                Hello,

                En arrière-plan, l’éternel problème : comment gérer les gens que personne ne souhaite avoir comme voisin ?

                Fondamentalement, il n’y a pas de différence entre leur demander gentiment d’aller faire chier les autres un peu plus loin et installer des aménagement anti-SDF dans l’espace public.

                La comm n’est pas la même, mais le résultat ne diffère pas : on ne fait que repousser le problème un peu plus loin...

                Et ça boucle, jusqu’a ce que le « un peu plus loin » en question n’ait pas la force de repousser plus loin. Alors les problèmes s’accumuleront là, pour créer un joli p’tit ghetto, qu’on ignorera jusqu’a ce qu’il métastase...



                  • Cadoudal Cadoudal 28 février 20:49

                    @Montdragon
                    Que des stars sur Avox...

                    Je vais le mettre dans mon album Panini des dinosaures communistes...


                  •  C BARRATIER C BARRATIER 11 mars 21:33

                    Tout ce que peut faire la municipalité, c’est d’aider les familles qui le veulent à partir, ensuite abandonner entre eux ceux et celles qui aiment ou tolèrent ces trafics et ce cirque.

                    Il faudra bien un jour des habitations nombreuses réservées à des gens sachant vivre, et ceci dans les centres villes, comme on l’a fait en Belgique. Je deviens dur vis à vis des familles à voyous, je ne suis pas le seul. ....

                    Ils font évoluer la société dans le mauvais sens, malgré l’argent gaspillé pour ces gens là. Qu’en disent les gilets jaunes ? Ajouter encore de la dépense publique ?

                    Bravo pour ce que vous faites sans désespérer.Car c’est désespérant

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès