• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mustafa Akinci : Il accuse la Turquie d’annexion politique officieuse (...)

Mustafa Akinci : Il accuse la Turquie d’annexion politique officieuse des territoires occupés

Les territoires de Chypre occupés par la Turquie depuis 1974 deviennent progressivement une préfecture de la Turquie, a déclaré l'ancien dirigeant chypriote turc, Mustafa Akinci, évoquant une politique d'annexion qui n'a pas encore été officialisée.

Dans une interview aux correspondants de la plateforme d'information Medyascope, publiée mardi 23 novembre 2021, par le quotidien chypriote turc Avroupa sous le titre "Il y a une annexion mais elle n'est pas nommée", M. Akinci a évoqué la nouvelle "scène politique" dans les territoires occupés de Chypre. L’ancien leader chypriote turc a également évoqué les interventions politiques de la Turquie dans cette partie de Chypre.

Selon le Bureau de presse et d'information chypriote, l'ancien dirigeant chypriote turc avait déclaré que pendant des années, il n'a pas été autorisé par la Turquie à mettre en place une structure qui puisse voler de ses propres ailes, qui puisse se débrouiller toute seule, dans le territoire septentrional de l’île de Chypre où vivent les chypriotes turcs après le nettoyage ethnique opéré par l’armée turque en 1974. Cette image a été clairement vue lors des élections « présidentielles » également, avait précisé Akinci, la Turquie ayant soutenu un candidat nationaliste, le pendant chypriote d’Erdogan, qui a finalement été « élu ». Il a noté que malgré le fait que la partie nord de Chypre entretient des relations amicales avec la Turquie, il doit garantir sa propre « identité authentique ».

« La recherche d'une solution avec le sud de Chypre apportera d'énormes avantages non seulement à la partie nord de Chypre mais aussi à la Turquie elle-même. Celle-ci pourra afin devenir un pays ami, dans une zone géographique plus large », a poursuivi Mustafa Akinci.

Se référant aux relations de la Turquie avec les pays de la région au sens large, Akinci a déclaré que la Turquie est constamment en conflit et en désaccord avec ses pays voisins et a ajouté qu'il n'y avait plus de pays avec lequel la Turquie entretenait de bonnes relations. Il a ajouté que si la Turquie parvient à atteindre un niveau de démocratisation de ses structures, cela aura un effet positif sur la partie nord de Chypre.

« Il y a un dicton classique à ce sujet : si la Turquie éternue, nous attrapons une pneumonie ici », a-t-il déclaré. Ensuite, précisant que le plus gros problème dans les territoires occupés était l'incertitude, M. Akinci a fait valoir que la stagnation économique et la question chypriote non résolue, ainsi que les décisions prises en Turquie pour l'économie, affectent négativement cette partie de l’île.

Il a souligné que si les élections dans le nord de Chypre se tenaient dans des circonstances normales, s'il n'y avait pas d'interventions, si le peuple ne vivait pas sous l'oppression, alors dans ce pays la majorité, qui soutient la solution du problème chypriote et la paix (avec les Chypriotes grecs), l’emporterait. Il a pronostiqué que « Ce jour viendra et tout cela sera discuté plus en détail ».

Il a dit encore : « A ce stade, dans le nord occupé de Chypre, la politique de non-solution et le maintien du statu quo prévalent. À tous égards, il y a aujourd'hui une tentative d'imposer et de faire prévaloir les perceptions de la Turquie. C'est la politique de la préfecture (il veut dire par là que la Turquie considère le nord de Chypre comme une de ses préfectures). Il y a une opération organisée et un effort pour faire prévaloir ici dans tous les sens les vues de l'AKP et de M. Erdogan. Et il y a des partis politiques ici et des gens qui en sont satisfaits et sont prêts à travailler avec ces perceptions. »

Akinci a précisé que, malheureusement, la communauté chypriote turque a complètement écarté les notions de démocratie et de laïcité, et que la perception du maintien du statu quo et de la transformation progressive de « Chypre du Nord » en une préfecture de Turquie a prévalu. « Peut-être existe-t-il une politique d'annexion qui n'a pas encore été officialisée ou nommée », a-t-il dit.

Evoquant l'ouverture d'une partie de la ville fantôme de Varosha par le régime d'occupation en 2020, M. Akinci a relevé que cette mesure avait été prise avant les « élections présidentielles » dans les territoires occupés et était une question qui a été politiquement exploitée et instrumentalisée par la Turquie et le candidat choisi par le président turc pour diriger la communauté chypriote turque.

Évaluant la situation en Turquie, Akinci a déclaré qu'au cours des 5 dernières années, le gouvernement AKP est devenu de plus en plus autoritaire et c'est quelque chose qu'il a personnellement réalisé, comme il l'a dit, après le coup d'État du 15 juillet en Turquie[1].

 

[1] D’après CNA, le quotidien chypriote turc Avrupa et le quotidien chypriote grec O Phileleftheros.

Photo : Mustapha Akinci, ancien leader de la communauté chypriote turque. La Turquie et les territoires occupés de Chypre qualifient le leader de la communauté chypriote turque de "président" ; ce territoire n'est reconnu par aucun pays dans le monde, à part la Turquie, son créateur.


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • nemesis 25 novembre 09:33

    Depuis qu’il a quitté les steppes mongoles, l’étendue du territoire du turc n’a cessé de faire le yoyo au gré des événements.

    N’est-il pas parvenu par 2 fois sous les murs de Vienne ?

    Colon décomplexé, le turc estime que du moment qu’il a posé sa babouche quelque part, son droit de propriété est imprescriptible dans le temps. D’ici qu’il revendique Alger !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 novembre 15:02

      Ancien président chypriote turc jusqu’en 2020, on a sans doute décidé à Ankara qu’il ne devait pas être réélu.


      • zygzornifle zygzornifle 26 novembre 08:16

        Dire que certains voulaient que la Turquie fasse partie de l’Europe ..... 


        • Jonas 26 novembre 12:07

          Je suis surpris que parmi les minorités ostracisées, discriminées, comme les kurdes, et d’autres , on oublie les Alévis, qui représentent entre 20 à 25% de la population turque. 

          Cette communauté admirable de courage fait l’objet de persécutions parce qu’elle pratique un islam différent de la majorité du pays : pas de prière à la moquée, les femmes ne se voilent pas et assistent aux assemblées à côté des hommes, ne respectent pas l’interdiction de boire l’alcool, ne sont pas obligés de faire le ramadan etc. La Turquie reconnait les cultes chrétiens et juifs mais refuse toujours de considérer l’Alévisme comme religion à part entière.

          Le sultan Erdogan , occupe Chypre nord, intervient en bombardant les Kurdes en Syrie, tout en occupant une partie de la ville d’Idleb appartenant a ce pays, envoie ses milices en Libye , s’immisce dans le conflit Arménie/Azerbaïdjan en étant du côté de ce dernier pays. Soutient les « Frères musulmans » et Daesh ,  mais ose déclarer :

          << Les étrangers ne savent pas résoudre les problèmes du Moyen-orient , car les Etats occidentaux ne nous aiment pas et sont seulement intéressés par l’argent . Nous sommes les seuls à résoudre nos problèmes . Je parle franchement , les étrangers aiment l’or , les diamants, et la main d’oeuvre bon marché du monde islamique. Ils aiment les conflits , les luttes , les querelles du Proche-Orient . Croyez-moi, ils ne nous aiment pas. Ils se font passer pour nos amis , mais souhaitent nous voir morts. Ils aiment voir mourir nos enfants. Combien de temps encore allons-nous supporter cette situation ? >> Discours prononcé lors du COMCEC ( Le comité permanent pour la coopération économique et commerciale ) un organe de l’Organisation de la coopération islamique , regroupant 57 pays musulmans. 


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 novembre 13:43

            @Jonas

            en même temps, il y a combien de crétins tiers mondistes de gauche qui tiennent le même discours ?!??


          • nemesis 27 novembre 09:44

            @Jonas

            Tout le monde a raison et tort à la fois :

            Erdogaz offre un sac de 50k$ à bobonne... + le Palais à 1000 pièces !!!
            La CIA et ses alliés européens veulent les énergies fossiles de la Région


          • Jonas 26 novembre 18:46

            On ne peut pas parler savamment du Moyen et Proche -Orient , sans avoir étudié l’histoire de l’Empire ottoman et celui de la Turquie . 

            La Turquie est le plus grand pays massacreur des Chrétiens. J’ai toujours été contre l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne , dont seulement 3% de son territoire est en Europe et le reste en Asie. 

            Massacres et épurations des Chrétiens par les différents gouvernements de ce pays. 

            Aujourd’hui on compte en tout et pour tout , un peu plus de 100 000 chrétiens . A la fin du XIXe siècle , l’Anatolie comptait 5 millions de chrétiens , tous ont disparu , soit par la conversion forcée , soit par l’épuration et les massacres. 

            De 1894 à 1896, les massacres hamidiens , font entre 100 000 et 300 000 victimes arméniens et Assyriens. Le génocide arménien de 1915, 1, 5 million de morts. Un second massacres chez les Assyriens et les victimes sont entre 450 000 et 700 000 . Sans parler des Grecs Pontiques , entre 300 000 et 450 000 victimes. 

            Je rappelle pour mémoire , que les immigrés turcs sont plus de 650 000 à 750 000 en France et plus de 3 millions en Allemagne. 

            Le Sultan , Erdogan ancien vendeur ambulant de pain de sésame à Istanbul , peut critiquer , les pays Occidentaux , mais ses coreligionnaires , viennent se réfugier dans les pays Occidentaux. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité