• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mutilations sexuelles et ordre moral (problématique et concepts de base de (...)

Mutilations sexuelles et ordre moral (problématique et concepts de base de la lutte contre les mutilations sexuelles)

"Quand tu étais petit, souviens-toi de ces marques,

"On t'apprenait déjà que jouir, c'était le diable."

 

"Ce n'est pas la peine de dire  

"Que les enfants nous ressemblent,  

"Qu'ils ont les mêmes cicatrices  

"Et qu'ils naissent avec la violence.

"Ca nous arrange bien de dire ça,  

"Ca nous aide à les éduquer  

"A notre image, …" 

 

"Ce postulat : parents, savoir, pouvoir,

"Et cette dictature sournoise

"Qui les éloigne de leur beauté initiale… "

 

"Si tu t'aimes un peu,

"T'aimes les autres." Morice Bénin

 

 

I - Qui et pourquoi ?

(l'agent des mutilations sexuelles : l'ordre moral ;

l'initiation, c'est la sujétion)

 

"Ce commandement n'a pas été institué pour corriger une déficience "congénitale mais une déficience morale." Maïmonide

 

"Le sexe de (l'enfant) apparaît bien comme un enjeu de possession, un "symbole de soumission." d'après Simone Veil

 

"… la mutilation la plus sanglante peut-être jamais imposée au cours du "temps à la vie érotique de l'être humain. Sigmund Freud

 

"La circoncision uniformise les corps pour communautariser les esprits "plus tard et jusqu’à la tombe." Mohamed Louizi (blog mediapart)

 

 Semblant vouloir sermonner l'humanité entière, le philosophe juif Maïmonide prône la circoncision au nom d'un ordre moral qui, sous couvert de religion ou tradition, prétend fabriquer des surhommes. Cet eugénisme odieux castre l'enfant de l'organe spécifique de l'autosexualité, décrétée immorale. Nous sommes en pleine aberration puritaine puisqu'à supposer l'autosexualité condamnable, seul l'usage de l'organe le serait et non l'organe lui-même. Cette torture barbare, un commencement de castration et une monstrueuse trahison de l'enfant, menace de castration, et même de mort, pour la vie entière. Auto-exclusion, elle discrimine à la fois le groupe ethnique lui-même et le reste de l'humanité. C'est l'instrument d'un ordre tyrannique qui tente de dominer l'enfant, comme l'adulte, au prétexte du "C'est pour ton bien." Semblablement, à la fin du 19ème siècle, l'excision et la circoncision furent introduites dans le monde anglo-saxon pour prévenir l'autosexualité. Mais en 1950, à la suite d'un article alarmant du Dr Gairdner, la médecine anglaise abandonna la circoncision du jour au lendemain. En 2010, l'Association médicale royale néerlandaise a pris une position catégorique contre la circoncision non-thérapeutique au motif que, sans nécessité et au prix de complications physiques et psychologiques (la KNMG ne savait pas encore que le taux d'autisme est beaucoup plus élevé chez les enfants circoncis) parfois sérieuses, elle viole le droit de l'enfant à l'intégrité physique. Les justices pénales finlandaise (2006), puis allemande (2012), ont condamné la circoncision. Le 14 juin 2013 à la Sorbonne, ouvrant la réunion fondatrice d' "Excision, parlons-en", Madame Christine Lazerges, présidente de la Commission nationale consultative des droits de l'homme, a déclaré qu'elle allait mentionner dans son prochain rapport au président de la république que les mutilations sexuelles féminines et masculines sont discriminatoires. Mais, après le tollé des religieux musulmans et juifs et du chef de l'état israélien consécutif à la décision du 1er octobre 2013 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui s'est prononcée à une forte majorité pour le respect du droit de l'enfant à l'intégrité physique, l'avis du 2 décembre 2013 de la CNCDH n'en a rien fait. Cependant, dès 1989, le premier symposium de NOCIRC(1), suivi par Alice Miller(2) en 1990, a qualifié les mutilations sexuelles des deux sexes de "plus grand crime contre l'humanité".

 La répression verbale s'ajoute à ces atroces tortures. Assimilant le plaisir au vice, elle interdit la sexualité dite, bien à la légère, infantile et la sexualité avant le mariage. Seule présente dans le reste du monde, cette mutilation sexuelle mentale asservit semblablement l'individu au puritanisme hypocrite. Peut-être moins irréversible, la mutilation des esprits par la parole est aussi redoutable que les excisions physiques ; elle a le même but de rendre l'individu docile en le traumatisant par mise sous terreur inconsciente. Sous menace de perte de l'amour, et donc d'exclusion, un décret stupide fait de l’autosexualité le péché originel. Il est féroce et dangereux parce que c'est un mensonge à la fois parental et sociétal. Opérant par imprégnation dès le plus jeune âge, c'est un véritable tabou, difficile à extirper des consciences.

 

 

II – Comment ?

(les mutilations sexuelles : comble de la répression de la sexualité infantile)

 

"Le soir, avant de se coucher, elles devaient toutes se mas…..r, pour bien savoir ce qu’elles al-"laient perdre,… " Gérard Zwang. Préface de "Le drame de l'excision" (Dore-Miloch L.)

 

"Ne jetez pas votre semence parmi les épines. Tâchez de vous circoncire." (Jérémie, 4 : 3-4)

 

 Malgré le traumatisme de sa propre circoncision qui lui a fait commettre de graves erreurs cliniques et théoriques(3), Freud s'est élevé contre ce tabou universel. La découverte de l'autosexualité du fœtus par l'échographie lui apporte un puissant soutien mais l'autosexualité est toujours méprisée. Imaginez un être qui l'a librement pratiquée dans le ventre de sa mère : vous-même. Voici qu'à la sortie de cet éden, alors que vous prenez votre bain, on vous fait soudainement les gros yeux en disant sévèrement : "Pourquoi est-ce que c'est comme ça ? Tu y as touché ?", comme si cela avait été préalablement interdit. Supposer connu et normal un interdit jamais encore proféré n'est-il pas un comble de répression ? Par-dessus le marché, tout le monde autour de vous condamne la nudité et déprécie votre acte d'amour de vous-même en le désignant par des termes réprobateurs. La racine (stupratio) du plus courant, désigne le trouble (cf. per-turbation) et renvoie à "stupre" et "turpitude". "Autosexualité" doit remplacer le terme odieux couramment utilisé. Il est illusoire de vouloir lutter contre les crimes sexuels sans reconnaître que l’autosexualité n'est pas de la débauche mais un comportement naturel.

 Les découvertes de la psychanalyse : d'une part la sexualité infantile et l'inconscient, d'autre part les traumatismes infantiles et leurs ravages (cf. Freud et Alice Miller), s'élèvent contre ces abus. La violence dans l'éducation plutôt que les soins tendres a des résultats catastrophiques : elle génère névrose, psychose et perversion, violence, dépression et addictions. L'enfant perçoit en effet la répression de la sexualité infantile comme une menace de mort par perte de l'amour et donc par abandon. Mettant le plaisir hors la loi de façon aberrante, cette menace s'oppose à la résolution du complexe d'Œdipe : l'adhésion à la loi. Aussi est-elle susceptible de bloquer son développement. Les perversions, notamment la pédophilie, sœur jumelle de l'homophilie (Freud, Ferenczi et Bergeret parlent d’homoérotisme), et le viol, sont la conséquence directe de l'hypocrite réprobation publique de ce que chacun fait allègrement en privé. Seuls les séducteurs, les violeurs et les pédophiles se "masturbent", dans leurs victimes, leur accordant le même mépris que celui qu'ils ont subi dans leur sexualité d'enfants. Ils n'auront plus ce besoin lorsque l’autosexualité sera socialement acceptée. Des études transculturelles de l'anthropologie américaine (cf. James Prescott – violence.de) ont, avec une corrélation statistique absolue, vérifié sur des populations entières les observations des psychanalystes. Elles constatent que la douleur est inhibée par le plaisir, et réciproquement, et que la violence est conséquence de la carence de tendresse dans l'enfance et de l'interdiction de la sexualité prémaritale.

 Blessant la dignité humaine d'une façon typique de l'ordre moral (violation de l'intimité), les rituels obsessionnels perpétrés sur les enfants : mutilations sexuelles, perçage des oreilles (une défloration symbolique), etc., sont un comble de cette répression. Dénuder quelqu'un pour lui mutiler le sexe est une humiliation révoltante.

 Et voici que toute une frange de la jeunesse s'insurge inconsciemment contre la répression de l’autosexualité par l'absurde réalisation sur elle-même d'une caricature de ces marquages : tatouages, perçages, etc. L'ornement symbolisant l'organe sexuel, ces automutilations provocatrices et perverses (fétichisme) sont une rébellion inconsciente contre un interdit de l’autosexualité particulièrement sévère dans certaines familles. Elle génère un snobisme qui se qualifie parfois d' "ethnique".

 

 

III – Quoi ? (une définition)

 

 La préservation du clitoris et du prépuce se fonde sur six faits qui illustrent leur caractère essentiel à la vie.

 Premier fait : les mineurs. Les mutilations sexuelles visent le plus souvent les mineurs. Mais à lutter contre les seules mutilations féminines, les féministes occidentales, à l'avant-garde du combat, en font une affaire de genre et une joute entre les sexes. Elles reprochent aux hommes d'imposer l'excision aux femmes qui la réalisent, et accusent les non sexistes d'amalgamer excision et circoncision. Ce faisant, elles oublient que les papas qui, certes, financent l'excision, ont eux-mêmes été circoncis avec la complicité de leur propre maman, si bien que l’excision n’est que la partie la plus scandaleusement visible de l’iceberg des mutilations sexuelles. Au lieu d'aborder ces dernières dans une optique dynamique, transgénérationnelle, plutôt que statique, elles amalgament violence contre les adultes et violence contre les mineurs. Mais la guerre des sexes est une guerre d' "adultes ignorant l'enfant en eux-mêmes" (Maud Mannoni), et la guerre des générations, c'est la guerre aux enfants ; pour éviter toute résistance, on pratique maintenant l'excision à la naissance, et à l'hôpital malgré l'interdiction de l'OMS. Avec Mme Albagly (directrice de la DDASS du Rhône – Colloque MSF du 26.02.07 à Lyon), nous affirmons : "Le droit au respect de l'intégrité physique de tous les enfants n'est pas négociable."

 Deuxième fait : sexuelles. Les organes spécifiques de l’autosexualité (clitoris et prépuce) ne sont pas des organes génitaux mais des organes de pur plaisir, sans aucune autre fonction pour le clitoris (à la différence de l'ablation du gland, l'excision n'empêche pas la reproduction).

 Troisième fait : la mutilation physique. Pour quatre-vingt pour cent de la population mondiale qui jouissent de ces organes, le plaisir particulier, éventuellement extrême, qu'ils procurent, est indiscutable. L'excision diminue, supprime ou transforme le plaisir en douleur. La destruction du plaisir clitoridien entraînant souvent celle du plaisir vaginal, les deux tiers des excisées sont frigides. Chez l'homme, la perte est le plus souvent limitée à celle du plaisir préputial, non négligeable. De récentes découvertes anatomiques apportent un fondement scientifique à cette affirmation empirique. En 1996, John Taylor a mis l'accent sur la fonction d'exquise mécanique érogène de l'extrémité de la lèvre préputiale. Cette découverte met fin à la fable selon laquelle la paupière protégeant l'érogénéité du gland, mini-vagin de l'homme dans l’autosexualité, ne serait pas un organe. N'ayant pas reçu le prix Nobel qu'elle mérite, elle reste ignorée bien qu'expérimentalement confirmée par l'enquête de sensibilité de Sorrells. Enfin, la troisième fonction sexuelle du prépuce, celle de coussinet mobile réducteur de friction dans le coït, a aussi été mise en lumière. Elle explique pourquoi les africaines aux partenaires circoncis sont beaucoup plus touchées par le SIDA. Plusieurs enquêtes ont montré que la circoncision est sans influence significative sur la transmission des IST, sauf, mais à moyen terme seulement, le SIDA. Cependant, la bioéthique interdisant la mutilation préventive, la circoncision ne peut être pratiquée sans motif médical très sérieux, sur les mineurs comme sur les adultes.

 Quatrième fait : le traumatisme. Mis en lumière par Freud, les traumatismes portant sur la sexualité infantile provoquent la formation de l'inconscient et sont la cause profonde des maladies mentales. Portant atteinte à l'image du corps, la castration des organes de l’autosexualité a de fortes répercussions émotionnelles et crée un grave traumatisme, le plus souvent inconscient. L’autosexualité, la toute première sexualité, la plus naturelle, inoffensive et innocente, est lourdement culpabilisée, d'autant plus que la circoncision menace le garçon de castration totale. Mais, et même dans les cultures non exciseuses, les filles aussi souffrent inconsciemment de la menace associée à la circoncision. En effet, si l'on détruit le fourreau du gland, que va-t-il alors arriver au clitoris, un si petit organe ? Il suffit d'ailleurs d'une menace symbolique et l'on substitue parfois à l'excision le passage d'un couteau au-dessus du corps de l'enfant. Cette mise en scène criminelle illustre la présence de la menace de mort dans toute mutilation sexuelle.

 Cinquième fait : la prise de possession de l'individu par le groupe au moyen d'une violence terroriste. Le sacrifice humain d'une partie du corps met en œuvre un puissant mécanisme psychologique d'asservissement. Car pour l'inconscient comme pour la pensée fétichiste, primitive ou infantile, la partie vaut pour le tout (cf. les abus du vaudou qui, après l'interdiction des mutilations sexuelles par les esclavagistes, "possède" ses victimes jusqu'à les forcer à la prostitution au moyen d'une simple mèche de cheveux coupée). Fondés sur un illusoire savoir adulte, ces abus de pouvoir impliquent une inacceptable possessivité : "Je sais, donc j'ai le droit de disposer de ton corps."

 Sixième fait : discrimination et ségrégation. Effectuées pour garantir une prétendue supériorité morale, les mutilations sexuelles isolent l'ethnie par un racisme artificiel, le plus souvent dans le but de favoriser l'endogamie et la possession des femmes. Elles sont aussi une mesure d'asservissement par exclusion des opposants.

 La pire de toutes les violences prétendues éducationnelles, les rituels de mutilation sexuelle instaurent la raison du plus fort en terrorisant la personne humaine à l'âge où elle est le plus vulnérable. Méthodes barbares d'interdiction de la sexualité infantile, ces marquages possessoires exercent une emprise perverse du groupe sur l'individu encore mineur pour le forcer au travail, à la reproduction et à la guerre. Elles humilient en condamnant le plaisir personnel par la castration de ses organes spécifiques. Elles rendent fréquemment la sexualité douloureuse pour les femmes et appauvrissent sévèrement l’autosexualité pour les hommes. La douleur atroce, la terreur de l'opération et le rappel permanent des menaces de castration, d'exclusion et de mort associées traumatisent profondément, le plus souvent inconsciemment. Elles sont ainsi l'une des plus odieuses techniques d'asservissement de l'individu. Prétendant socialiser en garantissant la valeur morale mais détruisant l'identité humaine dans sa partie la plus intime, leur illusoire supériorité discrimine étrangers et opposants par un racisme artificiel.

 

 

IV - Les conséquences : exclusion, ségrégation, discrimination, racisme et violence

 

"Si la haine crée l'objet, elle est aussi ce qui menace le plus violemment son "existence. Parce qu'elle fait de l'identité de soi à soi un concept exclusif, voire "fétichisé, la haine porte en elle le rejet de toute altérité. Quand elle se fait l'al-"liée d'un narcissisme des petites différences, elle devient le vecteur d'une pu-"reté qui ne tolère plus aucune bigarrure, aucun mélange. Pureté de la race, "purge, épuration ethnique, le pur et la haine habitent les mêmes contrées."

Jacques André et Isée Bernateau

 

  "Un incirconcis n'est pas un homme." (dicton africain)

 

1) L'exclusion des opposants

 Le dicton africain implique le rejet des opposants, considérés comme mineurs, débauchés et lâches, et la sanction systématique de l'absence de mutilation est l'exclusion de la communauté. Ce châtiment révèle les caractères profonds de la pratique : élitisme et sentiment de supériorité (permettant à l'handicapé sexuel de lutter contre la dépression), exclusion, barrière au mariage hors du groupe (grand souci des racistes), et enfin interdiction d'enterrer les intacts dans les cimetières communautaires, voire sur le territoire national (Arabie Saoudite), sauf circoncision posthume (Juifs).

 

2) L'exclusion des autres groupes ethniques

 Un signe particulier ne peut fonder l'identité. C'est une fausse identité, une identité d'aliénation collective par auto-exclusion. Censées procurer une supériorité morale, physique et même sexuelle, les mutilations sectaires séparent le groupe de l'humanité. Anti-sexuelles, antidémocratiques et culturalo-racistes, elles discriminent les groupes voisins.

 Or l'exclusion appelle la haine. Spinoza et Freud ont dénoncé la circoncision comme source de haine de la part des peuples voisins et cette haine est réciproque. Gravissime pathologie collective (syndrome de Münchhausen par procuration transgénérationnel et collectif), la circoncision génère une violence particulièrement élevée. Sur les vingt-trois génocides des temps modernes : musulmans circassiens (1860), congolais (1870), héréros (1904-07), grecs (1914-18), assyriens (1914-25), arméniens (1915), serbes (41-45), juifs (1942-45), tziganes (1942-45), tchéchènes (1944), communistes Indonésiens (1965-66), biafrais (1966-68), guinéens (1968-79), bengalis (1971), hutus (1972), habitants de Bornéo-Est (1975-79), kurdes (1988-89), tutsis (1994), bengalis (1990-2000), bosniens (1991-95), habitants du Darfour (2003), kurdes d'Irak (2005), Rohinghyas (2012), vingt (87%) ont impliqué des circoncis d'un côté au moins et cinq des deux côtés. Les circoncis en ont perpétré douze, dont sept contre des intacts. Cette forte corrélation est logique ; une atteinte volontaire au corps humain crée un sentiment de supériorité chez ceux qui la pratiquent et le sentiment inverse chez les autres. Entre 1996 et 2002, à l'exception d'une guerre civile (Sri Lanka), toutes les guerres ont impliqué au moins un pays circonciseur. Elles furent plus de trois fois plus nombreuses dans les pays circonciseurs. La peine de mort y est deux fois plus répandue. Ils sont les seuls à pratiquer l'excision. En Norvège, entre 2006 et 2010, deux pour cent de la population qui sont circoncis ont commis cent pour cent des viols sur quatre vingt dix pour cent de norvégiennes de souche. Les mutilations sexuelles séparent l'enfant de la mère par la violence à l'âge de l'attachement. C'est monstrueux, le résultat est catastrophique ; la circoncision est le terreau du sexisme, de la paranoïa (réciproque), du fanatisme et du terrorisme de groupe ou d'état. Elle fait l'équilibre de la terreur et la fortune des marchands de canon.

 Plus fascistes que le fascisme puisqu'elles visent les enfants, les mutilations sexuelles sont insupportables aux fascistes. Mais les démocrates ne peuvent les tolérer. Prenant pour alibi les festivités du folklore, ces ordalies sont imposées par des élites militaires et religieuses au comportement adolescent. Les sociétés qui les préconisent sont affectées d'une forte propension au communautarisme, au fondamentalisme, à la tyrannie patriarcale et à la domination des femmes. Elles ont un caractère sexiste. Elles considèrent femmes et enfants comme les objets d'un droit de propriété. Elles n'accueillent pas l'enfant dans une société régulée par la différence des sexes et des âges mais socialisent ou affilient par le traumatisme d'une initiation barbare et militaire qui enrôle pour la guerre. Elles sont ainsi encouragées par les régimes tyranniques qui s'en servent d'incitation à la violence et de signe de ralliement. Le signe communautaire est toujours un appel au nationalisme, un signe de guerre, de possession de l'individu et d'exclusion des étrangers. Les mutilations sexuelles font, au sens propre, porter au peuple le chapeau d'une culpabilité inexistante : écharpe, voile, burka, kippa, tatouages, obésité forcée, lèvres buccales ou vulvaires étirées, scarifications, dents cassées, pieds bandés, luettes, clitoris et prépuces coupés, peine de mort, aux armes et cetera…, l'escalade des techniques de manipulation des esprits par le marquage des corps, le pire instrument de la guerre des générations, canalise les besoins humains au service des intérêts des classes et générations dominantes.

 

3) L'atteinte à l'espèce humaine et la discrimination des autres ethnies

 

"Mais une personne privée ne peut pratiquer une telle ablation (mutilation d'un membre), même "avec le consentement du patient ; ce serait commettre une injustice envers la société, à la-"quelle l'homme appartient avec tous ses membres." Saint Thomas d'Aquin

 

 La motivation du père de l'Eglise est similaire à celle du dixième principe de la Déclaration universelle des droits de l'enfant des Nations Unies :

 

"L'enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser à la discrimination raciale, à "la discrimination religieuse ou à toute autre forme de discrimination."

 

 Le racisme est d'autant plus arrogant qu'il s'appuie sur des mutilations qui visent à assurer la possession des femmes. Ainsi, les trois grands mythes de la circoncision : supériorité morale (vertu, chasteté, fidélité, pureté, spiritualité), supériorité hygiénique et supériorité sexuelle, visent surtout à convaincre les jeunes femmes pour favoriser l'endogamie. La chose est encore plus évidente pour l'excision.

 Les mutilations sexuelles ne sont pas à proprement parler racistes mais fonder une identité collective sur une atteinte à celle de l'espèce n'est pas seulement dégradant en soi, c'est aussi discriminatoire. On cherche à fabriquer des surhommes par une prétendue supériorité par différenciation imposée. C'est un racisme artificiel plus raciste que le racisme, un racisme à la puissance deux, du néo-Gobineau mis en acte par Mengele. Les peuples qui se taillent une identité au couteau sur le corps de leurs enfants offensent le reste de l'humanité Un comble est atteint dans le chapitre 17 de la Genèse où ce racisme prend la dimension d'un droit divin qui, sous condition d'acceptation de la circoncision, promet à Abraham l'hégémonie :

 

"… tu seras le père d'une multitude de nations… " (Genèse : 17 : 4)

 

Cette hégémonie sera plus tard confirmée par la supériorité ethnique absolue du mythe de l'élection divine :

 

"… si vous gardez mon alliance, vous serez mon trésor entre tous les peuples… " Exode, 19 : 5

 

 Comme les mutilations sexuelles reposent sur d'antiques coutumes et sont commises pour le bien de l'enfant, en amour et sans intention de nuire, le seul moyen de les pénaliser est de dénoncer la volonté de discrimination et ségrégation, sous menace d'exclusion des opposants, de ce crime contre l'humanité.

 

 

Conclusion

 

 L'absence de signe biologique de passage à l'âge adulte ne permet pas d'en instaurer comme témoin la destruction des organes spécifiques de l’autosexualité. Tout au contraire, la seule initiation, c'est l'autosexualité (auto-initiation) et certainement pas son interdit. Les mutilations sexuelles donnent droit au mariage en certifiant, souvent prématurément, un passage à l'âge adulte accompli dans la soumission à l'ordre établi. C'est un faux certificat. On peut craindre au contraire que nombre de mutilés ne parviennent pas à la véritable maturité, caractérisée par la reconnaissance profonde de la différence des sexes et un désir vrai de l'autre sexe, acquisition permettant seule l'accès des peuples à une démocratie réelle par la reconnaissance du pouvoir des femmes. Tant que prévaudront la répression de l'autosexualité et le sexisme qui dresse un genre contre l'autre au lieu de les rassembler pour défendre les tout petits, elles ne pourront pas être éradiquées.

 Si la lutte contre la circoncision est en bonne voie aux Etats-Unis où le taux de circoncision est tombé de 90 à 58%, celle contre l'excision meurtrière (5 à 15% de décès immédiats, 20% à l'accouchement) ne progresse qu'au compte-gouttes et, dans un paradoxe scandaleux, sa médicalisation au sud de la Méditerranée est suivie de sa restauration au nord. Cela parce qu'on s'attaque aux symptômes sans prendre le mal à la racine : la culpabilité et la culpabilisation de l’autosexualité, si bien qu'on ne s'en prend pas à la circoncision, ce qui apporterait au combat un réel efficace. La recommandation d' "abstinence" dans la prévention du SIDA montre que l’autosexualité est toujours considérée comme une conduite infantile ou débauchée. On semble ignorer que tout être humain est un enfant qui prend de l'âge et que celui qui est incapable de régresser ne peut pas non plus progresser. Les mutilations sexuelles ruinent le droit fondamental de 830 millions de personnes. Ne s'attaquer qu'à l'excision, c'est négliger 85% des victimes.

 Vu leur âge, les mutilations sexuelles sont le seul crime contre l'humanité dont personne ne se plaint. Irréversibles, elles nuisent à toute la population : enfants, adolescents, couples momentanément séparés, divorcés ou à besoins sexuels différents, célibataires et veufs. Perpétrées sous divers alibis : religion, tradition, hygiène, folklore, elles imposent à l'enfant le mode de vie des adultes par une odieuse torture. L'une des causes du fanatisme, du terrorisme suicidaire et de redoutables tyrannies, elles sont incompatibles avec la démocratie. Les sociétés ou régimes qui les tolèrent ne méritent pas le nom de civilisation ou démocratie. Fondées sur une perversion de l'éthique détournée en moralité moralisante, créant la névrose au sein du peuple pour donner une base sociale à celle des dominants, elles prétendent donner des leçons au peuple. C'est au profit de ceux qui l'exploitent. Leur abolition est une étape dans la lutte contre la répression de la sexualité et pour le droit de la personne humaine à la libre disposition de son corps et au respect de son intégrité, son autonomie et sa dignité physiques, sentimentales et mentales. La médecine ne peut servir de prétexte à la barbarie. En l'absence de "motif médical très sérieux" (article 41 du code de déontologie médicale), mutiler est contraire à la bioéthique. Dans une société civilisée, on ne doit pas toucher à un seul cheveu d'un enfant et l'abolition des châtiments corporels doit être étendue aux enfants. Le droit au corps doit figurer dans l'article 1 de la Déclaration universelle des droits de la personne humaine :

 

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en droits, en premier lieu le droit au corps, "dans ses trois dimensions d'intégrité, dignité et autonomie."

 

 

"L'acier qui nous mutile du satin,

"Nos blessures inutiles au lointain,

"Nous ferons de nos grilles des chemins,

"Nous changerons nos villes en jardins."

Jean-Jacques Goldman (Il suffira d'un signe)

 

 

Donné en conférence à l'Université de Keele (R-U) au 10ème symposium de NOCIRC le 4 septembre 2008, ce texte été approuvé par Madame Najaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement français, et cité par Jean-Pierre Rosenczveig, président du tribunal pour enfants de Bobigny et membre du Bureau international des droits de l'enfant, dans son article du 7 septembre 2012 contre l'excision et la circoncision.

 

 

ARTICLES LIES :

 

- "Entre barbarie et exclusion, la circoncision rituelle, comble d'un racisme masqué derrière religion, tradition, culture et folklore, catalyseur de fanatisme, terrorisme, génocide et féminicide"

https://www.academia.edu/3892296/Entre_barbarie_et_exclusion_la_circoncision_rituelle_comble_dun_racisme_masqu%C3%A9_derri%C3%A8re_religion_tradition_culture_et_folklore_catalyseur_de_fanatisme_terrorisme_g%C3%A9nocide_et_f%C3%A9minicide_mis_%C3%A0_jour_02.05.15_

 

- "Pourquoi les génocides ? (génocide et circoncision, la théorie psychanalytique du génocide"

https://www.academia.edu/4087609/Pourquoi_les_g%C3%A9nocides_g%C3%A9nocide_et_circoncision_la_th%C3%A9orie_psychanalytique_du_g%C3%A9nocide_mis_%C3%A0_jour_02.05.2015_

 

GÉNOCIDE, GUERRE, PEINE DE MORT, EXCISION,

ET CIRCONCISION

 

I - Pays pratiquant majoritairement la circoncision

 

 PEINE DE GUERRES TORTURE EXCISION

 MORT 1996-2002 (Fréquence)

  (de principe)   (en %)

AFGHANISTAN X X X

AFRIQUE DU SUD X

ALBANIE X

ALGÉRIE X X X

ANGOLA X X X

ARABIE SAOUDITE X X X

AUT. PALESTINIENNE X X X

AZERBAIDJAN X

BAHREIN X X

BANGLADESH X X

BÉNIN X 13

BOSNIE HERZEGOVINE X X

BRUNEI X X

BURKINA FASO X X  4

CAMEROUN X  1

COMORES X

CORÉE DU SUD X

COTE D'IVOIRE X X 36

DJIBOUTI 93

ÉGYPTE X X X 91

ÉMIRATS ARABES UNIS X X  X

ÉRYTHRÉE X X 89

ÉTATS-UNIS X X X

ÉTHIOPIE X X X 74

FIDJI X X

GABON  X

GAMBIE X 76

GHANA  X  4

GUINÉE X X X 96

GUINÉE BISSAU X 45

GUINÉE EQUATORIALE X X

INDONÉSIE X 90

IRAK X X X  8

IRAN X X  X

ISRAËL  X X X

JORDANIE X X X

KAZAKHSTAN X X

KENYA X X 27

KIRGHIZISTAN X

KOWEIT X X X

LESOTHO X X X

LIBAN  X X X

LIBÉRIA X X X 45

LIBYE X X

MADAGASCAR X

MALAISIE X X X

MALDIVES X

MALI X 85

MAROC X

MAURITANIE X 69

NIGER X  2

NIGÉRIA X X 27

OMAN X  X

OUZBEKISTAN X X

PAKISTAN X X  X

PAPOUASIE-NLLE. GUINÉE X  X

PHILIPPINES X X X  X

QATAR X X

RÉP. CENTREAFRICAINE X X X 15

RÉP. DÉM. DU CONGO (ZAIRE) X X X  5

RUANDA X X X

SAHARA OCCIDENTAL X X

SALOMON X X

SAMOA  X

SÉNÉGAL X X 26

SIERRA LEONE X X X 88

SOMALIE X X X 98

SOUDAN X X X 88

SWAZILAND X X

SYRIE X X X  X

TADJIKISTAN X X X

TANZANIE X X 15

TCHAD  X X X 44

TIMOR ORIENTAL  X

TOGO X X  4

TONGA

TUNISIE X X

TURKMÉNISTAN X

TURQUIE X X

VANUATU

YÉMEN X X 23

 

81 pays 70 pays 30 pays 52 pays 43 pays

 

POPULATION TOTALE : 2,027 milliards

 

II - Pays où la circoncision est minoritaire

 

  PEINE DE MORT GUERRES TORTURE EXCISION

  (de principe) 1996-2002

ALLEMAGNE

ARGENTINE X

ARMÉNIE X X

ASSAM

AUSTRALIE (X) X

AUTRICHE

BAHAMAS X

BELGIQUE

BÉLIZE X X

BHOUTAN

BIÉLORUSSIE X X

BOLIVIE X X

BOTSWANA X X

BRÉSIL X X X

BULGARIE X

BURUNDI X (X) X

CAMBODGE

CANADA

CHILI X

CHINE X X

COLOMBIE X X

CORÉE DU NORD X

COSTA RICA

CROATIE

CUBA X

DANEMARK

DOMINIQUE X

ÉQUATEUR X

ESPAGNE X

ESTONIE

FINLANDE

FRANCE (X)

GÉORGIE X (X) X

GRÈCE X

GUATEMALA X X

GUYANA X X

HAITI

HONDURAS X

HONGRIE

INDE X X X

IRLANDE

ISLANDE

ITALIE X

JAMAIQUE X X

JAPON X

LAOS X X

LETTONIE X X

LITUANIE X

LUXEMBOURG

MACÉDOINE (X) X

MALAWI X X

MALTE

MAURICE X

MEXIQUE X X X

MOLDAVIE X

MOZAMBIQUE X X

MYANMAR X

NAMIBIE X

NÉPAL X

NICARAGUA

NORVÈGE

NOUVELLE ZELANDE

OUGANDA X X X 1

PANAMA X

PARAGUAY X

PAYS-BAS

PÉROU X X X

POLOGNE

PORTO RICO

PORTUGAL X

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

ROUMANIE X

ROYAUME-UNI (X)

RUSSIE X (X) X

SALVADOR X X

SINGAPOUR X X X

SLOVAQUIE X

SLOVÉNIE

SRI-LANKA X X X X

SUÈDE

SUISSE

SURINAM X

TAIWAN X X

THAILANDE X X X

TRINITÉ ET TOBAGO X X

UKRAINE X

URUGUAY

VENÉZUELA X

VIÊT-NAM X

YOUGOSLAVIE X (X)

ZAMBIE X X

ZIMBABWE X X

92 pays 40 10 46

   (43%)  (11%) (50%)

POPULATION TOTALE : 4,116 milliards

(X) : guerres impliquant au moins un pays circonciseur

 

CONCLUSIONS

 

 

  NOMBRE PEINE GUERRES TORTURE EXCISION

  DE PAYS DE MORT 1996-2002

  (de principe)

 

Pays 81 70  30 52 43

circonciseurs (2,027 M.) (86%) (37%) (64%) (53%)

Pays non 92 40 10 46  1

circonciseurs (4,116 M.) (43%) (11%) (50%)

Il ne faudrait pas inférer de ces chiffres que la circoncision concernerait 1/3 de la planète. Elle n'en frappe qu'1/5ème. Les pays la pratiquant sont moins peuplés (26 millions en moyenne) que les pays qui laissent leurs enfants intacts (45 millions en moyenne).

 

Sur les vingt-trois génocides des temps modernes : musulmans circassiens (1860), congolais (1870), héréros (1904-07), grecs (1914-18), assyriens (1914-25), arméniens (1915), serbes (41-45), juifs (1942-45), tziganes (1942-45), tchéchènes (1944), communistes Indonésiens (1965-66), biafrais (1966-68), guinéens (1968-79), bengalis (1971), hutus (1972), habitants de Bornéo-Est (1975-79), kurdes (1988-89), tutsis (1994), bengalis (1990-2000), bosniens (1991-95), habitants du Darfour (2003), kurdes d'Irak (2005), Rohinghyas (2012), vingt (87%) ont impliqué des circoncis d'un côté au moins et cinq des deux côtés. Les circoncis en ont perpétré onze, dont sept contre des intacts. Cette forte corrélation est logique ; une atteinte volontaire à l'espèce humaine crée un sentiment de supériorité chez ceux qui la pratiquent et le sentiment inverse chez ceux qui ne la pratiquent pas.

 

Entre 1996 et 2002, à l'exception d'une guerre civile (Sri Lanka), toutes les guerres ont impliqué au moins un pays circonciseur et elles furent plus de trois fois plus nombreuses dans les pays circonciseurs.

 

La peine de mort y est plus de deux fois plus répandue.

La torture y est plus courante.

Ils sont les seuls à pratiquer l'excision.

 

Le féminicide dans l'est du Congo est l'œuvre de pillards circoncis Hutus qui détruisent après usage celles qui leur ont fait fonction de prépuce.

Le Congo circoncis détient le record du monde du viol.

En Norvège, entre 2006 et 2010, deux pour cent de circoncis commirent cent pour cent des viols.

 

Sources :

– Amnesty international. Rapport 2002.

– Amnesty international. "Abolir la peine de mort" 2002 ; (41).

– pour la mutilation génitale féminine : DHS : http://www.measuredhs.com/ et OMS :

http://www.who.int/reproductive-health/publications/fgm/fgm_programmes_review.pdf

UNICEF : rapport 2013 sur les MGF

UNICEF : http://www.unicef.org/french/pon96/womfgm.htm

pour l'Indonésie : http://www.cirp.org/news/smh01-13-04/

http://sicsociety.org&nbsp ; : Planisphères de l'excision et de la circoncision

– encyclopédie Encarta (MSN – hotmail.com), pour les statistiques de population.

 

(2) Miller A. Introduction aux considérations sur les mutilations sexuelles, in La connaissance interdite : affronter les blessures de l'enfance dans la thérapie. Paris : Aubier ; 1990. p. 164.

(3) Bertaux-Navoiseau M. Psychanalyse des mutilations sexuelles, mutilation sexuelle de la psychanalyse.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • astus astus 13 juin 2015 11:29

    Merci pour cet excellent texte à lire de toute urgence pour que cesse partout dans le monde cette abomination des mutilations sexuelles qui touche les deux sexes et entraîne chez les sujets et dans les sociétés des dommages irréversibles. 


    • astus astus 13 juin 2015 18:07

      Environ 30 % de la population mondiale masculine, ce qui fait quand même plusieurs centaines de millions d’individus sont concernés par la circoncision, et environ 130 millions de femmes pour la seule excision, car il y aussi l’infibulation. Ces pratiques dégradantes souvent réalisées dans l’enfance sans aucun consentement des sujets concernés doivent être combattues par tous ceux qui respectent la dignité humaine, car comme l’explique bien l’article plus haut, cela laisse de profondes séquelles qui dépassent les seules personnes concernées pour toucher au corps symbolique et social. Toutes les atteintes physiques d’autrui subies, même celles invoquées pour des raisons religieuses ou coutumières, doivent à terme être condamnées par la loi. Et si ce n’est pas encore le cas partout alors il convient de faire tout ce qui est possible dans le respect de chacun pour faire modifier celle-ci. 

    • Abou Antoun Abou Antoun 13 juin 2015 19:04

      @gros macho
      Il y a toujours un problème plus important. C’est la raison que l’on invoque généralement pour renoncer à traiter un problème particulier.
      Les mutilations sexuelles ne devraient être pratiquées que sur des personnes adultes, sur leur demande, datée signée devant officier d’état civil et évidemment pas remboursées par la sécu.
      Circoncision, excision des enfants : pratiques préhistoriques, barbares, dangereuses, devant être interdites et punies sévèrement par la loi dans tout État moderne.
      Il s’agit effectivement d’assujettir les individus de les marquer de manière indélébile comme appartenant à une religion, à un peuple, sans leur consentement.
       


    • Esprit Critique 13 juin 2015 15:31

      Merci pour ces informations claires sur l’origine et « l’explication » de ces barbaries.

      Bien que vieux militant laïque, j’ai encore des choses a apprendre et a comprendre sur tout ce qui entrave la liberté « d ’Etre » de chacun.


      • OMAR 13 juin 2015 19:06

        Omar147

        @Michel :" Mais, après le tollé des religieux musulmans et juifs et du chef de l’état israélien consécutif à la décision du 1er octobre 2013 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, qui s’est prononcée à une forte majorité pour le respect du droit de l’enfant à l’intégrité physique, l’avis du 2 décembre 2013 de la CNCDH n’en a rien fait.« .

        La circoncision rituelle est vraisemblablement originaire de l’Égypte antique où elle a été pratiquée pour des motifs culturels et religieux .

        Cette pratique a été reprise sous la forme d’un Commandement Divin (brit milah).

        Bien que n’étant nullement citée dans le Coran, la circoncision est pratiquée dans l’ensemble des communautés musulmanes à travers le monde.
        Elle est considérée comme une sunna.  »confirmée" (muakada).

        Il est à signaler que ce rite est également en usage chez certaines communautés chrétiennes (notamment orientales).

        L’excision est une pratique considérée comme traditionnelle dans la mesure où elle se sont installées dans un contexte animiste ou pharaonique (c’est-à-dire bien avant l’arrivée des grandes religions monothéistes dans ces contrées.
        Elle ne repose sur aucun fondement religieux issu des trois religions monothéistes, et se pratique dans de nombreuses parties du monde ; généralement en Afrique subsaharienne et dans des peuplades du Proche-Orient et de l’Asie du Sud-Est.

        D’emblée, nous pouvons considérer que l’excision est un une mutilation gratuite et donc criminelle qui doit être simplement interdite et condamnée par l’ensemble de l’humanité.

        Pour la circoncision, le débat est plus délicat, sauf que pour les musulmans, ce n’est ni une obligation ni une condition de conversion à l’islam.

        Alors, je trouve que votre affirmation concernant la reculade du Conseil de l’Europe et de la CNCDH est trompeuse sinon fallacieuse.

        L’Allemagne dans son élan islamophobe, avait lancé une campagne contre la circoncision, visant principalement la communauté turque.
        http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/allemagne-la-circoncision-une-sacree-polemique_1157811.html
        Mal lui en pris, car le tollé soulevé par la communauté juive fit fondre cette action comme du beurre au soleil.
        Pire, le Parlement allemand par une écrasante majorité, vote une loi autorisant la circoncision :
        http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/12/12/les-deputes-allemands-votent-une-loi-autorisant-la-circoncision_1805259_3214.html

        Et quand on connait le rôle de l’Allemagne (et de la France) à Bruxelles....

        Michel, d’après vous,pourquoi l’excision a-t-elle été rapidement, aisément et unanimement condamnée mais que jusqu’à ce jour, elle fait encore l’objet de débats, alors que les communautés musulmanes ont condamné et légiféré cet acte  ?
        http://oumma.com/11102/lexcision-en-europe-amalgames-et-responsabilites


        • Michel Hervé Bertaux-Navoiseau Michel Hervé Bertaux-Navoiseau 15 juin 2015 12:06

          @OMAR Vous êtes mal informé.


          Bryan Earp a, assez bien, répondu à votre objection concernant la comparaison à faire avec l’excision sur les plans éthique et juridique, et quelquefois aussi médical (http://ulwaluko.co.za/Photos.html) :
          J’ai fait mieux à cette adresse :

          L’excision est prônée et pratiquée par la plupart des extrémistes musulmans et dans plusieurs pays africains, c’est une Chariah exciseuse qui fait la loi.


          Concernant le racisme, il existe des deux côtés :
          mais il serait calomnieux d’en accuser les juges du tribunal de Cologne, appuyés par un important mouvement international de juristes, médecins et psychologues, incluant quantité d’arabes et de juifs.

          Concernant le tollé des extrême-droites religieuses, renforcé par Netanyaou, il est évident que les partis allemands se sont bien gardés de heurter leur électorat sémite et que Hollande en a fait de même avec son amie socialiste Lazerge, contrainte de ne pas tenir parole.

          Pour le débat religieux, voir :

        • njama njama 15 juin 2015 10:00

          Excellent article !
          Si pendant longtemps les gens ont pu être grugés que la circoncision était un Commandement divin adressé à Abraham (Genèse, 17/10-12), et rite pratiqué par sa descendance, l’histoire et l’archéologie révèlent qu’il n’en est rien.
          Abraham aurait vécu vers le XIX° siècle avant JC, et, des fresques égytiennes représentant la circoncision datent de plusieurs siècles avant :
          « Une gravure de la tombe de l’architecte royal Ankhmahor (env. 2300 av. J.-C.) montre deux hommes infligeant la circoncision et révèle l’usage égyptien de ce rituel avant la période d’Abraham. (Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh, Circoncision, le complot du silence, éd. L’Harmattan, 2003) »
          Traumatisme de la circoncision par Marc-André Cotton http://www.regardconscient.net/archi04/0405circoncision.html
          « l’hébraïsme » n’a fait que prolonger des traditions égyptiennes
          Ainsi cette superstition est en cours d’effondrement ...
          Quant aux soi-disant vertus d’hygiène qu’apporterait la circoncision, elles ne tiennent pas la route, si on compare la population de circoncis à celle des non-circoncis.
          La dernière fable sur le sujet pour essayer de la maintenir serait qu’elle protégerait contre le sida


          • Michel Hervé Bertaux-Navoiseau Michel Hervé Bertaux-Navoiseau 15 juin 2015 12:07

            @njama
            Voyez ma réponse à Omar147.


          • njama njama 15 juin 2015 10:04

            l’archéologie vient donc démentir formellement la Bible sur ce point ... n’en déplaise à certains.

            Trois statuettes métalliques syriennes du 28ème siècle av. J.-C. montrant des hommes nus indiquent que deux ont été circoncis complètement et le 3ème partiellement.
            Une gravure de la tombe de l’architecte royal Ankhmahor (env. 2300 av. J.-C.) montre deux hommes infligeant la circoncision et révèle l’usage égyptien de ce rituel avant la période d’Abraham.
            Une stèle de Naga Al-Deir, datant du 23ème siècle av. J.-C., mentionne qu’un fonctionnaire du roi avait été circoncis avec 120 autres personnes. Dans un bloc de la tombe de Mereri à Dendera, le propriétaire de la tombe dit : « J’ai enterré leurs vieux hommes et circoncis leurs jeunes ». Au 20ème siècle av. J.-C., Sinoserit 1er dit que le Dieu Soleil l’avait nommé maître des humains lorsqu’il était enfant avant de perdre son prépuce. Vers le 19ème siècle av. J.-C., le gouverneur Khanobohotim II dit qu’avant d’avoir été circoncis son père était gouverneur.
            Une gravure de la 6ème dynastie de la tombe de l’architecte royal Ankhmahor, à Saqqara, montre deux scènes de deux jeunes subissant la circoncision.

            .

            Quant à l’excision, elle avait cours chez les Egyptiens ... voisins des juifs de Palestine.
            Philon d’Alexandrie (d. 54), dit qu’elle est « pourtant une coutume très scrupuleusement pratiquée par d’autres nations aussi, et en particulier les Égyptiens, peuple que l’on tient pour prolifique, ancien et sensé au plus haut point ». Ailleurs, il dit que les Égyptiens circoncisent « le fiancé et la fiancée » à l’âge de quatorze ans, « quand le mâle commence à prendre du sperme et les règles de la femme à couler ».

            Colloque du 18 décembre 2004
            Fondation universitaire, Université Libre de Bruxelles
            (A)symétries sexuelles : autour de la circoncision et de l’excision/
            Circoncision masculine et féminine en Égypte
            Débat religieux, médical et juridique

            Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh
            Docteur en droit, responsable du droit arabe et musulman
            Institut suisse de droit comparé, Lausanne

            http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0CCEQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.sami-aldeeb.com%2Ffiles%2Ffetch.php%3Fid%3D10%26action%3Dfrench-circoncision-masculine-et-feminine-en-egypte-2004.doc&ei=f1MJVb_aJovxUOeOgNAI&usg=AFQjCNF0wWbpoBJA1NEimyDmaC_ZsNoYKw&bvm=bv.88198703,d.d24


            • njama njama 15 juin 2015 10:15

              @ l’auteur Michel Hervé Bertaux-Navoiseau
              Le site « Regard Conscient » reprend et développe de nombreux thèmes abordés dans votre article http://www.regardconscient.net/default.htm
              Circoncision : c’est aux parents de dire non !
              par Marc-André Cotton
              La récente décision du Tribunal de Grande Instance de Cologne d’interdire la circoncision de mineurs pour des motifs religieux suscite une controverse révélatrice. Pour la première fois en effet, des juges ont fait valoir le droit de l’enfant « à une éducation excluant toute violence » – inscrit dans la loi allemande depuis l’an 2000 – pour condamner une pratique qui porte irrémédiablement atteinte à son intégrité [1].

              Invoquant la liberté de culte et dans un rare élan d’indignation commune, les principaux dignitaires des trois grandes religions ont alors dénoncé une atteinte sans précédent à ce qu’ils considèrent comme leur droit – le grand rabbin de Moscou allant jusqu’à encourager la communauté juive d’Allemagne à défier l’interdiction.

              La loi impuissante à protéger l’enfant
              [..........]
              lire la suite : http://www.regardconscient.net/archi13/1301peps2.html



                • Michel Hervé Bertaux-Navoiseau Michel Hervé Bertaux-Navoiseau 15 juin 2015 11:23

                  J’espère que Gros macho comprendra en lisant ce tableau et ses conclusions que l’abolition des mutilations sexuelles est le fléau N° 1 de l’humanité, responsable non seulement des génocides, mais de la grande majorité des guerres et, bien évidemment des terrorismes, d’état(s) ou autres.


                  voir les articles (cliquer sur le titre) à l’adresse suivante : https://independent.academia.edu/Michel_Herv%C3%A9_Bertaux_Navoiseau/Violence-et-circoncision











                  • Michel Hervé Bertaux-Navoiseau Michel Hervé Bertaux-Navoiseau 15 juin 2015 11:28

                    Abou Antoun, « Les mutilations sexuelles ne devraient être pratiquées que sur des personnes adultes, sur leur demande, »


                    Aucun médecin n’a le droit de faire cela ; c’est interdit par l’article 41 du code de déontologie médicale :

                    "Aucune intervention mutilante ne peut être pratiquée sans motif médical très sérieux…."


                      • njama njama 15 juin 2015 12:38

                        La théorie selon laquelle la circoncision masculine protège du VIH/sida est la dernière trouvaille en date des partisans de la circoncision.

                        Cela fait maintenant près d’un siècle et demi que chaque génération de circonciseurs avance un nouveau prétexte pour justifier et pérenniser la pratique de cette mutilation.

                        L’origine du mythe

                        Sans surprise, la théorie selon laquelle la circoncision pourrait protéger de l’infection au VIH a été inventée et développée aux États-Unis.

                        Dans un article daté de 1986, le Docteur Valiere Alcena émit la théorie que l’ablation du prépuce pourrait prévenir l’infection au VIH. (1)

                        Le médecin américain Aaron J. Fink, un célèbre partisan de la circoncision masculine, fit ensuite la promotion de la théorie d’Alcena en publiant des lettres dans les revues médicales. (2-4)

                        Puis d’autres médecins, comme l’américain Gerald N. Weiss, contribuèrent au développement de cette théorie à travers un article publié en Israël (1993), identifiant le prépuce comme un possible point d’entrée du VIH. (5)

                        Les fanatiques de la circoncision nord-américains ont ensuite promu la circoncision avec des articles d’opinions dans les revues médicales. (6,7)

                        Stephen Moses, Daniel T. Halperin, et Robert C. Bailey sont d’autres partisans de la circoncision bien connus en Amérique du Nord. (7,8)

                        De nombreuses études d’observation furent menées en Afrique, mais ne trouvèrent pas de preuves suffisantes pour recommander la circoncision en tant que moyen de prévenir l’infection au VIH. (9)
                        [...]
                        http://www.droitaucorps.com/circoncision-sida-protection


                        • njama njama 15 juin 2015 12:43

                          si cette récente théorie que la circoncision protégerait du VIH, était vraie, normalement il ne devrait avoir aucun cas de SIDA en Israël, et très peu aux États-Unis, vu que le taux de circoncis dans la population mâle est très élevé.



                        • njama njama 15 juin 2015 12:45

                          Le business de la circoncision !

                          About 1.2 million circumcisions are performed each year in the United States, which makes the grand total $1.85 billion !

                          Dans les années 1970 et 1980, près de 80% des garçons américains étaient circoncis.
                          donc en toute logique, le nombre de cas de sida devrait être extrêmement faible aux States par rapport à d’autres pays comme en Europe septentrionale où le taux de circoncisions est extrêmement faible
                          ce taux de circoncisions aux USA a beaucoup chuté depuis, le New York Times rapportait un taux de circoncision à 32.5% pour l’année 2009.

                          ceci explique cela, un gros business, « une rente », était en train de sombrer, d’où le début de cette propagande dans les années 80 / 90 pour essayer de sauver le business !

                          When they say it’s not the money...
                          ...it’s the money.

                          The role of money in the continuation of circumcision

                          http://www.circumstitions.com/$$$.html

                          High Cost of Circumcision

                          August 5th, 2012 by Dan Bollinger

                          What is the true monetary cost of male infant circumcision ? Would you believe almost two billion dollars a year ? Let’s add it up. The procedure is billed an average of $313, with the physician receiving about $166 ; modest amounts for a medical procedure. But this isn’t the end of the calculation. A hidden cost is the extra one-quarter day of hospital stay, about $429 per child, bringing the average cost to $752 per circumcision.[1] The lifetime cost from circumcision-related health issues including repairs is expensive with some boys needing multiple surgeries, about $363 per male. So the grand total cost per circumcision is about $1,428.

                          Still, that’s not a large price tag, but what is lost in price point is gained in volume. About 1.2 million circumcisions are performed each year in the United States, which makes the grand total $1.85 billion (and about $800 million for just circumcision alone)

                          http://www.icgi.org/information/cost-of-circumcisions/

                          pour sauver un tel chiffre d’affaire, ça valait bien un petit mensonge ...


                          • njama njama 15 juin 2015 13:58

                            @ l’auteur Michel Hervé Bertaux-Navoiseau

                            Je ne connais que 3 causes à la circoncision :
                            1. la plus ancienne et la plus importante, la tradition, le rite institué depuis Abraham, conservé par les juifs, musulmans et certains chrétiens d’orient. La circoncision étant un phénomène étranger aux autres civilisations d’Europe, d’Asie, d’Amériques.
                            2. l’invocation de « l’hygiène » dans la médecine moderne, ou les raisons de soins psychiatriques en vigueur au XIX° siècle, qui voulaient que l’excision et la circoncision empêcheraient ou limiteraient la masturbation.
                            3. la plus récente, la circoncision protégerait soi-disant du SIDA
                            Aucune de ces 3 raisons n’est vraie ....
                            Je ne crois pas dans l’efficacité de la loi dans ce domaine, un pays en fera une, et ses voisins non. Il est même probable, qu’Israël (si ce pays existe encore dans les prochains siècles ?) risque fort de garder sa tradition jusqu’au Jugement dernier, quoique cette pratique pourrait largement s’effriter.
                            On n’arrête pas un phénomène culturel qui traverse de grandes régions du monde par des lois.
                            Je mise sur l’éducation, la communication pour venir à bout des superstitions autour de la circoncision. Déjà aux States, grand pays coupeurs de prépuces, cette pratique est en train de complétement s’effondrer.


                            • njama njama 15 juin 2015 15:24

                              Actuellement l’organisme responsable de la propagande et de la propagation de la pratique de la circoncision, (voire même d’une volonté de la voir généralisée dans certains pays), c’est l’ONUSIDA
                              Or tout cela n’est que charlatanisme et promotion de pratiques préhistoriques ... autant vous mettre une passoire sur la tête en guise de parapluie.

                              Après avoir proposé la circoncision pour lutter contre la masturbation, le cancer du pénis, les infections urinaires ou encore pour favoriser l’hygiène, les circonciseurs américains s’attaquent au VIH/sida.
                              Les 3 études menées en Afrique

                              Après l’échec des précédentes études pour démontrer un quelconque effet protecteur lié à la circoncision, les médecins pro-circoncision obtinrent des fonds des Instituts américains de la santé et de l’Agence Nationale de Recherches sur le SIDA (ANRS) pour conduire des essais randomisés contrôlés (ERC) en Afrique.

                              Le but de ces études était de savoir si la circoncision est efficace pour prévenir l’infection au VIH de femme à homme.

                              Trois ERC furent conduits de 2002 à 2006 :

                              > Un ERC en Afrique du Sud sous la supervision du Français Bertran Auvert ; (10)
                              > Un ERC au Kenya sous la supervision des Nord-américain Robert C. Bailey et Stephen Moses ; (11)
                              > Un ERC en Ouganda sous la supervision du Nord-américain Ronald H. Gray. (12)

                              Voici le résultat cumulé de ces études :

                               Sur les 5411 hommes soumis à la circoncision, 64 (1.18 %) sont devenus porteurs du VIH
                               Sur les 5497 hommes du groupe de contrôle, 137 (2.49 %) sont devenus porteurs du VIH

                              La conclusion des chercheurs est que la circoncision réduit de 53 à 60 % le risque de contracter le VIH, mais uniquement pour l’homme et exclusivement lors de pénétrations vaginales.

                              Comment sont-ils arrivés à ce chiffre de 60 %, qui s’est diffusé comme une traînée de poudre dans les médias ?

                              Il s’agit en fait du quotient entre deux risques relatifs de contracter le VIH. (1.18 / 2.49 = 0.47 %)

                              La baisse absolue de l’infection au VIH était de seulement 1.31 % (2.49 – 1.18), ce qui n’est pas statistiquement significatif comme l’ont fait remarquer Boyle & Hill (13), surtout si l’on prend en compte les nombreuses failles méthodologiques remettant en cause ces résultats, lesquels ne se reflètent d’ailleurs pas dans le monde réel (cf partie 4).

                              POURQUOI LE CHIFFRE DE 60 % DONNÉ SEUL EST-IL TROMPEUR ?

                              Donner uniquement le chiffre de baisse relative induit en erreur et donne l’impression d’un effet fulgurant car il exclut le nombre d’individus à traiter pour arriver à l’effet désiré.

                              Prenons un exemple simple pour mieux comprendre :

                              1. Considérons une population de 100 habitants ;
                              2. Chaque année, 2 individus de cette population sont touchés par une maladie ;
                              3. Un médecin trouve un remède permettant de sauver 1 personne sur 2 ;
                              4. Il se contente alors d’annoncer à la population : « Avec mon médicament, vous aurez 50 % de chance en moins de tomber malade ! »

                              Ce chiffre permet de tromper la population, qui sera plus encline à acheter le médicament. En aurait-il été de même si le médecin avait annoncé qu’il faudrait traiter 100 individus pour en soigner un seul et que par conséquent le taux d’efficacité absolu de son médicament était de 1 % ?
                              http://www.droitaucorps.com/circoncision-sida-protection


                            • Michel Hervé Bertaux-Navoiseau Michel Hervé Bertaux-Navoiseau 15 juin 2015 15:48

                              @njama
                              La circoncision et parfois l’excission sont connues aux Amériques (Aztèques, Mayas, certains des Indiens, notamment sud-américains...), dans le Pacifique, dans tous les pays musulmans d’Asie, aux Philippines, en Corée du Sud (purement médicale, depuis 1945, à l’exemple des américains).


                            • njama njama 15 juin 2015 16:30

                              @Michel Hervé Bertaux-Navoiseau
                              oui, j’entends bien, mais comme nous ne connaissons pas les raisons de ces pratiques indigènes archaïques, pas plus que nous ne savons dans quelles étendues elles étaient pratiquées dans leurs populations, cela ne nous avance pas. Ce sont les raisons fallacieuses, y compris« modernes » encore invoquées que l’on doit combattre. En dehors de traditions religieuses, la propagande passe aujourd’hui par le canal de l’ONUsida et de l’OMS qui influence le corps médical avec des études douteuses ...
                              Cela n’en demeure pas moins du charlatanisme comme je l’indiquais dans différents commentaires




                            • njama njama 15 juin 2015 14:34

                              le business de la circoncision néonatale

                              Tribune
                              20/08/2012 à 18h24
                              Aux Etats-Unis, tout est bon pour justifier la circoncision
                              http://www.rue89.com/2012/08/20/aux-etats-unis-tout-est-bon-pour-justifier-la-circoncision-234737


                              • njama njama 15 juin 2015 16:23

                                La circoncision, ce grand charlatanisme !
                                La circoncision aux États-Unis : pourquoi ?

                                Néanmoins, il existe encore de nos jours des arguments fallacieux invoqués par les partisans de la circoncision pour justifier la pratique : des raisons hygiéniques, la prévention des infections urinaires et du cancer du pénis, et le dernier en date : la circoncision pour prévenir de l’infection au VIH.

                                Le réalisateur Ungar-Sargon résume bien ce problème :

                                  « Aux États-Unis, chaque génération semble trouver une nouvelle justification médicale pour la circoncision. Si vous regardez le début du 20ème siècle, la maladie la plus effrayante de l’époque était la syphilis : la circoncision était promue comme étant un remède à la syphilis. Quand nous avons trouvé un vaccin pour la syphilis, c’est passé à la question de l’hygiène, et c’était surtout dans les années 30 et 40 que c’était pour ça qu’elle était promue. Puis ça s’est déplacé à la prévention du cancer, différents types de prévention du cancer, puis c’est devenu les infections urinaires dans les années 80 et 90 et maintenant bien sûr c’est le VIH et vous lisez ça partout. Je pense que, d’un point de vue anthropologique, c’est fascinant de voir à quel point cette pratique a été tenace : c’est presque comme un remède à la recherche d’une maladie. »

                                De même que le Docteur Denniston :
                                  « L’épidémie iatrogénique de la circoncision est soutenue par l’invention et la prolifération de prétendues raisons médicales. Ces excuses vont de la prévention de la masturbation, de l’épilepsie, de l’hystérie, de l’alcoolisme et du pipi au lit jusqu’à la prévention du cancer et de la mort. Dans l’histoire de la médecine, il n’y a jamais eu autant de données non fondées produites pour protéger une pratique médicale nuisible. Chaque fois qu’une raison médicale est désapprouvée scientifiquement, de nouvelles raisons sont vite inventées. La vérité est que ces prétendues raisons médicales sont des raisons invalides visant à soumettre des bébés à une chirurgie invasive du pénis. La tentative d’user de la science pour justifier la pratique de la circoncision est un abus. Il n’existe pas d’indications scientifiques ou médicales pour valider la pratique de la circoncision routinière. »
                                http://www.droitaucorps.com/circoncision-etats-unis-pourquoi


                                • njama njama 15 juin 2015 16:38

                                  Etre juif et s’opposer à la circoncision
                                  Jérôme SEGAL Enseignant-chercheur
                                  http://www.liberation.fr/societe/2014/09/14/etre-juif-et-s-opposer-a-la-circoncision_1100311


                                  • jocelyne 23 juin 2015 17:54

                                    et les castras ?


                                    • Michel Hervé Bertaux-Navoiseau Michel Hervé Bertaux-Navoiseau 23 juin 2015 20:13

                                      Evidemment, c’est ce qu’il y a de pire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires