• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ne pas se fier aux apparences !

Ne pas se fier aux apparences !

En ces temps de "balance ton porc", de suspicions de pédophilie au sein des églises, de malades sexuels de toutes sortes, je m'en vais vous raconter une histoire :

Mon cousin (presque mon grand frère, car je suis fille unique), Maurice LONGEIRET, 91 ans, pasteur de l'Eglise Réformée, écrivain et penseur, a vécu quelques moments d'angoisse qui nous font rire aujourd'hui.

Comme il s'occupait de diverses associations à Marseille où il exerçait son métier, il fut amené à s'occuper d'un foyer pour SDF alcooliques, et quelquefois prostituées, ce qu'il fit pendant une vingtaine d'années.

Parmi les occupantes de ce foyer, l'une d'entre elles, appelons-la Viviane, sur la voie de la guérison, s'attacha à lui et à sa femme (sans sous entendu) et leur raconta sa vie, ses problèmes de santé et les déboires qui l'avaient amenée à son état actuel.

Un jour, Maurice, attendant son tour dans une agence de la Caisse d'Epargne où plusieurs personnes patientaient, Viviane l'apercevant lui cria en levant la main :

- "Monsieur Longeiret, ça y est, j'ai de nouveau mes règles !"

Maurice rougit, verdit, puis sourit tout de même. Qu'allaient penser ces gens autour de lui, dont certains étaient ses paroissiens ?

Viviane pensait, avec juste raison, qu'avoir de nouveau ses règles signifiait qu'elle était guérie, et peine de joie, le faisait savoir à son bienfaiteur...

 

Un autre jour, une autre de ses protégées, appelons-la Martine, ex prostituée, devant se rendre en un endroit éloigné et n'ayant pas de véhicule, lui avait demandé de la conduire, lui disant qu'elle l'attendrait à un rond-pont bien précis.

Imaginez la scène : Martine, cheveux péroxydés, ongles griffues et carmin, jupe au ras du slip, hautes bottes aux talons auguilles, assise sur un rebord du rond point tenant une cigarette ! Maints automobilistes faillirent se rentrer dedans en voyant le spectacle. Et Maurice, avec sa paisible voiture, s'arrêtant pour cueillir la "belle" au nez de plein de gens curieux...

Voilà deux petites anecdotes très drôles, qui ont sans doute fait penser aux spectateurs de la chose que, décidément, Maurice était un drôle de berger... Et que, certainement, il "profitait" de situations misérables.

Et j'imagine les remarques rigolardes de certains qui ne "croient que ce qu'ils voient".

Ne jugeons pas trop vite...

 

Ne voyons-nous pas, bien souvent, de pareilles drôleries ? N'en déduisons-nous pas de méchantes pensées ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • NEMO Joker 13 septembre 14:44

    « Comme il s’occupait de diverses associations à Marseille où il exerçait son métier,... »


    Les voilà bien les parpaillots, un pasteur « exerce un métier » alors que nos prêtres, Madame, se « dévouent dans leur sacerdoce ». Quant à Martine, je suis fort surpris que cette damme portât un slip ! Vous êtes sûre de ça ?

    • cevennevive cevennevive 13 septembre 15:44

      @Joker, bonjour,


      Je ne sais pas si cette dame portait un slip. J’imagine que mon cousin, dans son affolement, n’a pas vérifié...

      Quant au « métier » de pasteur, je pense qu’il s’agit bien d’un métier. Un pasteur a fait des études de théologie égales aux études universitaires, et a un salaire fixe, avec déduction des charges sociales au même titre que vous et moi.

      Et pour généraliser, le dévouement dans le sacerdoce existe aussi dans bien des professions. Certains hommes politiques bien en vue vous le diront. Mais nous ne les croirons pas bien sûr !


    • NEMO Joker 13 septembre 15:55

      @cevennevive

      je vous taquinais
      merci pour votre gentillesse

    • ZenZoe ZenZoe 13 septembre 14:51
      Votre cousin le pasteur a eu bien du mérite de rester sage, entouré qu’il était de créatures en tenues affriolantes smiley


      Malheureusement, et c’est plus embêtant, l’inverse est aussi vrai. Bien des paroissiens ont refusé de voir le mal alors qu’il y en avait. La pédophile au sein de l’église n’aurait jamais pu prospérer autant sans leur aveuglement volontaire.

      • cevennevive cevennevive 13 septembre 15:55

        @ZenZoe, bonjour,


        Son épouse et lui viennent de fêter 60 ans d’un mariage sans nuage.

        Quant aux « tenues affriolantes », je ne crois pas que Maurice les aient nommées ainsi, au contraire ! Mais c’est un pur intellectuel, berger des âmes plutôt que des corps...

        Les problèmes de pédophilie ou simplement de sexe existent, j’en conviens, au sein des églises, de TOUTES les églises. Mais mon propos, dans cet article, est de montrer que, quelquefois, il circule des « réputations » malveillantes issues de gens qui n’ont rien vu, rien compris.

        Il et si difficile de prouver ce genre de comportement si l’on n’y a pas assisté ou si l’on ne l’a pas subis.


      • alinea alinea 13 septembre 16:15
        Tu as absolument raison, et c’est très souvent que je me fais un scénario qui explique, calmement, une scène vécue, très souvent sur la route ! sur la route les gens ont des comportements bizarres, soit ils sont seuls au monde, soit au contraire ils sont si timides qu’il vous laissent passer là où, vraiment, ce n’est pas opportun.
        En tout cas, je ne l’ai jamais vu, mais je doute remarquer un homme, même un curé, prendre une caricature de prostituée en stop !!
        Je voulais juste te dire aussi que j’ai répondu à ton commentaire, mince je ne me souviens plus du titre de l’article.. ; cochon qui s’en dédit ?
        je suis allée samedi à Anduze, à la présentation d’un bouquin, par son auteur qui se trouve être mon voisin, qui parle des Cévennes !! Daniel Hébrard, « du feu de Dieu » !! c’est son quatrième bouquin chez Fayard ! je le lis tranquille et j’en ferai un article !
        la bise, Cévennes vives !

        • cevennevive cevennevive 13 septembre 16:33

          @alinea, Bonjour ma Belle,


          Oui, je suis allée voir ce que tu me conseillais sous l’article « cochon qui s’en dédit ». j’avoue que cela m’a laissée perplexe. Le monde de la politique est comme une marre aux canards. Même les grenouilles ne peuvent pas y vivre !

          Et les mots, les mots, les mots ! L’on peut leur faire dire tout et n’importe quoi. A croire que la langue n’est pas commandée par la cervelle. Ne dit-on pas quelquefois : « sa langue va plus vide que sa cervelle » ?

          Pour en revenir à mon article, ne crois surtout pas que je privilégie les pasteurs plutôt que les curés ou autres. Peut-être les premiers ont-ils une vie sentimentale plus « normale » du fait qu’ils peuvent avoir une famille ?

          Peu importe la profession. Mon propos est de demander à tous de réfléchir et d’attendre avant de démolir une réputation. C’est d’ailleurs un peu ce que tu as voulu signifier dans ton article sur ce Monsieur innocent, prisonnier d’un jugement inique... (J’ai regardé l’émission sur la 5).

          Bisou très amical.


        • alinea alinea 13 septembre 16:47

          @cevennevive

          C’est exactement ce que je veux signifier toujours ! pour une bonne raison déjà, c’est que mon apparence suscite les attaques ( pas le physique, les attitudes, ici, comme dans la vie) !
          j’ai une vision qui prend dans les apparences ce qu’elles dévoilent du caché, je n’y peux rien, c’est toujours comme ça, aussi, ne suis-je pas encline à leur faire foi !!
          En ce qui concerne le lien que je t’ai posé, il ne s’agit pas de politique, juste de rapports humains comme on en a nous autres, très souvent ! et ce que j’apprécie chez Mélenchon c’est qu’il est humain avant d’être politique ! mais j’ai trouvé Macron pareil sur cette vidéo, dans les parties non montrées dans l’article à charge. je suis incapable de haine tant je vois l’humain en l’humain mais cela ne m’empêche pas de condamner, combattre des politiques mortifères. j’ai posté sur AVOX TV une vidéo où Mélenchon défend l’agriculture à l’Assemblée... pour moi cela est plus important que tout, que toutes les maladresses voire faiblesses que l’on ne peut lui reprocher que si l’on est contaminée par les ennemis ! je suis sûre que Mélenchon est un HP pour susciter tant de haine ; tu sais qu’en me faisant grise volontairement depuis des décennies, j’en subis, en proportion, autant !!
          Je n’aime pas les vérités tronquées à charge, je ne marche jamais dans cette combine, et plus que souvent à raison !

        • arthes arthes 13 septembre 18:04

          @Cennevive : Moi je la trouve sympa cette histoire du pasteur, bref il y a un coté « rock and roll » bref, c’est la vie...ça me fait penser à la série « Mairie Thérèse .com ».




          @alinéa : Le parralèle avec la rencontre Mélenchon/ Macron à Marseille, boaf, c’est pas rock and roll, c’est pathétique et prévisible, rien de surprenant, chaque parti à sa baudruche et Macron le sait, et il se marre.
          Ni lui ni quiconque est ma tasse de thé comme on dit, je me contente de compter les points , et je fais ce que je peux dans mon coin, comme le pasteur.

          • cevennevive cevennevive 13 septembre 18:20

            @arthes, bonjour,


            Il le fut sans doute « rock en roll », mais aujourd’hui il a 91 ans, et il ne dédaigne pas de raconter de telles anecdotes.

            Cela dit, j’aime bien la série « Soeur Thérèse.com ». Toutes ces religieuses en goguette (sans sous entendu bien sûr) m’amusent. Est-ce toujours ainsi dans les couvents ? Certainement pas...


          • arthes arthes 13 septembre 18:55

            @cevennevive

            Certes, c’est une fiction, mais j’aimais bien l’esprit , un coté discipline et rigueur religieuse avec la liberté que confère l’ingénuité de l’enfance pour appréhender la vie, les évènements, les gens , et le spirituel et le temporel (avec le flic Bonaventure) récconcilliés et équilibrés , je ne suis pas « séries » tellement c’est gonflant, mais là, j’ai trop kiffé , je les ai tous vu les épisodes.

          • Fergus Fergus 13 septembre 20:18

            Bonsoir, Cevennevive

            Des anecdotes savoureuses - surtout la seconde - qui montrent en effet que les apparences sont souvent trompeuses, et que bien des observateurs gagneraient à se taire plutôt qu’à commenter pour dire des âneries.

            Parler pour ne rien dire, ou pour dire des âneries, c’est ce que l’on qualifiait naguère de cette façon : « Parler comme des putains sans pratique », autrement dit comme des prostituées sans clients qui tuent le temps en racontant n’importe quoi. smiley


            • cevennevive cevennevive 14 septembre 06:47

              @Fergus, bonjour,


              Il n’y a pas que les « putains sans pratique », hélas, qui puissent démolir une réputation. Il y a aussi les rombières, les grenouilles de bénitier, les frustrés, les jaloux, etc.

              Trop de gens ne savent pas qu’il y a une énorme limite entre la plaisanterie, et la médisance.

              Il nous est arrivé à tous de plaisanter en petit comité sur quelqu’un ou quelqu’une. Mais, comme dit la sagesse populaire, « nous n’avons pas tenu la chandelle » et qui peut être certain de ce qui se passe dans l’alcôve du voisin ?


            • Fergus Fergus 14 septembre 09:23

              Bonjour, cevennevive

              Je suis évidemment d’accord sur le fait que les nuisances peuvent venir de catégories autres que « les putains sans pratique ».

              Mais cette expression, très répandue naguère dans le sud-ouest, m’a toujours fait sourire. Et cela d’autant plus que le mot « pratique » était souvent mal interprété et induisait parfois des abymes d’interrogation. smiley 

              « Il nous est arrivé à tous de plaisanter en petit comité sur quelqu’un ou quelqu’une. »

              En effet, et pas forcément dans le sens que des personnes extérieures pourraient donner aux plaisanteries échangées ou aux propos privés sortis de leur contexte. C’est d’ailleurs, semble-t-il, ce qui est arrivé à Hollande avec les « sans-dents », popularisés aux dépens de l’Ex par la malveillance de Trierweiler.


            • JL JL 15 septembre 08:02
              @Fergus
               
              « Parler comme des putains sans pratique »
               
               C’est une nouvelle définition des trolls ? Hum .. les trolls, mais pas qu’eux !
               
               smiley

            • OMAR 13 septembre 20:39
              Omar9
              .
              Bonjour @cennevive.
              .
              Jeunes collégiens, nous fréquentions une bibliothèque située aux abords de la Casbah d’Alger, et appartenant et gérée par des Pères Blancs.
              .
              Notre présence permanente et assidue dans ce lieu tenait plus de la mixité des ces adhérents qu’à notre sincère et profonde envie d’y faire des devoirs, lectures ou recherches.
              Tu parles, ce fut le rare endroit où on pouvait discuter librement avec des filles, donnant même naissance à quelques amourettes.
              .
              Seulement ; un responsable, le Père Jean, nous empoisonnait l’existence par son rôle plutôt gendarme ascétique que prêtre prêchant l’Amour .
              Nombreux d’entre-nous pensaient que ce comportement reflétait en réalité sa frustration sexuelle et son désir maso de nous faire gouter à sa manière cette privation qu’il cachait ostentatoirement.
              .
              En fait, nous avions tous tort, car, d’une part, astreints à un comportement stricte et une discipline interne, plutôt rigoureuse, la majorité des adhérents furent diplômés.
               ;
              Et jusqu’à présent, du coté de Sidi Abderrahmane, la bibliothèque du Père Jean à valeur de référence....

              • cevennevive cevennevive 14 septembre 06:37

                @OMAR, bonjour,


                Oui Omar, la frustration sexuelle sublime ou abîme l’être humain. Cela dépend de la personnalité et de la façon dont elle a été comprise et canalisée dans la jeunesse.

                Père Jean, qui vous paraissait un barrage à vos pulsions, représentait l’une des deux forces antagonistes indispensables pour faire un adulte.

                Et pour le sourire : mon compagnon m’a raconté la même histoire que la vôtre. Autrefois, quant il était enfant, il passait plus de temps dans les taillis cernant l’église qu’au catéchisme...





              • popov 14 septembre 00:15

                @cennevive

                 
                Bonjour et merci pour le témoignage.
                 
                Petit cadeau : un court métrage de Roberto Benigni. J’espère que vous comprenez l’italien ou lisez l’anglais car je n’ai pas trouvé de version sous-titrée en français.

                • cevennevive cevennevive 14 septembre 06:23

                  @popov, bonjour,


                  Merci pour le petit cadeau !

                  Vraiment super ce petit court métrage, digne bien sûr de Benigni.

                  Pauvre prêtre ! Obligé de se « farcir » l’histoire de la brebis, de la belle soeur et tutti quanti. Il y de quoi mourir ! Moi, j’ai failli mourir de rire en avalant mon café du matin. Bonne façon de commencer la journée !


                • popov 14 septembre 10:05

                  @cevennevive

                   
                  Je viens de retrouver l’« original ». C’est un ensemble de 5 court-métrages avec option sous-titres français (mais il faut l’activer).

                • cevennevive cevennevive 14 septembre 10:53

                  @popov,


                  Il vous faut ABSOLUMENT faire un article sur ces petits court-métrages. il y a tant à commenter !

                  Rien que l’anecdote des lunettes noire de nuit, dans Rome... qui atterrissent finalement sur le nez du pauvre prêtre décédé.



                • popov 14 septembre 18:07

                  @cevennevive
                   

                  Ce serait une bonne idée. Faites-le. Moi, je n’ai ni le talent ni le vocabulaire qu’il faut en français pour commenter des films.

                • philippe baron-abrioux 14 septembre 10:16
                  @l’auteur ,

                   Bonjour Cennevive ,

                   dans notre sillage , nous laissons tous se constituer une « identité » qui nous est « collée » , basée sur des apparences , qu’elles soient morphologiques , visuelles , auditives ou comportementales et c’est bien à partir de cette« identité » qui nous est attribuée par les Autres , par ces apparences, que nous inspirons ou non confiance , respect , empathie et autres signes d’intérêt aux autres membres de la société ou du groupe humain dans lesquels nous évoluons ..

                   nous vivons me semble t il dans un monde où l’image , l’apparence ont pris une importance considérable , liée à une propension bien actuelle elle aussi , si ce n’est à abolir le temps , tout au moins à le comprimer , à le réduire à son minimum ce qui est souvent interprété comme un gage de dynamisme et d’efficience .

                   votre cousin , comme nous tous , laissait donc dans son sillage sans doute une « identité » qui lui était attribuée à laquelle du fait de sa fonction était rattachés des attitudes , des modes d’expression , des types de comportement très codifiés , très stéréotypés , ceux de toute société , celle d’avant comme celle d’aujourd’hui .

                   toujours très difficile dans ce cas d’avoir un mode de vie , une activité , une façon d’être , qui dérogent à cette « identité » d’emprunt telle que fantasmée plus ou moins par la société dans laquelle il évoluait et agissait au titre de son statut de pasteur .

                   très facile par contre qu’on lui prête du fait des rencontres , puisqu’il était et demeurait un homme , tous les doutes , toutes les tentations , toutes les pulsions et turpitudes qui sont le lot commun à tous les hommes si on veut bien être un peu honnêtes avec nous mêmes .

                   votre cousin ne se cachait pas et osait poursuivre son action au grand jour , sans s’occuper plus que cela du qu’en dira t on et autres suspicions dont il pouvait être l’objet et cela fait bien la différence d’ avec beaucoup de prédateurs en uniforme ou en fonction d’autorité morale ou statutaire .
                  ayant fait le choix de s’occuper de prostituées , aux yeux de ceux qui le côtoyaient , il était donc exposé à toutes ces « dérives » si on se réfère à son seul statut et sans doute lui a t on collé au moins quelques aventures extraconjugales avec l’une ou l’autre d’entre elles .

                   et presque inévitablement l’a t on « jugé » parjure par rapport à ses engagements et la « moraline » l’a sans doute même condamné sans qu’il soit besoin de procès .

                   IMPORTANT dans cette période où les apparences physiques , les éléments biométriques les plus simples servent de prétextes à tous types de violences , de rappeler que les apparences ne sont que des APPARENCES , de relire le mythe de la caverne de Platon et quelques maximes comme « l’habit ne fat pas le moine » ou « selon que vous serez puissant ou misérable , les jugements de cour vous rendront blancs ou noirs » .

                   merci pour votre article et bonne fin de journée ,Cennevive !

                   P.B.A.




                  • cevennevive cevennevive 14 septembre 10:37

                    @philippe baron-abrioux, bonjour,


                    Merci pour ce commentaire chaleureux et plein de bon sens !

                    Bonne journée à vous aussi. Continuons de répandre le peu de sagesse que nous avons acquise en vivant pleinement nos aspirations.

                    Je crois que nous avons de la chance de pouvoir comprendre bien des choses...

                  • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 13:28

                    balance ton pauvre ....


                    • cevennevive cevennevive 14 septembre 15:14

                      @zygzornifle, bonjour,


                      Si je me réfère aux statistiques donnant les limites du seuil de pauvreté, je suis largement en dessous.

                      Mais je ne me laisserai pas avoir, ni « balancer », ni diminuer, je suis bien trop fière ! La richesse, ce n’est pas seulement l’argent, heureusement.



                    • velosolex velosolex 14 septembre 14:28

                      Bien qu’enfant de chœur pendant des années, je confesse qu je n’ai été harcelé par aucun curé. Est ce normal ?..Ai je été victime d’ indifférence, d’un déni, ou plus grave, d’amnésie. J’ai tourné le dos à la religion, sans me méfier encore de la portée d’un tel geste, propre à se faire encore abuser. 

                      Mais là, encore rien. Ai je de la chance, ou suis je ostracisé ?
                      J’ai bien envie de me remettre à la bible afin de trouver des réponses. Les temps ont changé a dit Bob Dylan, un autre prophète, un autre évangile. Mais au delà du rock and roll, j’ai refusé de suivre, de changer de titre de transport. Une vie passé en psychiatrie, quoique du bon coté de la blouse, m’a montré que celle des autres, pour ne pas parler de la mienne tenait de la comédie tout autant que du drame. Il tient beaucoup à son propre regard de privilégier le premier au second, comme paire de lunette utiles, et pommade contre les rides. Mon amour du cinéma italien vient de très loin. Et je vois le motard d’armacord , mon film fétiche de Fellini, tous les jours faire le tour de la place du village, avant de mettre les gaz, une putain ou une bonne sœur sur le siège arrière. A moins que ce soit la figure de samothrace. L’estime qu j’ai des gens se moque de leur déguisement, s’ils ne font de mal à personne. Je parlais donc de l’humour, de la culture et de l’imaginaire, sans lesquels nous ne sommes rien. 
                      Ne pas trop se retourner, comme la femme de Loth...Ne pas faire de mal aux autres si nous voulons pas entendre le son triste d’une trompette derrière soi, comme dans « la strada ». Car s’il ne faut pas se retourner afin d’éviter d’être maudit, faut il encore qu’un fantôme ne vous tape pas sur l’épaule. Question cinéma, j’ai vu il y a deux jours « le poirier sauvage. C’est très beau., et universel. Et hier au soir un film japonais sur arte : »Still the water" Wonderfull ! . La vie est un kaledoscope magique, ou bien une lanterne des morts. 

                      • cevennevive cevennevive 14 septembre 15:22

                        @velosolex, bonjour,


                        De très bons enseignements dans l’Ancien Testament. Je vois que vous en connaissez quelques-uns.

                         La femme de Loth est une belle parabole sur les regrets qui paralysent et qui empêchent d’aller de l’avant. N’avoir pas de regret est le début de la sagesse et du bonheur.

                        Comme vous, j’ai « tourné le dos à la religion » mais il m’en reste quelques bons principes que ma famille m’a enseignés.

                        Pour les films Italiens, « le voleur de bicyclette » et bien d’autres...

                      • cevennevive cevennevive 14 septembre 15:33

                        Plus encore que le Rock je préfère le reggae.


                        La philosophie Rasta accompagne mes convictions de très bonne façon :


                        « Toujours en s’inspirant de la Bible (Jérémie 51), les rastas pensent fréquemment que la civilisation occidentale a perdu les valeurs principales (la nature, le respect, l’amour de l’autre…) au profit d’une société basée sur l’argent, la réussite personnelle et de plus en plus éloignée de la nature. »



                      • velosolex velosolex 14 septembre 18:25

                        @cevennevive
                        J’ai tourné le dos à la religion, mais certaines de ses valeurs continuent à tourner en moi, en dépit de mon propre grès, comme disait Virenque : La première littérature, celle de la bible, qui est une formidable storrytelling, un univers halluciné qu’on soumettait aux gamins, les murissant autrement que les jeux en ligne... Toute notre art et nos romans et nos conditionnements sociaux viennent de la religion. Le soumission, mais aussi le sens de l’engagement, celui du dépassement, Les notions de bien et de mal s’y rattachent, mais aussi l’art, le sens du mystère, ne pas avoir de réponses forcément à nos questions...Bref, de la lumière, et de l’ombre ! Des esprits, des fantômes et des mystères !

                        On vient de là, c’est notre histoire, et il ne suffit pas de se proclamer « laïque » comme je le fais souvent d’ailleurs, ( ce qui est une protection ) pour rejeter 2000 ans d’histoire. Mes enfants n’ont pas eu d’éducation catholique, car ils n’en voulaient pas. 
                        Je note seulement qu’ils ne possèdent pas les codes inconscients qui me font comprendre l’histoire des générations précédentes de façon atavique, Les notions claires de bien et de mal, souvent maintenant relativisées, certains dangers liés d’ailleurs à la propagande religieuse, autre que la catholique, brocardée maintenant, et l’art bien sûr, nos valeur étant attachés à ces notions. 
                        Cela passe pour eux par une opération plus intellectuelle, culturelle. La connaissance de l’histoire n’a jamais autant précieuse. 
                        La liberté pour certains est un grand vide. Il faut faire l’éloge du ring, et du combat philosophique pour rattraper ce qu’on a jeté aux orties ! ..La laïcité est belle, mais elle est dure, car elle n’a pas de code, de catéchisme. 
                        Méfions nous, la nature à horreur du vide !........ 

                      • popov 15 septembre 04:01

                        @velosolex

                         
                        Bonjour
                         
                        Je pense que vous avez raison : le grosse erreur de notre génération fut de ne pas donner une éducation religieuse à nos enfant. 
                         
                        Nous étions pour ainsi dire tombés dans la marmite tout bébés et nous avons décanté ces enseignements pour en conserver l’essentiel tout en abandonnant les fables sur lesquels ils étaient basés.
                         
                        Nous avons pensé que nos enfants pourraient prendre un raccourcis, aller à l’essentiel sans passer par les fables. 
                         
                        En fait, cela les a laissés vulnérables à d’autres fables comme le féminisme, le communisme, l’écologisme, le droit de l’hommisme, l’« anti-racisme », et pour certains, les sectes évangéliques américaines et même l’islam. 
                         
                        Et pas seulement nos enfants, mais aussi, et peut-être surtout, ceux de notre génération.

                      • cevennevive cevennevive 15 septembre 08:21

                        @popov et velosolex, bonjour à tous les deux,


                        Je suis très heureuse d’avoir suscité de pareils commentaires après avoir raconté cette petite histoire vécue. Je vois qu’elle est riche d’enseignements.

                        Et comme je suis d’accord avec vous et avec ce que vous écrivez !

                        Merci et bien à vous deux.


                      • nono le simplet nono le simplet 15 septembre 05:24
                        étant peu présent en ce moment, j’avais raté ce joli texte plein d’enseignements ...
                        en généralisant un peu je suis toujours surpris par la rapidité avec laquelle les gens peuvent être jugés et condamnés par la vindicte populaire ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès