• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Newton, Einstein et moi…

Newton, Einstein et moi…

Newton a découvert la « gravitation universelle » et formulé la Loi physique qui en précise les conditions d’application dans une formule d’une grande simplicité : m x m’ / d² (la force de gravitation entre deux corps est le produit de leur masse divisé par le carré de la distance qui les sépare), sans toutefois en donner les causes.

Dans « La défaite de Platon » Claude Allègre pose la question de l’application de cette formule lorsque les corps sont en contact, question qui tombe d’elle-même car la distance d est à prendre entre les centres de gravité des corps : d n’est donc pas nul quand il y a contact entre m et m’. La formule s’applique.

La cause de cette « gravitation universelle » a été donnée par Einstein qui a mis en évidence la déformation de « l’espace-temps » produit par les masses des corps en présence. La gravitation n’est donc pas une force mais le résultat de cette déformation de « l’espace-temps ». Son application n’est pas instantanée mais fonction de la célérité de la lumière (t = d x c). La formule s’applique.

Tout cela échappe à nos sens et à notre intuition, mais des expériences physiques le démontrent chaque jour, ne serait-ce qu’à travers le GPS. A côté d’Einstein il y a d’autres génies comme le mathématicien Lorentz, le physicien Maxwell (rien à voir avec le footballeur), et quelques autres. Avec des instruments scientifiques du commerce on peut d’ailleurs faire l’expérience que le temps t n’a pas la même valeur au pied de la table de la cuisine qu’au sol.

Bref tout ceci serait parfait dans un monde physique cohérent s’il n’y avait pas ces lentilles gravitationnelles observées autour d’une planète, produites par la déformation des rayons lumineux émis par une étoile qui est (pour l’observateur terrestre) derrière elle, et non visible (pour l’observateur terrestre). Comme on sait que la masse du photon est nulle, la question est donc de se demander si la formule de Newton est encore valable : en effet si la masse de la planète m est bien réel, m’ = 0 ! Quid de la valeur de m x m’ / d² si l’un des termes du numérateur égale 0 ? La réponse du mathématicien (réveillé pour l’occasion en fin de matinée) est 0 ! Mais alors pourquoi y a-t-il déviation puisque la formule donnant la valeur de la force gravitationnelle donne 0 pour résultat ? La formule ne s’applique pas dans cette expérience !

On est en droit de considérer, puisqu’elle donne des résultats validés par l’expérimentation dans tous les cas où les masses ont une valeur, qu’elle a des limites d’application. Par moi, béotien (qui joue un jeu bien périlleux avec les génies en prenant le risque d’être ridicule (mais moins que cet autre qui a demandé si Einstein avait gagné beaucoup d’argent !))… Merci de la réponse.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • cyborg 16 août 2018 17:30

    Les forces « à distance » ça n’existe pas ! Tout n’est que « géométrie ».
     
    Sauf chez les primitifs et leur shaman. smiley Et Newton le concède bien d’ailleurs, il a écrit un formalisme qui ne vaut pas plus que de la sorcellerie, où qu’un ange qui pousse...
     


    • cyborg 16 août 2018 18:31

      La « masse » n’ont plus ça n’existe pas.

      Pour ce qui est de la « masse inertielle » (ce qui vous empêche de pousser facilement un éléphant même s’il est sur une patinoire) c’est le « freinage » de la matière dans le boxon de Higgs, une sorte de mélasse collante du vide. A ce jeu là même le photon léopard ne dépasse pas c (il y a un être monocellulaire qui se contracte à 750km/h).

      Pour ce qui est de la masse « gravitationnelle », celle de l’attraction de Newton, on tombe pas plus vite si on est gros où petit... les boules roulant sur un plan inclinés de Gallilée infirmant Aristote (vu que la force est multiple de la masse mais l’inertie de même, ça s’annule). C’est juste qu’il faut suivre le « terrain »

      La meilleure « représentation » de la gravité, c’est un rayon laser déviant dans un gradient d’eau sucrée (voir youtube). La topologie et la nature de la substance infinie, l’Un plotinien est le Tout, pour faire le Dugué... smiley

      La « densité de sucre » c’est une 4ième dimension.


    • GéraldCursoux GéraldCursoux 16 août 2018 19:17

      @cyborg
      OK, c’est ce que dit Einstein si j’ai bien compris la déformation de l’espace-temps par la masse.

      Mais alors quid de la formule avec m’ = 0 ?

    • cyborg 17 août 2018 11:03

      @GéraldCursoux
      C’est la géométrie du vide et de son énergie qui est la « masse », le vide refroidi. Dans l’univers du big bang avant la barrière de Planck, il pesait 20 mg, et avait un rayon de 10(-33) m quand tout était infiniment « dense », la masse était quasi inexistante, trop chaud.
      L’univers est continu, il n’y a pas de « néant ». « Avant il n’y avait rien pas même la dimension » disent les hindous. L’espace avec ses dimensions ce n’est pas du néant, mais du vide plein du boxon de Higgs.
       
      Le photon a une masse nulle à c. S’il était au repos hypothétiquement elle ne serait pas nulle (comme l’électron par ex)
      Si l’univers était rempli de fer continuement, la vitesse limite des ondes serait la vitesse du son...
      Dans l’effet Cherenkov, l’électron dépasse la vitesse du phon dans l’eau. Comme l’avion de chasse, l’électron dépasse le son des photons.
       
      E=mc2 / sqr(1-v2/c2) si v -> c l’énergie devient infinie pour une masse non nulle 1-v2/c2 tend vers 0. Dire m= 0 veut simplement dire qu’on est à c dans le vide, c’est un formalisme pratique d’une formule magique, comme en math on peut dire 0 x infini tend vers 1. (E=mc2... est d’ailleurs de Poincaré, avec Lorentz comme solution des ondes électromagnétiques, poser une vitesse limite des ondes suite aux expériences de Nicholson et Morlaix, constatant pas d’addition de la vitesse de la lumière émise avec celle de la terre)
       

       
       

       


    • sls0 sls0 16 août 2018 17:34

      La théorie de Newton couvre pas mal.

      Pour ce qui n’est pas couvert par Newton il y a la théorie d’Einstein.
      Ce sont des théories validées par l’observation.
      La théorie d’Einstein ne couvre pas tout.
      Une théorie non validée je préfère parler d’hypothèses.
      Comme hypothèses :
      Les cordes.
      Gravité à boucles.
      Et même le modèle Janus.
      Ce sont des hypothèses, elles sont élégantes mais non validées.
      Les deux théories qu’on a couvrent déjà pas mal. Une autre théorie me ferait plaisir mais j’ai bien peur de ne pas la voir de mon vivant.

      • Étirév 16 août 2018 17:56

        L’auteur s’interroge : « la question est donc de se demander si la formule de Newton est encore valable »
        La vraie question est : l’a t-elle été un jour ?
        L’histoire de l’hypothèse de Newton est l’histoire de toutes les hypothèses. Un jour, un homme observe un phénomène, il s’arrête, il regarde, il s’étonne, il cherche, puis il se fait à lui-même une réponse quelconque : c’est une hypothèse.
        Elle pourrait être juste, mais elle est, presque toujours, fausse, parce que les lois de la Nature sont cachées, complexe, et que, pour les connaître, il faut de longues études ou une inspiration extraordinaire, éclose, soudain, dans une tête de génie.
        Tel n’était pas le cas de Newton, car nous sommes en mesure de démontrer que toutes les théories qu’il a jetées dans la science sont fausses.
        En l’absence d’une science approfondie ou une inspiration juste, la réponse que font les hommes aux phénomènes qu’ils veulent expliquer est toujours adaptée à l’effet ultime, dernier, du phénomène ; elle s’applique à l’apparence, elle ne va pas au fond des choses.
        C’est une réponse de ce genre que Newton se fit à lui-même le jour où il se demandât pourquoi la pomme qui se détachait de l’arbre tombait sur la terre.
        La pomme « tombait », il en conclut que la terre avait la propriété d’attirer les corps. Et sur cette hypothèse, il formula une loi.
        Une réponse de ce genre, donnée aujourd’hui, serait accueillie par un immense éclat de rire. Mais du temps de Newton, on était moins difficile, on accepta l’hypothèse et on en fit une loi formulée en ces termes : « Tous les corps de la nature s’attirent proportionnellement à leur masse et en raison inverse du carré de la distance ».
        Une fois la loi faite, il arriva ce qui arrive toujours en pareil cas, des gens qui n’avaient jamais pensé à se demander pourquoi la pomme tombait, émerveillés de ce que quelqu’un ait eu l’idée de poser cette question, en conclurent que l’homme étonnant qui avait trouvé la question avait aussi trouvé la réponse. Du reste, pour discuter la proposition de Newton il eut fallu une science qui n’existait pas à son époque ; la chimie n’était pas née, on ne connaissait pas encore les propriétés de la matière, on ne savait rien de la cosmologie. Tout était à faire. On accepta donc comme une loi l’hypothèse posée, et, en vertu de cette tendance à l’exagération qui est le propre de la nature de l’homme, on mit une affirmation où l’auteur n’avait mis qu’un doute, on dépassa le but, on s’emballa dans une voie qui devait entraver, pendant deux siècles, le progrès des sciences physiques.
        En effet, cette loi de l’attraction, qui est fausse, se retrouve partout ; on ne fait pas un pas, dans la science, sans s’y heurter, on s’en est servi comme d’une cause universelle pour tout expliquer. Et, comme la loi est fausse, toutes les explications données à l’aide de la loi sont fausses.
        Livres de Femmes, Livres de Vérités


        • GéraldCursoux GéraldCursoux 16 août 2018 19:16

          @Étirév
          OK pour la Loi. Mais quid de la formule ?


        • Et hop ! Et hop ! 17 août 2018 09:49

          @Étirév : «  Ce mot Cosmogonie indique qu’il s’agit de la première Science faite par la Femme, puisque gonie (ou gunia) signifie Femme. C’est le Cosmos expliqué par la Déesse. »


          Quelle remarque stupide ! 

          Il ne s’agit pas de la femme mais de la génération du Cosmos, notion féminine analogie à la gestation et à l’accouchement, par opposition à la création (dans la Bible), notion masculine. 

          Pour ce qui est de la loi de Newton, elle est parfaitement valable pour tous les phénomènes à notre échelle, c’est aux échelles hyper microscopiques et macroscopique qu’il y a de distorsions dont elle ne sait plus rendre compte.

          Mais aux échelles extrêmes très divisées ou très englobantes, il ne s’agit plus de mondes observables mais de modèles imaginaires ou de paradigmes hypothétiques.

          La loi formulées E = mc2 n’est pas d’Einstein mais de Poincaré, il y a eu une fausse attribution sur laquelle on est revenu.


        • Alren Alren 17 août 2018 16:37

          @Étirév

          Tel n’était pas le cas de Newton, car nous sommes en mesure de démontrer que toutes les théories qu’il a jetées dans la science sont fausses.

          Elles n’étaient pas fausses, mais fondées sur des mesures trop imprécises à l’époque pour intégrer les finesses de la relativité qui ne sont sensibles que dans des conditions fortes de vitesse (particule dans les synchrotrons) ou de gravité (présence d’un trou noir).

        • Alren Alren 17 août 2018 16:56
          @Et hop !

          « La loi formulées E = mc2 n’est pas d’Einstein mais de Poincaré, il y a eu une fausse attribution sur laquelle on est revenu. »

          Sans oublier Hendrik Lorentz, physicien néerlandais qui apporta au mathématicien français Henri Poincaré ses esquisses d’équations à corriger.

          Einstein connut ces travaux et s’en empara secrètement pour élaborer sa théorie de la torsion de l’espace-temps une interprétation des résultats de ces équations que je pense fausse.
          Son « vol » fut dénoncé sans bruit inutile mais il n’obtint pas, à la surprise générale le prix Noble pour la Relativité (mot de Poincaré qui ne se soucia pas d’échafauder une théorie pour expliquer les équations) mais pour l’effet photoélectrique.

          L’illusion est que les équations de Lorentz-Poincaré donnent des prévisions rigoureusement justes pour la précision de nos mesures actuelles et que l’interprétation d’Einstein n’est pas nécessaire pour en tirer profit (notamment pour la précision du GPS).

        • JL JL 16 août 2018 18:27
          Bonjour,
           
          Je vais essayer une explication au pied levé :
           
          ce n’est pas la gravitation qui provoque la courbure de l’espace temps, mais l’inverse ; autrement dit, la courbure n’est pas provoquée par le produit m*m’, mais par les corps dotés de masse ; la planète déforme l’espace temps dans son voisinage, ce que ne fait pas le photon.
           
           Ce n’est pas parce que sa masse est nulle, pas parce qu’il n’est pas soumis à la gravité, qu’il est exonéré de se conduire « correctement » dans un espace courbé. Duralex sed lex !
           
           smiley
           


          • JL JL 16 août 2018 18:32

            @JL

             
             j’ai mis de préciser : tout se passe « comme si » il y avait une force gravitationnelle, mais c’est une illusion, tout comme ce serait une illusion d’imaginer des forces qui maintiennent un corps en mouvement sur une ligne droite dans un espace euclidien.
             
            Maintenant, vous avez dit : ’’cette force se propage à la vitesse de la lumière’’ : je vous trouve bien hardi. Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer ça ?

          • GéraldCursoux GéraldCursoux 16 août 2018 19:13

            @JL
            OK pour cette remarque. Mais comment alors écrire la formule de Newton ? c’est la question qui suit.

            Ex : si m’ = 0 on a m / d² et si m’ > 0 on reprend la formule de Newton.
            Sans doute une façon plus élégante d’écire ça !

          • GéraldCursoux GéraldCursoux 16 août 2018 19:48

            @JL
            OK pour la Loi d’Einstein. Mais quid de la formule ?


          • JL JL 16 août 2018 20:07

            @GéraldCursoux

             
             quelle formule ?
            F = k*m*m’/d2 ?
             
            Je ne vois pas où est le pb.
             
            Il faut bien comprendre le phénomène : la force qui attire n’est qu’une illusion ; la preuve, c’est que la gravitation s’exprime en unités d’accélération. Celle qui caractérise un astre ne dépend pas des objets attirés mais uniquement de l’objet attirant. Et c’est pourquoi un objet de masse nulle parait également attiré comme un objet massique.
             
             Si deux astres s’attirent mutuellement, leurs gravités (les accélérations) ne se multiplient pas à l’instar des masses dans une force, mais selon toute vraisemblance, s’additionnent (Ceci mérite réflexion : les pommes de Newton on une masse infiniment petite au regard de celle de la Terre, ceci explique cela : l’approximation qui a conduit à négliger ce paramètre).

          • JL JL 16 août 2018 20:14

            @cassini

             
             on n’a jamais assisté à l’établissement d’une supposée onde gravitationnelle ni a fortiori sa supposée vitesse de propagation, puisqu’il faudrait pour cela qu’un objet super-massif (pour détecter son influence jusqu’ici) se néantise instantanément, ou à l’inverse, qu’une considérable masse émerge du néant instantanément. Mais j’admets qu’il faudrait une réflexion plus approfondie que a petite remarque précédente, et à partir des données exhaustives, ce que ne manquent sûrement pas de faire les spécialistes du domaine.

          • JL JL 16 août 2018 20:22
            @JL l’approximation qui a conduit à négliger ce paramètre
             
            Si les deux masses interviennent dans le calcul de la force, sa seule masse caractérise la déformation (la gravité : l’accélération) que produit une masse donnée.
             
             La déformation de l’espace-temps est la résultante de toutes ces déformations : additionnées, et non pas multipliées.

          • Xenozoid Xenozoid 16 août 2018 20:33
            @JL
            comme un tremplement de terre ?

          • Xenozoid Xenozoid 16 août 2018 20:33
            @Xenozoid
            (b)

          • JL JL 16 août 2018 20:37

            @Xenozoid

             
             vous parlez de la déformation ? Effectivement, elle n’est pas figée et fluctue localement, avec les déplacement réciproques des objets massifs.

          • Xenozoid Xenozoid 16 août 2018 20:39
            @JL
            je suis candide, mais il faut le faire « tomber »,d’ou vient la reaction ?

          • JL JL 16 août 2018 21:31

            @Xenozoid

             
             « il » ne tombe pas : il « nous » arrive dessus - ou passe à coté - avec sa vitesse propre. Sa trajectoire est fonction de sa vitesse et de la masse de l’astre (je simplifie).

          • Xenozoid Xenozoid 16 août 2018 21:32
            @JL
            donc il est perceptible et en mouvement

          • Xenozoid Xenozoid 16 août 2018 21:37
            @Xenozoid
            un peut comme un aimant

          • JL JL 16 août 2018 23:09

            @Xenozoid

             
             non, comme un aimant ce serait conforme à l’existence d’une force.
             
            Tout se passe comme si l’astre « mangeait l’espace autour de lui : les objets ne »tombent" pas instantanément, leur inertie massique est cause de ce que le mouvement de chute que l’on observe est conforme à une accélération à un mouvement accéléré.
             
            C’est la mauvaise compréhension de ce phénomène qui fait que certains s’interrogent sur la pertinence de ce qu’ils appellent la masse grave (laquelle intervient dans P=mm’/d2) et la masse inerte (F=mg).
             
            nb. P=F, et g vaut 9,81 m/s2 au niveau du sol sur Terre.

          • JL JL 17 août 2018 09:14

            @GéraldCursoux,

             
             pour préciser mon commentaire d’hier, 20:07
             
            ’’Si deux astres s’attirent mutuellement, leurs gravités (les accélérations) ne se multiplient pas à l’instar des masses dans une force, mais selon toute vraisemblance, s’additionnent’
             
             J’émets ici l’hypothèse suivante : dans un univers qui ne comporterait que deux corps massifs distants, ils se se dirigeraient l’un vers l’autre avec une vitesse relative dont l’accélération serait la somme des deux gravitations.
             
             Par exemple :
             
            - Pour notre Terre et une Terre jumelles, le mouvement de rapprochement serait accéléré de la valeur 2*g, deux fois 9,81 mètres/seconde par seconde.
            - Pour une particule de masse nulle, c’est seulement « g ».
            - Pour une pomme, c’est quasiment « g », vu que la masse d’une pomme est négligeable devant celle de la Terre.
             
             Voilà une hypothèse qui remet en cause « l’idée que le commun des mortels se fait de la loi de Newton », pas la loi de Newton elle même : Je n’ai pas la prétention de révolutionner les lois célestes ! et je reste persuadé que les astrophysicien connaissent cela depuis belle lurette, et en tiennent compte dans leurs calculs.
             
            Seulement étonné que des gens informés ici, butent sur ce genre de problème.

          • Et hop ! Et hop ! 17 août 2018 09:55

            @JL


            Ce n’est pas l’espace-temps qui est courbé mais la trajectoire de la lumière à l’échelle du cosmos, et donc la vision théorique que l’on pourrait en avoir si on pouvait voir infiniment loin : la vision d’un télescope parfait ferait une courbe qui ferait le tour de l’Univers et qui reviendrait derrière l’observateur théorique.

          • JL JL 17 août 2018 10:39

            @Et hop !

             
             ’’Ce n’est pas l’espace-temps qui est courbé mais la trajectoire de la lumière à l’échelle du cosmos’’’
             
             C’est la même chose : un espace courbe implique une trajectoire courbe pour les particules dénuées de masse (comme pour les autres). En revanche, les trajectoires courbes observées pour les particules dénuées de masse est bien la confirmation que l’espace est courbe (non euclidien) et que la force gravitationnelle est une illusion : « cela se passe comme si ».
             

          • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 août 2018 13:54

            @JL
            Si l’une des masses est nulle leur produit = 0. Ce qui est faux puisqu’il y a quand mêmme effet gravitationnel (pour ne pas employer le mot de force).


          • JL JL 17 août 2018 14:42

            @GéraldCursoux

             
            L’équation de Newton est valable pour les objets de masse m’ << m.
             
            C’est pourquoi elle a fini par corrompre les esprits, vu que notre expérience quotidienne ne connait pas autre chose.

            Il convient en vérité de sortir de cette illusion pour constater ce qu’il se passe en vérité : deux objets célestes en présence l’un de l’autre - deux astres, mais aussi, un astre et une particule élémentaire, mais aussi, un astre et une particule dénuée de masse -, en l’absence de toute autre objet ni vitesse initiale perturbante (*), vont se diriger l’un vers l’autre. à une vitesse de plus en plus grande, autrement dit, accélérée.
             
            Si ce sont deux astres, convenez que chacun exerce sur l’autre ce qui ressemble à une attraction caractérisée par sa propre gravitation, « gt » pour la Terre au niveau de Lune, « gl » pour la Lune au niveau de la Terre.
             
            L’accélération finale observée par les Terriens comme par les Lunaires ne sera pas « gt * gl », mais « gt + gl » : la somme et non pas le produit.
             
            Pour une pomme, le facteur « gp »(gravité autour de la pomme) est dérisoire au regard de « gt » et peut être négligé, ce qu’a fait Newton et que font les Newtoniens comme les anti-Newtoniens d’ailleurs.
             
            Pour un photon,« gp » = 0. -> g totale = gt + gp = gt + 0 = gt.
             
             CQFD.
             

            Complément : P’ = m*m’ / d2 = m’*g -> g = m/d2 : même si m’ = 0 !

            (*) c’est ce qu’on appelle une « expérience de pensée ».

          • Xenozoid Xenozoid 17 août 2018 18:24
            @JL
            en fait cela devient une moyenne,la gravité est moindre au pole,non


          • Xenozoid Xenozoid 17 août 2018 18:45
            @Xenozoid

            en faite c’est le contraire,


          • Et hop ! Et hop ! 18 août 2018 22:58

            @JL : «  pour les particules dénuées de masse »


            On aurait pu tout aussi bien en conclure que la lumière a tout de même une masse non nulle, qu’elle n’est pas un phénomène 100 % ondulatoire, qu’elle est aussi de façon infinitésimale un phénomène corpusculaire, de même que le vide sidéral n’est jamais absolument vide, et que les matières les plus froides et les plus lourdes ont aussi une dimension ondulatoire.

            Rien n’est pur, les modèles géométriques, le zéro et l’infini, sont des idéaux qui n’existent pas dans le monde physique, il y a des presque zéro et des presqu’infini, des presque droite qui sont tout de même epsilon courbes.




          • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 2018 23:12

            @Et hop !. On est dans le n’importe quoi.

            100 % ondulatoire, toutes les expériences l’ont prouvé.
             
            Ce que, dans la meute, ils ont été infoutus de concevoir jusqu’à présent, est qu’une foule d’ondes se compose d’ondes individuelles. Chaque onde individuelle a un seul émetteur et un seul absorbeur.
             
            J’ai déjà donné la liste des 15 postulats subreptices, clandestins et injustifiables qui sont enseignés partout (et bien à tort).

          • GéraldCursoux GéraldCursoux 19 août 2018 08:29

            @JL
            Mais l’on a l’obligation de trouver la formule la plus générale qui s’applique dans tous les cas, y compris quand une masse est nulle. Ou alors d’en préciser les limites.


          • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 09:07

            @GéraldCursoux. La meute victorieuse de 1927 a toujours réussi jusqu’à présent à vous cacher que toute particule de masse m a une fréquence intrinsèque mc²/h.

             
            Si dans ton repère, elle a la vitesse de groupe v (petit v), elle y a la vitesse de phase V = c²/v
            et la longueur d’onde \lambda = h / (mv) (approximation non relativiste).
             
            mv est aussi la quantité de mouvement p
            soit \lambda = h / p.
             
            Dirac (1928) et Schrödinger (1930) ont prouvé l’existence d’une seconde fréquence intrinsèque pour l’électron, double de la broglienne. Soit 2mc²/h.

            Elle a été prouvée expérimentalement en 2005 :Experimental observation compatible with the particle internal clock, by M. Gouanère, M. Spighel, N. Cue, M.J.Gaillard, R.Genre, R.Kirsch, J.C.Poizat, J. Remillieux, P. Catillon, L. Roussel.

            http://aflb.ensmp.fr/AFLB-331/aflb331m625.pdf

            http://aflb.ensmp.fr/AFLB-301/aflb301m416.pdf

             

            Naturellement quand on rappelle ces faits, on est couverts d’insultes et de mépris par les croyants à l’esprit tubé.

            Il n’y a pas plus de « aspects corpusculaires » que de beurre en branche.

            Ils vous pipeautent depuis 1925-1927, grâce à une bourde de débutant commise par A. Einstein en 1905, une seule demi-phrase erronée, récompensée par le Nobel en 1921, et jamais corrigée depuis.

          • Macondo Macondo 16 août 2018 20:47
            Bonsoir. Newton, Einstein, et Sanchez ?
            Je vous offre donc cette perle de culture cosmique (et bien au-delà), j’en suis encore diffus cosmologiquement. Si vous avez une heure, ça commence à 4’50, prenez une bière et laissez-vous bercer ...


            • Raymond75 16 août 2018 20:49
              Toutes les réponses se trouvent dans la Bible, la Thora et le Coran, écrits par la maon divine elle même !!!

              Ne perdez pas votre temps à réfléchir : apprenez par cœur en balançant la tète de haut en bas jusqu’à l’étourdissement divin.

               smiley  smiley  smiley

              • Et hop ! Et hop ! 18 août 2018 23:18

                @Raymond75


                Bah, vous savez, la science moderne n’est qu’un modèle de représentation et d’explication du monde fabriqué avec le langage humain, ses notions, ses concepts, donc sur le Verbe.

                La notion de Dieu du monothéisme y est centrale, si on ne la réduit pas à la personnification qui en est faite dans la vulgarisation des religions, mais comme un concept, et si on comprend que c’est un récit allégorique (par exemple les six jours ne sont pas six jours calendaires, ce qui n’a aucun sens, ce sont six phases qui durent des millions d’années). L’important est qu’il y a des phases qui se succèdent e qui se commandent, elles sont ordonnées.

                Dieu est l’idée d’unité, d’universalité et de permanence des lois de l’univers, comme origine et comme génératrices des formes de l’Univers, il est l’hypothèse que l’Univers a eu un début, et une fin puisque sa forme est en devenir.

                L’origine de l’Univers dans le Genèse n’est pas du tout loufoque, c’est un processus de morphogénèse par étapes ordonnées, au commencement est le Verbe, c’est-à-dire l’information, il y a Dieu et le Chaos car tout est confondu, ensuite la Nuit est séparée de la Lumière et le Temps apparaît, rendu sensible par le mouvement des astres, puis la matière se sépare de l’air (l’atmosphère), puis la terre solide des eaux, puis apparaissent les plantes, puis les animaux, et à la fin l’homme. L’idée que les êtres vivants aient deux natures, la glaise et le soufle (la matière et l’esprit), est parfaitement géniale. L’idée que l’apparition de l’homme vient de ce que Dieu lui donne ce qui fait sa nature, le Logos, le langage articulé, la faculté de représenter, est aussi une idée géniale.

                Il est possible que dans la Cosmogonie d’Hésiode il y ait une part importante de vérité scientifique, le monde dans lequel nous vivons, y compris les scientifiques les plus durs et les plus arides, est un mode de symboles, un mode imaginaire.

              • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 2018 21:17

                Pour faire virer un char, ou une pelle mécanique chenillée, tu ralentis la chenille du côté intérieur au virage.

                Pour faire dévier un photon dans le vide, tu raccourcis sa longueur d’onde, côté astre massif, ou galaxie bien massive. En effet, sur la largeur de propagation du photon, l’altitude par rapport à l’astre massif n’est pas la même, et l’écoulement du temps est plus rapide à altitude et potentiel plus élevés.
                Pour la largeur du fuseau de Fermat selon la longueur d’onde et les distances, je renvoie soit au manuel, soit à l’article de 1999.

                L’adresse du manuel est sur mon profil.

                • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 2018 21:41

                  @JC_Lavau. C’est du reste la même réfraction, appliquée à l’onde de phase électronique qui produit un habitus confiné de l’électron autour d’un noyau. La différence est qu’il s’agit de potentiel électrique (électromagnétique si on rentre dans les détails).
                  Ce qu’Erwin Schrödinger calcula en 1926.


                • JC_Lavau JC_Lavau 17 août 2018 07:49

                  @Cassini. Je n’en ai qu’une approximation.

                  Tu dois donner la distance de la source à la lentille gravitationnelle, de la lentille gravitationnelle au capteur dans ton optique instrumentale, et la longueur d’onde dans le vide du dit photon.
                  En gros, cette largeur est proportionnelle à la racine carrée de la longueur d’onde, et à la racine carrée de la distance émetteur-absorbeur.

                  Du Soleil à nous, pour un photon UV de 300 nm, la largeur maxi du fuseau de Fermat est de 192 m.

                  De la Grande Galaxie d’Andromède à 2,2 Ma, pour un photon visible à 0,55 µm, diamètre maxi de 22 700 km, ou un petit tiers de l’altitude de l’orbite géostationnaire.

                  Un exercice intéressant serait de calculer la largeur de propagation lors des mesures astronomiques en 1919, la lumière provenant de l’amas des Hyades, à 150 années-lumière. Vu l’écart de distance, on peut approximer le fuseau par son cône tangent au voisinage du Soleil.

                • JC_Lavau JC_Lavau 17 août 2018 14:29

                  @cassini. 150 ly = 1,42 Em = 2a.

                  Angle de Fermat = sqrt(3 * \lambda / (4 *a)) = 0,76 picoradians.
                  On multiplie par la distance au Soleil, 150 E9 m : 0,114 m = 114 mm de demi-largeur de cône au voisinage du Soleil, environ 23 cm de diamètre. Pour chaque photon en provenance des Hyades.

                  J’ai été perturbé parce qu’après environ 20 ans, ma très fidèle Juliette Placard, HP48 Gx a lâché : plus de barre inférieure des touches : plus de 0, plus de ., plus d’espace, plus de signe addition.
                  Irremplaçable.

                • JC_Lavau JC_Lavau 17 août 2018 22:50

                  @cassini. Ton calembour sur Eddington n’était pas fameux.


                • sleeping-zombie 16 août 2018 21:31
                  Bonjour,

                  Je ne comprends pas votre interrogation puisque vous donnez vous-même toutes les clés pour y répondre.
                  1. les photons n’ont pas de masse
                  2. l’attraction gravitationnelle ne s’applique qu’a ce qui a une masse

                  donc, l’attraction gravitationnelle ne s’applique pas aux photons. Leurs « aléas » de trajectoire vient d’une déformation générale de l’espace (elle même causée par une masse, mais c’est une autre histoire). La déformation de l’espace n’est pas un remplacement de l’attraction, mais un complément.

                  Il faut comprendre ce qu’est, a la base, une loi physique. Ce n’est pas un édit divin écris dans un livre sacré, mais « un ensemble de formules et de raisonnements », qui, dans certaines limites, permet de prédire un comportement.
                  On met souvent l’accent sur les formules et les raisonnements, mais on oublie souvent de parler des limites, du domaine de validité de la loi.

                  Quand on estime la trajectoire d’un boulet de canon, les lois de Newton suffisent. Mais quand on prend un cas plus extrême (un photon qui se balade dans l’univers), elles ne fonctionnent plus, alors on prend un autre modèle, celui d’Einstein, qui donne de meilleurs résultats par rapport à ce qu’on observe.

                  Cordialement,

                  • sleeping-zombie 19 août 2018 06:51

                    @Jean Neymar
                    Dans la mesure où on ne cherche pas à l’envoyer au millimètre près...


                  • Galilée Galilée 17 août 2018 03:49

                    La lumière est déviée par la gravitation , vraisemblablement parce que , ce qui interagit avec la masse , interagit aussi avec l ’énergie dont on sait qu’elle n ’en est qu’une forme .

                    Rien donc n ’ aurait une masse nulle .

                    L’ espace-temps est un concept utile , mais tout aussi virtuel que le temps lui même . Seul existerait le mouvement de la matière-energie qui crée l’ « espace-temps » , indéformable parce que virtuel.
                    Les gravitons , gluons , photons seraient ils les différentes couleurs, saveurs,aspects de la particule qui s’accroche à ses semblables et aux autres ... ???

                    • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 août 2018 13:58

                      @Galilée
                      Merci de cette réponse : l’équivalence entre masse et énergie est l’explication. Mais comment écrire cela ? 

                      Sur le temps t, mon intuition est que le temps t n’est qu’un être mathématique. En effet seul le mouvement existe. 
                      Mon intuition me dit aussi que l’univers n’a pas de commencement. Il est là, point barre. Le big bang n’est qu’un épisode singulier. 
                      Bref toutes les hypothèses sont les bienvenues. Masi les formules math qui permettent les calculs doivent être juste... et générale !
                      Cordialement

                    • GéraldCursoux GéraldCursoux 17 août 2018 18:22

                      @GéraldCursoux
                      La formule pourrait s’écrire :

                      e x e’ / c puissance 4 x d²
                      Est-ce une option ?

                    • Galilée Galilée 17 août 2018 22:45

                      @GéraldCursoux

                      Je ne suis pas matheux (voir pire) ni physicien mais toubib 
                       ( physician en anglais smiley .

                      Ce que je suppose , par expérience de pensée, est que l ’énergie , c ’est le mouvement de la matière et rien d ’autre ..La lumière c ’est de la matière (masse) en mouvement , mais à l ’extrême limite du rien , c’ est pour cela que sa vitesse est indépassable . La plus petite quantité de masse possible dans notre dimension .. 
                       Sinon comment pourrait on concevoir des « voiles solaires » ??
                      Car , par définition , « rien » n ’ existe pas .. Ce qui semblerait un sophisme , est probablement un truisme .

                      Mon sentiment est que le big bang est le scénario le plus logique , et qu ’il n ’est un big bang parmi une infinité de big bangs , qui ferait que l’ uni-multivers est éternel et discret .

                      Peut être un système du type poupée russe : Univers qui naissent au sein s d’ un autre , lui même issu avec tout plein d ’autres dans un univers précédent...
                      Dans des explosions de supernova , des collisions de mini-trous noirs , éventuellement dans des accélérateurs de particules,... allez savoir ??? Ce qui collerait avec une vision fractale de la matière 
                      Bien cordialement
                       



                    • JC_Lavau JC_Lavau 17 août 2018 22:47

                      @Galilée. Du n’importe quoi en vrac.

                      Hélas.

                    • Galilée Galilée 17 août 2018 23:31

                      @JC_Lavau


                      Chi lo sa ?

                      Dans le domaine de la spéculation tout est permis , surtout ce qui semble cohérent..
                      Moi , l’idée que la matière est fractale , et que donc à partir de la collision de deux baryons a des energies extrêmes , se fabrique un micro univers , me plait ...Elle recoud beaucoup e de choses.
                      La ou les chocs énergétiques sont extèmes , des micro univers naissent en nombre qui tend vers l ’ infini ..

                      Porque no ?

                      Le boson de Higgs-Englert serait vraiment le boson de dieu , quel que part smiley

                    • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 2018 00:37

                      @Galilée. Pour innover validement en sciences, il faut tenir compte de TOUT LE CORPUS expérimental.

                      C’est une condition féroce, que visiblement tu ne soupçonnes pas.

                      La meute dominante n’en tient aucun compte. Ils sont furieux quand je leur rappelle des kilotonnes de faits expérimentaux qu’ils ont l’habitude de cacher à leurs étudiants.

                    • Galilée Galilée 18 août 2018 01:32

                      @JC_Lavau

                      Souviens toi du théorème de Gödel .
                      Jusqu’ à nouvel ordre l améthode expérimentale a des limites qu on n ’ est pas prés de franchir ..
                      La théorie des cordes est possiblement vraie , mais nul ne sait si on arrivera à prouver un jour l ’ existence de branes , de dimensions supplémentaires ou de cordes ..

                      Ce que je dis est peut être de la foutaise , peut être pas .
                      La constante d ’incertitude est partout ..

                      Mais imagine : un accélérateur de particule , un tore sans début ni fin , ou se developereait un micro-univers indétectable , dont les microgalaxies interagiraient gravitationellement avec les parois du tube vide et glacé , expliquant par la , la déviation du spectre et l ’ expansion accélérée , et la matière noire ??
                      et , pas un seul univers mais 1.10 puissance 100000.
                      Tout ceci reproduisant en labo , ce qui se passe dans une super nova !!
                      A l ’origine du projet un Goy et un Juif ... smiley)
                      C ’est peut être parfaitement délirant , mais j’ assume , parce que c ’est élégant , donc peut être vrai. ..

                       

                    • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 2018 07:52

                      @Galilée. Tu présupposes que l’espace soit autosimilaire à toutes échelles. Il est amplement prouvé que c’est faux.

                      Le restant de ta poésie est de même farine.

                    • JL JL 18 août 2018 08:21
                      @Galilée, GéraldCursoux,
                       
                      ’’ce qui interagit avec la masse , interagit aussi avec l ’énergie dont on sait qu’elle n ’en est qu’une forme .’’
                       
                      Bon, dans ce cas, admettons que cette « force » agisse à la fois sur la masse et sur l’énergie, quelque chose me dit que ce n’est pas totalement faux.
                       
                      Mais sans vouloir contredire ici la théorie de la déformation - rasoir d’Occam oblige - qui renvoie aux oubliettes la notion de force de gravitation, je vous suggère de considérer que le photon possède une masse non nulle, mais infiniment petite. Dans ce cas, il n’y a plus aucun mystère quant au fait qu’il soit soumis à la gravité, comme tout le monde.
                       
                      En effet, calculons l’accélération vers le sol d’une particule de masse m infiniment petite, en chute libre au niveau du sol (plus epsilon) :
                       
                      F = m*g = M*m / R2  (M et R étant respectivement la masse de la Terre et son rayon)
                       
                      Cette égalité reste vraie quand m tend vers zéro :
                       
                      donc : g = M / R2 complètement indépendante de la masse m de la particule, fut-elle nulle.
                       
                      Conclusion : le photon est soumis comme tout le monde, à la gravitation.

                       CQFD
                       
                       
                      Pas de quoi en faire un article. Désolé. Sauf si on veut parler de la nature de la gravitation. Ce que j’ai tenté de faire.
                       
                      nb c’est leur vitesse très élevée qui fait que les rayons lumineux nous paraissent rectilignes : cf. la différence entre « tir tendu » et « tir parabolique » ou « tir en cloche ». Le tir tendu n’est efficace que si la vitesse du projectile est très grande. Le tir en cloche, utilisé par les boulistes, est un tir mou, à faible vitesse.

                    • Galilée Galilée 18 août 2018 14:55

                      @JC_Lavau


                      Possible , a ce propos j ’ai publié sous ion autre pseudo et sur un autre site un petit poème « scientifique »
                      Fiat lux
                      Courez, courez les protons
                      Dans votre tore géant sans fin
                      Ainsi qu’au jour de la création
                      Celle qu’a rêvée l’anti-destin

                      Du mouvement vient la lumière
                      Du choc immense des hadrons
                      Qui réduira toute leur matière
                      Que sortira-t-il de ce chaudron

                      Ce peut-il qu’en un autre univers
                      Dans l’espace infinitesimal
                      D’un temps éternellement célére
                      Renaisse un rusé fils d’animal

                      Né à l’image du grand frère
                      Qui fit cette machine infernale
                      Et qu’à son tour, il espère
                      Que tout le bien naîtra du mal

                      Ceci dit , pourquoi ne pas imaginer que les dimensions cachées de l ’ espace de Kaluza Klein ce seraient finalement , les tores de la machine de Higgs (Thor) et Englert (Thora)..Emboités à l ’infini ?

                      Si non e vero ..  smiley

                    • Galilée Galilée 18 août 2018 15:10

                      @JL


                      Je te laisse la complète responsabilité de tes équations , qu ’il ne me viendrait pas à l ’idée de contester..
                       La dernière fois que je me suis amusé à ce genre de trucs , c ’était à l ’épreuve orale (unique) du bac en 1968..

                    • Galilée Galilée 18 août 2018 15:59

                      @cassini


                      Aucun doute la dessus...Quand une particule sort du vide quantique , c ’est toujours avec son antiparticule ..

                    • GéraldCursoux GéraldCursoux 19 août 2018 08:26

                      @JL
                      On ne peut confondre une masse infiniment petite et une masse nulle ! C’est 0 ou qque chose. Les calculs à la limite exigent que l’on prenne en compte ce delta entre presque rien et rien.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 10:41

                      @Self con troll. « Vitesse », c’est rien que du différentiel.

                      Mais la quantité de mouvement, ça a une sacrée persistance : aucune exception à la loi de conservation de l’impulsion.
                      Qu’on omet du reste d’enseigner.
                      « Pour simplifier », qu’ils disent.

                    • JL JL 19 août 2018 10:49

                      @GéraldCursoux

                       
                       deux choses :
                       
                      Premièrement, ce n’est pas moi qui « confond », ce sont les mathématiques : cf. les problèmes de limites.
                       
                      Deuxièmement, comment êtes vous sûr que la masse est nulle, et non pas infiniment petite ?
                       
                      Ceci dit, si vous préférez vôtre expliaction - quelle est-elle déjà ? - cela ne me dérange pas.
                       


                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 10:56

                      @Self con troll. Attention à tes mots : « infiniment petite » = nulle.

                      Ou alors tu voulais dire autre chose que ce que tu as écrit.

                    • Galilée Galilée 19 août 2018 16:46

                      @JC_Lavau

                      La masse du photon est probablement la constante fondamentale qui définit la limite du possible , au de là retour dans le vide quantique ..

                    • Galilée Galilée 19 août 2018 16:52

                      @JC_Lavau


                      Explique moi , stp, pourquoi ce serait faux , et comment on le prouve ..

                    • Galilée Galilée 19 août 2018 16:54

                      @Galilée
                      Explique moi , stp, pourquoi ce serait faux , et comment on le prouve ..


                      Je parle la du caractère auto similaire de la matière à toutes les échelles ..

                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 17:07

                      @Galilée.
                      https://www.agoravox.fr/commentaire5256151


                      Et dans le domaine macroscopique, rien que les différences énormes entre la matière au tamis 500 µm et celle au tamis 50 µm.
                      Au delà, on ne peut aller plus loin à sec, ni sans aspiration.

                    • Galilée Galilée 19 août 2018 17:31

                      @Galilée


                      Mon idée est que l ’atome , grec ancien ἄτομος [átomos], « insécable » , est en fait sécable ..Puis on s ’est aperçu que les baryons étaient faits de quarks .
                      De quoi sont fait les quarks ? ils ne sont probablement pas insécables ...
                      On peut raisonner comme cela , à l ’infini ..
                      Peut être même , qu ’à un certain niveau les matériaux d’un mini soupe de quarks sont atteints , avec des énergies extrêmes .. 




                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 17:36

                      @Galilée. Tu n’as toujours pas capté que tout change. La topologie de l’espace à laquelle nous étions habitués au collège puis au lycée perd sa validité à l’échelle de l’atome, voire la métrique aussi.


                      Je sais bien que la secte dominante fait comme si.
                      Soit ils se gourent complètement, soit c’est moi qui me goure complètement.
                      Le minoritaire doit vérifier trente fois plus que le majoritaire. Je les ai faites, ces vérifications.

                    • Galilée Galilée 19 août 2018 17:56

                      @JC_Lavau


                      En fait ce qui est beau , c’est le mystère et je crois qu ’on en a pas fini avec lui ..

                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 17:58

                      @Galilée. Et Allah, etc.


                    • GéraldCursoux GéraldCursoux 19 août 2018 18:28

                      @JC_Lavau
                      La quantité de mouvement c’est ce qui permet d’introduire t dit le béotien. MV suppose le calcul de V et donc un espace parcouru pendant une durée t . Et peu importe de la façon dont on mesure t. Ai-je encore écrit une connerie ? 

                      Mais j’ai appris des choses... donc la connerie n’est pas chose inutile.
                      Cordialement

                    • baldis30 17 août 2018 10:21

                      bonjour,

                       « Mais alors pourquoi y a-t-il déviation puisque la formule donnant la valeur de la force gravitationnelle donne 0 pour résultat ? La formule ne s’applique pas dans cette expérience  ! »

                      Dommage que vous n’ayez jamais pratiqué la mécanique rationnelle ! car attribuant une masse aussi petite qu’on le veut à un photon on montre mathématiquement que la déviation du photon par une masse non négligeable .. est exactement la moitié de celle qui est calculée par la R.G. cela traine dans bien des cours de méca. rat. ce qui pour autant ne justifie pas une masse pour le photon, mais c’est un exercice classique, venant après de celui de l’horizon du trou noir selon le modèle de Kant-Laplace - il y a plus de deux siècles- lui aussi moitié de l’horizon de la R.G. ! 


                      • baldis30 17 août 2018 10:34

                        tout ceci me fait doucement rigoler !

                        Avant de parler de R.G...... un peu de R.R. .... pour lever vos doutes essayez donc d’écrire la loi de Newton avec l’apport de la R.R . .... Vous y êtes ... alors tous est bien dans la meilleure des lois possibles dont le mérite, comme dans les lois en 1/d² est de conservation des flux ...

                         Ah j’allais oublier ... G.E(1). E(2)/ d². (c²)² pour deux masses m(1) et m(2) 

                        vachement compliqué comme concept ... vachement ....


                        • baldis30 17 août 2018 23:31

                          @baldis30
                          en complément je m’attendais à l’objection majeure que personne n’a faite ... : avec l’écriture ci-dessus de la loi de Newton la déviation de la lumière dans un champ gravitationnel devrait être double si la fréquence double ( du rouge au bleu par exemple) ...Et selon les observations elle ne l’est pas ... Autrement dit il n’y a pas d’aberration chromatique, y compris dans les effets de lentille gravitationnelle !

                          Et ceci valide complètement la vision de la R.G. comme quoi les masses courbent l’espace pour les géodésiques de l’espace-temps ....


                        • Galilée Galilée 19 août 2018 17:45

                          @baldis30

                          Et si , les lentilles gravitationnelles , qui par définition sont gravitationnelles , n ’ agissait que sur la nature corpusculaire des photons et non sur leur nature ondulatoire ?
                          l ’effet prisme nécessitant un obstacle matériel et non pas quasi immatériel , comme la gravitation ?

                          Ici , je suis dans le rôle de Candide ! Naturellement ..


                        • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 17:54

                          @Galilée. Ta « nature corpusculaire » n’existe pas, n’a jamais existé.

                          Les vulgarisateurs ne sont pas des journalistes d’investigation, mais des griots, payés pour chanter les louanges du puissant du jour.

                        • Galilée Galilée 19 août 2018 18:03

                          @JC_Lavau


                          Cela vient supposer que la lumière se propage dans l ’éther ??

                        • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 18:23

                          @Galilée. Non plus.

                          Il a été prouvé que le « vent d’éther » qui devrait exister vu le voyage de la Terre autour du Soleil, n’existe pas. Son éventuelle variation selon qu’il est minuit ou midi : nib de nib non plus.

                        • Galilée Galilée 19 août 2018 18:51

                          @JC_Lavau

                          Ca , je savais , ce que je te demandais , dans quoi les ondes lumineuses se propagent t elles , si elles sont purement ondulatoire ?
                          Tu remets en cause , l ’effet photoélectrique et les photoéléctrons ..

                        • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 19:18

                          @Galilée.
                          Combien de fois faudra-t-il répéter qu’ils ont inventé la fable des « aspects corpusculaires » parce qu’ils sont demeurés incapables de concevoir qu’une foule d’ondes se compose d’ondes individuelles.


                          Rappel de la définition du photon :Un photon est une transaction réussie entre trois partenaires : un émetteur, un ab­sorbeur, et l’espace qui les sépare ou les milieux transparents ou semi-transparents qui les séparent, qui transfère par des moyens électromagnétiques un quantum de bouclage h, et respectivement une impulsion-énergie qui dépend des repères respectifs de l’émetteur et de l’absorbeur.

                        • Galilée Galilée 19 août 2018 20:19

                          @JC_Lavau


                          Ca me parait bien compliqué .
                          La lumière se propagerait sous forme de particules au trajet aléatoire qui du fait de leur vitesse constitueraient un nuage de photons, plus ou moins dense , qui vibrerait sous forme d ’onde ..Comme le nuage d ’électrons autour du noyau .

                          Selon le mode d ’ observation , c ’est l’un ou l’ autre des deux aspects qui se manifesterait . 
                          En tout cas , ça parait plus simple ..

                        • JC_Lavau JC_Lavau 19 août 2018 21:49

                          @Galilée. « particule » au sens de petit grain n’a jamais existé dans le domaine microphysique. C’est un légende standard, par extrapolation depuis notre domaine macrophysique familier. Extrapolation jamais validée par aucune expérience.


                          A l’échelle microphysique, il n’y a que des ondes, une ou plusieurs ondes individuelles.

                          Domaine de transition : une grosse molécule, à température notable, a des vibrations internes d’un ordre de grandeur comparable à la largeur de son fuseau de Fermat. Cette grandeur purement ondulatoire perd donc son intérêt au dessus du domaine de transition ; on entre alors dans notre domaine macrophysique.

                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 août 2018 19:49

                          Si on parle de science fondamentale alors c’est moi qui dit :  Newton, Einstein et... moi.


                          Référence : « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE » 2001. 

                          • Galilée Galilée 19 août 2018 22:32

                            Par définition ce quiet est contr’intuitif est indigeste ..Tu ne m ’en voudras pas d ’avoir du mal à te suivre


                            Si tu me disais , q’une infime masse matière est en perpétuelle vibration , sous la forme d ’une corde enroulée de , ou d’une petite amas vibrant , je percevrais mieux .

                            On ne peut, logiquement, qu ’extrapoler , en fonction de la fractalité , tout plus ou moins part de structures simples , et comparables et qui se répètent à l ’infini .
                             
                             L ’absence de masse équivaut à rien , 0, néant .

                            Selon le simple bon sens ,l’ absence de matière , ne peut ni vibrer ni onduler, quelque soit l ’échelle envisagée .. Rasoir d ’Ockham .
                            Je n ’arrive pas à saisir ta façon de concevoir le réel .. 
                             

                            • Galilée Galilée 19 août 2018 22:44

                              @Galilée


                              Ou alors on peut imaginer que le vide quantique est constitué de microparticules infinitésimales indétectables (gravitonoïdes), qui seraient le constituant fondamental de la matière  et qui autorise la formation d ’un champs qui sera selon le cas l’interaction forte , electro-faible ou gravitationnelle 

                              Donc le vide quantique aurait lui aussi une masse infinitésimale , 

                              Comme Joséphine , j ’ose .. smiley

                            • JC_Lavau JC_Lavau 20 août 2018 00:31

                              @Galilée. Tu es totalement égaré parce que n’as aucune pratique des champs électromagnétiques.

                              Il faut maniper à notre échelle avec des fréquences UHF et des antennes Yagi, analogues à celles de la FM ou de la TV au temps où elle était émise ainsi, polarisation verticale d’abord, horizontale ensuite.
                              Il faut explorer le champ avec une antenne mobile, et cela devient intéressant quand le champ imposé est une onde stationnaire, avec des noeuds et des ventres, comme une corde de violon ou de guitare sur harmoniques.

                              A une autre échelle, on a aussi des ondes stationnaires dans une cavité laser, quand elle est accordée et alignée. C’est une manip qu’on a faite ou pas. Il se trouve que tu ne l’as pas faite.
                               
                              La lumière n’a pas besoin de masse puisqu’elle va déjà à la vitesse de la lumière. Rien n’est plus simple que l’onde électromagnétique. Un électron est bien plus compliqué, et un proton encore bien davantage.

                              L’idée de la fractalité est une impasse sans espoir. C’est hypnotique, mais anti-physique.

                            • Galilée Galilée 22 août 2018 16:44

                              Juste un point .Et au delà de toute polémique , et de toute antipathie personnelle..

                                
                              Admettons la notion de multivers , seule l ’emboitement de dimensions et , d ’autant d ’univers , évoluant vers l ’infiniment petit , autorise l ’idée d ’éternité d ’un nombre infini d ’univers et est compatible avec la conservation de l ’énergie ..

                              • GéraldCursoux GéraldCursoux 22 août 2018 17:52

                                @Galilée
                                Le béotien qui a écrit ça (moi) est ravi de la discussion qui a suivi... Merci.

                                J’en tire une hypothèse qui s’appuie sur un athéisme en béton armé :
                                Notre Univers (et qu’il soit multiple ne change rien, puisque l’Un est multiple dit le matheux) est incréé, illimité, sans temps, et nous ne pouvons même pas faire l’expérience de pensée qui voudrait le saisir de l’extérieur. 
                                C’est l’homme qui a créé Dieu qui n’est qu’un élément gigogne qui n’apporte rien à la compréhension. Quant aux dérivés anthropomorphique qu’en ’ont fait les religions... j’éclate de rire !
                                Et le big bang n’est qu’un point singulier qui peut assurer la liaison avec l’espace quantique E = mc² !
                                Cordialement Mr Galilée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès