• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Neymar-Venezuela : deux histoires imbibées de pétrole

Neymar-Venezuela : deux histoires imbibées de pétrole

JPEG - 31.6 ko
Le Venezuela possède la plus grande  réserve pétrolière du monde

D'un côté, il y a le transfert au PSG du footballeur brésilien Neymar, présenté comme un joueur fantastique. De l'autre, le Venezuela en proie à une recrudescence de violences perpétrées au sein des manifestations organisées par l'opposition au Président socialiste Nicolas Maduro qui se retrouve, force est de le constater, totalement diabolisé par la presse française. De prime abord, ces deux sagas aux traitements médiatiques antagonistes peuvent paraître dépourvues de rapport.

Pourtant, quand on y regarde de plus près, on se rend compte que ces deux évènements ont pour toile de fond des intérêts pétroliers et gaziers

Avant tout ne perdons pas de vue que Neymar est payé et acheté par la pétro-monarchie du Qatar dont la stratégie est d'utiliser le football pour enjoliver son image. D'autre part, il y a les États-Unis, premiers importateurs de pétrole vénézuélien, qui cherchent depuis toujours à contrôler les réserves d’hydrocarbures de ce pays qui possède en effet plus de pétrole que l'Arabie saoudite.
Et comme le Venezuela se trouve à proximité des États-Unis, le coup de l'acheminement d’hydrocarbures y est très avantageux pour les sociétés américaines (3 jours de transport pour le pétrole du Venezuela et 3 semaines pour le pétrole du Golfe).

 

Traitements médiatiques

A propos du transfert de Neymar, le plus souvent la presse prend soin de cautionner indirectement l'opération par l'intermédiaire de tierces personnes en particulier des sportifs et des politiques. Peu importe d'où vient l'argent, la France "pays des droits de l'homme" s'extasie sans vergogne devant un évènement qui aurait été perçu comme impudique il y a encore peu de temps.

Pour tenter de justifier l'injustifiable, beaucoup de nos journaux, vont jusqu’à évoquer les caisses de l'Etat : "Neymar est une bénédiction pour le budget de la France" nous dit-on...

En ce qui concerne les évènements du Venezuela, les titres des chroniques ci-dessous ne laissent planer aucun doute sur la tendance de nos médias :

Alors une fois encore, interrogeons-nous sur la solidité des arguments qui nous sont présentés.

 

Première question : quels sont les droits des qataris et ceux des vénézuéliens ?

Les partis politiques ne sont pas autorisés au Qatar. Et pour cause : le Qatar est une monarchie absolue héréditaire. La famille al-Thani est au pouvoir depuis 1971. La charia dans sa forme wahhabite est la base institutionnelle du système juridique qatari. Dès lors, la peine par flagellation est prévue pour la consommation d’alcool et les relations sexuelles hors mariage ou homosexuelles. Le code pénal du Qatar prévoit une peine de 100 coups de fouet pour un couple adultère constitué d’une femme et d’un homme musulmans. La peine de mort est prévue lorsqu'il s’agit d’une femme musulmane et d’un homme non-musulman. Ces sanctions ne sont pas symboliques, elles sont réellement appliquées. D'ailleurs fréquemment des personnes (principalement des ressortissants étrangers) reçoivent des peines de flagellation et coups de fouet pour « relations sexuelles illicites » ou consommation d'alcool.

Considérons également que le Qatar ne garantit pas la liberté d'expression ou de la presse. Ainsi en 2013 le poète qatarien Mohammed al-Ajami fut condamné à 15 ans de prison, au prétexte qu’il a souhaité que le « printemps » soit une saison qui n’oublie pas de faire un tour par le Qatar. Ce pays de droit divin l’a d’abord condamné à mort avant que la sentence ne soit "généreusement" commuée.

Le Venezuela est une république fédérale de type démocratie parlementaire multi-partiste. La peine de mort y a été abolie dès 1863 (1981 en France, loi Badinter). Le président est élu au suffrage universel pour six ans renouvelables une fois. De ce fait le pouvoir politique actuel accepte les sensibilités politiques qui lui sont opposés. Selon l'ex-président américain Jimmy Carter qui, au travers de la « Fondation Carter », surveille les processus électoraux dans le monde, le Venezuela possède « le meilleur système électoral au monde ». En septembre 2012, Carlos Álvarez, Chef de la Mission d’observation électorale qui rassemble les douze pays de l’Amérique du Sud, a déclaré : « il est intéressant de souligner un élément que très peu connaissent, je parle surtout de ceux qui analysent la réalité depuis les préjugés, c’est que le Venezuela possède aujourd'hui un des systèmes électoraux les plus vigoureux et les plus avancés technologiquement de l’Amérique Latine, qui garantit la transparence, le contrôle et la surveillance du scrutin ».

 

Deuxième question : Qatar - Venezuela, quelle opposition politique ?

Puisqu'elle n'existe pas, nous ne pouvons rien pu dire sur l'opposition au Qatar. En revanche nous pouvons dire de l'opposition (de droite et des beaux quartiers) vénézuélienne qu'elle est soutenue financièrement par Washington. Cette ingérence se traduit par exemple par la réaction du très à droite sénateur républicain Marco Rubio qui a appelé très récemment à la tenue d’élections au Venezuela, supervisées par l’administration américaine… Autre sénateur américain avec une rhétorique identique, le démocrate John Kerry qui en 2014 sous la présidence d'Obama fustige Caracas en appelant à cesser "cette campagne de terreur". Les assertions de Kerry seront finalement réfutées par The Guardian, qui est pourtant très souvent aligné sur les positions occidentales. Pour le journal britannique, John Kerry est déconnecté de la réalité. Le Guardian précise "ce ne sont pas seulement les pauvres qui s’abstiennent de manifester à Caracas, c’est pratiquement tout le monde à l’exception de quelques zones riches, où de petits groupes de manifestants se livrent à des batailles nocturnes avec les forces de sécurité".

Et cette opposition présentée comme démocratique appelle fréquemment l'armée à la rejoindre. En 2002, le pacte républicain sera rompu après une tentative de coup d'état qui visait à renverser le président Chavez, qui avorta grâce à la détermination des classes les plus déshéritées. En 2017, le peuple du Venezuela a voté en faveur d'une nouvelle Constitution qui a pour principal objectif de graver dans le marbre un certain nombre de droits sociaux. Et une fois de plus le président américain, cette fois-ci Donald Trump, promet de réagir sévèrement contre le Venezuela.

 

Troisième question : quelles sont les préoccupations géopolitiques du Qatar et celles du Venezuela ?

Le Qatar est un partenaire de L'OTAN, et donc de facto un partenaire militaire de la France. Par ailleurs le Qatar est le suspect numéro 1 du financement du terrorisme. Mais ce dernier point ne rebute pas nos gouvernements successifs, ni le complexe militaro-industriel français, qui ne l’oublions pas participe au financement de la presse. Le Qatar est l'un des principaux acheteurs d'armes de la France. En 2015 elle a vendu pour 6,3 milliards d'euros de matériels d’armement au Qatar.

Le Venezuela est le pays avec la plus grande réserve de pétrole au monde. Un élément évident pour les enjeux géostratégiques, mais très peu mentionné et pris en compte dans les médias. En 2016 le Venezuela a exprimé sa profonde préoccupation en ce qui concerne l'éventualité d'une coopération militaire entre la Colombie et l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Pour les dirigeants Vénézuéliens, cette annonce est une trahison de la parole donnée par le président Santos en 2010 au Président Hugo Chavez. En effet, le président Santos s'était engagé à ne pas établir une alliance militaire avec l'OTAN.

Au classement des importations d'armes, qui sans nul doute est le meilleur curseur pour évaluer le niveau d'agressivité d’un état, les dernières statistiques disponibles pour le Venezuela (2013) montrent que ce pays a importé pour 2, 3 millions de dollars d’armes. En comparaison la même année le Qatar a déboursé 51, 4 millions de dollars, soit 49 millions de dollars de plus que le Venezuela. En 2014, la Colombie s'est hissée au 20ème rang des pays importateurs d'armes avec une dépense de 119 millions de dollars, soit une augmentation de 46 millions de dollars par rapport à l'année 2013.

 

Quatrième question : quelles sont les situations économiques et sociales du Qatar et du Venezuela ?

L’économie du Qatar présente des performances remarquables. Même si le taux de croissance est passé de 16% en 2010 à 4,7% en 2015, le Qatar jouit toujours du plus fort taux de croissance de la région. L’émirat dispose des troisièmes réserves mondiales de gaz.

Si avec l'aide du pétrole et du gaz, le Qatar dépense des sommes astronomiques pour parfaire son image via le football, ce pays n'a pas la moindre préoccupation sociale. Bien au contraire, organisateur de la coupe du monde de football en 2022, selon beaucoup d'ONG le Qatar exploite des travailleurs qui vivent dans des logements sordides et surpeuplés.

Le Venezuela quant à lui traverse une grave crise politique, économique et sociale. Les médias attribuent la crise à la chute du cours du pétrole. Maurice Lemoine, journaliste spécialiste de l'Amérique latine et ancien rédacteur en chef du Monde Diplomatique, nous rappelle qu’en 1998, à l'arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez, le baril de pétrole se vendait à 7 dollars et il n'y avait ni pénurie ni crise économique. Donc l'explication de la crise par la chute des cours du pétrole ne tient pas, même si l'augmentation du prix du pétrole a aidé le Président Hugo Chavez par le passé à mettre en place des programmes sociaux.

 

Discussion entre Nixon et Kissinger attestant du renversement d'Allende

 

Maurice Lemoine voit dans les évènements récents la copie conforme de ce qui s'est passé en 1972 / 1973 au Chili, où la crise fut délibérément organisée afin de provoquer le Coup d’État politique d’Augusto Pinochet. Avec l'aval des États-Unis et le soutien de la CIA et du MI6, la prise du pouvoir de Pinochet déboucha sur l'instauration du premier laboratoire du néolibéralisme.

En résumé, Maurice Lemoine explique qu'au Venezuela, nous ne sommes pas dans une économie dirigiste, mais dans un processus de consultation populaire. De ce fait il y a des monopoles et donc des intérêts privés qui contrôlent à leur guise le circuit des produits de première nécessité. Ainsi comprenons bien que si les étalages des supermarchés sont vides, nous retrouvons les produits et denrées au marché noir vendus 10 fois leur prix. Dans cette affaire l'information que nous devons retenir, indique Maurice Lemoine, est que la première chose qu'a fait la nouvelle Assemblée nationale (de droite) après avoir gagné les élections de 2015, fut de faire passer une loi qui amnistie les spéculateurs de biens de première nécessité. C'est à dire, insiste Maurice Lemoine, que l'opposition au Président Maduro a purement et simplement avoué à la face du Monde ce qu'elle a fait depuis 2002. Et il ajoute que l'opposition peut même déclencher contre le Président un référendum révocatoire, mais cela ne l'intéresse pas car elle veut aller encore plus vite, ce qui implique de renverser le Président Maduro rapidement.

Sur la Radio Télévision Suisse, Maurice Lemoine met au défi l'animateur du journal du matin de lui fournir le nom d’un journaliste emprisonné pour délit d'opinion, ce à quoi le rédacteur de la RTS lui répond Leopoldo López. Maurice Lemoine répond à son tour, il n'est pas journaliste et il est incarcéré parce qu’il est considéré comme responsable de “l'opération de la salida” (« la sortie ») qui s'était soldée par 43 morts entre février et mai 2014. Leopoldo Lopez, qui fut formé à Harvard aux États-Unis et que la presse présente parfois comme un martyr, est sorti de prison le mois dernier pour être assigné à résidence.

 

Par ailleurs, il est important de noter que la NED (National Endowment for Democracy, Fondation nationale pour la Démocratie), fondée en 1983 sous le gouvernement de Ronald Reagan, verse à la droite vénézuélienne plusieurs millions de dollars chaque année. L’apanage de la NED est donc de financer les groupes d’opposants favorables aux intérêts américains. Selon le New-York Times (article de mars 1997), une pratique qui permet d’éviter à la CIA de “mettre les mains dans le cambouis”. N’en déplaise à certains redresseurs de torts, cette dernière affirmation est en effet irréfutable et facile à recouper du fait qu’en septembre 1991, Allen Weinstein, le législateur qui fixa les règles de la NED, déclara dans les colonnes du Washington Post : « Beaucoup de ce que nous faisons aujourd'hui a été fait par la CIA il y a 25 ans de manière clandestine ». Enfin, “cerise sur le gâteau”, Carl Gershman, premier président de la NED, expliquait sans ambages « Il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d’être vus comme subventionnés par la CIA. Nous avons vu cela dans les années 1960, et c’est pour cela qu’on y a mis un terme. C’est parce que nous n’avons pas pu continuer à le faire que la fondation la NED a été créée ».

A propos des violences, il est instructif de savoir que la majorité des victimes des manifestations au Venezuela ne sont pas des opposants au gouvernement Maduro, mais des policiers, morts par tir d'armes à feu. Enfin beaucoup d’autres victimes sont lynchées en public par des forces de l'opposition au simple motif d'êtres chavistes.

Quoi qu'en disent les agents de diffusion de la propagande néocons / atlantiste, les faits attestent formellement que nous sommes dans la continuité d'un mode opératoire qui fonctionne depuis plusieurs décennies. Plus haut dans ce paragraphe nous avons vu le coup d'état de 1973 au Chili, mais il y a aussi le Coup d'État au Guatemala en 1954, le soutien étasunien à la dictature argentine de Videla et plus largement la tristement célèbre opération Condor qui fit rage dans toute l'Amérique du Sud. Dans le reste du monde, nous retrouvons ce scénario par exemple en Iran, en Afghanistan en Afrique, en Asie du Sud-Est... et cette liste est loin d’être exhaustive.

 

Conclusion

Il y a 443 ans, Étienne de La Boétie alors âgé de 16 ou 18 ans écrivit le "Discours sur la servitude volontaire". Dans le chapitre sur la volonté de soumission, La Boétie développe l'idée que l'une des raisons pour laquelle les peuples se maintiennent dans la servitude est que les tyrans usent de plusieurs subterfuges comme par exemple les jeux. A la lecture de La Boétie, le transfert record de Neymar, payé de surcroît avec de l'argent sale, démontre que notre petite oligarchie au discours pourtant empreint de modernité et de droitdelhommisme nous ramène plusieurs siècles en arrière. Les membres de cette “caste politico-médiatique”, puisqu'il s'agit bien de cela, détournent le regard devant les agissements d'un état féodal et barbare.

En revanche ces mêmes individus n'ont pas le moindre scrupule quand ils donnent des leçons à un pays laïc et démocratique qui utilise sa principale ressource pour élaborer des projets sociaux. Nous sommes néanmoins informés sur les véritables enjeux de l'ingérence occidentale, car çà et là des fuites de documents, ou bien encore des témoignages de première main confirment que les causes des guerres ne sont généralement pas celles données par les gouvernements occidentaux.

Très récemment, la propagande a occulté la réalité barbare de notre intervention en Libye. Pour promouvoir cette guerre, les chantres de l'interventionnisme nous ont répété à longueur de journées que cette fois-ci la guerre était saine et complètement désintéressée. Pourtant, quelques mois plus tard, de nombreux reportages ont fini par nous démontrer que les véritables motivations du bloc atlantiste étaient une fois de plus de s’emparer des richesses locales, à savoir le gaz et le pétrole. De nombreux indices convergents et un même dénominateur commun (les hydrocarbures), pourtant là encore avec le Venezuela la rhétorique ne varie pas d'un iota. Malgré un “story-telling” jonché de cailloux blancs, avec force et acharnement nos professionnels de l'indignation sélective s'efforcent par tous les moyens de minimiser l'influence étasunienne en Amérique latine.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • owen meany 4 septembre 17:10

    Un peu hors sujet, tant pis, je ne sais pas si votre site a eu connaissance de cet article traduit par les crises.fr, sur neocons Américains.
    https://www.les-crises.fr/les-democrates-continuent-a-restaurer-lunion-avec-les-neoconservateurs-par-glenn-greenwald/

    Ça craint grave, là-bas...


    • Lugsama Lugsama 4 septembre 18:08

      Un peu amusant de vouloir toujours excusez une dictature par une autre. Et l’interview du collabo Lemoine et de ses chiffres sortis du chapeau.. il n’y a donc plus que ça pour alimenter cette thèse complostiste absurde ? Lemoine en arrive même a dire qu’il n’y a pas de dictature et doit certainement trouver les lettre de cachet de l’ANC tout à fait démocratique.. 


      • Toldo 4 septembre 19:56

        @ Lugsama, je viens de lire cet article « Neymar-Venezuela : deux histoires imbibées de pétrole » et votre message putride qui lui fait suite 

         

        Votre première escroquerie est d’établir une symétrie entre le Qatar et le Venezuela

        La deuxième escroquerie est d’écrire « le collabo Lemoine » ( dégueulasse) Les collabo sont toujours du bon côté du rapport de force .Bref du côté du fric et des bombes . Exemple La France qui décore le prince héritier d’Arabie saoudite de la Légion d’honneur

        Troisième escroquerie l’utilisation du terme « complostiste »à mauvais escient

         En sommes, il est difficile de faire pire 

        On attend vos chifres à vous Lugsama ? 


        • Lugsama Lugsama 5 septembre 00:08

          @Toldo

          Les collabo sont du côté des fachistes, et en plus ils sont aux pouvoir au Vénézuéla donc votre message est étrange, or ils soutiens ouvertement les « dégeulasses ». Le jour ou vous aurez de la famille sous une dictature vous ne vous offusquerez pas pour le vocabulaire désignant ses collabos, croyez moi.

          Voter escroquerie d’établir une symétrie entre l’Arabie Saoudite et le Venezuela.. Que la diplomatie française donne des médailles a un dictateur d’un pays protégés par la première puissance mondial pour lui vendre quelques armes ne changera pas la face du monde ou du peuple de celui-ci. Et c’est d’ailleurs autant critiquable que ça n’excuse pas la dictature au Vénézuela.. 

          Prendre la défense d’une dictature militaire et en plus reprendre les théories complotistes absurdes pour tenter d’excuser la faillite sur tous les plans et la répression de celle-ci n’est pas excusable.

        • bluerider bluerider 4 septembre 23:07

          Aujourd’hui c’est l’anniversaire de l’élection démocratique de Salvador Allende. Depuis le Chili, l’Argentine et le Brésil, TOUTE l’Amérique latine est passée sous bannière ultra_libérale contrôlé par le système bancaire anglo-saxon.... mais bien sûr, pour le Vénézuela, ce serait différent. Comme pour Kadhafi, avec lui, cette fois là aussi, c’était différent. Différent de Mossadec Ahmed ? Différent de Najibulah ? Différent de Hussein ? Une odeur de pétrole rôde sur tous ces pays. Si Lugsama nous trouve de quoi gagner plus de pognon, plus vite, en plus grande quantité, et plus facilement qu’avec les ressources naturelles gazières et pétrolières... qu’il envoie un mail à la Maison Blanche avec un duplicata au Pentagone et à Langley. A mon avis, ça va les intéresser.

          .

          • Lugsama Lugsama 5 septembre 00:11

            @bluerider

            Ne vous inquiétez pas pour le régime et ses généraux il a déjà trouvé plus interessant que le pétrole pour remplir leurs compte en Floride...

          • Toldo 5 septembre 06:48

            @Lugsama

            Cela ne veut rien dire votre baraguoin 
            vous êtes un troll donc un faussaire 
            Dès lors, vous pourrissez le débat et vous générer des polémiques 

            Pourtant la question est simple :On attend vos chifres à vous Lugsama ? 

            Car ça « Le jour ou vous aurez de la famille sous une dictature vous ne vous offusquerez pas pour le vocabulaire désignant ses collabos, croyez moi ». Cela ne veut rien dire vous essayer simplement de jouer avec les émotions





            • Lugsama Lugsama 5 septembre 10:28

              @Toldo

              Ça ne veux rien dire pour vous parce que vous parlez d’un pays sur lequel vous avez des connaissances très limités, toutes les personnes un peu concernés auront compris que je parlait du traffique de drogue.

            • Spartacus Spartacus 5 septembre 09:58

              Précisions..

              Question 1 démocratie.
              Non le Venezuela n’est pas démocratique !

              La fondation « Carter » contrôle le processus. Si lors de l’élection de 2002 le processus est correct, les inscrits sur les listes ne le sont pas.
              La fondation « Carter » n’a jamais disposé de la possibilité du contrôle des listes.
              Et y’a bien longtemps qu’elle ne valide même plus les processus.

              Dans le cas du Venezuela si la première élection de Chavez peut être considérée comme licite, la suivante a vue 45% de plus d’inscrits dans les listes électorales et sont toutes considérées comme frauduleuses par l’opposition. Les partisans de Chavez pouvant voter dans plusieurs bureau de vote avec des identités différentes et papier officiels. 

              Après la première élection de Chavez, les tribunaux ont été chargé d’éliminer les opposants, et par des tribunaux d’exception mis en place par Chavez.
              Chavez a mis en place pour soi-disant la sécurité des « milices citoyennes » pour terroriser les gens et ne plus jamais redonner le pouvoir.

              La démocratie impose la possibilité aux opposants de s’exprimer. 
              Avec la suppression des licences d’émission des médias d’opposition et le remplacement par des médias pro-gouvernementaux, le passage en bombardement de présence massif à la TV pendant des heures obligatoire de Chavez. L’instauration de la persécution des opposants.

              Pour preuve de propagande gauchiste sur le caractère démocratique , vous avez tous entendu en boucle le mensonge que les opposants seraient « d’extreme droite ou de droite ».
              Il y a bien longtemps que les partis de droite ont été anti-démocratiquement « éliminés ».

              Pour info L’opposition soi-disant « d’extrême droite » est quasi exclusivement composé de partis de gauche. En fait, c’est totalement le contraire. L’opposition à l’assemblée nationale est représenté par la Mesa de la Unidad Democrática (MUD) .

              C’est une coalition hétéroclite de 8 partis qui se sont associés avec comme seul point commun que de s’opposer au gouvernement communiste et avoir une chance de tenter de reprendre la main sur le totalitarisme.

              Les 4 principaux qui représentent 85% des députés à l’assemblée nationale sont : Primero Justicia, Acción Democrática, Un Nuevo Tiempo et Voluntad Popular.

              Or, sur ces 4 partis, 3 sont membres de l’Internationale Socialiste (Acción Democrática, Un Nuevo Tiempo et Voluntad Popular). Pas plus, d’ailleurs, que Primero Justicia qui sans être membre de l’internationale, est habituellement classé au centre gauche interventionniste.

               

              • samuel 5 septembre 11:29

                @Spartacus

                On peut donc raisonablement soutenir que les USA en sont pas non plus une démocratie.

                cf :
                * système de scrutin à la majorité des Etats
                * élection controversée de Bush

              • Toldo 5 septembre 17:32

                @Spartacus


                Une droite qui utilise des armes à feu et cocktails molotov cela s’appelle une extrême droite 


                A cela rajoutons que sur la question du Venezuela les chiens de gardes au demeurant professionnelles se font dérouiller les uns après les autres 




              • Spartacus Spartacus 5 septembre 10:05

                Question 2

                Venezuela, quelle opposition politique ?
                Non l’opposition n’est pas cette caricature stupide que l’auteur présente...
                L’opposition de droite, il y a longtemps qu’elle a été éliminée par la force.

                L’opposition de droite n’existe pas au Venezuela...
                Ils ont tous été emprisonnés ou éliminés physiquement ou enfuis du pays par les persécutions.


                 L’opposition soi-disant « d’extrême droite » est quasi exclusivement composé de partis de gauche en cours d’élimination
                L’opposition à l’assemblée nationale est représenté par la Mesa de la Unidad Democrática (MUD) .

                C’est une coalition hétéroclite de 8 partis qui se sont associés avec comme seul point commun que de s’opposer au gouvernement communiste et avoir une chance de tenter de reprendre la main sur le totalitarisme.

                Les 4 principaux qui représentent 85% des députés à l’assemblée nationale sont : Primero Justicia, Acción Democrática, Un Nuevo Tiempo et Voluntad Popular.

                Or, sur ces 4 partis, 3 sont membres de l’Internationale Socialiste (Acción Democrática, Un Nuevo Tiempo et Voluntad Popular). Pas plus, d’ailleurs, que Primero Justicia qui sans être membre de l’internationale, est habituellement classé au centre gauche interventionniste.




                • Toldo 5 septembre 17:50

                  @Spartacus 

                  Visiblement le but de cet article est de démontrer qu’il y a un traitement médiatique antagoniste 

                  Aussi, vous nous parlez de l’opposition plurielle au Vénezula .Dès lors,cela va de soi que les tendances politiques sont représentée dans ce pays.

                  Mais pouvez vous nous parler de l’opposition au Qatar (allier à l’occident ) ? 
                   









                • Spartacus Spartacus 5 septembre 10:30

                  Question 4 : situations économiques et sociales du Venezuela ?


                  Non ce n’est pas lié au pétole mais au socialisme collectiviste.
                  Il n’a jamais eu d’embargo ou de blocus avec le Venezuéla jusque récemment ni de pression extérieures.
                  Leopoldo López (le leader de Voluntad Popular) emprisonné et membre d’un parti l’Internationale Socialiste, le premier à présenter des député(e)s LGBT. Est tout sauf cette caricature ridicule de pro-americain. C’est la pravda cet article.

                  Les prix du pétrole ne se sont pas « effondrés ». Ils se sont simplement revenus à l’endroit où ils se trouvaient en 2004.
                  Les pénuries d’éléments essentiels de base, comme la nourriture et la médecine, sont antérieurs à la baisse des prix du pétrole. 
                  Ils datent du contrôle des prix et des moyens de production par l’état Venezuela.
                  Personne ne produit a prix inférieur au marché. Pénuries comme dans tou les pays communistes.
                  Pas de profit capitaliste à la clef, pas de motivation pour faire du mieux possible pour son prochain et gabegie, corruption et bordel partout dans tout ce qui a été étatisé...Comme dans tous les pays communistes.


                  Social :

                  Après avoir remplacé la police par 1 million de miliciens pro-gouvernementaux qui ont le droit de vie ou de mort sur chaque citoyen et imposé la terreur. Associé aux 400 000 militaires le pays est devenu une dictature militaro-communiste.

                  les gens vivent dans la terreur et la soumission et les pénuries de masse et l’inégalité entre l’élite dirigeante et les pauvres est a faire pâlir d’envie Bill Gates. 


                  • samuel 5 septembre 11:53

                    @Spartacus

                    « Non ce n’est pas lié au pétole mais au socialisme collectiviste.
                    Il n’a jamais eu d’embargo ou de blocus avec le Venezuéla jusque récemment ni de pression extérieures. »

                    Faux.
                    Dans les années 80, les USA ont usés du même procédé pour faire chuter l’empire Soviétique dont l’économie dépendait trop fortement de leurs ressources gazières et pétrolières. En faisant baisser artificiellement le cours de ces ressources sur le marché en injectant massivement de l’offre.

                    Soit dit en passant, c’est à ça que servent les réserves dites « stratégiques ».

                    Les gisements de gaz ou de pétrole de Schiste sont exploités à perte.




                  • Petit Lait 5 septembre 13:14

                    @samuel

                    Concernant la chute du prix du pétrole, on peut voire les choses autrement : les USA devenant indépendant car produisant à nouveau leur propre pétrole, l’Arabie Saoudite a ouvert son robinet en grand pour faire chuter le prix en dessous du prix de revient du pétrole US. Ce qui a bien marché... en même temps, on peut aussi penser que les USA et leur allié l’Arabie Saoudite ont de concert fait baisser le prix du pétrole pour affaiblir le Russie, qui commençait à trop montrer ses muscles ? 

                    Dans tous les cas, si les USA ont participé sciemment à la baisse du prix du pétrole, cela leur a coûté cher également. Ce coût était largement prévisible. Je doute qu’ils aient été prêts à le supporter seulement pour le Venezuela... La Russie par contre semble être un mobile bien plus crédible. 

                  • symbiosis symbiosis 5 septembre 14:08

                    Ce qu’il y a d’extraordinaire avec les soutiers de la ploutocratie globalitaire est que l’on peut leur mettre toutes les preuves possibles et imaginables sous les yeux, ils auront toujours la réponse toute prête et à l’emporte pièce : dictature, dictature, dictature, sans se rendre compte de l’état du pays dans lequel ils vivent. Par exemple, l’état d’urgence a-t-il été inscrit dans la constitution vénézuélienne comme ici afin de NOUS écrabouiller le cas échéant ?
                    La paille et la poutre en gros !
                    Indécrottables trolls, ultralibéraux et autres oisifs du clavier, esclaves du système et de la ploutocratie, car s’ils n’en étaient pas les soutiers esclaves, que feraient-ils à longueur de journées sur les forums à polluer et parasiter les fils de discutions au seul bénéfices de leurs maîtres ? Qui eux ne perdent pas de temps et bien entendu n’ont aucune espèce de reconnaissance pour les lugsama et autres spatacus, anonymes parfaitement interchangeables.


                    • Toldo 5 septembre 15:20
                      @ Lugsama ça ci-dessous (que vous avez écrit )c’est une preuve ouï-dire .

                      « Ça ne veux rien dire pour vous parce que vous parlez d’un pays sur lequel vous avez des connaissances très limités, toutes les personnes un peu concernés auront compris que je parlait du traffique de drogue »
                      Quel est la source qui vous permet d’appuyer cette vos dires ?

                      Une source c’est cela .L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime et ce document indique que dès 2002, la poussée de la production d’opium en Afghanistan depuis l’arrivée des troupes américaines puis de celles de l’OTAN (force ISAF sous mandat de l’ONU), est une réalité irréfutable. Avec un rendement des cultures qui permet désormais d’atteindre quelques 5500 tonnes produites en 2013 (+49 % par rapport à 2012), l’Afghanistan représente 75 % à 90 % de la production mondiale d’opium.

                      Autre affirmation appuyer par une preuve Laurent Fabius est un collabo 
                      pour preuve il a signé un accord avec le néo-nazi OlegTyagnibok .Source Lemondejuif.info 


                      Vous vous moquez du monde Lugsama 

                      • Lugsama Lugsama 5 septembre 20:02

                        @Toldo


                        Rapport avec l’Afghanistan, qui se moque du monde ? 

                        Aujourd’hui la grande démocratie Vénézuélienne annonce qu’elle veux censurer les réseaux sociaux contre « les mensonges » après avoir ré-invemté els lettres de cachet. Il n’y que les mongolitos qui ne comnprennent pas que le pays à basculé dans la dictature, les soutiens conscients sont des collabos.

                        Concernant l’explosion du traffique de dorgues et de la prostitution au Vénézuéla ça n’a rien de nouveau, le numéro 2 du régimes est considéré comme le plus grand traffiquants du pays..


                      • Toldo 5 septembre 20:59

                        @Lugsama « les soutiens conscients sont des collabos ». Fabius et donc un soutien inconcient selon vous 


                        Même ci ça c’est vrai 
                        « Le numéro 2 du régimes est considéré comme le plus grand traffiquants du pays.. » Et pour le moment cela reste à démontrer 
                        rien à voir avec le monde que vous défendez . Concernant le narco trafique et la CIA 
                        voir Opération Laos made in CIA .La guerre du Vietnam fut le premier conflit retransmis à la télévision. Pourtant, c’est le Laos voisin qui constitua entre 1962 et 1973 la cible d’une guerre aérienne interminable et démesurée, devenant le pays le plus bombardé de l’histoire. Cette « guerre secrète », l’opération la plus importante menée par la CIA, reste aujourd’hui encore largement ignorée.






                      • JP94 5 septembre 17:55

                        Excellent article,

                         et comme toujours dans ces cas-là, les petits trolls fachos se donnent rendez-vous pour le pourrir de leurs commentaires nauséabonds, taxant de fachos tout ce qu est progressiste. C’est une de leurs tactiques. On devrait mettre une modération,

                        L’article est très bien étayé et intéressera du monde ! 

                        • Lugsama Lugsama 6 septembre 15:47

                          @JP94

                          Les petits troll fachos défendent la dictature militaire, ou alors le fachisme a une définition qui vous est propre.

                        • pipiou 5 septembre 18:36

                          Article pas très sérieux, notamment quand il affirme ceci : « ’en 1998, à l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez, le baril de pétrole se vendait à 7 dollars ».

                          c’est totalement faux. Depuis 1980 le petrole n’est pratiquement jamais descendu en-dessous de 20 dollars (ponctuellement 15).

                          Bref des arguments approximatifs et des comparaisons spécieuses.

                          Ne reste plus que les accusations de trollage pour ceux qui veulent avoir raison contre vents et marée.


                          • Toldo 5 septembre 19:50

                            @pipiou


                            Vous êtes sérieux vous ? 

                            En décembre 1998, le baril de pétrole descend à moins de 10 dollars. C’est le creux de la vague d’un effondrement des cours qui s’est déroulé durant toute l’année 1998. La situation devient critique pour les pays producteurs les plus peuplés, particulièrement dépendants des revenus d’exportation. En novembre, la réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a conclu à son impuissance.



                            Autre source : 1998 Décembre Prix en euros par baril  8,5 

                            L’élection présidentielle vénézuélienne de 1998 a eu lieu le 6 décembre 1998.




                             

                          • Gorg Gorg 5 septembre 20:02

                            @Toldo

                            « @pipiou : Vous êtes sérieux vous ? »

                            Mais non, c’est un troll,... comme spartabean et lugtata...

                            Ils ont breanstorming ce soir... lien...


                          • pipiou 5 septembre 20:14

                            @Toldo
                            Déjà mélanger Euro et Dollars c’est pas très malin, ensuite l’Euro n’existait pas en 98.

                            Mais bon, votre document confirme bien que le prix n’est jamais descendu à 7 dollars ;
                            de plus cette baisse a été très temporaire : 6 mois après l’élection de Chavez le baril avait redépassé 20 dollars pour ne plus jamais descendre en-dessous.

                            Conclusion : même ce petit creux ne justifie pas l’argument de l’auteur qui essaie de nous expliquer qu’à l’époque Chavez le petrole était très bon marché.


                          • Xenozoid Xenozoid 5 septembre 20:32

                            @pipiou


                            The average price for a barrel of crude oil in 1998 was $11.91 (about $15.93 in 2010 dollars)

                          • Toldo 5 septembre 20:52

                            @pipiou

                            Effectivement vous êtes un troll 

                            Dans l’article il est écrit : « Maurice Lemoine, journaliste spécialiste de l’Amérique latine et ancien rédacteur en chef du Monde Diplomatique, nous rappelle qu’en 1998, à l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez, le baril de pétrole se vendait à 7 dollars et il n’y avait ni pénurie ni crise économique ». 


                            Et dans votre message de 18:36 vous écrivait « Depuis 1980 le petrole n’est pratiquement jamais descendu en-dessous de 20 dollars (ponctuellement 15) ».

                            Or,je vous donne deux sources qui mettent à mal votre assertion 
                            Et vous répondez « mélanger Euro et Dollars c’est pas très malin, ensuite l’Euro n’existait pas en 98 ».

                            La source elle est sérieuse (institut national des études économiques ) après il suffit de convertir 1998 Décembre Prix en euros par baril 8,5 donc 7 Dollars environ .L’élection présidentielle vénézuélienne de 1998 a eu lieu le 6 décembre .Cette source corobore l’affirmation de Maurice Lemoine.



                          • JP94 6 septembre 00:07

                            @pipiou


                            Le plus cocasse, ce sont les trolls qui vous parlent sur un ton sentencieux de spécialiste !
                            ça croit en imposer ... 
                            Vous connaissez Maurice Lemoine ? je pense qu’au niveau de la réputation, il est tout de même autrement plus fiable que vous, et plus modeste ! 

                            Avoir raison contre vents et marées, vous parlez de vous ? Vous savez, ,s’aligner sur la doxa, ça discrédite plutôt le propos. Chercher donc de vraies infos au lieu de soutenir vos amis les trolls.

                            Mais attention, ces infos ne se trouvent certainement pas dans El Pais et consorts , ni le Monde, ni Libé ni même le Canard ... vous allez devoir changer de lectures.Quel choc !!

                          • Lugsama Lugsama 6 septembre 15:46

                            @JP94

                            Lemoine tellement sérieux qu’ils reprend la propagande fantaisistes des péniries du aux américains et qualifie comme la dictature l’opposition de droite ou d’extrême droite, ce qui fera certainement sourrire les membres de l’international socialiste qui l’a compose. La vérité est que Lemoine est un collabo fachiste de la dictature militaire en place pour son petit agenda politique et ne prouve rien en dehors d’une malhonnêté intellectuel. Que le Vénézuéla soit une dictateure est incontestable et je voit qu’on retrouve les même qui défendent le régime nord coréens, a partir de la tout est dit !

                          • Toldo 6 septembre 19:53

                            @Lugsama :« Lemoine qualifie comme la dictature l’opposition de droite ou d’extrême droite, ce qui fera certainement sourrire les membres de l’international socialiste ». 


                            Pour Maurice le Moine La droite vénézuélienne ne ressemble en rien aux droites et mouvements politiques conservateurs des démocraties occidentales. « On a au Venezuela une alliance de la droite et de l’extrême droite » avec une volonté manifeste de déstabiliser politiquement le pays, souligne le journaliste.

                            Vous avez dit socialiste Lugsama 

                             Le Parti travailliste israélien est membre de l’international socialiste, pourtant son président Avi Gabbay fut membre d’un gouvernement du quatrième gouvernement Netanyahou qui fut formé le 6 mai 2015 .(Durée 2 ans, 123 jours).Et en 2015 RFI titré l’une de ses chronique "Israël : un gouvernement dominé par l’extrême droite et les religieux 

                            Aussi, comprenons que socialiste est très souvent un alibi
                            Giórgos Papandréou est le président de l’Internationale socialiste ça ne l’a pas empêché d’être assujetti à la finance 




                            Ci-dessous voir les tribulations en Ukraine d’un véritable collabo fachiste qui pour preuve est allé se faire acclamer par des milices ouvertement anti-sémites

                            UKRAINE jusqu’où ira BHL : Voir ICI . Lugsama quand pensez-vous ?
                             









                          • phan 6 septembre 20:43

                            Excellent article,
                            d’autres histoires imbibées de pétrole : Irak, Libye, Soudan, Yémen, Égypte, Iran, Équateur
                            et d’autres histoires imbibées de gaz : Syrie, Liban, Gaza et Ukraine (pour le gaz de schiste)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires