• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ni TSCG ni Europe sociale, il faudra rompre avec l’Union (...)

Ni TSCG ni Europe sociale, il faudra rompre avec l’Union européenne

Au lendemain de la manifestation parisienne du 30 Septembre et à la veille de la probable ratification du nouveau traité européen, chacun se pose la question de savoir que faire maintenant.

La question n'est pas posée seulement à Paris, mais aussi à Lisbonne, à Madrid et partout où les peuples ont engagé le combat contre l'Union européenne, ses plans et ses traités.

Pour qualifier le TSCG, on parle souvent du traité Sarkozy-Merkel, mais le plus juste serait de parler de ce traité comme celui de la Troïka, parce que c'est bien le même sinistre équipage, celui de l'Union européenne, de la BCE et du FMI qui s'apprète à ravager la France, comme il l'a fait de la Grèce, de l'Espagne ou du Portugal.

Dès lors, une première question se pose, peut on revendiquer une Europe sociale alors que ce sont tous les rouages, toutes les institutions de l'Union européenne qui forment une véritable machine de guerre contre tous les peuples d'Europe ?

Quel sens peut avoir cette revendication de 'refondation de l'Europe' si ce n'est constituer le dernier rempart pour protéger l'Union européenne contre la colère des peuples.

La question n'est pas une vaine polémique, mais une question centrale pour toute la lutte des classes en Europe.

Comment penser que la moindre revendication pourra être satisfaite sans exiger l'abrogation pure et simple des mémorandums, des plans et des traités, à commencer par le Traité de Maastricht qui au nom de la concurrence libre et non faussée et des critères de convergence a permis la destruction et à la privatisation des services publics en France et dans toute l'Europe, sans l'abrogation pure et simple du TSCG si par malheur il était ratifié.

Comment un gouvernement qui accepte le carcan du remboursement de la Dette pourrait faire autre chose qu'étrangler les peuples ?

Quelle autre issue pour sauver les peuples de la déchéance que l'annulation pure et simple de la Dette.

 

Une autre question posée est celle de la politique à adopter face à ce gouvernement.

Peut-on prétendre combattre le TSCG et soutenir ou se déclarer solidaire avec le gouvernement qui a pris la décision dramatique de le faire ratifier ?

Peut-on manifester contre le TSCG et comme le Front de gauche voter à l' Assemblée Nationale le Plan Emploi Avenir qui va vouer la jeunesse à la précarité permanente ?

Est-il possible comme les dirigeants officiels de la gauche espagnole de réclamer du gouvernement Rajoy qu'il ouvre des négociations et qu'il organise un réferendum, alors que tout un peuple est debout pour le retrait du plan meurtrier imposé par l'Union européenne, alors que tout un peuple attend de ses dirigeants syndicaux qu'ils lancent enfin un appel à la Grève générale, pas pour des négociations, mais pour la rupture avec les diktats imposés par Bruxelles ?

 

Le Parti ouvrier indépendant a participé à la manifestation du 30 Septembre aux côtés de milliers de travailleurs, d'élus et de syndicalistes de toutes tendances.

Il a participé à cette manifestation, non pour une Europe sociale, mais sur ses mots d'ordre.

Dans la longue série des mots d’ordres repris les manifestants, on a pu en entendre comme « Hollande, Ayrault, l’austérité on n’en veut pas ! » Également, en s’approchant du cortège du POI : « Union européenne, ça suffit ! », « Députés, ne votez pas le traité de la Troïka ».

Bien entendu, la presse 'indépendante' a choisi d'ignorer la présence et les mots d'ordre du POI pourtant bien présents dans cette manifestation.

 

La presse et les médias ont choisi d'ignorer la voix de tous ceux qui ont manifesté pour la rupture avec l'Union européenne.

Il y a une chose pourtant qu'il ne sera au pouvoir de personne d'éviter, c'est le choc frontal qui se prépare avec tous les gouvernements, y compris le gouvernement Ayrault- Hollande .

Il y a une chose qu'ils ne pourront éviter, c'est que des millions d'hommes et de femmes, de travailleurs et de jeunes vont s'engager, sont déjà engagés dans les plus grandes luttes de classes, contre les plans sociaux, contre la misère et les licenciements, pour la défense de leurs droits, pour ne pas voir sombrer la démocratie et la civilisation européenne.

Il est une chose certaine, il n'est au pouvoir d'aucun gouvernement, d'aucun sommet social d'arracher aux travailleurs la Sécurité sociale, celle de 1945, celle qu'ils veulent liquider au nom d'une prétendue Réforme du financement.

En lien, le discours de Daniel Gluckstein, secrétaire national du Parti Ouvrier Indépendant, à l'issue de la manifestation du 30 Septembre


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • eric 2 octobre 2012 11:07

    Alors là, mea culpa . Je suis moi même un « media indépendant » et j’ai rendu compte de ce que j’ai vu à cette manif, par un commentaire à un article d’une certaine Ariane. Et c’est vrai que je n’ai pas parlé de votre présence. Mais il faut dire qu’avec ces noms de groupuscules qui change tout le temps, quant on vit à l’étranger... Pourtant j’ai évoqué le NPA, battant la semelle a nation en attendant son tour.
    Vous, c’était les quelques types qui attendaient à leur gauche ? environ 50 mètre sur le côté du collectif des sans papier ? Oui, je reconnais les drapeaux maintenant.
    En même temps certains revendiquent 300 000 participants ( sic). Vous étiez quoi, quelques dizaines ? Allez Mille. La seule mention de votre présence sur ce site, implique donc une sureprésentation médiatique de votre mouvement au sein de cet évènement.
    Les maliens, on en a pas parlé du tout. Il faut dire que comme vous, ils parlaient, entre eux, une langue étrange et peu compréhensible


    • rakosky rakosky 2 octobre 2012 12:53

      @ eric


      Sans doute la haine qui vous égare ou bien vous sortiez juste de votre bain en écrivant votre lumineuse contribution
      Pour être si peu informé,si ignorant de ce qu’est le mouvement ouvrier ,vous devriez changer de métier,pourquoi ne pas essayer la plomberie,nettoyer la daube dans les tuyaux c’est un beau métier ,presque une vocation

    • rakosky rakosky 2 octobre 2012 12:54

      @ Ariane Walter


      Merci Ariane et bonne journée à vous sous le beau soleil provençal

    • eric 2 octobre 2012 13:43

      C’est curieux ce mépris pour le travail manuel, la plomberie, les ouvriers, le peuple, tous ça.... Vous devriez mettre « Partis indépendant ».
      Mais comme les partis c’est des trucs ou il y a des adhérents, peut être qu’indépendant suffirait.
      J’ai vu que vous vous disiez républicains. Républicains indépendant ? Je crois que c’est libre en ce moment...


    • tf1Goupie 2 octobre 2012 14:03

      « Sans doute la haine qui vous égare... »

      Quand j’ai vu ce commentaire de Rakosky, je me suis dit qu’il y avait erreur, qu’il s’adressait ainsi à Ariane Walter.
      Et bien non, le commentaire suivant qui félicite Mme Walter pour avoir traité Eric de connard, montre que l’auteur encourageait ainsi celle qui quotidiennement bâtit un monument à l’intolérance.
      Le message agressif a été supprimé, mais certainement pas grâce à l’intervention de l’auteur.

      Alors Mr Rakosky comment conciliez-vous discours « social » et agression citoyenne ?
      Vraiment j’ai du mal à comprendre quelles sont vos vraies convictions.


    • eric 2 octobre 2012 14:35

      Merci, j’avais raté le message en question, je comprends mieux . L’une me qualifie comme vous le rapportez, l’autre me conseil de devenir ouvrier, ils se congratulent. Y a pas, quand ils ne font pas gaffe, tous ces fonctionnaires « engagés » ne parviennent pas à cacher ce qu’ils pensent du monde du travail.


    • Ariane Walter Ariane Walter 2 octobre 2012 19:43

      Alors Eric et TF1, les deux clébards, on se gratte les puces ?

      Vite, vite, répondez...J’ai hâte !


    • Ariane Walter Ariane Walter 2 octobre 2012 19:45

      « Celle qui quotidiennement bâtit un monument à l’intolérance »...
      Ahahahahahaha !!
      C’est du Hugo ????


    • tf1Goupie 2 octobre 2012 20:06

      C’est du frère naturel et resté inconnu du grand Victor : Walter Hugo.

      Car Walter est ma muse pour me suggérer des agressions envers les commentateurs dont on n’a pas envie d’écouter les arguments : un petit « connard » par ci, un « planqué-n’a pas de couilles » par là, relevés éventuellement d’un bon repliage des familles.

      Des saillies légendaires affirmant que l’auteure est la voix du peuple et que ceux qui ne sont pas d’accord avec elle sont des cons, des sur-cons ou bien des hyper-cons (mais là je résume, hein).

      Bref, je l’aime bien le Walter Hugo ...  smiley


    • rakosky rakosky 2 octobre 2012 20:48

      @tf1Goupie


      Je partage très peu des points de vue d’’Ariane,je polémique souvent avec elle et je suis souvent agacé par son lyrisme et ses emportements
      Il reste qu’elle ouvre souvent de vraies discussions et que ses articles méritent mieux que les injures ou provocations diverses,il faudrait que chacun fasse en sorte qu’Agora reste une tribune de libre discussion et de confrontation des idées et pas un concours de grossiereté

    • eric 2 octobre 2012 21:17

      « la haine qui vous égare, si peu informé,si ignorant essayer la plomberie,nettoyer la daube » On nage dans le « libre discussion » et la« confrontation des idées » Je retiens cependant que c’est vraisemblablement vous qui avez fait supprimé le message d’Ariane avant que je ne puisse le lire. C’était vraiment grossier à ce point ?


    • eric 2 octobre 2012 21:20

      Walter http://www.youtube.com/watch?v=h1MsB58tFr4 Et oui, cela se nomme la convivialité et le lien social, évidemment cela laisse moins de loisirs pour la militance et la manifestance. C’est égal, nous poursuivrons la défense le peuple contre ses prédateurs. la lutte est un combat


    • rakosky rakosky 2 octobre 2012 21:56

      @ eric


      Voila ce qu’un journaliste indépendant aurait du voir,voila ce qu’une presse libre aurait du au moins rapporter
      Ne vous déplaise ,bien plus que ’quelques types sur un trottoir’comme vous le dites

    • tf1Goupie 2 octobre 2012 22:12

      @ L’auteur,

      Vous dites : " il faudrait que chacun fasse en sorte qu’Agora reste une tribune de libre discussion et de confrontation des idées et pas un concours de grossiereté ..."

      Alors pourquoi dites vous Merci Ariane quand elle se borne à traiter quelqu’un de connard ??
      C’est vrai que le message a disparu ...


    • lionel 3 octobre 2012 09:51

      Dans une video sur Marion Sigaud que l’on peut voir sur E et R, on peut voir qui est vraiment Merluchon, agressif, manipulateur, méprisant... Jusqu’à maintenant j’avais une certaine sympathie pour Ariane Walter mais elle se comporte actuellement comme son gourou. 


      Réveillez vous Ariane, car l’agressivité est aujourd’hui dans votre camp, la résistance se construit au delà des petites querelles lorsque la démocratie Nationale est en danger. Le CNR était composé de sensibilité différentes unie par la Nation et la démocratie où vous et les autres peuvent vivre le débat et la divergence. Comme le dit Asselineau, la société est composée de personnes plutôt traditionalistes et d’autres progressistes. 

      Sortie de l’Euro, Sortie de l’Europe, l’intérêt de la Nation d’abord !

    • jaja jaja 2 octobre 2012 11:28

      Rupture avec l’UE et tous les traités existant oui mais repli nationaliste derrière le drapeau bleu-blanc-rouge où l’écharpe tricolore porte par un Maire du POI (Schivardi ?) Non !

      Je replace mon commentaire répondant à l’article aux connotations d’extrême droite publié ce jour sur Avox  :"Le Front de gauche, la mystification des euros fédéralistes... étant donné que ma critique est la même pour vous... Dans cette période de crise que d’alliances objectives douteuses ne verra-t-on pas....

      l reste à gauche des forces conséquentes qui se réclament de la construction européenne, selon eux pervertie par les «  libéraux  ». En fait, l’Union européenne, telle qu’elle est, est un édifice construit contre les peuples et les travailleurs d’Europe.

      Dès le Traité de Rome (1957) qui est l’origine de l’UE actuelle la «  construction européenne  » avait d’emblée comme pierre angulaire la libre concurrence, le « libre marché » capitaliste.

      Pourtant l’Europe est la bonne échelle du combat des travailleurs européens. Mais rompre avec cette UE, dénoncer tous les traités existants construire une Europe sociale ne se fera pas en douceur...

      Sortir de l’Euro peut-être une nécessité pour un peuple européen qui serait le seul à s’être soulevé, à s’être emparé du pouvoir..... Néanmoins présenter la sortie de l’Euro comme la panacée est un leurre....

      Outre le fait qu’il s’agit d’une mesure agressive visant à redonner à « son » capitalisme des parts de marché au dépens de ses voisins grâce à la possibilité de dévaluer (sauf si tous les pays sortent de l’euro évidemment) cela entraînera deux conséquences néfastes...

      1) l’accroissement de la dette extérieure qui sera immédiatement augmentée du taux de dévaluation...
      2) Une augmentation du prix des importations se répercutant sur l’inflation..... Jacques Sapir qui a établi un plan de sortie de l’Euro reconnait que « l’inflation imposera des dévaluations régulières (tous les ans ou tous les 18 mois) » pour maintenir le taux de change.....
      Toutes les situations de dévaluation de la monnaie ayant entraîné à peu près partout une austérité accrue pour les travailleurs....

      Avant cette sortie possible et de dernier recours de la monnaie unique un gouvernement des travailleurs pourrait déja prendre des mesures qui la rendront possible sans catastrophe pour les gens du peuple....

      1) Socialiser toutes les banques en expropriant, sans indemnités ni rachat, les gros actionnaires (à l’échelle nationale faute de pouvoir le faire, dans un premier temps, dans toute l’Europe.....

      2) Refuser de payer la dette détenue par les capitalistes...

      3) Socialiser les secteurs de l’énergie, de la santé etc...

      Populariser ensuite ces ruptures auprès des populations européennes afin d’être suivis et imités par les travailleurs des autres pays de l’Union.....

      Là nous aurions une vraie rupture avec le capitalisme et non pas la seule sortie aventureuse de l’UE et de l’Euro au profit de l’oligarchie capitaliste exploiteuse dite « nationale »
      Rien n’unit le prolétaire et le bourgeois, le travailleur et son maître.... Dépasser le cadre de la Nation est une nécessité historique pour les travailleurs....


      • rakosky rakosky 2 octobre 2012 13:01

         jaja


        Vous me décevez ,vous l’ami des rebelles syriens,à force de courir après les staliniens ,on finit par attraper de vilaines manières et tenir des propos qui n’auraient pas déparer l’Humanité de la grande époque,avant que le petit père des peuples soit arraché à l’affection des siens
        Vous êtes sur une trajectoire qui va vous mener loin ,très loin,bonne route à vous...

      • jaja jaja 2 octobre 2012 13:28

        Marrant ça on nous crache à la gueule dans un article entier et on chouine si il y a réplique....

        Oui je soutiens les Révolutions arabes de l’Arabie saoudite à la Syrie... Je soutiens également le droit à la lutte armée du peuple palestinien contre le colonialisme sioniste.... Les dictatures arabes que vous soutenez ont toutes combattues la Résistance palestinienne.... Ce que fit le boucher Assad Père au Liban en 1976 écrasant les Camps Palestiniens avec le soutien de l’extrême droite phalangiste et des sionistes. Vous avez oublié ? Pas moi... j’y ai perdu un ami...

        En 40 ans combien de coups de fusil des Assad pour libérer le Golan ? Zéro.... On disait d’Assad « Lion au Liban et lapin au Golan »...

        Par contre des troupes syriennes au côté des impérialistes Yankees lors de la seconde Guerre du Golfe vous avez aussi oublié ? Vous voulez faire passer cette dynastie de collabos pour anti-impérialiste comme le fait toute l’extrême droite ?

        Bon mais ce n’est pas le sujet.....J’arrête ici....


      • Fergus Fergus 2 octobre 2012 17:15

        Bonjour, Jaja.

        Je suis à peu près sur la même ligne que vous. J’ajoute ceci, notamment à l’attention de Rakosky (que je salue) : ce qu’un traité a fait dans le cadre de l’UE, un autre traité peut soit le défaire, soit l’amender.

        C’est pourquoi je crois toujours possible et souhaitable une évolution significative de l’UE vers un modèle social beaucoup plus en harmonie avec les attentes des classes populaires. Si la convergence des luttes amorcées, dans le cadre de la révolte contre les néolibéraux cyniques qui actuellement sont aux manettes réussit, pourquoi serait-il vain d’espérer modifier profondément cette Union ?

        Sortir de l’UE serait actuellement la pire des solutions, et la source de très graves désordres sociaux et économiques dont la droite revancharde et agressive pourrait tirer parti en imposant un régime autoritaire, probablement plébiscité par de larges parts de l’opinion. Ne jouons pas les apprentis-sorciers !


      • Fergus Fergus 2 octobre 2012 18:54

        @ Sampiero.

        Je crois effectivement qu’il y aura des annulations partielles de dette et un assouplissemnt des règles du TSCG, d’ailleurs prévu dans le texte. Pour une raison simple : l’Allemagne n’aura pas le choix, sauf à sombrer avec ses voisins.

        Bonne soirée.


      • rakosky rakosky 2 octobre 2012 21:28

        @ Fergus 


        Comme vous le savez peut être,le POI participe avec d’autres militants à la constitutions de comités unitaires contre la ratification du TSCG
        Dans ces comités ,beaucoup de militants du Front de gauche ou du PS et encore d’autres courants qui ne partagent pas le point de vue du POI sur l’Union européenne
        Au delà de cette discussion qui est naturelle et doit se poursuivre,chacun peut comprendre l’urgence et la nécessité de rassembler nos forces dans un combat commun sur ce qui nous rassemble,,le combat contre la ratification et demain pour l’abrogation du TSCG et le refus de sacrifier les revendications à je ne sais quelle Union nationale

      • Robert GIL ROBERT GIL 2 octobre 2012 11:33

        La contradiction fondamentale de l’euro et de l’Union européenne est une monnaie unique sans État, un espace de «  concurrence libre et non faussée  » sans politique économique commune, c’est-à-dire des constructions largement artificielles qui n’aboutissent qu’à consacrer la loi du plus fort, tout en développant des déséquilibres qui à terme menacent la stabilité de l’ensemble. Or, pour essayer maintenant de sortir de ce piège, les capitalistes et les gouvernements de la zone euro et de l’UE ne proposent qu’une fuite en avant, aggravant leurs caractéristiques antisociales et antidémocratiques. Les diverses solutions envisagées de «  fédéralisme  » conduisant à des «  abandons de souveraineté  » ne feraient que dessaisir davantage les peuples de la maîtrise de leur destin, tandis que la «  règle d’or budgétaire  » que le dernier sommet européen entend imposer ne conduirait, partout, qu’à davantage d’austérité et de misère........

        voir :http://2ccr.unblog.fr/2012/01/04/sortir-de-l%E2%80%99euro-ou-du-capitalisme%E2%80%89/


        • Scual 2 octobre 2012 11:48

          Il est débile de penser que le problème est Européen alors qu’il est au moins autant national.

          On ne peut pas sortir de l’Europe ni de la France d’ailleurs. Ce n’est pas comme ça que ça marche.

          Alors soit on fait les institutions que l’on veut en réformant radicalement ce qu’il faut et à toutes les échelles où c’est nécessaire, soit on n’obtiendra rien du tout.

          On ne est à la cinquième République et il en faut une sixième... heureusement que chaque région ou même chaque commune n’a pas été assez débile à chaque fois pour sortir de la France !


          • Capone13000 Capone13000 2 octobre 2012 12:10

            Rappelons que l’UPR de François Asselineau demande depuis 2007 que la France sorte de l’Union Européenne de l’euro et de l’OTAN


            • jaja jaja 2 octobre 2012 12:21

              Vous voulez fusionner avec le POI ? smiley


            • lionel 3 octobre 2012 10:03

              Le discours d’Asselineau est de très loin le plus cohérent de toute la classe politique et le seul qui tend à réunir des sensibiltés différentes autour d’une idée de la nation qui nous redonne une dignité entre Le Pen la fausse nationaliste et Merluchon le faux révolutionnaire. En dénonçant les stratégies de diversion anti-musulmans, il peut de même rassembler au delà des problèmes religieux sur le socle républicain et citoyen. 


              Sortie de l’Euro, sortie de l’Europe.

              Lionel est un Français, certainement pas fier de l’être mais Français et qui doit l’assumer. Je refuse d’être un Européen, cela n’existe pas et je refuse de diluer notre « karma collectif » dans la soupe européiste.

            • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 2 octobre 2012 13:14

              un petit voyage de formation chez le militaire guitariste chavez ?
              aller simple low cost pour les plus fauchés (notez l’ironie de la compagnie aérienne !)

              Bon voyage et adieu les rêveurs !


              • pjf971 2 octobre 2012 17:07

                Rompre avec l’Union européenne ?
                C’est vraiment n’importe quoi !


                • Aldous Aldous 3 octobre 2012 09:05

                  D’autant plus que c’est le contraire qui se passe : c’est l’UE qui rompt avec les peuples !


                • Fergus Fergus 3 octobre 2012 09:38

                  Bonjour, Aldous.

                  Non, ce n’est pas l’UE qui rompt avec les peuples, mais une oligarchie que nous avons portée au pouvoir. A nous, les peuples, de virer ces gens, si nous en sommes capables, pour construire autre chose.


                • Luxum Luxum 3 octobre 2012 11:38

                  Si l’oligarchie qui dirige l’UE rompt avec les peuples c’est que l’UE rompt avec les peuples, Fergus. Généralement quand on désigne un pays c’est son gouvernement qu’on désigne.
                  Les directives prisent par l’UE (et donc pas ses dirigeants oligarques) sont contre les intérêt des populations de l’UE (TSCG, INDECT, etc...) donc oui, l’UE rompt avec les peuples.


                • Cassiopée R 2 octobre 2012 19:35

                  Le capitalisme concentre les richesses, les 1% réalisent des bénéfices si colossaux, que le problème de la répartition des revenus se posent.


                  La répartition territoriale du capitalisme a créé des sources d’approvisionnement éloignées géographiquement pour les habitants. De plus, ses centres commerciaux avec leurs supermarchés de grande taille génèrent des profits très élevés et des salaires faibles pour ce qui y travaillent, une répartition des revenus très inégales, favorisant les nantis.


                  L’éloignement de la distance pour l’accès aux produits, comme boire, manger, l’hygiène et les produits de première nécéssité, ont concentrés les richesses, entre les multinationales. Celles-ci ont commencé par prendre les marchés de proximité, petits commerces ou artisans, ils n’ont pu faire face à la concurrence (déloyale) des multinationales, soutenus par les politiques de tous bord (sinon marginal).


                  Le fait qu’autant d’accès aux produits se situe en périphérie, et sur une surface proche, a de facto créer une dépendance à l’utilisation d’énergie (sur le marché de l’énergie) pour consommer, et à ses prix. Le prix du pétrole changeant constamment, donc profits colossaux à la clé, et krach économique, provoquant une crise de société.


                  Le centre commercial avec grande surface regroupe un hypermarché et un assemblement de grandes marques. Ce sont les seuls pouvant financer les prix pour s’installer, les commerces à son compte sont exclus, et n’ont aucune chance d’être majoritaire. De plus, sur cette surface géographique d’achats, la fabrication locale reste marginale.


                  Cette surface de concentration de multinationales et le vide de commerce de proximité (à son compte) en centre ville permets de manipuler les prix pour augmenter ses bénéfices, station essence comprise. Et non seulement, les salaires ne suivent pas, et sont revus à la baisse ou écraser, mais en plus, les contrats précaires sont la norme actuelle de propositions de contrats.


                  Comme le profit est la donnée principale, le reste étant juste une variable d’ajustement. L’expansion, par l’implantation géographique, est le moyen de développement sans la moindre limite. Des aspects de la société comme la limitation des ressources naturelles disponibles (climat ou environnement) ou une meilleure redistribution des revenus pour la cohésion sociale (ou sa stabiliter) sont inexistantes, afin de réaliser des sommes accumulées de profits.


                  • logan 2 octobre 2012 21:31

                    @ L’auteur

                    Le repli nationaliste n’est pas une solution.

                    Il existe de nombreux enjeux internationaux qui, j’espère que vous le comprenez, nécessitent que l’on s’accorde avec les autres pays.

                    Je pense notamment à l’écologie, le partage des ressources de la planète, les échanges économiques, la finance ( les monnaies ), la paix etc ... etc ...

                    Ce ne sont pas des enjeux de moindre importance vous en conviendrez. Il se trouve même qu’ils sont certainement parmi les plus importants au contraire.

                    Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on a pu voir les institutions internationales se multiplier, justement pour traiter de ces différentes questions.
                    Elles se sont toutes construites sur le même type de relations entre les pays, c’est à dire à partir de relations inter gouvernementales.

                    Abandonner ces questions hyper importantes aux seuls gouvernements, c’est donc les abandonner ces questions à des ministres, à des hordes de diplomates, et à une armada de technocrates qui conseillent nos ministres et concrétisent leurs décisions ... C’est à dire les abandonner à tout un groupe de personnes qui ne sont pas élues.

                    On le voit notamment avec le traité européen qui a été écrit par une commission opaque, principalement composée de technocrates et de politiciens sans aucune légitimité populaire pour effectuer cette tâche.

                    Tous ces gens, c’est connu, sortent des mêmes écoles, ils ne se côtoient qu’entre eux, et font des enfants entre eux et ils vivent la plupart du temps dans les palais dorés somptueux que l’on a choisit pour institutions. Ils rencontrent évidemment régulièrement les personnages influents, qu’ils soient issus de la finance, des médias ou des affaires industrielles.

                    Ils forment un groupe déconnectés de la réalité du reste de la population.

                    Où est-ce que je veux en venir me direz-vous ?

                    Je veux en venir au fait que ces gens forment tout simplement ce qu’on appelle une oligarchie. Qu’il y a un lien évident entre le fait qu’on abandonne des questions politiques aussi importantes à cette oligarchie et le fait que nous nous sentions de plus en plus impuissants et dépossédés de nos droits politiques en nous voyant imposés des tas de politiques nocives pour le peuple mais aux intérêts évidents pour ces « élites », leur pouvoir et leurs privilèges.

                    Je veux vous faire comprendre qu’il n’y a rien d’étonnant si on choisit de traiter ces questions au travers d’institutions inter gouvernementales de se retrouver 80 ans plus tard avec une oligarchie au pouvoir et toute une société axée sur l’idéologie néo libérale.

                    Vous proposez de quitter l’UE d’accord ... Mais pour faire quoi à la place ? Les mêmes questions internationales continueront de se poser. Que proposez-vous ? De refaire la même erreur que nos ainés après 1945 ?

                    Il y a des alternatives, beaucoup plus démocratiques. Par exemple on peut élire des gens directement pour s’occuper de ces questions. C’est toujours mieux que de les abandonner à une oligarchie ...

                    J’espère que vous comprenez pourquoi la question sur l’avenir de l’UE et de la France n’est pas aussi simple que vous le croyez. Il ne suffit pas de sortir de l’UE non désolé ... Le front de gauche défend une autre construction européenne. C’est en partie pour cette raison. Elle est suffisante.
                    Mais il y en a plein d’autres.

                    Désolé pour la longueur du message ;) Merci.


                    • lionel 3 octobre 2012 10:13


                      @ Logan

                      Le repli nationaliste n’est pas une solution.

                      Il existe de nombreux enjeux internationaux qui, j’espère que vous le comprenez, nécessitent que l’on s’accorde avec les autres pays.

                      Comment s’accorder avec d’autres pays si vous même vous n’existez pas en tant que pays ? L’idée nationale ne signifie pas repli sur soi mais acceptation de soi, reconnaissance de ce qui fait notre altérité au sein des communautés humaines. La définition de la France n’est pas terminée... 


                    • logan 3 octobre 2012 17:53

                      Pas plus que je ne confonds la liberté et le libéralisme, je ne confonds pas la nation et le nationalisme.

                      On peut très bien être attaché à la nation et en même temps ne pas être nationaliste. Encore heureux !
                      Ce n’est pas parce que l’on passe des accords avec les autres pays ou parce que l’on décide des choses ensemble que ducoup la France disparait.


                    • rakosky rakosky 2 octobre 2012 22:25

                       logan (


                      J’ai lu avec beaucoup d’attention votre commentaire,j’y trouve beaucoup des préoccupations exprimées par des camarades du Front de gauche

                      Je souhaite vous répondre au moins sur deux points
                      En premier lier,nos positions divergentes sur l’Union européenne ne doivent pas faire obstacle au combat commun que nous pouvons engager contre la ratification et demain pour l’abrogation du TSCG

                      En second lieu,l’expression exacte que j’emploie ,qui est celle du POI,n’est pas ’la sortie de l’Union européenne ,mais la rupture avec l’Union européenne,ce qui n’est pas tout à fait la même chose.
                      Concrétement ,nous pensons que la résistance des travailleurs ,leur volonté de défendre les acquis sociaux ,de s’opposer aux fermetures de classes ou aux suppressions de postes,se heurte immanquablement aux institutions et aux exigences de l’Union européenne
                      Nous pensons aussi que les dirigeants vont devoir choisir,que la soumission à l’Union européenne ne peut les emmener qu’à se dresser contre toutes les revendications
                      De manière encore plus précise,l’arrêt des privatisations ,la renationalisation et le rétablissement du monopole des services publics,l’abrogation de la Réforme Fillon des retraites,toutes ces revendications sont incompatibles avec l’ensemble des traités européens et que pour les satisfaire il faudra donc rompre avec eux

                      J’ajouterai un dernier point ,j’ai sans doute le même attachement que vous à la civilisation européenne et je pense que l’Union européenne n’est pas le preoduit de cette civilisation,mais bien au contraire la pire menace qui n’ait jamais pesé sur elle 
                      Cordialement Rakosky

                      • logan 3 octobre 2012 08:24

                        Oui rompre c’est un terme que nous utilisons aussi, mais nous assumons de défendre une réorientation de l’union européenne.

                        Et nous essayons d’ouvrir une voie politique dès maintenant, nous nous refusons d’attendre que la situation se dégrade encore plus à espérer un soulèvement des travailleurs et un blocage du pays, nous ne sommes pas pour la politique du pire.

                        Personnellement je ne crois pas à l’existence d’une civilisation européenne. Je crois que l’Europe au contraire est riche de diverses civilisations différentes.


                      • FRIDA FRIDA 2 octobre 2012 23:05

                        « toutes les institutions de l’Union européenne qui forment une véritable machine de guerre contre tous les peuples d’Europe »

                        c’est en cela que je trouve que Mélenchon joue un rôle pour le moins ambigue et pourtant c’est un loup de la politique qui n’est pas né de la dernière pluie.
                        encore aujourd’hui nous dit que « les maques tombent » en paralant de Ayrault comme si les caciques du PS avaient encore des maques, en est même grotesque et risible.
                        Hier sur France Inter se refusait à dire qu’il était opposé au gouvernement, pourtant c’est bien CE gouvernement et cette majorité socialiste pour les quels a demandé à ses électeurs de voter sans conditions et sans rien demander, c’est bien ce gouvernement et cette majorité qui vont voté ce TSCG pour le quel il demande à manifester. Et après, il nous explique comme quoi il suffit juste d’emprunter à la BCE, en faisant l’impasse sur tout l’arsenal institutionnel qui nous enchaine.
                        http://www.20minutes.fr/politique/1014261-traite-budgetaire-europeen-droite-aussi-nonistes
                        « Lui, son problème, c’est l’austérité. Nous, c’est l’abandon de souveraineté. Il y a une lecture socialiste et une autre, nationale, du traité. »


                        • logan 2 octobre 2012 23:24

                          Frida, c’est de la politique politicienne.

                          Le front de gauche cherche à devenir la principale force politique de gauche du pays, et donc à passer devant le PS. Pour cela il a besoin du soutien des millions de personnes qui votent aujourd’hui pour le PS. Le front de gauche est obligé de tempérer ses propos vis à vis du PS afin de garder un pont ouvert entre les deux formations.

                          De plus, se positionner comme des ayant droits plutôt que comme des opposants agace les dirigeants du PS au plus haut point. Mélenchon ne manque pas une occasion de rappeler qu’Hollande n’aurait jamais été élu sans l’aide des gens qui ont soutenu le front de gauche au 1er tour de l’élection présidentielle et qu’il est anormal que le gouvernement refuse, comme Hollande et le PS avant et pendant la campagne présidentielle de débattre. Cela pousse les dirigeants du PS à la faute. On a pu voir notamment Ayrault répondre à Mélenchon qu’il n’était pas digne de lui parler car il n’avait été ni élu président ni élu député. Mépris que notre porte parole s’est empressé de retourner à son avantage en répliquant que peu de monde était donc digne de parler avec le 1er ministre.

                          Tout cela c’est de la tactique politicienne. Eux veulent faire passer le FDG pour des extrémistes. Le FDG fait tout pour démontrer aux gens qui votent PS que c’est faux et que les solutions ne sont pas au PS.


                        • logan 2 octobre 2012 23:33

                          Sinon il n’y a aucun arsenal institutionnel qui nous enchaîne, c’est une illusion.

                          Un homme peut enchainer un autre homme d’accord ! Mais un bout de papier ça n’enchaine personne ...

                          Si notre peuple décide souverainement de permettre aux états d’emprunter directement à la banque centrale, la seule chose qui bloquera c’est la volonté des autres gouvernements. Les bouts de papiers des traités européens n’auront aucun poids.

                          Ce qui a été fait peut être défait, fort heureusement, il n’y a rien qui est immuable.


                        • FRIDA FRIDA 2 octobre 2012 23:49

                          @Logan
                          votre commenataire n’est pas de tout convaincant. Lui il fait de la politique politicienne et vous de sophisme. 
                           
                          Pousser le PS à la faute ? comme si le PS n’a pas commis la péché mortel en votant le traité de Lisbonne. Après avoir tout fait (Déjà Hollande que le même Mélenchon avouait qu’il n’était pas fiable à propors d’une motion) pour que les électeurs votent oui pour le traité constitutionnel, bien qu’ une large majorité ait dit non, mais il a balayé avec un tel dédain ce vote en ratifiant avec la droit le mini traité.
                          Alors quand vous me parler de faute ...
                          je le dit souvent, l’erreur est humaine, persévérer est diabolique
                          il fallait donner une leçon qu’ils ne puissent pas l’oublier de sitôt, une alliance entre l’extrême gauche et l’extrême gauche. Après tout, le PS et l’UMP s’allient facilement contre le peuple et la nation pour faire passer s’abord les intérêts de la finance.
                          la crainte d’un national socialisme les fera entendre raison.


                        • FRIDA FRIDA 3 octobre 2012 00:03

                          je parlais d’alliance entre l’extrême gauche et l’extrême droite, pour donner le national socialisme.
                          et je pense qu’à terme et force de persister dans leurs errements, ils finiront par l’avoir ce cataclysme. Qui joue avec le feu se brûle.


                        • logan 3 octobre 2012 08:14

                          ok vous êtes fan des nazis, au moins c’est courageux de l’avouer

                          et bien nous non

                          l’extrême droite doit rester dans les poubelles de l’histoire


                        • Montagnais Montagnais 2 octobre 2012 23:44

                          Admirable conversation entre intellectuels distingués, très-argumentée et documentée, ironie soit qui mal y pense, mais..


                          - Le rafiot coule, vous avez noté ? fuit de partout, dévasté, dégueulassé de bout en bout, couvert de plastoc et de déchets..

                          - Rats, soutiers, petit personnel ancillaire et esclaves de cales en viennent au dents partout

                          - Les nantis, bedonnants bien nourris, étourdis sénateurs, enjoués députés, « français », « européens », ministres, les capitalistes, les caïd de l’industrie de la réclame et de l’amusement publique, du « sport », les requins du pognon, Tapie, Obama, Lady Gaga, Johny, Segala, milliers de prédateurs, les prétendants du luxe.. y peuvent plus rien eux-mêmes..

                          ..continuent à danser, se payer la fiole, Saintroper frénétiquement à plus puis, queuedechique sur vos belles paroles.. Seriez-vous dupes ?

                          Alors, le TSCG, l’Europe sociale.. serait-ce encore sujet ?

                          Y’a pu que les CDS qui intéressent. 

                          Consummatum est.. C’est avant qu’y fallait pas embarquer sur ce fantôme.. Y’a pu rien à faire, qu’à continuer à consommer.

                          Ou a quitter le rafiot, qui peut.

                          • Lavine 3 octobre 2012 09:37

                            J’ai tendance à penser que nous n’avons absolument pas intérêt (nous : la population « courante », autrement dit « le peuple ») à batailler pour sortir de l’Europe et/ou son éclatement, nous risquerions le cas échéant d’avoir une nouvelle bataille à mener contre l’opposition organisée des peuples entre eux ( je me fais comprendre ? pas sûr). La guerre est également un moyen de combattre physiquement les opposants à l’ordre économique actuel.

                            Quant à la résignation prônée par certains, eh bien... c’est sûr, c’est un choix personnel, n’est-ce pas, ce n’est pas le mien.

                            Une pétition citoyenne contre le TSCG sur le site Avaaz qui pourrait ouvrir sur toujours plus de liens citoyens avec nos petits copains européens :

                            http://www.avaaz.org/fr/petition/NON_a_lausterite_perpetuelle_en_Europe_3/?cToLxdb

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rakosky

rakosky
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès