• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nœuds gordiens : Afghanistan - Pakistan - Irak

Nœuds gordiens : Afghanistan - Pakistan - Irak

Dans la nuit du 7 au 8 octobre 2001 les bombardements américains surprennent les talibans les contraignant à se replier dans les provinces du sud ; celles du nord abritant les « brigades internationales » d'Al-Qaida. Le 13 novembre 2001, les troupes de l'Alliance du Nord alliées aux Occidentaux font leur entrée dans Kaboul. Le 27 une conférence inter-afghane réunit les différentes factions de l'opposition aux talibans sous les auspices de l'ONU, à Bonn (Allemagne). Hamid Karzaï (un Pachtoune) est placé à la tête d'un gouvernement provisoire et la force internationale sous mandat de l'ONU et commandement de l'OTAN.

JPEG

Lorsque les armées de la coalition arrivèrent en Afghanistan, une partie des jeunes Afghans en furent d'abord ravis. Il leur était interdit d'écouter de la musique, de danser (cela évoque le calvinisme) et les femmes se devaient de porter la tenue traditionnelle. Le vent va vite tourner au désavantage de la coalition. Le mouvement taliban est un mouvement d'inspiration Wahhabite originaire d'Arabie Saoudite et qui a du Coran une interprétation littérale. Le Wahhabisme divise le monde en Dar-el-Islam (la maison de l'Islam) où règne la loi coranique, et Dar-al-Harb (la maison de la guerre) la partie peuplée d'infidèles qu'il faut soumettre au califat.

Les États-Unis veulent la peau d'Oussama Ben Laden qui aurait trouvé refuge dans un bunker aménagé au fond d'une immense grotte à Tora-Bora, localité située dans le sud-est de Kaboul. La presse en publie les plans, il ne manque que l'adresse... Le complexe qui a été construit dès le début des années 1980 a une capacité d’accueil de 1.000 personnes et dispose : de salles de commandement, d’ascenseurs, de sorties secrètes, de portes blindées piégées, d'une armurie, etc. Comment les journalistes ont-ils pu se laisser berner et publier de telles inepties reste une vraie question...

A l'automne 2002 la coalition et l'OTAN peuvent considérer que leur mission est accomplie. Les talibans (étudiants) sont traqués dans leur réduit montagnard et Al-Qaida s'est replié dans les zones tribales du Pakistan. On avance le chiffre de 20.000 hommes entraînés militairement qui se sont volatilisés ! L'islamisme va gangrener le Pakistan qui compte de très nombreuses madrassas (écoles coraniques), et le président Mucharraf d'échapper à plusieurs attentats. Quant à la sécurité du président afghan Hamid Karzaï (de 2004 à 2014), elle relève des occidentaux, car la défiance règne entre coreligionnaires depuis l'assassinat du commandant Massoud.

George Bush Jr veut poursuivre le travail de papa et en finir avec le dictateur irakien Saddam Hussein. Lors des préparatifs de l'intervention américaine en Irak on évoque un second Stalingrad. La capitale est défendue par trois cercles. Le premier aligne 3 divisions, le deuxième, les forces de la garde républicaine spéciale chargées de combattre en milieu urbain peu dense, et le troisième cercle, les commandos feddayin. La ville doit être minée et des fossés remplis de pétrole enflammé aveugler l'assaillant, des barricades renforcées de RPG-7 pour s'opposer aux blindés, et des groupes extrêmement mobiles capables de se replier par les égouts ! Que nenni.

Le 9 avril 2003 l'armée fait son entrée à Bagdad. Cela va être le chaos, guérilla urbaine chiites contre sunnites, et Washington va délaisser quelque peu l'Afghanistan. Le 9 avril 2004 Nicholas Berg est enlevé dans les environs de Bagdad et exécuté par Zarkaoui. La vidéo de l'exécution est diffusée sur le site web d'Ansa-Al-Islam. La victime porte une combinaison orange comme celle que portent les prisonniers de Guantanamo, et un terroriste lit devant la caméra la sentence et de fustiger les États-Unis avant de décapiter le jeune homme. Le 17 octobre 2003, Zarkaoui, ou plutôt le Twal Djihad, fait allégeance à Ben Laden et adopte le nom de Comité Al-Quaida pour le Djihad en Mésopotamie.

Comment le Raïs Saddam Hussein peut-il survivre à l'armada ? La réponse à la question est le « Projet 359 ». Il s'agit d'un bunker dont les plans ont été réalisés à Zurich (Suisse) en 1988 et dont la construction fut terminée par les Irakiens en 1992. Ce bâtiment souterrain de 2.000 m2 peut accueillir 500 personnes ; son point faible ? les conduits d'aération ! Il suffit de les détruire pour rendre l'air irrespirable. Le 13 décembre 2003 Saddam est découvert près de Tikrit dans un réduit de 2,5 mètres sous terre en possession d'armes à feu et de 750.000 dollars. Fin 2004 la justice irakienne le condamnera à la peine de mort pour : génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Il sera exécuté par pendaison le 30 décembre 2006. Le jeudi 8 juin 2006, le premier Ministre irakien avait annoncé la mort de Zarkaoui tué la veille dans une attaque aérienne américaine sur la ville de Baqouba à une cinquantaine de kilomètres de Bagdad.

L’Afghanistan et le Pakistan sont séparés par la ligne de Sir Durand, une frontière de 2.400 kilomètres établie en 1896, délimitation internationale non reconnue par Kaboul. « les Pachtounes pakistanais, les frères des talibans et les Afghans, viennent de l’autre côté d’une frontière qui est plus que poreuse ». Le Pakistan mise sur un pouvoir islamique et sunnite à Kaboul, un régime pro-occidental pourrait nouer une alliance avec l'Inde. Les talibans jubilent. Le contrôle de l'Afghanistan par les forces de la coalition n'est qu'un mirage. Les Américains et Britanniques ont délégué la sécurité des ambassades et la protection de certaines bases et points stratégiques à des sociétés militaires privées. En 2006 et 2007, les marchés de l’Afghanistan et de l’Irak furent évalués à cent milliards de dollars partagés entre une dizaine de sociétés de « contractors » ! L'autorité du gouvernement s'arrête aux faubourgs de la capitale. Les provinces, les clans et les tribus hostiles à une présence étrangère entendent bien continuer à vaquer à leurs affaires. Seul le dollar sert de ligne de vie entre les différentes factions, près de 50 milliards par an versés par la coalition internationale ! On comprend un peu mieux l’Intérêt à faire perdurer le conflit.

La coalition ignorant les us et coutumes vont négocier avec des gens peu recommandables. En 2005, il n'y a pas suffisamment de candidats pour les élections législatives, et les Américains ont promis l'amnistie aux talibans qui déposeraient les armes et rejoindraient le processus de paix afin de leur permettre de se présenter aux élections « démocratiques »... Abdul Salam Rocketi de la région de Qalat est élu. Il s'agit d'un chef taliban recherché comme terroriste !

Le 2 mai 2011, le Président Barack Obama prononce à 23h30 en direct de la Maison Blanche une allocution spéciale devant les caméras de télévision : « Bonsoir. Ce soir, je peux signaler au peuple américain et au monde que les États-Unis ont mené une opération qui a couté la vie à Oussama Ben Laden, le leader d'Al-Qaïda, terroriste responsable de l'assassinat de milliers de femmes, d'enfants et d'hommes innocents ».

La traque d'Oussama Ben Laden est terminée. Le leader charismatique d'Al-Qaïda a été tué lors d'un raid conduit par une équipe de Navy Seals. L'opération « Geronimo » est l'aboutissement de plusieurs années de collectes d'informations et de longs mois de préparation. Le chef d'Al-Qaïda vivait confortablement dans une villa située dans la banlieue d'Abbottabad à moins d'une heure d'Islamabad, la capitale pakistanaise, et à seulement quelques centaines de mètres d'une académie militaire pakistanaise ! C'est dans cette zone résidentielle qu'Oussama Ben Laden occupait une maison de trois étages entourée d'un mur de plusieurs mètres de haut surmonté d'un réseau de fils de fer barbelés et dont le terrain occupait une surface environ huit fois supérieure aux autres propriétés alentours ! La maison évaluée à 250 000 $ construite au cours de l'année 2005 donnait l'impression d'avoir été quelque peu fortifiée. Autres détails insolites, les déchets étaient brûlés et non déposés en vue de leur ramassage, et la maison ne disposait pas du téléphone ni d'Internet.

Les agents de la CIA découvrirent que Ben Laden communiquait avec ses lieutenants par des messagers. La CIA n'en connaissait ni la filière ni les intermédiaires. Un coin du voile se leva en 2007 avec l'interrogatoire de prisonniers qui allaient conduire à la découverte d'Abou Ahmed al-koweïtienne, alias Arshad Khan, homme de confiance d'Oussama Ben Laden qui avait initié le pirate de l'air Mohamed Atta à l'utilisation du courrier électronique. Il fallait s'emparer d'Oussama Ben Laden afin qu'aucun doute ne subsiste sur son identité. L'identification du leader d'Alquaida fut rendue possible grâce à un homme, le docteur Shakeel Afridi. Le médecin organisa une fausse campagne de vaccination contre l'hépatite C dans le seul but de recueillir un échantillon ADN dans la résidence occupée par Ben Laden et sa famille ! La justice pakistanaise le condamnera à 23 années d'emprisonnement.

Dans la nuit du 1 au 2 mai, quatre-vingts hommes des SEALs (acronyme pour sea-air- land et qui signifie phoque) prennent place dans quatre hélicoptères. L'un des appareils connait un incident mécanique. Il est détruit à l'explosif afin que les Pakistanais ne prennent connaissance de la technologie américaine embarquée. Le gouvernement pakistanais n'a pas été averti de l'opération. Les hommes investissent le bâtiment à l'intérieur duquel se trouvent 22 personnes, parmi lesquelles Ben Landen en personne, des membres de sa famille, et ses messagers. Le raid qui n'a duré que 40 minutes a fait quatre morts : Ben Landen, un de ses fils et ses deux courriers. L'identité de Ben Laden fut confirmée par des tests ADN et un logiciel de reconnaissance faciale. Aucun doute ne subsiste sur l'identité de l'homme immergé en mer d'Oman.

Le 21 mai 2016, le chef des talibans afghans, mollah Akhtar Mansour, est tué à bord d'un véhicule dans le sud-ouest du Pakistan. Il était porteur d'un passeport et d'une carte d'identité pakistanais au nom de « Muhammad Wali ». Les autorités estiment à plus de 50.000 fausses pièces d’identité pakistanaises délivrées, en majorité à des Afghans, au cours des dernières années !

Le retrait total des forces armées d'Afghanistan et le démantèlement des bases qui avaient été fixés à la date symbolique du 11 septembre 2021, seront terminés à la fin août. Si certains s'en réjouissent, d'autres regrettent le départ des militaires qui faisaient vivre une petite économie locale. Les fonds de la Banque d’Afghanistan sont gelés et les aides internationales suspendues...

°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 26 août 14:42

    Comment les journalistes ont-ils pu se laisser berner et publier de telles inepties reste une vraie question...

    Vous vous souvenez de la « 4ème armée du monde » ?


    • charlyposte charlyposte 27 août 11:09

      DAECH et une invention amerlocks... tout baigne pour les subventions comme en 2001 smiley


      • charlyposte charlyposte 27 août 11:19

        Va falloir un avenant via PATRIOT-ACT et la fin des libertés une fois pour toutes !!! hum.


        • Ecureuil66 28 août 08:46

          merci pour cet article de synthèse que j’ai trouvé très intéressant ...cette histoire de bunker de ben laden m’avait toujours laissé perplexe et en effet il ne manquait que l’adresse !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité