• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Non M. Valls, Cécile Duflot n’est pas coupable

Non M. Valls, Cécile Duflot n’est pas coupable

M. Valls est à Matignon depuis moins de cinq mois et sa politique ne porte pas les fruits escomptés. Sa popularité décline lentement mais sûrement et tout porte à croire que le Président de la République devra se séparer de lui en 2015. Manuel Valls, qui se voyait peut-être Calife à la place du Calife dès 2017 se trouve déjà en grande perdition : il se fait dorénavant Grand Inquisiteur…

Selon les indiscrétions du Figaro et du Canard enchaîné, il aurait pointé du doigt l’action de Cécile Duflot en tant que ministre du Logement dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault : en cause la fameuse loi ALUR (Loi pour l’accès au logement et l’urbanisme rénové). Celle-ci aurait freiné l’activité du logement et coûterait 0,4 à 0,5 point de PIB, soit la différence entre les prévisions initiales du gouvernement et le niveau de croissance qu’il espère encore atteindre.

Vous pouvez trouver des détails sur les mesures mises en œuvre à travers cette loi ici. Cette loi avait pour but de répondre à la crise du logement générée par plus d’une décennie d’augmentation des prix qui a conduisant à la formation de l'une des plus grosses bulles immobilières du monde occidental. Les dispositifs de cette loi œuvraient à un meilleur encadrement des pratiques du secteur de l’immobilier (un nouveau contrat type est crée beaucoup plus épais mais introduisant une plus grande transparence dans les transactions immobilières), un encadrement des loyers (qui sera limité par la suite à la région parisienne) et des honoraires de location, une garantie universelle des loyers initialement prévue fut abandonnée du fait de la difficulté à la mettre en place. Par ailleurs, l’investissement locatif dans le neuf était également concerné par cette loi puisque le dispositif Duflot, remplaçant du dispositif Scellier, était mis en place : il était en particulier plus restrictif (plafonds de loyers bas rendant inintéressant ce dispositif dans les zones tendues comme la région parisienne) que son prédécesseur. C’est ce dernier volet qui semble être dans le viseur du Premier Ministre.

Je ne reviendrai pas sur le manque d’élégance et de solidarité de la part du Premier Ministre, qui fut tout de même ministre de l’Intérieur sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, et qui à ce titre devrait assumer la politique de son prédécesseur (dont il a fait hypocritement l’éloge lors de la passation). Il avait la possibilité de démissionner s’il jugeait cette loi si nuisible pour le pays (rappelons tout de même que 0,5 point de PIB représente plus de 10 milliards d’euros) mais il ne l’a pas fait. Qui ne dit mot consent !

Je m’attarderai plutôt sur la véracité de son propos : peut-on imputer à cette loi le freinage (tout relatif puisque le point de référence pris étant celui des années de bulle) de l’immobilier depuis trois ans ? En fait la réponse est dans la question. Le freinage de l’économie française en général et de l’immobilier en particulier date de l’été 2011, alors que l’on se trouvait en pleine crise de l’euro. La France se situe dans l’œil du cyclone ; les marchés boursiers font tomber un à un les pays de l’Europe du Sud, Italie comprise et la suivante est selon les dires de tous les analystes la France. Son déficit s’élevait à plus de 7% en 2010 et prévu à plus de 5% en 2011, la dette a explosé en trois ans en augmentant de plus de 20 points de PIB et certains émettent des doutes sur la solidité de son système bancaire. Nicolas Sarkozy qui faisait le fier quelque temps auparavant en faisant pression sur l’Allemagne pour que la Grèce reste dans l’euro, quitte à lui imposer les pires souffrances, se voit obliger d’obéir aux injonctions d’Angela Merkel. Pour sauver l’euro, la France doit se mettre à la diète : Sarkozy est stoppé net dans sa politique clientéliste (ce qui lui coûte la victoire en 2012) et le gouvernement Fillon concocte une série d’augmentations de taxes et d’impôts en tous genres (parfois des virages à 180°) et annonce que le dispositif Scellier ne serait pas prolongé au-delà de 2012. Dans cette annonce, il faut y voir l’emprise allemande (soyons juste, il faudrait plutôt parler de bon sens) qui a sûrement pointé du doigt l’immobilier surévalué comme cause de l’écart compétitif entre les deux pays.

On a trouvé la mère de tout les maux de l’immobilier français : à partir de la fin des années 1990 et jusqu’en 2011, l’indice du prix du logement rapporté au revenu par ménage est multiplié par deux en France métropolitaine, et plus particulièrement par 2,5 à Paris. Une gigantesque bulle s’est formée, aidée en cela par la baisse des taux d’intérêt, permettant un allongement de la durée de l’emprunt ainsi que par les dispositifs fiscaux très généreux. Dans ce domaine, Sarkozy est celui qui est allé le plus loin : Loi Scellier, loi Scellier élargi, PTZ+, défiscalisation des intérêts d’emprunts immobiliers… bref, un amoncellement de mesures pour arriver à sa « France des propriétaires », idée reprise au criminel de guerre G.W Bush faisant l’apologie du prêt subprime lorsqu’il ne commettait pas de crimes contre l’humanité en Irak. Évidemment, sur le coup, c’est une aubaine pour la croissance : la France fait mieux que l’Allemagne sur ce point dans la période 2000-2008 en grande partie grâce au boom de l’immobilier. La dépression immobilière qui vient après l’euphorie annule ces gains artificiels de croissance.

Nous sommes arrivés à la situation suivante : des prix très élevés qui ne baissent que très modérément (la baisse des taux d’intérêt atténuant la tendance) depuis trois ans (hors zone rurale et semi-urbaine) et un marché qui est fermé aux primo-accédants qui ne disposent pas de l’apport nécessaire et dont les revenus sont insuffisants ou trop irréguliers pour pouvoir emprunter. Le marché est donc alimenté par des acheteurs déjà propriétaires, voulant acheter plus grand et qui peuvent soutenir des prix relativement élevés, si les taux d’intérêt restent bas.

Un troisième point doit être relevé : les accords de Bâle III imposent des ratios de sûreté aux banques. Ainsi, les prêts de très longues durées ne sont pas considérés comme des actifs sûrs. Les établissements bancaires ont tout intérêt à limiter les prêts de ce type à des emprunteurs très sûrs, d’autant plus qu’elles ont intégré le fait que le marché immobilier était surévalué. Elles s’attendent donc à une baisse de prix durables : prêter à des profils non sûrs mettrait en péril leur bilan. En outre, les banques qui s’étaient quelque peu retirés du marché immobilier lors de la décennie précédente (au profit des petits investisseurs à la recherche d’un revenu plutôt sûr) pourrait profiter de la baisse pour revenir en force, sécuriser la structure de leurs actifs, et accélérer la chute des prix.

La loi Duflot a certainement quelques inconvénients « bureaucratiques » pour les professionnels de l’immobilier qui s’étaient habitués à des marchés haussiers et des volumes de transaction historiquement élevés, mais ceux-ci ne peuvent expliquer l’atonie du marché (ce ne sont pas cent pages de contrat en plus qui vont refroidir les acheteurs).

Dans un précédent article, j’avais dit que le gouvernement serait tenté de relancer les aides et les défiscalisations dans l’immobilier dans l’espoir pathétique de retrouver quelques dixièmes de croissance, leur permettant de hausser le menton à nouveau. Pathétique, car le gouvernement est contraint dans sa politique économique par la diminution du déficit public. Toute aide massive susciterait le courroux d’Angela Merkel qui ne manquerait pas de remettre une nouvelle fois à sa place l’exécutif français. Toute aide massive pourrait engendrer un regonflement de la bulle, ce qui exclurait davantage les ménages les plus modestes ou pire les dirigeraient vers la spirale du surendettement.

Vous l’aurez compris, le président de la République et son premier ministre veulent toujours « aller plus loin » sans être capable de définir une direction claire : ils veulent diminuer le déficit tout en baissant les impôts et les « charges » des entreprises et sans être capable d’esquisser les économies qui seront faites dans les dépenses. Valls en sous-entendant qu’il faut de nouvelles aides pour le secteur de la construction, va peut-être nous prouver qu’on peut réduire le déficit en diminuant les recettes et en augmentant les dépenses…


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • credohumanisme credohumanisme 21 août 2014 09:31

    La loi ALUR est une catastrophe, Valls est une catastrophe, Duflot fût une catastrophe.

    Jugez cette loi à ces résultats. Dire qu’ils sont éloignés des objectifs qui étaient affichés, ou pour reprendre votre formule qu’il n’y aurait que « certainement quelques inconvénients « bureaucratiques » » me semble être d’un aveuglement terrible.


    • heliogabale heliogabale 21 août 2014 11:22

      Mais l’état actuel de l’immobilier n’a pas pour origine la loi ALUR.

      Les raisons sont :

      1. un immobilier surévalué par rapport aux revenus des ménages
      2. les établissements bancaires ont resserré leurs conditions d’octroi des crédits
      3. les multiples aides à l’accession à la propriété clientélistes de l’ère précédente ont été réduites (et cela a commencé dès la fin du quinquennat précédent).

      Hollande aurait très bien pu faire le choix de ne rien proposer pour remplacer le Scellier.

      En l’état actuel des chose, si on veut relancer l’immobilier, il faudrait :

      -ou bien une chute des prix de l’immobilier (choc récessif à prévoir et mauvais pour les départements qui perçoivent les droits de mutation à titre onéreux)

      -ou bien des conditions d’octroi de crédits plus souple (prêts à trente ans à gogo) avec des taux d’intérêt encore plus bas (soit presque des prêts à taux zéro). Mais la Banque de France juge que les taux d’intérêt sont déjà trop bas et met en difficulté les banques. Et ce serait contraire aux accords de Bâle III.

      -ou bien le retour des aides à gogo —> contraire aux objectifs de réduction des déficits

      Il faut arrêter de vouloir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière. L’immobilier est historiquement une valeur de refuge qui protège contre l’inflation. C’est devenu quasi-spéculatif dans les années 2000 (avec des durées de détention qui baisse, des espoirs de plus-values à court terme dans les meilleurs années).


    • credohumanisme credohumanisme 21 août 2014 13:39

      Les normes sont devenues insupportables (le Poitou classé en zone sismique ...) et ça va empirer avec la prochaine loi sur la transition énergétique.

      Les rendements dans l’immobilier d’habitation sont très faibles et sources de nombreux soucis (copropriété, impayés, absence de liquidité ...). Avec la perspective (et le souhait politique affiché) d’une baisse des prix comment pensez-vous donner envie à des investisseurs ou à des épargnants de devenir propriétaire pour louer ? Rendements médiocres, contraintes et imposition élevée, très faible liquidité, perspectives de moins-values ... il est assez logique que les investisseurs et épargnants cherchent d’autres moyens de placer leurs économies. la loi ALUR n’a absolument pas (bien au contraire) apporté de solution à ces problèmes.


    • heliogabale heliogabale 21 août 2014 14:21

      Si Sarkozy et Fillon n’avaient pas réalimenté la bulle en 2009, on serait presque sorti du tunnel. Là c’est vrai on en a encore pour 10 ans...

      Le souhait politique est celui d’une baisse lente et étalée dans le temps, ce qui laisse une porte ouverte aux investisseurs ayant les reins solides et pouvant supporter des pertes modérées sur une longue échéance.

      Que les investisseurs et épargnants cherchent d’autres placements n’est pas forcément une mauvaise chose pour l’économie française si c’est orienté vers les PMI-PME par exemple.

      Ce n’est pas parce que cette loi n’a rien apporté qu’elle est la cause de la croissance nulle.


    • Le421 Le421 22 août 2014 09:00

      C’est vrai que sous les mandats présidentiels précédents, ça allait beaucoup mieux !!
      mdr
      M’enfin, c’est dans l’air du temps et ça a toujours marché.
      Critiquer les gens en place.
      Au fait !!
      C’est quoi votre solution ??


    • Daniel Roux Daniel Roux 21 août 2014 10:12

      La réalité de la crise immobilière est bien différente que ce que l’auteur imagine.

      C’est quoi l’immobilier ? Un logement pour les uns, un placement pour les autres, une réalité économique dans un environnement fiscal et social complexe pour les financiers, des millions d’heures de travail pour les centaines de milliers de salariés qui y travaillent et pour leurs employeurs.

      De plus, l’immobilier est par définition national, non délocalisable et les propriétaires prisonniers de leur investissement, caution de leur solvabilité et donc une source d’impôts faciles pour l’Etat qui n’a pas l’habitude de se contenir lorsqu’il peut se goinfrer.

      Le fait est que nous manquons de logements, pour les jeunes qui veulent s’installer, pour les pauvres qui n’ont pas les moyens de payer les loyers dans l’immobilier privé, pour les moins pauvres qui sont contraints de se serrer dans un logement trop petit mais qu’ils ont encore les moyens de payer.

      Des logements vides, il y en a beaucoup, mais ce sont des logements à louer à ceux cités ci-dessus, non. La raison est que les propriétaires privés, ceux qui possèdent un ou deux logements ou qui souhaiteraient investir dans le logement locatif sont découragés.

      En premier lieu, tous ceux qui ont eu affaire avec des locataires défaillants. Les raisons de ces défaillances sont nombreuses, chômage, divorce, mauvaise foi... Ce n’est pas le propos de ce commentaire. Sachez qu’il faut un minimum de 2 ans de procédures coûteuses (3000€ d’huissier) pour simplement récupéré son bien sans même tenir compte des recours légaux qui peuvent allonger ce délai de 2 ans supplémentaires, voire plus si le locataire entre dans une catégorie « protégée » : 6 mois pour le référé, 6 mois pour le droit d’expulser, 1 an pour obtenir l’aide de la force publique. Que si ce bien est rendu détérioré, les frais de remise en état sont laissés à la charge du propriétaire, l’usure normale est une notion extensive pour les tribunaux (les juges ont intégré l’image du propriétaire forcément riche et abusif). Que les loyers dus sur ces années ne seront pas payés, des lois généreuses permettant à la Banque de France d’annuler purement et simplement une dette locative liée à un besoin primaire, le logement, au même titre qu’un crédit à la consommation octroyé sans vérification préalable de la solvabilité.

      En second lieu, tous ceux qui voudraient mais renoncent après avoir entendu les mésaventures de propriétaires flouées par la l’Etat, les lois, la justice et la Banque de France.

      En clair, tant que l’Etat, les gouvernements, à travers des lois faussement généreuses, obligera les propriétaires à financer à leurs dépens le logements des locataires en difficultés sociales et financières des locataires dont les propriétaires ne sont pas responsables, l’investissement logement restera trop risqué pour les petits propriétaires qui se tourneront vers d’autres placements.

      Cette situation dure depuis des années mais c’est maintenant qu’elle tourne à l’impasse. Plus de logements, plus d’investissement locatif, plus de rentrées de TVA et multiples autres taxes, plus d’emplois et de plus en plus de difficultés à se loger.

      Alors bien sûr, si là-dessus des zigotos à la Sarkozy ou des opportunistes comme Hollande (Duflot comme Borlot n’étaient que ministres et donc irresponsables), font exploser les exigences normatives en augmentant de 30% les coûts de construction obligeant les propriétaires à des démarches complexes qui excluent les artisans du processus et allongent les délais, le vase déborde.


      • heliogabale heliogabale 21 août 2014 11:36

        Les défaillances sont surtout constatées dans le parc de logements HLM. On doit être à moins de 1% dans le privé. L’investissement comporte toujours une part de risque, il faut toujours savoir l’évaluer (de façon très fine). Si vous n’êtes pas capable, n’investissez pas.

        N’oubliez pas que dans les lois faussement généreuses, le bailleur peut percevoir les APL, sans lesquels il devrait sans aucun doute louer son bien moins cher.

        J’ai toujours pensé que c’était une erreur de laisser investir des particuliers (pour préparer leur retraite disait-on) dans l’immobilier. Mais les subventions ont laissé croire que c’était sans risque et toujours rentable (même à Montélimar).

        C’est peut-être dur à entendre, mais le boom immobilier a crée pas mal de cupidité dans la mesure où on pensait avoir trouvé la martingale infaillible.


      • Shamanniac 21 août 2014 16:50

        « les juges ont intégré l’image du propriétaire forcément riche et abusif » Vous croyez réellement a ces sottises ou il s’agit juste d’un troll ? J’ai rarement lu de telles débilités sur agoravox. Vous croyez vraiment que ceci est la source de la crise immobilière ?? Je préfère 100 fois les analyses a l’emporte pièce de l’auteur de l’article que votre tentative désespérée pour défendre les propriétaires, evidemment plus responsables de cette bulle que les locataires qui, contrairement a ce que vous laissez entendre, ne sont pas tous des fraudeurs. J’ai bien plus souvent entendu parler de propriétaires malhonnêtes refusant de restituer des dépôts de garanties que des locataires cherchant a ne pas payer les loyers, et je connais plus de locataires !


        Rendre les juges responsables du désastre de l’immobilier est d’une stupidité sans nom...

      • Daniel Roux Daniel Roux 21 août 2014 16:50

        L’idéologie est un poison pour la pensée critique et les sociétés humaines.

        Qu’un particulier investisse dans l’économie en répondant à un besoin, c’est beurk pour l’auteur.

        Les risques existent certes au niveau du rendement d’un investissement surtout dématérialisé mais la défaillances des locataires serait parfaitement gérable si les gouvernements n’avaient pas multipliés, complexifiés et allongés les procédures et les recours, si les juges n’étaient pas partiaux sur instruction.

        Selon vous, seuls les riches capitalistes sont légitimes pour investir et vivre de leurs revenus, les autres n’ont qu’à attendre que l’inflation voulue et organisée mange leurs économies acquises par une vie de travail et dépendent de l’état pour survivre d’une maigre pension susceptible de révisions autoritaires selon les besoins d’une mauvaise gestion. L’euthanasie des rentiers cantonnés au livret A et au financement de la dette publique.

        Il est absolument scélérat d’annuler la dette d’un locataire qui a user d’un service sans la compenser, c’est bien ce que fait l’Etat. Que l’état assume ses responsabilités en remboursant le bailleur privé. Contrairement à l’état et aux riches capitalistes, il n’est pas responsable de la faillite du locataire.

        Drôle de conception de la responsabilité, de la loyauté, du fonctionnement de l’économie réelle, des relations entre personnes consentantes.

        La politique est décidément une chose trop sérieuse pour la confier à des amateurs irresponsables.

        Vous oubliez bien facilement que le résultat de cette politique absurde est le manque de logements pour les plus pauvres d’entre nous. Si je vous entends bien, c’est tant pis pour eux.


      • Daniel Roux Daniel Roux 21 août 2014 17:06

        Un troll n’argumente pas, il assène et c’est ce que vous faites.

        Bien sûr que les juges sont partiaux, qu’ils vivent dans leur bulle, qui n’ont que peu de connaissances sur les réalités sociales. Vous l’ignoriez ?

        Un exemple : J’attaque un huissier pour honoraires abusifs. Que dit le juge ? Les juristes ne sont pas comme les bouchers. Que fait le juge ? Il demande à la chambre syndicale de huissiers d’indiquer les fourchettes d’honoraires, c’est à dire aux huissiers de convenir entre eux de leurs honoraires, ce qui est contraire à la loi. 

        Un autre exemple : l’appartement récupéré après 2 ans de procédure était dans un état de délabrement visible, avec photos et constat d’huissier à l’appui, parquet défoncé et taché, carrelage cassé, lavabo cassé, meubles et baignoire détérioré. Que décide le juge ? Usure normale.

        Pour finir, lisez mon commentaire en mettant des lunettes adaptées, je ne dénonce pas le juge comme unique responsable de la crise immobilière ce qui serait sot, comme votre commentaire, mais comme un chaînon de cette chaîne de bêtises accumulées par ceux qui nous gouvernent si mal au point de ruiné notre riche nation.

        « Donnez leur le Sahara à gérer, dans 2 ans il importe du sable » Coluche.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 août 2014 17:55

        Les deux, mon Général ! Il existe des propriétaire malhonnêtes et des locataires malhonnêtes.
        Ne pas rendre la caution est un grand classique de l’entourloupe immobilière... Ou ne pas faire des travaux indispensables.


        La loi est favorable aux locataires, ce qui est normal avec des gens honnêtes en difficulté.
        Mais cela devient un cauchemar pour de petits propriétaires qui ont un ou deux logements en location, lorsqu’ils sont confrontés à une cessation des paiements du loyer.

        Problème que ne connaissent pas les grandes sociétés immobilières qui disposent d’une flotte d’avocats.


      • Fergus Fergus 21 août 2014 19:28

        Bonjour, Fifi.

        Facile de lutter contre si l’on craint une arnaque au dépôt de garantie (caution) : en général de 2 ou 3 mois, il suffit de cesser de payer son loyer 2 ou 3 mois avant son départ. Et ça marche parfaitement, même si cela met en rogne le proprio !


      • Garance 22 août 2014 08:48

        Pas mal leur numéro de duettistes à tous les trois : 


        Dans le rôle de la méchante : la Duflot

        Dans le rôle des gentils : Vals et Pépére attaqués par la méchante Duflot

         Pépére qui se donne le beau rôle : 

        « Voyez ; aprés tout ce que j’ai fait pour elle ; comment qu’elle me traite la méchante alors que c’est moi qui l’ai sortie du caniveau ou elle croupissait.... »

        Un « Livre » va sortir ( Qu’elle n’a même pas lu )

        Elle va tout balancer sur Pépére : que du lourd

        Comment qu’il ne pose pas ses mains sur la table quand il mange (beaucoup)

        Que c’est elle qui lui a conseillé le scooter ( plus écologique )

        Qu’elle voulait lui donner la Légion d’honneur à lui aussi mais qu’il l’avait déjà

        Ca va bien faire tenir jusqu’après la rentrée ce petit déballage ; c’est toujours ça de gagné

        Aprés on ira chercher des poux dans la tête des habitués ( Sarko, Marine , Dieudonné , Angéla....etc...) : la routine quoi

        Et hop : c’est Noél

        Plus belle la vie en Socialie..... smiley

      • Spartacus Spartacus 21 août 2014 10:12

        La simple idée de « réquisitionner » par la force de l’état est une monstruosité.


        Vous achèteriez une voiture si vous savez que l’état a la possibilité de la réquisitionner si vous ne l’utilisez pas ? 
        Non !
        Les investisseurs pensent pareil, donc ils investissent ailleurs que dans du logement.

        • heliogabale heliogabale 21 août 2014 11:43

          Dans une société où le troc n’existe plus (où la richesse ne se mesure plus en quantité de terrain détenue), où la division du travail est telle qu’on est tous dépendants des uns et des autres, la propriété ne peut être que mixte.

          Les investisseurs dans l’immobilier reçoivent pas mal d’aides de l’Etat. Sans l’Etat, il aurait des rendements moindres. Mais il se plaint tout de même des restrictions à son activité.

          L’investisseur veut le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière... mais il rêve...

          Allez en Libye, créez votre milice, vous avez peut-être une chance d’accomplir ce que vous souhaitez tant. Mais à vos risques et périls...


        • rmusic rmusic 21 août 2014 11:45

          Parce que réquisitionner par la seule force de l’argent n’est pas une monstruosité peut être ?

          Ceux qui comme moi ont travaillé depuis l’âge de 17 ans et qui n’ont pas les moyens de se payer une voiture n’ont pas réussis leur vie.

          Oui, je vois.

          Pourvu que ça dure.


        • Spartacus Spartacus 21 août 2014 12:39

          @heliogabale

          C’est sur qu’avec des arguments comme ça, ça va convaincre un paquet d’investisseurs.

          Mais non que l’état ne donne aucune subvention, ça évitera de dire merci a des inquisiteurs étatistes.

          J’ai un ami célibataire. Tu pourrais pas lui offrir pour les soirées ta file au non de tes idéos de la « propriété mixte » ?

          @rmusic
          L’argent n’a pas force de loi. Seule la loi a force de coercition.

          Quand a réussir sa vie, l’argent comme la voiture ne sont que des variables....Rassurez vous.


        • heliogabale heliogabale 21 août 2014 13:29

          @Spartacus

          La propriété mixte, ce n’est pas la féodalité (votre exemple est typique du régime de féodalité).

          C’est l’idée qu’il y a des biens qui appartiennent à la communauté dans son ensemble et que chacun a un droit de regard.

          La propriété privée existe également mais elle est également soumise à des règles qui la restreint (ce qui la relativise et la rapproche de l’idée de propriété mixte) : avoir une Ferrari ne donne pas le droit de rouler à 280 km/h sur autoroute ou de la conduire après avoir fait usage de stupéfiants. Si vous le faîtes, on vous arrête, on vous retire votre permis et on vous confisque votre voiture.
          http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F21887.xhtml

          Le logement, c’est pareil. Un cas extrême : si vous avez 1 million de sans-abris et 1 million de de logements vides, la réquisition s’imposera d’elle-même. Ce n’est pas le fait d’être socialiste ou étatiste qui pousse les autorités à prendre de telles décisions mais c’est le souci de conservation de la paix civile.

          Vous êtes davantage libertarien que libéral.


        • Michel Maugis Michel Maugis 21 août 2014 15:18
          @Spartacus

          « Vous achèteriez une voiture si vous savez que l’état a la possibilité de la réquisitionner si vous ne l’utilisez pas ? »

          Je n’ achète pas une voiture selon ce critère idiot.

          Une personne achète une voiture surtout parce qu’il pense en avoir besoin.
          Et L’ état peut très bien décider de la réquisitionner si un besoin est pour la Nation.

          L’ état c’ est en principe le peuple, et le peuple est celui qui décide en une démocratie véritable.

          Je ne vois vraiment pas où est votre argumentation, comme d’ habitude.

        • Shamanniac 21 août 2014 16:58

          Si réquisitionner est une monstruosité, qu’en est il des SDF qui meurent chaques années dans nos rues ? Il faut faire plus attention aux termes qu’on emploie, vous passez pour un individu totalement déconnecté de la réalité a utiliser de tels qualificatifs. Je souhaite qu’un jour on vous requisionne toutes les merdes que vous avez accumulé dans votre misérable vie, si cela vous conduit a y mettre fin, j ouvrirai le champagne. A mort le capital, a mort la propriété et que crève avec ce matérialisme qui gangrène notre triste civilisation. 


        • Spartacus Spartacus 21 août 2014 17:04

          @heliogabale


          Compte tenu du nombre de personnes qui achètent des Ferrari, vous pouvez constater avec votre exemple que s’acheter quelque chose qui n’est pas utilisable comme l’on veut ne s’achète pas.

          Si vous menacez les gens, de prendre leurs biens, ne vous étonnez pas qu’ils s’arrangent pour qu’ils ne viennent jamais à votre disposition.

          Quand à la « propriété mixte » dans ma jeunesse j’ai fait serveur pendant un été.Il m’a pas fallut longtemps pour comprendre que la propriété mixte des pourboires c’était une connerie.

          Vous devriez lire quelques livres de « microéconomie » (et pas macroéconomie) pour mieux comprendre.

          Tout collectivité ou collectivisme est détourné par certain membres à leur profits au delà d’un seul propre à chaque individu. Les test démontrent que le seul va de 3 à 120 au maximum.


          @Michel Maugis

          Dans un état libre, on ne fait pas de jugement de valeur sur la motivation individuelle d’un achat.

          Une personne achète une voiture parce qu’elle pense qu’elle puisse l’utiliser quand elle veut et ne pas l’utiliser quand elle veut. 

          Le meilleur moyen de tuer l’altruisme, c’est l’imposer par la force coercitive de l’état.
          Ce sont dans les pays communistes que les gens sont individuellement les moins généreux.

        • Spartacus Spartacus 21 août 2014 17:19
          @shamanniac
          Les propriétaires ne sont en aucun cas responsables des « SDF ».
          Oui spolier quelqu’un de son bien est une monstruosité. 
          Derrière il y a souvent une personne qui a fait acte d’épargne au lieu de brûler dans des loisirs personnels son argent...

          C’est celui qui a fait l’effort de louer un logement qui est plus social que le collectiviste qui se croit moraliste et altruiste avec l’argent des autres....



        • Sacotin Sacotin 21 août 2014 10:48

          Maintenant que l’ai croqué au râtelier, je sors un bouquin. On va parler un peu de moi — j’adore — et je vais me faire un peu de galette.


          • chantecler chantecler 21 août 2014 11:48

            Oui,....

            Tous les jours je reçois un e mail : « échappez aux impôts et investissez dans l’immobilier par la loi Duflot . »

            Ce n’est pas parce qu’on met en cause C. Duflot que c’est forcément vrai  : simplement je n’ai pas vérifié et de plus je n’ai ni les moyens ni le désir d’investir dans la pierre pour devenir rentier .

            De toutes façons avant il y avait les lois X , Y qui proposaient la même chose ....

            Ce qui veut dire que le logement va à ceux qui en sont déjà pourvus .

            Par contre effectivement l’immobilier : terrain et pierre est surévalué car objet de spéculation parfois mafieuse ,- achat de terrains agricoles ou publics transformés par magie en terrains à bâtir -, à la manière initiale anglo saxonne .

            Je sais bien que la plupart des gens , des jeunes , sont obligés d’emprunter pour acquérir un logement .

            C’est le cas de mes enfants endettés sur 25 ans pour acquérir un petit appartement en banlieue parisienne , sans cave sans grenier , bref le strict minimum .D’ailleurs leur immeuble fait encore l’objet de spéculation : des appartement sont acheté par des négociateurs de biens et ils divisent encore par deux ou trois c’est à dire qu’ils en font des petits studios .

            Là où j’habite c’est pareil : des grandes maisons ou petit immeubles ,autrefois individuels sont achetés en entier puis divisés par 6 ou 8 appartements .

            Ce que je constate c’est que les banques prêtent effectivement en prenant une double précaution : le logement est hypothéqué d’emblée au profit de la banque qui exige de plus des assurances pas données .

            Ce qui est un scandale de plus .

            Autrement dit les propriétaires à crédit ne sont en rien propriétaires : leur bien appartient à la banque tant qu’ils ne l’ont pas remboursé .

            Dans les années 70 un ouvrier qualifié pouvait accéder à la propriété par différentes aides dont des aides familiales liées à la famille aux nombre d’enfants au coef. familial etc.

            C’est d’ailleurs comme ça que nombre de cités pavillonnaires ont été construites .

            Aujourd’hui ces maisons sont revendues au prix très élevé du marché naturellement .


            • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 21 août 2014 12:14

              La loi Duflot a fini de décourager les investisseurs privés. L’investissement privé est devenu d’une complexité incroyable et de plus en plus risqué. Au nom d’une morale soit-disant égalitaristes, où chacun doit rester pauvre, on exonère complètement le rôle infâme des financiers qui gardent vides leurs biens en attendant que les prix montent encore, et encore, et encore. Un bien libre valorise plus un bilan qu’un bien loué. C’est con mais c’est comme ça.
              Afin de briller en société, on accable son voisin qui loue son premier appart (qu’il na pas fini de payer) et celui de sa mère (dont il a hérité). Celui-là, et celui-là seulement, est un salaud de riche, coupable de tous les maux de la terre et sans lui, il n’y aurait plus de pauvres mon bon monsieur, plus du tout,terminé, tout le monde s’entend là-dessus.
              C’est lui, et lui seul, que sanctionne la loi Duflot, dont aucune des dispositions ne gênent les banques. Ça, c’est complètement interdit.
              Le problème est que l’immobilier représente le tiers de la capitalisation des banques et que s’il baisse de 10 %, les banques perdent 3% de fonds propres. Un ministre n’a pas le droit de faire ça. Il ne passerait plus à la télé. Alors qu’importe, Duflot vous file un kalatch pour dézinguer le salaud de voisin afin de vous défouler, elle conserve son droit de passer à la télé ce qui lui suffit pour vivre (avec sa 4L qui pollue plus que trente tramways) et ça marche.


              • claude-michel claude-michel 21 août 2014 13:16

                Duflot..Valls..même..cons-bas...l’argent.. !


                • ecolittoral ecolittoral 21 août 2014 13:24

                  Trouver un responsable ou une cause ne mené à rien.

                  La maison que j’ai acheté valait, 80 000 Fr en 1980 et 55 000 euros en 2005 !

                  80 000 Fr (1980) => 350 000 Fr (2005)... plus de 400 % d’augmentation !!!

                  Qui est responsable ?

                  La gauche ? La droite ? L’euro ? L’UE ? La crise X ou Y ? Un, une ministre ? L’état ? Le privé ?

                  Pour acheter, vendre, louer, il faut disposer de revenus suffisants !

                  Quand c’est le cas et si les banques font leur travail...dans une monnaie accessible ce qui n’est pas le cas de l’euro, vos locataires paieront leurs loyers et vous pourrez devenir propriétaire sans passer par cette montagne d’aides, de taxes, de règlementations, de lois et décrets.

                  Quand la dette nationale augmente et que les revenus diminuent ou disparaissent...dans une monnaie hors de prix et que les responsables politiques et privés de tous bords depuis des années s’enfouissent la tête dans le sable, on ne doit pas s’étonner des défauts et incapacités de paiement.

                  Pas de responsable...mâle ou femelle mais beaucoup de décideurs publics ET privés irresponsables.

                  Valls, Duflot ! aujourd’hui ; d’autres demain comme d’autres hier.


                  • soi même 21 août 2014 13:42

                    Encore une affaire bien Placé !


                    • philoxera philoxera 21 août 2014 14:08

                      Il faudrait commencer par distinguer propriété d’usage et propriété de rente, et légiférer/taxer en fonction.


                      • Fergus Fergus 21 août 2014 19:30

                        Bonjour, Philoxera.

                        100 % d’accord !


                      • mimi45140 21 août 2014 15:09

                        L’état a fait un choix , depuis 30 ans nos dirigeant préfèrent nous faire investir dans le bâtiment car 1 euro dans le bâtiment rapporte plus qu’un euro dans l’industrie en terme d’ emploi court terme. Il bien plus facile d’obtenir des aides à la construction que des aides à l ’ investissement productif. .Effectivement l ’emploi dans le bâtiment n’est pas delocalisable mais une main d’ oeuvre moins bien payée peut y être localisée, quand au bâtiment réalisé il est difficilement exportable. Du fait de ces choix ont défavorise l’industrie pour l’ immobilier , cependant je vois mal demain comment nous allons pouvoir vendre des maisons 400 000 euros à des primo accédant payés 1200 euros par mois.A ce moment la croire au pére noel est toujours utile.



                        • heliogabale heliogabale 21 août 2014 20:58

                          Je ne peux pas dire mieux...


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 août 2014 16:59

                          NI FLOT DE DÉSINFORMATION, NI VALSE CREUSE !!!

                          Quand un pays ne fonctionne pas ou s’arrête de fonctionner, ce n’est jamais la faute à un seul individu aussi exorbitant soit son pouvoir comme le sont parfois les empereurs, les rois et les dictateurs ! Non Cécile Duflot n’est pas coupable !

                          Quand on n’arrive pas a trouver la bonne solution ou à engrener les mécanismes efficaces, il est vain de vouloir fomenter des complots politiciens ni fabriquer sournoisement des boucs émissaires ! Valls est en train de valser pour rien !

                          Quand l’’idée du changement est formulée, quand elle dans l’air que respire tout le monde, il est alors tout à fait inutile de polluer cet air avec l’intox et avec la désinformation dans le but d’anesthésier la population  : IL FAUT CHANGER !!!



                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 août 2014 17:10

                            NI FLOT DE DÉSINFORMATION, NI VALSE CREUSE !!!

                            Quand un pays ne fonctionne pas ou s’arrête de fonctionner, ce n’est jamais la faute à un seul individu aussi exorbitant soit son pouvoir comme le sont parfois les empereurs, les rois et les dictateurs ! Non Cécile Duflot n’est pas coupable !

                            Quand on n’arrive pas a trouver la bonne solution ou à engrener les mécanismes efficaces, il est vain de vouloir fomenter des complots politiciens ni fabriquer sournoisement des boucs émissaires ! Valls est en train de valser pour rien !

                            Quand l’’idée du changement est formulée, quand elle dans l’air que respire tout le monde, il est alors tout à fait inutile de polluer cet air avec l’intox et avec la désinformation dans le but d’anesthésier la population  : IL FAUT CHANGER !!!

                            Complément utile à mon intervention : Si la France ne distingue plus la bonne voie ou si elle ne peut plus faire le meilleur choix pour s’en sortir, je reste tout à fait disponible pour l’assister bénévolement. N’ayant jamais cru à la richesse du pétrole mais à celle de la science et de la culture enrichissante je peux assurer l’Ex - Mère Patrie de ma grande sincérité à vouloir mettre les meilleures idées pour l’extraire des tentacules de sa crise et la relancer sur les rails du développement durable... Humainement parlant !


                            • Crab2 21 août 2014 18:54

                              Petite Duflot ne deviendra grande

                              Cécile Duflot écrit : ’’ je me suis trompée ’’ [ Rire à gorge déployée ]

                              °

                              Pourquoi en rire me direz-vous ?

                              Suites :

                              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/08/petite-duflot-ne-deviendra-grande.html

                              ou sur :

                              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/08/petite-duflot-ne-deviendra-grande.html


                              • OMAR 21 août 2014 19:20

                                Omar33

                                LAuteur  : ’....sa politique ne porte pas les fruits escomptés« .

                                Ce qui manque à ce roitelet de Valls, c’est de déclarer qu’il est »socialiste" par accident...

                                Regardez-le avec ses yeux de vieille sorcière, il est plus opportuniste que Sarko.


                                • troletbuse troletbuse 21 août 2014 20:29

                                  L’arriviste Valls, un incapable notoire qui n’a jamais travaillé comme Flamby, ne doit sa nomination que par chantage. Il connaissait trop les escapades à scooter de notre président. Le chantage a remplacé les capacités.


                                  • alinea alinea 21 août 2014 21:35

                                    À votre avis, « ils » vont bétonner jusqu’où ? Parce qu’à bien y regarder, il y a largement de quoi loger tout le monde, et plutôt bien ! Ah, mais, pas là où il faut !!?
                                    Alors il faudrait peut-être prévoir une politique agricole, bio, qui nécessite du monde, et repeupler les campagnes désertifiées ( revoir à la baisse le prix des terres et des immeubles, va sans dire) ; après il sera toujours temps d’interdire les résidences tertiaires d’abord, puis secondaires ! Ah bon, je rêve ???


                                    • joletaxi 21 août 2014 23:01

                                      non non, c’est du délire caractérisé,

                                      mais pour des adeptes du rabi farceur, c’est très cohérent


                                    • vesjem vesjem 21 août 2014 21:36

                                      rien à déclarer , si ce n’est que ces incompétents occupent le champ médiatique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

heliogabale

heliogabale
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès