• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Non, nous n’avons rien oublié...

Non, nous n’avons rien oublié...

 

JPEG

Non, nous n'avons rien oublié... tant de chansons de Charles Aznavour sont dans nos mémoires...

Et plus particulièrement celle-ci qui évoque le monde des comédiens, dont il faisait lui-même partie...

 

Comment restituer toute la magie de l'art théâtral ? Le meilleur moyen est, sans doute, de nous entraîner dans le sillage de ces comédiens qui vont de ville en ville pour donner des représentations et pour animer des soirées, de leurs spectacles...

 

Un hommage aux comédiens, à cet art ancien du théâtre qui nous fait rêver, à cet art éphémère qui reste, pourtant, gravé dans nos esprits, c'est, là, le thème d'une célèbre chanson de Charles Aznavour...

Le texte est une invitation pressante et insistante à aller voir des comédiens qui arrivent : l'impératif réitéré "viens" souligne l'exhortation, ainsi que la répétition du verbe "voir'.

Grâce à ce verbe "voir", on prend conscience que le théâtre est, avant tout, un art du spectacle : il est fait pour être représenté sur une scène, et c'est ainsi qu'il prend vie...

L'emploi de la deuxième personne du singulier "viens" apporte une tonalité familière : l'auteur semble, ainsi, s'adresser à chacun d'entre nous.

Les comédiens sont associés dans cette invite, à des musiciens et des magiciens.
La comédie, le théâtre ne sont-ils pas des spectacles complets et magiques qui nous transportent dans d'autres univers ?

L'emploi de la fricative "v" dans le refrain peut suggérer tout le charme et toute la fascination qu'exercent ces comédiens sur le public...

Le poète nous montre, d'abord, tout ce qui précède les représentations : l'installation des tréteaux, tout un travail que révèlent des verbes d'action : "installer, dresser, tendre".

Puis, c'est l'évocation de la parade qui permet de prévenir la foule, de lui présenter le spectacle à venir. A grands bruits de tambours, les comédiens attirent "un cortège en folie". 

Le poète plante, alors, le décor coloré du spectacle, en plein air : 

"Devant l'église une roulotte peinte en vert 
Avec les chaises d'un théâtre à ciel ouvert "

Puis, il déroule, de manière très vivante, certaines intrigues mises en oeuvre dans de nombreuses pièces de théâtre : histoires de coquins qui finissent par être punis, histoires d'amours, bien sûr, qui font "trembler" ou "rire".

Les impératifs "Poussez la toile et entrez" sont, à nouveau, une invite insistante à aller suivre le spectacle.

Le poète magnifie, aussi, le théâtre en évoquant encore le cadre : "Sous les étoiles…" et le rituel théâtral qui donne tout son charme et son mystère à cet art : "les trois coups, le rideau va se lever..."
"Quand les trois coups retentiront dans la nuit 
Ils vont renaître à la vie, les comédiens."

Le poète décrit, enfin, dans le dernier couplet, le départ des comédiens, soulignant le caractère éphémère de cet art du théâtre...

"Les comédiens ont démonté leurs tréteaux 
Ils ont ôté leur estrade 
Et plié les calicots..." 

Il évoque, enfin, l'empreinte que laisseront, malgré tout, les comédiens, des souvenirs inoubliables gravés "au fond du coeur" de chacun..."sérénade, bonheur d'Arlequin", des souvenirs étincelants de musique douce, de joie.

Ils laisseront à chacun l'impression d'avoir rêvé, avant de rejoindre d'autres lieux, pour donner d'autres spectacles...

L'emploi du futur, en fin de texte, souligne bien la permanence du souvenir... "ils laisseront, nous croirons avoir rêvé..."

La mélodie entraînante, vive et virevoltante nous emporte dans le sillage de ces comédiens qui vont de ville en ville, pour jouer leur spectacle... Elle traduit un enthousiasme, celui des spectateurs mais aussi celui des acteurs, passionnés par leur art...

 

 
Paroles de Jacques Plante :

http://www.paroles.net/charles-aznavour/paroles-les-comediens

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/10/non-nous-n-avons-rien-oublie.html

 

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • phan 3 octobre 2018 16:50
    Elle doit être belle la capitale de la Palestine éternelle : Jérusalem !


    • rosemar rosemar 3 octobre 2018 17:22

      @phan

      Je ne connaissais pas cette chanson... Charles Aznavour faisait vivre ses chansons, il les jouait comme un comédien, un acteur qu’il était aussi...

    • rosemar rosemar 3 octobre 2018 17:24

      @phan

      Et, bien sûr, plus particulièrement dans cette chanson :



    • Abou Antoun Abou Antoun 3 octobre 2018 17:47
      L’emploi de la fricative « v » dans le refrain peut suggérer tout le charme et toute la fascination qu’exercent ces comédiens sur le public...
      C’est sûr, l’auteur n’avait dû penser qu’à ça en écrivant.
      Transformer les paroles d’une chanson en une explication de texte dirigée digne du Lagarde et Michard, faut l’faire !

      • rosemar rosemar 3 octobre 2018 17:49

        @Abou Antoun

        Vous n’êtes pas sensible à la musique des mots ?

      • JC_Lavau JC_Lavau 3 octobre 2018 18:07

        @rosemar. Vous n’aimez pas les incroyants ?


      • Abou Antoun Abou Antoun 3 octobre 2018 19:15

        @rosemar
        Typical robotic answer in pure rosemar’s style.


      • rosemar rosemar 3 octobre 2018 20:49

        @Abou Antoun

        Rien à dire sur le talent de l’artiste ? Pas d’inspiration ???

      • JC_Lavau JC_Lavau 3 octobre 2018 21:27

        @rosemar. Bah, tu connais la réponse des Sioux aux promesses électorales de Richard Nixon :

        « Oumfa Oumfa ! Oumfa Oumfa ! Oumfa Oumfa ! ... »
         
        On dit que la oumfa-oumfa porte chance quand tu marches dedans du pied gauche.

      • JC_Lavau JC_Lavau 3 octobre 2018 21:47

        @S.B. Les instits retraitées qui songent enfin à meubler leur solitude par un animal bipède familier échouent vite : leur autoritarisme ne peut se satisfaire que d’une relation inégale où elle serait la dominante. Et le mâle qui accepterait cela est une vraie tarte. Les autres prennent vite le large, dès qu’ils ont compris.


      • Bernie 2 Bernie 2 3 octobre 2018 22:37

        @rosemar


        Rien à dire sur le talent de l’artiste ? Pas d’inspiration ???

        Parce que vous avez réussi à mettre son talent en exergue ? Pour l’inspiration, c’est du rosemar...

      • rosemar rosemar 3 octobre 2018 23:11

        @JC_Lavau

        Bonne route !!

      • JC_Lavau JC_Lavau 3 octobre 2018 23:31

        @rosemar. La péronnelle des Calanques n’a pas encore capté que ma route ne la regarde pas.


      • Abou Antoun Abou Antoun 3 octobre 2018 17:48
        Les impératifs « Poussez la toile et entrez » sont, à nouveau, une invite insistante à aller suivre le spectacle.
        Oui j’entends bien, c’est pour le cas où certains crétins n’auraient pas compris. Personne n’est oublié dans le public.

        • Fergus Fergus 3 octobre 2018 21:48

          Bonsoir, Rosemar

          C’est sûr qu’Aznavour a été un bon chanteur. Désolé d’être plus sensible à Raoul de Godewarsvelde ou Bobby Lapointe. smiley


          • Bernie 2 Bernie 2 3 octobre 2018 22:33
            Bravo rosemar,

            Aznavour n’était pas ma tasse de thé, mais les différents articles-hommage me le rendait presque sympathique, malgré son exil fiscal.

            Vous avez su en peu de phrases me rappeler la chiantise de tous ces vieux qui cassent leur pipe.

            C’est très fort, vous êtes finalement beaucoup plus rock n roll que ce que j’imaginais.



            • covadonga*722 covadonga*722 4 octobre 2018 06:49

              yep , je n’ai jamais apprécié ce chanteur , pourtant je l’ai trouvé juste comme acteur , dans un taxi pour Tobrouk il est d’une crédibilité formidable.

              Ces chansons m’indiffères et ça ne sont pas les oukases péremptoires de la dame patronnesse 
              chargée de diffuser le « bon le juste et le beau » qui me feront changer d’avis .

              asinus:ne variatur

              • Raymond75 4 octobre 2018 10:01
                Rosemar, vous êtes victime d’un phénomène de groupe, d’une sorte de mode : vous écrivez, et ’on’ se moque de vous, c’est devenu pavlovien ... Pourtant il y a un autre article qui rend hommage à Aznavour, sans commentaires désobligeants.

                Vous apportez beaucoup de fraicheur, tenez bon.

                Personnellement, si je reconnais le talent d’auteur et de chanteur de Charles Aznavour, il ne m’a jamais touché réellement ; pour moi il était plutôt un récitant. Problème de génération sans doute : ces histoires d’adultes à problèmes lorsque j’étais adolescent m’ennuyaient. A mon grand âge maintenant, je l’écoute mieux, mais pas longtemps ...

                Mais il était bien un des piliers de ce que l’on appelle ’la chanson française’, qui raconte une histoire, qui vous parle sur un fond de mélodie. Et sa carrière est un modèle de volonté, de confiance en soi, et de volonté de prendre une revanche sur l’histoire de sa famille et de son autre peuple : les Arméniens. Son ’autre’ peuple, car il se revendiquait pleinement français, et était reconnaissant à ce que ce pays lui avait permis, contrairement à beaucoup d’immigrés actuels, qu’ils soient de le première, deuxième ou nième génération.

                • Plotina Plotina 4 octobre 2018 12:17

                  @Raymond75
                  oui c’est navrant cette meute qui s’adonne au Rosemar’s bashing par réflexe « pavlovien » ce qualificatif m’est venu aussi. Moi j’aime beaucoup les écrits de Rosemar.


                • Armelle Armelle 4 octobre 2018 14:56

                  @Plotina bonjour,
                  Vos propos, comme ceux de Raymond d’ailleurs pourraient être légitimes s’ils ne s’adressaient qu’à ceux qui critiquent pour critiquer, en revanche quand la critique est appuyée par des arguments, vos remarques sont sans consistance, à moins que vous nous proposiez quelques contre-arguments ?
                  Vous faites donc la même chose que ce que vous reprochez à ces intervenants...


                • Plotina Plotina 4 octobre 2018 16:46
                  @Armelle
                  Bonjour Armelle, 
                  L’espace commentaire des articles de Rosemar est phagocyté par des personnes aux opinions négatives à l’extrême et qui cherchent avant tout à blesser.
                   Ici comme en politique la trop grande place occupée par les extrêmes nuit au débat serein et équilibré.
                  Je suis perplexe quant aux motivations de ces personnes, la méchanceté semble procurer une certaine jubilation ou tout au moins cautériser des blessures d’amour propre.

                  Rosemar a bien montré que cette chanson campe en quelques strophes l’univers des saltimbanques . Tout d’abord le décor est planté, le rythme, la magie du spectacle qui est  attendu, la fébrilité des préparatifs, la joie anticipée .... La solennité des trois coups qui marquent le passage vers ce pays enchanté qui loin d’être factice révèle la vérité des êtres et éveille les comédiens à la vraie vie.  Cette parenthèse résonne dans le coeur de chacun, la catharsis a opéré l’âme est apaisée. 


                • rosemar rosemar 4 octobre 2018 19:13

                  @Raymond75

                  MERCI pour ce message constructif et intéressant : oui, Charles Aznavour était un modèle de volonté et de persévérance... et aussi un remarquable interprète et compositeur...



                • rosemar rosemar 4 octobre 2018 19:15

                  @Plotina

                  MERCI pour ce message... je pense que certains n’ont rien à dire sur le sujet, alors, ils dénigrent...

                • rosemar rosemar 4 octobre 2018 19:17

                  @Plotina

                  Certains et certaines essaient d’exister comme ils peuvent... dénigrer, insulter, c’est plus facile que raisonner et argumenter...

                • covadonga*722 covadonga*722 4 octobre 2018 20:07

                  @rosemar
                  c’est très vrai ce besoin d’exister d’aucune s’exhibe sur le net , en évaporée présentant ses voeux .

                  Thématique redondante s’il en est , ça n’est pas sans rappeler cette prétention journalière à péremptoirement dire le bien et le vrai.Pour d’autre exister c’est vivre dans l’ombre de leur gouroute epistolaire , bavant d’une flatteuse soumission les chiens chiens a leur mémère .Par pure courtoisie
                  on signalera a l’auteuse la présence d’un rémora un rien parasitaire parmi les bassets lui baisant la pantoufle .

                • Plotina Plotina 4 octobre 2018 20:27

                  @Rosemar

                  Oui le parcours de Charles Aznavour est impressionnant une sensibilité très fine d’un côté et une volonté sans faille, une discipline surhumaine de l’autre , cette alliance est très rare. Chapeau l’artiste et merci d’avoir été si vivant, si pétillant si charmant.

                • Plotina Plotina 4 octobre 2018 20:30

                  @rosemar

                  Oui la critique est facile. C’ est de la pure provocation, en tous les cas je trouve cela très glauque, et malsain et je les plains . Mais bon il suffit d’éviter de les lire 

                • Armelle Armelle 4 octobre 2018 10:04

                  Il n’y a pas à dire, la mort fait de nous de grands hommes et de grandes femmes !!!
                  Et comme cette chanson là, pour le coup est toujours la même, il serait agréable que le texte qui les encense ne se résume pas à un vulgaire empilement de phrases version rédaction de 5ème...tout est en vrac, le fil conducteur, bah ce sera pour autre fois, peut être pour Sardou par exemple qui sans doute deviendra lui aussi un grand homme quand il ne sera plus.. ;Pffff, quel misère cette démagogie de bobo !!!
                  0,5/20, ...et encore !!!
                  Franchement Rosemar, relisez-vous, c’est imbuvable !!!
                  Vous n’avez pas tout compris, ce n’est pas vous qui devez acquérir et maîtriser le savoir et les compétences de vos élèves mais plutôt vous qui devez les « élever »...
                   Elève--->Elever--->porter plus haut...


                  • Armelle Armelle 4 octobre 2018 14:46

                    @Self con troll
                    @Self con troll
                    J’avoue être assez hostile à ce jeu du « plussoiement » comme pourrait dire Jacquouille la fripouille, cette ânerie est à la hauteur des copies de Rosemar, et je n’attends jamais des autres qu’ils soient de mon avis, non pas comme la plupart ici qui, à travers la notion de groupe, se trouvent le « clampin » idéal n’ayant pas les mêmes idées pour en faire l’ennemi commun, à défaut d’en faire  une opportunité pour un échange d’arguments.
                    Ceci dit, je suis assez dubitative à l’idée de constater la pauvreté grandissante de ce site pour faire paraître de telles niaiseries 3 fois par semaine
                    A croire que la démarche est voulue et contrôlée au même titre que certains producteurs de la « boitàkon » ayant compris que plus c’est niais et débile plus l’audimat monte en flèche !!!
                    ...Pathétique


                  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 octobre 2018 21:04

                    @Armelle


                    T’as le mérite de pouvoir les lire ^^

                  • Armelle Armelle 5 octobre 2018 15:16

                    @Self con troll
                    Et bien je n’ai pas l’occasion de regarder à travers un androïd portable, donc pas de paire de fesses (sportives ou non) pour moi !!!
                    C’est dommage car, certaines d’entre elles, des masculines je parle, sont bien plus agréables à regarder (regarder j’ai dit) que la tronche à Macron !!!
                    Bientôt nos smartphones seront équipés de capteurs mesurant le taux de moiteur de la main porteuse et renvoyant la valeur sur un graphique mesurant cette fois le taux d’excitation du « sondé », lequel s’il est « mûr » se verra offrir l’ouverture de cette paire de fesses en échange d’une magnifique publicité avec le bon de commande en ligne !!!
                    Et là Rosemar nous proposera une recette dont elle a le secret pour rajouter dans le registre de la perversion vulgarisée, de nouveaux responsables à la déconfiture que subit sa belle institution, et pour laquelle je le souhaite vivement, cette ado quinqua n’est pas représentative !!! Ceci dit, oui tout ça ne vaut pas notre bon vieux 3310 !!!
                     


                  • Cadoudal Cadoudal 5 octobre 2018 16:26

                    @Self con troll

                    « Tolérance et apathie sont les dernières vertus d’une société mourante. »

                    Aristote

                    Un élève demande à son prof qui textote en plein cours combien de cul il a cassé ce week-end Réponse du prof : « un seul celui de ta mère »

                    https://twitter.com/media_patriote/status/1047947977262858241?ref_src=twsrc%5Etfw


                  • Abou Antoun Abou Antoun 4 octobre 2018 14:32
                    Paroles de la chanson Le Temps Passe par Georges Brassens Dans les comptes d’apothicaire
                    Vingt ans, c’est un’ somm’ de bonheur
                    Mes vingt ans sont morts à la guerre
                    De l’autr’ côté du champ d’honneur
                    Si j’connus un temps de chien, certes
                    C’est bien le temps de mes vingt ans
                    Cependant, je pleure sa perte
                    Il est mort, c’était le bon temps


                    Il est toujours joli, le temps passé
                    Un’ fois qu’ils ont cassé leur pipe
                    On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
                    Les morts sont tous des braves types

                    Dans ta petit’ mémoire de lièvre
                    Bécassine, il t’est souvenu
                    De notre amour du coin des lèvres
                    Amour nul et non avenu
                    Amour d’un sou qui n’allait, certes
                    Guèr’ plus loin que le bout d’son lit
                    Cependant, nous pleurons sa perte
                    Il est mort, il est embelli

                    Il est toujours joli, le temps passé
                    Un’ fois qu’ils ont cassé leur pipe
                    On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
                    Les morts sont tous des braves types

                    J’ai mis ma tenue la plus sombre
                    Et mon masque d’enterrement
                    Pour conduire au royaum’ des ombres
                    Un paquet de vieux ossements
                    La terr’ n’a jamais produit, certes
                    De canaille plus consommée
                    Cependant, nous pleurons sa perte
                    Elle est morte, elle est embaumée

                    Il est toujours joli, le temps passé
                    Un’ fois qu’ils ont cassé leur pipe
                    On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
                    Les morts sont tous des braves types

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès