• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nos amis les gilets jaunes face à la transition technocratique : des (...)

Nos amis les gilets jaunes face à la transition technocratique : des solutions existent !

Le cycliste bordelais a eu l’occasion de rencontrer les gilets jaunes. Ces gens sont déterminés mais en dialoguant avec eux, j’ai compris qu’ils étaient autant résolus pour un conglomérat de mesures fiscales et économiques, qu’étrangers aux tentatives de penser le monde. Ce qui n’est pas un reproche, ces gens veulent juste que leur monde soit vivable. Ce qui démarque les gilets jaunes du mouvement « nuit debout » organisé par des urbains plutôt intellectuels qui voulaient changer le monde.

Les gilets jaunes sont semble-t-il plus résolus que « nuit debout » qui a vite montré un certain essoufflement. Les gilets jaunes incarnent une vitalité, une force, une détermination, une colère profonde, la vitalité ne faiblit pas. En revanche, « nuit debout » avait l’air d’une récréation même si certains des enjeux discutés étaient légitimes. Les gilets jaunes sont aussi résolus qu’en mai 68 sauf que ce n’est pas le même ressort, la même catégorie et la même dynamique car mai 68 a essaimé depuis Paris vers la province alors que les gilets jaunes sont issus de la province et plus spécialement des zones situées à la périphérie des métropoles. Des professeurs ont bien cerné les causes, les origines sociales, économiques et politiques de ce mouvement dont les racines sont peut-être encore plus profondes. « Nuit debout » d’inspiration gauchisante et écolo n’est pas compatible en l’état actuel avec les revendications des gilets jaunes, plus populaires et concrètes.

Le déclenchement de ce mouvement a été la taxation des carburants pour une « trajectoire carbone » liée aux accords de Paris consécutifs à la Cop21. Mais les causes sont plus profondes. Ces taxes n’ont été que la goutte d’eau. Les gilets jaunes n’ont pas vraiment saisi les liens entre leur situation, l’état du capitalisme entre 2008 et 2018, et le « mythe du réchauffement » avec les mesures du pacte de transition énergétique. Pourtant tout est imbriqué à un point qui n’a pas été élucidé par les analystes. A l’ère de la mondialisation, il faut penser global et agir global autant que local. Les accords de Paris sont le signe d’une gouvernance politique basée sur le mythe du réchauffement qui succède au mythe communiste. Avec la différence que le mythe climatique est compatible avec le capitalisme et qu’il impose le sacrifice imposé aux populations pour sauver un régime capitaliste à bout de souffle organisé par des puissants au service des prédateurs placés dans tous les rouages où il est possible, techniquement, financièrement, fiscalement, d’exercer ses intentions prédatrices. La transition énergétique est le moyen pour le capitalisme prédateur et dominant de sauver son régime. Ce qui suppose qu’il existe une alternative qui est aussi un capitalisme mais différent dans son essence. L’hypothèse est certaine mais il faut réfléchir et proposer des orientations déterminantes qui la plupart ne sont pas débattues. 

Les gilets jaunes sont nos amis. Le mouvement ne peut pas s’arrêter car les problèmes soulevés par les gilets jaunes résultent d’une séquence initiée depuis une à deux décennies, dont les effets ont été masqués par l’endettement, ce fameux temps acheté dont nous a parlé Wolfgang Streeck. Le gouvernement n’a plus de levier pour acheter du temps et repousser les échéances de l’Histoire. La vie des ruraux, des campagnes, des classes moyennes, des vieux pauvres, est sacrifiée par un pouvoir technocratique au service des prédateurs qui ne sont pas forcément dans les banques ni à la bourse. La situation est complètement inédite. Cette jacquerie traduit une situation que les observateurs honnêtes ont jugée préoccupante. D’autant plus qu’avec la hausse certaine de l’électricité, des assurances, la hausse des taxes et peut-être du baril, la situation ne peut aller qu’en s’aggravant d’autant plus que la transition énergétique présentée comme une solution finale écologique sans discussion possible ne fera qu’accentuer les problèmes ayant mis les gilets jaunes dans la rue. Le gouvernement aura peut-être le mouvement à l’usure mais l’insurrection risque de revenir dès qu’une secousse intense sur les prix se fera sentir.

Les gilets jaunes, pas plus que les Français, ne connaissent en totalité les raisons pour lesquelles nous en sommes arrivés là. En Allemagne, pays plus petit avec une population bien supérieure, n’a pas vu l’immobilier et les loyers atteindre le niveau français. Si la France est arrivé à cette situation, c’est avec la politique de l’Etat menée depuis 25 ans. Notamment la gestion des terrains et la loi sur la défiscalisation immobilière. La politique au service de la prédation. Une autre politique est possible. Elle est visible depuis les sphères de la pensée. Un ruissellement de l’intelligence est possible. Un ruissellement de la monnaie depuis les plus pauvres est aussi possible. Honnêtement, je vois une impasse, autant pour le gouvernement que pour les gilets jaunes et pour la société française dans son ensemble. L’homme n’est pas à la hauteur des enjeux résultant de son travail. Etrange conclusion mais juste.

Il n’y aura pas de solution pour les gilets jaunes à l’intérieur du mouvement. Les solutions doivent être conçues en dépassant le mouvement et c’est pour cette raison que tout finira dans une impasse parce que tous les mouvements se radicalisent et se ferment au lieu de s’ouvrir. Dommage. Les solutions existent, les voies peuvent être ouvertes mais les gens ne les voient pas. Sortir des accords de Paris sur le climat fait partie de la solution mais c’est largement insuffisant pour régler les problèmes. Quelques autres choix sont salutaires. Supprimer les mutuelles et remettre cet argent gaspillé en bureaucratie et publicité dans un système de santé remboursant les soins de base et encadrant le tarif des professionnels. Supprimer toutes les niches fiscales et redonner son sens républicain à l’impôt sur le revenu. Changer la politique centrale et réaliser la demande de monnaie en vue d’un ruissellement par le bas. Supprimer la prime à la conversion et revoir le contrôle technique pour laisser circuler les véhicules ne présentant pas de danger majeur. Orienter l’immobilier à la baisse avec des mesures pour limiter la rente locative. Avec la sortie des accords de Paris, ces mesures en nombre limité peuvent améliorer grandement le système et faire à nouveau de la France un pays vivable pour tous.


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 1er décembre 2018 10:44

    C’est assez rigolo d’accuser le « capitalisme » des mots concrets du socialisme.

    Le capitalisme c’est la responsabilité individuelle, pas la défosse sur la collectivité.

    Le transformation énergétique est 100% lié au socialisme et l’étatisme qui prend tous les gens pour des cons qu’il faut diriger par une élite qui aurait la science infuse.

    Les loyers en France, sont plus élevés à cause de l’interventionnisme d’état, et justement pas un marché libre et capitaliste.

    Assez rigolo ce concept de croire que sans l’état rien ne fonctionnerait et que l’état est un ange et le secteur privé un monde de terreur.

    Au lieu de stigmatiser les mutuelles privées responsables et le capitalisme responsable de la pauvreté, regarde la Suisse mon ami.

    Mieux vaut il être soigné en Suisse ou chacun paye sa mutuelle et on trouve partout un IRM en 4 jours ou en France en 3 semaines ?

    Ou avec la sécu qui prévoit de rembourser avec l’argent de la collectivité des préservatifs sans compter et les millions de consultations pour aller en chercher alors que ça coûte 12€ la boite de 20 à l’intermarché du coin et que chacun en responsabilité peut aller en chercher.

    Le public, c’est la gabegie, il faudrait en prendre conscience.


    • Taverne Taverne 1er décembre 2018 10:46

      Créer une TVA de solidarité spéciale « riches »

      Créer une TVA de solidarité financée par des hausses de quelques points sur les véritables produits de luxe (ceux qui ne sont accessibles qu’à 2% de la population) et verser la recette au budget des aides (chèque énergie ou de la reconversion automobile : achat de voiture non pas « non polluantes » mais beaucoup moins polluantes). Adresser un courrier à chaque gilet jaune lui expliquant les démarches précises pour obtenir ces aides et où s’adresser.


      • Taverne Taverne 1er décembre 2018 11:17

        Je voudrais que François Bayrou et le Modem se bougent enfin !

        Il faut mettre oeuvre une grande force positive fondée sur la solidarité à deux niveaux : au niveau le plus haut par une souscription générale et une TVA sur les produits de grand luxe et oeuvres d’art. Au niveau des gens par des réseaux d’entraide organisés avec la participation des gilets jaunes et de ceux qui les soutiennent.

        Seule une vaste opération, un grande force positive permettra de faire refluer ce mouvement et surtout ses effets délétères.


        • Croa Croa 1er décembre 2018 18:53

          « Les gilets jaunes, pas plus que les Français, ne connaissent en totalité les raisons pour lesquelles nous en sommes arrivés là. »

          Et l’auteur surtout !  smiley

          Mais comment ne pas comprendre qu’il ne s’agit plus d’une révolte (des médias autorisés parlent de jacquerie) mais d’un soulèvement ?

          Non, il n’y a pas de solution par la négociation. Les seules solutions désormais possibles sont politiques, par exemples :

          Mise en place d’un couvre-feu dictatorial (si c’est techniquement possible.)

          Dissolution de la chambre des députés. C’est là une solution maline car le système est si truqué que ça conforterait la légitimité de Macron. Toutefois il se pourrait bien que les GJ le voient venir... smiley 

          Démission de Monsieur Macron. C’est ce qu’il aura fait de mieux de toute sa vie. Si l’actuel président avait une conscience gaulienne (respect de la volonté du peuple) ce serait déjà fait. Je crains hélas qu’il ne s’accroche à son trône comme une moule à son rocher. Il faudra donc l’y contraindre violemment ! smiley


          • Emohtaryp Emohtaryp 1er décembre 2018 21:16

            @Croa

            Dissolution de la chambre des députés. C’est là une solution maline car le système est si truqué que ça conforterait la légitimité de Macron

            Mis à part la fraude massive, non, le macro ne s’en sortira pas comme ça, ce serait la Bérézina assurée et voir sa tronche de cake pendant encore 3 ans servir de potiche, non, merci....

            Démission... Il en a plus pour très longtemps.....je lui donne 6 mois tout au plus !

            D’où la pertinence de la requête de FA qui demande aux députés/sénateurs « soit disant d’opposition » (ou pas), de prendre leurs responsabilités afin de procéder à la destitution de l’inepte et de sa cour des miracles avant que la France s’embrase encore plus sévèrement.... Il y a une constitution dans notre pays, l’article 68 s’applique d’ors et déjà à cet individu pour manquements graves à sa fonction, quand on joue avec le feu, on finit toujours par se brûler...

            Il y a deux ans, notre ami Dugué, le « grand visionnaire » venait nous vanter ici même toutes les vertus du jouvenceau et de sa maman, on comprend mieux pourquoi monsieur Dugué n’est que bac +15...

            Puisse t-il ici venir ici faire « amende honorable » et faire preuve pour une fois, d’humilité.....mais ,c’est pas gagné ! smiley


          • Xenozoid Xenozoid 1er décembre 2018 21:18

            @Emohtaryp

            art 68 ?



          • Monarque31 Monarque31 3 décembre 2018 10:30

            @Croa
            L’y contraindre violemment ? Croyez-vous vraiment que dans notre pays, à notre époque, une violence de la sorte soit non seulement techniquement possible, mais aussi psychologiquement possible ?
            Non seulement la différence de matériel entre l’armée et le civil est énorme, mais aucun citoyen ne voudra sacrifier sa vie (ou si peu) pour qu’un tel renversement puisse arriver. La seule chose qui puisse arriver pour destituer de force Macron est un coup d’Etat. Je ne crois pas qu’un général français en soit capable actuellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès