• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Notre-Dame de Paris : L’autre histoire

Notre-Dame de Paris : L’autre histoire

Pour la récupération de Jérusalem par les croisés qui ont échoué à atteindre ce but dans 7 campagnes commencées dès 1096), le roi Louis IX inaugura sa 8e croisade toujours dans le même but : celui de récupérer Jérusalem conquise par Saladin et de convertir le sultan de Tunis au catholicisme...

« Saint Louis fait prisonnier ». Gravure de Gustave Doré, XIXe siècle, reproduite sur un timbre égyptien de 1957 dans une série intitulée « Égypte, tombeau des agresseurs ».

La Cathédrale de l’Île de la Cité, le monument gothique, le plus visité de France (près de 13 millions de visiteurs par an), va-t-elle encore renaître de ces cendres comme par le passé ? Sans aucun doute. Avec près d’un milliard d’euros de dons réunis en quelques jours pour sa restauration suite de l’incendie qui en a détruit la toiture et anéanti la flèche dans la soirée du 15 avril 2019, une nouvelle renaissance de l’église est assurée même si le délai des travaux de 5 ans fixé par le président Macron semble intenable, de l’avis de plusieurs experts en architecture médiévale. Nous ne reviendrons pas ici sur tout ce qui a été dit et écrit sur ce feu qu’une première enquête attribue à un court-circuit dans des fils électriques situés les combles. Notre propos est plutôt de jeter un regard sur l’arrière-façade de l’édifice dont les travaux ont commencé en 1163 après J.-C. pour s’achever plus d’un siècle plus tard vers 1272. Un caprice de Maurice de Sully. En 1160, cet évêque de Paris voulut créer sur l’Île de la Cité « un bâtiment dont la mesure et le lustre doivent au moins égaler le temple de Salomon ou la Jérusalem céleste, décrits par saint Jean dans l’Apocalypse. L’effort architectural déployé sera à la mesure de cette volonté : des milliers d’ouvriers vont y consacrer leur vie. », relève Le Devoir.com, version électronique du journal fondé en 1910 par Henri Bourassa, journaliste et homme politique québécois. Notre Dame de Paris connut ses années de gloire, même si les rois de France continueront de se faire couronner dans la cathédrale de Reims qui sera, elle aussi, incendiée en septembre 1914 en pleine première guerre mondiale, pour être ensuite totalement restaurée par le businessman américain John Davison Rockefeller. Des années de gloire qui se transformèrent en véritable enfer sur terre pendant la révolution. La cathédrale de l'archidiocèse de Paris, dédiée à la Vierge Marie (d’où le nom de Notre-Dame) n’est pas épargnée par les révolutionnaires : une partie de son trésor disparaît, vendu ou pillé. Le catholicisme n’étant plus la religion d’État, les biens de l’Église sont vendus lors de la « vente des biens nationaux ». Elle fut aussi dédaignée et moquée à un temps où l’adjectif « gothique » était synonyme de laideur et de hideur. Ainsi pendant la Révolution française, avant sa reconstruction reconstruite au XIXe, Notre-Dame de Paris fut longtemps ignorée, méprisée et certains religieux ont même refusé d’y célébrer la messe alors qu’au-delà de son architecture qui n’est pas d’une beauté classicisant pour le goût du moment, l’édifice recelait- et continue de receler-des œuvres d’art et des reliques inestimables (Voir encadré). Sous Napoléon, intronisé Empereur par le peuple de France 10 ans après qu’il eut décapité le Capétien Louis XVI, Notre-Dame de Paris renoue momentanément avec son passé glorieux. Elle accueillit en son sein, le 2 décembre 1804, en présence du Pape Pie VII, le sacre de Napoléon 1er. Ce dernier « souhaite une cérémonie de sacre officielle, afin d’inscrire la dynastie napoléonienne dans la lignée des grandes dynasties impériales et royales de France et d’Europe, et notamment celle de Charlemagne. » Près de 28 ans plus tard, les 14 et 15 février 1831, la cathédrale Notre-Dame, déjà en piteux état, sera à nouveau la cible des mêmes saccages de la part des Républicains lors des émeutes à la suite d’un service funèbre organisé par les légitimistes à Saint-Germain-l’Auxerrois pour l’anniversaire de l’assassinat du duc de Berry. Il faudra attendre les écrits de Victor Hugo pour que le monument repeuple les cœurs et l’imaginaire des Français et des Européens, un aura qui dépassera les frontières atlantiques, d’où cette fascination américaine pour Notre-Dame de Paris. « Publié en mars 1831, le roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo devient assez rapidement un succès populaire. Dans le Paris médiéval du XVe siècle, il raconte l’histoire d'Esméralda, bohémienne accusée de meurtre, du bossu Quasimodo, sonneur des cloches de Notre-Dame, et de son tuteur Claude Frollo, archidiacre de la cathédrale. Le succès du roman a une conséquence heureuse sur Notre-Dame. Alors que la cathédrale, malmenée au cours de la Révolution française, est en piteux état, les lecteurs redécouvrent un édifice d'exception et prennent conscience de la nécessité de le préserver et de le restaurer. Ce sera chose faite à partir de 1843, sous la supervision de deux architectes, Eugène Viollet-le-Duc (Dont on doit la fameuse flèche détruite le 15 avril dernier et nombre de gargouilles…) et Jean-Baptiste-Antoine Lassus. » écrit le site « Passerelle(s) » de la BNF . Avant qu’il ne soit sacré empereur en 1804 à Notre-Dame de Paris, le général de la république Napoléon Bonaparte et ses successeurs menèrent l'expédition militaire en Égypte de 1798 à 1801. Objectif officiel de la campagne : « s'emparer de l'Égypte et de l'Orient, et ainsi bloquer la route des Indes à la Grande-Bretagne dans le cadre de la lutte contre cette dernière. » Mais il y a d’autres raisons à cette expédition. Passionné des rois de France notamment les Capétiens, Bonaparte voulut ainsi effacer un affront subi par le royaume de France cinq siècles et demi plutôt dans ce pays d’Afrique du Nord. Il s’agit là de l’incarcération du roi Louis IX en Egypte par le sultan ayyoubide Turan Shah en 1250 lors de la 7e croisade et sa libération contre le payement d’une rançon qu’il ne versera jamais d’ailleurs. Une 7e croisade qu’il mûrit au moment où il contracta une méchante dysenterie en 1244. Il fit alors le vœu de se rendre en croisade s'il échappe à la maladie.

LE ROI LOUIS IX FAIT PRISONNIER EN EGYPTE

Cet épisode pas très commenté par les historiens ni par l’écrivain libanais Amin Maalouf dans son best-seller Les Croisades vues pars les Arabes (1983) révèle l’une des faces cachées de la cathédrale Notre-Dame de Paris qui ne servait pas qu’à célébrer les offices religieux ou à abriter des reliques et des œuvres d’art. L’édifice que je connais assez bien -pour avoir séjourné tout près, rue Le Regrattier sur l’Île Saint-Louis quand je poursuivais des études d’archéologie et d’Histoire de l’art au début des années 1990-, était aussi un centre de pouvoir, voire l’épicentre des croisades. Après être tombé en avril 1250 entre les mains des soldats du sultan ayyoubide Turan Shah lors de la bataille de Fariskur en Egypte (étape incontournable pour la récupération de Jérusalem par les croisés qui ont échoué à atteindre ce but dans 7 campagnes commencées dès 1096), le roi Louis IX inaugura sa 8e croisade toujours dans le même but : celui de récupérer Jérusalem conquise par Saladin et de convertir le sultan de Tunis au catholicisme. Cette 8e guerre sainte, Louis IX l’inaugura par une prière dans une cathédrale de France. Pas celle de Reims où les rois de français ont l’habitude de se faire intronisés. Mais bien dans la Notre-Dame de Paris. Ce fut en mars 1249. Pourquoi le mois de mars ? Pour plusieurs raisons. D’abord c’est le mois où le climat est clément, où le risque de fortes pluies ou de chutes de neige ou de chaleurs qui compliquent les campagnes militaires est minimum. Puis mars c’est le mois du dieu de la guerre Mars selon la religion romaine antique sur les décombres de laquelle est née la religion catholique. C’est durant ce mois que les romains lançaient leurs campagnes militaires. A ce sujet écrit Joseph François Michaud de l'Académie française, dans « Histoire des croisades », Volume 5, PP. 385-387 : « Dès le mois de mars, Louis se rendit dans l'église de St-Denis, où il reçut les marques de son pèlerinage, et mit son royaume sous la protection des apôtres de la France. Le jour qui suivit cette cérémonie solennelle, on célébra une messe pour la croisade dans l’église de Notre-Dame de Paris. Le monarque s’y rendit accompagné de ses enfants et des principaux seigneurs de sa cour ; il était sorti du palais, les pieds nus, portant la panuetière et le bourdon. Le même jour il alla coucher à Vincennes, et revit pour la dernière fois ces lieux où il se plaisait à rendre la justice à ses peuples ; ce fut là que Louis se sépara de la reine Marguerite, qu'il n'avait jamais quittée, séparation d'autant plus douloureuse qu'elle rappelait de cruels souvenirs, et que ces souvenirs se joignaient aux plus tristes pressentiments. Le peuple et la cour étaient plongés dans la tristesse ; ce qui ajoutait à la douleur publique, c’est qu'on ne savait point encore où Louis allait diriger son expédition : on parlait vaguement des côtes d'Afrique. Le roi de Sicile avait pris la croix, sans avoir la volonté de partir pour l’Asie ; et lorsque, dans les conseils, on délibéra sur l'entreprise, il fit insinuer qu'on devait attaquer Tunis. Le royaume de Tunis remplissait la mer de pirates et fermait tous les passages de la Palestine ; il était l'auxiliaire de l'Égypte, et pouvait en devenir le chemin. Voilà les raisons qu'on mettait en avant ; la véritable, c'est qu'il était important pour le roi de Sicile de conquérir les côtes d'Afrique, et de ne pas trop s'éloigner de l’Italie. La véritable raison pour St. Louis, celle qui le détermina sans doute, c'est qu'il croyait pouvoir convertir le roi de Tunis, et conquérir un vaste pays à la foi chrétienne. Le prince musulman, dont les ambassadeurs étaient venus plusieurs fois en France, avait lui-même fait naître cette idée, en disant qu'il ne demandait pas mieux que d’embrasser la religion de Jésus - Christ : ce qu'il avait dit pour éviter une invasion, fut précisément ce qui lui attira la guerre. Louis IX répétait souvent qu'il consentirait à passer toute sa vie dans un cachot sans voir le soleil, si, à ce prix, le roi de Tunis se convertissait avec tout son peuple ; expression d'un prosélytisme ardent qu'on a blâmé avec amertume ; mais qui, au fond, ne montrait que l'extrême désir de voir l'Afrique arrachée à la barbarie, et marcher avec l'Europe vers la civilisation, bienfait du christianisme(…) » Le 25 mars 1267, jour de l'Annonciation, Louis IX pris le chemin de Tunis avec son armée de croisés. Âgé de 52 ans et à l'apogée de son règne, le futur Saint Louis annonce son intention de tenter une 8e croisade « pour sauver ce qui pouvait l'être des États francs de Palestine après l'échec de la précédente. Le roi quitte Aigues-Mortes le 1er juillet 1270 avec 15 000 hommes et, curieusement, dirige son expédition vers Tunis dont il espère convertir l'émir. Peut-être y est-il incité par son frère Charles d'Anjou, devenu roi de Sicile en 1266 et dès lors soucieux de sécuriser les relations commerciales de ses sujets avec l'Afrique du Nord. C'est ainsi qu'il débarque à La Goulette, près de Tunis, le 18 juillet 1270, au plus fort des chaleurs estivales ! Le Mars parisien n’est forcément tunisien… « Ses espoirs de convertir l'émir sont immédiatement déçus. Dans l'attente des renforts promis par son frère Charles d'Anjou, il entreprend le siège de la ville. Mais une épidémie de typhus et de dysenterie ne tarde pas à frapper l'armée. Le roi lui-même est atteint de même que son plus jeune fils Jean-Tristan, qui va en mourir dès le 3 juillet, et son fils aîné Philippe, qui va heureusement y survivre (…) Le roi lui-même meurt pieusement sur un lit de cendres le 25 août 1270, après avoir reçu les derniers sacrements. » lit-on notamment sur le site Herodote.net . Saint Louis, se sachant condamné et pris d’un sentiment prémonitoire de la fin tragique du règne des capétiens dont le dernier roi de la période dite de l'Ancien Régime, sera guillotiné en 1793, s’adressa à son fils Philippe en ces termes du moins si l’on croit ce que rapporte le même site Herodote.net : « Cher fils, s'il advient que tu deviennes roi, prends soin d'avoir des qualités qui appartiennent aux rois, c'est-à-dire que, quoi qu'il arrive, tu ne t'écartes pas de la justice. Et s'il advient qu'il y ait une querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu'à ce que tu saches la vérité, et, quand tu la connaîtras, fais justice. Et, s'il advient que tu aies querelle contre quelqu'un d'autre, soutiens la querelle de l'adversaire devant ton conseil... ». Une grande sagesse qui ne l’a pas empêché de commettre la folie meurtrière de marcher sur Tunis. 
****************************************** 
LA CROIX ET LA MANIERE 
Sur demande du roi Saint Louis, la Sainte Chapelle fit bâtie au en 1241 au cœur du Palais de la Cité en 7 ans, un record pour l’époque. Conçue comme un reliquaire monumental destiné à accueillir les saintes reliques de la Passion du Christ dont la fameuse couronne d’épines. Le fait même que la terre de France abrite ces reliques permet à ses souverains de s’identifier à la sainte église. Mentionnée dès le IVe siècle dans les récits des voyageurs et des pèlerins de Jérusalem, ces vénérables reliques sont progressivement transférées entre les VIIe et Xe siècles à Constantinople dans la chapelle des empereurs byzantins pour les mettre à l’abri des pilleurs. « En 1238 l’empereur Baudouin II, en grande difficulté financière, propose au roi de France Louis IX, futur saint Louis, d’acheter la Couronne d’épines, qui l’accepte. Revêtu d’une simple tunique, pieds nus, il reçoit la couronne et la porte en procession jusqu’à Notre-Dame de Paris. » Mais c’est sans compter avec la passion de Saint Louis pour les reliques de la Passion. En 1241, il se porte acquéreur d’autres reliques de la Passion et décide la même année d’édifier la Sainte Chapelle, qu’il inaugure le 26 avril 1248. « A la Révolution, la chapelle est vidée de son contenu et désaffectée, la grande châsse et les reliquaires sont fondus dans le but de récupérer les métaux précieux, mais les reliques ne sont pas profanées, elles imposent d’elles-mêmes le respect aux révolutionnaires non croyants. Certaines disparaissent tandis que la Couronne d’épines, un fragment du Bois de la Croix et un Clou sont remis à la cathédrale Notre Dame (…) » *La couronne d’épines [dont l’authenticité n’est pas attestée] est constituée d’un cercle de joncs réunis en faisceaux et retenus par des fils d’or, d’un diamètre de 21 centimètres, sur lequel se trouvaient les épines dispersées au cours des siècles. *Un des clous de la Passion, long de 9 cm, a été remis à l’empereur Charlemagne en 799 et enlevé par le roi Charles pour le donner à la basilique Saint-Denis où les fidèles purent le vénérer, avant d’être conservé à la Sainte Chapelle. *Le fragment du Bois de la Croix provient lui aussi de celui conservé au trésor de la Sainte-Chapelle. Il fut prélevé lors de la destruction du reliquaire à la Révolution et sauvé par un membre de la Commission temporaire des Arts qui le remettra à Notre-Dame en 1805. Conservé dans un écrin de cristal, ce fragment est d’une longueur de 24 cm et présente à son extrémité une mortaise destinée à son encastrement, éléments correspondant exactement à l’une des traverses de la croix vénérée par saint Louis dont les plans ont été conservés. 

Source : notredamedeparis.fr

http://chankou.over-blog.com/2019/05/notre-dame-de-paris-l-autre-histoire.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 mai 14:07

    La première croisade s’est déroulée de 1096 à 1099 à la suite du refus des Turcs seldjoukide,s intervenu en 1078,  de laisser libre le passage aux marchands vénitiens et génois vers l’orient et la Chine avec laquelle ils commerçaient.

    La route terrestre de la soie et des épices était soudain fermée et les occidentaux refusaient de payer les taxes exigées par les nouveaux racketteurs.

    Le passage terrestre de pèlerins chrétiens vers Jérusalem n’était qu’un prétexte (et un argument pour lever des troupes fanatisées), car ils pouvaient très bien venir en bateau, ce dont ils ne se sont d’ailleurs pas privés. 

    Cette croisade s’est achevée achevée par la prise de Jérusalem et la création du royaume chrétien de Jérusalem, exactement comme ce qui s’est passé au 20ème siècle pour contrôler un autre commerce, celui du pétrole.

    C’est la recherche forcenée d’une route maritime vers « les Indes » (Inde des épices, Chine de la soie) qui a eu comme conséquence inattendue la découverte de l’Amérique.


    • Jonas Jonas 24 mai 23:54

      @Séraphin Lampion

      La première Croisade est déclenchée par le Pape Urbain II contre les jihadistes de l’État Islamique, empêchant les pèlerins chrétiens de venir prier en Terre Sainte :
      « En effet, comme la plupart d’entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu’à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu’à ce qu’on appelle le Bras Saint-Georges.
      Dans le pays de Romanie, ils s’étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage.
      Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu. 
      Si vous demeuriez encore quelque temps sans rien faire, les fidèles de Dieu seraient encore plus largement victimes de cette invasion. »
      Appel du Pape Urbain II à la Croisade - Clermont, 27 novembre 1095


    • Decouz 24 mai 14:40

      Les reliques de St Louis, mort à Tunis : on découpe le corps en deux parties, selon une pratique déjà connue, Charles d’Anjou en Sicile aura les parties molles, les os et le cœur iront à St Denis en passant par la Sicile, l’Italie et Notre-Dame, l’émir donne son accord pour rapatrier le corps.

      Plusieurs morts se produisent dans l’entourage royal, mais les miracles attribués au roi commencent dès la Sicile, continuent pendant le voyage, pour se multiplier à St Denis, il dut attendre cependant 27 ans pour être canonisé du fait de multiples changements de papes qui entrainaient à chaque fois une reprise à zéro du procès de canonisation.

      Les rois successifs distribuent des morceaux du squelette qui sera éparpillé un peu partout en Europe, ce sont de précieuses reliques. On ne sait ce qu’il advint du coeur, probablement détruit et dispersé avec le reste au moment de la révolution.

      Par la suite la papauté interdira ces pratiques « barbares et monstrueuses ».

      Les entrailles enterrées en Sicile furent emportées par Garibaldi à Rome, puis en Autriche, puis à Paris, le reliquaire fut légué aux Pères Blancs pour leur cathédrale de Carthage, il revenait ainsi (pour une partie) sur le lieu de sa mort...

      D’après Jacques Le Goff, dans « Les derniers jours des rois », ouvrage collectif.


      • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 24 mai 17:26

        @Decouz
        Instructif. Merci


      • njama njama 25 mai 10:59

        @Decouz

         ah ouais y avait déjà du trafic d’organes à l’époque ! j’ garde une couille j’te donne un os ... mazette !!!
        quoique maintenant quand on donne son corps à la science... c’est l’équarrissage pour la bonne cause


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 mai 19:43

        Toutes cathédrales en France sont nommées Notre Dame. Un arrière fond du moyen âge galant .


        • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 24 mai 20:41

          @Aita Pea Pea
          Le landing devait-il être automatique ou manuelle au futur ex aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 mai 20:49

          @Abdelkarim Chankou

          Parles pas anglois ...suis un vieux con .


        • covadonga*722 covadonga*722 24 mai 20:55

          @Aita Pea Pea
          il cause de n’avions demande au vroum vroum sarladais de te traduire 


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 mai 21:12

          @covadonga*722

          L’ est tellement expert en tout que je n’ose le déranger . Imagine qu ’il fasse une avc alors que je lui parle des avantages ou non des carters secs sur les Nortons .


        • William 25 mai 11:31

          @Aita Pea Pea
          « Toutes cathédrales en France sont nommées Notre Dame »
          en fait, sur 103 cathédrales en France, 32 sont appelées Notre Dame


        • bob de lyon 27 mai 09:15

          @Aita Pea Pea
          Bonjour.

          Quant à Notre Dame, si j’en crois le conservateur de Cluny que j’ai rencontré pour mon travail sur l’abbaye mâconnaise, elle souffrait d’un péché d’orgueil ; à vouloir illuminer et rehausser l’édifice – plus haut, plus grand, plus fort ! – il fallut inventer les arcs-boutants pour éviter qu’elle ne s’ouvre en deux ; corollaire : à cause de ces éléments de renfort, elle devint la cathédrale la plus obscure de toutes.

          La lumière (donc Dieu ?) préférait, entre autres, entrer à foison à Chartres (construite en 26 ans) ou Amiens, Si j’en crois ce spécialiste, Notre-Dame serait un échec.

          Doit-on oublier que les cathédrales gothiques – art français développé par l’abbé Suger – étaient des instruments de colonisation* (souvent violente) ; à chaque nouveau territoire conquis le roi franc bâtissait une église dédiée à Marie d’où une foison de Notre-Dame…

          *(Remarque : à la même époque, la cathédrale de Lyon est une dédicace à saint Jean le Baptiste et saint Étienne ; la ville vivait dans la neutralité, assise entre l’empire germanique et le royaume franc. Lyon ne devint française qu’en 1312.)


        • Jean Guillot lee oswald 24 mai 21:28

          Bonjour , je me rappelle quand j’étais petit après la communion dans la Basilique de Quintin (22) on embrassait la relique de la Sainte Vierge , c’était un morceau de sa ceinture ramené des croisades .

          Je ne sais pas si de nos jours , on le fait encore ?


          • cathy cathy 25 mai 08:57

            Découverte des Amériques, fin des croisades de la route de la soie. On donne aux turcs Byzance, pour contrer la piraterie sur nos côtes européennes.


            • Positronique 25 mai 09:22

              Un p’tit article pour se faire plaisir , pour rappeler que l’Occident a été vaincu par les Muzzs , oui mais il y a très longtemps hein. Parce que depuis qu’est ce qu’on vous a mis.


              • njama njama 25 mai 11:17

                @Positronique

                Disons que l’agresseur a été repoussé... légitime défense smiley
                un génocide sur quelques décennies, 2 millions de morts !

                Histoire des Croisades
                Édition Mille et Une Nuits

                " Toute l’Europe passe en Asie par un chemin inondé du sang des Juifs, qui s’égorgent de leurs propres mains pour ne pas tomber sous le fer de leurs ennemis. Cette épidémie dépeuple la moitié du monde habité ; rois, pontifes, femmes, enfants et vieillards, tout cède au vertige sacré qui fait égorger pendant deux siècles des nations innombrables sur le tombeau d’un Dieu de paix.

                " Tirée de l’Essai sur les mœoeurs et l’esprit des nations (1756), l’« Histoire des croisades » offre, sous la plume de Voltaire, le récit sans concession de ces expéditions hasardeuses. Loin d’opposer le camp du « bien » à celui du « mal », la chrétienté à l’islam, le philosophe propose une vision moderne de l’Histoire qui privilégie l’analyse économique et sociale.


              • njama njama 25 mai 11:30

                @Positronique

                Les différents témoignages sont passionnants et nécessaires pour se faire une idée quantique de l’histoire des Croisades

                Les Croisades vues par les arabes
                par Amin Maalouf (Auteur) La barbarie franque en terre sainte
                en livre de Poche collection J’ai Lu

                ou en PDF ici https://brindeculture.weebly.com/uploads/1/1/8/4/118412940/les_croisades_vue s_par_les_arabes_-_amin_maalouf_42.pdf

                bonne lecture


              • William 25 mai 11:43

                @njama
                Merci pour le pdf.
                Il est évident que la perception des conflits de l’histoire dépend du point de vue où il est examiné, pour les chrétiens de l’époque, il s’agissait à leurs yeux de la reconquista d’une terre qui fut chrétienne avant la conquête arabe.


              • Julien30 Julien30 25 mai 11:51

                @njama
                « Disons que l’agresseur a été repoussé... légitime défense  »
                Qui était l’agresseur originel ? Si les chrétiens sont partis récupérés ces terres c’est bien que ces dernières ont été prises auparavant, bref les véritables agresseurs étaient les musulmans.


              • njama njama 25 mai 12:01

                @Julien30

                En 638, le Calife Omar prend la ville sans combat, Jérusalem devint El Qods et la première mosquée de la ville y est construite.
                En 1099, les Croisés prennent la ville
                En 1187, Saladin, après 13 ans de lutte acharnée à unir les musulmans, reprend la ville.


              • Julien30 Julien30 25 mai 12:04

                @njama
                Merci de confirmer ce que j’ai écris.


              • njama njama 25 mai 13:38

                @Julien30
                Si les chrétiens sont partis récupérés ces terres c’est bien que ces dernières ont été prises auparavant,...

                Vos considérations sont sionistes, du sionisme « catholique » de Bernard de Clairvaux Éloge de la nouvelle chevalerie (1130-1136) Liber ad milites Templi de laude novae militiae


              • Julien30 Julien30 25 mai 13:46

                @njama
                Le sionisme, c’est cela oui... De Clairvaux le premier sioniste ! Attention vos obsessions vous faire écrire de belles âneries.


              • Jonas Jonas 25 mai 14:03

                @njama « En 638, le Calife Omar prend la ville sans combat, Jérusalem devint El Qods et la première mosquée de la ville y est construite. »

                Ce n’est pas sans combat, les jihadistes massacraient les habitants, pillaient ,brûlaient les villages et détruisaient les Églises comme l’explique Sophronius, le patriarche chrétien de Jérusalem, lors de la conquête islamique de la ville dont il avait la charge en 636 :
                « Pourquoi les raids des barbares sont incessants ? Pourquoi les troupes de sarrasins nous attaquent-elles ? Pourquoi tant de destructions et de pillages ? Pourquoi tant de versement de sang humain ? Pourquoi les oiseaux du ciel dévorent-ils les corps humains ? Pourquoi les Églises sont-elles détruites ? Pourquoi la Croix est-elle moquée ? Pourquoi le Christ, dispensateur de toutes bonnes choses et de notre joie, est-il blasphémé par les bouches païennes, ce qui justifie sa plainte envers nous : « À cause de vous, mon nom sera blasphémé parmi les païens », et c’est la pire des choses qui puisse nous arriver ?
                C’est pourquoi, les sarrasins vengeurs et détestant Dieu, l’abomination de la désolation clairement annoncée par les Prophètes, ont conquis des places qui ne leur sont pas autorisées, pillé les cités, dévasté les champs, brûlé les villages, mis le feu aux Églises saintes, renversé les monastères sacrés, opposent les armées Byzantines entre elles, et les combattent, remportant victoire sur victoire. »
                [...]
                Ces combattants contre Dieu se vantent de prévaloir sur tous, imitant assidûment et irrémédiablement leur chef, qui est le diable, simulant sa vanité par laquelle il a été expulsé du paradis et assigné aux ténèbres. »
                « Seeing Islam as others saw it – a survey and evaluation of christian, jewish and zoroastrian writings on early Islam » – Robert G. Hoyland – p72-73

                La première référence historique non islamique au Prophète Mohamed, est contenue dans le manuscrit du jacobite Thomas le Presbyte :
                « Le vendredi 7 février 634, à la neuvième heure, il y eut la bataille entre les Romains et les Arabes de Mohamed, à 19 km à l’est de Gaza. Les Romains ont fui, laissant le patricien Bryrdn, que les Arabes ont tué. Quelques 4 000 pauvres villageois de Palestine furent tués, parmi lesquels, des Chrétiens, des Juifs et des Samaritains. Les Arabes ont ravagé toute la région. »
                « Seeing Islam as others saw it – a survey and evaluation of christian, jewish and zoroastrian writings on early Islam » – Robert G. Hoyland – p120


              • Positronique 25 mai 14:37

                @njama

                Il se trouve j’ai lu un bouquin sur l’histoire de 4 sœurs qui ont été reines , une de France , une d’anglerre , une de Prusse et la dernière de Sicile. Elles etaient fille d’un seigneur de Provence et sa femme issue d’une famille lombarde. L’aînée des filles était mariée à Louis IX et le bouquin raconte l’histoire des croisades et de la captivité du Roi. Donc j’ai une idée de la déroute des croisades.


              • njama njama 25 mai 16:45

                @Jonas
                Les choses ne sont pas si simples, les chrétiens d’un côté et les barbares de l’autre. Il n’est pas certain que Sophronius et Thomas le Presbyte comprenaient depuis leurs lanternes en Palestine les événements guerriers régionaux qui s’inscrivaient dans le déclin de l’empire byzantin.

                Déclin de l’empire romain d’Orient
                Finalement, le général Héraclius (610-641), venu d’Afrique, finit par renverser Phocas qui est massacré32. Malgré l’arrivée au pouvoir d’Héraclius, la situation ne cesse de s’aggraver. Les Perses ont profité de la désorganisation interne de l’Empire byzantin pour envahir la Syrie, la Palestine et l’Égypte avant de pénétrer en Asie Mineure en direction de Constantinople. [...]
                Toutefois, cette longue guerre contre les Perses a épuisé l’empire financièrement et militairement. En outre, la grande majorité des Balkans est perdue et les villes d’Asie Mineure ont été ravagées35. Or, cet épuisement s’avère désastreux car un nouvel adversaire apparaît. Les Arabes unifiés sous la bannière de l’islam se lancent à la conquête de l’Empire byzantin pour des raisons politiques, économiques et religieuses. Ils s’attaquent aux positions syriennes et palestiniennes de l’Empire byzantin et remportent une grande victoire lors de la bataille du Yarmouk contre l’armée byzantine. Celle-ci ne tarde pas à se replier en Asie Mineure et l’ensemble des provinces byzantines du Proche-Orient sont conquises en quelques années, à l’image de la ville de Jérusalem prise en 637. Les Arabes commencent même à s’attaquer à l’Égypte au moment de la mort d’Héraclius en 641
                https://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_byzantin#D%C3%A9clin_de_l’Empire_romain_d’Orient


              • njama njama 25 mai 17:02

                @Julien30
                sur Sion les braiments de Bernard de Clairvaux c’est pas mal non plus, dans le genre lyrique ! l’essence du sionisme mystique y était en toutes lettres ô vierge, ô fille captive, ô Sion, lève-toi, dis-je,... On ne t’appellera plus l’abandonnée, et la terre où tu t’élèves ne sera plus une terre désolée, parce que le Seigneur a mis en toi toutes ses complaisances et tes champs vont se repeupler.

                Chapitre III
                Des soldats du Christ
                5. Mais, dira-t-on, s’il est absolument défendu à un chrétien de frapper de l’épée, d’où vient que le héraut du Sauveur disait aux militaires de se contenter de leur solde, et ne leur enjoignait pas plutôt de renoncer à leur profession (Lc III, 13) ? Si au contraire cela est permis, comme ce l’est en effet, à tous ceux qui ont été établis de Dieu dans ce but, et ne sont point engagés dans un état plus parfait, à qui, je vous le demande, le sera-t-il plus qu’à ceux dont le bras et le courage nous conservent la forte cité de Sion, comme un rempart protecteur derrière lequel le peuple saint, gardien de la vérité, peut venir s’abriter en toute sécurité, depuis que les violateurs de la loi divine en sont tenus éloignés ? Repoussez donc sans crainte ces nations qui ne respirent que la guerre, taillez en pièces ceux qui jettent la terreur parmi nous, massacrez loin des murs de la cité du Seigneur, tous ces hommes qui commettent l’iniquité et qui brûlent du désir de s’emparer des inestimables trésors du peuple chrétien qui reposent dans les murs de Jérusalem, de profaner nos saints mystères et de se rendre maîtres du sanctuaire de Dieu. Que la doublé épée des chrétiens soit tirée sur la tête de nos ennemis, pour détruire tout ce qui s’élève contre la science de Dieu, c’est-à-dire contre la foi des chrétiens, afin que les infidèles ne puissent dire un jour : Où donc est leur Dieu ?

                6. Quand ils seront chassés, il reviendra prendre possession de son héritage et de sa maison dont il a dit lui-même, dans sa colère : « Le temps s’approche où votre demeure sera déserte » (Mt XXIII, 38), et dont le Prophète a dit en gémissant : « J’ai quitté ma propre maison, j’ai abandonné mon héritage » (Jr XII, 7) ; et il accomplira cette autre parole prophétique : « Le Seigneur a racheté son peuple et l’a délivré ; aussi le verra-t-on plein d’allégresse, sur la montagne de Sion, se réjouir des bienfaits du Seigneur ». Livre-toi donc aux transports de la joie, ô Jérusalem, et reconnais que voici les jours où Dieu te visite. Réjouissez-vous aussi et louez Dieu avec elle, déserts de Jérusalem, car le Seigneur a consolé son peuple, il a racheté la Cité sainte et il a levé son bras saint aux yeux de toutes les nations. Vierge d’Israël, tu étais tombée à terre, et personne ne se trouvait qui te tendît une main secourable ; lève-toi maintenant, secoue la poussière de tes vêtements, ô vierge, ô fille captive, ô Sion, lève-toi, dis-je, et même élève-toi bien haut et vois au loin les torrents de joie que ton Dieu fait couler vers toi. On ne t’appellera plus l’abandonnée, et la terre où tu t’élèves ne sera plus une terre désolée, parce que le Seigneur a mis en toi toutes ses complaisances et tes champs vont se repeupler. Jette tes yeux tout autour de toi et regarde ; tous ces hommes se sont réunis pour venir à toi ; voilà le secours qui t’est envoyé d’en haut. Ce sont ceux qui vont accomplir cette antique promesse : « Je t’établirai dans une gloire qui durera des siècles et ta joie se continuera de génération en génération : tu suceras le lait des nations et tu seras nourrie aux mamelles qu’ont sucées les rois » (Is LX, 15). Et cette autre encore : « De même qu’une mère caresse son petit enfant, ainsi je vous consolerai et vous trouverez votre paix dans Jérusalem » (Is LXVI, 13).


              • Hieronymus Hieronymus 25 mai 10:05

                j’ai toujours trouvé étrange la gloire dont on a auréolé Louis IX dit Saint Louis

                son rôle dans les Croisades, même si c’était une obligation morale pour lui d’y participer, a été carrément catastrophique

                c’était à l’évidence et un mauvais soldat et un piètre stratège, absolument pas doué pour la chose militaire

                il n’a subi quasiment que des défaites, a été fait prisonnier et il a fallu le libérer contre une énorme rançon => gain nul, perte maximale

                aussi il est mort stupidement de la peste devant Tunis durant la dernière Croisade, bref zéro sur toute la ligne

                la guerre c’était pas son truc smiley


                • JC_Lavau JC_Lavau 25 mai 14:20

                  @Hieronymus. Certainement pas de la peste, mais de la dysenterie.


                • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 25 mai 17:56

                  @Hieronymus
                   Libéré oui mais il n’a pas pas versé la rançon comme il s’y était engagé. 


                • J’ai toujours cru et entendu que « La croisade » était une danse élégante pour gens raffinés .

                  Où gentes dames et Nobles Damoiseaux redoublaient de courbettes, de gestes élégants ainsi que de sourires avenant ....



                  • William 25 mai 18:36

                    @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                    ne pas confondre avec la croisette de Canne...


                  • troletbuse troletbuse 25 mai 19:00

                    Oui les cathédrales brûlent bien

                    En 10 mois, ce sont 11 édifices qui ont été brûlés en France ;

                    1. - Notre - Dame - de - Grâce d’Eyguières le 21 avril 2019.

                    2. - Notre Dame de Paris le 15 avril 2019.

                    3. - Saint Sulpice à Paris en mars 2019.

                    4. - Cathédrale Saint Alain de Lavaur en 2019 février.

                    5. - Saint Jacques à Grenoble en janvier 2019.

                    6. - Église du Sacré Cœur à Angoulême en Janvier 2019.

                    7. - Saint Jean du Bruel en octobre 2018.

                    8. - Église de Villeneuve d’Amont en août 2018.

                    9. - Sainte Thérèse à Rennes en juillet 2018.

                    10. - Église Saint Paul du Bas Caraquet en juin 2018.

                    11. - Notre-Dame de Grâce à Revel en juin 2018.


                    • William 25 mai 19:28

                      @troletbuse
                      on ne peut pas tout mélanger, par exemple dans le cas de Lavaur, c’est une bêtise de collégiens qui ont joué avec les cierges et mis le feu à une nappe d’autel. Quant au Bas Caraquet, c’est au Canada (là aussi des adolescents sont en cause).


                    • troletbuse troletbuse 25 mai 23:07

                      @William
                      J’en conclue que au Canada, ils trouvent les coupables mais pas en France.


                    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 26 mai 01:51

                      @troletbuse

                      Mais que fait Mamoudou Gassama


                    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 26 mai 01:52

                      @troletbuse

                      Mais que fait Mamoudou Gassama ?


                    • troletbuse troletbuse 26 mai 08:36

                      @Abdelkarim Chankou
                      Je n’en sais rien. C’est comme Benalla. Personne ne sait ce qu’il fait, sauf ....


                    • Mefrange 26 mai 12:38

                      Du contenu mais l’architecture du texte, massive et indigeste, gagnerait à plus d’aération afin de provoquer chez le lecteur le feu dévorant, que dis-je ? l’embrasement de l’insatiable curiosité pour le paragraphe suivant


                      • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 26 mai 17:36

                        @Mefrange
                        Merci de cette remarque qui ne manque pas d’air


                      • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 28 mai 18:22

                        Une contribution sur Godefroy de Bouillon par un anonyme qui n’engage que lui

                        http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2015/12/12/a-la-croisee-des-chemins-5729964.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès